Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

CESAR 2012

  • Palmarès et compte-rendu de la cérémonie des César 2012 vécue en direct du Théâtre du Châtelet

     

    cesar19.jpg

    cesar274.jpg

     

    cesar255.jpg

    cesar261.jpg

    cesar250.jpg

    Les César. (Au passage, et une fois pour toutes, sans s). Cette cérémonie que je regarde depuis ma plus tendre enfance, quoiqu’il arrive, alors fébrile, attendant avec impatience la fête de ce cinéma français à l’origine de ma passion pour le septième art et qui m’apparaissait comme un moment magique, électrique, dénué de ce cynisme et cet orgueil ravageurs dont j’ignorais alors à quoi point ils peuvent y régner en maîtres. Je ne sais pas qui de ma mémoire ou de ma vision de la réalité me trahissent mais cela me semble avoir bien changé, pourtant même s’il est de bon ton d’être désabusé et de regarder la cérémonie, ou  d’y aller, en étant blasé, je n’ai pas boudé mon plaisir d’être invitée pour la quatrième fois là où est censé battre le cœur du cinéma français, même si de battre son cœur semble parfois s’être arrêté au regard des baisses de rythme de la cérémonie et pas seulement en raison de l’absence de Jacques Audiard (et de d’ailleurs beaucoup de réalisateurs, acteurs, auteurs du cinéma français).

     

    19h. Je me dirige vers l’antre de la cérémonie, le théâtre du Châtelet, impatiente, au regard du suspense de cette cérémonie qui reflète l’éclectisme et la qualité de cette année cinématographique 2011 exceptionnelle pour le cinéma français. Les projecteurs illuminent la place du Châtelet et la rendent presque méconnaissable. La foule se presse déjà en nombre pour assister à l’arrivée des invités. Un petit air de fête et de Cannes en plein Paris à trois mois du festival mais alors que Cannes, justement, met à l’honneur les artistes, le paradoxe de cette soirée qui a récompensé un film qui est un hommage au cinéma et aux artistes est de, parfois, un peu les oublier pour privilégier le média qui retransmet la cérémonie. L’accueil est toujours souriant et une fois les manteaux déposés au vestiaire, tandis que le direct de Canal plus avec Laurent Weil se prépare dans le hall, les invités peuvent déambuler comme ils le veulent entre les différents étages pour profiter du cocktail (un à chaque étage), pendant les deux heures qui précèdent la cérémonie. Avoir cet élément en tête permet de considérer différemment la cérémonie et l’attitude improbable de certains remettants…

    cesar191.jpg

     

    Je croise les discrets Ariane Ascaride et Robert Guédiguian tandis que d’autres manifestent avec beaucoup trop de tapage leur indifférence à la cérémonie pour qu’elle soit sincère. Joeystarr sirote je ne sais quel breuvage armé de ses lunettes de soleil dont il semble ne jamais se départir. Des présentateurs, des journalistes, des sportifs et des « professionnels de la profession » se pressent au premier étage, bondé, dont certains d’entre eux sans doute diront qu’ils se sont mortellement ennuyés et que ces cérémonies se ressemblent toutes tout en ne manquant pas d’y marquer leur présence. Tandis que la foule se presse dans le hall où arrivent les nommés, je vais faire un petit tour sur le toit pour admirer la vue vertigineuse sur la foule en contrebas et sur Paris.

    cesar197.jpg

     

    20H15 à peine et on sonne déjà la fin de la récréation alors que la cérémonie est à 21H.  Les invités prennent place jusqu’à la dernière minute, pour certains bien égayés. La lumière s’éteint. Je constate que, comme l’an passé, mes tweets ne passent pas. C’est tant mieux. Je n’ai finalement pas envie de me joindre à cette bataille de bons mots qui me font penser au « Ridicule » de Patrice Leconte, une bataille dans laquelle l'autre n'est alors qu'un faire-valoir et qu'importe si, pour briller, sauver la face, il faut l'anéantir en le ridiculisant. Comme dans le film, le langage devient l'arme de l'ambition, surtout du paraître car « le bel esprit ouvre des portes » mais « la droiture et le bel esprit sont rarement réunis ».

    cesar198.jpg

     

    cesar209.jpg

    Mais revenons à la cérémonie. Cela commence bien par le montage vraiment réussi qui met Antoine de Caunes en scène dans des films en lice et qui fait débuter la cérémonie sous le signe de la bonne humeur et de la célébration du cinéma. La salle applaudit avec enthousiasme. Guillaume Canet, Président des César 2011 ouvre la cérémonie, semble-t-il un peu tendu et avec une certaine humilité, évoquant notamment cette année record pour le cinéma français (215 millions d’entrées) à l’ère du téléchargement. Puis le petit numéro de danse de Joeystarr et Antoine de Caunes qui rappelle une scène mémorable de « Polisse » (musique « Stand on the word » de Keedz qui vous quitte difficilement) achève de dérider la salle. Cela semble décidément bien parti. Antoine de Caunes annonce une soirée sous le signe du « glumour », du glamour et de l’humour…Espérons.

    Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

     

    Cela commence également bien côté prix, pour le prix du meilleur espoir féminin, avec un prix ex-aequo pour les deux comédiennes que je souhaitais voir récompensées: Naidra  Ayadidans « Polisse » et Clotilde Hesme dans « Angèle et Tony ». Deux prix remis par Tahar Rahim, premier acteur à avoir obtenu à la fois le César du meilleur acteur et du meilleur espoir masculin pour « Un prophète » dde Jacques Audiard (ce n’est désormais plus possible, le règlement ne permettant plus qu’un même acteur soit nommé pour ces deux prix) avec son élégance discrète habituelle.

     

     Puis, c’est également celui qui selon moi méritait le prix du meilleur second rôle qui reçoit le César en question : Michel Blanc dans « L’Exercice de l’Etat » de Pierre Schoeller, visiblement touché qui, modestement, déclare notamment « je n’étais pas sûr que vous m’aimiez dans ces rôles-là » avant de conclure par un enthousiaste et obamaesque « Yes we can ! ». Formidable dans « L’Exercice de l’Etat », il y  interprète notamment une des plus belles scènes du film, lorsque celui-ci écoute le discours d’André Malraux sur Jean Moulin, presque avec ferveur, comme le témoignage d’un idéalisme révolu, le sien, et qui sera broyé avec une ferme et impitoyable douceur.  Nommé pour la 8ème fois aux César dans diverses catégories, il l’obtenait ainsi pour la première fois. Il avait déjà prouvé à quel point il peut être extraordinaire dans des rôles en retenue ou dramatiques comme dans « Monsieur Hire » de Patrice Leconte. « L’Exercice de l’Etat » a reçu au total trois César dont celui du meilleur scénario original et meilleur son (sur ses onze nominations).

     

    Passons sur la prestation désastreuse de Mathilde Seigner qui a eu le tact de vouloir faire monter sur scène Joeystarr nommé face à Michel Blanc pour son rôle dans « Polisse » tant en spécifiant qu’elle aurait préféré que le premier obtienne le César. La cérémonie des César ne serait plus la cérémonie des César sans ses habituels dérapages (comme Sara Forestier l’an passé qui s’est plutôt bien débrouillée cette année en faisant preuve d’autodérision).

    Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

     

    La cérémonie suit ensuite son cours, manquant parfois de rythme.  Antoine de Caunes fait des plaisanteries plus ou moins inspirées (il y aurait 7 auteurs pour la cérémonie…) comme celle sur l’haleine avec cette pauvre Valérie Bonneton aussi radieuse que talentueuse qui a dû se prêter au jeu, comme l’intervention un peu longue de Julie Ferrier sans oublier l’humour très lourd de Laurent Lafitte avec son « César du meilleur français dans une actrice américaine » sans oublier enfin la présence  incongrue et même incompréhensible de Mathieu Kassovitz en remettant alors que celui-ci avait copieusement insulté l’Académie et le cinéma français et qui vient d’ailleurs de récidiver sur cet excellent site que je vous recommande au passage, Newsring, dans un article sidérant de mépris pour la profession. Selon lui notamment « «Polisse» tu fais une affiche normale tu fais pas deux millions d'entrées. », «  J'aurais applaudi «Polisse» des deux mains s'il y avait pas de star dans le casting, si on l'avait joué réaliste sans star de la comédie ou du rap. » Je ne comprends pas bien en quoi le fait que des acteurs connus soient à l’affiche de « Polisse » ôte des qualités au film… Selon lui également,  « Les films nommés, si tu les regardes avec un oeil de cinéaste, c'est des téléfilms. » La longue liste de grands cinéastes récompensés aux César appréciera…et le jour où vous verrez des téléfilms muets en noir et blanc, faîtes-moi signe! J’ai aussi le souvenir de films peu formatés ou ayant fait peu d’entrées en salles récompensés aux César qui proposent par ailleurs une catégorie « meilleur premier film » et « meilleur court-métrage ». Entre ceux qui reprochent aux César de ne jamais récompenser les comédies et les films populaires et Mathieu Kassovitz qui leur reprochent l’inverse, il semblerait qu’il y ait quelques contradictions et un peu de mauvaise foi, sans doute compréhensible quand on sait l’investissement (bien sûr pas seulement financier) que représente un film et les obstacles qu’il faut franchir pour y parvenir mais je ne comprends pas bien comment on peut se dire que « les César c’est mortuaire » et, d’une certaine façon pas crédible, et en parler autant.

     

    Les prix se sont ensuite enchaînés pour « The Artist » qui repart avec six César : meilleure musique, meilleur actrice, meilleur décor, meilleur film, meilleur réalisateur, meilleure photo. Je vous ai déjà longuement dit ici et cela dès la première projection cannoise et à quel point j’aimais ce film, et vous pouvez retrouver ma en cliquant ici critique ici.

     

    Au regard des nombreux bons films de cette année, forcément, certains ne figurent pas au palmarès ou d’autres insuffisamment. Certains regretteront l’absence de « La guerre est déclarée » qui avait pourtant reçu des récompenses dans tous les festivals où il était passé (Cabourg, Paris cinéma …). Pour ma part, je regrette celle de « La Délicatesse » (d’ailleurs dommage que François Damiens n’ait pas été nommé comme meilleur acteur), celle de « J’aime regarder les filles » pour lequel Pierre Niney était nommé pour le meilleur jeune espoir (c’est Grégory Gadebois qui l’a obtenu) mais je ne prends guère de risques en prédisant de nombreuses nominations futures pour le jeune comédien de la Comédie française. « Polisse » n’a reçu que deux César malgré ses 13 nominations qui le plaçaient en tête, deux César mérités, un César du meilleur jeune espoir féminin pour Naidra Ayadi et un César du meilleur montage pour Laure Gardette et Yann Dedet, la première  a d’ailleurs fait une belle déclaration d’amitié et d’admiration à Maïwenn, un prix là aussi mérité tant le film tire en partie sa force de son montage ingénieux.

     

    cesar265.jpg

     

    Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

    Malgré les petites baisses de rythme, les plaisanteries de plus ou moins bon goût, c’est heureusement le cinéma qui, comme toujours, en sort vainqueur avec malgré tout, quelques beaux moments entre les deux pas de danse qui auront marqué la cérémonie, ceux de Joeystarr et Antoine de Caunes au début, ceux d’Omar Sy à la fin dont le bonheur éclatant et l’émotion en recevant son prix étaient communicatifs même si j’aurais préféré que ce prix revienne à Jean Dujardin. Je vous ai déjà dit également à quel point il était extraordinaire dans ce rôle.  Son personnage est bien sûr un hommage au cinéma d’hier, son personnage étant un mélange réussi de Douglas Fairbanks, Clark Gable, Rudolph Valentino, et du personnage de Charles Foster Kane, un personnage flamboyant puis sombre et poignant, parfois les trois en même temps qui fait passer dans son une foule d’émotions, de la fierté aux regrets,  de l’orgueil à la tendresse, de la gaieté à la cruelle amertume de la déchéance.  Il faut sans doute beaucoup de sensibilité, de recul, de lucidité et évidemment de travail et de talent pour parvenir à autant de nuances dans un même personnage (sans compter qu’il incarne aussi George Valentin à l’écran, un George Valentin volubile, excessif, démontrant le pathétique et non moins émouvant enthousiasme d’un monde qui se meurt). Ironie de l’histoire : c’est Nicole Garcia qui a remis le César du meilleur acteur, elle qui l’avait révélé en acteur dramatique dans le très beau « Un balcon sur la mer ». Récompenser le film qui repose en grande partie sur sa prestation sans le récompenser me semble absurde. Espérons vraiment qu’il recevra l’Oscar ce soir…même s’il est favori, n’oublions pas qu’il se retrouve face à George Clooney et Brad Pitt. Le film de Michel Hazanavicius y  est également en lice pour les Oscars du meilleur film, réalisateur, scénario, acteur principal, actrice de second rôle (Bérénice Bejo), musique, montage, photographie, costumes et décors. Bérénice Béjo à elle enfin été récompensée (alors que, ailleurs, c’était toujours Jean Dujardin qui recevait les récompenses et qui, d’ailleurs, avec beaucoup de fair play s’est déclaré très heureux pour elle et non déçu pour lui), bouleversée, sincère et émouvante et apportant la touche de glamour annoncée au début et qui a un peu fait défaut au reste de la cérémonie : "Je vais vous faire une confession, je le voulais ce prix, je le voulais."

    Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

     girardot.jpg

    Restent aussi l’émotion de Kate Winslet, l’émotion de la monteuse de Maïwenn mais pour moi restera surtout une image, à jamais indissociable des César, mais aussi de ce qu’ils peuvent représenter : l’inoubliable Nadia de « Rocco et ses frères », (l’affiche de cette édition des César), Annie Girardot, qui avait apporté à ce rôle toute sa candeur, sa lucidité, sa folie, son désespoir à ce personnage à la fois fort et brisé et  qu’elle avait rendu inoubliable par l’intensité et la subtilité de son jeu. Annie Girardot, bouleversante de sincérité, de bonheur et de douleur quand elle disait en recevant son César pour « Les Misérables », « Je ne sais pas si j’ai manqué au cinéma français mais à moi le cinéma français a manqué follement, éperdument, douloureusement et votre témoignage, votre amour me font penser que peut-être, je dis bien peut-être, je ne suis pas encore tout à fait morte ».  Une image que les César nous rediffusent régulièrement, un métier qui, peut-être, cherche à se dédouaner en honorant celle qu’il a si longtemps oubliée, ou qui se rappelle peut-être ainsi avec une cruelle ironie l’ingratitude et la violence dont il fait parfois preuve.

    rocco4.jpg

     

    La cérémonie achevée, les lauréats posent sur scène pour la photo finale. C’est terminé, déjà. Tout le monde se précipite, pour féliciter les lauréats, ou récupérer ses vêtements au vestiaire pour ne surtout pas manquer l’arrivée au Fouquet’s. Quelques césarisés dont Carmen Maura (meilleure actrice dans un second rôle pour « Les femmes du 6ème étage ») attendent comme tout le monde avec leurs César. Dans l’escalier qui domine le vestiaire, Sylvie Testud paraît soudain triste et fragile, après sa belle assurance sur scène, et réclame son manteau au-dessus de la foule qui attend, en contrebas. Elle me rappelle cette magnifique scène de « The Artist » et le douloureux désarroi, la fade réalité lorsque les flahs s’éloignent. George Valentin (Jean Dujardin) y croise croise Peppy Miller (Bérénice Béjo) dans un escalier, le jour  du Krach de 1929. Elle monte, lui descend. A l’image de leurs carrières. Lui masque son désarroi. Elle, sa conscience de celui-ci, sans pour autant dissimuler son enthousiasme lié à sa propre réussite. Dujardin y est d’une fierté, d’une mélancolie, et d’une gaieté feinte bouleversantes. Sans doute beaucoup auront éprouvé cette mélancolie, une fois le masque d’orgueil et de gaieté ôté et la cérémonie terminée.

    cesar257.jpg

     

    cesar256.jpg

    cesar255.jpg

    cesar55.jpg cesar567.jpg

     

    « Rappelez-vous que vous participez à ce que cet amour du cinéma reste intact » avait commencé par dire Guillaume Canet. Finalement, c’est en effet tout ce qui compte : l’amour du cinéma que célèbre si bien le grand vainqueur de cette cérémonie 2011 auquel je souhaite le même succès aux Oscars cette nuit (sachant qu’il vient encore de triompher au Festival du Cinéma indépendant en Californie). Ce cinéma que j’aime follement, éperdument, parfois aussi douloureusement, et c’est finalement cette passion intacte et tumultueuse que je retiendrai de cette cérémonie qui, malgré les quelques temps morts ou superflus au cours desquels son « cœur de battre s’est arrêté », a été à l’honneur.

      

    cesar290.jpg

     Palmarès complet des César 2012

     

    Meilleure Actrice

    BÉRÉNICE BEJO dans THE ARTIST

    Meilleur Acteur

    OMAR SY dans INTOUCHABLES

    Meilleure Actrice dans un second rôle

    CARMEN MAURA dans LES FEMMES DU 6E ÉTAGE

    Meilleur Acteur dans un second rôle

    MICHEL BLANC dans L'EXERCICE DE L'ÉTAT

    Meilleur Espoir Féminin (Ex Aequo)

    NAIDRA AYADI dans POLISSE

    CLOTILDE HESME dans ANGÈLE ET TONY

    Meilleur Espoir Masculin

    GRÉGORY GADEBOIS dans ANGÈLE ET TONY

    Meilleur Scénario Original

    PIERRE SCHOELLER pour L'EXERCICE DE L'ÉTAT

    Meilleure Adaptation

    YASMINA REZA, ROMAN POLANSKI pour CARNAGE

    Meilleure Musique Originale

    LUDOVIC BOURCE pour THE ARTIST

    Meilleur Son

    OLIVIER HESPEL, JULIE BRENTA, JEAN-PIERRE LAFORCE pour L'EXERCICE DE L'ÉTAT

    Meilleure Photo

    GUILLAUME SCHIFFMAN pour THE ARTIST

    Meilleur Montage

    LAURE GARDETTE, YANN DEDET pour POLISSE

    Meilleurs Costumes

    ANAÏS ROMAND pour L'APOLLONIDE, SOUVENIRS DE LA MAISON CLOSE

    Meilleurs Décors

    LAURENCE BENNETT pour THE ARTIST

    Meilleur Réalisateur

    MICHEL HAZANAVICIUS pour THE ARTIST

    Meilleur Film de Court Métrage

    L'ACCORDEUR réalisé par Olivier Treiner produit par Thibault Gast, Matthias Weber

    Meilleur Film d'Animation

    LE CHAT DU RABBIN réalisé par Joann Sfar, Antoine Delesvaux produit par Antoine Delesvaux

    Meilleur Film Documentaire

    TOUS AU LARZAC réalisé par Christian Rouaud produit par Sandrine Brauer, Marie Masmonteil, Denis Carot

    Meilleur Film Étranger

    UNE SÉPARATION réalisé par Asghar Farhadi distribution France MEMENTO FILMS DISTRIBUTION (Alexandre Mallet-Guy)

    Meilleur Premier Film

    LE COCHON DE GAZA réalisé par Sylvain Estibal produit par Franck Chorot

    Meilleur Film

    THE ARTIST produit par Thomas Langmann réalisé par Michel Hazanavicius

    César d’Honneur

    KATE WINSLET

    Retrouvez ci-dessous, en cliquant sur le nom du film qui vous intéresse, mes critiques des films en lice et pour voir mon article complet sur les nominations, cliquez ici.

    CRITIQUES DES FILMS EN LICE

     

    « Polisse » de Maïwenn (13 nominations)

     

     

     

    polisse7.jpg

     

     

     

    « L’Exercice de l’Etat » de Pierre Schoeller (11 nominations)

     

     

     

    exercice.jpg

     

     

     

    « The Artist » de Michel Hazanavicius (10 nominations)

     

     

     

    artist56.jpg

     

     

     

    « J’aime regarder les filles » de Frédéric Louf (1 nomination)

     

     

     

    regarder.jpg

     

     

     

    « Les Lyonnais » d’Olivier Marchal ( 1 nomination)

     

     

     

    lyonnais.jpg

     

     

     

    « La Délicatesse » de Stéphane et David Foenkinos (2 nominations)

     

     

     

    delicatesse2.jpg

     

     

     

    « Omar m’a tueR » de Roschdy Zem (2 nominations)

     

     

     

    omar.jpg

     

     

     

    « Les Femmes du 6ème étage » de Philippe Le Guay (3 nominations)

     

     

     

    fem.jpg

     

     

     

    « Pater » de Alain Cavalier (2 nominations)

     

     

     

    pater8.jpg

     

     

     

    « Melancholia » de Lars von Trier (1 nomination)

     

     

     

    melancholia8.jpg

     

     

     

    « Le Discours d’un roi » de Tom Hooper (1 nomination)

     

     

     

    discours1.jpg

     

     

     

    « Drive » de Nicolas Winding Refn (1 nomination)

     

     

     

    drive7.jpg

     

     

     

    “Le Gamin au vélo” de Jean-Pierre et Luc Dardenne (1 nomination)

     

     

     

    gamin2.jpg

     

     

     

    « Carnage » de Roman Poalanski (1 nomination)

     

     

     

  • César 2012, le dossier spécial (critiques, nominations, pronostics) en attendant de me suivre en direct du Châtelet demain sur http://twitter.com/moodforcinema

     

                            girardot.jpg

    Comme chaque année, vous pourrez suivre la 37ème cérémonie des César sur Canal plus, à 21H, ce vendredi 24 février, en direct. Et, comme je vous le disais il y a quelques jours, comme l’an passé, c’est en direct du Théâtre du Châtelet que j’aurai le plaisir de vivre la cérémonie et de vous la faire vivre sur mon compte twitter http://twitter.com/moodforcinema  dès 19H.

    ces6.jpg

    Vous pouvez, en cliquant ici, retrouver également mon compte-rendu de la cérémonie 2011 vécue en direct du Châtelet.

    photopasscésar 001.JPG

    Retrouvez ensuite mon compte-rendu 2010 avec mes vidéos de la soirée (Isabelle Adjani, Tahar Rahim, Marion Cotillard, Harrison Ford…) vécue en salle presse en cliquant ici.

    Découvrez également le site officiel des César: http://www.academie-cinema.org/ et le site dédié de Canal plus: www.canalplus.fr/Cesar . Itélé mettra également les César à l'honneur avec une émission spéciale dès 20H10, coprésentée par Pascal Praud et Henry Chapier.

    A PROPOS DE LA CEREMONIE DES CESAR 2012: présentation, César d'honneur, nominations...
     

    ces1.jpg

     
     
    C'est Antoine de Caunes qui présentera la cérémonie dont le président sera Guillaume Canet.
     

    cesar2012 039.JPG

    Cette cérémonie 2012 rendra hommage à Annie Girardot par la voix de sa fille.

    L’affiche 2012 lui rend également hommage (voir ci-dessus, l’affiche), après Romy Schneider l’an passé, première à avoir eu le César de la meilleure actrice, Annie Girardot étant la deuxième en 1977. La photo de l’affiche est extraite du chef d’oeuvre de Visconti « Rocco et ses frères » dont vous pouvez retrouver ma critique en cliquant ici.

    rocco4.jpg

    Un César d’honneur sera attribué à Kate Winslet, magistrale notamment dans « Les Noces Rebelles » de Sam Mendes (critique ici) et que vous avez pu voir en 2011 dans « Carnage » de Roman Polanski (critique, ici). C’est ce dernier qui lui attribuera son César.

    « Polisse » est en tête avec 13 nominations (en particulier avec les nombreuses nominations, méritées, pour ses acteurs). Après ses 10 nominations aux Oscars, « The Artist«  récolte le même nombre de nominations aux César, derrière la surprise de ces nominations, « L’exercice de l’Etat » de Pierre Schoeller qui récolte 11 nominations.

     Des nominations qui devraient ravir autant le public que les critiques et les « professionnels de la profession » puisque sont nommés aussi bien des films au succès confidentiel qu’un immense succès en salles comme « Intouchables ». A l’exception de Mathieu Kassovitz -qui a fait entendre sa voix (avec beaucoup d'amertume) exprimant une colère totalement absurde, sans doute dictée par la frustration de ne récolter qu’une nomination, stigmatisant l’ensemble de la production française qui, au contraire de ses dires, a révèlé cette année son talent, son inventivité et sa diversité- ces nominations conviennent donc apparemment à tout le monde même si certains regrettent l’absence de « Donoma », de Vincent Lindon, « Tomboy » et « Les Adoptés »…

     PRONOSTICS:

    artist1.jpg

    Difficile d’établir des pronostics tant le niveau est élevé cette année, et tant surtout les films nommés sont différents… « The Artist » a ainsi déjà récolté une pluie de récompenses (une trentaine !) dans le monde entier, selon moi méritées : Goya du meilleur film européen, 7 Bafta, 3 Golden Globes…sans oublier évidemment le prix d’interprétation reçu par Jean Dujardin à Cannes. Il me semble logique que des prix cinématographiques récompensent un film qui est un hommage au cinéma, à sa magie étincelante, à son histoire, et qui en concentre la beauté simple et magique, poignante et foudroyante, mais qui est aussi et avant un hommage tout aux artistes, à leur orgueil doublé de solitude, parfois destructrice. Des artistes qu’il sublime, mais dont il montre aussi les troublantes fêlures et la noble fragilité.  Quelque chose me dit ( et me fait craindre) que (la France aimant manifester son exception, pas seulement culturelle), les votants de l'Académie  récompensent d’autres films, et laissent ainsi de côté « The Artist » (dont je rappelle qu’il est favori aux Oscars qui se dérouleront ce 26 janvier) … à commencer par le plus grand succès français de tous les temps « Intouchables » faisant ainsi mentir tous ceux qui critiquent les César leur reprochant de bien souvent mépriser les succès en salles (on se souvient que certains avaient même « milité » pour que soit créé un prix de la meilleure comédie.) Voilà qui devrait les satisfaire. Si ce film est très drôle, certes, le nombre d’entrées en salles est déjà une récompense en soi et je pense que, indépendamment de sa drôlerie et de l’espoir qu’il peut apporter dans une période qui en est avide, cinématographiquement bien d’autres nommés le surpassent et largement ( ne serait-ce que d’un point de vue scénaristique puisque le film n’est pas avare de clichés,  et ressemble parfois à une suite de sketchs, encore une fois certes très drôles), c’est pourquoi pour le scénario je lui préfère celui de « Polisse » (remarquable travail de documentation) et de « The Artist ».  Le premier est un bel hommage à ces policiers de la BPM, à leur dévorant métier et leur dévouement,  un constat effroyable sur la noirceur humaine aussi, et sa fin est bouleversante de beauté tragique et de lyrisme dramatique sans parler de l’interprétation à fleur de peau. Le film est extrêmement construit, les dialogues sont particulièrement efficaces et sans doute certains les trouveront trop écrits, en contradiction avec l’impression de réalisme auquel ils ne nuisent néanmoins pas. Chaque scène de chaque personnage, qu’il soit au premier ou au second plan, dit quelque chose du dénouement concernant ce personnage et il faut dire que Maïwenn et sa coscénariste Emmanuelle Bercot manient brillamment le film choral aidées par un brillant montage qui fait alterner scènes de la vie privée et scènes de la vie professionnelle, les secondes révélant toujours quelque chose sur les premières, ces deux familles se confondant parfois. Pialat, Tavernier, Beauvois, Marchal avaient chacun à leur manière éclairer une facette parfois sombre de la police.  Il faudra maintenant compter avec le "Polisse" de Maïwenn. Quant au scénario de "The Artist", le terme jubilatoire pourrait avoir été inventé pour le qualifier tant il alterne admirablement entre rires et larmes et raconte avec originalité une histoire d'amour simple et émouvante.

    Quelques films pourraient créer la surprise comme « L’Exercice de l’Etat » qui l’a d’ailleurs déjà créée avec ses 11 nominations.  Il fait par ailleurs écho à l’actualité, ce qui pourrait plus ou moins consciemment sensibiliser les votants. Un brillant exercice de style ( avec un symbolisme parfois appuyé comme le début ou cette route que Saint-Jean remonte après son accident, comme tout homme politique qui « remonte la pente » parce que « ce qui ne [le] tue pas [le] rend plus fort »), démonstration implacable (mais contestable) du renoncement inéluctable à ses idéaux, de l’ambition dévorante et dévoreuse de l’homme (animal) politique. Le seul qui n’y renoncera pas  est le très beau personnage de Michel Blanc (qui pour moi mérite indéniablement le César du meilleur second rôle même s’il y a fort à parier qu’il reviendra à Joeystarr qui a déjà reçu quelques récompenses pour son rôle dans « Polisse » ainsi que le prix Patrick Dewaere 2012) qui interprète une des plus belles scènes du film, lorsque celui-ci écoute le discours d’André Malraux sur Jean Moulin, presque avec ferveur, comme le témoignage d’un idéalisme révolu et qui sera broyé avec une ferme et impitoyable douceur. Reste un film passionnant, parfois aussi cruel et âpre, cynique ou réaliste, selon les points de vue. Une vision de l’exercice de l’Etat, contestable, mais indéniablement personnelle, et traitée avec rigueur et originalité.

    Parmi les autres César que j’aimerais voir attribués : Clotilde Hesme pour « Angèle et Tony » (même si Naidra Ayadi est formidable dans « Polisse ») comme meilleur jeune espoir féminin.

    Pour le meilleur jeune espoir masculin, je me réjouis de la nomination de Pierre Niney. Je vous avais dit ici tout le bien que je pensais de sa prestation et de « J’aime regarder les filles », le très réussi premier film de Frédéric Louf passé malheureusement un peu inaperçu, dans lequel il jouait le rôle principal pour lequel il est nommé. Vous pouvez retrouver mon interview de  Pierre Niney en cliquant ici.  Un film simple, touchant, drôle  qui a la grâce des 18 ans de ses personnages, à la fois fragiles et résolus, audacieux, d’une émouvante maladresse, insouciants et tourmentés et qui incarnent à merveille les héros romantiques intemporels même si le film est volontairement très ancré dans les années 80, à l’image du tube de Patrick Coutin « J’aime regarder les filles » qui a donné son titre au film. Un film au romantisme assumé, imprégné de littérature, avec un arrière-plan politique, avec un air truffaldien. Je dois néanmoins admettre que Nicolas Bridet dans « Tu seras mon fils », Grégory Gadebois dans « Angèle et Tony , Guillaume Gouix dans « Jimmy Rivière », Dimitri Storoge dans « Les Lyonnais » sont également remarquables. Quel que soit le lauréat, espérons que son prix mettra en avant son film, tous ceux cités n’ayant pas eu le succès mérité, a fortiori « J’aime regarder les filles ».

    Pour la meilleure adaptation, l’Académie écartera-t-elle d’emblée « L’ordre et la morale » après les dires de Mathieu Kassovitz, pour le moins virulents, à son encontre, sachant que si celui-ci osait venir, il partagerait sans doute à  nouveau son amertume? En tout cas, j’ai eu un vrai coup de cœur pour « La Délicatesse » que j’aimerais voir récompensée dans cette catégorie. Un délicieux film d’une gravité légère à déguster sans modération, l’histoire d’une renaissance lumineuse qui fera du bien tous ceux qui ont été touchés par le deuil, à tous ceux qui ne croient plus à la beauté foudroyante des hasards et coïncidences et des rencontres singulières, qui ne croient plus que le bonheur réside là où on ne l’attend pas. Ce film m’a totalement charmée, aussi rare (et précieux) que la délicatesse qu’il met en scène, avec le même charme progressif et non moins ravageur.

    Pour la meilleure musique, mon cœur balance entre Alex Beaupain (dont je vous rappelle au passage qu’il sera dans le jury du prochain Festival du Film Asiatique de Deauville) et Ludovic Bource pour « The Artist » même si M est aussi un sérieux concurrent avec la musique de "Un Monstre à Paris".

    Pour la photo, il me paraîtrait absurde que « The Artist » ne l’obtienne pas, tant elle est essentielle, notamment les nuances de gris qui traduisent magnifiquement les états d’âme de George Valentin, mais aussi parce qu'elle est  l'élément central dans la reconstitution d’une époque, dans les influences assumées ("Citizen Kane" etc).

    Pour le montage, j’hésite entre « Polisse » et « La guerre est déclarée » (n’oublions pas que ce dernier a raflé tous les prix dans les festivals où il est passé :Paris Cinéma, Cabourg etc), ces deux films étant remarquablement montés, a fortiori le premier qui tire  la force de son dénouement qui apparaît comme une issue aussi tragique qu'inextricable, justement grâce à l'ingéniosité du montage qui, comme je le disais plus haut, fait également alterner brillamment scènes de la vie privée et de la vie professionnelle, les premières éclairant les secondes et réciproquement.

    Pour le meilleur réalisateur et le meilleur film, difficile de pronostiquer tant les films en lice sont différents et ont tous des qualités. Est-ce qu’un film comme « Le Havre » pourrait créer la surprise ou même un film comme "Pater" qui avait ravi la critique même si le combat attendu est entre les trois films qui ont récolté toutes les récompenses cette année: "The Artist", "La guerre est déclarée", "Intouchables"?

    Pour la meilleure actrice, j’aimerais beaucoup que le prix revienne à Marina Foïs pour « Polisse »…même si quelque chose (le quelque chose n’est pas un argument, me direz-vous, appelons ça une forme d’intuition forte de ces dernières éditions) me dit qu’il reviendra à Ariane Ascaride. J'espère également que le prix de la meilleure actrice dans un second rôle reviendra à Karole Rocher dans Polisse mais, là encore, rien n'est moins sûr.

    Pour le prix du meilleur acteur, c’est pour moi incontestablement Jean Dujardin qui le mérite. Son personnage est bien sûr un hommage au cinéma d’hier : un mélange de Douglas Fairbanks, Clark Gable, Rudolph Valentino, et du personnage de Charles Foster Kane (magnifiques citations de « Citizen Kane ») mais surtout flamboyant puis sombre et poignant, parfois les trois en même temps, il fait passer dans son regard (et par conséquent dans celui du spectateur), une foule d’émotions, de la fierté aux regrets,  de l’orgueil à la tendresse, de la gaieté à la cruelle amertume de la déchéance.  Il faut sans doute beaucoup de sensibilité, de recul, de lucidité et évidemment de travail et de talent pour parvenir à autant de nuances dans un même personnage (sans compter qu’il incarne aussi George Valentin à l’écran, un George Valentin volubile, excessif, démontrant le pathétique et non moins émouvant enthousiasme d’un monde qui se meurt). Il avait déjà prouvé dans « Un balcon sur la mer » de Nicole Garcia qu’il pouvait nous faire pleurer.  Il confirme ici l’impressionnant éclectisme de sa palette de jeu et d'expressions de son visage. Là aussi, je pense qu’il se verra ravir le prix par François Cluzet (acteur très apprécié du métier qui sera par ailleurs absent demain soir) ou Omar Sy qui a d’ailleurs ravi le prix du meilleur acteur à Jean Dujardin, notamment au prix Lumières (prix de la presse internationale en France). J'avoue également avoir trouvé Sami Bouajila sidérant dans "Omar m'a tueR", il y interprète Omar Raddad avec sobriété, sans jamais en faire trop,  mais  dans toute  sa dignité bafouée, sa fragilité, presque sa candeur. Dans un regard ou un silence, il parvient ainsi à exprimer toute la détresse d’un homme, sans parler évidemment de la performance physique (perte de poids, apprentissage du marocain).

      Pour le meilleur premier film, j’en ai vu 3 sur 5 « Angèle et Tony », « 17 filles », « La Délicatesse » et je dois dire que les trois m'ont enchantée, aussi différents soient leurs univers même si j'ai eu un énorme coup de coeur pour "La Délicatesse" dont je vous ai déjà parlé ci-dessus.

    melancholia100.jpg

     Pour le meilleur film étranger, je vote pour ce qui est selon moi le meilleur film de l’année « Mélancholia » (même si je confesse n’avoir pas encore vu « Une séparation » dont je pense qu'il a de fortes chances de l'obtenir). Un très grand film qui bouscule, bouleverse, éblouit, sublimement cauchemaresque et d’une rare finesse psychologique qui, des mois après l’avoir vu, me laisse le souvenir lancinant et puissant  d’un film qui mêle savamment les émotions d’un poème cruel et désenchanté, d’un opéra et d’un tableau mélancoliques et crépusculaires.

    Sans aucun doute, les surprises seront au rendez-vous : aucune récompense pour « The Artist » ? Des récompenses pour des films moins attendus comme « Le Havre » ? Des récompenses équitablement réparties ? Ou, exception confirmant la règle, de nombreuses récompenses pour un film au succès public comme « Intouchables » puisque celui-ci semble avoir touché les professionnels? A suivre demain soir à 21h!

     J’espère en tout cas que « The Artist », "Polisse"  mais aussi des plus petits films ("J'aime regarder les filles", "La Délicatesse"...) se verront récompensés afin de donner une seconde chance à ces derniers. Une cérémonie qui s’annonce en tout cas riche en suspense et dont les nominations reflètent le bel éclectisme de cette année cinématographique 2011.

    Vous pourrez bien entendu retrouver ici et sur http://inthemoodlemag.com mes photos de la cérémonie, mon compte-rendu de celle-ci vécue de l’intérieur et mes réactions au palmarès. N’hésitez pas à laisser vos commentaires et pronostics à la suite de cet article.

     Retrouvez toutes mes critiques de la majorité des films nommés en bas de cet article

    NOMINATIONS COMPLETES:

    ces2.jpg

    Meilleur espoir féminin

    NAIDRA AYADI dans « Polisse »

    ADÈLE HAENEL dans « L’Apollonide, souvenirs de la maison close »

    CLOTILDE HESME dans « Angèle et Tony »

    CÉLINE SALLETTE dans « L’Apollonide, souvenirs de la maison close »

    CHRISTA THÉRET dans « La brindille »

    Meilleur espoir masculin

    NICOLAS BRIDET dans « Tu seras mon fils »

    GRÉGORY GADEBOIS dans « Angèle et Tony »

    GUILLAUME GOUIX dans « Jimmy Rivière »

    PIERRE NINEY dans « J’aime regarder les filles »

    DIMITRI STOROGE dans « Les Lyonnais »

    Meilleur scénario original

    VALÉRIE DONZELLI, JÉRÉMIE ELKAÏM pour « La guerre est déclarée »

    MICHEL HAZANAVICIUS pour « The Artist »

    MAÏWENN, EMMANUELLE BERCOT pour « Polisse »

    PIERRE SCHOELLER pour « L’exercice de l’Etat »

    ERIC TOLEDANO, OLIVIER NAKACHE pour « Intouchables »

    Meilleure adaptation

    DAVID FOENKINOS pour « La délicatesse »

    VINCENT GARENQ pour « Présumé coupable »

    OLIVIER GORCE, ROSCHDY ZEM, RACHID BOUCHAREB, OLIVIER LORELLE pour « Omar m’a tuer »

    MATHIEU KASSOVITZ, PIERRE GELLER, BENOÎT JAUBERT pour « L’ordre et la morale »

    YASMINA REZA, ROMAN POLANSKI pour « Carnage »

    Meilleure musique originale

     ALEX BEAUPAIN pour « Les bien-aimés »

    BERTRAND BONELLO pour « L’Apollonide, souvenirs de la maison close »

    LUDOVIC BOURCE pour « The Artist »

     –‐M–‐, PATRICE RENSON pour « Un Monstre à Paris »

    PHILIPPE SCHOELLER pour « L’exercice de l’Etat »

     Meilleur son

    PASCAL ARMANT, JEAN GOUDIER, JEAN–‐PAUL HURIER pour « Intouchables »

    JEAN–‐PIERRE DURET, NICOLAS MOREAU, JEAN–‐PIERRE LAFORCE pour « L’Apollonide, souvenirs de lamaison close »

    OLIVIER HESPEL, JULIE BRENTA, JEAN–‐PIERRE LAFORCE pour « L’exercice de l’Etat »

    NICOLAS PROVOST, RYM DEBBARH–‐MOUNIR, EMMANUEL CROSET pour « Polisse »

    ANDRÉ RIGAUT, SÉBASTIEN SAVINE, LAURENT GABIOT pour « La guerre est déclarée »

     Meilleure photo

    PIERRE AÏM pour « Polisse »

    JOSÉE DESHAIES pour « L’Apollonide, souvenirs de la maison close »

    JULIEN HIRSCH pour « L’exercice de l’Etat »

    GUILLAUME SCHIFFMAN pour « The Artist »

    MATHIEU VADEPIED pour « Intouchables »

     Meilleur montage

    ANNE–‐SOPHIE BION, MICHEL HAZANAVICIUS pour « The Artist »

    LAURENCE BRIAUD pour « L’exercice de l’Etat »

    PAULINE GAILLARD pour « La guerre est déclarée »

    LAURE GARDETTE, YANN DEDET pour « Polisse »

    DORIAN RIGAL ANSOUS pour « Intouchables »

    Meilleurs costumes

    CATHERINE BABA pour « My little Princess »

    MARK BRIDGES pour « The Artist »

    CHRISTIAN GASC pour « Les femmes du 6e étage »

    VIORICA PETROVICI pour « La Source des femmes »

    ANAÏS ROMAND pour « L’Apollonide, souvenirs de la maison close »

    Meilleurs décors

    LAURENCE BENNETT pour « The Artist »

    ALAIN GUFFROY pour « L’Apollonide, souvenirs de la maison close »

    PIERRE-FRANÇOIS LIMBOSCH pour « Les femmes du 6e étage »

    JEAN MARC TRAN TAN BA pour « L’exercice de l’Etat »

    WOUTER ZOON pour « Le Havre »

    Meilleur réalisateur

    ALAIN CAVALIER pour « Pater »

    VALÉRIE DONZELLI pour « La guerre est déclarée »

    MICHEL HAZANAVICIUS pour « The Artist »

    AKI KAURISMÄKI pour « Le Havre »

    MAÏWENN pour « Polisse »

    PIERRE SCHOELLER pour « L’exercice de l’Etat »

    ERIC TOLEDANO, OLIVIER NAKACHE pour « Intouchables »

    Meilleur film de court métrage

    « L’ACCORDEUR »  réalisé par Olivier Treiner

    « LA France QUI SE LÈVE TÔT » réalisé par Hugo Chesnard

      »J’AURAIS PU ÊTRE UNEPUTE » réalisé par Baya Kasmi

    « JE  POURRAIS ÊTRE VOTRE GRAND–‐MÈRE » réalisé par Bernard Tanguy

    « UN MONDE SANS FEMMES » réalisé par Guillaume Brac

    Meilleure actrice

     ARIANE ASCARIDE dans « Les neiges du Kilimandjaro »

    BÉRÉNICE BEJO dans « The Artist »

    LEÏLA BEKHTI dans « La Source des femmes »

    VALÉRIE DONZELLI dans « La guerre est déclarée »

    MARINA FOÏS dans « Polisse »

    MARIE GILLAIN dans « Toutes nos envies »

    KARIN VIARD dans « Polisse »

     Meilleur acteur

    SAMI BOUAJILA dans « Omar m’a tuer »

    FRANÇOIS CLUZET dans « Intouchables »

    JEAN DUJARDIN dans « The Artist »

    OLIVIER GOURMET dans « L’exercice de l’Etat »

    DENIS PODALYDÈS dans « La conquête »

    OMAR SY dans « Intouchables »

    PHILIPPE TORRETON dans « Présumé coupable »

     Meilleure actrice dans un second rôle

    ZABOU BREITMAN dans « L’exercice de l’Etat »

    ANNE LE NY dans « Intouchables »

    NOÉMIE LVOVSKY dans « L’Apollonide, souvenirs de la maison close »

    CARMEN MAURA dans « Les femmes du 6e étage »

    KAROLE ROCHER dans « Polisse »

     Meilleur  acteur dans un second rôle

    MICHEL BLANC dans « L’exercice de l’Etat »

    NICOLAS DUVAUCHELLE dans « Polisse »

    JOEYSTARR dans « Polisse »

    BERNARD LE COQ dans « La conquête »

    FRÉDÉRIC PIERROT dans « Polisse »

     Meilleur film d’animation

    « LE CHAT DU RABBIN » réalisé par Joann Sfar, Antoine Delesvaux

    « LE CIRQUE » réalisé par Nicolas Brault

    « LA QUEUE DE LA SOURIS » réalisé par Benjamin Renner

    « LE TABLEAU » réalisé par Jean-François Laguionie

    « UN MONSTRE À PARIS » réalisé par Bibo Bergeron

     Meilleur film documentaire

    « LE BAL DES MENTEURS » réalisé par Daniel Leconte

    « CRAZY HORSE » réalisé par Frederick Wiseman

    « ICI ON NOIE LES ALGÉRIENS » réalisé par Yasmina Adi

    « MICHEL PETRUCCIANI » réalisé par Michael Radford

    « TOUSAU LARZAC » réalisé par Christian Rouaud

     Meilleur premier film

    « 17 FILLES » réalisé par Delphine Coulin, Muriel Coulin

    « ANGÈLE ET TONY » réalisé par Alix Delaporte

    « LE COCHON DE GAZA » réalisé par Sylvain Estibal

    « LA DÉLICATESSE » réalisé par David Foenkinos, Stéphane Foenkinos

    « MY LITTLE PRINCESS » réalisé par Eva Ionesco

     Meilleur film étranger « BLACK SWAN » réalisé par Darren Aronofsky

      »LE DISCOURS D’UN ROI » réalisé par Tom Hooper

    « DRIVE » réalisé par Nicolas Winding Refn

    « LE GAMIN AU VÉLO » réalisé par Jean-Pierre Dardenne, Luc Dardenne

    « INCENDIES » réalisé par Denis Villeneuve

    « MELANCHOLIA » réalisé par Lars von Trier

    « UNE SÉPARATION » réalisé par Asghar Farhadi

     Meilleur film

    « L’EXERCICE DE L’ETAT » produit par Denis Freyd, réalisé par Pierre Schoeller

    « LA GUERRE EST DÉCLARÉE » produit par Edouard Weil, réalisé par Valérie Donzelli

    « LE HAVRE » produit par Fabienne Vonier, réalisé par Aki Kaurismäki

    « INTOUCHABLES » produit par Nicolas Duval Adassovsky, Yann Zenou, Laurent Zeitoun, réalisé parEric Toledano, OlivierNakache

    « PATER » produit par Michel Seydoux, réalisé par Alain Cavalier

    « POLISSE » produit par Alain Attal, réalisé par Maïwenn

    « THE ARTIST » produit par Thomas Langmann, réalisé par Michel Hazanavicius

     CRITIQUES DES FILMS NOMMES:

     Cliquez sur le titre du film qui vous intéresse pour accéder à sa critique:

    « Polisse » de Maïwenn (13 nominations)

    polisse7.jpg

    « L’Exercice de l’Etat » de Pierre Schoeller (11 nominations)

    exercice.jpg

    « The Artist » de Michel Hazanavicius (10 nominations)

    artist56.jpg

    « J’aime regarder les filles » de Frédéric Louf (1 nomination)

    regarder.jpg

    « Les Lyonnais » d’Olivier Marchal ( 1 nomination)

    lyonnais.jpg

    « La Délicatesse » de Stéphane et David Foenkinos (2 nominations)

    delicatesse2.jpg

    « Omar m’a tueR » de Roschdy Zem (2 nominations)

    omar.jpg

    « Les Femmes du 6ème étage » de Philippe Le Guay (3 nominations)

    fem.jpg

    « Pater » de  Alain Cavalier (2 nominations)

    pater8.jpg

    « Melancholia » de Lars von Trier (1 nomination)

    melancholia8.jpg

    « Le Discours d’un roi » de Tom Hooper (1 nomination)

    discours1.jpg

    « Drive » de Nicolas Winding Refn (1 nomination)

    drive7.jpg

    “Le Gamin au vélo” de Jean-Pierre et Luc Dardenne (1 nomination)

    gamin2.jpg

    « Carnage » de Roman Poalanski (1 nomination)

  • César 2012, un César d'honneur pour Kate Winslet: 3 critiques de films pour l'occasion

    Vendredi soir, les César en direct desquels je serai (vous pourrez me suivre sur http://twitter.com/moodforcinema ) mettront à l'honneur Kate Winslet. Elle recevra ainsi un César d'honneur des mains de Roman Polanski avec qui elle a tourné récemment "Carnage". A cette occasion, je vous propose deux critiques de films (telles que publiées à leur sortie, ci-dessous) avec cette dernière : le chef d'oeuvre de Sam Mendes "Les Noces Rebelles"et  "Carnage" de Roman Polanski mais aussi mes commentaires sur les premières images de "Titanic  2012" (en 3D).

    Critique "Les Noces rebelles" de Sam Mendes

    noces.jpg

    Lorsqu’ils se rencontrent, April (Kate Winslet) et Frank Wheeler (Leonardo Di Caprio) en sont persuadés : ils sont différents, exceptionnels même. Certes ils ont emménagé sur Revolutionary road,  dans une banlieue tranquille comme il y en a tant d’autres, où les conventions sociales et la vie routinière règnent mais ils en sont certains : ils ne se laisseront pas piéger. Oui, ils sont différents et le prouveront.

    Actrice sans talent, April consacre  pourtant bientôt tout son temps à sa maison et ses enfants, en rêvant d’une vie trépidante loin de Revolutionary road.  Frank, quant à lui, fait un travail sans intérêt dans un bureau dans la même entreprise que celle où son père travaillait, et finit par tromper sa femme avec une secrétaire terriblement insignifiante et stupide.

    Un jour, celui-là même ou Frank commence à la tromper, en fouillant dans sa boîte à souvenirs, April trouve une photo de Frank à Paris et se souvient de leurs aspirations.  Elle reprend brusquement goût à la vie, surtout espoir en la vie et en l’avenir. C’est décidé : leur avenir est à Paris, elle convainc Franck de partir y vivre quelques mois plus tard. Ils l’annoncent alors à leurs proches avec l’insolence du bonheur.

    L’intrigue se déroule dans le Connecticut, dans les années 50 mais ce n’est finalement qu’un détail… tant ce film a une portée intemporelle et universelle.

    Si ces « Noces rebelles » font l’effet d’un coup de poignard dont il faudra un temps certain pour se remettre, c’est autant pour son dénouement terriblement fort et magnifiquement cruel que pour les questionnements que ce film suscite et auxquels chacun a forcément été confronté, un jour ou l’autre. Le schisme potentiel entre ce que l’on est, ce que l’on voudrait devenir ou ce que l’on a rêvé de devenir. Les idéaux de jeunesse face à la réalité de la vie familiale. Le courage d’échapper à une vie médiocre, confortable et conformiste ou la  facilité, la lâcheté même, de s’y conformer. La facilité de suivre une existence tracée ou le courage de se rebeller contre celle-ci.

    Revolutionary Road, le nom de leur rue : voilà bien tout ce que leur vie a finalement de révolutionnaire tant ils vont se faire enfermer par cette vie si éloignée pourtant de celle à laquelle ils aspiraient, tant ils vont devenir semblables aux autres, malgré tout, tant ils vont être happés par ce « vide désespérant » de l’existence qu’ils méprisent par-dessus tout.

     Avec son costume et son chapeau grisâtres, chaque matin, sur le quai de la gare Frank est anonyme et perdu dans une foule indifférenciée d’hommes vêtus de la même manière, sinistrement semblables. Son bureau est carré, gris, terne comme la cellule d’une prison. Et chaque matin April le regarde partir derrière une vitre aux lignes carcérales. Cette prison d’uniformité, de médiocrité va bientôt se refermer sur eux … jusqu’au point de non retour.

    La rencontre n’occupe qu’une très petite partie du film : le pré-générique au cours duquel April jette son dévolu sur Frank, parce qu’il porte en lui toutes les espérances d’une vie exceptionnelle, parce qu’il a l’arrogance et la beauté prometteuses, prometteuses d’un futur différent de celui des autres, d’une vie où on « ressent » les choses et où on ne les subit pas. Puis, on les retrouve mariés, se disputant suite à une représentation théâtrale dans laquelle jouait April et où son manque de talent a éclaté. Générique. Le temps du bonheur est terminé. Le reste n’en sera que le vain  espoir.

    La suite est à la fois d’une déchirante cruauté mais aussi d’une déchirante beauté : la beauté du regard aiguisé d’un cinéaste au service de ses acteurs, au service du scénario, au service de cet enfermement progressif. La justesse des dialogues, ciselés et incisifs, auxquels notre attention est suspendue. La beauté de certains plans, de certaines scènes, brefs moments de bonheur qui portent déjà en eux son impossibilité et qui les rend d’autant plus éblouissants : April lumineuse, irréelle et déjà évanescente, dans l’embrasure d’une porte  ou une danse sensuelle exprimant autant la vie que la douleur de son renoncement… Et cette scène qui succède à une dispute où tout semble devenu irrévocable et irrémédiable. Cette scène (que je ne vous décrirai pas pour vous la laisser découvrir) à la fois d’une atroce banalité et d’une rare intensité où le contraste avec la précédente et où les enjeux sont tels que notre souffle est suspendu comme lors du plus palpitant des thrillers. Quel(s) talent(s) faut-il avoir pour faire passer dans une scène en apparence aussi insignifiante autant de complexité, de possibles, d’espoir, d’horreur ? Cette scène est magistrale.

    Alors, non…la route ne les mènera nulle part. Si : en enfer peut-être.  Au grand soulagement des voisins qui raillaient hypocritement leur départ, qui redoutaient en réalité qu’ils échappent à cette vie qu’ils se sont condamnés à accepter et à suivre sans rechigner.  Le piège va se refermer sur eux. La rébellion sera étouffée. La médiocrité remportera la bataille contre la vie rêvée et idéalisée.

    La musique de Thomas Newman est parfois douloureusement douce et ne fait qu’exacerber ce sentiment de regret, de bonheur à jamais insaisissable, de même que la photographie qui, tantôt (plus rarement) d’une lumière éclatante, tantôt d’une obscurité presque inquiétante épouse les espoirs et les déchirements, les désillusions du couple.

    Onze ans après « Titanic » le couple Di Caprio / Winslet se reforme (de nouveau accompagnés de Kathy Bates) donc pour ce film qui en est l’antithèse, une adaptation du roman « Revolutionnary Road » (La Fenêtre panoramique) de Richard Yates publié en 1961. Ce choix de casting est judicieux  et très malin, non seulement parce qu’ils auraient pu choisir un blockbuster beaucoup plus « facile » et qu’avec ce sujet ce n’était pas gagné d’avance (au contraire des protagonistes du film, ils ont donc  fait preuve d’audace) mais aussi parce qu’ils représentaient alors le couple romantique par excellence, les voir ainsi se déchirer n’en est d’ailleurs que plus fort. Kate Winslet, par son jeu trouble et troublant, n’a ainsi pas son pareil pour faire passer la complexité et la douleur de ses tourments, l’ambivalence de cette femme que le conformisme étouffe progressivement et pour que chacune de ses expressions contienne une infinitude de possibles, contribuant à ce suspense et cette sensation de suffocation intolérable.  On étouffe, subit, souffre avec elle. C’est à la fois jubilatoire et insoutenable. Avec son air d’éternel adolescent maladroit, ne sachant prendre sa vie en mains, Leonardo Di Caprio, quant à lui, trouve là un de ses meilleurs rôles et prouve une nouvelle fois l’étendue de son jeu.

     Le film leur doit beaucoup tant ils rendent ce couple à la fois unique et universel et extrêmement crédible. Dommage que les seules nominations pour les Oscars ( même si Kate Winslet a obtenu le Golden Globe pour ce rôle ) soient pour Michael Shannon comme meilleur acteur dans un second rôle (qui le mérite néanmoins, qui interprète un fou de la bouche duquel sortira pourtant la vérité , rassurant finalement les voisins hypocrites qui préfèrent ne pas entendre-au sens propre comme au sens figuré, cf le mari de Kathy Bates au dénouement- qui refusent de l’admettre puisque n’étant pas sain d’esprit il aurait donc tort et eux auraient raison d’avoir choisi, plutôt suivi cette vie. C’est aussi le seul à être d’accord et à comprendre réellement les Wheeler), pour le meilleur costume et pour le meilleur décor (Kristi Zea, la chef décoratrice dit s’être inspirée des œuvres du peintre Edward Hopper donc ce film porte la beauté laconique et mélancolique).

     Un film intemporel et universel, d’une force et d’une cruauté aussi redoutables qu’admirables, servi par deux comédiens exceptionnels et une réalisation virtuose. Un film palpitant qui est aussi une réflexion sur le mensonge, l’espoir, les idéaux de jeunesse, la cruauté de la réalité, la médiocrité, l’hypocrisie et le conformisme de la société. Les vingt dernières minutes sont d’une intensité rare et font atteindre des sommets de perspicacité, de complexité à ce film dont on ressort touchés en plein cœur avec cette envie aussi de le faire battre encore plus vite et plus fort. Le pouvoir des grands films dont « Les Noces rebelles » fait indéniablement partie. Je vous invite vivement à faire un tour sur cette « revolutionary road », autre "sentier de la perdition". Vous n’en reviendrez pas indemnes… et je vous le garantis : cette rue-là vous bousculera, vous portera et vous hantera bien après l’avoir quittée. 

    Critique de "Carnage" de Roman Polanski

    L’an passé avec « The Ghost Writer », Roman Polanski réalisait un des trois meilleurs films de l’année, une forme de huis-clos sur une île inhospitalière à l’abandon balayée par le vent et la monotonie, un film dans lequel l’inquiétude et le sentiment d’inconfort  nous saisissaient immédiatement avec pour cadre une demeure élégante mais déshumanisée dont l’ouverture sur l’extérieure donnait des plans d’une redoutable beauté glaciale aux frontières de l’absurde, sorte de monde désertique devant lequel, tel un démiurge, apparaissait un ancien premier ministre qui jadis dirigeait tout un peuple. Un film dans lequel tout est à la fois familier et étrange, envoûtant et angoissant. A priori, le nouveau film de Roman Polanski, en compétition du dernier Festival de Venise, est très différent ne serait-ce que parce que celui de l’an passé restera davantage dans l’histoire du cinéma pourtant…l’enfermement et l’angoisse chers au cinéaste sont bel et bien très présents dans ce nouveau film, véritable huis-clos (deux plans exceptés) adapté de la célèbre et « multiprimée » pièce de Yasmina Reza « Le Dieu du carnage » dont Polanski est ici à son tour le Dieu et le démiurge du carnage.

    New York. Dans un jardin public, deux enfants de 11 ans se bagarrent et l’un d’eux, le fils de Nancy (Kate Winslet) et Alan Cowan (Christoph Waltz) blesse l’autre au visage, le fils de Penelope (Jodie Foster) et Michael Longstreet (John C.Reilly). Tout se passe apparemment très cordialement pour rédiger la déclaration destinée aux assurances si ce n’est que le père du « coupable » demande à ce que le terme « armé » d’un bâton soit remplacé par celui de « muni », le tout dans l’appartement de Penelope et Michael. 

    Nancy et Alan sont tirés à quatre épingles. Nancy est « armée » de son collier de perles, d’une coiffure dont pas une mèche ne dépasse et d’un sourire impeccable même si légèrement condescendant. Penelope et Michael semblent particulièrement affables, compréhensifs, cordiaux. Les premiers auraient dû partir et les seconds en rester là … sauf que… une phrase, un mot, finalement la différence entre armé et muni, la frontière entre victime et coupable, va constamment les retenir… Le vernis va voler en éclats, la pose princière de Nancy se transformer en attitude vulgaire, le débonnaire Michael va se transformer en être médiocre et cynique, l’avocat Alan sarcastique et grossier qui se prend pour John Wayne (et se tient comme s’il était dans un saloon, s’appropriant les lieux) être constamment accroché à son portable plus important que quoi que ce soit d’autre avant de s’écrouler et l’altruiste Penelope qui écrit sur le Darfour se révéler plus attachée aux objets qu’aux hommes et être enfermée dans ses principes. Chacun va vomir (au figuré et même au propre) toute sa médiocrité, sa haine, révéler son vrai et méprisable visage, sa monstruosité derrière son apparence civilisée. Cela me rappelle le « Tous coupables » du « Cercle rouge »  sauf que, dans le film de Melville, le constat était fait avec une sorte de mélancolie désabusée et qu’ici chacun semble en retirer une forme de jouissance malsaine (d’ailleurs Nancy et Alan pourraient partir à tout moment mais semblent finalement trouver un certain plaisir à régler leurs comptes en public et à dévoiler leur odieux visage).

    Polanski ne s’est pas contenté de filmer une pièce de théâtre, au contraire même, tout le génie de Polanski se révèle une nouvelle fois ici. Par un cadrage, parfois étouffant, par une manière de placer sa caméra dans l’espace et de diviser cet espace au gré des clans qui se forment, par des gros plans ou des plongées ou contre-plongées qui révèlent toute la laideur de ses personnages, le cinéaste est très présent et ne se contente pas de poser sa caméra. D’ailleurs, j’ai ressenti un vrai malaise physique en parallèle de celui qui s’empare des personnages. Les deux plans hors de l’appartement (le premier et le dernier) sont  également très significatifs, sans parler de la musique, ironique. Le décor est également très révélateur. Tout y est impeccable, carré. Seules les tulipes jaunes achetées pour l’occasion, le livre sur Bacon ou Kokoschka, ou encore sur Mao, laissent entendre une laideur ou un caractère dictatorial sous-jacents … sans parler de la salle de bain, l’invisible, beaucoup moins « rangée » qui laisse entendre que ce qui est caché est beaucoup moins impeccable que ce qui est montré.

    Le décor new-yorkais aurait pu être celui d’un film de Woody Allen…sauf que les personnages sont tout sauf des personnages de Woody Allen, car si ce dernier souvent n’épargne pas non plus ses personnages, il a finalement toujours beaucoup d’empathie et de tendresse pour leurs failles et leurs faiblesses…tandis qu’ici tout n’est qu’amertume et cynisme, chacun n’agissant que sous un seul diktat : celui de l’égoïsme censé régir la vie de chacun.

    Les comédiens sont impeccables, la réalisation également brillante mais ces personnages détestables qui ne possèdent plus la plus petite lueur d’humanité sont « à vomir ». Ce film est un peu l’anti « Intouchables »… (et pourtant j’ai de nombreuses réserves sur ce dernier qui vient d’ailleurs de dépasser les 12 millions d’entrées). L’un et l’autre révèle deux visages contradictoires et finalement complémentaires de notre société : une société cynique qui se revendique comme telle mais qui, au fond, a surtout besoin d’espoir quitte à ce que cet espoir  prenne un visage qui relève plus du conte et du fantasme que de la réalité, un visage presque enfantin…

    Je vous conseillerais donc plutôt de revoir « Répulsion », « Chinatown », « Tess » , « Le Pianiste » et « The Ghost Writer » même si les comédiens sont ici impeccables semblant prendre beaucoup de plaisir à ce jeu de massacres. Précisons enfin que l’appartement dans lequel se déroule l’action a été construit en studio à Bry-sur-Marne, en région parisienne mais donne l’illusion que cela se déroule à New York, un travail remarquable qui est l’œuvre chef-décorateur Dean Tavoularis cher à Coppola.

    Un carnage brillant et étouffant d’asphyxiante médiocrité mais trop (d’ailleurs totalement) dénué d’humanité sentencieusement décrétée comme uniquement dirigée  par l’égoïsme et trop sinistrement cynique pour me plaire…ce qui ne remet nullement en cause le talent de Polanski, éclatant encore une fois, malgré l’unité de lieu et le caractère répulsif des personnages. 

    "Titanic 2012" ( en 3D) de James Cameron - Cliquez ici pour lire mon article

    titanic.jpg

  • 5ème prix Daniel Toscan du Plantier 2012 décerné à Alain Attal

    polisse1.jpg

    Pour sa cinquième édition, le Prix Daniel Toscan du Plantier a été décerné à Alain Attal (Les Productions du Trésor). Alain Attal est le producteur du film Polisse de Maïwenn ainsi que de films comme Les Petits Mouchoirs de Guillaume Canet ou Le Concert de Radu Mihaileanu.  Le collège électoral était composé des 45 membres de l’Association pour la Promotion du Cinéma ainsi que de tous les artistes et techniciens ayant fait l’objet d’une nomination aux César depuis l’année de création du prix en 2008. Etaient éligibles toutes les productrices et producteurs d'au moins deux films lors des 5 dernières années, dont au moins un sorti en 2011, et éligibles au César du Meilleur Film, soit pour cette année 154 productrices et producteurs.

    Critique de "Polisse" de Maïwenn

    Critique des "Petits Mouchoirs" de Guillaume Canet

    Critique du "Concert" de Radu Mihaileanu

    Je vous rappelle que vous pourrez me suivre en direct du théâtre du Châtelet pour les César, vendredi, sur http://twitter.com/moodforcinema  et que vous pourrez retrouver le compte-rendu de la cérémonie ici et sur http://inthemoodlemag.com .

  • La cérémonie et le palmarès des César 2012 en direct

    girardot.jpg

    Comme chaque année, vous pourrez suivre la 37ème cérémonie des César sur Canal plus, à 20H30, le vendredi 24 février, en direct.

     Comme l’an passé, c’est en direct du Théâtre du Châtelet que j’aurai le plaisir de vivre la cérémonie et de vous la faire vivre sur mon compte twitter http://twitter.com/moodforcinema .

    En attendant, vous pouvez retrouver toutes les nominations et toutes mes critiques des films nommés en cliquant ici.

    Retrouvez également mon compte-rendu de la cérémonie 2011 vécue en direct du Châtelet en cliquant là.

    photopasscésar 001.JPG

    Retrouvez enfin mon compte-rendu 2010 avec mes vidéos de la soirée (Isabelle Adjani, Tahar Rahim, Marion Cotillard, Harrison Ford…) vécue en salle presse en cliquant ici.

    Découvrez également le site officiel des César: http://www.academie-cinema.org/

  • César 2012 : critiques des films nommés

    Je vous annonçais ce matin les nominations aux César 2012 (dont vous pouvez retrouver la liste complète en cliquant ici) et je vous propose maintenant mes critiques de le plupart des films nommés .

    Cliquez sur le titre du film qui vous intéresse pour accéder à sa critique:

    « Polisse » de Maïwenn (13 nominations)

    polisse7.jpg

    « L’Exercice de l’Etat » de Pierre Schoeller (11 nominations)

    exercice.jpg

    « The Artist » de Michel Hazanavicius (10 nominations)

    artist56.jpg

    « J’aime regarder les filles » de Frédéric Louf (1 nomination)

    regarder.jpg

    « Les Lyonnais » d’Olivier Marchal ( 1 nomination)

    lyonnais.jpg

    « La Délicatesse » de Stéphane et David Foenkinos (2 nominations)

    delicatesse2.jpg

    « Omar m’a tueR » de Roschdy Zem (2 nominations)

    omar.jpg

    « Les Femmes du 6ème étage » de Philippe Le Guay (3 nominations)

    fem.jpg

    « Pater » de  Alain Cavalier (2 nominations)

    pater8.jpg

    « Melancholia » de Lars von Trier (1 nomination)

    melancholia8.jpg

    « Le Discours d’un roi » de Tom Hooper (1 nomination)

    discours1.jpg

    « Drive » de Nicolas Winding Refn (1 nomination)

    drive7.jpg

    “Le Gamin au vélo” de Jean-Pierre et Luc Dardenne (1 nomination)

    gamin2.jpg

    « Carnage » de Roman Poalanski (1 nomination)

     

    Retrouvez également la rubrique entièrement consacrée aux César sur mon nouveau blog http://inthemoodlemag.com  : http://inthemoodlemag.com/category/evenements/

  • Interview de Pierre Niney nommé comme meilleur espoir masculin aux César 2012 pour "J'aime regarder les filles" de Frédéric Louf

    Retrouvez ci-dessous mon interview de Pierre Niney réalisée suite au Festival du Film de Cabourg où était présenté "J'aime regarder les filles" de Frédéric Louf,   film pour lequel ce dernier est nommé comme meilleur espoir masculin aux César 2012 face à Nicolas Bridet dans dans "Tu seras mon fils", Grégory Gadebois dans dans "Angèle et Tony", Guillaume Gouix dans "Jimmy Rivière", Dimitri Storoge dans "Les Lyonnais". Retrouvez également ci-dessous ma critique de "J'aime regarder les filles", film pour lequel j'avais eu un énorme coup de coeur et qui figurait même dans mon top et bilan 2011, et l'interview du réalisateur Frédéric Louf. (L'article ci-dessous a été publié en juin dernier et est republié tel quel). Vous pourrez aussi découvrir Pierre Niney dans la pièce qu'il met en scène et dans laquelle il joue, "Si près de Ceuta", du 8 au 13 juin à 21H au Théâtre de Vanves. Vous pourrez en savoir plus sur cette pièce, en cliquant ici. Un bel éclectisme qui devrait lui valoir une belle et longue carrière...et, je lui souhaite, un premier César, le 24 février.

    regarder.jpg

    L’été est désormais l’occasion pour les majors de sortir certaines de leurs grosses productions …mais c’est aussi et  heureusement l’occasion pour des films aux budgets et à la promotion moins conséquents d’émerger. Ce fut le cas pour « Le premier jour du reste de ta vie » de Rémi Bezançon en 2008 et j’espère vraiment que ce sera le cas cet été pour « J’aime regarder les filles », premier long-métrage de Frédéric Louf, un film que j’ai découvert dans le cadre du dernier Festival du Film de Cabourg où il était présenté, dans la section Panorama. Mon coup de cœur du festival. Un coup de foudre même. Une belle évidence. Pas de budget ni de promotion pharaoniques mais un film écrit et réalisé avec sincérité, et brillamment interprété.  Et indéniablement le film le plus romantique de ce festival : celui qui évoquait le mieux les tourments de l’âme et du cœur, et qui fait preuve  de sensibilité (agréablement) exacerbée. Et vous faire découvrir et partager mon enthousiasme pour des films comme celui-ci est sans doute la plus belle raison d’être de ce blog.

    regarder4.jpg

    L’action du film  débute la veille du 10 mai 1981, en plein bouillonnement électoral. C’est ce jour-là que Primo (Pierre Niney) et Gabrielle (Lou de Laâge) se rencontrent, suite à la belle audace et inconscience de Primo qui s’immisce dans une fête à laquelle il n’était pas invité. Ils ont 18 ans. L’âge de tous les possibles. Tous les excès. Toutes les audaces. Primo va bientôt passer le bac. Gabrielle fait partie de la bourgeoisie parisienne. Lui est fils de petits commerçants de province. Primo est ébloui par le charme de Gabrielle. Il va s’inventer une vie qui n’est pas la sienne… Et puis, dans l’ombre, il y a Delphine, amie de Gabrielle (Audrey Bastien)…

    Frédéric Louf arrive à transcrire la fébrilité et la fougue de la jeunesse, cet âge où tout est possible, à la fois infiniment grave et profondément léger, où tout peut basculer d’un instant à l’autre dans un bonheur ou un malheur pareillement excessifs, où les sentiments peuvent éclore, évoluer ou mourir d’un instant à l’autre, où tout est brûlant et incandescent. De son film et de ses interprètes se dégagent toute la candeur, la fraîcheur mais aussi parfois la violence et l’intransigeance de cet âge décisif.

    regarder3.jpg

    La littérature cristallise magnifiquement les sentiments avec notamment les références à une des œuvres les plus marquantes du romantisme « On ne badine pas avec l’amour » de Musset, judicieux parallèle pour cette histoire qui , dans une certaine mesure, peut rappeler celle de Camille et Perdican, mais aussi pour la présence de la violence sociale, présente dans l’œuvre de Musset et ici également en arrière-plan avec l’éveil de Primo à la politique grâce au personnage de Malik (là encore un choix judicieux : Ali Marhyar). C’est donc l’histoire (avant tout) d’une « éducation sentimentale » mais aussi d’une éducation politique, l’un et l’autre symbolisant un bel et fol espoir. Celui du 10 mai 1981. Et celui de cet amour naissant.

    regarder5.jpg

    Au sommet de la distribution, Pierre Niney (que vous avez pu notamment voir dans « les Emotifs anonymes » de Jean-Pierre Améris et « L’autre monde » de Gilles Marchand, plus jeune pensionnaire de la comédie française mais pas seulement, cf interview ci-dessous) qui incarne Pierre, personnage éminemment romantique capable notamment de se jeter par la fenêtre, d’une touchante maladresse et d’une maladroite élégance, à la fois léger et grave, immature et obstiné, autodestructeur et volontaire, audacieux et inconscient…mais aussi Audrey Bastien (que vous avez déjà pu voir dans « Simon Werner a disparu ») qui incarne une Delphine à la fois forte et fragile, mystérieuse et déterminée.

     A eux deux, ils incarnent toutes les nuances, les excès, les passions, la vulnérabilité et la force de la jeunesse avec un naturel confondant et avec ce petit quelque chose en plus, si rare et précieux, qui se nomme la grâce. N’oublions pas non plus Lou de Lâage,  dont le personnage, à l’image de ceux précités, évite intelligemment l’écueil du manichéisme.  Michel Vuillermoz, Johan Libéreau, Ali Maryhar notamment complètent cette épatante distribution !

    regarder6.jpg

    Le caractère de Primo (inconscient, follement romantique, maladroit, déterminé) rappelle Antoine Doinel et en particulier le Doinel de « Baisers volés ». La vitalité qui se dégage du film, les références à la littérature, cette apparente légèreté doublée d’une réelle profondeur procurent à ce film un bel air truffaldien.

    Le tout est  servi par des dialogues particulièrement bien écrits. Agnès Jaoui qui a écrit ce qui est à mon sens un des films avec les meilleurs dialogues qui soient (« Le goût des autres », chef d’œuvre du genre à voir absolument si ce n’est déjà fait) ne s’y est pas trompé: elle est la marraine du film.  Le film a par ailleurs reçu le label « Cinéaste de demain » décerné par Canal +, UGC et un collectif de cinéastes.

    Un film simple, touchant, drôle (je ne l’ai pas assez dit, mais oui, vraiment aussi drôle) qui a la grâce des 18 ans de ses personnages, à la fois fragiles et résolus, audacieux, d’une émouvante maladresse, insouciants et tourmentés et qui incarnent à merveille les héros romantiques intemporels même si le film est volontairement très ancré dans les années 80 à l’image du tube de Patrick Coutin « J’aime regarder les filles » qui a donné son titre au film.

    Un film au romantisme assumé, imprégné de littérature, avec un arrière-plan politique, avec un air truffaldien, voilà qui avait tout pour me plaire, sans oublier ce petit plus indicible, le charme peut-être, la sincérité sans doute, et le talent évidemment, ingrédients d’un coup de foudre cinématographique comme celui-ci.

    Je crois que vous l’aurez compris : c’est LE film de cet été à ne pas manquer… Et quand ses jeunes interprètes seront nommés comme meilleurs jeunes espoirs aux prochains César et/ou le film comme meilleur premier film (je ne vois pas comment il pourrait en être autrement) vous ne pourrez pas dire que je ne vous avais pas prévenus!

    Et juste pour le plaisir de la beauté et clairvoyance redoutables des mots de Musset :

    « Adieu Camille, retourne à ton couvent, et lorsqu'on te fera de ces récits hideux qui t'on empoisonnée, réponds ce que je vais te dire : Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueilleux et lâches méprisables et sensuels ; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées ; le monde n'est qu'un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange ; mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c'est l'union de ces deux êtres si imparfaits et si affreux. On est souvent trompé en amour souvent blessé et souvent malheureux ; mais on aime, et quand on est sur le bord de sa tombe, on se retourne pour regarder en arrière, et on se dit : J'ai souffert souvent, je me suis trompé quelques fois : mais j'ai aimé. C'est moi qui ai vécu et non pas un être factice créé par mon orgueil et mon ennui. » On ne badine pas avec l'amour (acte 2 scène V)- Alfred de Musset (1810-1857)

    INTERVIEWS DE PIERRE NINEY ET FREDERIC LOUF

     

    nineylouf.jpg

    Ci-dessus: Audrey Bastien, Pierre Niney et Frédéric Louf lors de la présentation du film en avant-première, au Festival du Film de Cabourg.

     Pour achever de vous convaincre, je vous propose ci-dessous de retrouver mes interviews du réalisateur Frédéric Louf et de l’acteur principal Pierre Niney. Je les remercie encore une fois  d’avoir pris le temps de me donner ces réponses précises et enthousiastes, qui, je pense, devront vous donner une idée du ton du film, à leur image…

    martineden.jpgUne petite parenthèse à propos de la référence à « Martin Eden » de Jack London (que vous pourrez lire dans l’interview de Pierre Niney), un chef d’œuvre parfois méconnu, un des trois romans que je relis le plus souvent et que je vous conseille vraiment de découvrir . Dès l’instant où mes yeux se sont posés sur ce roman, le ténébreux « Martin Eden », je n’ai pu les en détacher, le dévorant littéralement jusqu’à la dernière ligne. Pour ne pas en gâcher le plaisir de la découverte, je ne vous en résumerai pas l’histoire. C’est à la fois une brillante histoire romanesque et une peinture de la société, de son hypocrisie, de la superficialité de la réussite, des bas-fonds de San Francisco aux salons de la bourgeoisie. C’est l’itinéraire d’un être passionné et idéaliste qui sombrera dans le désappointement. C’est un roman d’un romantisme désenchanté empreint de passion puis de désillusions. C’est aussi et avant tout un roman sur la fièvre créatrice et amoureuse qui emprisonnent, aveuglent et libèrent à la fois. Le roman le plus autobiographique de Jack London publié en 1909 et réédité aux Editions Phébus (collection Libretto). Je vous le recommande vivement.

     

     

    INTERVIEW DE PIERRE NINEY (Primo dans le film)

    niney3.jpgBiographie (source : Wikipédia et Allociné et interview/photo ci-contre: extraite du film "J'aime regarder les filles") Pierre Niney a débuté le théâtre à l'âge de onze ans en suivant  une formation avec la Compagnie Pandora et travaille sur des mises en scène avec Brigitte Jaques-Wajeman et François Regnault. Admis aux auditions de la Classe Libre des Cours Florent où il y étudie pendant deux ans, puis au Conservatoire National d'Art Dramatique (CNSAD). Il est engagé dans la troupe de la Comédie-Française en octobre 2010.

    Au théâtre : il joue sous la direction de Julie Brochen à la Cartoucherie de Vincennes, Vladimir Pankov au Théâtre Meyerhold à Moscou, et Emmanuel Demarcy-Mota. Après avoir travaillé pour des téléfilms et courts-métrages diffusés à la télévision (Nicolas Klotz...) il décroche plusieurs rôles au cinéma, il joue dans le long-métrage "LOL" de Lisa Azuelos et il tourne entre autres, dans l’excellent film de Robert Guédiguian intitulé "L'Armée du Crime", sélectionné au Festival de Cannes 2009 mais également dans « L’Autre monde » de Gilles Marchand (ma critique, ici) (sélectionné au Festival de Cannes 2010) puis dans "Les Émotifs anonymes" (ma critique, ici) avec Benoît Poelvoorde et Isabelle Carré. Ces trois derniers films témoignent du caractère judicieux de ses choix.

    Pierre Niney rejoint la troupe de la Comédie-Française le 16 octobre 2010 en devenant le plus jeune pensionnaire actuel du lieu. Il créé actuellement un festival de court-métrage à Vanves pour 2012/2013 (je vous en reparlerai). Il jouera, début juin 2012, au théâtre de Vanves, une pièce qu’il a écrite et mise en scène « Si près de Ceuta ». Vous le retrouverez dans « Les neiges du Kilimandjaro » de Robert Guédiguian qui sort en salles le 16 novembre prochain. Et cet été, il tournera un long-métrage intitulé "Comme Des Frères" réalisé par Hugo Gélin avec également Nicolas Duvauchelle, Francois-Xavier Demaison et Mélanie Thierry dans la distribution.

     1. Inthemoodforcinema.com : « J’aime regarder les filles » a été présenté en avant-première au Festival du Film de Cabourg, dédié au cinéma romantique. Pour moi, c’était  le film de cette sélection correspondant le plus à la définition de cinéma romantique (synonyme d’une grande sensibilité et des tourments de l’âme et du cœur). En quoi votre personnage, pour vous, l’est-il ? Cette caractéristique de votre personnage a-t-elle beaucoup orientée votre manière de l’interpréter ?

     Pierre Niney: Primo est un grand romantique. Mais pas dans sa forme la plus classique. C'est ce qui m'a beaucoup séduit dans le scénario de Fréderic Louf. Il aime de tout son cœur et il est capable de beaucoup quand il est dans cet état. Une porte fermée ne l'arrêtera pas tant qu'il pourra escalader la face de l'immeuble, peu importe l'étage.

    Il est aussi profondément sensible à la littérature et capable de retenir des vers entier d'Alfred de Musset qui parlent d'amour, cependant c'est aussi un personnage capable d'une vraie violence dans ses rapports aux autres, et d'un réel égoïsme, qu'il parvient a combattre au fur et a mesure du film et des différentes rencontres qu'il fait. Evidemment tout cela a influencé ma manière de jouer Primo car ces aspects du personnage le définissent en grande partie.

    2. Inthemoodforcinema.com: Même si votre jeu est très différent de celui de Jean-Pierre Léaud, j’ai beaucoup songé au cinéma de Truffaut de par le caractère de votre personnage, la présence de la littérature, la vitalité qui se dégage du film. Est-ce une référence pour vous en général et en était-ce une à la lecture du scénario ?

    Pierre Niney: Le lien entre l'univers de Truffaut et le film de Fréderic Louf me plait bien (évidemment!) et me parait justifié à certains niveaux.  Le ton de "J'aime Regarder Les Filles" ainsi que le personnage de Primo peut,  je pense, faire penser aux aventures du très "vivant" Antoine Doinel.

    L'image d'un Jean Pierre Léaud fougueux et maladroit m'a traversé l'esprit plus d'une fois à la lecture du scénario. Primo, le personnage que j'incarne dans le film, partage certains traits de caractère avec lui. Une certaine naïveté mêlée à une réelle détermination capable de surprendre le public mais aussi le personnage lui même, voilà ce qui pour moi faisait un écho possible entre les deux univers et les deux "héros" que sont Primo et Antoine Doinel.

    Au delà de ça, une fois sur le plateau je me suis beaucoup éloigné de cette référence (et des autres) et je n'ai jamais eu en tête les films de Truffaut quand il s'agissait de jouer les scènes. Le plus évident sur le tournage et dans le travail avec Frederic, était de se lancer dans les scènes avec pour seul but de réagir au présent, en lien direct avec la situation et les différents caractères des personnages. Rester vif et toujours dans une optique d'extrême, d'absolu qui est propre à la jeunesse.

    3. Inthemoodforcinema.com:  Votre personnage est assez complexe, à la fois léger et grave, immature et obstiné, autodestructeur et volontaire. On a l’impression que votre jeu est très « fluide », évident. Quelles difficultés, s’il y en a eu, cela présentait-il ? Y a-t-il une manière de se préparer à un rôle comme celui-ci ?

    Pierre Niney: Primo ne m'est pas totalement inconnu. Son énergie, son goût pour " l'escalade d'immeubles en plein Paris", son obstination à obtenir quelque chose qui lui parait important, son indécision aussi parfois, sont autant d’aspects du personnage que je partage avec lui . Et ce fut la bonne surprise du scénario. Pour toutes les scènes qui faisaient appel à ces traits du personnage, je me suis donc rapidement amusé, dès les répétitions, à jouer avec, à les exagérer ou les cacher aux autres personnages.

    Lee Strasberg écrit une phrase que j'aime bien (au risque de me la péter un peu) :  "Il faut partir de soi...mais il faut partir." De cette même façon, mon travail s'est ensuite porté sur ce qui m'était plus étranger chez Primo (et ce qui est souvent captivant pour un acteur). J'ai posé des questions à Fréderic sur sa façon de voir la maladresse de Primo, je lui demandais "comment est ce qu'il pourrait marcher?", "Est ce qu'à table il est du genre à tripoter ses couverts ou sa serviette?" et nous avons avancé de cette manière, parfois à travers ce genre de détails qui nous plaisaient à tout les deux et capables de raconter le mal-être de Primo ou son réel romantisme...

    4. Inthemoodforcinema.com : J’ai été très impressionnée par la justesse de l’interprétation de toute la distribution, paradoxalement par la maturité nécessaire pour incarner des personnages parfois immatures mais qui reflètent aussi la fougue, la fébrilité, l’exaltation, les excès et les passions de la jeunesse. Au-delà du talent de chacun, la direction de Frédéric Louf n’y est sans doute pas étrangère. En quoi est-elle particulière ? Vous laissait-il improviser ? Ou tout était-il au contraire très écrit ?

    Pierre Niney: Fréderic a souhaité travailler de nombreuses scènes avec nous avant le début du tournage. Ce qui a permis de créer une réelle atmosphère de travail et de bienveillance entre Lou, Audrey, Ali, Victor et moi, avant même d'arriver le jour J sur le plateau du film.

    Cela a été une très bonne idée et nous avons pu explorer différentes pistes sur les scènes les plus riches du scénario et choisir ce qui plaisait le plus a Fred.

    Sur le plateau, au moment du tournage, Fred laisse une grande liberté de jeu car c'est un grand fan de comédie et un fin observateur d'acteurs en général. L'instant présent du jeu, de la situation et de l'échange entre les comédiens est très précieux pour lui. Il nous laissait donc parfois poursuivre la scène en impro, voir jusqu'ou nous pouvions amener la séquence : ainsi la scène de la bouteille à "1800 francs" est une prise où Ali et moi improvisons toute la fin de la scène : la dégustation du vin…etc.

    Fred a toujours une idée précise de ce qu'il veut raconter avec telle scène ou tel plan du film, il sait ce qu'il veut raconter mais il laisse l'instrument de l'acteur lui proposer des notes auxquelles il n'aurait pas forcément pensé, et c'est aussi là sa grande force. Il est réellement ouvert aux propositions tout en sachant où il veut aller.

    5. Inthemoodforcinema.com : La littérature est très présente, surtout Musset qui est une sorte de catalyseur ou d’élément cristallisateur notamment dans une scène entre Audrey Bastien et vous, pour moi une des plus belles du film. Frédéric Louf se référait-il à la littérature dans sa direction d’acteurs, en amont ou peut-être dans la façon de diriger votre jeu sur le tournage ? Et vous, cela a-t-il influé sur votre jeu d’une manière ou d’une autre? Aviez-vous des références littéraires en tête en incarnant votre personnage ?

    Pierre Niney: Le rapport de Fréderic à la littérature m'a beaucoup touché. Dès la lecture du scénario j'ai trouvé que c'était un point fort du film et de son personnage principal : Primo. Je suis un fan inconditionnel de Musset et de cette tirade, d'une lucidité et d'une beauté absolument parfaite, qui apparait dans le film : "Tout les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueilleux et lâches..."

    Fred a évoqué le personnage de Martin Eden tiré du roman autobiographique de Jack London, a plusieurs reprises. Dans une première version du scénario je devais d'ailleurs offrir ce livre à la fin du film lorsque Primo reviens chez Delphine pour leur scène finale.

    Les personnages de "J'aime Regarder Les Filles" flirtent avec quelque chose d'éternel, d'intemporel grâce a cet aspect du scénario et, par exemple, à ce rapprochement avec un couple romantique comme celui de Camille et Perdican dans "On ne badine pas avec l'amour" de Alfred de Musset.

    6. Inthemoodforcinema.com : Le film débute la veille du 10 mai 1981 et est à la fois très ancré dans cette époque et, d’une certaine manière, intemporel. Est- ce que cet ancrage temporel changeait quelque chose pour vous, dans votre manière d’interpréter Primo ?

    Pierre Niney: A vrai dire, pas vraiment. Bien que "J'aime Regarder Les Filles" soit un film dont la trame de fond est politique et où certaines scènes ancrent très bien l'histoire dans l'ambiance et dans le renouveau politique que représente cette période, il s'agit d'un film entre jeunes gens, qui parle de leurs désirs (souvent contradictoires). En cela les enjeux sont accessibles pour un acteur sans prendre particulièrement en compte l'époque. Apres je me suis évidemment replongé dans Cindy Lauper, Jean Jacques Goldman, les vrais-faux meetings politiques de Coluche et les expressions des jeunes acteurs de La Boum pour me nourrir à fond de ces " vibes eighties! "

    7. Jean-Pierre Améris et Robert Guédiguian : vous avez notamment, tourné avec deux autres excellents directeurs d’acteurs (en plus d’être aussi de grands cinéastes). J’imagine que chacun d’entre eux vous a apporté quelque chose ? Que vous ont-ils appris, peut-être plus ou moins inconsciemment ? Et que vous a apporté cette expérience avec Frédéric Louf et en quoi changera-t-elle (peut-être) votre manière de jouer ou d’envisager les rôles à l’avenir ?

    Tourner avec Robert Guédiguian est toujours un réel plaisir et la sensation certaine de faire partie de quelque chose de "grand". Il y a sur son plateau l'idée d'une solidarité entre tout le monde, d'une famille presque, et souvent l'envie de défendre un scénario, une histoire entière et non pas une partition isolée.

    Dans "Les Emotifs Anonymes" avec Benoit Poelvoorde et Isabelle Carré, je pense avoir appris sur la façon de diriger un plateau de cinéma quand on est réalisateur. Jean-Pierre Améris est quelqu'un de relativement timide (d'où son film!) or il gérait son équipe avec une main de maître, et arrivait toujours à donner la dynamique qu'il voulait sur le plateau par le biais de l'humour ou autre…

    Je suis content d'avoir pu observer cela car j'aimerais vraiment passer à la réalisation dès que j'aurais un peu plus de temps pour m'occuper de mes projets sérieusement. Et je suis justement entrain de créer un Festival de court-métrage au Théâtre/Cinéma de Vanves pour 2012-2013, où je compte bien passer derrière la caméra, accompagné d'autres invités à moi : Guillaume Gouix, Grégoire Leprince Ringuet, Melvil Poupaud…(suite du "casting" a venir)…

    Sans changer foncièrement ma façon d'aborder un rôle et ma méthode de travail je peux dire que le tournage de "J'aime regarder les filles" m'a définitivement décidé à faire ce métier toute ma vie. Avec Fréderic je me suis senti dans une relation de confiance totale et donc dans le seul souci de raconter au mieux l'histoire de Primo. J'ai aussi réaliser qu' un rôle principal est un réel luxe pour un acteur : travailler son personnage dans le détail, gagner la confiance d'une équipe de tournage, d'un réalisateur…et c'est pourquoi je respecte encore plus qu'avant les performances des seconds rôles dans les films, qui est un défi toujours très délicat et superbe à voir quand il est réussi.

    8. Inthemoodforcinema.com :   Les émotifs anonymes, L’autre monde, L’armée du crime, nos 18 ans, LOL etc . Vous avez déjà tourné dans des films aux styles très divers et avez incarné des personnages très différents. Y a-t-il un type de rôle que vous reverriez d’incarner ou un cinéaste (ou plusieurs) avec qui vous rêveriez de tourner ?

    Pierre Niney: J'aime bien faire le caméléon et participer a un maximum de projets artistiques, tant qu'ils me plaisent et cela peut être pour des raisons très diverses.

    Pas de type de rôle particulier, mais des réalisateurs, oulaaa!…Beaucoup : Audiard, Inarritu (21 grammes est un pur chef d'oeuvre), Terry Gilliam, Michel Gondry (dans sa période "Eternal Sunshine"), et j'ai très envie de me frotter un jour a un gros projet type blockbuster américain! Voir l'ampleur de la machine et la place d'un acteur la dedans, ca doit être assez intéressant.

    9. Inthemoodforcinema.com : J’ai lu que vous aviez  écrit et mis en scène la pièce « Si près de Ceuta » que vous jouerez au Théâtre de Vanves en 2012. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur ce projet ?

    Pierre Niney: "Si près De Ceuta" est une pièce que j'ai écrite il y a 3 ans et que je continue d'écrire, d'agrémenter et que je veux encore construire quand je vais travailler avec les acteurs sur le plateau. Je la jouerai en effet début juin 2012 au Théâtre de Vanves. La pièce raconte la nuit de deux soldats qui surveillent une frontière et son mur de barbelés. Et de deux hommes qui vont tenter à tout prix de passer cette frontière.

     10. Inthemoodforcinema.com : Vous avez déjà eu pas mal de rôles au cinéma  et encore plus au théâtre. Vous êtes ainsi pensionnaire de la Comédie Française. Pourriez-vous envisager d’abandonner le théâtre pour vous consacrer uniquement au cinéma, ou inversement, ou les deux vous sont-ils aussi nécessaires ?

    Pierre Niney: Pour moi, le théâtre et le cinéma sont totalement complémentaires. Le rapport au travail, les valeurs et la technique demandée au théâtre sont des bonnes choses à apporter sur un plateau de cinéma je pense. Il faudrait, comme en Angleterre, que ces deux mondes soient moins hermétiques. Ian McKellen joue un jour du Beckett dans un petit théâtre et le lendemain Gandalf dans « Le seigneur des anneaux »…ça me parait être une bonne philosophie.

    11.Inthemoodforcinema.com :  Quels sont vos projets cinématographiques ?

    Pierre Niney: Je tourne cet été un long-métrage qui s'appelle "Comme Des Frères" réalisé par Hugo Gélin.  C'est un projet très excitant. Nicolas Duvauchelle, Francois-Xavier Demaison et moi jouons trois amis qui se lancent dans un road trip après le décès de leur meilleure amie commune (Mélanie Thierry). Le film raconte l'histoire de ses trois potes et la raison de cette amitié improbable entre un étudiant de 20 ans, un scénariste télé de 30, et un businessman de 40.

    Et la sortie du prochain film de Robert Guédiguian "Les Neiges Du Kilimandjaro" le 16 novembre prochain. dans lequel il m'a confié une très jolie séquence avec Ariane Ascaride.

    12. Inthemoodforcinema.com :  Le film sort en salles le 20 juillet, une période difficile pour les sorties mais à mon avis propice pour ce genre de film (je songe au succès inattendu du  « Premier jour du reste de ta vie » de Rémi Bezançon à la même période), que diriez-vous pour donner aux spectateurs envie d’aller voir le film ?

    Pierre Niney: Que c'est un film très original car il a à la fois la poésie d'un film d'auteur, le rythme d'un vrai divertissement, l'humour d'une bonne comédie qui séduit aussi par le détail, de vrais dialogues bien écrits (Agnès Jaoui, experte en la matière, qui est marraine du film ne s'y est donc pas trompée!) et l'occasion de voir de jeunes et nouveaux acteurs du cinéma français, le tout en écoutant cette chanson de fou "J'aime regarder les filles" tube des années 80' ! (ca va , c'est suffisant…?)

    13. Inthemoodforcinema.com : Comme « J’aime regarder les filles » était projeté dans le cadre du Festival du Film de Cabourg, je ne peux pas m’empêcher de vous demander quels sont vos films de prédilection en matière de cinéma romantique ?

    Pierre Niney: "Sailor et Lula" de David Lynch et "Eternal Sunshine of a Spotless Mind", qui pour moi est profondément romantique.

    INTERVIEW DE FREDERIC LOUF (réalisateur de « J’aime regarder les filles »)

     Biographie: (Source: programme du Festival du Film de Cabourg 2011) Frédéric Louf a été chroniqueur cinéma au Matin de Paris en 1986, après des études de droit et de commerce. En 1992, il commence à écrire pour la télévision. En 2000, il réalise son premier court-métrage « Les petits oiseaux » présenté en 2001 dans de nombreux festivals y compris le Festival de Cannes. En 2003, Didier Brunner lui confie l’écriture puis la réalisation des 26 épisodes de « GIFT », une série d’animation 3D pour France 2.  « J’aime regarder les filles » est son premier long-métrage dont il a commencé l’écriture en 2006 et qu’il a réalisé durant l’été 2010.

    1. Inthemoodforcinema.com : Votre premier long-métrage « J’aime regarder les filles » était présenté en avant-première au Festival du Film de Cabourg, un festival dédié au cinéma romantique. Selon moi, c’était le film de cette sélection correspondant le plus à la définition de film romantique (synonyme souvent d’une grande sensibilité et mettant en scène les tourments de l’âme et du cœur). Etait-ce un parti pris délibéré dès le début d’écrire un film romantique ? Et si oui, dans quelle mesure vouliez-vous que ce film soit romantique ?

     Frédéric Louf: Je voulais parler dʼimmaturité. Lʼimmaturité est romantique en ce qu’elle pousse à idéaliser, à radicaliser, et à exagérer les sentiments… Lʼamour inconditionnel que Primo porte à Gabrielle est donc fondamentalement romantique et immature. Je ne pouvais donc éviter de faire un film romantique comme je ne pouvais éviter de citer Musset!

    2. Inthemoodforcinema.com : Aucun des personnages n’est manichéen. Delphine est à la fois forte et fragile, Primo grave et léger etc. Comment avez-vous dirigé les acteurs pour parvenir à cette complexité particulièrement crédible ?

    Frédéric Louf: Je ne les ai pas dirigés: je les ai choisis. Sans rire. Lʼexemple le plus clair est Victor Bessière qui joue Paul. Il a la stature de Paul, il en a lʼélégance et la carrure, mais dans la vie il nʼa rien à voir avec un fils à papa: La composition quʼil donne est donc un mélange volontairement bancal entre son physique aristocratique que nous avons évidemment appuyé, et ce quʼil est fondamentalement. Et je crois que cʼest grâce à cela quʼil parvient à être touchant et intéressant malgré la partition un peu rude quʼil a à jouer.

    3. Inthemoodforcinema.com :  L’action du film débute la veille du 10 mai 1981. Le film est à la fois très ancré dans cette époque et, d’une certaine manière, intemporel. Cette époque s’est-elle imposée dès le début et pourquoi ? Avez-vous songé à placer l’intrigue en 2011 ?

    Frédéric Louf : Oui lʼépoque était importante pour moi car elle étaye la conscience politique naissante de Primo: il me fallait pour cela un événement fort et lʼélection de François Mitterrand est évidemment lʼévénement politique français le plus fort de ces 50 dernières années. Choisir 2011 nʼaurait pas eu le même sens et jʼaurais dû faire un film tout à fait différent, notamment en ce qui concerne lʼapproche sensuelle. Je crois en effet quʼon ne se pense pas sexuellement de la même façon en 2011 quʼen 1981, tout simplement parce quʼon nʼa pas les mêmes images en tête. En 2011, mon Primo nʼaurait pas pu être celui dont je rêvais. Ou alors il nʼaurait pas été aussi vrai…

    4. Inthemoodforcinema.com : La littérature est aussi très présente, notamment Musset qui joue un rôle essentiel ? Etait-ce uniquement un procédé scénaristique parce que nous pouvons voir un lien entre l’histoire de votre film et « On ne badine pas avec l’amour » ou cette oeuvre avait-elle une réelle importance, peut-être plus personnelle, pour vous ? L’idée de la littérature, très présente, et qui joue un rôle essentiel et même un rôle de cristallisation, dans une des plus belles scènes du film, entre Delphine et Primo, s’est-elle imposée dès le début de l’écriture ?

     Frédéric Louf: Le texte de Musset est tellement génial que, quand on lʼa lu une fois, on ne peut lʼoublier. Ça a été mon cas, et oui il a une réelle importance sentimentale pour moi. La scène en elle même mʼa causé du souci car je la trouvais «too much» et elle a fait pas mal dʼallers retours avant que je ne lʼassume complètement. Mais je ne pouvais continuer à montrer lʼimportance que Primo attache aux livres (qui sont son principal facteur dʼémancipation), sans faire jouer un vrai rôle dynamique à un de ces livres!

    5. Inthemoodforcinema.com : Comme dans l’œuvre de Musset, la violence sociale est présente dans votre film, mais seulement en arrière-plan, avez-vous songé à en faire un film politique ? Ou aimeriez-vous écrire un film politique ? Peut-être votre prochain projet, s’il est déjà en cours ? Avez-vous commencé l’écriture de votre prochain projet ? Pouvez-vous nous en parler ?

    Frédéric Louf : Jʼadorerais faire un film politique à la Elio Petri, mais je ne pouvais risquer de mettre toutes mes envies dans le même projet… Simplement je ne peux me résoudre à écrire des sujets univoques: il me faut de la complexité, des pistes, et des digressions. Je crois que ça permet aux films en général de continuer leur route dans la tête des gens; dʼavoir des «demi vies» plus longues!

    6. Inthemoodforcinema.com : Notamment en raison de la présence de la littérature mais aussi du caractère du personnage de Primo et de la vitalité qui se dégage de votre film, il m’a parfois fait penser au cinéma de Truffaut, est-ce une de vos références ?

    Frédéric Louf: Il y a une élégance dans le cinéma de Truffaut que jʼenvie beaucoup. Une façon de ne pas acheter le spectateur avec de la verroterie, mais de lui donner lʼimpression quʼil a tout compris par lui même. Cʼest un ciména généreux et respectueux…

    7. Inthemoodforcinema.com : Aviez-vous d'ailleurs des références littéraires (outre Musset) et/ou cinématographiques en tête en mettant le film en scène. Et pour votre direction d'acteurs, leur avez-vous donné des références littéraires ou cinématographiques particulières?

    Frédéric Louf : Aux comédiens, jʼai surtout expliqué le contexte politique du film qui nʼétait pas évident pour des gens aussi jeunes. Bien sûr jʼai suggéré certains films à voir, notamment à Lou et à Audrey… Mais des références précises, cʼest compliqué à dire: la culture, cʼest du sédiment, de la vase: ce qui y pousse provient dʼun tout… Et puis citer des gens, cʼest prendre le risque dʼavoir à supporter la comparaison!

    8. Inthemoodforcinema.com : J’ai été réellement impressionnée par la qualité de la jeune distribution, que ce soit par Pierre Niney, Audrey Bastien, Lou de Laâge, Ali Marhyar, Victor Bessière. Il me semble qu’il faut beaucoup de maturité pour exprimer ainsi la fougue, la fébrilité, l'exaltation, les excès et les passions de la jeunesse mais aussi paradoxalement l’immaturité de ces personnages. Comment avez-vous procédé pour les choisir ? Par casting ? Ou les avezvous choisis à partir de leurs précédents rôles ?

     Frééric Louf : A part Pierre, aucun dʼentre eux nʼavait joué au cinéma quand je les ai rencontrés. Et Pierre nʼavait eu que de petits rôles. Découvrir des gens talentueux fait partie du plaisir et pour moi cʼétait inhérent au projet; cʼest comme ouvrir un livre sans rien en savoir à lʼavance. Peu importe comment la rencontre se fait, il faut savoir regarder…

    9. Inthemoodforcinema.com : Le titre fait référence au tube de l’année 1981 de Patrick Coutin « J’aime regarder les filles ». Pourquoi ce choix ?

     Frédéric Louf :  «Pour faire parler les bavards» aurait dit ma grand mère. Et surtout parce que pour moi cʼest la chanson hyper romantique dʼun type qui attend la femme de sa vie en hurlant de désespoir sur la plage!

    10. Inthemoodforcinema.com :  Le scénario est très construit mais en même temps se dégage du film une certaine liberté, une fraîcheur, une certaine naïveté mais dans le bon sens du terme. Tout était-il très écrit ou avez-vous laissé une part à l’improvisation ?

    Frédéric Louf : Les deux. Tout était très écrit, mais quand on a affaire à des comédiens comme Pierre Niney et Ali Marhyar, il faut être gravement psychorigide pour ne pas les laisser sʼexprimer!

    11.  Inthemoodforcinema.com : C’est votre premier long-métrage. Comment s’est passée la production ? Avez-vous rencontré des difficultés particulières ?

    Frédéric Louf : Hélas les difficultés que jʼai rencontrées ne sont pas particulières! Mais jʼai peut-être poussé le bouchon un peu loin en ayant la prétention de faire un film sans stars alors que je suis moi même inconnu. Il y a des gens pour qui on sent bien que découvrir de nouveaux talents nʼest pas une priorité!

    12. Inthemoodforcinema.com :  Le film a reçu un excellent accueil au Festival de Cabourg. Sera-t-il projeté dans d’autres festivals prochainement ?

    Frédéric Louf: Je ne suis pas dans la confidence.

    13. Inthemoodforcinema.com :  Le film sort en salles le 20 juillet, une période difficile pour les sorties mais à mon avis propice pour ce genre de film (je songe au succès inattendu du « Premier jour du reste de ta vie » de Rémi Bezançon à la même période), que diriez-vous pour donner envie aux spectateurs d’aller voir le film ?

     Frédéric Louf: Quʼils vont y voir des comédiens inconnus et fabuleux et quʼils en auront pour leur argent parce que lʼhistoire leur trottera encore dans la tête le lendemain! (on ne pense pas assez à lʼamortissement de son ticket, au cinéma!).

    14. Inthemoodforcinema.com :  Comme « J’aime regarder les filles » était projeté dans le cadre du Festival du Film de Cabourg, je ne peux pas m’empêcher de vous demander quels sont vos films de prédilection en matière de cinéma romantique ?

     Frédéric Louf : «The Ghost and Mrs Muir», de J. L. Mankievicz, est un chef d’œuvre du genre.

  • L'affiche des César 2012 : Annie Girardot dans "Rocco et ses frères" de Visconti

    La cérémonie des César 2012 rendra hommage à Annie Girardot par la voix de sa fille. L'affiche 2012 lui rend également hommage, après Romy Schneider l'an passé, première à avoir eu le César de la meilleure actrice, Annie Girardot étant la deuxième en 1977. La photo de l'affiche est extraite du chef d'oeuvre de Visconti "Rocco et ses frères" dont vous pouvez retrouver ma critique en cliquant ici.

    girardot.jpg

    rocco4.jpg