Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

FESTIVAL DU FILM BRITANNIQUE DE DINARD 2010

  • Bilan et vidéos de la clôture du Festival du Film Britannique de Dinard 2010

    clotdi28.jpg

    Je vous ai déjà livré le palmarès du Festival (ici) et j’ai également déjà évoqué les thématiques récurrentes de cette édition 2010 qui, si elles étaient moins sombres que celles de l’édition 2009, étaient surtout et avant tout le reflet de la remarquable diversité du cinéma britannique et « de la qualité des comédiens anglais » par laquelle  le président du jury Etienne Chatiliez s’est d’ailleurs dit « émerveillé ». Je vous invite donc à découvrir ci-dessous mes commentaires sur le palmarès et mes vidéos de cette cérémonie de clôture riche en imprévus et joyeusement  mouvementée.

    C’est donc « We want sex », la comédie sociale de Nigel Cole qui a tout raflé ou presque : Hitchcock d’or, prix du public Studio CinéLive et prix du scénario, un film qui, comme tous les autres de cette compétition, met en lumière le talent des acteurs britanniques, en l’espèce des actrices, et dont le sujet dans l’air du temps (il s’agit de la grève du personnel féminin de l’usine Ford pour obtenir l’égalité salariale) l’émotion, la qualité des décors, l’ont emporté sur l’aspect plutôt convenu et conventionnel du scénario et de la réalisation. Dommage aussi que le titre original « Made in Dagenham » ait été transformé en un plus racoleur et trompeur « We want sex ».

     Je suis ravie  que « Treacle Jr » de Jamie Thraves ait également obtenu un Hitchcock d’or (le jury en ayant décerné deux), je vous avais déjà fait part de mon enthousiasme pour ce film mais surtout pour la prestation de l’acteur principal, l’incroyable Aidan Gillen, un prix qui a mis son réalisateur « en état de choc », lequel a même raconté alors avoir hypothéqué sa maison pour pouvoir achever son projet.

    C’est le complaisant et (pour moi) déplaisant « Mr Nice » de Bernard Rose qui a obtenu le prix de la photographie.

    Côté courts-métrages, le public a attribué son prix à « Stanley Pickle » de Vicky Mather, un film d’animation à la fois tendre, drôle, poétique et cruel dans lequel Stanley, un jeune homme de vingt ans, transforme les êtres vivants une fois morts en automates.  L’occasion pour moi de souligner l’excellente qualité des courts-métrages sélectionnés du très beau « Until the river runs red » qui parle de mysticisme et disparition avec une mise en scène et des couleurs glaciales et évanescentes à mon coup de cœur « Behind this sea », le documentaire de Lottie Gammon  qui part à la rencontre de ceux qui quittent l’Afrique pour s’échouer sur l’île de Lampedusa. En quelques plans, elle parvient à traduire l’espoir et l’horreur que symbolise ce lieu pour eux. Avec beaucoup de sensibilité et d’empathie elle filme ces jeunes visages, fiers et nobles, qui ont connu l’horreur, et apprennent à devenir quelqu’un d’autre après avoir tout laissé derrière eux, y compris leur histoire et leur identité. Un documentaire instructif et bouleversant qui, en 24 (trop courtes) minutes, réussit à traduire toute la complexité et la difficulté d’une situation, un documentaire que tous les politiques en quête de simplification devraient voir.

    C’est le dernier jour que j’ai eu l’occasion de voir le film qui a reçu le prix coup de cœur (un prix sélectionné parmi tous les films projetés dans le cadre du festival) remis par l’Association La Règle du jeu et qui est d’ailleurs aussi mon coup de cœur de ce festival 2010 et dont je regrette qu’il n’ait pas été en compétition car il aurait vraiment mérité à la fois le prix du scénario et le Hitchcock d’or, sans aucun doute le plus inventif de cette année, témoignant par ailleurs d’une impressionnante maîtrise pour un premier film. Il s’agit d’ « Exam », premier long-métrage de Stuart Hazeldine qui a auparavant réécrit des scénarii pour plusieurs films de science-fiction. « Exam » a ainsi été nommé aux BAFTA 2010 dans la catégorie meilleur premier film. Huit brillants candidats ont atteint la phase finale d’embauche d’une mystérieuse et puissante corporation. Enfermés dans une pièce sans ouverture sur l’extérieur, un examinateur leur donne 80 minutes pour répondre à une question. Pour cela et sous peine de disqualification, ils doivent respecter trois règles : ne pas s’adresser à lui ni au vigile armé qui garde la porte, ne pas souiller leurs papiers, ne pas quitter la pièce. Mais quand il part et que les candidats retournent leurs papiers, ils découvrent une feuille blanche. Ils ont alors 80 minutes, non pas pour trouver la réponse mais pour, dans un premier temps, trouver la question.  Tant pis si la fin n’est pas forcément à la hauteur de l’attente suscitée (il est finalement plaisant d’être mené en bateau quand c’est fait aussi brillamment), ce thriller psychologique aura réussi à me scotcher à l’écran pendant ses 101 minutes qui s’écoulent à une vitesse fulgurante tant la mise en scène épurée, froide, précise et le jeu des acteurs, à son image, sont impressionnants. Alors que le cinéma infantilise de plus en plus le spectateur, Stuart Hazeldine en fait un acteur à part entière. Une seconde d’inattention et cela pourrait nous être à nous aussi fatal. S’ajoute à cela une pertinente métaphore d’une société (celle avec un grand S) où, pour réussir, il faut être prêt à tout, surtout à écraser les autres. Un film jubilatoire qui nous procure un réel sentiment de claustrophobie et qui, contrairement à « Buried » par exemple, nous tient en haleine jusqu’à la dernière seconde et nous laisse exténués mais réjouis de cette brillante expérience cinématographique.

    Cette année encore, j’ai donc eu le plaisir de me balader dans la cinématographique et (par voie de conséquence) dans la société britanniques avec ses sujets graves traités avec une apparente légèreté, et surtout  souvent en musique, le festival ayant eu l’excellente idée de placer cette édition 2010 sous le signe des Beatles avec notamment la projection de « Nowhere boy » sur l’adolescence tourmentée de John Lennon (je vous en ai déjà parlé mais j’y reviendrai au moment de sa sortie) sans parler d’une  ouverture et d’une clôture pour le moins musicales et joviales comme mes vidéos vous le démontrent.

    Films du 21ème Festival du Film Britannique de Dinard recommandés par inthemoodforcinema.com :

    -« Nowhere boy » de Sam Taylor Wood

    -“Neds” de Peter Mullan

    -“Another year” de Mike Leigh

    -“Skeletons” de Nick Whitfield

    -“Treacle Jr” de Jamie Treaves

    -“A Passionate woman” de Kay Mellor

    - “Exam” de Stuart Hazeldine

    -“Tolstoï le dernier automne” de Michael Hoffman

    -« Behind this sea » (court-métrage) de Lottie Gammon

    -“Stanley Pickle” (court-métrage) de Vicky Mather

    -“Until the river runs red” de Paul Wright

      (Je reviendrai sur certains au moment de leur sortie et notamment sur « Neds » le très beau film de Peter Mullan).

     Je vous donne évidemment rendez-vous pour le 22ème Festival du Film Britannique. Cette édition 2010 a encore une fois prouvé à quel point ce festival était un révélateur de talents mais aussi à quel point il était convivial et chaleureux, à l’image de la météo cette année (qui a dit qu’il pleuvait tout le temps en Bretagne et à quel point il prenait le cinéma au sérieux sans jamais se prendre au sérieux (comme l’a démontré cette très joyeusement chaotique cérémonie de clôture). Surtout qu’il ne change rien ! En attendant l’actualité continue sur les blogs inthemood avec toujours des avant-premières, des événements, les films à l’affiche... Le prochain festival prévu est pour moi celui du Festival du Film Asiatique de Deauville en mars en attendant peut-être Monaco et évidemment Cannes en mai mais souhaitant en découvrir de nouveaux d’ici là, je compte sur vous pour m’en recommander.

    vcm_s_kf_repr_832x624.jpg

  • Vidéo-Etienne Chatiliez-Master class du Festival du Film Britannique de Dinard

    P1020703.JPG

     Hier matin, le Festival du Film Britannique de Dinard a eu l'excellente idée de proposer aux festivaliers une master class sur la direction d'acteurs avec, notamment, pour invités: Peter Mullan, Etienne Chatiliez, Nick Moran, Anne Consigny... Dernière vidéo de cette master class avec Etienne Chatiliez qui évoque sa vision de la direction d'acteurs en attendant mon bilan du festival demain et de nouvelles vidéos, de la clôture cette fois.

  • Vidéos-Peter Mullan et Nick Moran - Master class du Festival du Film Britannique de Dinard

    di35.jpg

     Hier matin, le Festival du Film Britannique de Dinard a eu l'excellente idée de proposer aux festivaliers une master class sur la direction d'acteurs avec, notamment, pour invités: Peter Mullan, Etienne Chatiliez, Nick Moran, Anne Consigny... Peter Mullan évoque ici le casting de son dernier film "Neds" (film de clôture du festival ) dont je vous reparlerai et sa vision de la direction d'acteurs. Nick Moran intervient également sur ces sujets.

  • Vidéo-Anne Consigny évoque ses débuts (Festival de Dinard-Master class)

    vcm_s_kf_repr_832x624.jpg

    vcm_s_kf_repr_832x624.jpg

    Hier matin, le Festival du Film Britannique de Dinard a eu l'excellente idée de proposer aux festivaliers une master class sur la direction d'acteurs avec, notamment, pour invités: Peter Mullan, Etienne Chatiliez, Nick Moran, Anne Consigny... En attendant d'autres vidéos  de Peter Mullan, Nick Moran  et Etienne Chatiliez, écoutez Anne Consigny évoquer ses débuts avec beaucoup d'humilité.

  • Palmarès du Festival du Film Britannique de Dinard 2010

    clotdi28.jpg

    clotdi11.jpg

    clotdi6.jpg

    clotdi3.jpg

    clotdi14.jpg

    clotdi1.jpg

    En attendant de vous livrer mes commentaires et mes vidéos de cette "joyeusement chaotique" (voire improbable) cérémonie de clôture du 21ème Festival du Film Britannique de Dinard, voici le palmarès et quelques photos de la cérémonie et (quand même) une petite vidéo pour vous donner un aperçu. Je vous parlerai également de l'excellente sélection de courts-métrages et du film de clôture "Neds" signé Peter Mullan.

    HITCHCOCK D'OR ex-aequo

    "We want sex" de Nigel Cole et "Treacle Jr" de Jamie Thraves

    clotdi18.jpg

    clotdi4.jpg

    PRIX DU MEILLEUR SCENARIO

    "We want sex" de Nigel Cole

    HITCHCOCK D'ARGENT (prix du public Studio CinéLive)

    "We want sex" de Nigel Cole

    HITCHCOCK BLANC (prix du meilleur directeur de la photo)

    "Mr Nice" de Bernard Rose

    HITCHCOCK DE BRONZE (Prix coup de coeur)

    "Exam" de Stuart Hazeldine

    PRIX DU MEILLEUR COURT-METRAGE

    "Stanley Pickle" de Vicky Mather

     

  • En attendant le palmarès du 21ème Festival du Film Britannique de Dinard:1er bilan

    di3.jpg

    C’est (déjà) demain soir que le jury du 21ème Festival du Film Britannique de Dinard présidé par Etienne Chatiliez devra trancher et choisir à quel film ( parmi les six que compte la compétition) décerner le Hitchcock d’or, tandis que le Hitchcock d’argent récompensera le prix du public Studio CinéLive, le Hitchcock blanc le meilleur directeur de la photo. Enfin, le Hitchcock de bronze décerné par l’association « La Règle du jeu » consacrera le « prix coup de cœur ».

    dinard11.jpg

     Six films. Six univers. Et comme souvent des thématiques récurrentes : des couples improbables, la lutte avec soi-même ou les autres  pour l’accomplissement personnel et/ou collectif, la drogue, la musique bienheureusement omniprésente cette année avec notamment le focus sur les Beatles  et avec la projection de « Nowhere boy » sur l’adolescence déchirée de John Lennon dont je vous reparlerai mais aussi dans deux films en compétition : « Sex and drugs and Rock n’roll » de Mat Whitecross et « Soul boy » de Shimmy Marcus.

    Dans le premier, il s’agit de l’histoire de la légende du rock anglais Ian Dury qui entrecroise sa vie d’adulte chaotique et sa douloureuse enfance marquée par la polio. Le montage entremêle judicieusement ces deux époques de sa vie, et les images de la seconde expliquent la première, ce qui ne m’a pas empêchée de trouver ce film profondément ennuyeux (ce qui m’arrive d’ailleurs rarement et ce qui est d’autant plus surprenant avec un sujet aussi détonant). Il ne serait néanmoins pas étonnant que sa maîtrise technique et son interprétation lui permettent remporter les suffrages du jury.

     Avec « Soul boy », s’il était certes aussi question de musique, il s’agissait néanmoins d’un tout autre univers,  puisque Shimmy Marcus nous entraîne au Wigan Casino Dance Hall, temple de la Soul music du Nord de l’Angleterre. C’est là que le jeune Joe Mac Cain trouvera sa voie, sorte de Billy Elliott de la Soul Music très plaisant à regarder mais dont le scénario assez prévisible et léger ne devrait pas lui garantir le même prestigieux destin que le film précité lors du palmarès. Un film qui pourrait avoir les faveurs du public même s’il paraît difficile de détrôner « We want sex » de Nigel Cole qui semble emporter l’adhésion des festivaliers. Ne vous attendez pas là, malgré le titre, à voir des scènes débridées. Il s’agit en fait de « sex equality », l’objet de la lutte du personnel féminin de l’usine automobile Ford qui fait grève pour l’égalité des salaires. Est-ce le sujet d’actualité ? La combattivité de ces femmes touchantes ? Le savant dosage d’humour et d’émotion ? Toujours est-il que le prix du public lui semble garanti  malgré son classicisme.

    di4.jpg

    Pour « Mister Nice », autre film en compétition, le synopsis évoque un « contrebandier romanesque », en réalité un dealer de grande envergure pour lequel le terme pathétique me semblait plus adéquat que romanesque. Qu’est-ce qui a pu pousser Bernard Rose à réaliser un film sur ce personnage peu glorieux devant lequel il semble (un peu trop) en admiration ? Mystère. Et ce qui aurait pu rendre ce film palpitant (sa traque menée dans 14 pays, ses liens avec la CIA, l’IRA, les Triades et la Mafia, ses 43 identités dont nous ne voyons d’ailleurs pas grand chose)  et faire de la vie de cet Howard Marks (qui a réellement existé) un « film romanesque » est noyé dans un flot d’informations anecdotiques et de scènes accessoires.

     Reste le joyeusement déjanté « Skeletons »  et « Treacle Jr » dont je vous ai déjà parlé. J’espère que le jury évoquera l’incroyable prestation de l’acteur principal du second qui, rien que pour ça, mériterait un prix.

     Vous pourrez bien entendu retrouver ici demain soir le palmarès détaillé, les photos et vidéos de celui-ci et vous pouvez continuer à me suivre toute la journée en direct de Dinard, sur twitter (http://twitter.com/moodforcinema ).

    di14.jpg

     Je vous parlerai également ultérieurement de l’avant-première de ce soir « A passionate woman » d’Antonia Bord et Kay Mellor qui avait déjà reçu le prix du public à Dinard, en 1999 pour « Fanny and Elvis » et qui livre ici un mélo moins mièvre qu’il n’y paraît, lucide, drôle et poignant sur les ravages de la cristallisation amoureuse.

    di12.jpg

    di6.jpg

    Cette journée a également été ponctuée par la séance « J’écoute le cinéma ». Le principe est aussi simple qu’agréable : allongés sur la plage sur des transats, les festivaliers se laissent porter par le son, en l’occurrence celui de l’Histoire des Beatles à l’occasion du 70ème anniversaire de la naissance de John Lennon, un document sonore réalisé à partir de citations des Beatles et des extraits de leurs musiques, le tout habilement mis en son par Gaël Coto, face à un paysage splendide et sous un soleil radieux. De quoi procurer quelques regrets amers aux absents… et de quoi régaler les festivaliers présents avides d’évasion. Finalement comme les personnages des films en compétition qui cherchent à s’évader de la réalité (par la musique, la danse, la drogue, la fuite) même si ce sont celles (dans « We want sex ») qui, au contraire font face à la réalité, qui semblent avoir emporté les faveurs du public qui peut-être, en cette période troublée, se reconnaît davantage en elles.

    di2.jpg

    di8.jpg

    di13.jpg

    di9.jpg

  • Ouverture du 21ème Festival du Film Britannique de Dinard

    P1020619.JPG

    P1020623.JPG

    P1020624.JPG

    Plutôt que de vous livrer un compte rendu nocturne et bâclé de cette ouverture, je vous laisse la découvrir en images ci-dessous avant de vous commenter les 6 films en compétition et de vous en faire le bilan et avant de vous parler du film d'ouverture "Nowhere boy" de Sam Taylor Wood, une ouverture à l'image de cette édition 2010: sous le signe de la musique et d'une apparente légèreté malgré une actualité qui ne le laissait pas présager. Paradoxe britannique sans doute. Je vous en parle en détails prochainement...

    P1020636.JPG

    nowhere.jpg

  • Festival de Dinard: "Another year" de Mike Leigh

    Ce soir, le film à ne pas manquer (21H30, Salle Alizés 1) sera "Another year" de Mike Leigh qui avait déjà ému le public cannois, Mike Leigh habité de la Croisette ayant une nouvelle fois présenté son nouveau film en compétition officielle. Voilà ci-dessous ce que je vous disais alors à propos de ce film que je vous recommande vivement en attendant de vous livrer mon premier bilan de ce Festival de Dinard 2010.

    another2.jpg

    Après « Tournée » de Mathieu Amalric dont je vous parlais avant-hier, j'ai assisté hier à mon deuxième film de la compétition officielle 2010, « Another year » du britannique Mike Leigh. Un vrai mystère puisque très peu d'informations avaient filtré  sur ce film avant la projection. Onzième film de Mike Leigh qui fait partie du cercle fermé des réalisateurs ayant déjà obtenu la palme d'or (pour « Secrets et mensonges » en 1996 même si je lui préfère largement « All or nothing ») ou encore le prix de la mise en scène pour « Naked » en 1993, « Another year » est ainsi le quatrième film de Mike Leigh en compétition à Cannes. Jim Broadbent, Philip Davis, Imelda Staunton, les acteurs fétiches du réalisateur, sont ainsi de nouveau de la partie.

    Synopsis :L'histoire d'un couple heureux (Tom, géologue, et Gerri, psychologue !) qui va devoir supporter les tracas de son entourage.

    « Another year » est avant tout centré sur ses personnages, à la fois communs et atypiques mais en tout cas dépeints avec beaucoup d'humanité, de sensibilité, d'empathie. La caméra scrute habilement et pudiquement leurs visages et le basculement d'une émotion à son contraire que la première masquait.

     Mike Leigh est particulièrement doué pour capturer les choses de la vie, une mélancolie, une solitude derrière une exubérance. Si son film comme toujours se passe dans un milieu bien particulier (la classe britannique « moyenne », voire pauvre, avec toujours le chômage en arrière-plan) chacun pourra se reconnaître dans l'un de ses personnages vibrants d'humanité, et d'émouvantes contradictions.

    « Another year » est divisé en 4 saisons, (printemps, été, automne, hiver) :  en une année, à la fois comme les autres et différente des autres, alors que les jours et les saisons s'égrènent, le couple de Tom et Gerri reste la stabilité au centre de ce petit monde. En une année, ce sont les tourments et les bonheurs de l'existence qui se déroulent autour d'eux : deuil, séparation, rencontre, naissance, dépression...

    Mike Leigh sait tourner en dérision les situations dramatiques sans que jamais ses personnages soient ridiculisés mais au contraire en    faisant des héros du quotidien ( des « héros cachés ») de ces êtres perdus qui donnent constamment le change comme Mary ( formidable Lesley Manville), l'amie envahissante du couple ou encore comme  Tom le frère qui perd sa femme (très beau personnage digne, tout en silences et pudeur), Ken l'ami qui, comme Mary noie souvent sa solitude dans l'alcool et fait de vaines avances à cette dernière.

    Des tons doux et lumineux du printemps et de l'été, finit par tourner au gris d'un hiver crépusculaire au cours duquel le vrai visage de Mary se révèle dans un dernier plan aussi simple, profond que bouleversant.

      De très bons dialogues et des comédiens excellemment dirigés contribuent enfin à faire de ce film  une saison particulière à la fois drôle et nostalgique, et en tout cas profondément humaine et universelle dont la morale à la Voltaire pourrait être « Il faut cultiver notre jardin » (Tom et Gerri y passent ainsi beaucoup de temps au sens propre comme au figuré... : ils s'appliquent ainsi à changer et améliorer ou du moins aider le monde qui les entoure).