Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

FESTIVAL DU FILM BRITANNIQUE DE DINARD 2013

  • Palmarès du Festival du Film Britannique de Dinard 2013

    BV1KXvpIcAAdhKW.jpg

    dinard56.jpg

    En attendant de vous parler du film lauréat (et cela tombe bien puisque c'est mon coup de cœur de cette compétition), et du film de clôture "Week end à Paris" de Roger Michell, voici le palmarès de ce 24ème Festival du Film Britannique de Dinard qui a donc couronné "The selfish giant", l'histoire âpre et poignante de deux adolescents renvoyés de l'école qui collectent des métaux usagés pour un ferrailleur local au péril de leur amitié...et de leur vie.

     Précisions que le règlement du festival a dû être modifié pour que le grand lauréat de cette édition figure en compétition puisque ce sont habituellement des films n'ayant jamais été projetés en festivals et que celui-ci a été découvert à Cannes. Il sortira en décembre en France. Je vous le recommande.

    En bonus, ci-dessus, la vidéo de Line Renaud qui raconte sa rencontre avec Hitchcock.

    Prix du jury - Hitchcock d'or

    "The selfish giant" de Clio Barnard

    Mention spéciale du jury pour les 3 acteurs principaux de "Everybody's going to die" des Jones

    Prix de l'image

    "The selfish giant" de Clio Barnard

    Prix du public 

     "Titus" de Charlie Cattrall

    Prix coup de cœur La Règle du jeu

    "The selfish giant" de Clio Barnard

    Prix du scénario

    "Spike Island" de Mat Whitecross

    Prix du court-métrage

    "Trucs de gosse"d'Emilie Noblet

     

    Lien permanent Imprimer Catégories : FESTIVAL DU FILM BRITANNIQUE DE DINARD 2013 Pin it! 0 commentaire
  • Festival du Film Britannique de Dinard 2013 : premières impressions

     

    dinard11.jpg

    dinard8.jpg

    A peine le pied posé à Dinard que déjà nous avons la sensation d’être dans un film, d'être ailleurs réellement. Dinard avec ses belles demeures intemporelles, fières et presque menaçantes (heureusement, si le festival a eu la bonne idée de me loger dans une de ces demeures, l’affabilité du maître des lieux me fait trouver la bâtisse plus fière que menaçante) qui se dressent au-dessus de la mer impétueuse aux couleurs changeantes, avec son ciel versatile…et avec la statue d’Hitchcock à chaque coin de rue, lui qui nous aurait sans doute réalisé un film aussi remarquable que redoutable s’il avait posé sa caméra ici.

    hitch3.jpg

    Dinard, ce sont aussi pour moi des souvenirs d’enfance (je suis presque de la région), les souvenirs de mes nombreuses participations à ce festival, et a fortiori la première d’entre elles, il y a 14 ans, en tant que jurée. Je vous en ai parlé de nombreuses fois ici…pourtant il y a beaucoup de choses que je n’ai pas racontées encore (et que je ne raconterai pas forcément encore cette fois) à propos de ces 4 jours irréels dont j’ai avant tout gardé le souvenir des belles personnes que j’y ai rencontrées. Je me souviens ainsi … De l’humour ravageur de Daniel Prévost, tellement extraverti quand il arrivait dans la salle, si discret, mesuré et cultivé en privé. De Julian Barnes persuadé, suite à un quiproquo que je travaillais pour un célèbre quotidien, mais toujours d’une indéniable élégance. De la bonhomie de Tom Hollander…qui piochait dans mon assiette. De la timidité d’Etienne Daho qui avait le trac autant que moi (c’est dire !) quand il s’agissait de monter sur scène, de son empathie, de sa personnalité effacée et pourtant si charismatique, de sa gentillesse. De l’extravagance de Jane Birkin, de sa personnalité à fleur de peau si attachante, de sa sincérité et de sa gentillesse inouïes. D’une autre actrice au double visage…  Et d’un cinéaste qui faisait partie des réalisateurs des films que nous avions à "juger". Un certain Christopher Nolan. Je peux bien l’avouer maintenant, il y a prescription : j’avais voté pour qu’il obtienne le Hitchcock d’or pour « Following », plus qu’un coup de cœur, un coup de foudre pour ce film. Il dut se contenter de l’argent.

     

    gt.jpg

    Depuis, Dinard n’a pas vraiment changé. Le festival est toujours dirigé par l’enthousiaste et discret Hussam Hindi. Les belles bâtisses intemporelles sont toujours là, face à une mer rugissante et sous un ciel capricieux.

    125499619.jpg

    Et puis Dinard, c’est là que se déroule la première nouvelle de mon recueil "Ombres parallèles" intitulée "A l'ombre d'Alfred" (à lire, ici). Alors, définitivement la réalité et la fiction se confondent ici aussi pour moi…

    girl.jpg

    Rien d’étonnant alors que le film d’ouverture soit cette année « The girl », un téléfilm de Jullian Jarold, un film qui nous raconte les rapports difficiles d’Hitchcock et de son actrice des « Oiseaux » et de « Pas de printemps pour Marnie » :  Tippi Hedren. C’est Toby Jones à qui le festival rend hommage cette année qui incarne « Hitch » tel que ce dernier imposait qu’on l’appelle, en tout cas que Tippi Hedren l’appelle. Le moins qu’on puisse dire c’est que le téléfilm n’épargne pas Hitchcock et ne le rend pas particulièrement sympathique, et même pathétique. L’intensité du jeu de Toby Jones et celui de Sienna Miller (un peu effacée au début puis prenant possession de l’image comme le fit Tippi Hedren), de leur confrontation nous maintient en haleine même si, parfois, je me suis sentie presque gênée avec l’impression de regarder par le trou de la serrure, de découvrir ce qu’il n’apporte pas forcément grand-chose de savoir sur cet immense cinéaste, même si évidemment son comportement explique aussi les obsessions et thématiques de son œuvre. Un téléfilm très maitrisé, intéressant et qui doit beaucoup à l’implication de ses deux interprètes principaux mais je vous aurai prévenu : vous ne verrez plus jamais « Hitch » de la même manière après ça et sans doute, comme moi, aurez-vous envie de rererevoir ses chefs d'œuvre, sous un jour nouveau néanmoins.

     

    hitch10.jpg

    Ci-dessus (à venir) la vidéo de l’ouverture avec Eric Cantona (président du jury), Line Renaud (marraine du festival, décidément très à l’aise sur scène et encore très alerte) et Toby Jones.

     

    Dinard, ce ne sont pas seulement les avant-premières, ce sont aussi six films en compétition. Pour les trois  vus jusqu’à présent,  « Everyone’s going to die » des Jones,  « Spike Island » de Mat Whitecross et « Hello Carter » d’Anthony Wilcox,  on peut d’ores et déjà trouver des thématiques communes : une envie d’ailleurs, de trouver un nouveau départ, que ce soit des trentenaires ou des adolescents, avec toujours une lueur d’espoir, l’humour malgré la rudesse du quotidien, des personnages attachants et une bande originale qui vaut le détour, en particulier pour mon coup de cœur « Everyone’s going to die », un bel hymne à la vie, à son horizon de possibles même quand tout semble sans avenir, et surtout le portrait sensible de deux personnages attachants, cabossés par la vie et qui n’auraient jamais dû se rencontrer, un bel usage du hors champ aussi avec pour effet un humour noir et décalé "so british".

    about.jpg

     Etait également projeté en avant-première aujourd’hui, « About time », la dernière réalisation de Richard Curtis, dix ans après « Love actually » auteur de scénarii comme « Quatre mariages et un enterrement » et « Coup de foudre à Notting Hill ». Ici, il mêle à nouveau astucieusement vie et mort pour nous faire mesurer à quel point l’ordinaire est extraordinaire si on prend toute la mesure de la fugacité de l’existence. L’idée de départ, si elle s’apparente à de la science-fiction (à l’âge de 21 ans, Tim découvre qu’il a la capacité de voyager dans le temps), n’est finalement qu’un prétexte. Prétexte à de belles scènes de comédie évidemment, finalement et paradoxalement moins improbables et plus nuancées que  dans « Love actually ». Mais surtout un prétexte à nous faire mesurer la valeur du présent, de tous ces instants a priori anodins qui se révèlent primordiaux quand le temps et la vie s’enfuient. Le film est porté par une belle brochette d’acteurs au premier rang desquels le jeune Domhnall Gleeson (séduisant ici même si ce n’était pas gagné d’avance mais la caméra empathique de Richard Curtis le rend beau), Rachel Mc Adams, Bill Nighy. Malgré quelques baisses de rythme, une judicieuse idée de départ qui peut-être aurait pu être davantage exploitée (mais qui en serait ainsi peut-être devenue lourde et redondante), on obtient un « feel good movie » sans la moindre dose de cynisme...et franchement, cela fait parfois du bien!

    dinard1.jpg

    Rendez-vous ici demain pour le palmarès du festival et le bilan de cette édition et quelques clichés de mes pérégrinations à Dinard.

     

    dinard14.jpg

    dinard6.jpg

    La Terrasse du 333 Café où se déroule en partie la nouvelle "A l'ombre d'Alfred" et, au passage, son fish and chips que je vous recommande vivement.

    dinard2.jpg

    dinard5.jpg

    Lien permanent Imprimer Catégories : FESTIVAL DU FILM BRITANNIQUE DE DINARD 2013 Pin it! 0 commentaire
  • A l'ombre d'Alfred..

    Juste trois petites photos pour vous faire patienter en attendant de vous raconter cette hitchcockienne ouverture du 24ème Festival du Film Britannique de Dinard qui a eu lieu ce soir. En attendant, vous pouvez aussi vous plonger dans l'ambiance en découvrant gratuitement la première nouvelle de mon recueil "Ombres parallèles", intitulée "A l'ombre d'Alfred", accessible en cliquant ici puis sur "lire ou télécharger un extrait"...et en espérant que cela vous donnera envie de lire la suite. Les deux premières photos ci-dessous sont directement liées à la nouvelle...

    dinard1.jpg

    dinard2.jpg

    dinard5.jpg

    Lien permanent Imprimer Catégories : FESTIVAL DU FILM BRITANNIQUE DE DINARD 2013 Pin it! 0 commentaire