Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

LE BLOG "IN THE MOOD FOR CINEMA" DANS LES MEDIAS

  • Mon interview sur le blog BeautyClap

    beautyclap2.png

    Avant de vous parler de ces 5 jours mémorables au Festival de Cabourg, et parce que, avec cette tragique actualité, il fait bon rester la tête dans les étoiles et prolonger la parenthèse enchantée, avant de vous livrer mon compte rendu du festival mais aussi de vous parler d'une belle actualité littéraire, de deux séjours presse dans de formidables hôtels et d'un concours exceptionnel pour le Festival du Cinéma Américain de Deauville, je vous propose de retrouver mon interview sur l'excellent blog sur lequel "la beauté fait son cinéma", un blog dans les coulisses des tournages et de la beauté "Beauty Clap". Je vous y parle de mes marques et adresses fétiches et je remercie encore ici sa fondatrice et rédactrice pour ce très beau coup de projecteur. Cliquez ici ou sur l'image ci-dessus pour accéder à l'article sur le blog Beauty Clap.

    cinéma,beauté,cabourg,in the mood for cinema,cannes,luxe,hôtel,hôtels,restaurant,restaurants,cosmétiques

    (Photo ci-dessus, copyright Isabelle Vautier, tapis rouge lors de la clôture du Festival du Film de Cabourg)

  • Retrouvez-moi dans le magazine ELLE (édition de Normandie)!

    Ellemagazine.jpg

    Cette semaine, j'ai le plaisir de vous livrer mes bons plans à Deauville dans le magazine ELLE (édition de Normandie) de ce vendredi 24 juillet (disponible en kiosques jusqu'à vendredi prochain) avant d'avoir le plaisir de vous livrer régulièrement mes conseils cinématographiques dans un autre journal féminin dès la rentrée (je vous en dirai plus fin août!).

    Très bientôt, je consacrerai ici un article complet à mes bonnes adresses Deauvillaises avec, notamment, un article complet consacré à l'hôtel Royal Barrière de Deauville que je viens de tester pour vous.

    Prochainement, je vous ferai également gagner ici vos pass pour le Festival du Cinéma Américain de Deauville (plus que d'habitude et même un pass permanent!).

    Et pour en savoir plus, suivez-moi mon blog consacré à Deauville (http://inthemoodfordeauville.com), mon compte twitter consacré à Deauville (@moodfdeauville) et ma page Facebook consacrée à Deauville (http://Facebook.com/inthemoodfordeauville ).

    Ellemagazine2.jpg

    Ellemagazine3.jpg

  • Découvrez CLAP, nouveau magazine cinéma dans (presque) tous les kiosques depuis le 19 juin 2014

     

    ...et dans lequel j'ai le plaisir d'écrire.

    couv.jpg

    couverture papier 1.jpg

    couverture papier 2.jpg

    Longtemps, dès l'âge de 11 ou 12 ans, je pense, j'avais un rendez-vous hebdomadaire incontournable, aller acheter en kiosques les Première, Studio, et Positif (que je continue d'ailleurs à acheter de temps à autre). Allez savoir pourquoi, pour les deux premiers, j'ai cessé il y a trois ou quatre ans. Sans doute en raison d'internet qui pose un évident problème d'adaptation temporelle et d'immédiateté, sans doute aussi parce que je n'y retrouvais pas l'originalité de point de vue et les articles de fond que je recherchais.

    C'est ainsi le parti pris de ce nouveau magazine de cinéma "Clap", financé par le site participatif Ulule ayant rapidement atteint puis dépassé l'objectif fixé pour son financement.

    L'objectif du magazine lancé par Romain Dubois est ainsi défini sur le site Ulule : "Lancer la revue cinéma du futur. Nous souhaitons faire entendre aujourd’hui une voix différente et INDEPENDANTE que nous ne retrouvons pas dans la presse cinématographique actuelle. La voix de notre génération, le magazine que nous aimerions lire. Nous croyons au renouvellement de la presse cinéma autour d'une cinéphilie moins universitaire, moins poussiéreuse et plus ouverte sur tous les genres de cinéma autant que sur les séries ! Clap! s’intéresse à tous les cinémas sans préjugés : du blockbuster aux films d’auteur, des classiques de l'Age d'or hollywoodien aux films pop-corn des années 80, de la Série B au film d'animation.  A son cœur purement ciné viendra également s'ajouter un large cahier critique dédié aux séries. Vous l’aurez compris, le but est de n’exclure aucun genre, parler de TOUT, avec passion, précision et ouverture d’esprit.  Chaque numéro sera composé de longues interviews de grands cinéastes, acteurs, techniciens : ceux qui font le cinéma. Mais l'essence même de Clap! sera son dossier d’une vingtaine de pages, dans lequel chacun des rédacteurs exprimera son point de vue sur un thème commun, intemporel ou au contraire en lien avec l’actualité brûlante. Dans les deux cas, le dossier sera écrit avec l’exigence d’une approche inédite, d’un retour aux sources, d’une analyse précise, décalée, sérieuse : ce que le sujet dictera ! Exemples :  Qui est l’héritier légitime d’Hitchcock ?  La guerre du Viêtnam au cinéma. Hollywood n'a-t-il plus rien à dire ? L’animation : de Méliès à Pixar. Ceux qui ont fait l’Age d’Or hollywoodien. La mort de la grande SF.Et parce qu'il y a mille façons d'en parler, Clap! a décidé de rassembler le meilleur du web au sein de sa revue. Enfin un collectif de passionnés du ciné qui promet de tout dire, tout couvrir, pour le meilleur et pour le pire. Ont déjà rejoint la Clapteam : les excellentes plumes d’EastAsia & In the Mood for Cinéma,  qui auront leur rubrique rien qu’à eux !".

    Je suis vraiment ravie d'écrire dans ce premier numéro (et dans les suivants) pour lequel j'ai choisi d'écrire le bilan du Festival de Cannes 2014 (raison pour laquelle je ne l'ai pas publié ici cette année). Pour le lire, il vous faudra donc acheter Clap (liste des points de vente, ici) ou vous abonner, là. A lire dans ce 1er numéro: un excellent article sur David Fincher, la rencontre avec Naomi Kawase et beaucoup d'autres choses. Bonne lecture! Vos avis sur le magazine sont bien sûr les bienvenus. Je transmettrai...

    Suivez-moi aussi sur http://inthemoodlemag.com et http://inthemoodforfilmfestivals.com.

     

  • Mon article et mon interview dans le Magazine "L'ENA hors les murs": Cinéma et pouvoirs

    dossierena1.jpg

    J'avais déjà eu le plaisir de contribuer au  très beau magazine des anciens élèves de l'ENA (l'ENA hors les murs) pour effectuer les bilans de deux années cinématographiques consécutives. Cette fois, dans ce numéro 433, j'ai eu le plaisir d'y parler adaptation littéraire, un peu aussi de mon roman "Les Orgueilleux", mais aussi de trois œuvres pour lesquelles je voulais partager mon enthousiasme: le livre de Gilles Jacob "Les pas perdus", le film de James Gray "The Immigrant" (qui figurait en compétition du dernier Festival de Cannes d'où il était malheureusement reparti bredouille, il faut dire que la concurrence était rude), de "All is lost" de J.C Chandor (présenté hors compétition lors du dernier Festival de Cannes et prochainement en compétition du Festival du Cinéma Américain de Deauville).

    Je vous recommande vraiment ce magazine qui laisse le temps à la pensée d'être développée, ce qui est (trop) rare.  Pour commander le magazine et notamment ce numéro de juillet/août 2013 c'est ici: http://www.aaeena.fr/publications/la-revue.

    Pour une meilleure lecture de l'article, accédez aux pdf directement en cliquant sur les liens ci-dessous:

    1/ Littérature et pouvoir: entretien sur l'adaptation littéraire et "Les Orgueilleux"

    2/ Recensions sur "Les pas perdus" de Gilles Jacob, "The Immigrant" de James Gray, "All is lost" de J.C Chandor.

     

    dossierena2.jpg

    dossierena3.jpg

    dossierena4.png

    dossierena5.jpg

    dossierena6.jpg

    dossierena7.jpg

    dossierena8.jpg

    dossierena9.jpg

     

  • Merci Laval et petit message aux Lavallois...

    J'ai le plaisir, ce mois-ci, d'être à l'honneur du journal de la ville de Laval et je souhaite la bienvenue aux Lavallois qui découvriraient mes blogs à cette occasion (ou suite à l'article de Ouest-France d'il y a quelques jours, ou l'interview de France Bleu enregistrée cet après-midi). Je vous invite à découvrir les autres : http://inthemoodlemag.com, http://inthemoodforfilmfestivals.com, http://inthemoodforcannes.com, http://inthemoodfordeauville.com, http://inthemoodforluxe.com, http://inthemooforhotelsdeluxe.com .N'hésitez pas à laisser un petit message ici si vous découvrez mes blogs suite à l'article. Après un petit ralentissement, les articles sur mes blogs vont reprendre un rythme plus soutenu.

    article Laval.jpg

  • Inthemoodforcinema.com sélectionné pour le prix des blogueuses du magazine ELLE catégorie cinéma: comment et pourquoi voter pour ce blog

    inthemoodelle.jpg

    En quoi consiste le prix des blogueuses Elle?

    ellemag.jpg

    Aujourd'hui, j'ai eu le plaisir d'apprendre qu'Inthemoodforcinema.com avait été sélectionné par la rédaction du magazine Elle et de Elle.fr parmi les 120 blogs dont les 10 blogs cinéma choisis pour participer au prix des blogueuses Elle, un magazine que je lis depuis longtemps (j'ai d'ailleurs fait partie de son jury des lectrices il y a deux ans), ce qui me réjouit donc tout particulièrement...et c'est maintenant que vous entrez en action puisque seront remis deux prix: un prix de la rédaction Elle et un prix des internautes.

    Comment voter pour inthemood?

    Si vous aimez ce blog, c'est le moment de le prouver, cela ne vous demandera que deux secondes et vous pouvez voter chaque jour, une fois par jour, jusqu'au 2 décembre 2011, minuit, en allant sur cette page: http://www.elle.fr/Site/Grand-Prix-des-Blogueuses-ELLE-2011/(blog)/in-the-mood-for-the-cinema. Une simple confirmation par email vous sera demandée (pour éviter les fraudes). Ne vous en privez pas et n'hésitez pas à faire passer le message. Je ne suis en général pas très douée pour ce genre de mobilisation alors je compte sur vous, nombreux à lire ce blog depuis longtemps. Bien sûr, on n'écrit pas pour recevoir des prix mais j'avoue qu'une telle sélection fait plaisir, surtout que le principe du blog est tout de même d'échanger et de partager et que remporter ce concours me permettrait d'élargir encore le lectorat de ce blog (et rêve de petite fille qui a certes bien grandi, d'être dans le magazine que je lis depuis si longtemps) .

    Pourquoi voter pour inthemood? Comment est né ce blog et en quoi se différencie-il des autres?

    Pour ceux qui découvriraient le blog à cette occasion, une courte présentation et quelques articles emblématiques.

     Ce blog (et mes 3 autres dont deux sur le cinéma: http://www.inthemoodforcannes.com, http://www.inthemoodfordeauville.com ) est guidé par la passion avant tout, sa devise a d'ailleurs longtemps été empruntée à Saint-Augustin : "Il vaut mieux se perdre dans sa passion que perdre la passion". Deux passions viscérales  en réalité, pour le cinéma et l'écriture, qui m'ont permis de vivre d'enrichissantes et incroyables aventures. J'ai ainsi été 10 fois sélectionnée comme jurée de festivals de cinéma, depuis 1998, (Dinard, Deauville, Cognac, Paris, Cabourg...) suite à des concours d'écriture. J'ai alors décidé de créer ces blogs pour partager ces palpitantes et incroyables aventures et mes coups de coeur pour des films que je découvrais dans ces festivals mais aussi pour laisser libre cours à ma passion dévorante pour l'écriture.

    Une passion telle que, après des études de droit et sciences politiques, j'ai entrepris un second cursus, en médiation culturelle et cinéma pour devenir scénariste (un parcours sinueux et semé d'embûches mais je m'accroche). J'ai d'abord créé Inthemoodforcinema.com (auparavant "Mon festival du cinéma") il y a 8 ans puis "In the mood for Cannes" (assistant au Festival de Cannes chaque année, quoiqu'il arrive, depuis ma participation au prix de la jeunesse, il y a 11 ans et première blogueuse à y avoir été accréditée presse en tant que telle il y a quelques années) et "In the mood for Deauville" (consacré au Festival du Cinéma Américain de Deauville, auquel j'assiste depuis...18 ans, et à l'origine de ma passion, mais aussi consacré au Festival du Film Asiatique de Deauville, deux festivals dont j'ai fait partie de jurys de cinéphiles.) Je parle également beaucoup de ces festivals, Deauville et Cannes, sur inthemoodforcinema.com, mais aussi de beaucoup d'autres où j'ai également la chance de pouvoir retourner depuis ma participation à leurs jurys.

     Aujourd'hui, mes blogs créés pour partager ces aventures en suscitent à leur tour et m'ont ainsi permis réemment d'être invitée au Festival Lumière de Lyon pour débattre d'internet et de cinéphilie ou encore au Festival des Jeunes Réalisateurs de Saint Jean de Luz, à chaque fois de magnifiques expériences entraînant toujours de belles rencontres et découvertes cinématographiques que je me réjouis toujours autant de partager sur mes blogs. Je couvre de nombreux évènements comme les César (auxquels j'ai la chance d'assister depuis 3 ans), des avant-premières. Je réalise des interviews (j'ai ainsi eu l'honneur et la chance d'interviewer notamment Catherine Deneuve cette année) et assiste à de nombreuses conférences de presse (que je filme également comme celle de Coppola au dernier Festival de Deauville...grand moment). Je parle de classiques du septième art (mes goûts vont d'Hitchcock, Woody Allen, Claude Sautet, Jean Renoir, Jean-Pierre Melville, Chaplin à James Gray ou Pedro Almodovar et je peux défendre aussi ardemment un film d'auteur qu'un blockbuster, même si le premier aura certes plus de chances de me plaire, mais je déteste par-dessus tout les préjugés et toutes les cinématographiques sont les bienvenues sur ce blog)...Le but est vraiment d'immerger le lecteur "in the mood for cinema", de le plonger au coeur de l'évènement.  Je mets l'accent avant tout sur l'écriture essayant de faire de chaque compte-rendu un vrai récit, mais je mets aussi (encore une fois) avant tout l'accent sur la passion, considérant que le cynisme en vogue est la solution de facilité.

    Actuellement, je travaille à la création d'un blog/site internet plus généraliste mais sur lequel le cinéma sera (évidemment!) prépondérant et sur lequel l'écriture prendra d'autres formes mais je vous en parlerai  plus en détails très bientôt.

     Vous pourrez en savoir plus sur mon parcours, (ici: http://www.inthemoodforcinema.com/about.html )  , et en attendant, ci-dessous, vous trouverez quelques exemples d'articles emblématiques de ce blog et du ton, passionné et singulier, que j'espère parvenir lui donner:

    -Bilan du Festival de Cannes 2011: http://www.inthemoodforcinema.com/archive/2011/05/30/bilan-du-festival-de-cannes-2011-et-retour-sur-le-palmares-d.html

    cant111.jpg

    Photo inthemoodforcinema.com (Hommage du Festival de Cannes 2011 à Jean-Paul Belmondo)

    -Compte-rendu du Festival du Cinéma Américain de Deauville 2011: http://www.inthemoodforcinema.com/archive/2011/09/17/bilan-du-festival-du-cinema-americain-de-deauville-2011.html

    deauville12011 032.JPG

    -Critique d'un (du) film de l'année "Melancholia" de Lars von trier: http://www.inthemoodforcinema.com/archive/2011/08/11/critique-de-melancholia-de-lars-von-trier-le-film-du-festiva.html

    melancholia8.jpg

    -Critique d'un classique du cinéma:: "Un coeur en hiver" de Claude Sautet: http://www.inthemoodforcinema.com/archive/2011/01/08/critique-de-un-coeur-en-hiver-de-claude-sautet-1992-avec-dan.html

    coeur5.jpg

    -Récit de ma rencontre avec Catherine Deneuve et l'équipe des "Yeux de sa mère" de Thierry Klifa: http://www.inthemoodforcinema.com/archive/2011/03/17/avant-premiere-critique-les-yeux-de-sa-mere-de-thierry-klifa.html

    yeux1.jpg

    -Le dossier du mois consacré à "The Artist" de Michel Hazanavicius: http://www.inthemoodforcinema.com/archive/2011/08/28/avant-premiere-critique-de-the-artist-de-michel-hazanavicius.html

    artist1.jpg

    Photo inthemoodforcinema.com . Conférence de presse des lauréats du Festival de Cannes 2011

    -Critique de "Ludwig - Le Crépuscule des Dieux" de Luchino Visconti: http://www.inthemoodforcinema.com/archive/2011/07/19/critique-ludwig-le-crepuscule-des-dieux-de-luchino-visconti.html

    ludwig1.jpg

     

  • « Tous critiques ? » un documentaire de Julien Sauvadon et Jean-Jacques Bernard

    critiques.jpg

    L’an passé, je vous avais parlé de l’excellent documentaire de Julien Sauvadon et Jean-Jacques Bernard intitulé « Les Eblouis du cinéma » et consacré à la cinéphilie. Jean-Jacques Bernard président du syndicat des critiques de cinéma, chroniqueur sur France inter, anime également des émissions sur Ciné Cinéma Classic depuis 1991 et désormais « Boulevard du Classic ». Julien Sauvadon, quant à lui, est journaliste à France 3 Rhône-Alpes, vous pouvez d’ailleurs retrouver ses reportages consacrés au Festival de Cannes, ici.

    doccritiqu.jpgJean-Jacques Bernard fait partie de ces critiques qui ne parlent jamais du cinéma avec aigreur, cynisme, ou esprit de revanche mais toujours avec un amour communicatif du cinéma. La critique, c’est justement le thème de ce documentaire réalisé à l’occasion des 50 ans de la Semaine de la Critique. Si « En France, tout le monde a deux métiers, le sien et critique de cinéma » comme disait Truffaut, l’émergence des forums et blogs a accentué ce phénomène, chacun pouvant aujourd’hui exprimer publiquement son avis. Julien Sauvadon et Jean-Jacques Bernard s’interrogent ainsi sur ce qu’est la critique aujourd’hui, avec ce qu’implique cette nouvelle donne, en en faisant un état des lieux à partir de témoignages de distributeurs, critiques, cinéastes, agences de communication …ou même blogueurs dont une blogueuse que vous connaissez.

    Les nombreux jurys auxquels j’ai participé depuis 1998 (souvent organisés par des journaux de cinéma) et ma participation au « Cercle » (unique mais non moins mémorable pour moi) et aujourd’hui la fréquentation assidue des projections presse m’ont permis de côtoyer les critiques depuis de nombreuses années et à diverses occasions de constater la diversité  de comportements, de visions du cinéma et de points de vue : de ceux qui aiment passionnément le cinéma à ceux qui méprisent ceux qui le font ( bien souvent car envient ceux qui le font s’en sachant incapable, tant pis pour le cliché) , de ceux qui sont consciencieux à ceux qui arrivent en retard aux projections presse ou repartent avant la fin d’un film, de ceux qui en ont une connaissance encyclopédique à ceux qui en ont une connaissance plus que parcellaire, de ceux qui se vantent de s’endormir aux projections presse cannoises à ceux qui retournent consciencieusement voir un film, de ceux pour qui c’est un gagne pain comme un autre à ceux pour qui c’est une réelle passion. J’ai aussi vu leur regard sur les blogs évoluer de l’indifférence au mépris à un intérêt grandissant doublé tout de même toujours de méfiance, il n’empêche qu’ils sont aujourd’hui de plus en plus nombreux à créer leurs blogs conscients qu’internet est aujourd’hui un média incontournable.

    Pour ma part, je me considère (surtout ) pas comme une critique (et souhaite encore moins être considérée comme telle, d’ailleurs qui rêve de faire critique quand il sera grand ?) mais avant tout comme une cinéphile, une « éblouie » du cinéma, une passionnée qui souhaite transmettre son enthousiasme et sa passion viscérale d’où le choix d’évoquer prioritairement les films pour lesquels j’ai eu des coups de cœur (et donc de ne pas parler de tous les films que je vais voir), d’où le choix de vulgariser, d’essayer de convaincre, de partager des émotions en me référant souvent aussi à l’histoire du cinéma... C’est aussi la raison pour laquelle je me refuse à mettre des notes : quel que soit le film, il y a toujours quelque chose à sauver et une note me semble réductrice et ne pouvoir résumer toute la complexité d’un film. Il m’arrive en revanche, plus rarement, quand l’agacement l’emporte d’évoquer des films que je n’ai pas du tout aimés ou pour lesquels je n’ai pas compris l’engouement général.  Quant à la question de la légitimité également posée dans le documentaire, je pense y répondre ( là) et que, tout comme pour les critiques professionnels, il existe autant de parcours singuliers que de blogueurs, autant d’opportunistes, d’ignorants que de vrais passionnés et cinéphiles à la différence près qu’un blogueur n’est pas payé ni soumis à une rédaction, que le lecteur ne paie pas non plus pour le lire et donc que finalement cela ne porte préjudice à personne si la qualité n’est pas au rendez-vous.  

    En tant que blogueuse, je suis d’autant plus libre de m’exprimer et de choisir l’angle que la critique n’est pour moi surtout pas une vocation, mais un moyen d’exprimer, défendre et partager ma passion pour le cinéma et d’autant plus qu’aucun rédacteur en chef ne viendra me dire ce dont je dois parler ou non. Je comprends néanmoins l’agacement de certains critiques professionnels de voir chacun s’exprimer, parfois sans connaissance du cinéma (comme dans l’exemple du documentaire sur les forums Allociné écrits avec un vocabulaire et orthographe d’enfant de 6 ans dans l’exemple lu, il aurait peut-être été plus judicieux de la part d’Allociné de choisir des blogs Allociné sur lesquels subsistent de vrais cinéphiles passionnés).  Et je comprends Michel Ciment quand il se dit perdu dans l’océan des blogs, sorte de magma indifférencié dans lequel j’admets que parfois le souci de visibilité et d’audience prime sur la qualité, où l’opportunisme l’emporte parfois sur le véritable amour et la connaissance du cinéma.

     La critique, pour être constructive et instructive, doit selon moi s’accompagner d’une vraie connaissance du cinéma et de son histoire, d’un recul, quand pour beaucoup aujourd’hui elle relève de réactions épidermiques, quand pour beaucoup le cinéma commence en 1980. C’est sans doute le défaut d’internet, l’immédiateté, et plus encore de twitter qui résume, réduit, exagère et bien souvent déforme la pensée dans un but racoleur d’accroche.

    A titre personnel, je regrette qu’internet s’aligne de plus en plus sur la critique professionnelle et que le côté bon enfant des débuts auxquels j’ai assisté et participé laisse aujourd’hui place à une concurrence absurde (c’est très loin d’être une généralité, des soirées comme How I met your blogger montrent que les blogs restent un lieu d’échange cordial voire amical entre passionnés pour la majorité avec laquelle j’ai d’ailleurs plaisir à débattre…mais surtout pas sur twitter où je déplore que cela tourne trop souvent au règlement de compte personnel, avec des attaques in-dignes de la cour d’école).

    Quoiqu’il en soit, j’aurai de toute façon toujours plus d’admiration pour le plus mauvais des cinéastes qui d’une certaine manière se met à nu que pour le « meilleur » des critiques qui ne se livre pas mais livre simplement un avis sur le travail des autres confortablement installé devant son écran,  pour moi  « meilleur critique » ne s’entend par ailleurs pas  du plus virulent, de celui qui parle le plus fort, mais de celui qui sait le mieux partager et vulgariser son amour du cinéma et ne l’utilise pas comme prétexte à « une affirmation de soi », ou à l’expression d’une plume vengeresse (d’ailleurs, je reste persuadée que rien n’est plus facile que de détruire ou critiquer négativement un film, le comble de la facilité voire de la lâcheté étant de détruire deux ans -voire beaucoup plus- de travail, d’engagement, d’abnégation par quelques phrases lapidaires, sans doute très jouissives pour son auteur).

    Comme le dit une des journalistes du Cercle dans le documentaire, la critique remplit pleinement son rôle quand une concordance de critiques positives permet à un film d’émerger. Benoit Jacquot souligne ainsi qu’il doit « sa survie et sa pérennité à la critique »… et rien que cela en justifie la nécessité et l’utilité.

    Ce documentaire dresse un tableau juste, un regard empathique et non moins réfléchi, un état des lieux critique et complet, sur ce qu’est la critique cinématographique aujourd’hui. Il vous emmènera dans les coulisses de la rédaction de Studio Ciné Live, vous fera rencontrer notamment Michel Ciment  de « Positif », vous emmènera dans les coulisses du "Masque et la plume » ou du « Cercle » et vous montrera qu’il reste encore pas mal de chemin à parcourir pour que la critique sur internet acquiert ses lettres de noblesse auprès des autres médias que je soupçonne pour certains de n’être néanmoins pas toujours de bonne foi ne voyant sans doute pas d’un très bon œil cette « concurrence » impalpable et croissante. Il n’e demeure pas moins que la prise en compte des avis des blogueurs ( et ne nous leurrons pas, surtout de la visibilité qu’ils peuvent donner aux films) est aujourd’hui croissante et une donnée incontournable, chaque société de distribution ou presque ayant aujourd’hui son « community manager » chargé des relations blogueurs ou des sociétés se consacrant même entièrement à ces échanges (Way to blue, Cinéfriends, Ulike…).

    Si vous voulez vous faire un avis et en savoir plus sur ce vaste sujet, les dernières diffusions auront lieu dimanche 5 juin à 14H30 et samedi 11 juin à 19H45 et, là, sur internet.  En attendant avec impatience le troisième documentaire de Julien Sauvadon et Jean-Jacques Bernard qui en deux documentaires ont dressé un tableau relativement exhaustif et en tout cas passionnant de la critique et la cinéphilie aujourd’hui, et ont imposé un ton bien à eux à la fois didactique et enthousiaste. Retrouvez, ci-dessous, l'interview de Julien Sauvadon et Jean-Jacques Bernard à ce sujet, en direct de Cannes.

    Quant à mes propres critiques qui se sont un peu raréfiées depuis Cannes sur mes différents blogs, elles vont reprendre et je vous annonce même un festival qui n’était pas prévu à mon programme que je vous commenterai très prochainement en direct…