Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

FESTIVAL DE CANNES 2005

  • Dimanche 22 Mai 2005 : Palme d’or et dernières impressions du festival de Cannes 2005

    medium_pal2.jpg


    Un air de nostalgie rythme les pas désorientés des derniers festivaliers titubant qui errent sur la Croisette, encore grisés par ces jours de fête et revenant néanmoins peu à peu à la réalité de laquelle le festival les avaient momentanément éloignés. Ce n’est pourtant pas terminé, pas encore tout à fait. Depuis deux ans, le festival a inauguré une nouvelle formule pour le dimanche, repassant tous les films de la sélection la journée et la palme d’or le soir. Ne possédant pas le don d’ubiquité qui serait si salutaire au festivalier cannois, il m’est impossible de revoir les 4 films de la compétition que j’ai manqués et dont les horaires se chevauchent. Je décide donc de privilégier Jim Jarmusch et Wim Wenders délaissant à regret Cronenberg me souvenant des méandres tourmentés du cerveau de son «Spider » dans lesquels j’avais eu plaisir à m’égarer.

    Je commence par « Broken Flowers » de Jarmusch, ma curiosité aiguisée par le grand prix que le jury lui a attribué. Dès les premiers plans un Bill Murray chaplinesque capte notre attention par l’irrésistibilité de son jeu. Il incarne ici un ancien Don Juan (d’ailleurs prénommé Don) qui reçoit une mystérieuse lettre anonyme lui apprenant soudain qu’il a un fils de 19 ans. Il va alors partir à la recherche des 4 mères potentielles. Chaque rencontre est un prétexte à des saynètes ironiques elles-mêmes prétextes aux facéties de Bill Murray, là encore « lost in translation » face à ces témoins incongrus de son passé. La transition entre chaque saynète est signalée par des plans d’avion et de trajets en voiture dont la réitération les rend caduques et ennuyeux. Restent un film léger et une belle performance d’acteur qui, à défaut de laisser une trace indélébile dans les mémoires des festivaliers, leur permirent au moins de passer un bon moment.

    J’en attends davantage de Wim Wenders et de son « Don’t come knocking » malgré son absence au palmarès. Encore un road movie. Encore un film sur la paternité. Deux thèmes dont cette édition 2005 a été friande. Paternité ici incarnée par Howard Spence (Sam Shepard), ex-gloire du septième art qui ne décroche plus que des rôles secondaires et noie son dégoût de lui-même dans l’alcool jusqu’à ce que sa mère lui apprenne qu’il a peut-être un enfant. Il part alors « à la recherche du temps perdu. » Malheureusement Wim Wenders n’est pas ici à la hauteur des espoirs suscités et de sa réputation ni de « Paris-Texas » qu’il singe quelque peu, vingt et un ans après sa palme d’or, se perdant dans des digressions et alignant les clichés et les invraisemblances : le rachat d’une vie de débauche en découvrant sa double ( !) paternité et la seconde par hasard( !) à une rapidité déconcertante. De toute façon l’intérêt ne réside pas ici dans le scénario mais plutôt dans le cadre de l’errance du héros dans une Amérique fantomatique sublimement photographiée et judicieusement mise en scène. Il en fallait néanmoins davantage pour créer la surprise et l’engouement pour un cinéaste dont le talent de metteur en scène n’est plus à prouver.

    A peine le temps de me remémorer les deux films de la journée que je me retrouve une ultime fois sur le mythique tapis rouge surplombant la Croisette et la foule, néanmoins moins nombreuse que d’habitude. Les cris impitoyablement stridents des photographes me sortent de mes songes : pas le temps de s’attarder et de regarder en arrière pour effectuer un flash-back et un travelling arrière empreints de nostalgie, le jury arrive en bas des marches pour accueillir les frère Dardenne. C’est donc de la salle que je les verrai ensuite les attendre, en haut des marches cette fois. La rumeur selon laquelle l’entente entre certains membres du jury n’aurait pas été si cordiale semble confirmée, leur malaise est presque palpable à moins que ce ne soit leur vie harassante de ces 12 jours qui n’ait eu raison de leur sourire et de toute velléité de conversation. Après avoir été salués et félicités par le jury, les frères Dardenne entrent, radieux, dans le grand théâtre Lumière. Je revois avec plaisir « L’enfant » dont l’âpreté me paraît néanmoins encore plus prégnante que la première fois. Le film s’achève sur une scène rédemptrice bouleversante. Le générique, un générique, encore, pour la dernière fois. Générique de fin du festival aussi. Je m’apprête à applaudir à un rythme effréné. Quelle n’est pas ma déception… Rien, ou presque. Le public est groggy, déçu, perplexe, blasé, aseptisé, consensuel et surtout silencieux. Silence pesant. Clap de fin abrupte sans rappel.

    Cannes va ranger son tapis rouge, éteindre ses projecteurs. Les nombreuses affiches qui ornent ou défigurent la Croisette (c’est selon) vont être décrochées, les plateaux de télévision vont déserter la plage et les festivaliers vont s’éclipser avec plus de célérité que les 24 images par seconde qui ont rythmé ces 12 jours. Une multitude de souvenirs afflue entremêlant images cinématographiques et de la réalité, ma réalité si irréelle parfois pourtant, et entraînant la mélancolie inhérente à toute fin de festival, un de ces moments hors du temps que l’on aimerait éternel et dont on se demande toujours si sa magie intransmissible pourra se renouveler. Pour évincer la vague à l’âme inéluctable qui menace de submerger mes neurones endoloris, je songe déjà à Cabourg où je serai très bientôt et où je ne suis pas retournée depuis ma participation à son jury de courts-métrages en 2002, jury alors présidé par Marie Trintignant…mais là encore c’est une autre (belle) histoire.

    En attendant retrouvez ci-dessous mon récit intégral jour après jour du festival de Cannes 2005.

    Merci pour vos très nombreux mails d’encouragement et n’hésitez pas à continuer à me faire part de vos commentaires et réactions.

    Vous pourrez donc bientôt retrouver mon récit des Journées Romantiques de Cabourg qui se dérouleront du 16 au 19 juin 2005 puis en septembre mon récit du festival du film américain de Deauville (du 2 au 11 septembre 2005) où je serai également et cela pour la 12ème année consécutive.

    Pour ceux qui désireraient partir au festival de Cannes 2006, si vous avez entre 18 et 25 ans, vous pouvez tenter votre chance avec le prix de la jeunesse organisé par le Ministère de la jeunesse et des sports (critique de film+CV+ lettre sur le cinéma à partir d’un thème différent chaque année, en 2005 c’était « le regard »), prix de la jeunesse grâce auquel je suis allée au festival de Cannes pour la première fois en 2001.

    Sandra.M

  • Samedi 21 Mai 2005 : clôture et palmarès du 58ème Festival de Cannes

    medium_canesss2.jpg


    La Croisette, qui n’en est pourtant pas avare, bruisse encore plus de rumeurs que de coutume. De nombreux festivaliers viennent ou reviennent de Paris ou d’ailleurs pour la clôture, pour assister au palmarès ou parfois même juste pour monter les marches, y faire leur cinéma…et les redescendre juste après sans même être entrés dans le Grand Théâtre Lumière. Pour eux, Cannes n’est pas un festival de cinéma, juste le théâtre de leur propre cinéma. De mon côté, avant l’heure fatidique, rendez-vous est donné dans un grand hôtel cannois. A l’entrée une multitude de photographes et de badauds attendent à l’affût de la moindre starlette ou de la moindre information. A l’intérieur règne une agitation inaccoutumée. L’atmosphère est électrique à quelques minutes de l’instant crucial. Je m’installe un peu en retrait pour attendre tout en observant ce spectacle tragi-comique. A l’entrée de l’hôtel, un célèbre judoka médaillé olympique interpelle autoritairement et grossièrement les photographes pour qu’ils effectuent leur travail plus prestement. Pendant ce temps une starlette se remaquille en se regardant dans les grandes glaces du hall. Pour elle, c’est visiblement le combat de sa vie. Un peu plus loin je remarque de dos deux hommes qui font les cents pas avec une rigueur presque géométrique. Plus tard en entendant leurs noms prononcés pour la récompense suprême je me souviendrai que les frères Dardenne, puisque des frères Dardenne il s’agit, avaient l’air particulièrement fébriles. A la réception le téléphone ne cesse de sonner. De nombreuses voitures officielles attendent devant le hall. Les caméras et les micros du monde entier sont très temporairement braqués sur Cannes, du moins c'est ce que cette dernière se plaît à croire avec l'égocentrisme qui la caractérise. L’heure me sort de mes tergiversations. Il est temps de se diriger vers le palais. Tout en marchant sous le soleil toujours étincelant et au milieu du brouhaha toujours ininterrompu et d’une foule de festivaliers qui rendent les trottoirs pratiquement impraticables, j’élabore mon propre palmarès :

    -Palme d’or : « Free zone » d’Amos Gitaï
    -Prix de la mise en scène : « Caché » d’Haneke
    ou « Kilomètre zéro » de Hiner Saleem
    -Prix d’interprétation masculine : Jérémie Rénier pour « L’enfant »
    Ou Bill Murray pour « Broken Flowers »
    -Prix d’interprétation féminine : Hanna Laslo pour « Free zone » (uniquement si la palme d’or ne lui est pas attribué), ou
    Bryce Dallas Howard pour « Manderlay »
    -Grand prix : « Three times » de Hou Hsiao-Hsien
    -Prix du jury : Shangaï Dreams de Wang Xiaoshai
    -Prix du scénario : « L’enfant » des fréres Dardenne

    A peine le temps d’en débattre que la lumière s’éteint. Le palais retient son souffle, suspendu aux lèvres du président du jury : Emir Kusturica. Lambert Wilson et Valérie Lemercier et leurs clowneries dérident salutairement et temporairement la salle. Les prix, les lauréats et les remettants prestigieux (Abbas Kiarostami, Milla Jovovich, Fanny Ardant, Ralph Fiennes, Pénélope Cruz, Hillary Swank, Morgan Freeman, Kristin Scott Thomas etc) défilent sous les applaudissements retenus et timides à l’image de ce qu’ils ont été tout au long de ce 58ème festival.

    Court-métrage, palme d’or : « Podorozhni » d’Igor Strembitskyy (Ukraine), Mention spéciale : « Clara » de Van Sowerwine
    Caméra d’or : « Moi, toi et les autres » de Miranda July (Etats-Unis) et « La terre abandonnée » de Vimukhti Jayasundara (Sri Lanka)
    Prix du jury : « Shangaï dreams » de Wang Xiaoshai (Chine)
    Prix du scénario : Guillermo Arriaga pour « Trois enterrements » (Etats-Unis)
    Prix de la mise en scène : Michel Henke pour « Caché » (France)
    Grand prix : Jim Jarmusch pour « Broken Flowers » (Etats-Unis)
    Prix d’interprétation masculine : Tommy Lee Jones pour son propre film « Trois enterrements »
    Prix d’interprétation féminine : Hanna Laslo pour « Free zone » d’Amos Gitaï (Israël)
    Palme d’or : « L’enfant » de Luc et Jean-Pierre Dardenne(Belgique)

    Une nouvelle fois la salle a applaudi poliment devant ce palmarès très conventionnel à l’image de cette 58ème édition...trop conventionnel peut-être même de la part d’un président dont on attendait davantage d’audace et au regard du nombre de prix américains notamment pour « Trois enterrements » qui selon moi ne méritait pas autant d’honneur. Finalement c’est l’émotion qui a remporté la palme et les suffrages du jury avec le poignant «L’enfant » des frères Dardenne lesquels, n’oubliant pas la résonance internationale du festival, dédient leur film à « Florence Aubenas et son chauffeur Hussein Hanoun pour montrer à leurs ravisseurs que nous sommes aussi obstinés qu’eux ». Après Imamura, Bille August, Visconti, Kusturica et Coppola, c’est donc au tour des frères DArdenne de recevoir la récompense cinématographique suprême pour la deuxième fois. Le palmarès pouvait de toute façon difficilement créer la surprise tant la compétition était homogène, et de qualité, avec presque uniquement des cinéastes au talent largement reconnu : Wenders, Cronenberg, Van Sant, Lars Von Trier, Jarmusch etc.

    A suivre demain : la palme d’or et le récit du dernier jour et de mes dernières impressions du festival de Cannes 2005…
    Retrouvez ci-dessous le récit jour par jour du festival de l’ouverture à la clôture.

    Sandra.M

    Photo : les frères Dardenne avec la palme d’or reçue pour « L’enfant ».

  • Résumé du Vendredi 20 Mai 2005 (Dixième jour du festival de Cannes)

    medium_palais3bis.jpg


    Profondeur de champ remarquable. Réalisation magistrale. Scénario ciselé. Acteurs admirablement dirigés. Extrait ludique et insolent. Novateur même. Le public applaudit allègrement. Son auteur fait visiblement l’unanimité. Malheureusement, ce n’est pas un film en compétition mais l’extrait d’un film de Jean Renoir qui précède certaines projections du Grand Théâtre Lumière ou de la salle Debussy. A l’heure des pronostics, la compétition suscite toujours des réactions aussi tièdes. Pas d’envolées lyriques ou de déclamations admiratives. Pas non plus de dédain ostentatoire. La passion et l’exaltation ont déserté les projections de la Croisette, pour cette année en tout cas. L’Europe et le référendum pour son traité constitutionnel les ont peut-être monopolisées. L’enjeu est là crucial, certes. A Cannes aussi c’est pourtant une page d’Histoire qui se tourne, une page de l’Histoire du cinéma sur laquelle le nom de l’heureux lauréat va bientôt être immortalisé. Cela pourrait-il être Tommy Lee Jones pour son premier long-métrage en tant que réalisateur « The three burials of Melquiades Estrada » (trois enterrements) ou bien Hou Hsia-Hsien pour « Three times » ? Tels sont en tout cas les deux films du jour et les deux derniers de la compétition.

    Avant les « 3 enterrements », il faut au moins une mort, en l’espèce celle de Melquiades Estrada, paysan mexicain dont le corps est retrouvé en plein désert où il a été rapidement enterré après son assassinat. Pour savoir qui en est l’auteur, Pete Perkins, contremaître du Ranch et meilleur ami de Melquiades va mener lui-même l’enquête que les autorités locales refusent d’assumer. Seul garant, dans cette étrange région du Texas, d’une réelle humanité, il va découvrir le meurtrier, lui faire déterrer le corps et offrir à son ami une sépulture honorable dans son Eldorado natal, le Mexique. Il va aussi offrir à son assassin une leçon de vie sur la vie des hommes, le sens des valeurs, le respect de la vie. Le festival du film américain de Deauville, auquel on a pourtant longtemps reproché d’être une vitrine pour les blockbusters américains (à tort …depuis que la compétition existe en tout cas) n’aurait probablement pourtant pas osé mettre ce film en compétition qui aligne les clichés du genre en essayant de les détourner sans vraiment les renouveler, si ce n’est un humour noir jouant aussi parfois sur les anachronismes de ce western des temps modernes. Sans vouloir tomber dans l’ostracisme simplificateur et caricatural, spécifions quand même que le film est produit par Europacorp…ceci expliquant peut-être cela. Ce périple macabre et rédempteur est avant tout le portrait d’un homme étrange et obstiné ou étrangement obstiné interprété par… Tommy Lee Jones. Sa détermination inébranlable et sa loyauté aveuglée l’amènent à faire preuve d’une violence vengeresse, prétexte à des scènes renouvelées qui alourdissent et décrédibilisent le récit. Tommy Lee Jones s’évertue tellement à vouloir créer une atmosphère qu’il finit par effectuer des digressions inutiles et par en oublier de terminer les portraits de personnages tout juste esquissés. Le véritable personnage de ce road movie funèbre est peut-être ce paysage fascinant et impitoyable, cadre du décalage social entre les terres au Nord et au Sud du Rio Grande, dans lequel il aura eu au moins le mérite de nous faire voyager.

    Le dernier film du jour et de la compétition promet d’être aux antipodes de celui de Tommy Lee Jones. Hou Hsiao Hsien avec ces « Three times » se lance, et nous lance, en effet un défi poétique : retrouver un moment d’euphorie qui ne reviendra jamais, un instant dont nous avons la nostalgie non parce-qu’il serait le meilleur mais parce-que nous l’avons perdu à jamais. De cet instant notre mémoire ne conserve que les réminiscences, et de cette manière cet instant demeure le plus beau sans comparaison possible. Ces « Three times » sont en effet trois époques, trois histoires (1911, 1966, 2005) incarnées par le même couple de comédiens. C’est surtout la triple réincarnation d’un amour infini. Dès les premiers plans le spectateur se retrouve immergé dans ce conte sentimental, fasciné par sa langueur ensorcelante, comme un tableau qui vous hypnotise et vous bouleverse instantanément sans que vous sachiez réellement pourquoi. La magie des sentiments et des moments uniques qu’il retranscrit transparaît dans chaque geste et surtout chaque silence des personnages qu’il filme comme des danses langoureuses. On songe évidemment à « In the Mood for love » de Wong Kar Waï qu’il ne détrône néanmoins pas de son piédestal, véritable perfection du genre. Ici le non dit et le silence remplacent des dialogues inutilement explicatifs (comme au temps du muet des cartons remplacent les dialogues), la lenteur judicieuse incite à la rêverie qu’une réalisation plus didactique n’aurait pas permis. Si « three times » est un bel exercice de style il ne l’est pas seulement. L’envoûtement est tel qu’on voudrait ne plus quitter cette atmosphère et ces instants sublimés. Dommage que la troisième partie ne soit pas à la hauteur des deux premières, plus expéditive, plus explicative, peut-être aussi car la contemporanéité et sa violence empêchent l’éternité. C’est enfin un poème intemporelle et nostalgique au rythme délicieusement séduisant. Plus qu’un film c’est une expérience, une belle utopie à laquelle il parvient à nous faire croire, un rêve dont on n’aimerait pas se réveiller, comme celui dans lequel vous plonge ce festival et ses instants surréalistes, pourtant demain déjà le suspense prendra fin par la révélation du palmarès. Un petit tour au Club Arte s’impose donc pour en débattre…mais c’est là une autre histoire…

    A suivre demain: "mon" palmarès, le palmarès officiel, la cérémonie de clôture et le compte-rendu de "Broken Flowers" de Jim Jarmusch et « Don’t come knocking » de Wim Wenders .

    Sandra.M

  • Résumé du jeudi 19 Mai 2005 (neuvième jour de festival de Cannes 2005)

    medium_cannesnn2.jpg


    (ci-dessus le président du jury du festival 2005: Emir Kusturica. Photo: SAndra.M)

    Avant-dernier jour de la compétition. Dès 8H30, heure des premières projections (projections presse), le bourdonnement continuel et le va et vient incessant de la Croisette reprend son rythme toujours aussi endiablé quoique..., à y regarder de plus près, en ce neuvième jour de festival, les festivaliers sont plus susceptibles, leurs pas moins assurés, et leurs yeux quelque peu embués…, non pas d’émotion incontrôlable sous l’effet de films bouleversants, malheureusement absents de la compétition, mais plutôt victimes du cocktail explosif de salles obscures et de soirées. Pour ma part c’est toujours aussi enthousiaste que je me dirige vers le palais des festivals avec néanmoins une pointe de déception à l’idée que cette 58ème édition approche de son dénouement sans avoir encore réservé de réelle surprise cinématographique. Peut-être viendra-t-elle de « Keuk Jang Jeon » (Conte de cinéma) de Hong Sansoo dont le titre suscite déjà ma curiosité, ou bien de « Free Zone » d’Amos Gitaï, les deux films de la compétition à mon programme du jour ?

    Concernant Hon Sang Soo, je m’interroge encore quant à cette soudaine sobriété dans le titre sachant que ce « conte de cinéma » fut précédé de « La femme est l’avenir de l’homme » (2004) et « le jour où le cochon est tombé dans le puits » (1996) etc. Conte de cinéma ? Un remake de « la nuit américaine » en perspective ? L’admiratrice du cinéma de Truffaut que je suis décide d’écouter son cœur et d’ignorer les avertissements de sa raison au souvenir de la perplexité dans laquelle m’avait plongée ses mémorables dialogues dans son film présenté à Cannes l’an passé, évoqué ci-dessus. La même sobriété apparente dans la réalisation que dans le titre dissimule en réalité un vrai film gigogne avec mise en abyme et qui passe donc de la fiction (film dans le film) à la réalité (filmique…et donc quand même irréelle) sans qu’aucun procédé de mise en scène ou aucune indication scénaristique ne nous avertisse. Cet aspect puzzle, puzzle qu’il nous appartient de reconstituer, et ce jeu de miroirs avec une même comédienne pour deux rôles distincts est peut-être le seul attrait réel de ce film sombre qui se déroule à Séoul et nous raconte donc les trajectoires de deux hommes et une femme qui se côtoient et s’éloignent comme des reflets changeants dont le cinéma est le pivot avec, d’un côté, un étudiant suicidaire qui rencontre une jeune fille qui décide de l’accompagner dans son geste fatal et de l’autre côté, un cinéaste velléitaire qui, à la sortie d’une salle de cinéma, repère une femme qu’il reconnaît comme étant l’actrice de film qu’il vient de voir . Je me surprends même à regretter les dialogues de « La femme est l’avenir de l’homme ». C’est dire… Dommage qu’Hong Sang Soo se soit contenté de sa bonne idée sans réellement l’exploiter.

    J’en attends davantage du film suivant « Free Zone » d’Amos Gitaï dont le sujet, certes sensible, me paraît néanmoins intéressant et de ceux qui pourraient emporter les faveurs du jury, la palme d’or ayant eu ces dernières années un retentissement politique à l’image des sujets traités par le réalisateur israélien dans ses 40 films. Ce film ne déroge pas à la règle puisque l’histoire est celle de Rebecca, une Américaine qui vit à Jérusalem depuis quelques mois et qui vient de rompre avec son fiancé. Elle monte dans la voiture de Hanna, une Israélienne mais cette dernière doit aller en Jordanie, dans la « Free Zone » récupérer une grosse somme d’argent que leur doit un associé de son mari, « l’Américain ». Rebecca parvient à la convaincre de l’emmener avec elle. Quand elles arrivent dans la Free Zone, Leila, une Palestinienne, leur explique que l’Américain n’est pas là et que l’argent a disparu…
    Dès le très long premier plan séquence le spectateur se sent impliqué dans la tragédie vécue par l’héroïne, Rebecca (Nathalie Portman). Son visage en larmes filmé en gros plan et les supplications qui l’accompagnent nous plongent d’emblée dans les douleurs et les drames indicibles suscités par le conflit israelo-palestinien dont ce visage si expressivement désespéré est plus démonstratif que n’importe quel discours. Le reste du film se devait d’être à la hauteur et de ce premier plan et du sujet. La tâche était donc ardue pour Amos Gitaï. Road movie ? Plaidoyer politique ? En tout cas un témoignage pertinent sur les difficultés de la vie quotidienne locale et plus encore sur la difficulté du dialogue dans cette zone explosive, et non l'impossibilité du dialogue néanmoins… : cruciale nuance. Un mot, un geste, un regard et tout semble pouvoir basculer brusquement dans l’irréparable. Gitaï retranscrit brillamment la fébrilité et la tension qui y affleurent, n’économisant pas les symboles comme cette dernière scène où l’Américaine se tient dans la voiture entre l’Israélienne et la Palestinienne comme des métaphores de leurs pays respectifs. Puis une dispute pour un motif quelconque éclate entre la Palestinienne et l’Israélienne, se terminant en galimatias. L’Américaine finit alors par sortir de la voiture. Métaphore de l’Amérique qui abandonne la table des négociations ? Malgré ce pessimisme final le film de Gitaï n’est pas dénué de lueurs d’espoir…formidablement portées par les 3 comédiennes du film au premier rang desquelles Hanna Laslo ( Hanna) . Avec toutes ces qualités probablement le film n’avait-il pas besoin de fioritures dans la mise en scène comme ces images en surimpressions superflues dont Gitaï abuse ici quelque peu. Un film qui m’a néanmoins profondément touchée et dont le sujet et son traitement sensibles pourraient lui valoir une palme d’or ou un prix du jury, ou bien simplement un prix d’interprétation qui lui donnerait une portée moins « politique ».

    Après ces émotions fortes, je retrouve avec plaisir l’air pacifique et le ciel sans nuages de l’extérieur. Je déambule au gré de mon humeur, tantôt joviale, tantôt mélancolique, passant d’une soirée à une autre sur la plage (la futilité ambiante, parfois salutaire, me menacerait-elle ?) avant de me retrouver à nouveau au Club Arte pour profiter de l’air vivifiant et de la tranquillité de sa terrasse d’où j’imagine que plusieurs Rastignac locaux ont dû s’exclamer « à nous deux Cannes » revigorés par la supériorité illusoire que confère la topographie des lieux. Décidant de fermer pour ce jour le livre de la « Comédie humaine » et sa jubilatoire observation je me décide enfin à rentrer, non sans croiser les nombreux festivaliers qui arpentent encore la Croisette à cette heure tardive…surtout à cette heure tardive.

    Sandra.M

  • Résumé du mercredi 18 Mai 2005(huitième jour du festival de Cannes 2005)

    medium_marches_192.jpg


    Cela fait déjà une semaine que le festival a débuté et dans cette ambiance constamment euphorisante, on perd tellement la notion du temps que je croyais n’en être encore qu’aux prémisses du festival. Aucun film n’a encore fait l’unanimité ou suscité de déchaînements passionnés, les deux critères essentiels pour distinguer une palme d’or lors de sa projection dans le Grand Théâtre Lumière. Pas de projection nimbée de mystère à l’exemple de celle de « 2046 » de Wong Kar Waï l’an passé, ni de polémique dynamisante à l’exemple de celle suscitée par Michael Moore et son documentaire. Cannes sans scandales ni excès n’est plus Cannes et il faut avouer que cette année l’un et l’autre font cruellement défaut. L’évènement du jour semble être « Sin City » de Franck Miller et Robert Rodriguez, premier « film-bd » de l’histoire du cinéma, symbole de l’ouverture croissante du festival aux grosses productions américaines. Les premiers échos des festivaliers qui ont assisté à la projection du matin sont plutôt négatifs « Sin City » ne serait qu’une démonstration esthétique sans réel scénario ou plutôt doté d’un scénario grandguignolesque. Choc visuel à défaut d’être un choc scénaristique et cinématographique « Sin City » est une histoire improbable qui se déroule dans une atmosphère glauque, et qui n’est à la hauteur ni de ses promesses, ni de son casting. Reste la prouesse esthétique, indéniable. Dommage donc qu'il y ait un tel hiatus entre le fond (affligeant) et la forme (époustouflante). Les organisateurs désiraient-ils simplement attiré davantage l’attention sur un évènement qui, avec les jeux olympiques, est le plus médiatisé au monde ? Evènement tronqué en tout cas. Tout juste la montée des marches se clôt-elle par l’arrivée surprise de Liza Minelli, du moins annoncée comme telle.

    Je préfère donc me remémorer le réel évènement cinématographique du jour, le troisième long-métrage des frères Larrieu au titre poétiquement énigmatique « Peindre ou faire l’amour ». Les premières minutes me plongent dans la perplexité devant le classicisme outrancier de cette ébauche, m’interrogeant encore une fois quant aux critères du choix de ce film dans la compétition qui débute avec l’achat d’une maison de campagne par William (Daniel Auteuil) et Madeleine (Sabine Azéma). La demeure de leurs voisins prend feu. Ils décident de les héberger... mais progressivement s’opère un glissement subtil du classicisme vers le transgressif, le tout apparaissant comme un vaste trompe l’œil habilement dépeint. Quelques murmures dans la salle… De malaise ? Non, le festivalier en a vu bien d’autres, le festivalier, surtout celui-là se doit d’afficher un flegme imperturbable, témoignage ostensible de sa vie de baroudeur des salles obscures qui a tout vu tout connu. J’espère ne jamais lui ressembler. Murmures de surprise donc devant ce glissement du visible vers l’imprévisible avec pour guide un aveugle dans cette confusion des sentiments (Sergi Lopez) intelligemment mise en scène entre obscurité dissimulatrice et récit elliptique. Film amoral et trompeusement désinvolte qui vous laisse le souvenir troublant et entêtant d’un parfum sensuel, tantôt charmant, tantôt agaçant… mais assurément singulier.

    Cannes ne serait plus Cannes non plus sans ses soirées où le festivalier va autant pour voir que pour être vu à défaut d’entendre en raison d’une cacophonie assourdissante, soirée où à peine arrivé la question existentielle sera de savoir où il ira ensuite et après laquelle un autre festivalier plein d’empathie et compatissant lui dira que la meilleure soirée était celle où il n’était pas, forcément. Cannes tentaculaire et sa frénésie filmique et festive, soûlante et fascinante à la fois. La nuit tombée, la Croisette devient un vaste camp retranché et une symphonie visuelle et mélodique…à défaut d’être mélodieuse. Loin du vacarme tentateur de la Croisette, ce soir, je me décide donc à aller au club Arte qui paraît-il la surplombe majestueusement. Après avoir passé la journée à montrer son badge puis son invitation puis son sac puis son badge puis son invitation avant d’être menée à sa place par une hôtesse pas toujours affable, le soir venu il faut de nouveau être muni d’un précieux sésame auquel celui de la journée ne vous donne pas forcément accès. Munie de ce sésame en question donc, passée l’heure du crime à laquelle l’invitation indique que les portes du lieu en question s’ouvrent, je me présente devant l’entrée, l’invitation convoitée en évidence. Ladite porte est fermée par un grillage et gardée par trois cerbères plutôt souriants… moi qui croyais que c’était antinomique, Cannes me réserve décidément encore des surprises à cette heure tardive. Après avoir montré le sésame en question et après que la porte se soit ouverte sous l’injonction des cerbères instantanément déridés, on nous guide ensuite jusqu’à l’ascenseur devant lequel est écrit qu’il s’agit d’une résidence et qu’il est recommandé de ne pas faire de bruit. Il me semble que dans les autres soirées la consigne, implicite celle-là, était inverse : cet endroit me plaît déjà. Ascenseur. Porte. Cerbère remplacé par l’hôtesse des lieux. Notre hôtesse donc, dont j’ignore le nom me serre la main puis je serre une seconde main dont je ne connais pas plus l’identité du possesseur. On nous souhaite la bienvenue puis on nous fait visiter les lieux, un immense loft en marbre plongé dans une semie-pénombre doté de DJ et de bar pour l’occasion. Je vais humer l’air estival sur la terrasse qui offre effectivement une vue magnifique sur la Croisette et sa multitude de yachts illuminés venus l’honorer de leur présence à l’occasion du festival. Anonymes et célébrités, artistes en devenir ou reconnus se croisent et devisent en toute discrétion dans ce lieu feutré et clairsemé, hors du temps, de la réalité et surtout du brouhaha de la Croisette et de ses pingouins survoltés.
    19 Mai, déjà. Il est 5H, Paris s’éveille et Cannes s’endort. Dans les brumes de l’aurore et dans celles de mes pensées engourdies je décrypte quelques messages qui me rappellent dans ce cadre enchanteur que j’ai aujourd’hui un an de plus…à nouveau parmi les intemporelles étoiles cannoises.
    Sandra.M

  • Résumé du mardi 17 Mai 2005: 7ème jour de festival de Cannes

    medium_tcket_bis.jpg


    Shangaï dreams, tel est le titre du premier film au programme du jour. Un peu d’onirisme enfin en perspective, du moins est-ce ce que laisse présager le titre…mais les rêves ici sont plutôt ceux qui achoppent dans la rude réalité du quotidien. Ce quotidien est celui de l’héroïne de 19 ans qui habite dans la province de Guizhou avec ses parents et son frère. En effet, dans les années 60, sur les recommandations du gouvernement, de nombreuses familles ont quitté les grandes villes chinoises pour s’établir dans des régions pauvres, afin d’y développer l’industrie locale. Son père pense que leur avenir est à Shangaï. On songe à l’héroïne japonaise de
    « Bashing », elle aussi prisonnière dans son propre pays. Ici aussi elle est prisonnière, prisonnière de l’étroitesse des conventions, une prison que désignent les barreaux de la fenêtre de sa chambre derrière lesquels elle est filmée comme un oiseau épris de liberté et enfermé et que désignent aussi les longues et silencieuses séquences : un silence assourdissant de mal être, d’espoir déchu. Seuls quelques sons brisant le silence reviennent comme un refrain lancinant : le tic tac de l’horloge ou les vrombissements de l’usine comme pour lui rappeler constamment ce présent auquel elle tente d’échapper. Un immense fossé sépare les deux générations avec, paradoxalement, les enfants qui veulent rester d’un côté et les parents qui veulent partir de l’autre. Le fossé devient bientôt un gouffre infranchissable. La tension monte peu à peu, jusqu’à l’explosion fatale, le drame inéluctable dans cette ville maussade où l’amour semble voué à l’échec. La fin est bouleversante d’intensité retenue et rien que pour cela ces rêves là méritent qu’on prenne le temps de les regarder s’envoler.

    De la rudesse du quotidien nous parleront aussi certainement les frères Dardenne, d’une manière différente et avec le talent qui les caractérise, encore auréolés de la palme d’or de « Rosetta » en 1999 et des prix d’interprétation obtenus par Emilie Dequenne puis Olivier Gourmet. Ce quotidien-là est celui de Sonia et Bruno, tout juste majeurs, qui vivent de l’allocation de l’une et des vols de l’autre et qui viennent d’avoir un enfant, Jimmy… mais l’enfant n’est pas ici celui que l’on aurait pu croire. L’enfant c’est ce père qui reconnaît officiellement sa paternité sans jamais avoir regardé son fils, qui agit instinctivement, fiévreusement comme un enfant indiscipliné et capricieux. Il n’a pas de limite, pas de morale et il vend son enfant de 9 jours comme il vend un téléphone portable, cet enfant à qui il n’a pas daigné adresser un regard et dont il nie l’existence avec une cruelle désinvolture comme seuls les enfants savent en faire preuve. Jimmy est toujours au centre de l’image qui nous le désigne ostensiblement mais jamais dans le regard de son père qu’il l’ignore aussi manifestement. On le suit dans sa dérive choqués puis apitoyés guidés, effroyablement hypnotisés même, par l’insouciance âpre de cet enfant égaré magistralement interprété par Jérémie Rénier qui mériterait amplement un prix d’interprétation masculine. Filmé comme un documentaire au plus près de la sordide insouciance ou de la détresse déchirante cet enfant ne nous laisse aucun moment de répit. La caméra frémissante qui épouse sa frénésie enfantine nous incite à quérir le moindre signe de croissance …parce-que c’est peut-être cela avant tout « L’enfant », l’histoire d’une croissance, d’un violent passage à l’âge adulte, d’une rédemption aussi, une de ces histoires qui vous fait grandir, brusquement mais magistralement. « Le cinéma, 24 fois la vérité par seconde » selon Godard. Le cinéma des frère Dardenne, indéniablement en tout cas…

  • Lundi 16 Mai 2005 (sixième jour de festival de Cannes)

    medium_marjj_bis.jpg



    La journée s’annonce cinématographiquement chargée. Même si j’ai décidé de me consacrer à la compétition officielle pour en avoir une vue d’ensemble le choix est bien souvent cornélien car la vision du programme alléchant des autres sélections (Un certain Regard, La Quinzaine des réalisateurs, la Cinéfondation, les courts-métrages en compétition, la Semaine de la critique, Cinémas du monde etc) menace mes bonnes résolutions … Bref les tentations cinéphiliques sont perpétuelles. Le meilleur moyen de résister à la tentation est d’y céder selon Oscar Wilde. On ne contredit pas Oscar Wilde : j’inscris donc à mon programme du jour le film de François Ozon « le temps qui reste », en compétition dans la section Un certain regard. Le temps, justement, est à l’orage. Probablement Hélios, en cinéphile averti, désapprouve-t-il la tiédeur de la compétition. Même si je ne peux que l’approuver j’aurais préféré attendre sous un ciel plus clément l’ouverture des marches (bleues celles-là) qui mènent à la salle Debussy où sont projetés les films de la section « Un certain regard ». Une ouverture salutaire des portes met fin à mes réclamations silencieuses. La salle est bondée. De nombreux festivaliers ont été refoulés. Melvil Poupaud et le réalisateur viennent présenter le film, le premier évoquant le plaisir d’avoir travaillé avec le second et en ce lundi de Pentecôte travaillé sujet à controverse, Ozon, quant à lui, excuse ironiquement l’absence de Jeanne Moreau par une grève prétendue … L’ironie ne devrait plus vraiment être au rendez-vous par la suite puisque l’histoire du « temps qui reste »est celle de Romain, un jeune photographe de trente ans qui apprend brutalement qu’il n’a plus que quelques mois à vivre. Plutôt que de traquer les signes de la maladie ou de signer un film larmoyant sur la mort, Ozon, nous raconte l’histoire d’une réconciliation, celle d’un homme avec lui-même, celle d’un homme qui dit de lui qu’il « n’est pas quelqu’un de gentil ». On suit pas à pas son cheminement et ses photographies qui immortalisent la fugacité du bonheur, jusqu’à la libération finale, écho à la sublime et cruelle fin de « 5 fois 2 », un rayon de soleil aussi paradoxal dans les deux films puisque dans « le temps qui reste » c’est la fin paradoxalement apaisée d’un homme et dans « 5 fois 2 » le début a posteriori douloureux d’une histoire puisque nous en connaissons le tragique dénouement. Une réalisation sobre et non moins brillante transforme ce qui aurait pu être un film désespérément obscur en une leçon de vie et peut-être plus encore en une leçon de cinéma car Ozon a réussi à dresser les portraits de personnages ambivalents, parfois salutairement désagréables ou juste simplement humains, ne tombant jamais dans le manichéisme ou la caricature. La première vraie émotion de ce festival. Dommage qu’il n’ait pas figuré dans la compétition officielle…

    Retour précipité à l’hôtel, l’esprit encore embrumé par le souvenir de ce film poignant puis retour tout aussi précipité sur la Croisette pour voir « Manderlay » de Lars Von Trier. N’ayant pas pu voir « Dogville » lors de sa sélection cannoise, cette fois je suis bien déterminée à voir « Manderlay » malgré les avertissements de somnolence potentielle de mes collègues festivaliers. Peut-être est-ce parce-qu’un cinéphile averti en vaut deux, en tout cas dès les premières minutes mon attention est captivée par l’étrangeté intelligente de la mise en scène et par le jeu d’une justesse prodigieuse de Bryce Dallas Howard (Grace). Me voilà donc arrivée en Alabama, en 1933, plongée dans l’histoire étrange et perturbante de Manderlay, là où l’on vit comme si l’esclavage n’avait pas été aboli soixante-dix ans plus tôt. Lars Von Trier dit lui-même ne pas savoir ce qu’il a voulu dire, probablement évoque-t-il la difficulté si contemporaine à sortir de l’oppression, la difficile instauration et les contradictions de la démocratie. Sa mise en scène déroutante, le jeu de l’actrice principale et donc la direction d’acteurs, la portée politique (bien qu’elle soit assez opaque) de l’ensemble pourraient lui ouvrir les portes du palmarès qui lui étaient restées obstinément closes pour « Dogville ». Inutile de spécifier la mollesse des applaudissements, désormais ritualisée.

    Décidément cette journée est une course contre la montre. A peine sortie de la projection, je me faufile presque machinalement dans la file des festivaliers endimanchés, mon invitation à la main. Irrémédiablement perdue dans mes pensées je ne m’aperçois qu’au bout de quelques minutes que Nicole Garcia est juste à côté de moi, tout aussi endimanchée, et tout aussi patiente. Pour la énième fois je me retrouve dans la situation où j’aimerais transmettre mon admiration au sujet de celle-ci, d’ailleurs en l'espèce davantage pour la réalisatrice que pour l’actrice, et pour la énième fois, à la perspective de ne trouver que des propos fades ou de déranger l’intéressé(e), je choisis la solution « silence respectueux. » Un autre voisin de la file qui l’observe depuis quelques instants ne semble pas avoir autant de scrupules. Il lui rappelle qu’ils se sont connus dans un festival puis pose à ses côtés, rosissant ( probablement davantage de fierté que de gêne, fierté à l’idée de montrer le précieux cliché à ses amis qui peut-être même ne reconnaîtront pas la dame en question vue la célérité à laquelle a été prise ladite photo, et qui opineront poliment du chef d’admiration feinte en réponse au regard inquisiteur et enthousiaste de leur ami ), et prenant bien soin de lui demander si cela ne l’ennuie pas…une fois la photo prise, naturellement. Nous arrivons en bas des marches. Les photographes se bousculent, crient toujours autant, signifiant parfois d’un geste brusque et non moins explicite à une célébrité ou un anonyme qu’elle ou il doit se pousser bien souvent même après l’avoir hélé(e) tout aussi explicitement pour qu’elle ou il pose à l’endroit judicieux. Dans ce brouhaha et ce désordre de flashs je perçois les noms et les visages de Claude Lelouch ou encore celui du ministre de la Culture, Renaud Donnedieu de Vabres qui, en ce 16 Mai, célèbre la journée de l’Europe. La périlleuse ascension terminée, je me retrouve à nouveau dans le calme (certes relatif) du palais. Cette fois les applaudissments pour l’équipe du film (Guillaume Canet, Diane Krüger, Dany Boon, Daniel Bruhl…) qui est toujours annoncée lors de son arrivée dans la salle, et montrée sur le grand écran, sont plus chaleureux. Forcément, le film n’est pas en compétition. Le film en question c’est « Joyeux noël » de Christian Carion dont c’est le deuxième long-métrage après « Une hirondelle a fait le printemps » . Ce film est inspiré d’une histoire vraie qui s’est déroulée durant la grande guerre, le soir de Noël 1914. En de multiples endroits du front, allemands, français, et anglais se sont réunis pour « fêter » noël, un instant de grâce et de fraternité au milieu de l’horreur absolu...comme un fragment d'Europe avant l'heure européenne! Evidemment le sujet est éminemment cinématographique. Dommage que Carion se soit contenté d’une bonne idée et qu’il n’ait pas davantage complexifié l’intrigue et les relations, assez plates, entre les personnages néanmoins très bien interprétés notamment par Dani Boon que certains comparent ici à Bourvil. Son film reste néanmoins un beau témoignage d’un épisode méconnu de l’Histoire, mêlant à la fois fraternité émouvante et causticité (le public cannois déridé par l’absence d’enjeu a allègrement manifesté son émotion) liée à l’incongruité de la situation.

    Sandra.M

    (photo Sandra.M: les marches vues de l'intérieur du palais)

  • Dimanche 15 Mai 2005 (cinquième jour de festival de Cannes)

    medium_quenn_mary2.jpg



    C’est de Paris que je reprends le récit de mes pérégrinations cannoises en espérant que mes souvenirs seront aussi fidèles que possibles à la réalité…ou à l’irréalité festivalière.

    Cela deviendrait presque une habitude, délectable habitude néanmoins : vers 9H partir déambuler sur la Croisette direction le palais des festivals en se laissant guider par les premiers rayons revigorants du soleil, croiser déjà des hordes de festivaliers harassés (déjà aussi) , se plier aux contrôles de sécurité du palais, aller chercher au guichet son invitation ou ses invitations pour le(s) film(s) du jour, s’enorgueillir brièvement de sa chance et se réjouir du programme du jour puis se laisser emporter à nouveau dans le tourbillon festivalier avec cette délicieuse sensation que la vie s’y apparentera éternellement. Cette journée là n’est pourtant pas habituelle comme le laisse présager la présence majestueuse du Queen Mary 2 au large destiné à accueillir Georges Lucas qui y recevra le trophée du festival… Evidemment il fallait un bateau à la démesure de ses réalisations, la goélette locale aurait été trop discrète. Ce jour-là est donc celui de « Star Wars : episode 3-revenge of the Sith». Une sorte de frénésie incontrôlable semble s’être emparée de la Croisette. Dommage que les films en compétition ne suscitent pas une telle effervescence et une telle mise en scène. Les marches ont en effet revêtu leurs apparats de fête en accueillant un orchestre interprétant la musique originale du film tant attendu. Je ne partage pas vraiment l’engouement général, ou plutôt l’enivrement général devrais-je dire. Rarement une telle foule se sera pressée aux abords du palais, grisée par la présence de l'équipe du film: Portman, Lucas mais aussi celle de nombreux invités comme Sharon Stone. Beaucoup plus discrète sera la montée des marches du film en compétition qui y succédera : « Quando sei nato non puoi piu nasconderti » ( Une fois que tu es né…) de Marco Tullio Giordana. Je monte les marches à nouveau, marches aussi embouteillées que le métro aux heures de pointe pour cause de retard pris par la projection précédente, puis, fébrile, je prends place, non loin de l’équipe du film, espérant que ce film sera enfin celui qui réveillera Cannes qui me semble endolorie depuis le début du festival. Je songe avec nostalgie aux applaudissements effrénés et joyeusement interminables à l’issue de la projection du « Pianiste » de Polanski, de l’émotion palpable à l’issue de celle d’ « Elephant » de Gus Van Sant, à la tension précédant les premiers extraits de « Gangs of New York » de Scorsese, à la projection jubilatoire de « Playtime » de Tati, à tous ces instants qui ont laissé une trace indélébile dans ma mémoire de cinéphile et de festivalière, et où la salle vivait, vibrait à l’unisson. Je regrette même les sifflets suscités par Haneke et Vincent Gallo les années passées…Cannes semble avoir oublié ses élans passionnés…mais il reste encore une semaine de festival pour qu’elle émerge du brouillard duquel « Star Wars » l’a momentanément sortie.
    Dans « Une fois que tu es né », un jeune garçon de 13 ans tombe à l’eau depuis le yacht familial et est récupéré par l’équipage d’un chalutier bondé de clandestins qui se dirige vers l’Italie, un voyage périlleux après lequel rien ne sera jamais plus pareil. J’aurais aimé me laisser emporter sur les flots par l’utopie de cette histoire, émouvante certes, mais je suis toujours restée sur la rive tant l’intrigue est abracadabrantesque et tant les personnages sont archétypaux avec idéalistes d’un côté et matérialistes de l’autre, un parcours initiatique à la morale stéréotypée effleurant timidement le thème de l’immigration ou celui de l’action humanitaire. Encore raté pour les débordements d’enthousiasme tant espérés…Peut-être les applaudissements se prolongent-ils un tout petit peu plus longtemps mais ce n’est pas encore la cavalcade exaltée. Je doute fort que le film figure au palmarès mais demain est le premier jour du reste du festival...alors tout est encore possible.

    Sandra.M

    (photo: le Queen Mary II au large de Cannes )