Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

festival du cinéma américain - Page 2

  • Andy Garcia, Robin Wright Penn, Steven Soderbergh...en attendant!

    Comme vous aurez pu le constater, pour cause de problèmes de connexion, je n'ai pas pu écrire de compte rendu digne de ce nom et régulier depuis le début de ce festival... mais pour reprendre la comparaison entre un film et un festival émise le jour de l'ouverture, peut-être même est-ce mieux ainsi. Vous aurez un compte rendu à mon retour, après que le film de ce 35ème Festival du Cinéma Américain de Deauville se soit pour moi achevé. Je pourrai donc vous en parler avec le recul que nécessite parfois un tourbillon festivalier pour être appréhendé. Imagine-t-on ainsi raconter un film avant d'avoir vu son dénouement? Et il me semble que si je vous racontais maintenant ce festival il manquerait le dénouement pour que je puisse l'évoquer en toute connaissance de cause. Tout ce galimatias pour vous dire  que ma viscérale envie d'écrire ne s'est pas subitement envolée, bien au contraire, et que ce silence n'est pas lié à la lassitude, que vous devrez patienter jusqu'à la semaine prochaine pour avoir mon compte rendu de ce festival alors en attendant, pour vous faire patienter je vous laisse avec ces 3 photos emblématiques de ces derniers jours auxquelles viendront s'ajouter celles d'un certain Harrison Ford, celles du palmarès et bien d'autres...

    2009_0911garcia0007.JPG
    2009_0911garcia0020.JPG
    2009_0911garcia0091.JPG
  • L’hommage du 35ème Festival du Cinéma Américain de Deauville à David Zucker, Jim Abrahams, Jerry Zucker

    2009_0908Zucker0045.JPG

    C'est aujourd'hui que les choses sérieuses commencent avec l'avant-première de « The informant ! » de Steven Soderbergh  à laquelle j'assisterai  évidemment ainsi qu'à la conférence de presse. Je vous résumerai ultérieurement les deux films en compétition d'hier  « Shrink » et « Humpday » mais sachez déjà qu'ils demeurent dans la lignée des films précédemment présentés en compétition cette année. J'attends donc encore le coup de cœur et la révélation de ce festival 2009 même si aujourd'hui je ne verrai qu'un film en compétition « The Messenger » délaissant le second pour la conférence de presse de Steven Soderbergh. Comme l'hommage aux « ZAZ » se passe de commentaires, je vous le livre en images ci-dessous. Dès que j'aurai davantage de facilités pour me connecter (à mon retour lundi), j'y ajouterai la vidéo. Cette journée de mercredi se terminant pour moi par la soirée de gala au Salon des Ambassadeurs du Casino de Deauville, j'aurai sans doute davantage à vous raconter même si le récit risque de tarder pour cause de problèmes de connexion mais je reviendrai évidemment sur ce festival plus longuement à mon retour d'autant que les prochains jours s'annoncent encore plus riches en évènements avec les venues de Robin Wright Penn, Harrison Ford et Andy Garcia, des hommages, des projections et des conférences de presse dont vous pourrez évidemment retrouver les photos et résumés sur inthemoodforcinema.com et inthemoodfordeauville.com.  Je reviendrai également sur mes multiples impressions de ces précédents jours et sur des anecdotes et films que je n'ai pas encore eu le temps d'évoquer. Patience donc !

    2009_0908Zucker0023.JPG
    2009_0908Zucker0024.JPG
    2009_0908Zucker0030.JPG
    2009_0908Zucker0033.JPG
    2009_0908Zucker0041.JPG
    2009_0908Zucker0049.JPG
  • Hors du temps...

    2009_0905deauville2009ouvertu0016.JPG
    Rachel Mc Adams et Eric Bana (photo: inthemoodfordeauville.com )

    Hors du temps. C'est là la vertigineuse et délicieuse sensation qu'éprouvent en général les festivaliers après 10 journées d'immersion cinématographique. C'est aussi le titre français du film d'ouverture de ce 35ème Festival du Cinéma Américain de Deauville « The Time Traverler's Wife » de Robert Schwentke avec Rachel Mc Adams et Eric Bana.

     La projection a été précédée d'un concert de Julia Migenes, 5 chansons de son nouvel album « Hollywood Divas ». Cette soirée d'ouverture a été à l'image du film de Robert Schwentke : tous les éléments étaient là pour faire de cette soirée un moment magique (une voix lyrique, celle de Julia Migenes ; un 35ème anniversaire) mais malgré l'énergie incroyable que la diva a déployée l'émotion n'a fait qu'affleurer lors du dernier titre qu'elle a interprété « Goodbye Valentino », une création originale plutôt réussie. Après ce voyage dans l'Histoire du cinéma, c'est donc à un autre voyage dans le temps que nous ont invité Rachel Mc Adams et Eric Bana. (Voir photos de l'ouverture dans l'article ci-dessous).

     Synopsis : Claire aime Henry depuis toujours. Elle est convaincue qu'ils sont destinés l'un à l'autre même si elle ne sait jamais quand ils seront séparés... Henry est en effet un voyageur du temps. Il souffre d'une anomalie génétique très rare qui l'oblige à vivre selon un déroulement de temps différent : il va et vient à travers les années sans le moindre contrôle sur ce phénomène. Même si les voyages d'Henry les séparent sans prévenir, même s'ils ignorent lorsqu'ils se retrouveront, Claire tente désespérément de faire sa vie avec celui qu'elle aime par-dessus tout...

     On se demande comment un sujet en or comme celui-ci (« Hors du temps » a d'abord été le premier roman de l'artiste et écrivain Audrey Niffenegger, paru en France sous le titre « Le temps n'est rien » et devenu au fil du temps un best-seller), empreint de magie, peut donner un film qui en est autant dépourvu et qui se réduise à une accumulation de scènes sans tension dramatique, ni véritable enjeu. Les décors, la photographie, le jeu de l'acteur principal et le regard porté sur eux par le réalisateur (ou plutôt l'absence de regard) sont malheureusement assez plats et donne simplement une histoire mise en image sans qu'aucun univers n'en émerge . C'est vraiment dommage que ce film manque ainsi de souffle tant on imagine ce qu'aurait pu donner cette belle histoire dans laquelle l'amour qui unit les deux personnages principaux défie le temps. Le scénario bâclé (signé Bruce Joel Rubin, pourtant habitué au mélange de romance et surnaturel puisqu'il avait également signé le scénario de « Ghost ») esquisse les personnages secondaires sans leur donner d'épaisseur (le Dr David Kendrick,  Gomez...).

    Pour voir une belle histoire d'amour intemporelle transcendée par le regard aiguisé de son réalisateur et de ses interprètes, je vous recommande plutôt « L'étrange histoire de Benjamin Button » dont vous pouvez lire ma critique en cliquant ici.

     Conférence de presse :

    La conférence de presse donnée par les deux acteurs a été à l'image de l'impression laissée par ce film : fade... Je vous en retranscris néanmoins ici quelques réponses. Pour Eric Bana, ce qui l'intéressait c'était avant tout l'authenticité de l'histoire d'amour. S'il pouvait remonter dans le temps, il dit qu'il aimerait revenir dans les années 1950, 1955, ne voulant pas aller dans le futur car il espère qu'il y sera de toute façon et ainsi en remontant aux années 1950, il pourrait satisfaire se passion pour les voitures et être sur les circuits automobiles de cette époque. Quant à Rachel Mc Adams, elle dit avoir été touchée par « l'idée de voir des êtres chers quand ils étaient plus jeunes, quand on' n'était pas là pour les voir. » Si elle avait eu la capacité de remonter dans le temps, elle aurait donc aimé voir ses parents, ses grands-parents quand ils sont tombés amoureux. Quant à leurs projets respectifs, Eric Bana a déclaré vouloir consacrer plus de temps à son équipe de foot qui passe en finale et ne pas avoir de projet cinématographique pour le moment. Rachel Mc Adams, quant à elle,  va prendre quelques mois de vacances avant la promotion du film avant noël et notamment faire un tour en Normandie, une région qu'elle ne connaît pas... et elle rêverait de pouvoir profiter des projections du festival, déplorant de ne voir ce genre d'évènements qu'à travers leurs coulisses.

     Sortie en salles :le 25 novembre 2009

  • Prête pour 10 jours de Festival du Cinéma Américain de Deauville

    2009_0903badgedeauville0002.JPGPrête pour 10 jours de Festival du Cinéma Américain de Deauville qui s'annonce très riche en belles surprises pour moi et les lecteurs de ce blog... A suivre!

  • Déjà "in the mood for Deauville" à j-1 de l'ouverture du 35ème Festival du Cinéma Américain

    2009_0903deauville200910008.JPG

    Demain débutera le 35ème Festival du Cinéma Américain de Deauville, et ce qui sera pour moi un 16ème Festival du Cinéma Américain. Ce 35ème anniversaire s’ouvrira, à 19h30, avec  le récital de Julia Migenes (« Hollywood divas »)  et avec « The time’s traveler’s wife »  (Hors du temps) en film d’ouverture (dont vous pouvez retrouver le synopsis sur ce blog) en présence des acteurs principaux Rachel McAdams et Eric Bana. J’en profite pour vous rappeler que ces deux derniers donneront leur conférence de presse samedi, à 11h.

     

     C’est d’ores et déjà de Deauville que j’écris ces lignes, sous un ciel menaçant, éprouvant, comme toujours à la veille d’un festival, ce mélange d’impatience fébrile  et d’anxiété insondable. Un mélange d’appréhension et d’excitation comme avant les premières minutes d’un film très attendu, lorsque je redoute qu’il ne soit pas à la hauteur de mes attentes.

     

     Comment sera cette année pour moi le film de ce 35ème Festival du Cinéma Américain. Palpitant ? Déroutant ? Décevant ? Inquiétant ? Emouvant ? Inénarrable ? Envoûtant ? Anecdotique ? Inoubliable ? Sous l’ombre d’un nuage, au propre comme au figuré ?  Réponse dans 10 jours et évidemment, en attendant, vous pourrez chaque jour retrouver mes articles en direct de Deauville à la fois sur mon blog principal http://www.inthemoodforcinema.com (sur lequel, dès le 15 septembre, vous retrouverez l’actualité cinématographique, festivalière, littéraire… mais aussi de nouvelles rubriques dont je vous parlerai à ce moment-là) qui se met pour 10 jours à l’heure deauvillaise et évidemment sur http://www.inthemoodfordeauville.com, blog entièrement dédié à ce festival !

     

    Pour l’heure, retrouvez ci-dessous mes premières photos de Deauville (prises ce jour) déjà à l’heure américaine…

    2009_0903deauville200910002.JPG
    2009_0903deauville200910006.JPG
    2009_0903deauville200910009.JPG

     

     

    2009_0903deauville200910012.JPG

     

     

    2009_0903deauville200910011.JPG
    2009_0903deauville200910014.JPG
    2009_0903deauville200910017.JPG