Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jean-pierre jeunet

  • Trois anniversaires fêtés au Festival du Film de Cabourg pour les 30 ans du 8 au 12 juin 2016

    cabourg2016.jpg

    Je vous ai déjà parlé de cette édition 2016 du Festival du Film de Cabourg (cliquez ici pour lire mon premier article sur le Festival du Film de Cabourg 2016 publié sur mon site Inthemoodforfilmfestivals.com) qui célébrera cette année ses 30 ans et qui est désormais, chaque année, un rendez-vous incontournable pour les amoureux...du cinéma romantique.

    meridien.jpg

    Je vous ai également récemment parlé d'un événement qui devrait marquer le 30ème anniversaire: le Festival du Film romantique de Cabourg souhaite en effet associer les amoureux du monde entier à la naissance d’une œuvre poétique unique au monde, Un Méridien de lAmour à Cabourg ! Un musée de l'amour en plein-air et sur le web. Voilà qui sied parfaitement à la ville du romantisme et du cinéma romantique. Pour en savoir plus, retrouvez mon article à ce sujet, ici, et pour faire comme moi et y contribuer, c'est là.

    La nouvelle annonce du jour confirme que cette édition anniversaire devrait marquer les esprits. En effet, pour fêter sa 30ème édition, le Festival du Film de Cabourg, Journées Romantiques, célébrera ainsi trois anniversaires (et quels anniversaires !) : ses 30 ans, mais aussi les anniversaires de deux chefs-d’œuvre du cinéma romantique, les 15 ans de la sortie du film Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain de Jean-Pierre Jeunet et les 50 ans de la sortie du film Un homme et une femme de Claude Lelouch (vous pouvez désormais découvrir en DVD et Blu-ray son dernier film, le magnifique UN + UNE ).

    Cabourg10.jpg

    Le mercredi 8 juin, pour souffler ses 30 bougies, le Festival offrira aux amoureux du monde entier l’œuvre poétique unique que sera Le Méridien de l’Amour, qui sera inauguré sur la Promenade Marcel Proust, à Cabourg. À cette occasion, tous les Présidents des précédentes éditions seront conviés. Juliette Binoche, Catherine Corsini, Tonie Marshall et Yann Samuell ont d’ores et déjà répondu présents. Voilà un générique qui s’annonce aussi impressionnant que glamour et cinéphilique! Un événement à ne pas manquer!

    amélie poulain.jpg

    En 2001, Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain de Jean-Pierre Jeunet sortait en salles. J'étais alors étudiante en sciences politiques en Bretagne et je me souviens que voir et revoir ce film (que j'ai alors vu plusieurs fois en salles) était une douce évasion. Cette même année, le Festival du Film de Cabourg le récompensait avec un Swann d’Or du meilleur réalisateur décerné à Jean-Pierre Jeunet et un Swann d’Or du meilleur acteur remis à Mathieu Kassovitz. Audrey Tautou, quant à elle, avait reçu à Cabourg 2 ans plus tôt le Swann d’Or de la révélation féminine pour son rôle dans Vénus Beauté de Tonie Marshall.

    Le vendredi 10 juin, le Festival réunira ainsi le réalisateur Jean-Pierre Jeunet, le scénariste Guillaume Laurant et les acteurs Audrey Tautou, Isabelle Nanty, Rufus et Dominique Pinon pour échanger avec le public à l’occasion d’une projection anniversaire du film.

    un homme et une femme.jpg

    Il y a 50 ans, sur une plage de la Côte normande, était né l’un des plus beaux films d’amour français joué par Anouk Aimée et Jean-Louis Trintignant, et accompagné d’une musique inoubliable signée Francis Lai : Un homme et une femme de Claude Lelouch.

    Le samedi 11 juin, Claude Lelouch viendra à Cabourg pour assister à une projection anniversaire du film suivie d’une rencontre avec le public, auxquelles seront aussi invités Anouk Aimée et Francis Lai. Sans aucun doute, un très beau moment de cinéma en perspective, a fortiori pour moi puisque c'est sans doute un des films à l'origine de ma passion pour le cinéma.

    En bonus, je vous propose ma critique de ce chef-d'œuvre.

    Voilà qui promet une trentième édition particulièrement exceptionnelle ! Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site officiel du Festival du Film de Cabourg.

    Critique de UN HOMME ET UNE FEMME de Claude Lelouch

    cinéma, festival, film, anniversaire, Festival du Film de Cabourg, Festival du Film de Cabourg 2016, Claude Lelouch, Jean-Pierre Jeunet, Un homme et une femme, le Fabuleux destin d'Amélie Poulain, le Méridien de l'amour, In the mood for cinema, In the mood for cinéma

    Le 13 septembre 1965, Claude Lelouch est désespéré, son dernier film ayant été un échec. Il prend alors sa voiture, roule jusqu'à épuisement en allant vers Deauville où il s'arrête à 2 heures du matin en dormant dans sa voiture. Réveillé le matin par le soleil, il voit une femme depuis sa voiture, étonné de la voir marcher avec un enfant et un chien. Sa « curiosité est alors plus grande que la tristesse ». Il commence à imaginer ce que peut faire cette femme sur cette plage, avec son enfant, à cette heure matinale. Cela donnera « Un homme et une femme ».

    Synopsis : Anne (Anouk Aimée), scripte, inconsolable depuis la mort de son mari cascadeur Pierre (Pierre Barouh), rencontre à Deauville, en allant chercher sa fille à la pension, un coureur automobile, Jean (Jean-Louis Trintignant), dont la femme s'est suicidée par désespoir. Jean raccompagne Anne à Paris. Tous deux sont endeuillés, et tous deux ont un enfant. C'est l'histoire d'un homme et d'une femme qui s'aiment, se repoussent, se retrouvent et s'aiment encore...

     J'ai vu ce film un grand nombre de fois, et à chaque fois, avec le même plaisir, la même émotion, le même sentiment de modernité pour un film qui date de 1966, étonnant pour un cinéaste dont beaucoup de critiques raillent aujourd'hui le classicisme. Cette modernité est bien sûr liée à la méthode Claude Lelouch d'ailleurs en partie la conséquence de contraintes techniques et budgétaires. Ainsi, Lelouch n'ayant pas assez d'argent pour tourner en couleurs tournera les extérieurs en couleurs et les intérieurs en noir et blanc. Le montage et les alternances de noir et blanc et de couleurs jouent alors habilement avec les méandres du temps et de la mémoire émotive, entre le présent et le bonheur passé qui ressurgit sans cesse.

    Je ne sais pas si « le cinéma c'est mieux que la vie » mais en tout cas Claude Lelouch fait partie de ceux dont les films et surtout « Un homme et une femme » nous la font aimer.  Rares sont les films qui donnent à ce point la sensation de voir une histoire d'amour naître et vibrer sous nos yeux, d'en ressentir -partager, presque- le moindre battement de cœur ou le moindre frémissement de ses protagonistes, comme si la caméra scrutait les visages et les âmes. Par une main qui frôle une épaule si subtilement filmée. Par le plan d'un regard qui s'évade et s'égare. Par un sourire qui s'esquisse. Par des mots hésitants ou murmurés. Par la musique éternelle de Francis Lai (enregistrée avant le film) qui nous chavire le cœur. Par une photographie aux accents picturaux qui sublime Deauville filmée avec une lumière nimbée de mélancolie, des paysages qui cristallisent les sentiments de Jean-Louis et d'Anne, fragile et paradoxalement impériale, magistralement (dirigée et) interprétée par Anouk Aimée. Rares sont les films qui procurent cette impression de spontanéité, de vérité presque. Les fameux « instants de vérité » de Lelouch.

    Et puis il y a le charme incomparable du couple Anouk Aimée/ Jean-Louis Trintignant, le charme de leurs voix, notamment quand Jean-Louis Trintignant prononce « Montmartre 1540 ». Le charme et la maladresse des premiers instants cruciaux d'une histoire d'amour quand le moindre geste, la moindre parole peuvent tout briser. Et puis ces plans fixes, de Jean-Louis dans sa Ford Mustang (véritable personnage du film), notamment lorsqu'il prépare ce qu'il dira à Anne après qu'il ait reçu son télégramme. Et puis ces plans qui encerclent les visages et en capturent la moindre émotion. Ce plan de cet homme avec son chien qui marche dans la brume et qui  fait penser à Giacometti (pour Jean-Louis). Tant d'autres encore...

    lelouch4.jpg

     Avec « Un homme et une femme » Claude Lelouch a signé une histoire intemporelle, universelle avec un ton très personnel et poétique. La plus simple du monde et la plus difficile à raconter. Celle de la rencontre d'un homme et une femme, de la rencontre de deux solitudes blessées. Il prouve que les plus belles histoires sont les plus simples et que la marque du talent est de les rendre singulières et extraordinaires.

    Alors pour reprendre l'interrogation de Jean-Louis dans le film citant Giacometti « Qu'est-ce que vous choisiriez : l'art ou la vie » Lelouch, n'a certainement pas choisi, ayant réussi a insufflé de l'art dans la vie de ses personnages et de la vie dans son art. Voilà c'est de l'art qui transpire la vie.

    Alors que Claude Lelouch a tourné sans avoir de distributeur, sans même savoir si son film sortirait un jour, il obtint la palme d'or à Cannes en 1966, l'oscar du meilleur film étranger et celui du meilleur scénario et 42 récompenses au total et aujourd'hui encore de nombreux touristes viennent à Deauville grâce à « Un homme et une femme », le film, mais aussi sa musique mondialement célèbre. Vingt ans après, Claude Lelouch tourna une suite « Un homme et une femme 20 ans déjà » réunissant à nouveau les deux protagonistes. Je vous en parle très bientôt.

     

     

  • Cycle de débats "Paris-Hollywood: rêve ou cauchemar" au Forum des Images

     

    sor.jpg

    Je vous ai déjà parlé du cycle de débats organisés par les étudiants du Master pro en scénario, réalisation et production de l'Université de Paris 1 Panthéon - Sorbonne auxquels j'ai moi-même participé lorsque j'étais étudiante dans ce Master.
     Ces débats reprennent et  le premier débat de cette rentrée aura lieu le jeudi 4 novembre à 19h30 au Forum des images  
    Le thème retenu est cette année est Paris - Hollywood : rêve ou cauchemar ? Les premiers invites seront le cinéaste Jean-Pierre Jeunet et le monteur Hervé Schneid.
    Le 16 décembre, à 19H30, l'invité sera Costa-Gavras.
     
    Lien permanent Imprimer Catégories : IN THE MOOD FOR NEWS (toute l'actualité ciné) Pin it! 1 commentaire
  • « Micmacs à Tire-Larigot » de Jean-Pierre Jeunet

    micmacs7.jpg

    Un film de Jean-Pierre Jeunet est toujours pour moi un rendez-vous à ne pas manquer depuis « Le Fabuleux destin d'Amélie Poulain », probablement le film que j'ai revu le plus grand nombre de fois au cinéma l'année de sa sortie. « Micmacs à Tire-Larigot » étant (seulement) son 6ème film, l'attente était  à la hauteur de la rareté des films du cinéaste. Si cette histoire m'avait au départ laissée assez sceptique, la passion avec laquelle Jean-Pierre Jeunet en avait parlé lors de sa Master Class (vous pouvez en lire le récit en cliquant ici) avait fait voler en éclats toutes mes réserves. C'est donc avec les yeux écarquillés et l'impatience d'un enfant qui va faire son tour de manège favori que je me suis plongée à nouveau dans l'univers de Jean-Pierre Jeunet.

    Evidemment, comme toujours chez Jeunet, cela se déroule à Paris mais avant Paris il y a le désert marocain, là où une mine explose et tue un homme avant qu'une balle perdue, des années plus tard, vienne se loger dans le cerveau de son fils Bazil (Dany Boon). C'est alors une bande de chiffonniers aussi fantasques que leurs surnoms qui le recueille : Remington, Calculette, Fracasse, Placard, la Môme Caoutchouc, Petit Pierre et Tambouille. Un jour, par hasard, Bazil se trouve face au bâtiment des fabricants d'armes qui sont la cause de ses déboires. Avec l'aide de sa truculente bande, il décide de se venger.

     J'avoue qu'au départ, c'est avec délectation que je me suis replongée dans l'univers de Jeunet, totalement embarquée dans son royaume fantaisiste et poétique, son Paris à la fois désuet et intemporel, avec ses personnages attendrissants dont les particularités accumulées rendent les premières scènes de la joyeuse troupe irrésistibles. Et aussi farfelus soient-ils, Jeunet arrive à nous faire croire à leur existence, à nous immerger dans son univers, si reconnaissable et particulier, à rendre crédibles ces personnages joyeusement fêlés (dans les deux sens du terme) et burlesques, quelque part entre Keaton et Chaplin. Avec lui on peut tout croire : aux contorsionnistes dans les réfrigérateurs, aux robes qui dansent, et même que cette bande de joyeux lurons parvienne à mener la vie dure à une bande de marchands d'armes.

     J'ai lu ici et là qu'on reprochait à Jeunet de faire toujours la même chose... Un comble ! Moi, c'est justement pour cela que je l'apprécie. Pour cet univers qui n'appartient qu'à lui. Et avoir un univers reconnaissable en un seul plan est bien là la marque des grands cinéastes auxquels Jeunet appartient indéniablement.

     Et puis il y a la précision du décor, chaque objet semble avoir une âme, une histoire. Il y a Paris, aussi, toujours, une sorte de Paris souterrain qui ne laisse voir sa poésie qu'aux âmes rêveuses et égarées. Alors oui, c'est plein de bons sentiments,  d'une tendre innocence.  Et alors ? Non, décidément tout cela ne méritait pas ce lynchage.

     Oui, mais voilà, malgré tout cela, moi je suis comme les enfants, il faut qu'on me raconte une histoire ou à défaut que le tour de manège soit tellement époustouflant qu'il me fasse oublier qu'il n'y en a pas. Or, passée la première surprise et le plaisir de découvrir ces personnages, il faut bien admettre l'évidence : il n'y a pas de scénario. Jeunet et Laurant semblent s'être tellement concentrés sur leurs personnages, certes particulièrement bien dessinés, qu'ils ont oublié de leur faire vivre une histoire pour les embarquer dans une suite de saynètes abracadabrantesques et finalement ennuyeuses.

     Et puis il manque la rengaine entraînante de Yann Tiersen (remplacé ici par Raphaël Beau). Et la photographie n'est peut-être pas aussi éblouissante que celle à laquelle Jeunet nous avait habitués : c'est Tetsuo Nagata (La Chambre des officiers, La Môme...) qui s'en charge ici.

     Mais « Micmacs à Tire-Larigot » est aussi et avant tout un hommage au cinéma. En témoignent ces affiches de « Micmacs » plantés dans le décor, discrète mise en abyme pour nous signifier que le vrai héros, c'est finalement le cinéma. Il y a aussi ce très bel hommage au « Grand sommeil » d'Howard Hawks, ou encore à Tati avec cette scène de l'aéroport digne de « Playtime » sans parler de Dany Boon qui emprunte autant à Bourvil qu'à Chaplin et s'intègre merveilleusement à l'univers de Jeunet. (Marie-Julie Baup, sorte de petite sœur d'Amélie Poulain, et Julie Ferrier sont également remarquables).

     Mais malgré cela, quelqu'un qui m'emmène dans son bouillonnant univers, qui aime autant le cinéma, pour qui la poésie n'est pas un vilain mot, qui les aime tellement les mots justement (oui les dialogues sont très écrits, et alors, ils font mouche !) me ferait presque oublier cette dernière demi-heure où l'ennui a dominé et la déception face à autant de talent, de créativité, dé singularité gâchées par la faiblesse du scénario.

  • Sortie en salles de "Micmacs à Tire-Larigot": masterclass de Jean-Pierre Jeunet

    micmacs3.jpgA l'occasion de la sortie en salles de "Micmacs à tire-larigot", demain, je vous propose de relire  le compte rendu de la passionnante masterclass de Jean-Pierre Jeunet, en cliquant ici.

    jeunet.jpg