Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

FESTIVAL PARIS CINEMA 2009

  • Palmarès du Festival Paris Cinéma 2009

    pariscinema.jpgCe soir s'achève la 7ème édition du Festival Paris Cinéma (pour voir le programme de cette dernière journée, rendez-vous sur le site officiel du Festival) dont vous avez pu lire les critiques de quelques projections sur ce blog ("Le ruban blanc" de Michael Haneke, "Memory of love" de Wang Chao, "L'affaire Farewell" de Christian Carion, "Public Enemies" de Michael Mann...), un festival dont le principal intérêt reste la diversité de sa programmation mais aussi son ouverture au public, à tous les publics, même s'il serait peut-être bien de le recentrer thématiquement et géographiquement afin de lui procurer une véritable cohésion et cohérence, et surtout espérons que l'an prochain le MK2 Bibliothèque sera abandonné au profit d'un endroit plus chaleureux où les employés du cinéma ne rechignent pas à vendre les places pour le festival (voire ne refusent pas carrément de les vendre à certaines heures de la journée), un endroit entièrement consacré au festival afin de créer l'unité, la convivialité et l'aspect festif qui lui font encore défaut, et afin qu'il arrive à la hauteur de feu Festival du Film de Paris et plus encore de ses homologues européens: Berlin, Rome (ce dernier ayant réussi à s'imposer comme un grand rendez-vous cinématographique en seulement deux ans)... La capitale du 7ème art mérite un festival à la hauteur de sa réputation: un festival prestigieux et populaire. Nul doute que Paris Cinéma saura le devenir...un jour, s'il y aspire réellement.

    Le jury et le public ont rendu leurs verdicts hier:

    PALMARES DU 7ème FESTIVAL PARIS CINEMA

    Longs métrages :
    - Prix du Jury :" L'Autre Rive" de George Ovashvili (prix doté par Métrobus)
    - Prix du Public :  "La Nana" de Sebastián Silva
    - Prix de l'Avenir : "Vegas : Based on a True Story" d'Amir Naderi

    Courts métrages :
    - Prix du Public : "Diplomacy" de Jon Goldman
    - Prix CinéCinéma : Vostok" de Jan Andersen
    - Prix de l'Emotion-KooKaïFilms : "L'Autre Monde" de Romain Delange

    Films de l'Avenir : "Dehors" de Charlotte Buisson-Tissot.
    Prix OFQJ de la meilleure "critique" d'étudiants : Morgan Rosemberg

    Lien permanent Imprimer Catégories : FESTIVAL PARIS CINEMA 2009 Pin it! 2 commentaires
  • Avant-première- Critique de la palme d’or 2009, « Le ruban blanc » de Michael Haneke (Festival Paris Cinéma 2009)

    2009_0524clôture0062.JPG
    Photo: inthemoodforcannes.com (clôture du Festival de Cannes 2009)

    pariscinema.jpgAvant-hier, dans le cadre de Paris Cinéma, était projetée la palme d’or du Festival de Cannes 2009 : « Le ruban blanc » de Michael Haneke. N’ayant pas pu le voir sur la Croisette, j’étais impatiente de voir ce film que le jury avait préféré au magistral « Un Prophète » de Jacques Audiard (cliquez ici pour lire mes commentaires) et surtout à « Inglourious  Basterds » de Quentin Tarantino (cliquez ici pour lire ma critique), mon coup de cœur de ce Festival de Cannes 2009.

     

    En raison de l’inimitié ou de la potentielle rancœur subsistant entre Isabelle Huppert et Quentin Tarantino suite à leurs dissensions lors du casting d’ « Inglourious Basterds » et du lien particulier qui unit cette dernière à Haneke  ( « La Pianiste » du même Haneke lui a valu un prix d’interprétation cannois), je supposais  que « Le ruban blanc » devait être un chef d’œuvre tel que ce prix mettait la présidente du jury 2009 hors du moindre soupçon d’avoir favorisé le réalisateur autrichien, pour des raisons autres que cinématographiques.

     

    Alors, « un ruban blanc » est-il ce chef d’œuvre irréfutable faisant de cette palme d’or une évidence ?

    haneke.jpg
    Haneke est aussi outrancier dans l’austérité que Tarantino l’est dans la flamboyance. Leurs cinémas sont à leurs images, extrêmes. Alors difficile de comparer deux films aussi diamétralement opposés même si pour moi l’audace, l’inventivité, la cinéphilie de Tarantino le plaçaient au-dessus du reste de cette sélection 2009. Audace, inventivité, cinéphilie : des termes qui peuvent néanmoins tout autant s’appliquer à Haneke même si pour moi « Caché » (pour lequel il avait reçu un prix de la mise en scène en 2005) méritait davantage cette palme d’or (et celui-ci un Grand Prix) qui, à défaut d’être une évidence, se justifie et se comprend aisément.
    ruban blanc.jpg

     

    Synopsis : Un village de l’Allemagne du Nord à la veille de la Première Guerre Mondiale. Un instituteur raconte l’histoire d’étranges incidents qui surviennent dans la petite communauté protestante formée par les élèves et leurs familles. Peu à peu, d’autres accidents surviennent et prennent l’allure d’un rituel primitif.

     

    Quel qu’en soit l’enjeu  et aussi âpre soit-elle, Haneke a le don de créer une atmosphère quasi hypnotique, et de vous y plonger. L’admiration pour la perfection formelle  l’emporte toujours sur le rejet de l’âpreté, sur cette froideur qui devrait pourtant nous tenir à distance, mais qui aiguise notre intérêt, notre curiosité. La somptuosité glaciale  et glaçante de la réalisation, la perfection du cadre et des longs plans fixes où rien n’est laissé au hasard sont aussi paralysants que l’inhumanité qui émane des personnages qui y évoluent.

     

    Derrière ce noir et blanc, ces images d’une pureté étrangement parfaite,  à l’image de ces chérubins blonds symboles d’innocence et de pureté (que symbolise aussi le ruban blanc qu’on leur force à porter) se dissimulent la brutalité et la cruauté.

     

    L’image se fige à l’exemple de cet ordre social archaïquement hiérarchisé, et de cette éducation rigoriste et puritaine dont les moyens sont plus cruels que les maux qu’elle est destinée prévenir et qui va provoquer des maux plus brutaux encore que ceux qu’elle voulait éviter. La violence, au lieu d’être réprimé, s’immisce insidieusement pour finalement imposer son impitoyable loi. Cette violence, thème cher à Haneke, est toujours hors champ, « cachée », et encore plus effrayante et retentissante.

     

    Ce ruban blanc c’est le symbole d’une innocence ostensible qui dissimule la violence la plus insidieuse et perverse. Ce ruban blanc c’est le signe ostentatoire d’un passé et de racines peu glorieuses qui voulaient se donner le visage de l’innocence. Ce ruban blanc, c’est le voile symbolique de l’innocence qu’on veut imposer pour nier la barbarie, et ces racines du mal qu’Haneke nous  fait appréhender avec effroi par l’élégance moribonde du noir et blanc.

     

    Ces châtiments que la société inflige à ses enfants en évoquent d’autres que la société infligera à plus grande échelle, qu’elle institutionnalisera même pour donner lieu à l’horreur suprême, la barbarie du XXème siècle. Cette éducation rigide va enfanter les bourreaux du XXème siècle dans le calme, la blancheur immaculée de la neige d’un petit village a priori comme les autres.

     

    La forme démontre alors toute son intelligence, elle nous séduit d’abord pour nous montrer toute l’horreur qu’elle porte en elle et dissimule à l’image de ceux qui portent ce ruban blanc.

     

    Que dire de l’interprétation ? Elle est aussi irréprochable. Les enfants jouent avec une innocence qui semble tellement naturelle que l’horreur qu’ils recèlent en devient plus terrifiante encore.

     

    Avec une froideur et un ascétisme inflexibles, avec une précision quasi clinique, avec une cruauté tranchante et des dialogues cinglants, avec une maîtrise formelle fascinante,  Haneke poursuit son examen de la violence en décortiquant ici les racines du nazisme, par une démonstration implacable et saisissante. Une œuvre inclassable malgré ses accents bergmaniens.

     

    Un film à voir absolument. L'oeuvre austère, cruelle, dérangeante, convaincante, impressionnante d'un grand metteur en scène.

     

    Sortie en salles: le 21 octobre 2009

  • Avant-première : « L’affaire Farewell » de Christian Carion avec Guillaume Canet, Emir Kusturica… (Festival Paris Cinéma 2009)

    farewell.jpg

    Hier soir, toujours dans le cadre du Festival Paris Cinéma, était projeté en avant-première « L’affaire Farewell » de Christian Carion, en présence d’une grande partie de l’équipe du film.

     

     

     

    Après « Une Hirondelle a fait le printemps » (2001) puis « Joyeux Noël » (2005) et sa guerre de 1914, c’est cette fois en 1981 à Moscou que nous emmène Christian Carion, en pleine Guerre Froide.  Le colonel Grigoriev, membre du KGB (Emir Kusturica) décide de faire tomber le système. Il prend contact avec un ingénieur français en poste à Moscou, Pierre Froment (Guillaume Canet) et lui transmet des documents secrets concernant le système de défense américain. Connu sous le nom de code « Farewell », il va ainsi contribuer à l’effondrement de l’URSS en affaiblissant considérablement son système d’espionnage industriel et militaire mis en place à l’Ouest.

     

    Passionnée par le cinéma d’espionnage, ce film contenait tous les ingrédients pour (me)  plaire : l’histoire d’un homme ordinaire confronté à une histoire (et Histoire) extraordinaire, une des affaires d’espionnage les plus étonnantes du 20ème siècle,  une histoire vraie avec de fortes implications historiques et politiques,  une dualité très cinématographique entre le bloc de l’Est et celui de l’Ouest, un casting prestigieux (Guillaume Canet, Emir Kusturica, Willem Dafoe, Niels Arestrup, …).

     

    Alors comment se fait-il que cela fonctionne si mal, que je n’y ai pas cru une seule seconde… le comble quand on sait qu’il s’agit d’un thriller d’espionnage inspiré de faits réels et adapté d’un roman de Sergueï Kostine ?

     

    Ce nouveau long de Christian Carion souffre en effet d’un terrible manque de rythme, de structure et surtout de tension ! Cet épisode historique pourtant passionnant n’est finalement que survolé,  Christian Carion ayant ainsi préféré se concentrer d’un côté sur un thème qui semble lui être cher, celui de la fraternité et de l’amitié naissante entre l’ingénieur français et le membre du KGB, mais aussi de l’autre côté sur l’opposition entre l’Est et l’Ouest, et la soif de liberté à l’Est,  symbolisée par cette scène où le fils de Grigoriev se déchaîne en écoutant Queen sur son walkman importé de l’Ouest, ces images alternant avec celles de Freddie Mercury  sur scène. Grigoriev et Froment sont les incarnations humaines de ces deux mondes à la fois si semblables et différents.

     

    Tout comme les changements brusques de lieux à la James Bond ou à la Jason Bourne et les plongées dont Christian Carion abuse, ce parallèle semble alors très artificiel.

    farewell2.jpg

     

     Il en délaisse alors l’intrigue secondaire entre Pierre Froment et son épouse (de même que l’histoire personnelle de Grigoriev) qui n’accepte pas sa dangereuse mission. Elle disparaît de l’intrigue pour réapparaître brutalement, coupant ainsi court à tout enjeu dramatique naissant.  Les dialogues sont aussi parfois un peu plats face à la démesure de l’enjeu avec notamment le mémorable « j’ai un ulcère depuis cet été » dans une scène où la tension aurait dû culminer.

    farewell3.jpg

     

    En voulant traiter à la fois la dimension politique et humaine mais aussi l’implication des présidents  Reagan et Mitterrand (respectivement incarnés par  Philippe Magnan et Fred Ward, le premier faisant preuve d’ autant de justesse et de mesure que le second en est dépourvu),   Christian Carion se disperse en même temps que notre attention. Peut-être que pour éviter  ce style hybride voire indéfini aurait-il dû choisir carrément le parti pris documentaire ou celui de la fiction totale (en donnant à Miterrand et Reagan ou Gorbatchev des noms fictifs).

     

    Certains personnages frôlent le grotesque et au lieu de relâcher une pseudo tension contribuent à donner au film un ton indéfinissable et vain.

     

    Heureusement, comme toujours, Guillaume Canet est d’une justesse stupéfiante et irréprochable en homme ordinaire  dépassé par les évènements et son "duo" avec Emir Kusturica fonctionne plutôt bien. La musique (( de Clint Mansell) est aussi plutôt réussie… même si elle ne tombe pas toujours aux moments opportuns.

     

    Lisez plutôt le roman qui retrace cet épisode capital de l’histoire de la Guerre Froide … et vous informera plus précisément ou bien voyez le film si vous voulez en avoir une idée globale et imprécise.

     

     

    Sortie en salles : le 23 septembre 2009

  • Avant-première : « Memory of love » de Wang Chao (Festival Paris Cinéma 2009)

    memory.jpg

    pariscinema.jpgHier, dans le cadre de la compétition internationale du Festival Paris Cinéma 2009 était projeté « Memory of love », en présence de son réalisateur, le cinéaste chinois Wang Chao.

     

    A Hongzhu, une jeune femme mariée, He Sizhu (Yan Bingyan), et son amant Chen Mo (Jiao Gang) ont un accident de voiture.  Quand elle se réveille à l’hôpital où Li Xun (Naiwen Li), son mari, travaille comme chirurgien, He Sizhu a tout oublié des trois dernières années. Son amant est ainsi devenu un inconnu pour elle.  Connaissant alors sa trahison,  son mari choisit de la laisser vivre dans ce passé proche où ils étaient passionnément amoureux. Progressivement le fossé entre le temps et la perception de la réalité se referme. Le destin, inévitable, reprend le dessus. Li Xun doit alors dépasser sa peine causée par la trahison pour trouver la force de recommencer…

     

    C’est donc à un habituel triangle amoureux que s’est cette fois attelé Wang Chao, sujet qui, contrairement à ses précédents films (notamment « Voiture de luxe » qui avait obtenu le Prix Un Certain Regard du Festival de Cannes 2006), se prête moins à froisser le pouvoir chinois. Malgré tout, hier le réalisateur a spécifié qu’il souhaitait rester pendant la projection pour voir la version internationale du film et notamment les scènes d’amour coupées en Chine (et on se demande franchement pourquoi tant elles semblent déjà édulcorées).

    memory2.jpg

     

     Si les ellipses, les approximations scénaristiques et les invraisemblances rendent l’histoire peu crédible, son évanescence lancinante portée par la musique (notamment de Ravel) nous embarque néanmoins, malgré aussi le jeu tout en retenue, parfois à la limite de la fausse note, des trois acteurs principaux.

     

    Alors qu’Alain Resnais est habituellement le cinéaste indissociable du thème de la mémoire, Wang Chao en dissèque à son tour les méandres.  Elle est ici un instrument du destin que He Sizhu va devoir retrouver pour prendre la bonne voie, même si ce n’est pas celle sur laquelle elle était initialement engagée. De longs plans séquences nous immiscent dans le cheminement que vont devoir effectuer les époux pour repartir de zéro. Avec sa mémoire c’est son passé que He Sizhu va reconstruire. Un passé idéal.

     

    Le décor est très épuré, qu’il s’agisse du quartier chic et froid de Hongzhu ou de la compagne verdoyante où He Sizhu tente de reconstruire le passé. Deux mondes. Deux époques. Deux voies entre lesquelles il va falloir choisir. Les méandres de la mémoire vont alors la confronter aux méandres du destin, et à son ironie cruelle.

     

    On quitte cette froideur lors des scènes de danse où la sensualité affleure sur un air envoûtant et mélancolique de tango qui, s’il parvient à nous émouvoir par instants, ne laissera malheureusement pas une trace indélébile dans notre mémoire mais plutôt la trace fragile d’une émotion elle aussi évanescente, malgré toute l’élégance de la réalisation ,  malgré toute l’élégance avec laquelle Wang Chao manie les silences évocateurs et malgré le charme de la reconquête de cet amour (é)perdu.

     

     

    Sortie en salles : le 19 août 2009

    Lien permanent Imprimer Catégories : AVANT-PREMIERES, FESTIVAL PARIS CINEMA 2009 Pin it! 0 commentaire