Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

CONCOURS/JEUX

  • CONCOURS - REPONSES - Gagnez vos pass pour le 44ème Festival du Cinéma Américain de Deauville

    44ème Festival du Cinéma Américain de Deauville 2018 3.JPG

    Vous avez été très nombreux à participer au concours permettant de remporter des pass pour le 44ème Festival du Cinéma Américain de Deauville (organisé en partenariat avec le CID). Les gagnants ont été contactés aujourd'hui. Si vous ne figurez pas parmi les heureux gagnants, sachez que des pass journaliers et des invitations pour la clôture seront mis en jeu sur mes réseaux sociaux pendant le festival. Je vous invite donc à les suivre:

    -Twitter : @Sandra_Meziere et @moodfdeauville

    -Instagram : @sandra_meziere

    -Facebook : http://facebook.com/inthemoodfordeauville et http://facebook.com/inthemoodforcinema 

    Je vous donne rendez-vous dès jeudi sur ces comptes en direct de Deauville pour vous faire vivre le festival en direct. Bon festival à tous ! 

    QUESTIONS et REPONSES

    Question n°1 : 

    Laquelle ou lesquelles parmi ces quatre personnalités a/ont son/leurs nom(s) immortalisé(s) sur les célèbres planches de Deauville ?

    deauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,filmdeauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,filmdeauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,filmdeauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,film

    Paul Mazurski, Kevin Williamson, Chow yun-fat ont leurs noms qui figurent sur les planches. Seul Leonardo DiCaprio n'a pas (encore) son nom sur les célèbres planches. 

    Question n°2 :

    Quelques initiales et des chiffres pour deviner le nom d'un classique du cinéma américain :

    C.C/ H.H/JJ/0.6.9.1

    Quel est le film auquel font référence ces lettres et chiffres ?

    Le film à trouver était La Garçonnière de Billy Wilder.

    0.6.9.1 : l'année du film à l'envers (1960)

    HH pour Hope Holiday

    C.C pour C.C. Baxter, le personnage

    J.J pour Joyce Jameson

    La Garçonnière.jpg

    Question n°3 : 

    Quel est le titre de ce film (lié à l'histoire du Festival du Cinéma Américain de Deauville ) ?

     

    deauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,film

    Cette image est extraite du film The Rider projeté l'an passé en compétition dans le cadre du Festival du Cinéma Américain dont vous pouvez retrouver ma critique ci-dessous.

    The Rider de Chloé Zhao.jpg

     

    deauville,festival du cinéma américain de deauville 2017,festival du cinéma américain de deauville,festival,festivals,festival de cinéma,in the mood for cinema,michel hazanavicius,robert pattinson,vincent lindon,michelle rodriguez

     

    Brady, un jeune cow-boy, entraîneur de chevaux et étoile montante du rodéo, voit sa vie basculer après un tragique accident de rodéo. On lui annonce alors qu’il ne pourra plus jamais faire d’équitation. De retour chez lui, il est confronté au vide qu’est devenue sa vie : celle d’un cow-boy qui ne peut désormais ni faire de rodéo ni même monter à cheval. Pour reprendre son destin en mains, Brady se lance alors dans une quête identitaire en cherchant à comprendre ce que c’est vraiment qu’être un homme au cœur même de l’Amérique.    

    INTERPRÉTATION Brady Jandreau (Brady Blackburn), Tim Jandreau (Wayne Blackburn), Lilly Jandreau (Lilly Blackburn), Lane Scott (Lane Scott), Cat Clifford (Cat Clifford

    Brady vit ainsi avec une blessure à vif, physique et morale. Ainsi a-t-il vu ses rêves, son « American dream », se briser.  Brady Jandreau, qui joue son propre rôle aux côtés de sa famille et de ses amis est vraiment une jeune star du rodéo qui a vu sa vie basculer suite à un accident et cette véracité renforce bien sûr l’émotion qui émane de chacun des plans.

    Ici pas de super héros, pas de grandiloquence, pas de chevauchées fantastiques aux sanglots longs des violons, mais un homme à terre qui essaie de trouver la voie à emprunter pour se relever et continuer à avancer. Comme il le dit lui-même, là où un animal aurait été abattu lui est « obligé de vivre ». Meurtri mais combattif.  Les scènes d’une beauté et simplicité bouleversantes s’enchainent pour dresser le portrait d’un homme que la réalisatrice regarde avec beaucoup d’humilité et de bienveillance aussi éloignée soit-elle (à l'origine du moins) du Dakota du Sud où le film est tourné.

    Après s’être immergée durant quatre ans dans une réserve amérindienne du Dakota du Sud pour réaliser « Les chansons que mes frères m’ont apprises », la réalisatrice pose ainsi à nouveau sa caméra dans cet Etat, à nouveau dans la réserve indienne de Pine Ridge. Après s’être intéressée aux Indiens, elle se penche cette fois sur ces Cowboys d’une autre Amérique, sans éclat, sans flamboyance, sans rutilance, qui combattent pour survivre. Chloé Zhao  revisite ainsi le western faisant du décor un personnage à part entière. Sa caméra caresse et sublime les corps de ces cowboys qui « chevauchent la douleur », qui bravent la nature.

    A l’image du personnage de Katie dans « Katie says goodbye » (autre film en compétition du Festival du Cinéma Américain de Deauville 2017), Brady doit faire face à un avenir sans espoir, à un parent immature, et lui aussi incarne de nombreux contrastes à l’image de cette Amérique pétrie de contradictions. La violence de l’arène dans laquelle il évolue contraste avec la tendresse dont il fait preuve avec sa jeune sœur handicapée ou son ami victime d’un accident de rodéo (ces scènes ne sont jamais voyeuristes ou larmoyantes mais pleines de sensibilité). Les immenses plaines évocatrices de liberté contrastent avec la blessure et l’arène qui l’enferment. Et c’est en renonçant au rodéo que le cowboy va devenir un homme…

    Chloé Zhao réussit une œuvre  pleine de délicatesse et de subtilité sur un univers a priori rude et rugueux. Entre documentaire et drame intimiste, son film  dresse le portrait poignant d’un personnage qui apprend à renoncer dont la force vous accompagne bien après le générique de fin et qui vous donnera envie de continuer à avancer et rêver envers et contre tout.

    Le jury qui lui a attribué le grand prix a salué sa poésie et son humanité.

    Question n °4 :

    En quelle année ce film fut-il présenté au Festival du Cinéma Américain de Deauville et quel est le titre de ce film ?

    Il s'agit du film Le chat connaît l'assassin de Robert Benton, un film projeté en 1977 à Deauville.

    deauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,film

    Le chat connaît l'assassin.jpg

    Question n°5 :

    Quel prix ce film a-t-il obtenu au Festival du Cinéma Américain de Deauville, en quelle année et quel est son titre ?

    deauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,film

    Ce film a obtenu le Prix d’Ornano du 34ème Festival du Cinéma Américain de Deauville. Il s'agit de Johnny Mad Dog de Jean-Stéphane Sauvaire.

    Johnny Mad Dog.jpg

     

    Question n°6 :

    Qui est-ce ? Quel prix a-t-il reçu au Festival du Cinéma Américain de Deauville et en quelle année ?

    deauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,film

    Il s'agit de  Jay McInerney, prix littéraire Barrière 2007 avec La belle vie (The good life).

    Question n°7 : 

    En quelle année le Festival du Cinéma Américain de Deauville eut-il lieu pour la première fois au CID et combien de spectateurs la salle peut-elle contenir ?

    Le Festival du Cinéma Américain de Deauville a eu lieu pour la première fois au CID en 1992. La salle peut contenir 1497 spectateurs.

    Question n°8 :

    De quel excellent film américain cette image est-elle extraite ?

    deauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,film

    Cette image est extraite de La loi du silence d'Alfred Hitchcock.

    La Loi du silence.jpg

    Question n°9 :

    Pourquoi souhaitez-vous assister au Festival du Cinéma Américain de Deauville ? (Cette question est obligatoire même si vous n'avez pas réussi à répondre à toutes les questions précédentes et est simplement destinée à départager d'éventuels gagnants ayant toutes les bonnes réponses ou le même nombre de bonnes réponses et d'éviter les réponses automatiques de sites de concours. )

    Question n°10 : 

    Quel est votre film (américain) préféré ? (Cette question est obligatoire même si vous n'avez pas réussi à répondre à toutes les questions précédentes et est simplement destinée à départager d'éventuels gagnants ayant toutes les bonnes réponses ou le même nombre de bonnes réponses et d'éviter les réponses automatiques de sites de concours. Bien sûr, vos goûts ne seront pas jugés. Seule compte la passion du cinéma... ).

    Lien permanent Imprimer Catégories : CONCOURS/JEUX, FESTIVAL DU CINEMA AMERICAIN DE DEAUVILLE 2018 Pin it! 0 commentaire
  • Concours 2 - Gagnez vos pass pour le 44ème Festival du Cinéma Américain de Deauville et découvrez les nouveautés du festival et les 1ères informations sur le programme

    affiche du 44ème Festival du Cinéma Américain de Deauville 2018.jpg

    Article mis à jour le 3 août 2018 avec les nouvelles annonces concernant la programmation du festival.

    Avec le mois de juillet retentissent comme chaque année les premières annonces concernant la prochaine édition du Festival du Cinéma Américain de Deauville.

    Cette 44ème édition aura ainsi lieu du 31 août au 9 septembre.

    La présidente du jury sera la comédienne Sandrine Kiberlain, voilà déjà une belle promesse pour cette édition 2018. A cette occasion, je vous propose ma critique de Mademoiselle Chambon de Stéphane Brizé, une critique d'autant plus à-propos que Stéphane Brizé sera également membre du jury, l'occasion de vous livrer également ma critique du dernier film du cinéaste, En guerre. Cliquez ici pour lire ces deux critiques dans mon article précédent consacré au jury du festival.

    deauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,film

    Nous savons en effet désormais que Sandrine Kiberlain sera accompagnée de :

    Sabine AZEMA

    Comédienne

    Alex BEAUPAIN

    Auteur-compositeur-interprète

    Leila BEKHTI

    Comédienne

    Stéphane BRIZÉ

    Réalisateur & scénariste

    Vincent Lindon Stéphane Brizé 2.JPG

    Photo de Stéphane Brizé ci-dessus prise lors de la conférence de presse du film En guerre à l'occasion du Festival de Cannes 2018.

    Sara GIRAUDEAU

    Comédienne & réalisatrice

    Xavier LEGRAND

    Réalisateur, scénariste & comédien

    Pierre SALVADORI

    Réalisateur, scénariste & comédien

    Leïla SLIMANI

    Romancière

    Jury Révélation Festival du cinéma Américain de Deauville 2018.jpg

    Après la composition du jury présidé par Sandrine Kiberlain, c'est le jury révélation dont la composition vient d'être annoncée. Présidé par Cédric Kahn, il sera constitué de :

    -Hubert CHARUEL

    Réalisateur & scénariste

    -François CIVIL

    Comédien

     -Karim LEKLOU

    Comédien

    -Kate MORAN

    Comédienne

    Depuis 2006, le Prix de la Révélation du Festival du Cinéma Américain de Deauville récompense une œuvre originale qui révèle un auteur prometteur. Cette année, pour la première fois, la Fondation Louis Roederer s’associe à ce prix.
     

    Les chatouilles prix d'Ornano Valenti Festival de Deauville 2018.jpg

    Lors de la cérémonie du Palmarès du Festival du Cinéma Américain de Deauville, un jury international composé de journalistes anglo-saxons et présidé par Jean-Guillaume d’Ornano remettra officiellement le Prix d’Ornano-Valenti 2018 au film lauréat de cette année : Les Chatouilles d'Andréa Bescond & Éric Métayer.

    Créé en 1991 par les compagnies membres de la Motion Picture Association (MPA) – association regroupant six studios de production et de distribution de films américains –, le Prix Michel d’Ornano – dédié à la mémoire de l’ancien ministre, maire de Deauville et cofondateur du Festival du Cinéma Américain – récompense un premier film français, dans le but d’aider à sa reconnaissance, sa promotion et son exportation. En 2015, le Prix est rebaptisé Prix d’Ornano-Valenti en hommage conjoint à Jack Valenti, initiateur du Prix, et à l’amitié qui unit en son temps les deux hommes et leurs familles, tous très attachés au Festival du Cinéma Américain de Deauville.

    Synopsis :

    Odette a huit ans, elle aime danser et dessiner. Pourquoi se méfierait-elle d’un ami de ses parents qui lui propose de « jouer aux chatouilles » ? Adulte, Odette danse sa colère, libère sa parole et embrasse la vie…
     
    INTERPRÉTATION |   Andréa Bescond (Odette), Karin Viard (Mado Le Nadant), Clovis Cornillac (Fabrice Le Nadant), Pierre Deladonchamps (Gilbert Miguié), Grégory Montel (Lenny), Gringe (Manu)


     

    le cas Fitzgerald de John Grisham prix littéraire Lucien Barrière.jpg

    Nous savons également que le prix littéraire Lucien Barrière du Festival du Cinéma Américain de Deauville 2018 sera remis à John Grisham pour Le cas Fitzgerald.

    Chappaquiddick Festival de Deauville.jpg

    C'est le film LE SECRET DES KENNEDY de John Curran qui sera projeté en ouverture du festival le vendredi 31 août, une ouverture que je vous ferai vivre en direct. À l’occasion de la présentation du film, Jason Clarke sera présent et recevra un Deauville Talent Award. 

    INTERPRÉTATION I MAIN CAST Jason Clarke (Ted Kennedy), Kate Mara (Mary Jo Kopechne), Ed Helms (Joseph Gargan), Bruce Dern (Joseph Kennedy), Jim Gaffigan (Paul Markham), Olivia Thirlby (Rachel), Clancy Brown (Robert McNamara)
    DISTRIBUTION Ace Entertainement

    Le 18 juillet 1969, la jeune Mary Jo Kopechne, directrice de campagne du sénateur Ted Kennedy, meurt noyée après que ce dernier eut perdu le contrôle de sa voiture en tentant de traverser le tristement célèbre pont Dike, sur l’île de Chappaquiddick dans l’État du Massachusetts. Cet événement a non seulement coûté la vie à une future stratège politique proche des Kennedy, mais il a intrinsèquement changé le cours de l'histoire présidentielle, en mettant au grand jour les rouages intimes du pouvoir politique, l'influence de la plus célèbre famille des États-Unis, ainsi que la fragilité de Ted Kennedy, le fils cadet accusé d'avoir laissé mourir Mary Jo Kopechne, dans l'ombre de son héritage familial.

    Le secret des Kennedy au Festival du Cinéma Américain de Deauville 2018.png

     

    Galveston au Festival du Cinéma Américain de Deauville 2018.jpg

    Cette année, le festival a choisi de mettre en avant le talent de quatre femmes qui toutes, par leurs choix exigeants et leurs parcours, témoignent d’une audace et d’une liberté qui font la force du cinéma indépendant contemporain dans toute sa diversité et sous toutes ses formes: Kate Beckinsale (Deauville Talent Award), dont les rôles l’auront menée de la comédie romantique à des genres longtemps masculins comme la science-fiction, le thriller et le fantastique;  Elle Fanning (Nouvel Hollywood) et sa carrière déjà remarquable ; Mélanie Laurent qui signe avec succès son cinquième film en tant que réalisatrice en traversant l’Atlantique ; et Shailene Woodley (Nouvel Hollywood), symbole du renouveau qui incarne à la perfection les frontières poreuses et fécondes de la télévision et du cinéma.

    Nous savons également que le prix littéraire Lucien Barrière du Festival du Cinéma Américain de Deauville 2018 sera remis à John Grisham pour Le cas Fitzgerald.

     Nous savons également, suite à son affiche officielle, que le film ci-dessous sera programmé dans le cadre du 44ème Festival du Cinéma Américain de Deauville.

    Thunder road au Festival du Cinéma Américain de Deauville.jpg

     

    Blindspotting Festival du Cinéma Américain de Deauville 2018.jpg

    Ce festival du cinéma américain, celui où commença pour moi cette belle histoire d'amour avec les festivals de cinéma, reste mon festival de prédilection. Il reste pour moi incomparable grâce à son atmosphère conviviale et chaleureuse, la diversité de ses projections, subtile alchimie entre cinéma indépendant, hommages, blockbusters américains, Docs de l'oncle Sam, prix littéraire, prix d'Ornano-Valenti (qui récompense un scénario de film français)..., grâce aussi au lieu idyllique dans lequel il se déroule, Deauville la mélancolique majestueuse, et grâce à la somptueuse  salle qui lui sert d'écrin, le CID.

    deauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,film

    Du cinéphile le plus exigeant au « simple » amateur de cinéma, tout le monde peut y trouver son bonheur. Un moment unique pour tous les amoureux de cinéma : telle est d'ailleurs la judicieuse devise du Festival du Cinéma Américain de Deauville qui figure chaque année sur son affiche.

    deauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,film

    Comme chaque année depuis une vingtaine d'années, j'aurai le plaisir de suivre le festival de l'ouverture à la clôture, de vous le faire suivre sur mes blogs, réseaux sociaux, mais aussi dans la presse (je vous en dirai bientôt plus à ce sujet). Plus que jamais cette année, je vous ferai vivre le festival de l'intérieur, ici, sur mon blog entièrement consacré à Deauville, Inthemoodfordeauville.com, sur Inthemoodforfilmfestivals.com également avec sur ces derniers comme chaque année le compte rendu complet et détaillé du festival et en amont toutes les informations sur celui-ci, mais aussi bien sûr sur mes réseaux sociaux, sur mon compte twitter principal (@Sandra_Meziere), sur mon compte twitter consacré à Deauville (@moodfdeauville), sur mon compte Instagram (@sandra_meziere) et sur la page Facebook d'Inthemoodfordeauville.com (http://facebook.com/inthemoodfordeauville) et sur celle d'Inthemoodforcinema.com (http://facebook.com/inthemoodforcinema).

     

    En partenariat avec le CID, j'ai le plaisir, comme chaque année également, de vous faire gagner 36 pass journaliers et deux invitations pour la cérémonie de clôture.

    deauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,film

    Pour tout savoir sur le festival, je vous encourage ainsi à suivre les réseaux sociaux du CID ( son Instagram, son compte twitter et sa page Facebook) et si vous voulez d'ores et déjà réserver votre pass public, vous pouvez le faire sur le site internet du CID dont la billetterie se trouve ici. Pour avoir toutes les informations sur le festival, vous pouvez aussi suivre son site officiel (et y trouver toutes les informations nécessaires pour vous y accréditer si vous êtes "professionnel de la profession"), son Facebook, son Instagram, son Twitter.

     Nouveauté de cette édition mise en place par le CID : vous pourrez désormais acheter vos cartes d'accès et ainsi être assurés d'assister aux séances du tapis rouge le soir. Tout est très bien expliqué dans ce schéma ci-dessous. Ainsi, vous n'aurez plus à attendre pour récupérer vos places comme c'était le cas les années précédentes. Vous ne manquerez ainsi plus les séances pendant l'heure de retrait des places. Pour en savoir plus, rendez-vous sur cette page sur laquelle vous pourrez également réserver vos pass.

    Nouveauté carte d'accès festival de Deauville 2018.png

    Comme chaque année, sur la magnifique affiche récemment dévoilée, nous retrouvons les codes habituels que sont les couleurs de la bannière étoilée, pont ici au sens figuré et au sens propre entre la Normandie et les Etats-Unis, l'évocation des planches, le voyage immobile auquel invite le festival, et une belle sensation d'ailleurs, de légèreté, de liberté, d'envol qui en émane.

    deauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,film

    L'édition 2017 avait aussi une saveur toute particulière pour moi puisque j’ai eu le plaisir d’y dédicacer mon premier roman L’amor dans l’âme (dont un chapitre se déroule d’ailleurs dans le cadre du Festival du Cinéma Américain de Deauville) et mon recueil de 16 nouvelles sur les festivals de cinéma Les illusions parallèles (dont deux nouvelles se déroulent dans le cadre du festival en question), une dédicace qui a eu lieu à l’hôtel Barrière Le Normandy, là où furent tourner de mémorables scènes du chef-d’œuvre de Claude Lelouch Un homme et une femme, un lieu et un film dont je parle d’ailleurs aussi dans les livres en question. La mise en abyme était donc parfaite. Etrange, déroutante, réjouissante aussi. L’occasion de belles rencontres (au premier rang desquelles Caroline la libraire de l’incontournable librairie deauvillaise Jusqu’aux lueurs de l’aube,  cet article est pour moi l'occasion de la remercier à nouveau pour son soutien -vous pouvez d’ailleurs toujours y trouver les livres en question-, de même que le CID et la Mairie de Deauville pour l'écho donné à cette dédicace).

    deauville,festival du cinéma américain de deauville 2017,festival du cinéma américain de deauville,festival,festivals,festival de cinéma,in the mood for cinema,michel hazanavicius,robert pattinson,vincent lindon,michelle rodriguez

    deauville,festival du cinéma américain de deauville 2017,festival du cinéma américain de deauville,festival,festivals,festival de cinéma,in the mood for cinema,michel hazanavicius,robert pattinson,vincent lindon,michelle rodriguez

    deauville,festival du cinéma américain de deauville 2017,festival du cinéma américain de deauville,festival,festivals,festival de cinéma,in the mood for cinema,michel hazanavicius,robert pattinson,vincent lindon,michelle rodriguez

     

    deauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,film

     

    Comme chaque année, l'an passé, la compétition (14 films étaient en lice) nous permettait de dresser un état des lieux de l’Amérique contemporaine. En 2016, le festival avait récompensé du Grand Prix Brooklyn Village, huitième film d’Ira Sachs. En VO, le film s’intitule Little Men, et s’il désigne les enfants, ces « petits hommes » désignent aussi les adultes du film, tels qu’ils sont dans le regard de leurs enfants, ou tels que chaque adulte reste finalement à jamais, portant simplement le masque de l’adulte mais demeurant aussi perdu, écartelé, et parfois démuni devant les difficultés de l’existence. Un film pudique, délicat, sensible avec des personnages humains, pas des super-héros mais des êtres faillibles et attachants écrits avec une extrême délicatesse, nuancés comme la vie.

    Je pourrais en dire tout autant du magnifique The Rider de Chloé Zhao couronné du Grand Prix 2017 qui illustrait une des thématiques récurrentes de cette édition : la difficulté de remonter en selle après un drame. La plupart des personnages des films en compétition de l'an passé étaient en effet hantés par un drame ou la mort, au propre comme au figuré, et en quête : de leur identité, d’un ailleurs, d’un sursaut. Des personnages en quête de repères.  Ce sont d’ailleurs davantage les personnages de cette édition 2017 qui nous restent en mémoire que les scénarii des films, des personnages qui semblent  reliés par le fil invisible d’une douleur et d’une perte indicibles : l’inconsolable fantôme C (A ghost story), les pères et fils Bill et Wes Palet (The Bachelors) et leur deuil difficilement surmontable, le jeune Frankie (Beach Rats) en quête d’identité alors que son père est à l’agonie, Jerod ( Blueprint) lui aussi en quête d’identité après le décès de son meilleur ami, la naïve et bienveillante Katie (Katie says Goodbye ), la jeune orpheline Mary de Marc Webb, Dayveon dans Stupid things de Amman Abbasi, sans oublier les deux frères de Gook, Eli et Daniel eux aussi rudement éprouvés… Des personnages attachants broyés par la vie qui, au dénouement des films, bien souvent partiront pour prendre un nouveau départ. Comme si la solution était ailleurs. Loin de cette Amérique blessée portant les plaies béantes de la violence, de l’intolérance, du racisme.

    deauville,festival du cinéma américain de deauville 2017,festival du cinéma américain de deauville,festival,festivals,festival de cinéma,in the mood for cinema,michel hazanavicius,robert pattinson,vincent lindon,michelle rodriguez

    Plus que des fictions, les films en lice étaient souvent le témoignage d’une réalité âpre. Ainsi, lors de la présentation de Blueprint, le réalisateur nous a expliqué que le film était dédié à Curtis Posey, un des acteurs présent dans le film et décédé quelques mois plus tôt lors d’un règlement de compte entre gangs. «Nous avons tourné ce film dans le South Side de Chicago qui fait aujourd’hui les gros titres à cause du nombre de meurtres. On compte aujourd’hui soixante meurtres par mois. Nous avons tourné dans le ventre de la bête. Et pour vous donner une idée de la situation tragique dans laquelle nous sommes actuellement, depuis que le film a été tourné, nous avons perdu un des acteurs du film», avait-il ainsi déclaré. 

    Ce Festival du Cinéma Américain de Deauville 2017 nous dressait ainsi le portrait d’une Amérique déboussolée, sans doute a fortiori après l’élection à sa tête d’un personnage déroutant (euphémisme). Au programme, ainsi, l'an passé, la violence subie par les différentes communautés ou entre communautés qui se replient sur elles-mêmes. Une Amérique communautaire en proie à la violence.

    deauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,film

    Le Festival de Deauville plus que jamais se revendique et se différencie comme le révélateur et l’éclaireur du cinéma indépendant et des jeunes artistes, nous donnant à voir une autre Amérique, moins flamboyante que ce que laissaient autrefois voir les blockbusters qui y étaient projetés, avec la bannière étoilée flottant fièrement dans l’air au dénouement. Plus que jamais, en 2017, le cinéma nous dévoilait l’envers du décor de l’American dream, et même son échec. Une Amérique qui n’est pas un Eldorado mais au contraire une prison de violence dont les personnages (souvent attachants mais broyés par l’existence) ne rêvent que de s’échapper. Une Amérique pétrie de contrastes et contradictions dont les enfants doivent bien souvent renoncer à leurs rêves pour continuer à avancer. Des enfants confrontés très tôt à des responsabilités d’adultes, délaissés par des parents immatures, à l’image de cette Amérique qui abandonne ceux qu’elle a enfantés, ces rêveurs d’hier confrontés à la rude réalité, à leurs châteaux de verre qui ne sont que mirages ou qui s’écroulent pour reprendre le titre du splendide film de clôture. Si les films présentés en avant-première se distinguaient par leur diversité (de thèmes, de décors, d’époques), ils mettaient souvent en avant le courage face à l’adversité, des destins hors du commun. 

    deauville,festival du cinéma américain de deauville 2017,festival du cinéma américain de deauville,festival,festivals,festival de cinéma,in the mood for cinema,michel hazanavicius,robert pattinson,vincent lindon,michelle rodriguez

    Cliquez ici pour lire mon compte rendu complet du Festival du Cinéma Américain de Deauville 2017 avec le compte rendu de tous les films en compétition, des avant-premières et des hommages dont vous trouverez quelques-uns de mes clichés ci-dessous.

    deauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,film

    deauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,film

    deauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,film

    deauville,festival du cinéma américain de deauville 2017,festival du cinéma américain de deauville,festival,festivals,festival de cinéma,in the mood for cinema,michel hazanavicius,robert pattinson,vincent lindon,michelle rodriguez

    deauville,festival du cinéma américain de deauville 2017,festival du cinéma américain de deauville,festival,festivals,festival de cinéma,in the mood for cinema,michel hazanavicius,robert pattinson,vincent lindon,michelle rodriguez

    Photos ci-dessus ©  Sandra Mézière

    deauville,festival du cinéma américain de deauville 2017,festival du cinéma américain de deauville,festival,festivals,festival de cinéma,in the mood for cinema,michel hazanavicius,robert pattinson,vincent lindon,michelle rodriguez

    Photo ci-dessus © Dominique Saint

    Si vous voulez venir à Deauville, retrouvez également, ici, toutes mes bonnes adresses d'hôtels et restaurants.

    Vous en trouverez également de nombreuses sur mes comptes Instagram @sandra_meziere et @leshotelsdeluxe avec, également, de nombreux clichés de Deauville qui devraient vous inciter à venir découvrir le festival et la ville si vous ne les connaissez pas encore.

    deauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,film

    Dans ma rubrique "bonnes adresses", retrouvez notamment, le compte rendu de mon séjour au Royal Barrière pendant le Festival du Cinéma Américain de Deauville 2017, hôtel partenaire officiel du festival.

    Retrouvez également notamment mon avis sur la résidence premium Pierre et vacances récemment ouverte et inaugurée.

    deauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,film

    Dans la rubrique "bonnes adresses", vous trouverez également de nombreux restaurants comme La Cantine de Deauville, meilleure brasserie de Deauville au sujet de laquelle vous pourrez retrouver mon article détaillé, ici.

    CONCOURS : GAGNEZ VOS PASS POUR LE FESTIVAL DU CINEMA AMERICAIN DE DEAUVILLE 2018

    deauville,festival du cinéma américain de deauville 2017,festival du cinéma américain de deauville,festival,festivals,festival de cinéma,in the mood for cinema,michel hazanavicius,robert pattinson,vincent lindon,michelle rodriguez

    Venons-en maintenant à l'édition 2018 pour laquelle je vous propose aujourd'hui de remporter vos pass, en partenariat avec le CID. Comme le premier concours était semble-t-il très difficile, je le reconduis donc avec de nouveaux pass en jeu. Les pass restants seront mis en jeu pendant le festival avec également des invitations pour la cérémonie de clôture.

    Vous l'aurez compris, ce concours nécessite un peu de temps et de recherches afin que soient gagnants de ces pass les vrais passionnés de cinéma et non les experts en concours en tous genres.  Mais vous l'aurez compris aussi : vous avez encore toutes vos chances !

    Avant de participer, assurez-vous d'être disponibles pendant le festival. Envoyez vos réponses à inthemoodforfilmfestivals@gmail.com avant le 22 août 2018 à minuit avec, pour intitulé de votre email, "Concours Festival du Cinéma Américain de Deauville 2018". Merci également d'indiquer votre nom et prénom (pas de pseudo). Si vous n'êtes pas disponibles aux dates pour lesquelles vous aurez gagné un pass il ne sera pas possible de changer.

    Si vous voulez savoir à quoi vous donnent accès ces pass journaliers d'une valeur unitaire de 35 euros, rendez-vous ici sur le site officiel du festival.

    Le lot 1 sera décerné à la personne ayant obtenu le maximum de bonnes réponses (voire toutes les réponses si une personne a trouvé toutes les bonnes réponses) et ainsi de suite. Dans le cas où plusieurs personnes auraient trouvé les bonnes réponses, les deux dernières questions me permettront de départager les gagnants.

    1er lot 

    3 pass pour le premier week-end du festival et le premier lundi : 1 pour le samedi 1er septembre, 1 pour le dimanche 2 septembre, 1 pour le lundi 3 septembre

    2ème lot

    3 pass pour le deuxième week-end du festival : 1 pour le vendredi 7 septembre, 1 pour le samedi 8 septembre, 1 pour le dimanche 9 septembre

    3ème lot

    3 pass : 1 pour le lundi 3 septembre, 1 pour le mardi 4 septembre, 1 pour le mercredi 5 septembre

    4ème lot 

    2 pass : un pass pour le jeudi 6 et un pour le vendredi 7 septembre

    5ème lot

    1 pass pour le samedi 1er septembre

    6ème lot

    1 pass pour le dimanche 2 septembre

    7ème lot

    1 pass pour le mardi 4 septembre

    QUESTIONS

    Des indices supplémentaires vous seront donnés sur mes comptes Instagram @sandra_meziere et sur la page Facebook d'Inthemoodfordeauville.com.

    Question n°1 : 

    Laquelle ou lesquelles parmi ces quatre personnalités a/ont son/leurs nom(s) immortalisé(s) sur les célèbres planches de Deauville ?

    deauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,filmdeauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,filmdeauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,filmdeauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,film

     

    Question n°2 :

    Quelques initiales et des chiffres pour deviner le nom d'un classique du cinéma américain :

    C.C/ H.H/JJ/0.6.9.1

    Quel est le film auquel font référence ces lettres et chiffres ?

    Question n°3 : 

    Quel est le titre de ce film (lié à l'histoire du Festival du Cinéma Américain de Deauville ) ?

    deauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,film

    Question n °4 :

    En quelle année ce film fut-il présenté au Festival du Cinéma Américain de Deauville et quel est le titre de ce film ?

    deauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,film

    Question n°5 :

    Quel prix ce film a-t-il obtenu au Festival du Cinéma Américain de Deauville, en quelle année et quel est son titre ?

    deauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,film

    Question n°6 :

    Qui est-ce ? Quel prix a-t-il reçu au Festival du Cinéma Américain de Deauville et en quelle année ?

    deauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,film

    Question n°7 : 

    En quelle année le Festival du Cinéma Américain de Deauville eut-il lieu pour la première fois au CID et combien de spectateurs la salle peut-elle contenir ?

    Question n°8 :

    De quel excellent film américain cette image est-elle extraite ?

    deauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,film

    Question n°9 :

    Pourquoi souhaitez-vous assister au Festival du Cinéma Américain de Deauville ? (Cette question est obligatoire même si vous n'avez pas réussi à répondre à toutes les questions précédentes et est simplement destinée à départager d'éventuels gagnants ayant toutes les bonnes réponses ou le même nombre de bonnes réponses et d'éviter les réponses automatiques de sites de concours. )

    Question n°10 : 

    Quel est votre film (américain) préféré ? (Cette question est obligatoire même si vous n'avez pas réussi à répondre à toutes les questions précédentes et est simplement destinée à départager d'éventuels gagnants ayant toutes les bonnes réponses ou le même nombre de bonnes réponses et d'éviter les réponses automatiques de sites de concours. Bien sûr, vos goûts ne seront pas jugés. Seule compte la passion du cinéma... ).

    Amusez-vous bien ! Prenez votre temps pour répondre : vous avez jusqu'au 15 juillet à minuit avant que 22 autres pass soient mis en jeu. Et si vous ne trouvez pas toutes les bonnes réponses, rassurez-vous, chaque année, rares sont ceux qui font un carton plein. Bonne chance !

    deauville,festival du cinéma américain de deauville 2017,festival du cinéma américain de deauville,festival,festivals,festival de cinéma,in the mood for cinema,michel hazanavicius,robert pattinson,vincent lindon,michelle rodriguez

     

    Lien permanent Imprimer Catégories : CONCOURS/JEUX Pin it! 0 commentaire
  • CONCOURS - Musique - Gagnez votre place pour le concert d'Enrique Iglesias à l'AccorHotels Arena le 11 novembre

    Concert Enrique Iglesias Accorhotels Arena.jpg

    Voilà un concours idéal pour cet été 2018 ! La musique d'Enrique Iglesias évoque pour moi l'allégresse, les vacances et un séjour dans le Sud de l'Espagne où, d'un lieu à l'autre, résonnait la même musique comme la bande originale du film de mes vacances, celle du chanteur de pop en question désormais pour moi indissociable de ce joyeux séjour.
     

     
     
    La star latine revient pour un grand concert le 11 novembre 2018 dans le majestueux décor de l’AccorHotels Arena et je suis ravie de permettre à l'une ou l'un d'entre vous de pouvoir remporter sa place ici.
     
    Depuis sa dernière tournée en France, il a sorti quatre grands hits - Duele El Corazon, Subeme La Radio, El Baño et Move To Miami, qui dominent les charts du  monde entier. 
     

     
     
     En novembre, Enrique se produira à Paris avec sa tournée All The Hits Live, qui, avec un tel nom, devrait enthousiasmer les fans de musique latine contemporaine avec 100 % de hits. 
     
     Le nouveau show, All The Hits Live, comporte une nouvelle mise en scène et beaucoup plus d'effets spéciaux avec par exemple un mur de LEDs de 500 m², deux fois plus d'effets lumières et pyrotechniques et un son deux fois plus puissant grâce à la technologie de dernière génération.
     
     Depuis début 2018, le chanteur a donné une série exclusive de concerts à guichets fermés dans toute l’Europe occidentale. Avec ce nouveau show, il s'est produit à  Prague, Budapest et Ljubljana avec deux concerts, et un autre à Oslo, Athènes, Munich, Copenhague et Lisbonne. En Mai dernier, Enrique Iglesias a vendu l'intégralité des 45 000 billets pour son concert à Tel Aviv.
     
     Les billets du concert All The Hits Live à Paris sont disponibles auprès des points de ventes Ticketmaster. Les organisateurs conseillent aux plus grands fans de se dépêcher pour obtenir leur place, étant donné que les billets en promotion pour ses derniers concerts ont tous été vendus en l'espace de 18 jours.

    Les billets sont disponibles ici : https://bit.ly/2lyvC0R ...et un chanceux ou une chanceuse pourra remporter sa place pour le concert du 11 novembre 2018 en participant au concours ci-dessous.

    CONCOURS 

    Vous avez jusqu'au 30 septembre 2018 pour envoyer vos réponses à inthemoodforfilmfestivals@gmail.com avec, pour intitulé de votre email, "Concours concert Enrique Iglesias". Seul(e) la gagnante ou le gagnant sera contacté(e).

    1. Combien de single (environ) Enrique Iglesias a-t-il vendu au fil de sa carrière ?

    2. Comment se nommait son premier album ?

    3. Quel grand compositeur sera en concert à l'AccorHotels Arena le 23 novembre ?

    4. Citez deux chanteuses avec qui Enrique Iglesias a interprété deux différents duos ?

    5. Pourquoi voulez-vous remporter cette place pour ce concert en particulier ? (La réponse à cette question permettra de départager les bonnes réponses et de récompenser la ou le plus passionné(e) et/ou motivé(e).)

    Bonne chance à toutes et à tous !

  • Festival de Cannes 2018 - Gagnez des locations de films en partenariat avec UniversCiné (concours)

     

    Festival de Cannes UniversCiné.png

    Je vous ai déjà parlé ici du site UniversCiné et de ses 5674 films en location. J'y vais régulièrement lorsque je souhaite rattraper des films récents manqués lors de leur sortie en salles ou lorsque je souhaite (re)voir des classiques. 

    Avec l'approche du Festival de Cannes 2018 (que vous pourrez suivre en direct ici et sur mes autres blogs In the mood for Cannes et In the mood for film festivals) et les nombreux films des cinéastes en lice en location sur le site UniversCiné (retrouvez, ici, mon article sur la compétition officielle du festival), c'est en effet le moment où jamais pour découvrir UniversCiné.

    Conférence de presse Cannes 2018 3.png

    Sur ce site, vous trouverez ainsi un large choix de films indépendants mais pas seulement. Vous pourrez aussi y découvrir des courts-métrages, y souscrire un abonnement illimité ou encore y retrouver les interviews de la semaine. Vous pourrez aussi y découvrir les films qui ont le plus de succès sur le site et effectuer votre sélection parmi ceux-ci. Les films sont classés par thèmes et par genres. Vous pourrez notamment sélectionner les drames, les premiers longs-métrages ou encore les films en sélection au Festival de Cannes. Pour l'édition 2018, le site est une vraie mine d'or puisque sur cette page d'UniversCiné sont sélectionnés pour vous tous les films des cinéastes qui figurent dans la sélection officielle 2018. De quoi préparer au mieux votre séjour cannois si vous allez au festival et de vous immerger à distance dans son ambiance.

    concours,festival de cannes,festival de cannes 2018,palme d'or,universciné

    Je vous invite aussi à découvrir mon corner sur UniversCiné avec ma sélection de films du site. Que pensez-vous de ma sélection ? Vous pouvez bien sûr trouver les critiques de la plupart de ces films sur Inthemoodforcinema.com.

    UniversCiné.jpg

    Comme je souhaite vous faire en profiter à votre tour, en partenariat avec UniversCiné, je vous fais aujourd'hui à nouveau gagner des codes de location pour 5 films  parmi la sélection UniversCiné liée au Festival de Cannes.

    J'ai d'abord sélectionné le film d'un cinéaste que j'affectionne tout particulièrement, pour lequel Vincent Lindon avait obtenu le prix d'interprétation à Cannes en 2015. Il s'agit de La loi du marché de Stéphane Brizé.  Je suis ce cinéaste, Stéphane Brizé, depuis la découverte de son film Le bleu des villes (qui avait obtenu le prix Michel d’Ornano au Festival du Cinéma Américain de Deauville), il m’avait ensuite bouleversée avec Je ne suis pas là pour être aimé et Mademoiselle Chambon. Une nouvelle fois et comme dans ce film précité, le mélange de force et de fragilité incarné par Lindon, de certitudes et de doutes, sa façon maladroite et presque animale de marcher, la manière dont son dos même se courbe et s’impose, dont son regard évite ou affronte : tout en lui nous fait oublier l’acteur pour nous mettre face à l’évidence de ce personnage, un homme bien (aucun racolage dans le fait que son fils soit handicapé, mais une manière simple de nous montrer de quel homme il s’agit), un homme qui incarne l’humanité face à la loi du marché qui infantilise, aliène, broie. Criant de vérité. Dès cette première scène dans laquelle le film nous fait entrer d’emblée, sans générique, face à un conseiller de pôle emploi, il nous fait oublier l’acteur pour devenir cet homme à qui son interprétation donne toute la noblesse, la fragilité, la dignité. Comme point commun à tous les films de Stéphane Brizé, on retrouve cette tendre cruauté et cette description de la province, glaciale et intemporelle. Ces douloureux silences. Cette révolte contre la lancinance de l’existence. Et ce choix face au destin. Brizé filme Lindon souvent de dos, rarement de face, et le spectateur peut d’autant mieux projeter ses émotions sur cette révolte silencieuse. Une prestation magistrale. Nous retrouverons Stéphane  Brizé et Vincent Lindon à Cannes en compétition officielle pour En guerre qui, apparemment parlera aussi de loi du marché puisque le synopsis est le suivant : malgré de lourds sacrifices financiers de la part des salariés et un bénéfice record de leur entreprise, la direction de l'usine Perrin Industrie décide néanmoins la fermeture totale du site.

    concours,festival de cannes,festival de cannes 2018,palme d'or,universciné

    J'ai ensuite choisi un classique du septième art, un chef-d'œuvre, un de mes films préférés, palme d'or en 1963 : Le Guépard de Luchino Visconti que j'avais eu l'immense plaisir de revoir lors de la projection exceptionnelle de sa version restaurée au Festival de Cannes 2010 (photo personnelle ci-dessous).

    cannes20104 029.JPG

    Pour vous donner peut-être envie de le découvrir, voici un extrait de ma critique (à lire en entier ici) :

    Les décors minutieusement reconstitués d’ une beauté visuelle sidérante, la sublime photo de Giuseppe Rotunno, font de ce Guépard une véritable fresque tragique, une composition sur la décomposition d’un monde, dont chaque plan se regarde comme un tableau, un film mythique à la réputation duquel ses voluptueux plans séquences (notamment la scène du dîner pendant laquelle résonne le rire interminable et strident d’Angelica comme une insulte à l’aristocratie décadente, au cour duquel se superposent des propos, parfois à peine audibles, faussement anodins, d’autres vulgaires, une scène autour de laquelle la caméra virevolte avec virtuosité, qui, comme celle du bal, symbolise la fin d’une époque), son admirable travail sur le son donc, son travail sur les couleurs (la séquence dans l’Eglise où les personnages sont auréolés d’une significative lumière grise et poussiéreuse ) ses personnages stendhaliens, ses seconds rôles judicieusement choisis (notamment Serge Reggiani en chasseur et organiste), le charisme de ses trois interprètes principaux, la noblesse féline de Burt Lancaster, la majesté du couple Delon-Cardinale, la volubilité, la gaieté et le cynisme de Tancrède formidablement interprété par Alain Delon, la grâce de Claudia Cardinale, la musique lyrique, mélancolique et ensorcelante de Nino Rota ont également contribué à faire de cette fresque romantique, engagée, moderne, un chef d’œuvre du septième Art. Le Guépard a ainsi obtenu la Palme d’or 1963… à l’unanimité. La lenteur envoûtante dont est empreint le film métaphorise la déliquescence du monde qu’il dépeint. Certains assimileront à de l’ennui ce qui est au contraire une magistrale immersion dont on peinera ensuite à émerger hypnotisés par l’âpreté lumineuse de la campagne sicilienne, par l’écho du pesant silence, par la beauté et la splendeur stupéfiantes de chaque plan. Par cette symphonie visuelle cruelle, nostalgique et sensuelle l’admirateur de Proust qu’était Visconti nous invite à l’introspection et à la recherche du temps perdu. La personnalité du Prince Salina devait beaucoup à celle de Visconti, lui aussi aristocrate, qui songea même à l’interpréter lui-même, lui que cette aristocratie révulsait et fascinait à la fois et qui, comme Salina, aurait pu dire : « Nous étions les Guépards, les lions, ceux qui les remplaceront seront les chacals, les hyènes, et tous, tant que nous sommes, guépards, lions, chacals ou brebis, nous continuerons à nous prendre pour le sel de la terre ».

    guépard2.jpg

    Enfin, j'ai choisi de vous faire gagner un code pour découvrir Moi, Daniel Blake de Ken Loach (palme d'or 2016).  Dix ans après l’avoir déjà obtenu la palme d'or pour Le vent se lève, Ken Loach intégrait ainsi le cénacle des cinéastes ayant reçu deux palmes d’or : les Dardenne, Francis Ford Coppola, Shohei Imamura, Emir Kusturica, Michael Haneke. Alors qu’il avait annoncé deux ans plus tôt, après Jimmy’s hall (en compétition officielle du Festival de Cannes 2014) qu’il ne tournerait plus, Ken Loach était donc revenu à Cannes. Sa sélection était une évidence tant ce film capte et clame les absurdités cruelles et révoltantes d’un monde  et d’une administration qui broient l’individu, l’identité, la dignité comme celles de Daniel Blake (formidable Dave Johns), menuisier veuf, atteint d’une maladie cardiaque mais que l’administration ne considère pas comme suffisamment malade pour avoir droit à une pension d’invalidité.  Le regard plein d’empathie, de compassion que pose Loach sur Daniel Blake, et celui plein de clairvoyance sur le monde qui l’entoure et plein de colère contre les injustices dont il est victime contribuent à cette  œuvre à la fois très personnelle et universelle. Que Daniel Blake évoque sa femme décédée, que Ken Loach dessine les contours d’ une famille qui se reconstitue (Daniel Blake rencontre une jeune mère célibataire de deux enfants contrainte d’accepter un logement à 450 kms de sa ville natale pour ne pas être placée en famille d’accueil), son point de vue est toujours plein de tendresse sur ses personnages, teinté d’humour parfois aussi, et de révolte contre ces « décisionnaires » qui abusent de leur pouvoir, presque de vie et de mort, dans des bureaux qui ressemblent aux locaux labyrinthiques, grisâtres et déshumanisés  de Playtime  comme un écho à cette époque d’une modernité  aliénante, déshumanisante et parfois inhumaine que Tati savait déjà si bien tourner en dérision et envelopper dans un vaste manège. Moi, Daniel Blake, c’est l’histoire d’un homme qui veut rester maître de son existence, qui se réapproprie son identité et son honneur que cette administration étouffante essaie de lui nier, qui prend le pouvoir, celui de dire non, de clamer son patronyme, son existence, lors de deux scènes absolument bouleversantes. Le poing levé de Ken Loach  qui nous lance un uppercut en plein cœur, ce cœur qui (ce n’est sans doute pas un hasard que le mal se situe là)  lâche peu à peu Daniel Blake, lui qui en possède tant. Moi, Daniel Blake, c’est un film qui donne la parole à tous ceux qu’un système inique veut murer dans le silence et leur détresse. Moi, Daniel Blake,  c’est la démonstration implacable de la férocité meurtrière d’un système, un film d’une force, d’une simplicité, d’une beauté, mais aussi d’une universalité redoutables et poignantes. Un film en forme de cri de colère, de douleur, et d’appel à l’humanité dont les lueurs traversent le film et nous transpercent le cœur, bien après les derniers battements de ceux de Daniel Blake. 

     

    concours,festival de cannes,festival de cannes 2018,palme d'or,universciné

      

    CONCOURS :

    5 gagnants (1 code chacun pour 1 des films précités ou pour le film de votre choix parmi la sélection UniversCiné des films du Corner Cannes à retrouver ici, je vous en suggère deux autres que j'affectionne tout particulièrement dont figurent les affiches ci-dessous ). Répondez correctement aux questions suivantes en spécifiant pour quel film vous voulez remporter un code (le film de votre choix parmi la sélection du corner). Tirage au sort parmi les bonnes réponses.  Participations jusqu'au 1er mai 2018. Réponses à envoyer à inthemoodforfilmfestivals@gmail.com avec, pour intitulé de votre email "Concours UniversCiné". Les questions sont toutes basées sur les films de mon corner sur UniversCiné.

    concours,festival de cannes,festival de cannes 2018,palme d'or,universcinéconcours,festival de cannes,festival de cannes 2018,palme d'or,universciné

     

    1. Dans quel film auront-ils "toujours Paris" ?

    2. Si je vous dis "Montmartre 1540", à quel film cela vous fait-il penser ? 

    3. Si je vous dis qu'ils tournèrent aussi ensemble dans un film de Deray, aux acteurs de quel film de la liste cela fait-il référence ?

    4. Dans lequel de ces films trouve-t-on le pont de Roseman ?

    5. De quel film provient  ce début de citation : "Quand des hommes, même s'ils l'ignorent, doivent se retrouver un jour, tout peut arriver à chacun d'entre eux et ils peuvent suivre des chemins divergents."

    6. Dans quel film tout se joue-t-il sur le simple rebond d'une balle ?

    7. Citez 5 films dans la liste primés à Cannes et les prix qu'ils reçurent.

    8. Quelle est la particularité technique de "Victoria" ?

    9. Si je vous dis que ce film est une adaptation et qu'il évoque la déliquescence de la bourgeoisie et la fin d'un monde, à quel film de la liste cela fait-il référence ?

    10. Quel réalisateur d'un des films de la liste a pour épitaphe sur sa tombe "Garder le calme devant la dissonance."