Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • Compléments de sélection du Festival de Cannes 2010

    cannes4.jpg

    En complément des films annoncés lors de la conférence de presse du 15 avril dernier, le Festival de Cannes annonce la sélection de :
     

    COMPETITION OFFICIELLE:

    - RIZHAO CHONGQING, du chinois Wang Xiaoshuaï

    TENDER SON - THE FRANKENSTEIN PROJECT de Kornél Mondruczó  (Hongrie) qui viennent finaliser la Compétition, ce qui porte à dix-huit le nombre de films concourant pour la Palme d'Or (retrouvez les autres films en compétition, ici).

    UN CERTAIN REGARD:

    - CARANCHO, de l'argentin Pablo Trapero, et I WISH I KNEW de Jia Zhang Ke (Chine) au Certain Regard.

    HORS COMPETITION:

    - AUTOBIOGRAPHIE DE NICOLAE CEAUSESCU, du roumain Andrei Ujică, hors compétition.

    - CARLOS, du cinéaste français Olivier ASSAYAS, qui sera présenté lors d'une séance spéciale, hors compétition.

    SEANCE SPECIALE:

    - COUNTDOWN TO ZERO de Lucy Walker (Etats-Unis), en séance spéciale.

    - 5XFAVELA, dirigé par Carlos Diegues et composé de cinq courts métrages des réalisateurs brésiliens Manaira CARNEIRO, Wagner NOVAIS, Rodrigo FELHA, Cacau AMARAL, Luciano VIDIGAL, Cadu BARCELOS, Luciana BEZERRA sera présenté en Séance Spéciale.

    JURY:

    C'est le compositeur français Alexandre Desplat (qui a d'ailleurs très souvent composé des musiques de films présentés à Cannes lors d'éditions passées) qui vient compléter le jury du 63ème Festival de Cannes déjà composé de:

    Tim BURTON, Président
    Kate BECKINSALE ‐ Actrice / Grande‐Bretagne

    Giovanna MEZZOGIORNO ‐ Actrice / Italie

     Alberto BARBERA ‐ Directeur du Musée National du Cinéma / Italie

     Emmanuel CARRERE ‐ Ecrivain ‐ Scénariste ‐ Réalisateur / France

     Benicio DEL TORO ‐ Acteur / Porto Rico

    Victor ERICE ‐ Réalisateur / Espagne

    Shekhar KAPUR ‐ Réalisateur ‐ Acteur ‐ Producteur / Inde

     Plus de détails sur ces différents films, bientôt sur In the mood for Cannes.

  • Festival de Cannes 2010 : les trois films français en compétition

    cannes4.jpgChaque jour sur In the mood for Cannes vous seront présentés en détails des films de la sélection officielle du Festival de Cannes 2010. Après un article consacré à Woody Allen et son "You will meet a tall dark stranger" vous pouvez désormais y trouver des articles sur chacun des trois films français en compétition (cliquez sur les titres des films pour accéder à ces articles):

    "La Princesse de Montpensier" de Bertrand Tavernier

    montpensier3.jpg

    "Des hommes et des dieux" de Xavier Beauvois

    beauvois.jpg

    "Tournée" de Mathieu Amalric

    tournée.jpg
    © Le Pacte

    Trois films aux styles et aux sujets très différents que je vous laisse découvrir plus en détails. Qui sait: parmi eux se cache peut-être la palme d'or 2010?! Qu'en pensez-vous? J'avoue avoir une préférence pour le cinéma de Bertrand Tavernier et pour le sujet de son film mais j'irai voir les trois et vous en parlerai bien évidemment. Je vous rappelle que vous pourrez me lire en direct de la Croisette du 12 au 24 mai ici et sur "In the mood for Cannes" et sur d'autres supports: plus de détails prochainement...

  • « Les Enchaînés » d’Alfred Hitchcock (1946) avec Cary Grant, Ingrid Bergman, Claude Rains…

    enchaines.jpg

    Dans son livre d'entretiens avec Alfred Hitchcock, François Truffaut disait que « Les Enchaînés » était son film d'Hitchcock en noir et blanc préféré notamment parce qu'il s'agissait selon lui de « la quintessence d'Hitchcock » pour sa « pureté magnifique » et son « modèle de construction de scénario. » Même si « Sueurs froides », « Les Oiseaux », « Fenêtre sur cour », « Psychose », « La mort aux trousses » sont plus fréquemment cités « Les Enchaînés » reste pour moi un film exemplaire à bien des égards et un  de mes films préférés.

    A Miami, en 1946, Alicia (Ingrid Bergman), fille d'un espion nazie qui vient d'être condamné, mène une vie dissolue et noie son désarroi dans l'alcool. Devlin (Cary Grant) qui travaille pour le gouvernement américain lui propose de travailler pour les Etats-Unis.  Il la pousse à séduire puis épouser Alexander Sebastian (Claude Rains) qui, à Rio de Janeiro, appartient à un groupe très actif d'anciens nazis... mais Alicia et Devlin sont loin d'être indifférents l'un à l'autre...

    C'est d'abord David O.Selznick qui a suggéré à Hitchcock d'adapter « The Song of the Dragon » une nouvelle dont le scénario final (signé Hitchcock et Ben Hecht) sera plutôt éloigné. Selznick ne croit pas à cette histoire et en particulier à la bouteille contenant de l'uranium. Il revend donc le tout à la RKO.... Comme dans tous les films d'Hitchcock, le Mac Guffin, donc ici la bouteille contenant de l'uranium, remplit pourtant pleinement son objectif de bombe à retardement et d'élément du suspense...

    « Les Enchaînés » est en effet certes une histoire d'espionnage avec Mac Guffin* de rigueur (=c'est un élément de l'histoire qui sert à l'initialiser, voire à la justifier, mais qui se révèle, en fait, sans grande importance) mais aussi une histoire d'amour. C'est même là que réside le secret de ce film, dans l'entremêlement parfait entre l'histoire d'amour et l'histoire d'espionnage qui entrent en conflit. Celui de l'amour et du devoir, enchaînés l'un à l'autre comme Alicia l'est à son passé mais aussi à son mari. Le titre original « Notorious » signifiant « tristement célèbre » renvoie d'ailleurs à cette idée puisque ce sont les tristement célèbres activités de son père qui ont rendu le nom d'Alicia lui aussi tristement célèbre. Sebastian est lui aussi enchaîné, à sa mère, et aux autres nazis qui surveillent le moindre de ses faux pas. C'est aussi à leur mensonge et à la trahison que sont enchaînés Devlin et Alicia : Devlin trahit dès le début Alicia la contraint à renouer avec Sebastian, elle trahit Sebastian en se mariant avec lui pour l'espionner. Dans le premier plan où il apparaît, Devlin est d'ailleurs cadré de dos et restera ainsi plusieurs minutes, augmentant le désir du spectateur de découvrir ce mystérieux personnage muet qui semble tant intéresser Alicia, cette posture de dos signifiant aussi son rôle trouble et ambigu.

    enchaines6.jpg

    Ces conflits entre amour et devoir donnent lieu à des scènes d'une force dramatique rare comme la scène de l'hippodrome ou celle du banc qui se répondent d'ailleurs, les deux étant filmés en plans fixes, et dans les deux Alicia et Devlin masquent leurs vrais sentiments. Ces scènes dramatiques alternent avec des scènes de suspense admirables dans lesquels Hitchcock montre une nouvelle fois sa maîtrise et son génie dans ce domaine, ces scènes tournant essentiellement autour de la bouteille contenant l'uranium et d'une clé. Une simple clé qui, par la manière dont Hitchcock la filme passant de la main d'Alicia à l'autre, son expression contrastant avec le ton désinvolte qu'elle s'efforce d'employer face à Sebastian, le tout procurant à la scène un suspense d'une intensité inouïe (voir l'extrait en bas de l'article... ou ne pas le voir pour ceux qui n'ont pas encore vu le film). Plusieurs scènes sont d'ailleurs particulièrement palpitantes, notamment grâce à un savant montage parallèle lors d'une scène capitale de réception (où Hitchcock fait d'ailleurs sa coutumière apparition) ou encore lors de la scène finale de l'escalier (un élément d'ailleurs récurrent dans le cinéma hitchcockien).

    enchaînés.png
    enchaines5.jpg

    La réussite doit aussi beaucoup à la richesse des quatre personnages principaux et de ses interprètes : Devlin (Cary Grant), cynique agent secret faisant passer  le devoir avant l'amour, Alicia (Ingrid Bergman) forte et fragile, courageuse et apeurée, blessée et digne ; Claude Rains le « méchant » qui, comme toujours chez Hitchcock ne l'est pas complètement (un méchant réussi pour Hitchcock l'étant lorsqu'il paraît presque sympathique), ce dernier étant ici surtout (aussi comme souvent chez Hitchcock) victime d'une mère possessive (Mme Konstantin). Hitchcock dira ainsi que selon lui ce dernier était plus amoureux d'Alicia que l'était Devlin. Le choix de Claude Rains est donc particulièrement judicieux, si on se souvient du rôle trouble qu'il incarnait également déjà dans « Casablanca ». Il a d'ailleurs été nommé aux Oscars pour « Les Enchaînés » (ainsi que le scénariste Ben Hecht). Quant au couple formé par Ingrid Bergman et Cary Grant, il est absolument sublime et sublimé par l'élégance de la mise en scène d'Hitchcock mais aussi par celle de la photographie de Ted Tetzlaff l'auréolant d'un magnétisme mélancolique, électrique et fascinant.

    enchaines7.jpg

    Après « Soupçons », en 1941, « Les Enchaînés » est le deuxième film d'Hitchcock avec Cary Grant. Suivront ensuite « La Main au collet » et « La Mort aux trousses ». C'est également son deuxième film  avec Ingrid Bergman après « La Maison du Dr Edwards », en 1945. Il tournera encore un film avec elle : «Les Amants du Capricorne. »

    enchaines4.jpg

    C'est aussi sa scène de baiser entrecoupée entre Cary Grant et Ingrid Bergman qui a rendu le film célèbre, un baiser intelligemment découpé par de nombreux dialogues; pour contourner le code "Hays" (la censure de l'époque)  qui minutait la durée de toutes les scènes jugées osées. L'entrecouper de dialogues faisait redémarrer le compteur à zéro à chaque fois permettant de rallonger la durée du baiser.

    Au-delà de cette anecdote comme le disait si bien Truffaut, « Les Enchaînés » est en effet la quintessence du cinéma d'Hitchcock : perfection scénaristique saupoudrée d'humour, de trahison, de rédemption; mélange habile d'histoire d'amour contrarié et d'espionnage, astucieuse simplicité de l'intrigue, virtuosité de la mise en scène ( Ah, le travelling du lustre du salon jusqu'à main de Bergman contenant la clé !), photographie magnétique, couple de cinéma légendaire, intrigue trépidante, palpitante et jubilatoire... le tout formant un classique du cinéma que l'on ne se jamais  de voir et de revoir !

     *Pour Hitchcock, le but du cinéma était avant tout d'embarquer le spectateur, de le manipuler, quitte à faire quelques incohérences. A ceux qui lui reprochait le manque de vraisemblance, il racontait l'histoire suivante (comme il l'expliqua à Truffaut dans son livre d'entretiens !) : « Deux voyageurs se trouvent dans un train allant de Londres à Édimbourg. L'un dit à l'autre : « Excusez-moi, monsieur, mais qu'est-ce que ce paquet à l'aspect bizarre que vous avez placé dans le filet au-dessus de votre tête ? - Ah ça, c'est un MacGuffin. - Qu'est-ce que c'est un MacGuffin ? - Eh bien c'est un appareil pour attraper les lions dans les montagnes d'Écosse - Mais il n'y a pas de lions dans les montagnes d'Écosse. - Dans ce cas, ce n'est pas un MacGuffin » .

     Autres critiques de films d'Hitchcock à lire sur Inthemoodforcinema.com :

    L'homme qui en savait trop

    Correspondant 17

    Suivez aussi les autres blogs inthemood: In the mood for Cannes, In the mood for Deauville, In the mood for luxe .

    Ce film sera projeté, le 2 mai, au restaurant "Les Cinoches" pour son ciné-club du dimanche soir dont j'ai la passionnante responsabilité de faire la programmation à partir de cette date, et cela pendant 8 semaines. Film à partir de 21h.

  • Toujours à l'affiche...

    En attendant de nouvelles critiques de films à l'affiche depuis cette semaine et de nouvelles critiques de classiques du cinéma, je vous propose ci-dessous une liste de films encore à l'affiche, recommandés par inthemoodforcinema.com . Vous pourrez accéder à mes critiques en cliquant sur les titres des films qui vous intéressent.

  • La sélection Cinéfondation du Festival de Cannes 2010 : courts-métrages en compétition

    cannes4.jpgLa Sélection de la Cinéfondation présentera lors du prochain Festival de Cannes 13 films, choisis parmi les 1600 proposés par des écoles de cinéma du monde entier. Parmi ces films issus de 11 pays, le jury de la Cinéfondation et des courts métrages, présidé par Atom Egoyan, récompensera ses trois préférés.  Ce palmarès sera annoncé vendredi 21 mai au Festival de Cannes.


    Jens BLANK - COOKED - 7'
    NFTS, Royaume-Uni

    Vatche BOULGHOURJIAN - HINKERORT ZORASUNE (The Fifth Column) - 29'
    NYU, États-Unis                                                                        

    Vincent CARDONA - COUCOU-LES-NUAGES  (Anywhere Out of the World) - 38'
    La fémis, France                                                                                  

    Gilles COULIER - IJSLAND (Iceland) - 22'
    Université Sint-Lukas*, Belgique

    KIM Tae-yong - FROZEN LAND - 36'
    Université de Sejong*, Corée du Sud

    Dane KOMLJEN - JA VEĆ JESAM SVE ONO ŠTO ŽELIM DA IMAM (I Already Am Everything I Want to Have) - 35'
    FDU, Serbie

    Juho KUOSMANEN - TAULUKAUPPIAAT (The Painting Sellers) - 60'
    Université Aalto, Finlande                                             

    Janaína MARQUES RIBEIRO - LOS MINUTOS, LAS HORAS (The Minutes, the Hours) - 11'
    EICTV, Cuba                                                                                          

    Michaela MÜLLER - MIRAMARE - 8'
    ALU*, Croatie

    Benjamin NAISHTAT - EL JUEGO (The Game) - 20'
    Le Fresnoy, France

    Mátyás PRIKLER - ĎAKUJEM, DOBRE (Thanks, Fine) - 40'
    FTF-VŠMU, Slovaquie

    Bálint SZIMLER - ITT VAGYOK (Here I Am) - 36'
    SzFE, Hongrie

    Andrew WESMAN - SHELLEY - 21'
    Université Harvard*, États-Unis


    *écoles sélectionnées pour la première fois

  • Festival de Cannes 2010: les films de la sélection officielle détaillés

    conférencedepresse.jpgJusqu'à l'ouverture du 63ème Festival de Cannes, retrouvez, chaque jour, sur "In the mood for Cannes", un film de la sélection officielle ainsi que son réalisateur présentés en détails. Vous pouvez d'ores et déjà y trouver un article consacré à Bertrand Tavernier et sa "Princesse de Montpensier" (film en compétition) et à Woody Allen et son "You will meet a tall dark stranger" (hors-compétiton). D'autres suivront bientôt...

  • Critique de « Green zone » de Paul Greengrass avec Matt Damon…

    green5.jpg

    Avec ce septième long-métrage, Paul Greengrass retrouve pour la troisième fois Matt Damon et s'attèle également pour la troisième fois au film « historique » après « Bloody Sunday » et « Vol 93 ».  Mais qu'allait donc donner cette collaboration entre le réalisateur et l'acteur qui, sous la direction de Paul Greengrass, pour la première fois n'incarne plus Jason Bourne mais l'adjudant-chef Roy Miller  dans cette adaptation du livre d'enquête de Rajiv Chandrasekaran?

    Pendant l'occupation américaine de Bagdad en 2003, ce dernier et ses hommes ont ainsi pour mission de trouver des armes de destruction massive censées être stockées dans le désert iraquien mais, d'un site à un autre où il ne trouve jamais rien, Roy Miller commence à s'interroger sur le véritable objectif de leur mission. C'est dans la Green zone (quartier fortifié du gouvernement provisoire irakien, des ministères et des ambassades) que se joue le sort du pays entre les mains de ceux pour qui il est un capital enjeu...

    Le premier grand atout de cette nouvelle collaboration Damon/Greengrass (et disons-le tout de suite,  de cette vraie réussite) c'est d'expliquer intelligemment et avec simplicité  tous les ressorts d'une situation aussi explosive que complexe. Ainsi,  chaque personnage incarne un point de vue sur la situation irakienne : le militaire américain qui remet en cause la position du Pentagone, l'Irakien (blessé lors de la guerre Iran/Irak et victime de ce conflit qui à la fois le concerne directement et l'ignore) qui souhaite avant tout que son pays aille de l'avant et le débarrasser des anciens acolytes de Saddam Hussein (les fameuses cartes comme si cette désolante et tragique mascarade n'était qu'un jeu), les militaires qui obéissent aveuglement au mépris des vies sacrifiées et au prétexte de l'objectif fallacieux dicté par la Maison Blanche (et pour couvrir cet objectif fallacieux), les journalistes manipulés et par voie de conséquence manipulateurs de l'opinion, le nouveau gouvernement incompétent choisi par l'administration américaine... et au milieu de tout ça, une population qui subit les conséquences désastreuses qui, aujourd'hui encore, n'a pas trouvé d'heureux dénouement.

     Le film de guerre se transforme alors en explication géopolitique imagée mais n'allez pas croire qu'il s'agit là d'un film soporifique comme son sujet aurait pu laisser le craindre. Caméra à l'épaule, réalisation nerveuse, saccadée, contribuant à renforcer le sentiment d'urgence, immersion dès le premier plan qui nous plonge en plein chaos... Paul Greengrass, avec son style documentaire et réaliste (il a même fait tourner de nombreux vétérans de la guerre en Irak), n'a pas son pareil pour créer une tension qui nous emporte dans le début et ne nous quitte plus jusqu'à la fin.  Côté réalisation le film lorgne donc du côté  des Jason Bourne surtout que Roy Miller, tout comme Jason Bourne est aussi en quête de vérité, pas celle qui le concerne mais qui implique l'Etat dont il est censé défendre les valeurs. Matt Damon avec son physique d'une force déterminée et rassurante  confirme une nouvelle fois la pertinence de ses choix.

    En signant le premier film à aborder frontalement le thème de l'absence des armes de destruction massive, Paul Greengrass n'épargne personne, ni l'administration Bush ( un dernier plan sur des installations pétrolières est particulièrement significatif quant aux vraies et accablantes raisons du conflit) ni certains militaires ni les médias ne sont épargnés.  Enfin des images sur une piètre vérité pour un film aussi explosif que la situation qu'il relate.

    Entre thriller et film de guerre, un film prenant en forme de brûlot politique qui n'oublie jamais, ni de nous distraire, ni de vulgariser une situation complexe, ni son objectif de mettre en lumière la sombre vérité. Courageux et nécessaire. A voir absolument !

     

  • Participez au tournage de Largo Winch II en Belgique avec LG

    largo.jpg

    Je vous propose aujourd'hui de gagner une invitation exceptionnelle pour assister au tournage de Largo Winch II en  Belgique le 26 avril 2010 ( lundi prochain ) . Si le second volet est à la hauteur du premier (dont vous pouvez retrouver ma critique en cliquant ici), cette journée s'annonce trépidante!
     
     
    Pour cela, laissez  un commentaire (sur la page Facebook de Lg à laquelle vous pourrez accéder en suivant le lien ci-dessous qui vous donnera toutes les informations) en expliquant, en quelques lignes, comment ils imagineraient leur expérience sur le tournage de Largo Winch II.
     
     
    L’invitation exceptionnelle comprend :
     
    -    L’aller retour en train (Paris-Bruxelles) et transfert sur le lieu de tournage,
    -    La possibilité d’assister à une journée entière de tournage,
    -    Le déjeuner sur place en présence de l’équipe du film,
     
     
    Le vainqueur aura la chance d’être le Reporter VIP LG et relatera, dès son retour, son expérience dans les coulisses de ce tournage événement.
     
     
    L’URL de l’article :
    http://www.lgblog.fr/2010/04/20/participez-au-tournage-de-largo-winch-ii-en-belgique/

    Bonne chance à tous!