Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

festival

  • 44ème Festival du Cinéma Américain de Deauville : le prestigieux programme en détails (compte rendu de la conférence de presse)

     

    44ème Festival du Cinéma Américain de Deauville 2018 6.JPG

    44ème Festival du Cinéma Américain de Deauville 2018 4.JPG

    Hier, au CID (Centre International de Deauville) avait lieu la conférence de presse du 44ème Festival du Cinéma Américain de Deauville. C’est dans la salle James Bond que ce suspense haletant a pris fin avec l’annonce du programme des réjouissances qui portent décidément bien leur nom, tout particulièrement cette année comme vous allez le découvrir en détails ci-dessous (la grille de programmation est disponible ici pour les plus impatients qui n’auraient pas envie de tout lire).

    grille de programmation.png

    Cette 44ème édition aura ainsi lieu du 31 août au 9 septembre. Comme chaque année, sur la magnifique affiche, nous retrouvons les codes habituels que sont les couleurs de la bannière étoilée, pont ici au sens figuré et au sens propre entre la Normandie et les Etats-Unis, l’évocation des planches, le voyage immobile auquel invite le festival, et une belle sensation d’ailleurs, de légèreté, de liberté, d’envol qui en émane. Du cinéphile le plus exigeant au « simple » amateur de cinéma, tout le monde peut  trouver son bonheur au Festival du Cinéma Américain de Deauville,  a fortiori cette année comme vous allez le découvrir ci-dessous. Un moment unique pour tous les amoureux de cinéma : telle est d’ailleurs la judicieuse devise du Festival du Cinéma Américain de Deauville qui figure chaque année sur son affiche.

    44ème Festival du Cinéma Américain de Deauville 2018 11.JPG

    44ème Festival du Cinéma Américain de Deauville 2018 5.JPG

    Philippe Augier, le Maire de Deauville, Bruno Barde, le Directeur du Festival, Carine Fouquier, la Directrice Générale du CID et Jérôme Limoges, le Directeur Général référent hôtellerie Deauville ont en effet présenté une édition 2018 qui s’annonce riche, diversifiée, enthousiasmante, avec un générique prestigieux que je vous laisse découvrir en images ci-dessous.

    44ème Festival du Cinéma Américain de Deauville 2018 7.JPG

    44ème Festival du Cinéma Américain de Deauville 2018 30.JPG

    Le Maire de Deauville a ainsi tenu à insister sur l' »inflexion du festival dans sa dimension culturelle en choisissant de faire du cinéma indépendant le cœur du festival », nous annonçant une « belle édition qui va allier cette force culturelle, le sens de l’avenir et qui va recevoir de grandes vedettes ». Bruno Barde a appuyé les propos du Maire en rappelant que nous « vivons dans un monde où la création est en danger » et  en soulignant que l’avenir sera le maître mot du festival et de l’orientation qu’il prend. Il a également tenu à rappeler que cette année plus de 800 films ont été produits aux Etats-Unis dont 709 indépendants. Le talent, et même  » le talent de l’avenir » seront célébrés a-t-il ajouté, « Deauville ne confondant pas talent et célébrité. » 15 premiers films seront ainsi projetés dont 8 dans la compétition.

    44ème Festival du Cinéma Américain de Deauville 2018 31.JPG

    62 films au total seront ainsi présentés dans le cadre du festival : compétition, premières, Docs de l’Oncle Sam seront ainsi au programme comme chaque année. La couleur de la sélection sera « sombre » selon Bruno Barde, « la couleur de l’Amérique » dont on comprend aisément que sa situation actuelle n’incite pas à l’optimisme et que le cinéma reflète cette inquiétude.  Le film de Mélanie Laurent (cf détails ci-dessous) projeté le 1er samedi sera ainsi à cette image, « un film noir ». Cette année, le festival a ainsi choisi de mettre en avant le talent de quatre femmes qui toutes, par leurs choix exigeants et leurs parcours, témoignent d’une audace et d’une liberté qui font la force du cinéma indépendant contemporain dans toute sa diversité et sous toutes ses formes: Kate Beckinsale (Deauville Talent Award), dont les rôles l’auront menée de la comédie romantique à des genres longtemps masculins comme la science-fiction, le thriller et le fantastique;  Elle Fanning (Nouvel Hollywood) et sa carrière déjà remarquable ; Mélanie Laurent qui signe avec succès son cinquième film en tant que réalisatrice en traversant l’Atlantique ; et Shailene Woodley (Nouvel Hollywood), symbole du renouveau qui incarne à la perfection les frontières poreuses et fécondes de la télévision et du cinéma.

    Je vous laisse découvrir ci-dessous le programme détaillé et ma sélection d’évènements à ne pas manquer au premier rang desquels l’hommage à Morgan Freeman et le prix du 44ème Festival du Cinéma Américain de Deauville décerné au film Les Frères Sisters de Jacques Audiard, en présence de l’équipe du film, ou encore le film de clôture Opération finale, en présence de Sir Beng Kingsley et Oscar Isaac, dont la projection sera précédée de la cérémonie du palmarès et d’un moment musical qui s’annonce comme magique

    44ème Festival du Cinéma Américain de Deauville 2018 18.JPG

    Parmi les évènements à ne pas manquer, voici ma sélection qui vous donnera une idée de la richesse de cette édition (plus bas vous trouverez la liste des premières et des films en compétition, et de nombreuses informations pratiques notamment  concernant les nouveautés de cette édition pour assister aux séances du soir, vous trouverez également un résumé de l’édition 2017 qui devrait vous donner envie de découvrir le festival si vous n’y avez encore jamais assisté) :

    – l’hommage à Morgan Freeman le vendredi 7 septembre. Les hommages ont contribué à la renommée du Festival du Cinéma Américain comme celui d’ailleurs déjà rendu à Morgan Freeman en 1997 . La liste des hommagés est impressionnante comme la carrière de Morgan Freeman qui méritait largement un deuxième hommage. L’acteur  a ainsi plus de 134 films à son actif, il est « oscarisé », multi-récompensé. Pauline Kael disait de lui qu’il est « peut-être l’un des plus grands acteurs du monde ». Il a notamment décroché quatre nominations aux Oscars : celle du meilleur acteur dans un second rôle en 1987 pour La Rue de Jerry Schatzberg, celle du meilleur acteur en 1989 pour Miss Daisy et son chauffeur de Bruce Beresford – le film gagne l’Oscar du meilleur film – qui lui vaut de remporter le Golden Globe du meilleur acteur, en 1994 pour Les Evadés de Frank Darabont (photo ci-dessous extraite du film) et en 2010 pour Invictus de Clint Eastwood. En 2000, il décroche le très prestigieux Kennedy Center Honor pour l’ensemble de sa carrière et le Hollywood Actor Award au Festival du Film d’Hollywood. Il remporte l’Oscar du meilleur acteur dans un second rôle en 2005 pour Million Dollar Baby de Clint Eastwood.

    Morgan Freeman

    Le Deauville Talent Award remis à Kate Beckinsale qui manifeste la volonté du Festival d’honorer des actrices qui marquent par leurs choix et par leur talent le cinéma américain d’aujourd’hui. Après Naomi Watts, Susan Sarandon, Annette Bening, Salma Hayek,  c’est donc Kate Beckinsale qui recevra cette récompense, comédienne désirée par des cinéastes tels que Kenneth Branagh, Gabriel Axel, Whit Stillman, James Ivory, Michael Bay, Lisa Cholodenko, Martin Scorsese, David Gordon Green, Rod Lurie, Baltasar Kormákur, Michael Winterbottom, Terry Jones, ou encore Brad Anderson.

    Le Deauville Talent Award remis à Sarah Jessica Parker une actrice qui se fait très rare comme l’a souligné Bruno Barde. Sarah Jessica Parker incarne le vent de liberté qui souffla sur l’Amérique à travers la série culte et emblématique Sex and the City, pour laquelle elle remporte quatre Golden Globes, puis avec les films qui suivirent, dont elle est co-productrice. Sa carrière, riche de plus de soixante rôles, alterne cinéma, aux côtés de metteurs en scène tels que Tim Burton, Garry Marshall, David Mamet, Michael Apted ou Andrew Bergman, télévision et séries notables : Glee ou Divorce. Sarah Jessica Parker démontre, tout au long de sa carrière, une aisance naturelle à aborder tous les genres, de la comédie au drame. Elle présentera Here and Now de Fabien Constant, dans lequel elle tient le rôle principal.

    Here and now Deauville 2018

    -Le Deauville Talent Award remis à Jason Clarke présent à Deauville en 2015 pour l’ouverture avec Everest qui sera ainsi rediffusé cette année. Mes photos ci-dessous ont été prises lors de cette projection.

    Jason Clarke.jpg

    Si vous voulez faire un voyage éprouvant et vertigineux sur le plus haut sommet du monde alors ce voyage auquel vous invite Everest est fait pour vous…

    Everest2.jpg

    Jason Clarke démarre sa carrière de comédien en Australie, avant de séduire Hollywood et les cinéastes qui lui ont fait confiance tels que Michael Mann, qui lui offre un rôle dans Public Enemies. Star de Terminator : Genisys d’Alan Taylor, La Planète des Singes : L’Affrontement de Matt Reeves, Zero Dark Thirty de Kathryn Bigelow, et plus récemment Everest de Baltasar Kormákur, présenté à Deauville en 2015, Jason Clarke s’est peu à peu imposé comme une figure incontournable du cinéma américain. Plus récemment, il s’est illustré dans Mudbound de Dee Rees, et Le Secret des Kennedy de John Curran (que vous pourrez découvrir lors de l’ouverture).

    Chappaquiddick Festival de Deauville.jpg

    Parmi les évènements à ne pas manquer figure également le film LE SECRET DES KENNEDY de John Curran qui sera projeté en ouverture du festival le vendredi 31 août. C’est à cette occasion queJason Clarke  recevra un Deauville Talent Award.

    Synopsis : Le 18 juillet 1969, la jeune Mary Jo Kopechne, directrice de campagne du sénateur Ted Kennedy, meurt noyée après que ce dernier eut perdu le contrôle de sa voiture en tentant de traverser le tristement célèbre pont Dike, sur l’île de Chappaquiddick dans l’État du Massachusetts. Cet événement a non seulement coûté la vie à une future stratège politique proche des Kennedy, mais il a intrinsèquement changé le cours de l’histoire présidentielle, en mettant au grand jour les rouages intimes du pouvoir politique, l’influence de la plus célèbre famille des États-Unis, ainsi que la fragilité de Ted Kennedy, le fils cadet accusé d’avoir laissé mourir Mary Jo Kopechne, dans l’ombre de son héritage familial.

    Le secret des Kennedy au Festival du Cinéma Américain de Deauville 2018.png

    -A ne pas manquer également : Galveston de Mélanie Laurent. 

    galveston de mélanie laurent.jpg

    Galveston de Mélanie Laurent.jpg

    Galveston de Mélanie Laurent ( affiche et image ci-dessus) sortira en salles en France le 10 octobre 2018. En voici le synopsis : 1988. Les temps sont durs pour Roy, petit gangster de la Nouvelle-Orléans. La maladie le ronge. Son boss lui tend un guet-apens auquel il échappe de justesse. Une seule issue : la fuite, en compagnie de Rocky, une jeune prostituée. Deux êtres que la vie n’a pas épargné. En cavale vers la ville de Galveston, il n’ont plus rien à perdre…

    –Le prix Nouvel Hollywood remis à Elle Fanning est aussi un des évènements à ne pas manquer. Elle Fanning, à vingt ans, augure du futur, en suscitant l’engouement de cinéastes tels que Alejandro González Iñárritu, David Fincher, Sofia Coppola, Andreï Kontchalovski, J.J. Abrams, Francis Ford Coppola, Nicolas Winding Refn, Ben Affleck, John Cameron Mitchell, ou encore Woody Allen. Elle présentera Galveston, aux côtés de la réalisatrice Mélanie Laurent, dans lequel elle tient le rôle principal.

    Elle Fanning.jpg

    -Le prix Nouvel Hollywood remis à Shailene Woodley

    Révélée en 2011 par The Descendants d’Alexander Payne, et The Spectacular Now de James Ponsoldt en 2013, Shailene Woodley s’affirme en muse cinématographique dans la saga Divergente.  Gregg Araki, Oliver Stone ou Baltasar Kormákur sollicitent son talent. Sa prestation dans Big Little Lies, série remarquable de Jean-Marc Vallée, confirme les espoirs qu’elle fît naître sur tous les écrans.

     Remarque : A l’occasion des hommages et Talent awards,  vous pourrez également revoir des films de chacun des hommages et récompensés : Des hommes sans loi, Zero Dark Thirty, Everest, Miss Daisy et son chauffeur, Impitoyable, Invictus, Seven, Ed Wood, Esprit de famille, Smart people..

    – Autre évènement incontournable : le film de clôture Opération  finale de Chris Weitz en présence des acteurs Sir Ben Kingsley et Oscar Isaac, le samedi 8 septembre. Synopsis :  Quinze ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, les agences de renseignement et de sécurité intérieure israéliennes, le Mossad et le Shin Bet, dirigées par le courageux et déterminé agent Peter Malkin, échafaudent une mission secrète afin de capturer le tristement célèbre Adolph Eichmann. Déclaré mort lors du chaos qui a suivi la chute de l’Allemagne nazie, il vit et travaille désormais sous une nouvelle identité dans la banlieue de Buenos Aires en Argentine avec sa femme et ses deux fils…

    Opération finale Festival de Deauville

    -la compétition qui comme chaque année permet de découvrir des pépites et  nous permet de dresser un état des lieux de l’Amérique (voir plus bas la liste des films en compétition, retrouvez trois affiches de films en lice ci-dessous).

    Thunder road au Festival du Cinéma Américain de Deauville.jpg

    Blindspotting Deauville

     
    Leave no trace de Debra Granik Deauville.jpg

    -Autre évènement absolument incontournable : le prix du 44ème Festival du Cinéma Américain de Deauville créé spécifiquement pour LES FRERES SISTERS de Jacques Audiard auquel il sera décerné en présence de l’équipe du film

    Les frères sisters de Jacques Audiard à Deauville.png

    Voici une projection qui devrait en effet créer l’évènement lors de ce 44 ème Festival du Cinéma Américain de Deauville.  JACQUES AUDIARD,  JOAQUIN PHOENIX,   JOHN C. REILLY, ALEXANDRE DESPLAT et THOMAS BIDEGAIN seront couronnés à Deauville le 4 septembre. Je vous ferai bien sûr vivre cette projection exceptionnelle. « Le Festival du Cinéma Américain de Deauville crée pour la première fois cette année le Prix du 44e Festival du Cinéma Américain de Deauville. Celui-ci sera remis au film Les Frères Sisters de Jacques Audiard en présence de l’équipe du film, pour les qualités de sa mise en scène, pour la force de l’interprétation de quatre acteurs majeurs du cinéma américain contemporain – John C. Reilly, Joaquin Phoenix, Jake Gyllenhaal, et Riz Ahmed – pour saluer les producteurs, grâce à qui un projet si noble a pu naître. Pour, enfin, célébrer une œuvre qui porte l’espoir d’un monde meilleur, d’une résipiscence possible Pour toutes ces raisons, il nous a paru naturel qu’un tel travail soit récompensé d’une manière inhabituelle, originale et exceptionnelle» a déclaré Bruno Barde le Directeur du Festival.

    Synopsis

    Charlie et Elie Sisters évoluent dans un monde sauvage et hostile, ils ont du sang sur les mains : celui de criminels, celui d’innocents… Ils n’éprouvent aucun état d’âme à tuer. C’est leur métier. Charlie, le cadet, est né pour ça. Elie, lui, ne rêve que d’une vie normale. Ils sont engagés par le Commodore pour rechercher et tuer un homme. De l’Oregon à la Californie, une traque implacable commence, un parcours initiatique qui va éprouver ce lien fou qui les unit. Un chemin vers leur humanité ?

    – Autre moment qui s’annonce comme magique : la cérémonie du palmarès (pour laquelle je vous ferai gagner des places ) lors de laquelle le violoniste virtuose Renaud Capuçon  interprètera deux extraits de musiques de films tirés de son nouveau disque sobrement intitulé Cinéma (sortie le 12 octobre 2018), enregistré avec le Brussels Philharmonic, sous la direction de Stéphane Denève. Lors de la cérémonie du palmarès il interprètera la musique du Mépris et de La Liste de Schindler. 

    Renaud Capuçon cinéma Deauville 2018.jpg


    Les documentaires dans la section Docs de l’oncle Sam nous réservent sans aucun doute aussi comme chaque année de belles surprises, notamment  celui sur la première femme cinéaste  SOYEZ NATUREL: L’HISTOIRE INÉDITE D’ALICE GUYBLACHÉ ou

    Alice 

    encore THE GREAT BUSTER: A CELEBRATION de  Peter Bogdanovich.

    -Parmi les documentaires à découvrir, j’ai notamment sélectionné RBG de Betsy West et Julie Cohen.

     
    RBG.jpg
    Synopsis de RBG de Betsy West et Julie Cohen (sortie en salles le 10 octobre 2018) : A 85 ans, RUTH BADER GINSBURG, est devenue une icône de la pop culture . Juge à la cour suprême des Etats-Unis, elle a construit un incroyable héritage juridique. Guerrière, elle s’est battue pour l’égalité hommes/femmes, et toutes formes de discrimination. Son aura  transgénérationnelle dépasse tous les clivages, elle est aujourd’hui l’une des femmes les plus influentes au monde et le dernier rempart anti-Trump. Betsy West et Julie Cohen nous font découvrir la fascinante vie de celle que l’on nomme désormais  « Notorious RBG »

    -Comme chaque année, le prix littéraire Lucien Barrière créera aussi  l’évènement. Cette année il sera remis  à John Grisham qui, le mercredi, dédicacera son livre récompensé Le cas Fitzgerald (je vous en parlerai bientôt plus en détails dès que j’aurai terminé la lecture de celui-ci).

    le cas Fitzgerald de John Grisham prix littéraire Lucien Barrière.jpg

    A l’occasion de ce prix, trois films adaptés de livres de John Grisham seront ainsi projetés : La Firme, le droit de tuer et L’Affaire Pélican.

    -Lors de la cérémonie du Palmarès du Festival du Cinéma Américain de Deauville, un jury international composé de journalistes anglo-saxons et présidé par Jean-Guillaume d’Ornano remettra officiellement le Prix d’Ornano-Valenti 2018 au film lauréat de cette année : Les Chatouilles d’Andréa Bescond & Éric Métayer. Ce prix chaque année révèle de grands cinéastes et talents. Ce fut notamment le cas de Stéphane Brizé avec Le Bleu des villes.

    Les chatouilles prix d'Ornano Valenti Festival de Deauville 2018.jpg

    Créé en 1991 par les compagnies membres de la Motion Picture Association (MPA) – association regroupant six studios de production et de distribution de films américains –, le Prix Michel d’Ornano – dédié à la mémoire de l’ancien ministre, maire de Deauville et cofondateur du Festival du Cinéma Américain – récompense un premier film français, dans le but d’aider à sa reconnaissance, sa promotion et son exportation. En 2015, le Prix est rebaptisé Prix d’Ornano-Valenti en hommage conjoint à Jack Valenti, initiateur du Prix, et à l’amitié qui unit en son temps les deux hommes et leurs familles, tous très attachés au Festival du Cinéma Américain de Deauville.

    Synopsis :

    Odette a huit ans, elle aime danser et dessiner. Pourquoi se méfierait-elle d’un ami de ses parents qui lui propose de « jouer aux chatouilles » ? Adulte, Odette danse sa colère, libère sa parole et embrasse la vie…  Sortie le 14 novembre 2018.

    The Son

    –Deauville saison 9. Le meilleur des séries TV en avant-première, la rencontre des écritures cinématographiques et télévisuelles par ceux qui tiennent la plume. En entrée libre. Au programme cette année : Condor  de Jason Smilovic (Basée sur le roman Les Six jours du Condor de James Grady et son adaptation cinématographique Les Trois jours du Condor réalisée par Sydney Pollack en 1975, la série suit Joe Turner, un jeune agent de la CIA qui découvre que des millions de vies sont en danger) et The son de Philipp Meyer, Brian McGreevy, Lee Shipman (Le roman Le Fils de Philipp Meyer, dont s’inspire la série The Son, est nommé au Prix Pulitzer et fut l’un des best-sellers figurant sur la liste des meilleures ventes du New York Times lors de sa parution en 2013. The Son est une grande saga qui s’étend sur 150 ans et trois générations de la famille McCullough, et retrace l’histoire de la transformation d’Eli : un homme simple à la bonté sincère en un être violent et calculateur. Sa cruauté sans fin et sa quête insatiable du pouvoir vont avoir des répercussions sur sa lignée familiale, à mesure que les McCulloughs deviennent l’une des dynasties pétrolières les plus riches du Texas.).

    Harry Potter

    –la séance enfants Harry Potter à l’école des sorciers de Chris Colombus

    44ème Festival du Cinéma Américain de Deauville 2018 1

    COMMENT SUIVRE LE FESTIVAL :

    Pour tout savoir sur le festival, je vous encourage ainsi à suivre les réseaux sociaux du CID ( son Instagram, son compte twitter et sa page Facebook) et si vous voulez d’ores et déjà réserver votre pass public, vous pouvez le faire sur le site internet du CID dont la billetterie se trouve ici.

    Pour avoir toutes les informations sur le festival, vous pouvez aussi suivre son site officiel (et y trouver toutes les informations nécessaires pour vous y accréditer si vous êtes « professionnel de la profession »), son Facebook, son Instagram, son Twitter

    deauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,film

    Comme chaque année depuis une vingtaine d’années, j’aurai le plaisir de suivre le festival de l’ouverture à la clôture, de vous le faire suivre sur mes blogs, réseaux sociaux, mais aussi dans la presse, dans le journal Paris-Normandie. Plus que jamais cette année, je vous ferai vivre le festival de l’intérieur, ici, sur mon blog entièrement consacré à Deauville, Inthemoodfordeauville.com, sur Inthemoodforfilmfestivals.com également avec sur ces derniers comme chaque année le compte rendu complet et détaillé du festival et en amont toutes les informations sur celui-ci, mais aussi bien sûr sur mes réseaux sociaux, sur mon compte twitter principal (@Sandra_Meziere), sur mon compte twitter consacré à Deauville (@moodfdeauville), sur mon compte Instagram (@sandra_meziere) et sur la page Facebook d’Inthemoodfordeauville.com (http://facebook.com/inthemoodfordeauville) et sur celle d’Inthemoodforcinema.com (http://facebook.com/inthemoodforcinema).

    Vous pouvez également retrouver le Festival du Cinéma Américain de Deauville dans mon recueil de 16 nouvelles sur le cinéma Les illusions parallèles (Editions du 38). Je vous attends d'ailleurs en dédicace de celui-ci et de mon roman L'amor dans l'âme (qui se déroule dans le cadre du Festival de Cannes), pendant le Festival du Cinéma Américain de Deauville,  le jeudi 6 septembre à la Librairie Jusqu'aux lueurs de l'aube de Deauville située au 88 rue Eugène Colas (en plein centre, à deux pas du CID). Cliquez ici pour en savoir et n'hésitez pas à vous inscrire à la page de l'évènement Facebook et à la partager. Au plaisir de vous y (re)voir pour parler livres et cinéma.

    deauville,cinéma,festival,festival du cinéma américain de deauville,morgan freeman,sarah jessica parker,sandrine kiberlain,jcacques audiard

    En partenariat avec le CID, j’ai le plaisir, comme chaque année également, de vous faire gagner des pass journaliers et deux invitations pour la cérémonie de clôture. Quelques pass ont déjà été gagnés. D’autres ainsi que les invitations pour la clôture seront bientôt mis en jeu sur mes réseaux sociaux précités.

    deauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,film

    deauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,film

    Composition des deux jurys :

    La présidente du jury sera la comédienne Sandrine Kiberlain, voilà déjà une belle promesse pour cette édition 2018. A cette occasion, je vous propose ma critique de Mademoiselle Chambon de Stéphane Brizé, une critique d’autant plus à-propos que Stéphane Brizé sera également membre du jury, l’occasion de vous livrer également ma critique du dernier film du cinéaste, En guerre.

    Cliquez ici pour lire ces deux critiques dans mon article précédent consacré

    au jury du festival.

    deauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,film

     Sandrine Kiberlain sera accompagnée de :

    Sabine AZEMA

    Comédienne

    Alex BEAUPAIN

    Auteur-compositeur-interprète

    Leila BEKHTI

    Comédienne

    Stéphane BRIZÉ

    Réalisateur & scénariste

    Vincent Lindon Stéphane Brizé 2.JPG

    Photo de Stéphane Brizé ci-dessus prise lors de la conférence de presse du film En guerre à l’occasion du Festival de Cannes 2018.

    Sara GIRAUDEAU

    Comédienne & réalisatrice

    Xavier LEGRAND

    Réalisateur, scénariste & comédien

    Pierre SALVADORI

    Réalisateur, scénariste & comédien

    Leïla SLIMANI

    Romancière

    Jury Révélation Festival du cinéma Américain de Deauville 2018.jpg

    Le jury révélation sera présidé par Cédric Kahn, il sera constitué de :

    -Hubert CHARUEL

    Réalisateur & scénariste

    -François CIVIL

    Comédien

    -Karim LEKLOU

    Comédien

    -Kate MORAN

    Comédienne

    Depuis 2006, le Prix de la Révélation du Festival du Cinéma Américain de Deauville récompense une œuvre originale qui révèle un auteur prometteur. Cette année, pour la première fois, la Fondation Louis Roederer s’associe à ce prix.

     Compétition 2018

    Ci-dessous la liste des films en compétition

    AMERICAN ANIMALS

    AMERICAN ANIMALS de Bart Layton

    BLINDSPOTTING

    BLINDSPOTTING de Carlos López Estrada

    DEAD WOMEN WALKING

    DEAD WOMEN WALKING de Hagar Ben-asher

    DIANE

    DIANE de Kent Jones

    FRIDAY’S CHILD

    FRIDAY’S CHILD de A.j. Edwards

    LEAVE NO TRACE

    LEAVE NO TRACE de Debra Granik

    MONSTERS AND MEN

    MONSTERS AND MEN de Reinaldo Marcus Green  | Kris Bowers

    NANCY

    NANCY de Christina Choe

    NIGHT COMES ON

    NIGHT COMES ON de Jordana Spiro

    PUZZLE

    PUZZLE de Marc Turtletaub

    THE KINDERGARTEN TEACHER

    THE KINDERGARTEN TEACHER de Sara Colangelo

    THE TALE

    THE TALE de Jennifer Fox

    THUNDER ROAD

    THUNDER ROAD de Jim Cummings

    WE THE ANIMALS

    WE THE ANIMALS de Jeremiah Zagar

    PREMIERES 2018

    Ci-dessous la liste des Premières 2018.

    ARCTIC

    ARCTIC de Joe Penna

    GALVESTON

    GALVESTON de Mélanie Laurent  | Eugénie Jacobson

    Harry Potter and the Sorcerer’s Stone

    HARRY POTTER À L’ÉCOLE DES SORCIERS de Chris Columbus

    HERE AND NOW de Malcom Jamieson  | Javier Aguirresarobe  | Fabien Constant  | Amie DohertyHOT SUMMER NIGHTS

    HOT SUMMER NIGHTS de Elijah Bynum

    Chappaquiddick

    LE SECRET DES KENNEDY de John Curran

    The Sisters Brothers

    LES FRÈRES SISTERS de Jacques Audiard

    LINE OF FIRE de Joseph Kosinski

    OPERATION FINALE

    OPERATION FINALE de Chris Weitz

     

    OPHELIA de Claire McCarthy

     

    PEPPERMINT de Pierre Morel

    Searching

    SEARCHING : PORTÉE DISPARUE de Aneesh Chaganty

    LES DOCS DE L’ONCLE SAM

    Ci-dessous, la liste des documentaires projetés cette année.

     

    ELVIS PRESLEY: THE SEARCHER

    ELVIS PRESLEY: THE SEARCHER de Thom Zimny

     

    HAL de Amy Scott

     

    NICE GIRLS DON’T STAY FOR BREAKFAST

     

    NICE GIRLS DON’T STAY FOR BREAKFAST de Bruce Weber

     

    RBG – RUTH BADER GINSBURG

    RBG – RUTH BADER GINSBURG de Betsy West  | Julie Cohen

    SOYEZ NATUREL : L’HISTOIRE INEDITE D’ALICE GUYBLACHE de Pamela B. Green

    THE GREAT BUSTER: A CELEBRATION de Peter Bogdanovitch

    WHITNEY de Kevin Macdonald

     

    deauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,film

    FLASHBACK SUR LE FESTIVAL DE DEAUVILLE 2017

    Comme chaque année, l’an passé, la compétition (14 films étaient en lice) nous permettait de dresser un état des lieux de l’Amérique contemporaine. En 2016, le festival avait récompensé du Grand Prix Brooklyn Village, huitième film d’Ira Sachs. En VO, le film s’intitule Little Men, et s’il désigne les enfants, ces « petits hommes » désignent aussi les adultes du film, tels qu’ils sont dans le regard de leurs enfants, ou tels que chaque adulte reste finalement à jamais, portant simplement le masque de l’adulte mais demeurant aussi perdu, écartelé, et parfois démuni devant les difficultés de l’existence. Un film pudique, délicat, sensible avec des personnages humains, pas des super-héros mais des êtres faillibles et attachants écrits avec une extrême délicatesse, nuancés comme la vie. Je pourrais en dire tout autant du magnifique The Rider de Chloé Zhao couronné du Grand Prix 2017 qui illustrait une des thématiques récurrentes de cette édition : la difficulté de remonter en selle après un drame. La plupart des personnages des films en compétition de l’an passé étaient en effet hantés par un drame ou la mort, au propre comme au figuré, et en quête : de leur identité, d’un ailleurs, d’un sursaut. Des personnages en quête de repères.  Ce sont d’ailleurs davantage les personnages de cette édition 2017 qui nous restent en mémoire que les scénarii des films, des personnages qui semblent  reliés par le fil invisible d’une douleur et d’une perte indicibles : l’inconsolable fantôme C (A ghost story), les pères et fils Bill et Wes Palet (The Bachelors) et leur deuil difficilement surmontable, le jeune Frankie (Beach Rats) en quête d’identité alors que son père est à l’agonie, Jerod ( Blueprint) lui aussi en quête d’identité après le décès de son meilleur ami, la naïve et bienveillante Katie (Katie says Goodbye ), la jeune orpheline Mary de Marc Webb, Dayveon dans Stupid things de Amman Abbasi, sans oublier les deux frères de Gook, Eli et Daniel eux aussi rudement éprouvés… Des personnages attachants broyés par la vie qui, au dénouement des films, bien souvent partiront pour prendre un nouveau départ. Comme si la solution était ailleurs. Loin de cette Amérique blessée portant les plaies béantes de la violence, de l’intolérance, du racisme.

    deauville,festival du cinéma américain de deauville 2017,festival du cinéma américain de deauville,festival,festivals,festival de cinéma,in the mood for cinema,michel hazanavicius,robert pattinson,vincent lindon,michelle rodriguez

    Plus que des fictions, les films en lice étaient souvent le témoignage d’une réalité âpre. Ainsi, lors de la présentation de Blueprint, le réalisateur nous a expliqué que le film était dédié à Curtis Posey, un des acteurs présent dans le film et décédé quelques mois plus tôt lors d’un règlement de compte entre gangs. «Nous avons tourné ce film dans le South Side de Chicago qui fait aujourd’hui les gros titres à cause du nombre de meurtres. On compte aujourd’hui soixante meurtres par mois. Nous avons tourné dans le ventre de la bête. Et pour vous donner une idée de la situation tragique dans laquelle nous sommes actuellement, depuis que le film a été tourné, nous avons perdu un des acteurs du film», avait-il ainsi déclaré.

    Ce Festival du Cinéma Américain de Deauville 2017 nous dressait ainsi le portrait d’une Amérique déboussolée, sans doute a fortiori après l’élection à sa tête d’un personnage déroutant (euphémisme). Au programme, ainsi, l’an passé, la violence subie par les différentes communautés ou entre communautés qui se replient sur elles-mêmes. Une Amérique communautaire en proie à la violence.

    deauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,film

    Le Festival de Deauville plus que jamais se revendique et se différencie comme le révélateur et l’éclaireur du cinéma indépendant et des jeunes artistes, nous donnant à voir une autre Amérique, moins flamboyante que ce que laissaient autrefois voir les blockbusters qui y étaient projetés, avec la bannière étoilée flottant fièrement dans l’air au dénouement. Plus que jamais, en 2017, le cinéma nous dévoilait l’envers du décor de l’American dream, et même son échec. Une Amérique qui n’est pas un Eldorado mais au contraire une prison de violence dont les personnages (souvent attachants mais broyés par l’existence) ne rêvent que de s’échapper. Une Amérique pétrie de contrastes et contradictions dont les enfants doivent bien souvent renoncer à leurs rêves pour continuer à avancer. Des enfants confrontés très tôt à des responsabilités d’adultes, délaissés par des parents immatures, à l’image de cette Amérique qui abandonne ceux qu’elle a enfantés, ces rêveurs d’hier confrontés à la rude réalité, à leurs châteaux de verre qui ne sont que mirages ou qui s’écroulent pour reprendre le titre du splendide film de clôture. Si les films présentés en avant-première se distinguaient par leur diversité (de thèmes, de décors, d’époques), ils mettaient souvent en avant le courage face à l’adversité, des destins hors du commun.

    deauville,festival du cinéma américain de deauville 2017,festival du cinéma américain de deauville,festival,festivals,festival de cinéma,in the mood for cinema,michel hazanavicius,robert pattinson,vincent lindon,michelle rodriguez

    Cliquez ici pour lire mon compte rendu complet du Festival du Cinéma Américain de Deauville 2017 avec le compte rendu de tous les films en compétition, des avant-premières et des hommages dont vous trouverez quelques-uns de mes clichés ci-dessous.

    deauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,film

    deauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,film

    deauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,film

    deauville,festival du cinéma américain de deauville 2017,festival du cinéma américain de deauville,festival,festivals,festival de cinéma,in the mood for cinema,michel hazanavicius,robert pattinson,vincent lindon,michelle rodriguez

    deauville,festival du cinéma américain de deauville 2017,festival du cinéma américain de deauville,festival,festivals,festival de cinéma,in the mood for cinema,michel hazanavicius,robert pattinson,vincent lindon,michelle rodriguez

    Photos ci-dessus ©  Sandra Mézière

    deauville,festival du cinéma américain de deauville 2017,festival du cinéma américain de deauville,festival,festivals,festival de cinéma,in the mood for cinema,michel hazanavicius,robert pattinson,vincent lindon,michelle rodriguez

    Photo ci-dessus © Dominique Saint

    L’édition 2017 du festival avait aussi une saveur toute particulière pour moi puisque j’ai eu le plaisir d’y dédicacer mon premier roman L’amor dans l’âme (dont un chapitre se déroule d’ailleurs dans le cadre du Festival du Cinéma Américain de Deauville) et mon recueil de 16 nouvelles sur les festivals de cinéma Les illusions parallèles (dont deux nouvelles se déroulent dans le cadre du festival en question), une dédicace qui a eu lieu à l’hôtel Barrière Le Normandy, là où furent tourner de mémorables scènes du chef-d’œuvre de Claude Lelouch Un homme et une femme, un lieu et un film dont je parle d’ailleurs aussi dans les livres en question. La mise en abyme était donc parfaite. Etrange, déroutante, réjouissante aussi. L’occasion de belles rencontres (au premier rang desquelles Caroline la libraire de l’incontournable librairie deauvillaise Jusqu’aux lueurs de l’aube,  cet article est pour moi l’occasion de la remercier à nouveau pour son soutien -vous pouvez d’ailleurs toujours y trouver les livres en question-, de même que le CID et la Mairie de Deauville pour l’écho donné à cette dédicace).

    deauville,festival du cinéma américain de deauville 2017,festival du cinéma américain de deauville,festival,festivals,festival de cinéma,in the mood for cinema,michel hazanavicius,robert pattinson,vincent lindon,michelle rodriguez

    deauville,festival du cinéma américain de deauville 2017,festival du cinéma américain de deauville,festival,festivals,festival de cinéma,in the mood for cinema,michel hazanavicius,robert pattinson,vincent lindon,michelle rodriguez

    deauville,festival du cinéma américain de deauville 2017,festival du cinéma américain de deauville,festival,festivals,festival de cinéma,in the mood for cinema,michel hazanavicius,robert pattinson,vincent lindon,michelle rodriguez

    deauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,film

     

    NOUVEAUTE 2018 POUR LES SEANCES DU SOIR 

    Nouveauté de cette édition mise en place par le CID : vous pourrez désormais acheter vos cartes d’accès et ainsi être assurés d’assister aux séances du tapis rouge le soir. Tout est très bien expliqué dans ce schéma ci-dessous. Ainsi, vous n’aurez plus à attendre pour récupérer vos places comme c’était le cas les années précédentes. Vous ne manquerez ainsi plus les séances pendant l’heure de retrait des places. Pour en savoir plus, rendez-vous sur cette page sur laquelle vous pourrez également réserver vos pass.

    Nouveauté carte d'accès festival de Deauville 2018.png

    EN COMPLEMENT – BONNES ADRESSES :

    Si vous voulez venir à Deauville, retrouvez également, ici, toutes mes bonnes adresses d’hôtels et restaurants.

    Vous en trouverez également de nombreuses sur mes comptes Instagram @sandra_meziere et @leshotelsdeluxe avec, également, de nombreux clichés de Deauville qui devraient vous inciter à venir découvrir le festival et la ville si vous ne les connaissez pas encore.

    deauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,film

    Dans ma rubrique « bonnes adresses » sur http://inthemoodfordeauville.com, retrouvez notamment, le compte rendu de mon séjour au Royal Barrière pendant le Festival du Cinéma Américain de Deauville 2017, hôtel partenaire officiel du festival.
     

    deauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,film

    Dans la rubrique « bonnes adresses », vous trouverez également de nombreux restaurants comme La Cantine de Deauville, meilleure brasserie de Deauville au sujet de laquelle vous pourrez retrouver mon article détaillé, ici.

    Je vous donne rendez-vous dès le 30 août en direct de Deauville… A très bientôt et bon festival à tous !

    Retrouvez également cet article sur Inthemoodforfilmfestivals.com et Inthemoodfordeauville.com.

  • CONCOURS - REPONSES - Gagnez vos pass pour le 44ème Festival du Cinéma Américain de Deauville

    44ème Festival du Cinéma Américain de Deauville 2018 3.JPG

    Vous avez été très nombreux à participer au concours permettant de remporter des pass pour le 44ème Festival du Cinéma Américain de Deauville (organisé en partenariat avec le CID). Les gagnants ont été contactés aujourd'hui. Si vous ne figurez pas parmi les heureux gagnants, sachez que des pass journaliers et des invitations pour la clôture seront mis en jeu sur mes réseaux sociaux pendant le festival. Je vous invite donc à les suivre:

    -Twitter : @Sandra_Meziere et @moodfdeauville

    -Instagram : @sandra_meziere

    -Facebook : http://facebook.com/inthemoodfordeauville et http://facebook.com/inthemoodforcinema 

    Je vous donne rendez-vous dès jeudi sur ces comptes en direct de Deauville pour vous faire vivre le festival en direct. Bon festival à tous ! 

    QUESTIONS et REPONSES

    Question n°1 : 

    Laquelle ou lesquelles parmi ces quatre personnalités a/ont son/leurs nom(s) immortalisé(s) sur les célèbres planches de Deauville ?

    deauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,filmdeauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,filmdeauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,filmdeauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,film

    Paul Mazurski, Kevin Williamson, Chow yun-fat ont leurs noms qui figurent sur les planches. Seul Leonardo DiCaprio n'a pas (encore) son nom sur les célèbres planches. 

    Question n°2 :

    Quelques initiales et des chiffres pour deviner le nom d'un classique du cinéma américain :

    C.C/ H.H/JJ/0.6.9.1

    Quel est le film auquel font référence ces lettres et chiffres ?

    Le film à trouver était La Garçonnière de Billy Wilder.

    0.6.9.1 : l'année du film à l'envers (1960)

    HH pour Hope Holiday

    C.C pour C.C. Baxter, le personnage

    J.J pour Joyce Jameson

    La Garçonnière.jpg

    Question n°3 : 

    Quel est le titre de ce film (lié à l'histoire du Festival du Cinéma Américain de Deauville ) ?

     

    deauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,film

    Cette image est extraite du film The Rider projeté l'an passé en compétition dans le cadre du Festival du Cinéma Américain dont vous pouvez retrouver ma critique ci-dessous.

    The Rider de Chloé Zhao.jpg

     

    deauville,festival du cinéma américain de deauville 2017,festival du cinéma américain de deauville,festival,festivals,festival de cinéma,in the mood for cinema,michel hazanavicius,robert pattinson,vincent lindon,michelle rodriguez

     

    Brady, un jeune cow-boy, entraîneur de chevaux et étoile montante du rodéo, voit sa vie basculer après un tragique accident de rodéo. On lui annonce alors qu’il ne pourra plus jamais faire d’équitation. De retour chez lui, il est confronté au vide qu’est devenue sa vie : celle d’un cow-boy qui ne peut désormais ni faire de rodéo ni même monter à cheval. Pour reprendre son destin en mains, Brady se lance alors dans une quête identitaire en cherchant à comprendre ce que c’est vraiment qu’être un homme au cœur même de l’Amérique.    

    INTERPRÉTATION Brady Jandreau (Brady Blackburn), Tim Jandreau (Wayne Blackburn), Lilly Jandreau (Lilly Blackburn), Lane Scott (Lane Scott), Cat Clifford (Cat Clifford

    Brady vit ainsi avec une blessure à vif, physique et morale. Ainsi a-t-il vu ses rêves, son « American dream », se briser.  Brady Jandreau, qui joue son propre rôle aux côtés de sa famille et de ses amis est vraiment une jeune star du rodéo qui a vu sa vie basculer suite à un accident et cette véracité renforce bien sûr l’émotion qui émane de chacun des plans.

    Ici pas de super héros, pas de grandiloquence, pas de chevauchées fantastiques aux sanglots longs des violons, mais un homme à terre qui essaie de trouver la voie à emprunter pour se relever et continuer à avancer. Comme il le dit lui-même, là où un animal aurait été abattu lui est « obligé de vivre ». Meurtri mais combattif.  Les scènes d’une beauté et simplicité bouleversantes s’enchainent pour dresser le portrait d’un homme que la réalisatrice regarde avec beaucoup d’humilité et de bienveillance aussi éloignée soit-elle (à l'origine du moins) du Dakota du Sud où le film est tourné.

    Après s’être immergée durant quatre ans dans une réserve amérindienne du Dakota du Sud pour réaliser « Les chansons que mes frères m’ont apprises », la réalisatrice pose ainsi à nouveau sa caméra dans cet Etat, à nouveau dans la réserve indienne de Pine Ridge. Après s’être intéressée aux Indiens, elle se penche cette fois sur ces Cowboys d’une autre Amérique, sans éclat, sans flamboyance, sans rutilance, qui combattent pour survivre. Chloé Zhao  revisite ainsi le western faisant du décor un personnage à part entière. Sa caméra caresse et sublime les corps de ces cowboys qui « chevauchent la douleur », qui bravent la nature.

    A l’image du personnage de Katie dans « Katie says goodbye » (autre film en compétition du Festival du Cinéma Américain de Deauville 2017), Brady doit faire face à un avenir sans espoir, à un parent immature, et lui aussi incarne de nombreux contrastes à l’image de cette Amérique pétrie de contradictions. La violence de l’arène dans laquelle il évolue contraste avec la tendresse dont il fait preuve avec sa jeune sœur handicapée ou son ami victime d’un accident de rodéo (ces scènes ne sont jamais voyeuristes ou larmoyantes mais pleines de sensibilité). Les immenses plaines évocatrices de liberté contrastent avec la blessure et l’arène qui l’enferment. Et c’est en renonçant au rodéo que le cowboy va devenir un homme…

    Chloé Zhao réussit une œuvre  pleine de délicatesse et de subtilité sur un univers a priori rude et rugueux. Entre documentaire et drame intimiste, son film  dresse le portrait poignant d’un personnage qui apprend à renoncer dont la force vous accompagne bien après le générique de fin et qui vous donnera envie de continuer à avancer et rêver envers et contre tout.

    Le jury qui lui a attribué le grand prix a salué sa poésie et son humanité.

    Question n °4 :

    En quelle année ce film fut-il présenté au Festival du Cinéma Américain de Deauville et quel est le titre de ce film ?

    Il s'agit du film Le chat connaît l'assassin de Robert Benton, un film projeté en 1977 à Deauville.

    deauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,film

    Le chat connaît l'assassin.jpg

    Question n°5 :

    Quel prix ce film a-t-il obtenu au Festival du Cinéma Américain de Deauville, en quelle année et quel est son titre ?

    deauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,film

    Ce film a obtenu le Prix d’Ornano du 34ème Festival du Cinéma Américain de Deauville. Il s'agit de Johnny Mad Dog de Jean-Stéphane Sauvaire.

    Johnny Mad Dog.jpg

     

    Question n°6 :

    Qui est-ce ? Quel prix a-t-il reçu au Festival du Cinéma Américain de Deauville et en quelle année ?

    deauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,film

    Il s'agit de  Jay McInerney, prix littéraire Barrière 2007 avec La belle vie (The good life).

    Question n°7 : 

    En quelle année le Festival du Cinéma Américain de Deauville eut-il lieu pour la première fois au CID et combien de spectateurs la salle peut-elle contenir ?

    Le Festival du Cinéma Américain de Deauville a eu lieu pour la première fois au CID en 1992. La salle peut contenir 1497 spectateurs.

    Question n°8 :

    De quel excellent film américain cette image est-elle extraite ?

    deauville,cinéma,festival du cinéma américain de deauville,44ème festival du cinéma américain de deauville,concours,in the mood for deauville,in the mood for cinema,festival,film

    Cette image est extraite de La loi du silence d'Alfred Hitchcock.

    La Loi du silence.jpg

    Question n°9 :

    Pourquoi souhaitez-vous assister au Festival du Cinéma Américain de Deauville ? (Cette question est obligatoire même si vous n'avez pas réussi à répondre à toutes les questions précédentes et est simplement destinée à départager d'éventuels gagnants ayant toutes les bonnes réponses ou le même nombre de bonnes réponses et d'éviter les réponses automatiques de sites de concours. )

    Question n°10 : 

    Quel est votre film (américain) préféré ? (Cette question est obligatoire même si vous n'avez pas réussi à répondre à toutes les questions précédentes et est simplement destinée à départager d'éventuels gagnants ayant toutes les bonnes réponses ou le même nombre de bonnes réponses et d'éviter les réponses automatiques de sites de concours. Bien sûr, vos goûts ne seront pas jugés. Seule compte la passion du cinéma... ).

    Lien permanent Imprimer Catégories : CONCOURS/JEUX, FESTIVAL DU CINEMA AMERICAIN DE DEAUVILLE 2018 Pin it! 0 commentaire
  • Festival du Cinéma et Musique de Film de La Baule 2018 : premières informations

     

    Festival du Cinéma et Musique de Film de La Baule 2018 3.jpg

    Je n’ai manqué aucune des  quatre premières éditions du Festival du Cinéma et Musique de Film de la Baule qui s’installe progressivement comme un rendez-vous cinématographique incontournable. Lors des quatre premières éditions de ce festival créé en 2014  par Sam Bobino ( qui  a aussi notamment à son actif  d’être délégué général de la Semaine du Cinéma Positif) et par le cinéaste Christophe Barratier, je vous avais fait part de mon enthousiasme pour ce nouvel évènement cinématographique et musical qui a lieu dans le décor idyllique de La Baule, avec sa plage mythique bordée de ses célèbres pins, ses palaces mythiques, la majestueuse salle Atlantia et le cinéma le Gulf Stream, un festival  qui est d'ailleurs le cadre de l’une des nouvelles de mon recueil Les illusions parallèles. (Editions du 38). Au programme notamment des années passées : des concerts de Michel Legrand, Vladimir Cosma, Lalo Schifrin... et un palmarès qui, à chaque fois, a récompensé des films parmi les meilleurs de l'année à l'exemple du remarquable film tunisien A peine j'ouvre les yeux de Leyla Bouzid.

    festival de la baule 2017

    labaule20171.JPG

    labaule201721.JPG

    labaule20177.JPG

    Après une belle quatrième édition (avec, notamment un inoubliable concert de Vladimir Cosma, retrouvez mon compte rendu de cette édition 2017 et du concert, ici), la 5ème édition du Festival du Cinéma et Musique de Film de La Baule aura lieu du 6 au 11 novembre 2018 et aura pour thème cette année : « la mer ». Il mettra à l'honneur La grande bleue ou plutôt Le Grand Bleu puisque cette année correspond au 30ème anniversaire du mythique film de Luc Besson.

    Festival du Cinéma et Musique de Film de La Baule 2018 1.jpg

    Autour de l'hommage qui sera rendu au compositeur de la musique du Grand Bleu Eric Serra (qui donnera un grand concert au Palais des Congrès Atlantia) et à l'univers de son cinéaste fétiche, ce sont donc les océans et l'Aventure avec un grand "A", celle des mers, des pirates et des navigateurs intrépides, qui sera à l’honneur. Ce thème permettra aussi de sensibiliser le public, et surtout les plus jeunes, sur la nécessité de préserver les océans et sa faune et plus particulièrement les tortues des mers aujourd’hui gravement menacées de disparition. Et toujours au programme de nombreuses avant-premières en présence des équipes des films, ciné-concerts, rencontres, master class, expositions, animations...

    Festival du Cinéma et Musique de Film de La Baule 2018 2.jpg

    Pour tout savoir sur le Festival du Cinéma et Musique de Film de La Baule :

    -le site officiel du festival

    -Mon compte rendu de la 1ère édition du festival (2014)

    la baule,festival,cinéma,musique,festival du cinéma et musique de film,in the mood for cinema,eric serra

    La Baule 2014.jpg

    -Mon compte rendu de la 2ème édition du festival (2015)

    baule3

    la baule 2015.jpg

    -Mon compte rendu de la 3ème édition du festival (2016)

    La Baule 2016 1.jpg

    La Baule 2016 2.png

    -Mon compte rendu de la 4ème édition du festival (2017)

    Affiche La Baule 2017.jpg

    Quelques bonnes adresses :

    -Mon article sur l'hôtel Barrière Le Royal Thalasso de La Baule

     

    Royal thalasso Barrière La Baule 1.jpg

    -Mon article sur Le Fouquet's de La Baule

     

    fouquet's la baule.jpg

    -Mon article sur l'Hermitage Barrière de La Baule

    hermitage la baule.jpg

  • Les membres du jury du 44ème Festival du Cinéma Américain de Deauville présidé par Sandrine Kiberlain

    affiche du 44ème Festival du Cinéma Américain de Deauville 2018.jpg

    De cette édition 2018 du Festival du Cinéma Américain, nous connaissions d'ores et déjà :

    - la sublime affiche avec toujours les codes habituels que sont les couleurs de la bannière étoilée ( pont ici au sens figuré et au sens propre entre la Normandie et les Etats-Unis), l'évocation des planches, le voyage immobile auquel invite le festival, et une belle sensation d'ailleurs, de légèreté, de liberté, d'envol qui en émane,

    - le nom de la présidente du jury qui sera donc la comédienne, réalisatrice et chanteuse Sandrine Kiberlain (quel judicieux choix !). Ainsi est-elle présentée dans l'annonce du festival : 

    "Comédienne plébiscitée par des réalisateurs tels que Jacques Audiard, Stéphane Brizé, Alain Resnais, Claude Miller, André Téchiné, Benoît Jacquot, Jean-Paul Rappeneau, Nicole Garcia, Eric Rochant, Pascal Bonitzer, Pierre Salvadori ou encore Philippe Le Guay,
    Sandrine Kiberlain remporte le César du Meilleur espoir féminin en 1996 pour En avoir (ou pas) de Laetitia Masson, avant d’être distinguée en 2014 par le César de la Meilleure actrice pour son rôle dans 9 mois ferme d’Albert Dupontel.
    Après avoir dirigé le Jury de la Caméra d’Or du Festival de Cannes en 2017, elle présidera le Jury de la 44e édition du Festival du Cinéma Américain de Deauville."

    En bonus, en bas de cet article, je vous propose ma critique d'un de mes films préférés avec Sandrine Kiberlain, Mademoiselle Chambon de Stéphane Brizé tandis que son remarquable En guerre est actuellement à l'affiche (ma critique, en bas de cet article, pour une double raison puisque Stéphane Brizé sera également membre du jury).

    Nous savons en effet désormais que Sandrine Kiberlain sera accompagnée de :

    Sabine AZEMA

    Comédienne

    Alex BEAUPAIN

    Auteur-compositeur-interprète

    Leila BEKHTI

    Comédienne

    Stéphane BRIZÉ

    Réalisateur & scénariste

    Sara GIRAUDEAU

    Comédienne & réalisatrice

    Xavier LEGRAND

    Réalisateur, scénariste & comédien

    Pierre SALVADORI

    Réalisateur, scénariste & comédien

    Leïla SLIMANI

    Romancière

    Plus que jamais cette année, je vous ferai vivre le Festival en direct ici, sur http://inthemoodforcinema.com et http://inthemoodforfilmfestivals.com et sur mes réseaux sociaux, sur twitter (@Sandra_Meziere et @moodfdeauville), sur Facebook (http://facebook.com/inthemoodfordeauville et http://facebook.com/inthemoodforcinema) et sur Instagram (@sandra_meziere).

    Vous pourrez également me retrouver dans la presse chaque jour pendant le festival, je vous en dirai bientôt plus...

    En partenariat avec le CID, je vous fais également gagner ici pass et invitations pour le festival.

    Le Festival du Cinéma Américain de Deauville 2018 aura lieu du 31 août au 9 septembre, au CID.

    En attendant, retrouvez mon compte rendu du Festival du Cinéma Américain de Deauville 2017, ici.

    Critique de MADEMOISELLE CHAMBON

    chambon.jpg

    Cela pourrait se résumer en une phrase : Jean (Vincent Lindon), maçon, bon mari et père de famille, croise la route de la maîtresse d'école de son fils, Mademoiselle Chambon (Sandrine Kiberlain) ;  leurs sentiments réciproques vont s'imposer à eux. Enfin non, justement, cela ne se résume pas en une phrase parce que tout ce qui importe ici réside ailleurs que dans les mots, même si ce film est inspiré de ceux du roman d'Eric Holder.

    Les mots sont impuissants à exprimer cette indicible évidence. Celle d'un regard qui affronte, esquive, tremble, vacille imperceptiblement. Celle d'une lèvre dont un rictus trahit un trouble ou une blessure. Celle d'une rencontre improbable mais impérieuse. Entre un homme qui ne sait pas manier les mots (la preuve, c'est son fils qui lui apprend ce qu'est le complément d'objet direct) et vit du travail de ses mains et une femme dont c'est le métier que de manier les mots, les apprendre. Lui construit des maisons, elle déménage sans cesse. Lui est ancré dans la terre, elle est évanescente. Il a un prénom, elle est avant tout mademoiselle. Lui a un lien douloureux et charnel avec son père, ses parents à elle ne lui parlent que par téléphone interposé et pour lui faire l'éloge de sa sœur. Et pourtant, et justement : l'évidence.  La musique va alors devenir le langage qui va cristalliser leurs émotions, et les sanglots longs des violons (pas de l'automne, comme ceux de Verlaine, mais ici du printemps, avec une langueur plus mélancolique que monotone) exprimer la violence de leurs irrépressibles sentiments.

    Comme dans le magnifique « Je ne suis pas là pour être aimé »,  on retrouve cette tendre cruauté et cette description de la province, glaciale et intemporelle. Ces douloureux silences. Cette sensualité dans les gestes chorégraphiés, déterminés et maladroits. Cette révolte contre la lancinance de l'existence. Et ce choix face au destin. Cruel. Courageux ou lâche. (Magnifique scène de la gare dont la tension exprime le combat entre ces deux notions, la vérité étant finalement, sans doute, au-delà, et par un astucieux montage, Stéphane Brizé en exprime toute l'ambivalence, sans jamais juger ses personnages...). On retrouve aussi cet humour caustique et cette mélancolie grave, notamment dans la scène des pompes funèbres qui résume toute la tendresse et la douleur sourdes d'une existence et qui fait écho à celle de la maison de retraite dans « Je ne suis pas là pour être aimé. »

     Mais ce film ne serait pas ce petit bijou de délicatesse sans l'incroyable présence de ses acteurs principaux, Vincent Lindon d'abord, encore une fois phénoménal, aussi crédible en maçon ici qu'en avocat ailleurs. Son mélange de force et de fragilité, de certitudes et de fêlures, sa façon maladroite et presque animale de marcher, de manier les mots, avec parcimonie, sa manière gauche de tourner les pages ou la manière dont son dos même se courbe et s'impose, dont son regard évite ou affronte : tout en lui nous faisant oublier l'acteur pour nous mettre face à l'évidence de ce personnage.  Et puis Sandrine Kiberlain, rayonnante, lumineuse, mais blessée qui parvient à faire passer l'émotion sans jamais la forcer. Aure Atika, qui interprète ici l'épouse de Vincent Lindon, est, quant à elle, absolument méconnaissable, et d'une sobriété remarquable et étonnante. Sans doute faut-il aussi une direction d'acteurs d'une précision, d'une sensibilité rares pour arriver à une telle impression d'évidence et de perfection ( la preuve, les seconds rôles sont d'ailleurs tout aussi parfaits).

    Une histoire simple sur des gens simples que Stéphane Brizé (avec la complicité de Florence Vignon, déjà co-scénariste du très beau « Le bleu des villes ») compose avec dignité  dans un film épuré, sensible qui fait de ses personnages des héros du quotidien emprisonnés dans un fier et douloureux silence (résumé par le dernier plan d'une belle luminosité derrière les barreaux d'une fenêtre ). Un film qui, encore une fois, rappelle le cinéma de Claude Sautet (notamment par l'utilisation du violon et de la musique comme éléments cristallisateurs qui rappellent « Un cœur en hiver » mais aussi par la sublimation d'une « histoire simple ») qui, tout en « faisant aimer la vie » et la poésie des silences, en souligne toute la quotidienne et silencieuse beauté, cruelle et dévastatrice.

    Critique de EN GUERRE de Stéphane Brizé

    En guerre de Stéphane Brizé - critique.jpg

    Aux premiers jours du Festival de Cannes, c’était LE film dont il était impensable qu’il ne soit pas au palmarès de cette 71ème édition, la projection officielle s’étant achevée par une standing ovation de 15 minutes. Vincent Lindon était en effet largement pressenti pour le prix d’interprétation (c’était certes avant la projection de Dogman et la prestation remarquable de Marcello Fonte qui a finalement reçu ce prix de la part du jury présidé par Cate Blanchett), un prix qu’il aurait alors reçu pour la deuxième fois à Cannes et pour la deuxième fois pour un film de Stéphane Brizé puisque son rôle dans La loi du marché  lui avait valu le prix d’interprétation du Festival de Cannes 2015. Le film est reparti sans un prix  (qu’il aurait indéniablement mérité), néanmoins la projection officielle et la conférence de presse auxquelles j’ai eu le plaisir d’assister restent parmi les grands moments de ce Festival de Cannes 2018.

    Vincent Lindon Stéphane Brizé 7.JPG

    Synopsis : Malgré de lourds sacrifices financiers de la part des salariés et un bénéfice record de leur entreprise, la direction de l’usine Perrin Industrie décide néanmoins la fermeture totale du site. Accord bafoué, promesses non respectées, les 1100 salariés, emmenés par leur porte‑parole Laurent Amédéo (Vincent Lindon), refusent cette décision brutale et vont tout tenter pour sauver leur emploi.

    Stéphane Brizé, avec ce sujet qui aurait pu être rugueux et même rébarbatif, réalise un film prenant de la première à la dernière seconde. La tension monte d'un cran après La loi du marché comme si le vigile du film en question avait décidé de partir au combat. Beaucoup plus en colère et résolu est ce nouveau personnage de représentants des salariés en lutte incarné par Vincent Lindon que Brizé filme là aussi au plus près comme dans La loi du marché, là aussi souvent de dos, mais cette fois un dos fier et combattif quand celui du personnage qu’il incarnait dans cet autre film était constamment courbé.

    Stéphane Brizé a réalisé En Guerre pour comprendre ce qu’il y a derrière les images des médias qui témoignent de la violence à l’occasion de plans sociaux, pour comprendre les raisons du surgissement de cette violence. Le style documentaire, documentaire  de guerre même, auquel le film emprunte constamment, place d’emblée le spectateur au cœur du combat, la caméra l’encerclant, l’enfermant même, ne laissant pas aux salariés (et aux spectateurs !) le temps de respirer.

    Brizé nous immerge au cœur de l’action là où les médias instaurent une distance, ne prenant pas le temps de savoir ce qui se cache derrière ce qu’ils (dé)montrent avec plus ou moins d’objectivité.  Le film commence et s’achève ainsi par un reportage de BFM TV qui interprète et dramatise à outrance, ou à l’inverse traite avec une froide indifférence des situations humaines terribles. Les derniers plans en sont d’autant plus glaçants. La remarquable musique de Bertrand Blessing d'une puissance rare, qui épouse la colère et les grondements des salariés, place le spectateur au cœur du combat dès les premiers plans. En Guerre a  ainsi été tourné en seulement 23 jours, ce qui contribue aussi à ce sentiment d’urgence, de course contre le temps, de lutte sans répit.

    Vincent Lindon Stéphane Brizé 6.JPG

     Vincent Lindon est une nouvelle fois d’une intensité et d’une implication exceptionnelles et on n'imagine guère qui mieux que lui aurait pu incarner cet homme pour qui ce combat est une question d'honneur et même une raison de vivre.  Stéphane Brizé collabore pour la 4ème fois avec lui après Mademoiselle Chambon, Quelques heures de printemps et La Loi du marché. Cette fois, il incarne un homme plus bruyant, résistant alors que ses précédents personnages dans les films de Stéphane Brizé subissaient davantage et étaient surtout silencieux. Ainsi, dans le petit bijou de délicatesse qu’est Mademoiselle Chambon, son mélange de force et de fragilité, de certitudes et de fêlures, sa façon maladroite et presque animale de marcher, de manier les mots, avec parcimonie, sa manière gauche de tourner les pages ou la manière dont son dos même se courbait et s'imposait, dont son regard évitait ou affrontait : tout en lui nous faisant oublier l'acteur pour nous mettre face à l'évidence de ce personnage. Ici, il est entouré d’acteurs non professionnels, en première ligne du combat, et il est aussi bluffant que dans ces rôles précédemment évoqués, plus effacés. Cette fois, c’est un homme constamment en colère, dévoré par son engagement, sa rage de défendre et de résister.

    Stéphane Brizé et son co-scénariste Olivier Gorce ont rencontré énormément de gens pour bien appréhender tous les rouages de ces situations : ouvriers,  DRH,  chefs d’entreprises, avocats spécialisés dans la défense des salariés ou des intérêts des entreprises. Et cela se ressent tant les discours des uns et des autres sont crédibles, précis, criants de vérité, ce qui permet aussi d’éviter tout manichéisme, et ce qui donne encore plus de force au propos.  Certaines joutes verbales nous font oublier qu’il s’agit d’une fiction tant cela sonne vrai.

    Dialogues précisément écrits, plans séquences époustouflants, musique d’une puissance saisissante, interprétation et direction d’acteurs remarquables, tout cela concourt à ce film d'une force rare qui nous met sous tension de la première à la dernière seconde. Une démonstration implacable. À chacun de ses films, Brizé au-delà des réalités sociales qu'ils reflètent dresse le portrait de personnages qui nous accompagnent bien après le générique de fin.  Et cet Amédéo restera sans aucun doute dans nos mémoires de cinéphiles, de même que ce dénouement qui nous saisit et nous laisse KO d’émotion a contrario de l’analyse clinique de la chaîne d’information qui le relate. Bouleversant.

    Extraits de la conférence de presse

    Vincent Lindon Stéphane Brizé 1.JPG

    Stéphane Brizé : 

    "On amassé une matière du réel très importante pour construire la parole  la plus honnête et objective possible."

    "Le film emprunte  à la dramaturgie du documentaire et surtout pas du reportage puisque la dramaturgie éclaire ce que le reportage ne montre pas. Je ne comprends pas pourquoi on ferme des entreprises rentables en France. La fiction va remplir les trous béants que le reportage ne remplit pas car il ne prend pas le temps".

    Vincent Lindon Stéphane Brizé 2.JPG

    Vincent Lindon :

      "Convoquer ce film à Cannes c'est faire de la politique, c'est montrer qu'on peut aussi éveiller, prévenir, informer, de ce qui passe dans le monde. " 

    "Je suis fier de pouvoir essayer d'aider des gens qui sont plus en difficulté ou en faiblesse que moi. Il y a toujours une tendance de dire aux gens plus puissants "ce n'est pas à toi de t'en mêler".

    "Ma passion c'est le gens. J'aime discuter. Les plus grands musées, les plus grands livres, les plus grands voyages, je les fais en étant auprès des gens."

    "Je n'aime que les gens qui font, qui agissent, qui font avancer le monde. »

    Vincent Lindon Stéphane Brizé 5.JPG