Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

DOCUMENTAIRES

  • Un César nommé espoir : un documentaire de Patrick Fabre à voir le 23 février à 22H35 sur Canal + Cinéma

    Un César nommé espoir.jpg

    La 43ème édition des César aura lieu le vendredi 2 mars 2018, à la Salle Pleyel, une cérémonie que je vous invite à suivre en clair et en direct à 21H sur Canal +. En préambule, à 22H35, le 23 février sur Canal + Cinéma, je vous invite également à regarder ce documentaire de Patrick Fabre, Un César nommé espoir.

    Affiche des César 2018.jpg

    Depuis toujours ou presque, j'assiste à la cérémonie des César,  depuis le salon familial dans mon enfance, puis plus tard en salle presse ou en direct de la majestueuse salle du Châtelet. Autant dire que connaître le devenir et les espoirs de ceux qui ont été couronnés du César éponyme m’intéresse, a fortiori quand on sait que le documentaire qui leur est consacré est réalisé par Patrick Fabre (journaliste, réalisateur notamment du court-métrage Rue des roses – que vous pouvez désormais découvrir sur e-cinema- mais aussi voix de la montée des marches du Festival de Cannes et  directeur artistique du formidable Festival International de Saint-Jean-de-Luz dont je vous parle chaque année) et produit par Mon Voisin Productions (la société de Dominique Besnehard qui, lui-même, dans sa carrière d'agent artistique, a accompagné de nombreux espoirs du cinéma français). De nombreux lauréats livrent ici leurs témoignages et racontent leurs parcours après l’obtention du trophée tant convoité. Des directeurs de casting, membres du comité Révélations, des producteurs et des agents livrent, eux aussi, leur vision et leur expérience.

    Festival du Film de Saint-Jean-de-Luz.jpg

    Le César du meilleur espoir donne toujours lieu à des moments vibrants d’émotion souvent restés gravés dans nos mémoires de cinéphiles tant l’instant revêt d’importance et de magie et parfois d’inconnu pour les récipiendaires pour lesquels c’est parfois la première récompense cinématographique de leur vie. Richard Anconina, Tahar Rahim, Rod Paradot, Charlotte Gainsbourg, Vanessa Paradis, Romane Bohringer, Sandrine Kiberlain parmi d’autres, ont ainsi laissé un souvenir indélébile de leur passage aux spectateurs de la cérémonie.

    Rod Paradot.jpg

    On imagine aisément l'émotion de l'instant quand la salle retient son souffle, quand le temps suspend son vol, quand leur cœur bat à toute allure, quand peut-être ils se remémorent les efforts et sacrifices pour en arriver là ou simplement le coup du destin qui a fait basculer leur vie, et qu'une voix plus ou moins assurée prononce, enfin, le nom du lauréat... Le César du meilleur espoir est-il pour autant le sésame magique qui garantit une belle et longue carrière ? L'effet César est-il immédiat ? Comment les lauréats appréhendent-ils cette récompense et ses conséquences dans leur vie professionnelle ? Selon l'expression populaire, si "l'espoir fait vivre" ce César du meilleur espoir fait-il ensuite assurément vivre l'acteur ou l'actrice qui le reçoit ? 

    Pour y répondre, le documentaire commence avec le beau visage d’Eye Haïdara, filmé face caméra, en lice comme révélation puis nommée comme meilleur espoir pour Le sens de la fête. Cette dernière évoque les raisons de l’émotion que lui procure le fait d’être nommée. Comme d’autres, elle est ensuite filmée à la soirée des Révélations, événement qui précède les nominations comme meilleur espoir et qui, chaque année, permet de mettre en lumière 18 jeunes actrices et autant d’acteurs avec leurs marraines et parrains. Se côtoient ainsi 36 révélations parmi lesquelles figurent certains acteurs  déjà connus comme Ahmed Sylla ou Camélia Jordana ou inconnus comme Sveva Alviti dans Dalida,  une comédienne qui crève l’écran  nous faisant oublier son modèle et le sublimant, sans jamais le singer. D’une justesse sidérante, elle vit son rôle plus encore qu’elle ne l’incarne mais elle ne passera pourtant pas le barrage final et ne sera pas nommée comme meilleur espoir 2018.

    Le sens de la fête.jpg

    Le documentaire passionnera sans aucun doute ceux qui comme moi sont des inconditionnels de la cérémonie et des amoureux du cinéma français notamment grâce à des idées judicieuses comme celle de filmer les anciens lauréats face à la salle dans laquelle ils ont reçu leur prix, désormais vide, ce qui permet de faire rejaillir l’émotion de l’instant.

    Malavoy.jpg

    Le film foisonne de témoignages : de Malavoy, premier acteur à avoir obtenu le César du meilleur espoir masculin pour Family rock de Pinheiro en 1983 à Sandrine Bonnaire, César du meilleur espoir féminin pour A nos amours en 1984 puis de la meilleure actrice en 1986 pour Sans toit ni loi, faisant d’elle la plus jeune lauréate du César de la meilleure actrice ("Je n'en rêvais pas puisque je ne savais pas ce que c'était" raconte-t-elle ainsi à propos de son César du meilleur espoir),  à Rod Paradot, ancien élève en menuiserie découvert par Elsa Pharaon dont l’émotion et la spontanéité avaient conquis le public  lorsqu’il avait reçu le César du meilleur espoir en 2016 pour La tête haute d’Emmanuelle Bercot. Son témoignage, particulièrement lucide et mature, est un des moments forts du documentaire.  "Je trouve ça dangereux de l'avoir aussi tôt car tu peux vite te perdre", "Tu peux vite t'éteindre comme tu peux vite t'allumer" déclare-t-il ainsi. L'occasion aussi de vous recommander ce film d'Emanuelle Bercot dans lequel le jeune comédien joue tête baissée, recroquevillé, tout de colère rentrée parfois hurlée, dont la présence dévore littéralement l’écran et qui incarne avec une maturité étonnante cet adolescent insolent et bravache qui n’est au fond encore que l’enfant qui pleure des premières minutes du film.

    Z..jpg

    Le documentaire revient aussi notamment sur le cas de Gérald Thomassin, meilleur espoir pour Le petit criminel en 1991, à travers son casting et le témoignage de Jacques Doillon "Peut-être que le cinema l'a aidé à survivre" explique ainsi Jacques Doillon. Passionnant est aussi le parcours de la lauréate en 2012 pour Polisse de Maïwenn, Naidra Ayadi. Vous y croiserez aussi : Adèle Exarchopoulos, César et palme d'or 2014 pour La vie d'Adèle qui évoque ainsi la "contradiction entre pur jeu et le fait d'être attendue au tournant", Judith Henry, César du meilleur espoir 1991 pour La Discrète, Pierre Deladonchamps, César meilleur espoir en 2014 pour L'inconnu du lac , Zita Hanrot, espoir 2016 pour Fatima , mais aussi les César du meilleur espoir 2017, Niels Schneider pour Diamant noir (qui a ainsi tourné 6 films ensuite, l'effet César...)  et l’actrice  de Divines Oulaya Amamra.

    Niels.jpg

    Comme dans le festival dont il est le directeur artistique, Patrick Fabre, dans ce documentaire porté par la douceur de la musique d’Alexis Rault et nimbé d'une chaude lumière, s’intéresse avec bienveillance et enthousiasme aux êtres, les filmant au plus près dans l’aventure et dans l'après de ce « premier César du reste de leur vie ». Ces 4 kilos de bronze  après lesquels, quoiqu'il advienne, rien ne sera jamais tout à fait pareil. Ne manquez pas non plus le générique dans lequel plusieurs lauréats évoquent le devenir de leur objet César...

    Un César nommé espoir, à ne surtout pas manquer le 23/2 à 22h35 sur Canal+ Cinéma. Au générique : Oulaya Amamra, Naidra Ayadi, Dominique Besnehard, Sandrine Bonnaire, Antoinette Boulat, Pierre Deladonchamps, Jacques Doillon, Adèle Exarchopoulos, Cécile Felsenberg, Eye Haidara, Zita Hanrot, Judith Henry, Christophe Malavoy, Rabah Naït Oufella, Rod Paradot, Elsa Pharaon, Nicolas Ronchi, Elisabeth Tanner, Niels Schneider, et Alain Terzian.

    Ne manquez pas non plus la cérémonie des César le 2 mars à 21H sur Canal +. Vous saurez alors qui sont les heureux lauréats du César du meilleur espoir entre : Iris Bry, dans Les gardiennes, Laetitia Dosch, dans Jeune femme, Eye Haïdara, dans Le sens de la fête, Camélia Jordana, dans Le brio, Garance Marillier, dans Grave et de Benjamin Lavernhe, dans Le sens de la fête, Finnegan Oldfield, dans Marvin ou la belle éducation, Pablo Pauly, dans Patients, Nahuel Perez Biscayart, dans 120 battements par minute, Arnaud Valois, dans 120 battements par minute. A n'en pas douter l'émotion sera au rendez-vous...comme ce fut le cas pour celui qui a reçu le prix du meilleur acteur lors des Prix Lumières de la presse internationale (ma vidéo ci-dessous) et qui pourrait bien être couronné du César du meilleur espoir masculin 2018.

    En complément : 

    Retrouvez également mon article sur la cérémonie de remise des Prix Lumières de la presse internationale dont le palmarès est souvent un indicateur de celui des César.

  • Critique de VISAGES VILLAGES d’Agnès Varda et JR

    visagesvillages.jpg

    Que de poésie dans ce film, révélateur de la profondeur, la noblesse, la beauté et la vérité des êtres ! Présenté hors-compétition du dernier Festival de Cannes où il a reçu le prix L’œil d’or du meilleur documentaire, il est coréalisé par Agnès Varda et JR.

    Agnès Varda et JR ont des points communs : passion et questionnement sur les images en général et plus précisément sur les lieux et les dispositifs pour les montrer, les partager, les exposer. Agnès a choisi le cinéma. JR a choisi de créer des galeries de photographies en plein air. Quand Agnès et JR se sont rencontrés en 2015, ils ont aussitôt eu envie de travailler ensemble, tourner un film en France, loin des villes, en voyage avec le camion photographique (et magique) de JR. Hasard des rencontres ou projets préparés, ils sont allés vers les autres, les ont écoutés, photographiés et parfois affichés. Le film raconte aussi l’histoire de leur amitié qui a grandi au cours du tournage, entre surprises et taquineries, en se riant des différences.

    Dès le générique, le spectateur est saisi par la délicatesse et la poésie. Poésie ludique des images. Et des mots, aussi : « tu sais bien que j’ai mal aux escaliers » dit Agnès Varda lorsqu’elle peine à rejoindre JR, « Les poissons sont contents, maintenant ils mènent la vie de château» à propos de photos de poissons que l'équipe de JR a collées sur un château d’eau.

    « Le hasard a toujours été le meilleur de mes assistants », a ainsi déclaré Agnès Varda et en effet, de chacune de ces rencontres surgissent des instants magiques, de profonde humanité. Sur chacun des clichés, dans chacun de leurs échanges avec ces « visages » affleurent les regrets et la noblesse de leurs détenteurs.

    En parallèle de ces explorations des visages et des villages, se développe l’amitié entre ces deux humanistes qui tous deux ont à cœur de montrer la grandeur d’âme de ceux que certains appellent avec condescendance les petites gens (terme qui m’horripile), de la révéler (au sens photographique et pas seulement).

    En les immortalisant, en reflétant la vérité des visages que ce soit celui de la dernière habitante de sa rue, dans un coron du Nord voué à la destruction en collant sa photo sur sa maison, à ces employés d'un site chimique,  ils en révèlent la beauté simple et fulgurante. Et nous bouleversent. Comme cet homme à la veille de sa retraite  qui leur dit avoir « l’impression d’arriver au bout d’une falaise et que ce soir je vais sauter dans le vide ». Et dans cette phrase et dans son regard un avenir effrayant et vertigineux semble passer.

    Le photographe de 33 ans et la réalisatrice de « 88 printemps » forment un duo singulier, attachant, complice et attendrissant. Le grand trentenaire aux lunettes noires (qu’Agnès Varda s’évertuera pendant tout le film à lui faire enlever) et la petite octogénaire au casque gris et roux. Deux silhouettes de dessin animé. Les mettre l’un avec l’autre est déjà un moment de cinéma. Tous deux se dévoilent aussi au fil des minutes et des kilomètres de ce road movie inclassable. Et ces visages dont les portraits se dessinent sont aussi, bien sûr, les leur. Ce voyage est aussi leur parcours initiatique. Celui d’un JR gentiment taquin, empathique, et d’une Agnès Varda tout aussi à l’écoute des autres, tantôt malicieuse et légère (impayable notamment quand elle chante avec la radio) tantôt grave et nous serrant le cœur lorsqu’elle dit « la mort j’ai envie d’y être parce que ce sera fini ».

    Ce récit plein de vie et fantaisie est aussi jalonné par l’évocation tout en pudeur de ceux qui ne sont plus, du temps qui efface tout (parce que photographier les visages c’est faire en sorte qu’ils « ne tombent pas dans les trous de la mémoire ») comme la mer qui engloutit ce portrait de cet ami d’Agnès Varda qui avait pourtant été soigneusement choisi pour être collé sur un bunker en bord de mer. Et la nostalgie et la mélancolie gagnent peu à peu du terrain jusqu’à la fin. Jusqu’à cette « rencontre » avec le « redoutable » Jean-Luc Godard qui donne lieu à un grand moment de cinéma poignant et terriblement cruel. Jusqu’au lac où la vérité et le regard sont, enfin, à nu. Et le nôtre embué de larmes.

    Ajoutez à cela la musique de M. Et vous obtiendrez une ode au « pouvoir de l’imagination », un petit bijou de délicatesse et de bienveillance. Un pied de nez au cynisme. Passionnant. Poétique. Surprenant. Ensorcelant. Emouvant. Rare. A voir absolument.

     

  • Critique de HUMAN de Yann Arthus-Bertrand ( Semaine du Cinéma Positif - Cannes 2017)

    Dans le cadre de la Semaine du Cinéma Positif (dont je vous ai parlé, ici) sera projeté le film HUMAN de Yann Arthus-Bertrand, le 22 mai, en présence de ce dernier, de Jacques Attali et du Maire de Cannes, David Lisnard. Retrouvez ma critique du film, ci-dessous.

    human12

    Après avoir été présenté au siège des Nations Unies à New York, à la Mostra de Venise (hors compétition) et à la Fête de l’humanité, le même jour et dans sa version cinématographique, ainsi que dans 500 cinémas en France, « Human », le documentaire de Yann Arthus-Bertrand a été diffusé le 29 septembre, à 20H55, sur France 2. C’est cette version (plus courte que la version cinématographique mais non moins intense) dont je vous parle aujourd'hui.

    home

    « Home », le précédent film de Yann Arthus-Bertrand sorti en 2009 était un hymne à la terre qui nous expliquait que, en 200 000 ans d’existence, l’Homme avait rompu un équilibre fait de près de 4 milliards d’années d’évolution. Certaines images restent encore gravées dans ma mémoire : ces tours insolentes et dévastatrices qui conquièrent le ciel de Shanghai (3000 tours érigées en 20 ans), ces villes tentaculaires qui se gorgent d’eau face à ces étendues asséchées, dans d’autres endroits de la planète, où elle est une quête quotidienne et vitale (500 millions d’Hommes habitent ainsi des contrées désertiques !), cette sidérante standardisation, jusqu’aux pavillons de Pékin qui ressemblent à s’y méprendre à ceux de Palm Springs, autant de témoignages de la construction à outrance, comme encore la monstruosité bétonnée de Dubaï qui contraste tellement avec l’image sublimement   simple et rare qui lui succède, celle d’une baleine qui nage dans la mer. Je me souviens aussi de l’exemple très parlant de l’île de Pâques où la civilisation n’a pas survécu après avoir été exploitée jusqu’au bout, autrefois une des plus brillantes.   Plus manichéen que « Human », « Home » opposait ainsi la culture dévastatrice à la nature bienveillante, une opposition alors appuyée par une musique angoissante lorsqu’étaient montrées des mégalopoles ou une musique lénifiante et rassurante quand il s’agissait des paysages vierges de toute habitation.

    Six ans plus tard sort donc « Human », un projet salutairement fou, incroyablement ambitieux, utopiste, (planétaire !), dont la réalisation a nécessité 3 ans, 110 tournages dans 65 pays, pour recueillir 2020 récits de vie dans pas moins de 63 langues grâce à une équipe de 16 journalistes, 20 chefs-opérateurs, 5 monteuses et 12 personnes pour la production.

    Quels que soient le pays, les cultures, l’âge ou les religions, les personnes qui ont recueilli les témoignages ont soumis aux participants les mêmes questions essentielles autour de la condition humaine, ces questions que nous préférons en général ne pas nous poser car elles nous mettent face à la vanité, peut-être la vacuité, en tout cas la finitude de nos existences :

    Vous sentez-vous libre ? Quel est le sens de la vie ? Quelle est l’épreuve la plus difficile que vous avez dû affronter et qu’en avez-vous appris ? Quel est votre message pour les habitants de la planète ?…

    Ces témoignages sont entrecoupés d’images aériennes inédites d’une beauté vertigineuse, fulgurante, étourdissante qui subliment la planète ou parfois mettent l’accent sur ses drames écologiques.

    D’abord, d’emblée, se succèdent des visages sur fond noir face caméra que cette sobriété met en relief. Autant de regards. D’histoires. D’expressions. Des parcours de vie. Un visage sur lequel coule une larme. Des yeux qui se ferment. Qui ouvrent sur un paysage désertique d’une beauté époustouflante. Tel un rêve. Des hommes gravissent ensuite cette montagne désertique sur laquelle apparaît le titre « Human » comme une parabole de toutes ces destinées éprouvées mais combattives qui vous nous happer dans leurs récits et face auxquelles, cette fois, nous ne pourrons détourner le regard. Une musique qui fend l’âme parachève l’ensemble.

    human11

    Puis cela commence réellement par le témoignage bouleversant d’un homme qui fut battu par son père : « Je me souviens… ». « Pendant de nombreuses années j’ai cru que l’amour devait faire mal. » Je vous laisse découvrir son poignant témoignage comme le seront tous ceux qui vont lui succéder exacerbés par ce dispositif qui donne l’impression que chacun d’entre eux s’adresse directement à nous, qui renforce la résonance de certains drames ou bonheurs, qui renforce la force des mots, des visages, des regards, des silences, annihilant les différences pour souligner les peurs, les révoltes, les aspirations communes. Comme un miroir des nôtres. Des moments de vérité face auxquels il est impossible de rester insensible qui nous bousculent, nous heurtent, pansent -un peu- ou avivent nos plaies par l’écho ou la prise de conscience qu’ils provoquent.

    Ce dispositif singulier nous contraint judicieusement à regarder, à affronter le regard de l’autre alors que notre attention est sans cesse sollicitée, dispersée, aveuglée nous faisant éluder les questions essentielles auxquelles ces témoignages nous confrontent. Pendant les témoignages, d’autres visages défilent sur l’écran, soulignant ainsi l’universalité des propos.

    bolivie

    Les images aériennes inédites sublimées par une musique ensorcelante signée Armand Amar créent une respiration entre les témoignages et soulignent la beauté sidérante et hétérogène du monde. Le reflet du ciel dans les rizières. Le soleil qui se réverbère dans le bleu azuré de la mer. La spectaculaire et terrifiante fureur des océans. Les méandres improbables et fascinants du salar d’Uyuni en Bolivie. Ces enfants qui chevauchent dans les steppes mongoles. Des images poétiques, envoûtantes, lyriques qui ressemblent parfois à des tableaux abstraits comme un contrepied au réalisme et à la sobriété des témoignages.

    Ces images sont aussi parfois tristement absurdes quand l’humanité et la singularité s’égarent dans l’uniformité que ce soit celle de cette vague humaine de Chinois à Chengdu avec leurs bouées colorées ou celle qui lui succède de cette multitude de mariés en noir et blanc. Comme un écho à ce building avec tous ces bureaux uniformes. Derrière une vitre y apparaît ainsi un homme seul au téléphone. Lui succède l’image d’un homme lui aussi seul sur une montagne dans le désert. Des multitudes. Des solitudes. Par-delà les océans et les frontières. Les disparités et les paradoxes du monde sont alors flagrants et parfois dans un même pays comme le souligne le témoignage de cet homme qui raconte comment, en Inde, ceux qui ont fui à cause de la crise de l’eau se retrouvent, dans le même pays, à construire des buildings avec des piscines à chaque étage rivalisant de gigantisme et de luxe ostentatoires.

    Tant d’images, de visages mais de mots aussi qui vous bousculeront longtemps après la projection  comme ceux de cet enfant, « Je n’ai pas peur de la mort si c’est pour la Syrie », Comme cette femme qui crie « on est train de mourir. Mais personne ne nous écoute. » Et tant d’autres : « Tout cela a fait naître en moi l’amour de la haine, l’amour de la vengeance. L’homme ne nait pas avec ces sentiments-là, ils s’installent avec le temps, avec ce qu’on vit. » A hauteur d’hommes, les témoignages soulignent l’absurdité des conflits récurrents qui déchirent la planète à l’image du conflit israélo-palestinien lorsqu’un Palestinien puis un Israélien témoignent de la mort de leurs filles qu’il a provoquée et appellent pareillement au pardon et à la paix.

    « Human » possède la vertu inestimable de donner du temps à la parole et aux silences quand le fonctionnement médiatique actuel, dans l’urgence et dans l’immédiateté, condamne la première à être si souvent résumée, caricaturée, interrompue et le second à être banni alors qu’il peut être, comme il l’est parfois dans ce documentaire, si bavard et riche de sens.

    Bien plus qu’un documentaire et un projet salutairement naïf et pharaonique, « Human » est un voyage émotionnel d’une force redoutable, une démonstration implacable de la réitération des erreurs de l’humanité, une radiographie saisissante du monde actuel, un plaidoyer pour la paix, pour l’écoute des blessures de la planète et de l’être humain dans toutes leurs richesses et leurs complexités, une confrontation clairvoyante, poignante au monde contemporain et à ceux qui le composent.

    Si je ne devais retenir que deux phrases, ce seraient sans doute celles-ci, un appel à l’humanité et aux réminiscences d’enfance, que nous portons tous en nous :

    -« N’oubliez pas qui vous êtes et souriez toujours car sourire est le seul langage universel. »

    -« La vie c’est comme porter un message de l’enfant que tu as été au vieillard que tu seras. Il faut faire en sorte que ce message ne se perde pas en route. »

    Un documentaire nécessaire, d’une bienveillance, d’une empathie et d’une utopie salutaires quand le cynisme ou l’indifférence sont trop souvent glorifiés, et parfois aussi la cause des tourments et les ombres du monde que « Human » met si bien en lumière. Préparez-vous à être emportés par ce torrent d’émotions.  A voir absolument !

    Lien permanent Imprimer Catégories : DOCUMENTAIRES, FESTIVAL DE CANNES 2017 Pin it! 0 commentaire
  • Critique de JANIS d'Amy Berg

    amy berg,deauville,la baule,cinéma,film,festival,critique,janis,janis joplin

    Depuis quelques années, le Festival du Cinéma Américain de Deauville propose une belle sélection de documentaires réunis sous l’intitulé « Les Docs de l’Oncle Sam ». Cette année figuraient au programme : « Altman », « By Sidney Lumet », « Hitchcock Truffaut », « Janis », « Steve McQueen : the man and Le Mans », « This is Orson Welles », « Wolfpack». Même si j’aurais aimé tous les découvrir, il fallait bien faire des choix parmi les différentes sections du festival, le mien, pour les documentaires, s’est orienté vers « Janis » d’Amy Berg (à découvrir en salles en France le 6 janvier 2016) et il s’est avéré judicieux tant ce documentaire est passionnant. Notez qu'il figurait également en compétition du Festival du Cinéma et Musique de Film de La Baule 2015.

    Janis que son prénom suffit à désigner, c’est donc Janis Joplin, l’une des plus mythiques chanteuses de rock et de blues de tous les temps mais aussi une écorchée vive, forte et vulnérable, aussi sensible que sa voix était puissante. L’histoire de la courte vie d’une femme passionnée qui changea le cours de l’histoire de la musique, qui a enfreint tous les codes dans sa vie comme dans la musique, se jetant à corps perdu dans l’une comme dans l’autre. Elle décéda ainsi en 1970 à l’âge de 27 ans (le fameux « Club des 27″, l’âge auquel décédèrent les autres légendes du rock : Jim Morrison, Jimmy Hendrix, Kurt Cobain et Amy Winehouse).

    Peut-être, dans son dispositif,, un peu classique pour une femme aussi libre et iconoclaste, « Janis » repose néanmoins sur une belle idée. Celle d’une voix off qui lit des lettres que Janis avait adressées à sa famille créant ainsi une proximité avec le spectateur qui a l’impression de recueillir ses confidences, d’entendre sa voix intérieure aussi fragile que sa musique était puissante.

    Ce dispositif épistolaire permet d’esquisser un portrait plus nuancé et nous donne à voir, derrière les images enfiévrées, fascinantes, explosives, électriques, des concerts, la femme blessée, avide d’amour, à jamais complexée et surtout fragilisée par les humiliations qu’elle a subies dans son enfance.

    Bouleversante est la scène où, devenue une star, elle revient dans son ancien lycée et, où dans sa voix et son regard perdus, à fleur de peau, subsistent les bleus à l’âme de l’enfant blessée qu’elle semble alors être à nouveau et à jamais.

    Se dessine ainsi, derrière l’artiste hors normes, au talent qui transpire l’écran et nous fait frissonner d’émotion, le portrait d’une femme terriblement attachante, sensible, empathique, pétrie d’incertitudes, de manque d’amour et de confiance qu’elle tentait de noyer dans des plaisirs artificiels.

    La fin du documentaire, ce rendez-vous manqué que n’aurait osé inventer le plus audacieux des scénaristes, est absolument bouleversante et nous laissent ko avec une seule envie, entendre à nouveau sa voix immortelle, fiévreuse et incandescente.