Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 4

  • Palmarès de la 24ème nuit des Molières 2010

    Molières.jpg

     Pour effacer  son image parisianiste,  la cérémonie des Molières s'était pour la première fois décentralisée en banlieue, à la Maison des arts de Créteil (MAC). Après une courte pièce de Feydeau ("Feu la mère de Madame") mise en scène par, Jean-Luc Moreau, et  notamment interprétée par Patrick Chesnais et Emmanuelle Devos, c'est à une vitesse fulgurante que les différents trophées ont été décernés par Michel Drucker et Marie Drucker (succédant à Frédéric Mitterrand, présentateur de l'édition 2009 devenu dans l'intervalle Ministre de la Culture).

       
    Laurent Terzieff, bientôt 75 ans en juin, a été sacré meilleur comédien pour deux rôles différents  "L'Habilleur" (qui lui a valu aussi le Molière du théâtre privé) et "Philoctète".

    "Les Naufragés du Fol Espoir", a elle aussi obtenu deux Molières, ceux du théâtre public et des meilleurs costumes.


    "La Nuit des rois" de Shakespeare mis en scène par Nicolas Briançon, qui partait pourtant favori avec sept nominations, n'a finalement pas obtenu plus de deux récompenses. Même chose pour "Les 39 marches" et "La Serva Amorosa" de Goldoni.  

    Dominique Blanc, déjà quatre fois césarisé, a reçu, le soir de ses 54 ans, le Molière de la comédienne pour  son interprétation dans de "La Douleur" de Marguerite Duras, douze ans après avoir déjà obtenu le Moilère de la meilleure actrice (pour "Une maison de poupée" en 1998). 

    Molière du Théâtre Public

    «Les Naufragés du Fol Espoir», Hélène Cixous, Ariane Mnouchkine / Ariane Mnouchkine -Théâtre du Soleil       

     Molière du Théâtre Privé

    «L'Habilleur», Ronald Harwood / Laurent Terzieff - Théâtre Rive Gauche

    Molière des Compagnies

    «Cercles / Fictions», Joël Pommerat : Compagnie Louis Brouillard

     Molière de la pièce comique

    «Les 39 marches», John Buchan, Alfred Hitchcock / Eric Métayer - Théâtre La Bruyère

     Molière du Théâtre Musical

    «Les Douze Pianos d'Hercule» - Jean-Paul Farré / Jean-Claude Cotillard - Cie des Claviers

     Molière du Comédien

    Laurent Terzieff dans «l'Habilleur» et «Philoctète»

     Molière de la Comédienne

    Dominique Blanc dans «La Douleur»

     Molière du Comédien dans un Second Rôle

    Henri Courseaux dans «La Nuit des Rois»

     Molière de la Comédienne dans un Second Rôle

    Claire Nadeau dans «La Serva Amorosa»

     Molière de la Révélation théâtrale féminine

    Alice Belaïdi dans «Confidences à Allah» 

    Nominations Révélation théâtrale masculine

    Guillaume Gallienne dans «Les garçons et Guillaume, à table!»

     Molière du Metteur en Scène

    Alain Françon pour «La Cerisaie»

     Molière de l'Auteur Francophone Vivant

    Eric Assous pour «L'Illusion Conjugale»

     Molière de l'Adaptateur

    Gérald Sibleyras pour «Les 39 marches»

     Molière du Créateur Costumes

    Nathalie Thomas / Marie-Hélène Bouvet / Annie Tran pour «Les Naufragés du Fol Espoir»

     Molière du Créateur Lumière

    Gaëlle de Malglaive pour «La Nuit des Rois»

     Molière du Décorateur - Scénographe

    Catherine Bluwal pour «La Serva Amorosa»

     Molière du Spectacle jeune public

    «Oh Boy!» Marie-Aude Murail, Catherine Verlaguet / Olivier Letellier

    Lien permanent Imprimer Catégories : IN THE MOOD FOR NEWS (toute l'actualité ciné) Pin it! 4 commentaires
  • L'actualité des 4 blogs "in the mood"

    bannierecannes.jpg
    bannieredeauville.png
    banniere.jpg
    banniereluxe2.jpg

    Un petit récapitulatif de l'actualité sur les différents blogs in the mood puisque pas mal de changements ont été effectués ces dernières semaines et le seront encore prochainement avec, notamment, la création d'un 4ème  blog il y a quelques semaines.  Même si écrire simultanément sur ces 4 blogs est parfois compliqué, tant que l'enthousiasme et la passion seront au rendez-vous (et c'est plus que jamais le cas), je continuerai...

    Inthemoodforluxe.com

    Ce nouveau blog c'est "In the mood for luxe " que vous pouvez également suivre sur sa page Facebook ou encore sur son compte twitter. Sur ce blog dont la devise est "quand l'exception devient la règle", vous trouverez d'ores et déjà de nombreux articles sur des destinations de rêve (Monaco, Tunisie, Grèce... mais aussi en France) avec pour principe de ne parler que de lieux que je connais. Vous y trouverez également un article sur le Grand Véfour que j'ai eu la chance de tester en présence de son célèbre chef Guy Martin et prochainement sur d'autres adresses parisiennes. Plus épisodiquement je parlerai aussi de mode (comme hier avec le cocktail d'ouverture de la boutique Ralph Lauren Boulevard Saint-Germain), d'objets ou de décoration. Prochainement d'autres articles sur Monaco mais aussi sur La Baule, Cannes, les restaurants parisiens et bien d'autres destinations. Vous y trouverez aussi désormais de nombreux liens sur le tourisme de luxe et vous pourrez y réserver directement vos voyages aux meilleurs prix. Même s'il ne m'est temporellement pas possible d'écrire autant sur ce blog que sur inthemoodforcinema, vous y trouverez  régulièrement de nouveaux articles avec, au minimum, un article par semaine. Le design sera prochainement modifié.

    Inthemoodforcannes.com

    Depuis quelques semaines, In the mood for Cannes, le blog consacré au Festival de Cannes est redevenu quotidien. Vous pouvez également le suivre sur son compte twitter et sur sa page Facebook. Chaque jour, jusqu'au festival, vous y trouverez un film de la compétition officielle détaillé et y figurent déjà tout le programme de cette édition 2010 (toutes sections confondues) et des sélections parallèles ainsi que de nombreux liens et informations pratiques. Prochainement vous y trouverez également des articles pour suivre le Festival au mieux dans les différents médias, et toutes les informations concernant le festival (programme, soirées etc) y seront mises à jour quotidiennement. Grâce à mon accréditation presse mais aussi à plusieurs partenariats (je vous en parlerai prochainement plus précisément), cette année je vous promets des récits plus que jamais "in the mood for Cannes" des films en compétition au Grand Théâtre Lumière aux sélections parallèles, en passant par les soirées du festival. Vous pourrez donc me suivre en direct de Cannes du 12 au 24 mai. Ces articles seront aussi repris sur inthemoodforcinema.com qui se mettra à l'heure cannoise pendant ces 12 jours.

    Inthemoodforcinema.com 

    In the mood for cinema reste le premier blog créé (il y a bientôt 7 ans) et le blog principal et quotidien avec les avant-premières, les films à l'affiche, les classiques du cinéma, les conférences de presse, des concours mais aussi de nombreuses autres chroniques ( notamment musicales comme récemment avec le concert privé de Mika ou littéraires suite à ma participation au jury des lectrices de Elle 2010) mais aussi des événements comme les César 2010 où inthemoodforcinema était le seul blog accrédité ou prochainement le Festival Paris Cinéma dont je ferai partie du jury blogueurs .

    Vous pouvez toujours suivre ce blog sur son compte twitter et sur sa page Facebook.

    Inthemoodfordeauville.com

    Jusqu'à présent ce blog In the mood for Deauville n'était enrichi qu'en périodes de Festivals du cinéma américain et du film asiatique de Deauville, et bien entendu dès que les informations sur le Festival du Cinéma Américain de Deauville 2010 seront annoncées elles seront publiées sur le blog. Par ailleurs, à partir de cette semaine, en raison d'un partenariat avec la ville de Deauville, vous serez régulièrement informés des événements deauvillais à l'occasion du 150ème anniversaire du "21ème arrondissement". Et bien évidemment, comme chaque année, vous me retrouverez en septembre en direct du Festival du Cinéma Américain... Ce blog aura aussi prochainement sa page Facebook et son compte twitter.

    Lien permanent Imprimer Catégories : IN THE MOOD FOR NEWS (toute l'actualité ciné) Pin it! 3 commentaires
  • "Babel" d'Alejandro Gonzales Inarritu (prix de la mise en scène du Festival de Cannes 2006)

    babel.jpg

    A l'occasion de la sélection en compétition du 63ème Festival de Cannes de "Biutiful" d'Alejandro Gonzales Inarritu (un film auquel je consacre aujourd'hui un article sur In the mood for Cannes), je vous propose un petit flash back sur le film de ce dernier qui avait reçu le prix de la mise en scène au Festival de Cannes 2006: "Babel", un de mes plus grands chocs cinématographiques cannois et, pour moi, un chef d'oeuvre. Voici la critique que j'avais alors publiée:

    En plein désert marocain, des enfants jouent avec un fusil que leur père vient d’acheter. Un coup de feu retentit et blesse une touriste américaine dans un bus qui passait sur la route, en contrebas. Les destins de cette femme (Cate Blanchett) et de son mari (Brad Pitt) dont le couple battait de l’aile, les destins des deux enfants responsables du coup de feu, le destin de la nourrice mexicaine des enfants du couple d’Américains, le destin d’une jeune Japonaise, en l’occurrence la fille de l’homme qui a donné le fusil à un Marocain qui l’a revendu au père des deux enfants : ces destins vont tous avoir une influence les uns sur les autres, des destins socialement et géographiquement si éloignés, mais si proches dans l’isolement et dans la douleur.

    Rares sont les films que je retourne voir, mais pour Babel vu au Festival de Cannes 2006 où il a obtenu le prix de la mise en scène et celui du jury œcuménique, c’était une vraie nécessité parce que Babel c’est plus qu’un film : une expérience.  Ce film choral qui clôt le triptyque du cinéaste après Amours chiennes et 21 grammes fait partie de ces films après lesquels toute parole devient inutile et impossible, de ces films qui expriment tant dans un silence, dans un geste, qu’aucune parole ne pourrait mieux les résumer. De ces films qui vous hypnotisent et vous réveillent. De ces films qui vous aveuglent et vous éclairent. Donc le même choc, la même claque, le même bouleversement, quelques mois après, l’effervescence, la déraison et les excès cannois en moins. Malgré cela.

    Si la construction n’avait été qu’un vain exercice de style, qu’un prétexte à une démonstration stylistique ostentatoire, l’exercice  aurait été alors particulièrement agaçant mais son intérêt provient justement du fait que cette construction ciselée illustre le propos du cinéaste, qu’elle traduit les vies fragmentées, l’incommunicabilité universelle.

    Le montage ne cherche pas à surprendre mais à appuyer le propos, à refléter un monde chaotique, brusque et impatient, des vies désorientées, des destins morcelés. En résulte un film riche, puissant où le spectateur est tenu en haleine du début à la fin, retenant son souffle, un souffle coupé par le basculement probable, soudain, du sublime dans la violence. Du sublime d’une danse à la violence d’un coup de feu. Du sublime d’une main sur une autre, de la blancheur d’un visage à la violence d’une balle perdue et d’une blessure rouge sang. Du sublime  du silence et du calme à la violence du basculement dans le bruit, dans la fureur, dans la déraison.

    medium_P80601087315038.jpgUn film qui nous emmène sur trois continents sans jamais que notre attention ne soit relâchée, qui nous confronte à l’égoïsme, à notre égoïsme, qui nous jette notre aveuglement et notre surdité en pleine figure, ces figures et ces visages qu’il scrute et sublime d’ailleurs, qui nous jette notre indolence en pleine figure, aussi. Un instantané troublant et désorientant de notre époque troublée et désorientée.  La scène de la discothèque est ainsi une des plus significatives, qui participe de cette expérience. La jeune Japonaise sourde et muette est aveuglée. Elle noie son désarroi dans ces lumières scintillantes, fascinantes et angoissantes.  Des lumières aveuglantes: le paradoxe du monde, encore. Lumières qui nous englobent. Soudain aveuglés et sourds au monde qui nous entoure nous aussi.

    Le point de départ du film est donc le retentissement d'un coup de feu au Maroc, coup de feu déclenchant une série d'évènements qui ont des conséquences désastreuses ou salvatrices, selon les protagonistes impliqués. Peu à peu le puzzle se reconstitue brillamment, certaines vies se reconstruisent, d’autres sont détruites à jamais.

    Jamais il n’a été aussi matériellement facile de communiquer. Jamais la communication n’a été aussi compliquée, Jamais nous n’avons reçu autant d’informations et avons si mal su les décrypter. Jamais un film ne l’a aussi bien traduit. Chaque minute du film illustre cette incompréhension, parfois par un simple arrière plan, par une simple image qui se glisse dans une autre, par un regard qui répond à un autre, par une danse qui en rappelle une autre, du Japon au Mexique, l’une éloignant et l’autre rapprochant.

    Virtuosité des raccords aussi : un silence de la Japonaise muette qui répond à un cri de douleur de l’américaine, un ballon de volley qui rappelle une balle de fusil. Un monde qui se fait écho, qui crie, qui vocifère sa peur et sa violence et sa fébrilité, qui appelle à l’aide et qui ne s’entend pas comme la Japonaise n’entend plus, comme nous n’entendons plus à force que notre écoute soit tellement sollicitée, comme nous ne voyons plus à force que tant d’images nous soit transmises, sur un mode analogue, alors qu’elles sont si différentes. Des douleurs, des sons, des solitudes qui se font écho, d’un continent à l’autre, d’une vie à l’autre. Et les cordes de cette guitare qui résonnent comme un cri de douleur et de solitude. 

     Véritable film gigogne, Babel nous montre un monde paranoïaque,  paradoxalement plus ouvert sur l’extérieur fictivement si accessible et finalement plus égocentrique que jamais,  monde paradoxalement mondialisé et individualiste. Le montage traduit magistralement cette angoisse, ces tremblements convulsifs d’un monde qui étouffe et balbutie, qui n’a jamais eu autant de moyens de s’exprimer et pour qui les mots deviennent vains. D’ailleurs chaque histoire s’achève par des gestes, des corps enlacés, touchés, touchés enfin. Touchés comme nous le sommes. Les mots n’ont plus aucun sens, les mots de ces langues différentes. Selon la Bible, Babel fut  ainsi une célèbre tour construite par une humanité unie pour atteindre le paradis. Cette entreprise provoqua la colère de Dieu, qui pour les séparer, fit parler à chacun des hommes impliqués une langue différente, mettant ainsi fin au projet et répandant sur la Terre un peuple désorienté et incapable de communiquer.

    medium_P80601161052655.jpgC’est aussi un film de contrastes. Contrastes entre douleur et grâce, ou plutôt la grâce puis si subitement la douleur, puis la grâce à nouveau, parfois. Un coup de feu retentit et tout bascule. Le coup de feu du début ou celui en pleine liesse du mariage.  Grâce si éphémère, si fragile, comme celle de l’innocence de ces enfants qu’ils soient japonais, américains, marocains, ou mexicains. Contrastes entre le rouge des vêtements de la femme mexicaine et les couleurs ocres du désert. Contrastes entres les lignes verticales de Tokyo et l’horizontalité du désert. Contrastes entre un jeu d’enfants et ses conséquences dramatiques. Contraste entre le corps dénudé et la ville habillée de lumière. Contraste entre le désert et la ville.   Contrastes de la solitude dans le désert et de la foule de Tokyo. Contrastes de la foule et de la solitude dans la foule. Contrastes entre « toutes les télévisions [qui] en parlent » et ces cris qui s’évanouissent dans le désert.  Contrastes d’un côté et de l’autre de la frontière.  Contrastes d’un monde qui s’ouvre à la communication et se ferme à l’autre. Contrastes d’un monde surinformé mais incompréhensible, contrastes d’un monde qui voit sans regarder, qui interprète sans savoir ou comment, par le prisme du regard d’un monde apeuré, un jeu d’enfants devient l’acte terroriste de fondamentalistes ou comment ils estiment savoir de là-bas ce qu’ils ne comprennent pas ici.

    medium_P80601693016905.jpgMais toutes ces  dissociations et ces contrastes ne sont finalement là que pour mieux rapprocher.   Contrastes de ces hommes qui parlent des langues différentes mais se comprennent d’un geste, d’une photo échangée (même si un billet méprisant, méprisable les séparera, à nouveau). Contrastes de ces êtres soudainement plongés dans la solitude qui leur permet finalement de se retrouver. Mais surtout, surtout, malgré les langues : la même violence, la même solitude, la même incommunicabilité, la même fébrilité, le même rouge et la même blancheur, la même magnificence et menace de la nuit au-dessus des villes, la même innocence meurtrie, le même sentiment d’oppression dans la foule et dans le désert. 

     Loin d’être une démonstration stylistique, malgré sa virtuosité scénaristique et de mise en scène Babel est donc un édifice magistral tout entier au service d’un propos qui parvient à nous transmettre l’émotion que ses personnages réapprennent.  Notons que malgré la pluralité de lieux, de langues, d'acteurs (professionnels mais souvent aussi non professionnels), par le talent de son metteur en scène, Babel ne perd jamais sa cohérence qui surgit, flagrante, bouleversante, évidente, au dénouement.

    La mise en scène est volontairement déstructurée pour refléter ce monde qu'il met en scène, un monde qui s'égare, medium_P80601398560603.jpget qui, au moindre geste , à la moindre seconde, au moindre soupçon, peut basculer dans la violence irraisonnée, un monde qui n'a jamais communiqué aussi vite et mal, un monde que l'on prend en pleine face, fascinés et horrifiés à la fois, un monde brillamment ausculté, décrit,  par des cris et des silences aussi ; un monde qui nous aveugle, nous assourdit, un monde de différences si semblables, un monde d’après 11 septembre. 

     Babel est un film douloureux et clairvoyant, intense, empreint de la fébrilité du monde qu’il parcourt et dépeint de sa lumière blafarde puis rougeoyante puis nocturne. Un film magnifique et éprouvant dont la mise en scène vertigineuse nous emporte dans sa frénésie d’images, de sons, de violences, de jugements hâtifs, et nous laisse avec ses silences, dans le silence d’un monde si bruyant. Le silence après le bruit, malgré le bruit, le silence de l’harmonie retrouvée, l’harmonie éphémère car il suffirait qu’un coup de feu retentisse pour que tout bascule, à nouveau. La beauté et la douleur pareillement indicibles. Babel, tour de beauté et de douleur. Le silence avant les applaudissements, retentissants, mérités. Si le propre de l’Art c’est de refléter son époque et de l’éclairer, aussi sombre soit-elle, alors Babel est un chef d’œuvre. Une expérience dont on ne peut ressortir indemne ! Mais silencieux, forcément.

    Lien permanent Imprimer Catégories : GROS PLAN SUR DES CLASSIQUES DU SEPTIEME ART Pin it! 3 commentaires
  • Inthemoodforcinema choisit la programmation du ciné club du restaurant Les Cinoches à partir du 2 mai

    cinoches7.jpg
    cinoches4.jpg
    cinoches6.jpg
    cinoches5.jpg

    Les Cinoches. Voilà l'adresse qui manquait à Saint-Germain-des-Prés! J'y suis retournée à maintes reprises depuis que je l'ai découverte au hasard de mes déambulations germanopratines. L'endroit n'a jamais démérité. Cuisine de qualité, accueil chaleureux, lieu moderne mais cosy, depuis son ouverture en septembre 2009, ce restaurant a su s'imposer comme une adresse incontournable du quartier. Contrairement à nombre d'endroits à la mode où la décoration est particulièrement soignée  au détriment de la cuisine, ni l'un ni l'autre ne sont négligés et pour cause: aux commandes  se trouve le chef Frédéric Calmels, ancien du Lancaster et second de la Tour d’Argent. Les plats  sont aussi simples que délicieux,  à des prix très abordables pour le quartier avec, notamment, un menu à 18€ pour le déjeuner  mais aussi un brunch, le dimanche, pour 25€. La carte, toujours avec des produits frais de saison, varie fréquemment. Les bar des Cinoches vous accueille également avant et après les repas pour les noctambules. Depuis le 22 mars, les Cinoches ont également ouvert leur terrasse qui donne sur la rue de Condé, point stratégique pour observer la joyeuse comédie humaine germanopratine ou pour simplement se détendre (l'un n'empêchant pas l'autre me direz-vous). Quant à la décoration, à l'image de la carte, elle varie elle aussi  avec régulièrement de nouvelles oeuvres aux murs pour le plus grand plaisir des esthètes, à l'exemple des photographies de Karl Lagerfeld.

    Cet endroit est d'autant plus incontournable pour moi qu'il s'agit d'une ancienne salle art et essai reconvertie en restaurant et que, comble du rêve pour une cinéphile gastronome, chaque dimanche soir, le restaurant devient ciné club et donc le rendez-vous des gastronomes, des cinéphiles...et des cinéastes. Vous pouvez suivre les films sur un fauteuil côté bar ou depuis le restaurant,  aux premières loges juste sous l'écran si vous souhaitez écouter et regarder religeusement le film présenté, ou plus loin si votre attention se veut plus volatile. Je pense que vous aurez compris que je vous recommande les lieux sans réserves.

    J'ai donc le grand plaisir et l'honneur de faire la programmation de mon nouveau quartier général, à partir du 2 mai et cela pour 8 semaines. Il faut dire que Les Cinoches n'avaient pas besoin de moi pour avoir une excellente et judicieuse programmation, le maître des lieux étant aussi un grand cinéphile. Chaplin, Godard, Melville ...y ont ainsi été régulièrement projetés.

    A partir du 2 mai, je prends donc toutes les récriminations si la programmation ne vous satisfait pas et remercie au passage la direction de m'avoir laissé entière liberté quant au choix des films présentés.:-) J'ai tenu compte du fait que nous sommes au printemps en évitant les films trop sombres (dans tous les sens du terme)... Un film avec Alain Delon était pour moi évidemment incontournable ("La Piscine", "Le Samouraï", "Rocco et ses frères", "Borsalino",   "Le Guépard", "Monsieur Klein", "Le Cercle rouge" - d'ailleurs déjà projeté aux Cinoches-...je n'avais que l'embarras du choix, j'ai donc choisi le plus estival: "Plein soleil" même si "La Piscine aurait également bien convenu). Un film de Claude Sautet était également pour moi inévitable, j'ai choisi le plus joyeux: "César et Rosalie" (même si "Un coeur en hiver" reste pour moi le meilleur) . Je vous reparlerai plus en détails de la programmation tout au long des semaines à venir et les critiques des films présentés manquantes viendront s'ajouter à celles figurant déjà sur le blog.

     Voici donc les films qui seront projetés à partir du 2 mai, chaque dimanche, à 21H. Vous pouvez accéder à la page du ciné club en cliquant ici. Vous pouvez lire mes critiques ou commentaires sur le film concerné en cliquant sur son titre avec, dans l'ordre de leurs dates de programmation:

    "Les Enchaînés" d'Alfred Hitchcock (1946)

    enchaines.jpg
    cesar.jpg
    match.jpg
    casablanca.jpg
    pleinsoleil.jpg 
    madison6.jpg
    playtime.jpg
    "Ridicule" de Patrice Leconte (1996) (critique à venir)
    ridicule.jpg
    INFORMATIONS PRATIQUES:
    Les Cinoches
    1 rue de Condé
    75006 Paris
    Métro: Odéon
    Tél: 0143541821
    Ouvert tous les jours de 9h à 2h
    Pour en savoir plus sur la programmation du ciné club: cliquez ici (avec au programme, avant la programmation "made in in the mood for cinema", "Inside man" de Spike Lee, demain, 25 avril)
    Ciné club, chaque dimanche soir, à partir de 21h
    plan.jpg
    Lien permanent Imprimer Catégories : CINE CLUB LES CINOCHES Pin it! 0 commentaire