Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Programme du Festival International du Film Policier de Beaune 2010

    beaune.jpg

    Dans un peu plus d'une  semaine débutera la 2ème édition du Festival International du Film Policier de Beaune. Dix d'entre vous ont eu la chance de remporter des pass permanents grâce au concours organisé sur inthemoodforcinema.com en partenariat avec Orange. Une deuxième édition qui se déroulera du 8 au 11 avril avec une programmation exceptionnelle: un hommage à Samuel L.Jackson (à qui le Festival du Cinéma Américain de Deauville a déjà rendu hommage), une rétrospective "New York polar", une leçon de cinéma de James Gray (le 10 Avril à 16H) mais aussi un hommage au cinéaste avec la programmation de tous ses films.

    Le jury longs-métrages sera présidé par Olivier Marchal et composé de Marilyne Canto, Abdel Raoul Dafri,  François-Xavier Demaison, Marie Gillain, Catherine Jacob, Guy Lecluyse, Gilbert Melki, Steve Suissa. 

    En parallèle, un jury "spécial police" décernera également ses prix. 

     Quant au "jury sang neuf", il sera présidé par Sam Karmann et composé de Stéphane Bourgoin, Cécile Cassel, Laurent Chalumeau, Philippe Lefait, Clément Sibony

    C'est "Petits meurtres à l'Anglaise" de Jonathan Lynn qui fera l'ouverture.

    Longs-métrages en compétition

    BACKYARD (El Traspatio) Mexique de Carlos Carrera

    DANS SES YEUX (El secreto de sus ojos) Argentine/Espagne de Juan Jose Campanella

    LA DISPARITION D’ALICE CREED (The disappearance of Alice Creed) Royaume-Uni

    de J. Blakeson 1er Film

    DOSSIER K Belgique de Jan Verheyen

    THE DOUBLE HOUR (La doppia ora) Italie de Giuseppe Capotondi 1er Film

    THE KILLER INSIDE ME Royaume-Uni/Etats-Unis de Michael Winterbottom

    MONGA Taiwan de Doze, Niu Chen-Zer

     

    La compétition sang-neuf (qui met en compétition des films proposant une interprétation innovante du genre policier)

     

    IF I WANT TO WHISTLE, I WHISTLE Roumanie, Suede de Florin Serban 1er Film

    LOIN D’EDEN (Kirot) France de Danny Lerner

    SLICE Thailande de Kongkiat Komesiri

    TEHERAN (Tehroun) France de Nader T. Homayoun 1er Film

    THE KILLING ROOM Etats-Unis de Jonathan Liebesman

    Films hors-compétition

     Renouant avec le thème de ses succès « Le Grand Pardon » et « L’Union sacrée », hommages personnels au polar Américain, et l’un de ses acteurs fétiches, Patrick Bruel, le réalisateur Alexandre Arcady viendra présenter son nouveau film en présence de Francoise Fabian et Patrick Bruel : « Comme les doigts de la main." 

    Mais aussi :

    L’ELITE DE ROOKLYN (Brooklyn’s finest) Etats-Unis de Antoine Fuqua

    JAMES GRAY’S ANATOMY France de Jean-Pierre Lavoignat, Christophe d’Yvoire & Nicolas Marki- Documentaire

    QUE JUSTICE SOIT FAITE (Law Abiding Citizen) Etats-Unis de F. Gary Gray

     Séance Culte

     Comme l’année précédente, le Festival International du Film Policier de Beaune présente pour sa séance culte un film marquant de l’histoire du cinéma policier en présence de ses auteurs. En tant que grands amateurs de polar, le réalisateur Claude LELOUCH, la comédienne Francoise FABIAN et le comédien Charles Gerard seront ainsi présents cette année a Beaune pour présenter : « La bonne année » de Claude Lelouch (1973)

    Le festival rendra également hommage à la ville de New York et décernera plusieurs prix littéraires. Je vous invite à découvrir le reste de la programmation sur "le site officiel du festival".

  • Ce soir, à 20H50 sur Canal+, ne manquez pas "La fille du RER" d'André Téchiné: critique du film

    Ce soir, à 20H50 sur Canal+, ne manquez pas "La fille du RER" d'André Téchiné.

    fille.jpg

    Un film d’André Téchiné est pour moi toujours un rendez-vous incontournable, pourtant le sujet de son dernier film inspiré d’un fait divers (En juillet 2004, une jeune femme avait inventé avoir été victime d’une agression antisémite dans le RER. Son terrible mensonge avait provoqué un emballement médiatique et politique sans précèdent, avant même d’avoir été confirmé) m’avait laissée perplexe, d’abord parce qu’il s’agissait finalement d’un sujet assez mince pour en faire une fiction, ensuite parce que le sujet était plutôt sensible… C’était oublier l’immense talent de cinéaste et de « psychologue » d’André Téchiné, sa capacité à transcender et sublimer toute histoire, et à mettre en scène la confusion des âmes et des sentiments.

    Jeanne (Emilie Dequenne), vit dans un pavillon de banlieue plutôt coquet bercé par le bruit de la circulation et du RER, avec sa mère, Louise (Catherine Deneuve). Les deux femmes sont inséparables et s’entendent bien.  Louise garde des enfants et Jeanne cherche un emploi sans trop de conviction préférant passer et perdre son temps à déambuler en rollers. C’est lors de l’une de ces déambulations qu’elle rencontre Franck (Nicolas Duvauchelle), l’étrange et direct lutteur qui rêve de devenir champion olympique. Un jour, Louise tombe sur une annonce  d’emploi d’un cabinet d’avocats, celui de Samuel Bleistein (Michel Blanc), qu’elle a connu  dans sa jeunesse. Jeanne ne sera pas embauchée mais le terrible mensonge qu’elle va échafauder va la faire rencontrer de nouveau Bleistein, et sa famille : son fils Alex (Mathieu Demy), sa belle-fille Judith (Ronit Elkabetz), et son petit-fils Nathan (Jérémy Quaegebeur ).

    Le film est une adaptation de la pièce de Jean-Marie Besset, «  RER », lequel a également signé les dialogues du film de Téchiné. Le scénario, signé André Téchiné, a aussi été adapté par Odile Barski.

    Comme souvent chez Téchiné, il y a cette troublante lumière d’été (magnifique photographie de Julien Hirsch) qui inquiète plus qu’elle ne rassure, qui intrigue autant qu’elle fascine. Ici, elle reflète le mystère de l’insaisissable Jeanne. Sa fragilité aussi. Téchiné ne justifie pas son acte mais chaque seconde du film, tout en douceur, sans gros plans didactiques ou tapageurs, esquisse le portrait de cette jeune femme et les circonstances qui vont la conduire à un terrible mensonge dont les conséquences vont dépasser tout ce qu’elle aurait pu imaginer. D’ailleurs elle n’a probablement rien imaginé ou vraiment planifié. Jeanne ment comme elle respire. Souvent sur ce qu’elle est. Pour qu’on la regarde, pour qu’on la considère, pour se sentir exister. Dans le regard de cet avocat et sa belle-fille qui la regardent avec un certain dédain. Dans le regard de sa mère qui désapprouve sa liaison avec Franck et voudrait qu’elle trouve un travail digne de ce nom. Dans le regard de Franck qui va violemment se détourner d’elle. Et puis Jeanne agit aussi sur un coup de folie, réagissant à la violence de ce désamour, sans vraiment réfléchir, comme lorsqu’elle déambule à rollers, et glisse sur le temps qui passe, et ses mensonges qui défilent. La caméra fébrile d’André Téchiné accompagne judicieusement son glissement et son chaos intérieurs, portés par une bande originale aussi envoûtante qu’inquiétante (musique originale de Philippe Sarde, musique de Bob Dylan –voir extrait ci-dessous-).

    Et puis ce fait divers n’est finalement qu’un prétexte. Un prétexte pour de nouveau évoquer des rendez-vous manqués, des  êtres égarés dans ces "temps qui changent", aussi socialement installés semblent-ils (comme Samuel) ou aussi libres semblent-ils (Catherine Deneuve, de nouveau étonnante, et parfaitement crédible, magnifique scène où elle observe Samuel sans oser le rejoindre). Des êtres en quête d’amour et  d’identité (parallèle entre Nathan qui refuse une identité juive que Jeanne a endossée et s’est inventée). Des êtres en quête de repères dans une société où on communique sur msn, où la vie va aussi vite qu’une déambulation à rollers, où on voit sans regarder.

    Dans le regard, tellement sensible et empathique de Téchiné, Jeanne est une victime de l’emballement médiatique, de la politique qui cherche des justifications, même fallacieuses, à son action, d’une société intransigeante et impatiente qui broie les êtres égarés et plus fragiles. Reste ce terrible mensonge qui risque de banaliser les actes similaires qui, malheureusement, continuent d’exister. En témoigne la triste et périlleuse  banalisation des propos d’un « homme politique » qui, il y a quelques jours encore, dans la consternante quasi indifférence générale  assimilait à un « détail » l’horreur absolue du 20ème siècle. Cela témoigne aussi de cette société que Téchiné montre ici et qui qui zappe d’une information à une autre, sans forcément prendre le temps de s’arrêter, voire de s’indigner.

    En cinquante jours, André Téchiné a signé un film, à nouveau, d’une étonnante modernité portée par des acteurs dont il souligne une nouvelle fois le talent : Emilie Dequenne absolument sidérante qui nous emmène dans sa folie ordinaire et d’autant plus troublante, Nicolas Duvauchelle, qui excelle toujours dans ces rôles à vif, Michel Blanc qui retrouve Téchiné après son admirable dernier film « Les Témoins », et l’impériale Catherine Deneuve, qui retrouve le cinéaste pour la sixième fois, aussi crédible en mère aimante et libre vivant dans un pavillon de banlieue que dans n’importe quel rôle. (Voir ici mon article consacré à la rencontre avec Catherine Deneuve à SciencesPo).

  • Marie-Josée Croze et Tahar Rahim: prix Romy Schneider et Patrick Dewaere 2010

    SchneiderDewaere 018.JPG
    SchneiderDewaere 016.JPG
    Photos ci-dessus inthemoodforcinema.com

    J'étais hier soir à la remise des prix Romy Schneider et Patrick Dewaere. Ces deux écorchés vifs au talent et à la sensibilité fièvreuse incommensurables ont en effet donné leurs noms à un prix qui, chaque année, récompensent des "espoirs" du cinéma français. Cette année, succédant à Déborah François et Louis Garrel, ce sont Marie-Josée Crose et Tahar Rahim qui ont reçu ces prestigieux prix. La première est déjà un espoir confirmé, ayant (notamment) reçu le prix d'interprétation à Cannes pour "Les Invasions barbares". Le second en une année a raflé tout ce que le cinéma compte de prix, à commencer par les César du meilleur jeune espoir et du meilleur acteur. Ces prix me réjouissent d'autant plus qu "Un Prophète" et "Je l'aimais" (pour lequel Marie-Josée Croze a reçu ce prix) sont mes films français préférés de l'année écoulée. Or, si "Un Prophète" a connu un succès et un rententissement mondiaux, en revanche, le film de Zabou Breitman est passé totalement inaperçu.Découvert lors de son avant-première au Forum International Cinéma et Littérature de Monaco 2009, ce film m'a pourtant procuré une émotion fulgurante. Je ne peux que vous encourager à le voir en DVD (cliquez ici pour lire ma critique de "Je l'aimais" de Zabou Breitman). C'est donc dans les salons de l'hôtel Renaissance qu'a eu lieu la remise de prix présentée par Bernard Montiel. Une cérémonie où furent honorés le cinéma, Philippe Gildas (un grand acteur comme chacun le sait et comme vous le verrez dans la dernière vidéo, ci-dessous), et les nombreux partenaires "financiers" du prix. Ci-dessous mes vidéos en m'excusant pour la mauvaise qualité de l'image ayant dû tenir ma caméra à bout de bras et en m'excusant pour les commérages des spectateurs avoisinants.

    SchneiderDewaere 021.JPG
    SchneiderDewaere 002.JPG
    SchneiderDewaere 003.JPG
    SchneiderDewaere 004.JPG

     

  • Molières 2010 : les nominations

    Molières.jpg

    La 24ème Nuit des Molières aura cette année lieu à la Maison des arts et de la culture de Créteil, le dimanche 25 avril 2010 et elle sera retransmise, à 20H35, en direct, sur France 2 et présentée par Marie Drucker et Michel Drucker. Line Renaud en sera la présidente d'honneur.

    Molière du Théâtre Public

    «La Cerisaie», Anton Tchékhov / Alain Françon - Théâtre National de la Colline

    «Les Naufragés du Fol Espoir», Hélène Cixous, Ariane Mnouchkine / Ariane Mnouchkine -Théâtre du Soleil       

    «Notre Terreur», D'ores et Déjà / Sylvain Creuzevault - Cie D'Ores et Déjà   

    «Ode Maritime», Fernando Pessoa / Claude Régy - Les Ateliers contemporains 

    Molière du Théâtre Privé

    «L'Habilleur», Ronald Harwood / Laurent Terzieff - Théâtre Rive Gauche

    «L'Illusion Conjugale», Eric Assous / Jean-Luc Moreau - Théâtre de l'Oeuvre, Théâtre Tristan Bernard

    «La Nuit des Rois», William Shakespeare / Nicolas Briançon, Théâtre Comédia

    «La Serva Amorosa»,    Carlo Goldoni Christophe Lidon - Théâtre Hébertot

    Molière des Compagnies

    «Cercles / Fictions», Joël Pommerat : Compagnie Louis Brouillard

    «Les Estivants», Eric Lacascade : Compagnie Eric Lacascade

    «La Ménagerie de verre», Jacques Nichet : Compagnie de l'Inattendu

    «Le Père Tralalère», Sylvain Creuzevault : Compagnie D'Ores et Déjà  

    Molière de la pièce comique

    «Les 39 marches», John Buchan, Alfred Hitchcock / Eric Métayer - Théâtre La Bruyère

    «La Cage aux Folles», Jean Poiret / Didier Caron - Théâtre de la Porte Saint-Martin

    «Miam Miam», Edouard Baer - Théâtre Marigny

    «Mission Florimont», Sacha Danino / Sébastien Azzopardi -  Théâtre Tristan Bernard

    «Thé à la menthe ou t'es citron ?» Danielle Navarro-Haudecoeur, Patrick Haudecoeur / P. Haudecoeur - Théâtre Fontaine 

    Molière du Théâtre Musical

    «Les Douze Pianos d'Hercule» - Jean-Paul Farré / Jean-Claude Cotillard - Cie des Claviers

    «Tatouage», Alfredo Arias - Groupe TSE - Théâtre du Rond-Point

    «Une Diva à Sarcelles», Virginie Lemoine - Théâtre de la Huchette

    «La Vie parisienne», Jacques Offenbach / Alain Sachs - Théâtre Antoine - Simone Berriau - Héléna Bossis 

    Molière du Comédien

    Jean-Quentin Châtelain dans «Ode Maritime»

    Jean-Claude Dreyfus dans «Le Mardi à Monoprix»

    Robert Hirsch dans «La Serva Amorosa»

    Daniel Russo dans «Les Autres»

    Laurent Terzieff dans «l'Habilleur» et «Philoctète» 

    Molière de la Comédienne

    Dominique Blanc dans «La Douleur»

    Anny Duperey dans «Colombe»

    Isabelle Gélinas dans «L'Illusion Conjugale»

    Anouk Grinberg dans «Les Fausses Confidences»

    Norah Krief dans «La Dame de chez Maxim»

    Hélène Vincent dans «Alexandra David-Néel»

    Molière du Comédien dans un Second Rôle

    Henri Courseaux dans «La Nuit des Rois»

    Xavier Gallais dans «Ordet»

    José Paul dans «L'Illusion Conjugale»

    Yves Pignot dans «La Nuit des Rois»

    Gilles Privat dans «La Dame de chez Maxim»

    Hugues Quester dans «Casimir et Caroline»  

    Molière de la Comédienne dans un Second Rôle

    Fabienne Chaudat dans «Colombe»

    Claire Nadeau dans «La Serva Amorosa»

    Julie Pilod dans «La Cerisaie»

    Isabelle Sadoyan dans «Les Fausses Confidences»

    Josiane Stoleru dans «Le Démon de Hannah»

    Dominique Valadié dans «La Nuit des Rois»  

    Molière de la Révélation théâtrale féminine

    Alice Belaïdi dans «Confidences à Allah»

    Andrea Bescond dans «Les 39 marches»

    Mélanie Laurent dans «Promenade de santé»

    Agnès Pontier dans «Yaacobi et Leidental» 

    Nominations Révélation théâtrale masculine

    Maxime d'Aboville dans «Journal d'un curé de campagne»

    Sylvain Creuzevault dans «Notre Terreur»

    Guillaume Gallienne dans «Les garçons et Guillaume, à table!»

    Alexandre Zambeaux dans «Parole et guérison» 

    Molière du Metteur en Scène

    Nicolas Briançon pour «La Nuit des Rois»

    Alain Françon pour «La Cerisaie»

    Eric Métayer pour «Les 39 marches»

    Jean-Luc Moreau pour «L'Illusion Conjugale»

    Claude Régy pour «Ode Maritime»

    Jean-François Sivadier pour «La Dame de chez Maxim»

    Molière de l'Auteur Francophone Vivant

    Eric Assous pour «L'Illusion Conjugale»

    Daniel Danis pour «Terre Océane»

    Emmanuel Darley pour «Le Mardi à Monoprix»

    Pierre Notte pour «Les Couteaux dans le dos»

    Joël Pommerat pour «Cercles / Fictions»

    Sébastien Thiéry pour «Qui est monsieur Schmitt ?» 

    Molière de l'Adaptateur

    François Berreur pour «Ebauche d'un portrait»

    Huguette Hatem pour «La Grande Magie»

    Dominique Hollier pour «L'Habilleur»

    Gérald Sibleyras pour «Les 39 marches»

    Molière du Créateur Costumes

    Pascale Bordet pour «Colombe»

    Nathalie Thomas / Marie-Hélène Bouvet / Annie Tran pour «Les Naufragés du Fol Espoir»

    Patrice Cauchetier pour «La Cerisaie»

    Michel Dussarrat pour «La Nuit des Rois» 

    Molière du Créateur Lumière

    Laurent Béal pour «Colombe»

    Joël Hourbeigt pour «La Cerisaie»

    Gaëlle de Malglaive pour «La Nuit des Rois»

    Eric Soyer / Jean-Gabriel Valot pour «Cercles / Fictions»     

    Molière du Décorateur - Scénographe

    Catherine Bluwal pour «La Serva Amorosa»

    Pierre-Yves Leprince pour «La Nuit des Rois»

    Philippe Quesne pour «La Mélancolie des Dragons»

    Eric Soyer pour «Cercles / Fictions»

  • Critique - « Soul Kitchen » de Fatih Akin

     

    soul.jpg

    Un film signé Fatih Akin est déjà une bonne raison d'aller le voir,  d'autant plus qu'avec « Soul Kitchen » ce dernier se lance pour la première fois dans la comédie.

    Zinos (Adam Bousoukos) est un jeune restaurateur d'origine grecque à Hambourg.  Il traverse une période difficile : sa copine Nadine (Pheline Roggan) est partie s'installer à Shanghai, les clients de son restaurant, le Soul Kitchen, boudent la cuisine gastronomique de son nouveau chef, aussi talentueux que caractériel, et des problèmes de dos viennent couronner le tout! Malgré tout, Zinos souhaite rejoindre Nadine en Chine, il confie donc son restaurant à son frère Illias (Moritz Bleibtreu)  , tout juste sorti de prison. Mais rien ne se passera comme prévu surtout qu'un promoteur immobilier (Birol Ünel) est prêt à tout pour acquérir le « Soul Kitchen ».

    Est-ce bien là un film signé par celui qui a écrit « De l'autre côté » ? On se le demande tant ce film, dans son écriture, en est à l'opposé, ce qui n'est certes pas un défaut en soi...

    Si l'idée d'un film à la forme désordonnée qui profite et nous fait profiter de l'instant sans se soucier de la scène suivante est en accord avec le caractère hédoniste du sujet et des personnages, ce caractère justement est censé impliquer que cela procure un certain plaisir au spectateur. Or, je me suis rarement autant ennuyée à l'exception de quelques scènes joyeusement loufoques qui franchissent néanmoins souvent la frontière du ridicule (scène du cimetière).

     Pourtant un film avec de la musique grecque, quand on connaît ma passion inconditionnelle pour ce pays partait avec un apriori plus que positif. Il faut d'ailleurs reconnaître que la bande originale est particulièrement réussie, ce qui parvient à raviver l'intérêt par intermittence. Heureusement, ce qui est rare dans les comédies : la réalisation est plutôt dynamique et inspirée, ce qui permet aussi d'oublier provisoirement les faiblesses, voir l'absence (certes assumée) de scénario (un comble pour celui qui avait obtenu le prix du scénario à Cannes en 2007). Un goût soudain pour la légèreté qui manque réellement de saveur même si on retrouve les thèmes habituels du cinéaste (ici survolés) comme l'intégration ou l'exil.

    Suite de saynètes certes déridant  par moments les zygomatiques, Soul Kitchen possédait en effet tous les ingrédients d'une bonne comédie mais malheureusement la sauce ne prend pas malgré la générosité qui émane de l'ensemble mais qui manque néanmoins de consistance et de ce petit supplément d'âme pour que la recette prenne réellement. Vivement que Fatih Akin revienne au drame!

    Si vous avez envie d'une comédie allez plutôt voir celle-ci.

    « Soul Kitchen » a reçu le prix du jury de la 66ème Mostra de Venise.

    Le reste de l'actualité sur les autres blogs « in the mood » : « In the mood for Cannes », « In the mood for Deauville », « In the mood for luxe ».

  • Dernière chance de remporter vos pass permanents pour le Festival International du Film Policier de Beaune 2010

    beaune.jpgIl me reste deux pass permanents pour le Festival International du Film Policier de Beaune que je peux vous faire gagner, en partenariat avec Orange.

    Je félicite au passage ceux qui ont pris le temps de rédiger des critiques.

    Pour remporter ces deux derniers pass permanents, soyez parmi les deux premiers à me dire à quel cinéaste le Festival rendra hommage cette année, en m'envoyant votre réponse à inthemoodforcinema@gmail.com avec comme intitulé de l'email "Concours Beaune" et en n'oubliant surtout pas de joindre vos coordonnées postales.

  • Ce soir, ne manquez pas "César et Rosalie" de Claude Sautet, à 20H40 sur Direct 8: critique du film

    cesar.jpg

    Si vous avez Direct 8 alors ne cherchez plus, ce soir, à 20H40, regardez (ou rereregardez) "César et Rosalie" de Claude Sautet. La critique du film ci-dessous en espérant vous convaincre si vous n'avez pas encore vu ce sublime film de 1972.

    "César et Rosalie" n'est peut-être pas le film celui que je préfère du cinéaste, Un cœur en hiver ayant à jamais décroché ma palme d’or, mais un film qui n’a néanmoins pas pris une ride, et arrive toujours à me dérider justement. Claude Beylie parlait de « drame gai » à propos de César et Rosalie, terme en général adopté pour la Règle du jeu de Renoir, qui lui sied également parfaitement. Derrière l’exubérance et la truculence de César, on ressent en effet la mélancolie sous-jacente. César donc c’est Yves Montand, un ferrailleur qui a réussi, mariée à Rosalie (Romy Schneider) divorcée d’Antoine (Umberto Orsini), et qui aime toujours David (Sami Frey), un dessinateur de bandes dessinées, sans cesser d’aimer César. Ce dernier se fâche puis réfléchit et abandonne Rosalie à David. Des liens de complicité et même d’amitié se tissent entre les deux hommes si bien que Rosalie, qui veut être aimée séparément par l’un et par l’autre, va tenter de s’interposer entre eux, puis va partir...

    Dans ce film de 1972, qui fut souvent comparé à Jules et Jim de Truffaut, on retrouve ce qui caractérise les films de Claude Sautet : les scènes de café, de groupe et la solitude dans le groupe, la fugacité du bonheur immortalisée, l’implicite dans ce qui n’est pas- les ellipses- comme dans ce qui est-les regards- (Ah, ces derniers regards entre les trois personnages principaux! Ah, le regard de David lorsque l’enfant passe des bras de Rosalie à ceux de César, scène triangulaire parfaitement construite!).

     « Les films de Claude Sautet touchent tous ceux qui privilégient les personnages par rapport aux situations, tous ceux qui pensent que les hommes sont plus importants que ce qu’ils font (..). Claude Sautet c’est la vitalité. », disait Truffaut. Ainsi, personne mieux que Claude Sautet ne savait  et n’a su dépeindre des personnages attachants, fragiles mais si vivants (à l’exception de Stephan interprété par Daniel Auteuil dans Un cœur en hiver, personnage aux émotions anesthésiées quoique...,). Ici au contraire ce n’est pas un cœur en hiver, mais un cœur qui bat la chamade et qui hésite, celui de Rosalie, qui virevolte avec sincérité, et qui emporte le spectateur dans ses battements effrénés. Et effectivement on retrouve cette vitalité, celle de la mise en scène qui épouse le rythme trépidant de César face au taciturne David. César qui pourrait agacer, flambeur, gouailleur, lâche parfois face à la fragilité et la discrétion de l’artiste David. Deux hommes si différents, voire opposés, dans leur caractérisation comme dans leur relation à Rosalie que Sautet dépeint avec tendresse, parfois plutôt une tendre cruauté concernant César. Là se trouve la fantaisie, dans ce personnage interprété magistralement par Yves Montand, ou dans la relation singulière des trois personnages, si moderne.

     

    Un film qui n’est pas conventionnel jusque dans sa magnifique fin, ambiguë à souhait. Sans effets spéciaux. Simplement par la caractérisation ciselée de personnages avec leurs fêlures et leur déraison si humaines.

     

    Un film à l’image de son personnage principal qui insuffle ce rythme précis et exalté : truculent et émouvant, mélancolique et joyeux, exubérant et secret. Un film intemporel et libre, qui oscille entre le rire et les larmes, dans lequel tout est grave et rien n’est sérieux (devise crétoise, un peu la mienne aussi). Un film délicieusement amoral que vous devez absolument voir ou revoir…

     

    Le reste de l'actualité sur les autres blogs "in the mood": "In the mood for Cannes", "In the mood for Deauville", "In the mood for luxe".