Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jacques audiard

  • Les César 2016 en direct le 26 février : toutes les informations et critiques des films en lice

    cesar2016affiche.jpg

     C'est le 26 février prochain, à 21H, que se tiendra la 41ème cérémonie des César, comme chaque année au Théâtre du Châtelet. Comme chaque année également, la cérémonie sera retransmise en direct et en clair sur Canal plus. A 19H10, ce sera le Grand Journal, également en direct et en clair avec, en duplex depuis le théâtre du Châtelet, Laurent Weil qui inaugurera la soirée des César en accueillant les tous premiers invités sur le tapis rouge. A 20H10, ce sera Le petit journal spécial César présenté par Yann Barthès, toujours en direct et en clair. Après les César, vous pouvez retrouver les interviews des vainqueurs de la 41ème cérémonie des César.

    Pour la 9ème année consécutive (tantôt en salle presse, tantôt dans la salle du Châtelet, selon les éditions, une cérémonie que je connais donc bien et dont une scène clef de mon premier roman publié prochainement aux Editions du 38 s'y déroule d'ailleurs et dont je vous révèlerai bientôt la couverture et le titre ), j'aurai le plaisir d'être présente dans la salle pour vous commenter la cérémonie sur twitter (@moodforcinema ), et en amont dès le cocktail à 18H30 et sur instagram pour les photos (@sandra_meziere), cette fois en partenariat avec Canal plus dont je vous recommande également de suivre le compte (@cinemacanalplus ) et de découvrir l'excellent site consacré aux César, véritable mine d'informations. 

    A cette occasion, mes tweets seront mis en avant sur la page internet officielle de Canal + consacrée aux César. Par ailleurs, désormais, chaque mois, Canal plus sélectionnera une de mes critiques et la mettra en avant sur son site. On commence avec "Timbuktu", diffusé actuellement sur la chaîne. Retrouvez le début de ma critique sur le site officiel de Canal + ici.

     L'annonce des nommés aux César 2016 fut l'occasion de se rappeler à quel point la production cinématographique française fut riche et diversifiée en 2015 mais aussi à quel point le Festival de Cannes est un découvreur de grands films et de talents tant sont nombreux les films en lice pour ces César 2016 présentés dans les différentes sélections du Festival de Cannes 2015 et même primés ("La loi du marché", "Dheepan", "Mon roi" etc).

    L'affiche de cette 41ème édition met, comme chaque année, une actrice à l'honneur, cette année Juliette Binoche avec cette photo signée Brigitte Lacombe prise lors du tournage du "Patient anglais" d'Anthony Minghella (qui lui valut l'Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle en 1997).

    Le Président de cette cérémonie sera le cinéaste Claude Lelouch, l'occasion pour moi de vous reparler de son excellent dernier film "UN + UNE"(malheureusement absent de ces nominations) dont vous pourrez retrouver ma critique en bas de cet article. Je vous conseille l'interview ci-dessous dans laquelle il annonce la ressortie d'une version restaurée de son chef d'œuvre "Un homme et une femme" dans le monde entier, pour les 50 ans du film.

     

    C'est Florence Foresti qui aura la lourde tâche de succéder à Edouard Baer après une 40ème cérémonie que j'avais trouvée particulièrement réussie parce que s’y entrelaçaient le cinéma d’hier (Truffaut, Resnais) que j’aime tant et celui d’aujourd’hui qui m’enthousiasme, et parce que, Edouard Baer, tout au long de la cérémonie, avait fait preuve d’humour décalé (irrésistible tournage de « Panique aux César » auquel s'étaient pliés plusieurs comédiens), dénué de cynisme, et parce que cette soirée avait été jalonnée de quelques moments de grâce qui nous en avaient fait occulter la longueur (presque 4 heures)… Mais à voir a vidéo ci-dessous, il ne fait aucun doute que Florence Foresti saura insuffler humour et bonne humeur à cette cérémonie.

    Le César d'honneur sera cette année décerné à Michael Douglas (photo ci-dessous prise lors du Festival du Cinéma Américain de Deauville), après Sean Penn l'an passé. Un César d'honneur que Michael Douglas avait déjà reçu en 1998.

    césar,cinéma,direct,canal plus,juliette binoche,claude lelouch,michael douglas,dheepan,gérard depardieu,catherine deneuve,isabelle huppert,jean-pierre bacri,fabrice luchini,valley of love,florence foresti,trois souvenirs de ma jeunesse

    césar,cinéma,direct,canal plus,juliette binoche,claude lelouch,michael douglas,dheepan,gérard depardieu,catherine deneuve,isabelle huppert,jean-pierre bacri,fabrice luchini,valley of love,florence foresti,trois souvenirs de ma jeunesse

    Cliquez ici pour retrouver mon compte rendu de la cérémonie des César 2015.

    cesar2015.jpg

    En tête de ces nominations 2016 figurent "Marguerite" de Xavier Giannoli (11 nominations) à égalité avec "Trois souvenirs de ma jeunesse" d'Arnaud Desplechin (11 nominations aussi donc), "Dheepan" de Jacques Audiard (9 nominations) et  "Mustang" de Deniz Gamze Ergüven (9 nominations) .

    Suivent ensuite: "Mon roi" de Maïwenn (8 nominations), "La tête haute" d'Emmanuelle Bercot  (8 nominations), "Les Cowboys" de Thomas Bidegain (4 nominations), "Fatima" de Philippe Faucon (4 nominations), "Valley of love" de Guillaume Nicloux ( 3 nominations), "Journal d'une femme de chambre" de Benoît Jacquot (3 nominations), "La loi du marché " de Stéphane Brizé (3 nominations).

    tete2.jpg

    Qui succédera à "Timbuktu"? (diffusé en février sur  Canal plus dont c'est le coup de cœur du mois, prochainement vous pourrez ainsi retrouver ma critique sur le site de la chaîne). Le chef d'œuvre de Sissako avait en effet récolté 7 des 8 statuettes pour lesquelles il était nommé l'an passé. Meilleur film. Meilleur réalisateur. Meilleur montage. Meilleur scénario original. Meilleur son. Meilleure photo. Meilleure musique originale.  Aucun de ces César n’était usurpé.  «Timbuktu » est en effet un film d’une maîtrise époustouflante, d’une beauté flamboyante, étourdissante, un film d’actualité empreint d’une poésie et d’une sérénité éblouissantes, de pudeur et de dérision salutaires, signifiantes : un acte de résistance et un magnifique hommage à ceux qui subissent l’horreur en silence. Sissako y  souligne avec intelligence et retenue la folie du fanatisme et de l’obscurantisme religieux contre lesquels son film est un formidable plaidoyer dénué de manichéisme, parsemé de lueurs d’humanité et finalement d’espoir, la beauté et l’amour sortant victorieux dans ce dernier plan bouleversant, cri de douleur et de liberté  déchirant à l’image de son autre titre, sublime : « Le chagrin des oiseaux ». Le film de l’année 2014. Bouleversant. Eblouissant. Brillant. Nécessaire. 7 récompenses à la hauteur de la grandeur de ce film. « Il n’y a pas de choc de civilisations. Il y a une rencontre de civilisations » avait conclu Sissako en recevant l’une de ses multiples récompenses.

     L'actualité influera-t-elle sur le choix des votants? Préféreront-ils un film en résonance ave les ignominies et  tragédies qui ont assombri l'actualité ou des films ancrés dans la réalité sociale ou encore une histoire d'amour ou de deuil?

    Beaucoup des films en lice, aussi différents soient-ils en apparence, ont en commun de nous parler d'innocence blessée, d'illusions brisées, de libertés entravées et d'envies d'ailleurs.

    Se confrontent ainsi des premiers films et des films de cinéastes confirmés, des acteurs inconnus ou quasiment et de grands acteurs aux carrières impressionnantes et aux multiples nominations (d'ailleurs rarement récompensées comme vous le verrez ci-dessous), très nombreux cette année. Un éclectisme qui rendra cette cérémonie d'autant plus palpitante et le palmarès d'autant plus surprenant.

    Après sa palme d'or, Jacques Audiard, sera-t-il  à nouveau au palmarès après son César du meilleur réalisateur pour "De battre mon cœur s'est arrêté" en 2006 et pour "Un Prophète" en 2010? De cette histoire de trois Sri-Lankais qui fuient leur pays, la guerre civile, et qui se retrouvent confrontés à une autre forme de guerre dans la banlieue française où ils échouent, douloureuse réminiscence pour Dheepan, « le père de famille », Audiard, plus qu’un film politique a voulu avant tout faire une histoire d’amour. Dans ce nouveau long-métrage qui flirte avec le film de genre, il explore un nouveau territoire mais toujours porte un regard bienveillant, et plein d’espoir sur ses personnages interprétés par trois inconnus qui apportent toute la force à ce film inattendu (dans son traitement, son dénouement et en tête du palmarès du Festival de Cannes).

    césar,cinéma,direct,canal plus,juliette binoche,claude lelouch,michael douglas,dheepan,gérard depardieu,catherine deneuve,isabelle huppert,jean-pierre bacri,fabrice luchini,valley of love,florence foresti,trois souvenirs de ma jeunesse

    Toujours est-il que "Mustang", 9 fois nommé, (présenté à la Quinzaine des Réalisateurs 2015 et qui vient de remporter le prix Lumières du meilleur film) pourrait créer la surprise en remportant des récompenses face à des films de réalisateurs plus confirmés. Portrait sans concession d’une partie de la société turque et de la place qu’elle laisse aux femmes, ce premier film à la fois solaire et terriblement sombre sur ces 5 sœurs condamnées à une existence quasiment carcérale  est d’autant plus marquant qu’il est parfaitement maitrisé dans sa forme comme dans le fond évitant l’écueil du manichéisme et d’une condamnation unanime des hommes turcs puisque c’est aussi grâce à l’un d’eux que viendront l’espoir et la liberté mais aussi à l’éducation qui, en filigrane, apparaît comme LA solution. Un film dans lequel s'entrechoquent fougue de la jeunesse et conservatisme des aînés, porté par des actrices incandescentes et un judicieux décalage entre le forme et le fond.

     

    souvenirs.jpg

     

    Enfin, Arnaud Desplechin (pour le 4ème fois nommé comme meilleur réalisateur) figurera sans aucun doute au palmarès, avec au moins un prix pour Lou Roy-Lecollinet en meilleur espoir féminin, vraie révélation même si Sara Giraudeau, sorte de Pierre Richard au féminin, est absolument irrésistible dans "Les Bêtises".

    Lire la suite

  • César 2016 : nominations complètes commentées

     

    cesar2016.png

    cesar2.jpg

    Ce matin, à 10H, au Fouquet's, sur les Champs-Elysées, avait lieu la conférence de presse d'annonce des nommés aux César 2016, l'occasion de se rappeler à quel point la production cinématographique française fut riche et diversifiée en 2015 mais aussi à quel point le Festival de Cannes est un découvreur de grands films et de talents tant sont nombreux les films en lice pour ces César 2016 présentés dans les différentes sélections du Festival de Cannes 2015 et même primés.

    douglas.jpg

    La cérémonie aura lieu le 26 février 2016 au Théâtre du Châtelet. La maîtresse de cérémonie sera Florence Foresti. Le César d'honneur sera décerné à Michael Douglas.

    Cliquez ici pour retrouver mon compte rendu de la cérémonie des César 2015.

    cesar2015.jpg

    En tête de ces nominations 2016 figurent "Marguerite" de Xavier Giannoli (11 nominations), "Trois souvenirs de ma jeunesse" d'Arnaud Desplechin (11 nominations), "Dheepan" de Jacques Audiard (9 nominations) et  "Mustang" de Deniz Gamze Ergüven (9 nominations) .

    souvenirs.jpg

    Suivent ensuite: "Mon roi" de Maïwenn (8 nominations), "La tête haute" d'Emmanuelle Bercot (8 nominations), "Les Cowboys" (4 nominations), "Fatima" de Philippe Faucon (4 nominations), "Valley of love" de Guillaume Nicloux ( 3 nominations), "Journal d'une femme de chambre" de Benoît Jacquot (3 nominations), "La loi du marché " de Stéphane Brizé (3 nominations).

    tete2.jpg

    Sont particulièrement réjouissants:

    loi3.jpg

    -les 3 nominations pour "La loi du marché" de Stéphane Brizé (meilleur acteur, meilleure réalisation, meilleur acteur) même si le film en aurait mérité plus et notamment pour le scénario. Vincent Lindon avait déjà reçu le prix d'interprétation masculine (amplement mérité) lors du dernier Festival de Cannes pour ce rôle d'homme que la loi du marché infantilise, aliène, broie et à laquelle avec une justesse sidérante il oppose sa dignité, son humanité, sa fragilité. Retrouvez ma critique de "La loi du marché" en cliquant ici.

    valley5.jpg

    -les nommés comme meilleur acteur même si la "concurrence" sera particulièrement rude avec notamment Depardieu, Damiens, Luchini, Lindon, Cassel entre lesquels mon cœur balance même s'ils sont tous remarquables dans leurs rôles respectifs. Un prix pour Vincent Lindon me ravirait de même qu'un prix pour Depardieu pour le sublime "Valley of love" reparti bredouille du dernier Festival de Cannes et pour lequel Isabelle Huppert est également nommée. Certaines phrases du film résonnent avec d’autant plus de justesse qu’elles sont dites par des comédiens qui les prononcent avec une infinie délicatesse, qui trouvent constamment la note juste : « Si on se met à détester quelqu’un avec qui on a vécu c’est qu’on ne l’a jamais vraiment aimé. Quand on aime quelqu’un c’est pour toujours. » La force de ces deux immenses comédiens est de malgré tout nous faire oublier Depardieu et Huppert et de nous laisser croire qu’ils sont ces Isabelle et Gérard qu'ils incarnent. Et il leur suffit de lire une lettre dans le décor épuré d’une chambre, sans autre artifice que leur immense talent, pour nous émouvoir aux larmes sans parler de cette scène finale bouleversante qui m’a ravagée. Retrouvez ma critique de "Valley of love" ici.

    anarchistes.jpg

    -les nominations comme meilleur espoir masculin de Rod Paradot et Swann Arlaud. Le premier crève l'écran dans "La tête haute" d'Emmanuelle Bercot et je me souviens encore de son étonnante maturité lors de la conférence de presse du Festival de Cannes qui avait estomaqué l'assistance. Quant à Swann Arlaud (nommé pour "Les Anarchistes"), c'est un comédien d'une justesse remarquable, avec un supplément d'âme qui le rend unique et que j'avais remarqué il y a longtemps déjà dans un court-métrage présenté au Festival du Film de Cabourg. - Retrouvez ma critique de "La tête haute" en cliquant ici.-

    hermine2.jpg

    -la nomination de Sidse Babett Knudsen pour "L'Hermine" de Christian Vincent. Par sa spontanéité et sa vérité éclatantes, elle fait d’autant plus sortir le juge Racine (Luchini) de son rôle. L'absence de nomination du film pour le scénario est un mystère. Cliquez ici pour lire ma critique de "L'Hermine".

    J'espère que ce César du meilleur scénario reviendra à "La tête haute" d'Emmanuelle Bercot. Après « Clément », « Backstage », «  Elle s’en va », Emmanuelle Bercot confirme qu’elle est une grande scénariste et réalisatrice (et actrice comme l'a prouvé son prix d'interprétation cannois pour  "Mon roi") avec qui le cinéma va devoir compter, avec ce film énergique et poignant, bouillonnant de vie, qui nous laisse avec un salutaire espoir, celui que chacun peut empoigner son destin quand une main se tend (au propre comme au figuré) et qui rend un bel hommage à ceux qui se dévouent pour que les enfants blessés et défavorisés par la vie puissent grandir la tête haute. Un film qui « ouvre » sur un nouveau monde (là aussi au propre comme au figuré), un nouveau départ et une bouffée d’optimisme. Et ça fait du bien. Une très belle idée que d’avoir placé ce film à cette place de choix d'ouverture du 68ème Festival de Cannes et de lui donner cette visibilité.

    marguerite.jpg

    -les nominations comme meilleure actrice pour Isabelle Huppert et Catherine Deneuve Là aussi, mon cœur balance. Elles seront face à Loubna Abidar, Emmanuelle Bercot, Cécile de France, Catherine Frot, Soria Zeroual. Il est probable que  Catherine Frot l'emportera même si je suis restée hermétique à ce film et a fortiori à sa prestation et à ce personnage. Catherine Deneuve est une nouvelle fois remarquable dans ce rôle de juge dans "La tête haute", pour lequel elle marie et manie avec brio autorité et empathie. Espérons qu'il lui permettra de décrocher ce César.

    mai4.jpg

    -la nomination d'Ennio Morricone pour la meilleure musique de "En mai fais ce qu'il te plaît"

    -la nomination de Benoît Magimel comme meilleur second rôle pour son rôle d'éducateur dans "La tête haute", qui se reconnaît dans le parcours de ce jeune délinquant incarné par Rod Paradot qui réveille ses propres failles. Il y est remarquable.

    mia.jpg

    -les nominations comme meilleur film étranger de Birdman, Le fils de Saul, Je suis mort mais j'ai des amis, Mia Madre, Taxi Téhéran, Le tout nouveau testament, Après le déluge, Youth. Le choix sera là aussi cornélien notamment entre le film de Laszlo Nemes, "Le fils de Saul" (un 1er film, que d’intelligence dans cette utilisation du son, de la mise en scène étouffante, du hors champ, du flou pour suggérer l’horreur ineffable de camps de concentration, ce qui nous la fait d’ailleurs appréhender avec plus de force encore que si elle était montrée) ou encore "Mia madre" (L’illusion de légèreté du cinéma pour tenter d’affronter le gouffre étourdissant de la mort et du lendemain après la perte forcément insensée d’un parent. Un film pudique, profondément émouvant et un regard final qui vous hante longtemps après la projection et qui me hante et bouleverse encore.) ou encore "Taxi Téhéran"à la mise en scène particulièrement rusée et brillante (ma critique à suivre).

    taxi.jpg

    -les multiples nominations des grands films projetés et parfois primés au dernier Festival de Cannes: "Dheepan" (palme d'or"), "La loi du marché" (prix d'interprétation masculine), "Mon roi" (prix d'interprétation féminine), "La tête haute" (film d'ouverture), "Le fils de Saul" (grand prix) etc. 

    dheepan3.jpg

     

    NOMINATIONS 2016

     

    Sont nommées pour le César du Meilleur Espoir Féminin

    CAMILLE COTTIN dans CONNASSE, PRINCESSE DES CŒURS

    SARA GIRAUDEAU dans LES BÊTISES

    ZITA HANROT dans FATIMA

    DIANE ROUXEL dans LA TÊTE HAUTE

    LOU ROY-LECOLLINET dans TROIS SOUVENIRS DE MA JEUNESSE

     

    Sont nommés pour le César du Meilleur Espoir Masculin

    SWANN ARLAUD dans LES ANARCHISTES

    QUENTIN DOLMAIRE dans TROIS SOUVENIRS DE MA JEUNESSE

    FÉLIX MOATI dans À TROIS ON Y VA

    FINNEGAN OLDFIELD dans LES COWBOYS

    ROD PARADOT dans LA TÊTE HAUTE

     

    Sont nommées pour le César de la Meilleure Actrice dans un Second Rôle

    SARA FORESTIER dans LA TÊTE HAUTE

    AGNÈS JAOUI dans COMME UN AVION

    SIDSE BABETT KNUDSEN dans L’HERMINE

    NOÉMIE LVOVSKY dans LA BELLE SAISON

    KARIN VIARD dans 21 NUITS AVEC PATTIE

     

    Sont nommés pour le César du Meilleur Acteur dans un Second Rôle

    MICHEL FAU dans MARGUERITE

    LOUIS GARREL dans MON ROI

    BENOÎT MAGIMEL dans LA TÊTE HAUTE

    ANDRÉ MARCON dans MARGUERITE

    VINCENT ROTTIERS dans DHEEPAN

     

    Sont nommées pour le César de la Meilleure Actrice

    LOUBNA ABIDAR dans MUCH LOVED

    EMMANUELLE BERCOT dans MON ROI

    CÉCILE DE FRANCE dans LA BELLE SAISON

    CATHERINE DENEUVE dans LA TÊTE HAUTE

    CATHERINE FROT dans MARGUERITE

    ISABELLE HUPPERT dans VALLEY OF LOVE

    SORIA ZEROUAL dans FATIMA

     

    Sont nommés pour le César du Meilleur Acteur

    JEAN-PIERRE BACRI dans LA VIE TRÈS PRIVÉE DE MONSIEUR SIM

    VINCENT CASSEL dans MON ROI

    FRANÇOIS DAMIENS dans LES COWBOYS

    GÉRARD DEPARDIEU dans VALLEY OF LOVE

    ANTONYTHASAN JESUTHASAN dans DHEEPAN

    VINCENT LINDON dans LA LOI DU MARCHÉ

    FABRICE LUCHINI dans L’HERMINE

     

    Sont nommés pour le César du Meilleur Scénario Original

    NOÉ DEBRÉ, THOMAS BIDEGAIN, JACQUES AUDIARD pour DHEEPAN

    XAVIER GIANNOLI pour MARGUERITE

    DENIZ GAMZE ERGÜVEN, ALICE WINOCOUR pour MUSTANG

    EMMANUELLE BERCOT, MARCIA ROMANO pour LA TÊTE HAUTE

    ARNAUD DESPLECHIN, JULIE PEYR pour TROIS SOUVENIRS DE MA JEUNESSE

     

    Sont nommés pour le César de la Meilleure Adaptation

    DAVID OELHOFFEN, FRÉDÉRIC TELLIER pour L’AFFAIRE SK1

    SAMUEL BENCHETRIT pour ASPHALTE

    VINCENT GARENQ, STÉPHANE CABEL pour L’ENQUÊTE

    PHILIPPE FAUCON pour FATIMA

    HÉLÈNE ZIMMER, BENOIT JACQUOT pour JOURNAL D’UNE FEMME DE CHAMBRE

     

    Sont nommés pour le César de la Meilleure Musique Originale

    RAPHAËL pour LES COWBOYS

    ENNIO MORRICONE pour EN MAI, FAIS CE QU’IL TE PLAÎT

    STEPHEN WARBECK pour MON ROI

    WARREN ELLIS pour MUSTANG

    GRÉGOIRE HETZEL pour TROIS SOUVENIRS DE MA JEUNESSE

     

    Sont nommés pour le César des Meilleurs Costumes

    ANAÏS ROMAND pour JOURNAL D’UNE FEMME DE CHAMBRE

    PIERRE-JEAN LARROQUE pour MARGUERITE

    SELIN SÖZEN pour MUSTANG

    CATHERINE LETERRIER pour L’ODEUR DE LA MANDARINE

    NATHALIE RAOUL pour TROIS SOUVENIRS DE MA JEUNESSE

     

    Sont nommés pour le César des Meilleurs Décors

    MICHEL BARTHÉLÉMY pour DHEEPAN

    KATIA WYSZKOP pour JOURNAL D’UNE FEMME DE CHAMBRE

    MARTIN KUREL pour MARGUERITE

    JEAN RABASSE pour L’ODEUR DE LA MANDARINE

    TOMA BAQUENI pour TROIS SOUVENIRS DE MA JEUNESSE

    Sont nommés pour le César de la Meilleure Photo

    EPONINE MOMENCEAU pour DHEEPAN

    GLYNN SPEECKAERT pour MARGUERITE

    DAVID CHIZALLET pour MUSTANG

    IRINA LUBTCHANSKY pour TROIS SOUVENIRS DE MA JEUNESSE

    CHRISTOPHE OFFENSTEIN pour VALLEY OF LOVE

     

    Sont nommés pour le César du Meilleur Montage

    JULIETTE WELFLING pour DHEEPAN

    CYRIL NAKACHE pour MARGUERITE

    SIMON JACQUET pour MON ROI

    MATHILDE VAN DE MOORTEL pour MUSTANG

    LAURENCE BRIAUD pour TROIS SOUVENIRS DE MA JEUNESSE

     

    Sont nommés pour le César du Meilleur Son

    DANIEL SOBRINO, VALÉRIE DELOOF, CYRIL HOLTZ pour DHEEPAN

    FRANÇOIS MUSY, GABRIEL HAFNER pour MARGUERITE

    NICOLAS PROVOST, AGNÈS RAVEZ, EMMANUEL CROSET pour MON ROI

    IBRAHIM GÖK, DAMIEN GUILLAUME, OLIVIER GOINARD pour MUSTANG

    NICOLAS CANTIN, SYLVAIN MALBRANT, STÉPHANE THIÉBAUT pour TROIS SOUVENIRS DE MA JEUNESSE

     

    Sont nommés pour le César de la Meilleure Réalisation

    JACQUES AUDIARD pour DHEEPAN

    STÉPHANE BRIZÉ pour LA LOI DU MARCHÉ

    XAVIER GIANNOLI pour MARGUERITE

    MAÏWENN pour MON ROI

    DENIZ GAMZE ERGÜVEN pour MUSTANG

    EMMANUELLE BERCOT pour LA TÊTE HAUTE

    ARNAUD DESPLECHIN pour TROIS SOUVENIRS DE MA JEUNESSE

     

    Sont nommés pour le César du Meilleur Film de Court Métrage

    LA CONTRE-ALLÉE réalisé par CÉCILE DUCROCQ, produit par STÉPHANE DEMOUSTIER, GUILLAUME DREYFUS

    LE DERNIER DES CÉFRANS réalisé par PIERRE-EMMANUEL URCUN, produit par PIERRE-EMMANUEL URCUN, ROY ARIDA, VINCENT LE PORT, LOUIS TARDIVIER

    ESSAIE DE MOURIR JEUNE réalisé par MORGAN SIMON, produit par JESSICA ROSSELET

    GUY MOQUET réalisé par DEMIS HERENGER, produit par NAÏM AÏT-SIDHOUM, JULIEN PERRIN, ELSA MINISINI, ÉLISABETH PAWLOWSKI MON HÉROS réalisé par SYLVAIN DESCLOUS, produit par FLORENCE BORELLY

     

    Sont nommés pour le César du Meilleur Film d’Animation pour le court métrage

    LA NUIT AMÉRICAINE D’ANGÉLIQUE réalisé par PIERRE-EMMANUEL LYET, JORIS CLERTÉ, produit par MARYLINE CHARRIER

    LE REPAS DOMINICAL réalisé par CÉLINE DEVAUX, produit par RON DYENS

    SOUS TES DOIGTS réalisé par MARIE-CHRISTINE COURTÈS, produit par JEAN-FRANÇOIS LE CORRE, MARC FAYE

    TIGRES À LA QUEUE LEU LEU réalisé par BENOÎT CHIEUX, produit par DORA BENOUSILIO pour le long métrage ADAMA réalisé par SIMON ROUBY, produit par PHILIPPE AIGLE, SÉVERINE LATHUILLIÈRE, AZMINA GOULAMALY, ALAIN SÉRAPHINE

    AVRIL ET LE MONDE TRUQUÉ réalisé par CHRISTIAN DESMARES, FRANCK EKINCI, produit par MARC JOUSSET, FRANCK EKINCI LE PETIT PRINCE réalisé par MARK OSBORNE, produit par DIMITRI RASSAM, ATON SOUMACHE, ALEXIS VONARB

     

    Sont nommés pour le César du Meilleur Premier Film

    L’AFFAIRE SK1 réalisé par FRÉDÉRIC TELLIER, produit par JULIEN MADON, JULIEN LECLERCQ

    LES COWBOYS réalisé par THOMAS BIDEGAIN, produit par ALAIN ATTAL MUSTANG réalisé par DENIZ GAMZE ERGÜVEN, produit par CHARLES GILLIBERT

    NI LE CIEL NI LA TERRE réalisé par CLÉMENT COGITORE, produit par JEAN-CHRISTOPHE REYMOND, AMAURY OVISE NOUS

    TROIS OU RIEN réalisé par KHEIRON, produit par SIMON ISTOLAINEN, SIDONIE DUMAS

     

    Sont nommés pour le César du Meilleur Film Documentaire

    LE BOUTON DE NACRE réalisé par PATRICIO GUZMÁN, produit par RENATE SACHSE

    CAVANNA, JUSQU’À L’ULTIME SECONDE, J’ÉCRIRAI réalisé par DENIS ROBERT, NINA ROBERT, produit par NINA ROBERT, DENIS ROBERT, BERTRAND FAIVRE

    DEMAIN réalisé par CYRIL DION, MÉLANIE LAURENT, produit par BRUNO LEVY

    L’IMAGE MANQUANTE réalisé par RITHY PANH, produit par CATHERINE DUSSART

    UNE JEUNESSE ALLEMANDE réalisé par JEAN-GABRIEL PÉRIOT, produit par NICOLAS BREVIÈRE

     

    Sont nommés pour le César du Meilleur Film Étranger

    BIRDMAN réalisé par ALEJANDRO GONZÁLEZ IÑÁRRITU, distribution France TWENTIETH CENTURY FOX

    LE FILS DE SAUL réalisé par LÁSZLÓ NEMES, distribution France AD VITAM

    JE SUIS MORT MAIS J’AI DES AMIS réalisé par GUILLAUME MALANDRIN, STÉPHANE MALANDRIN, coproduction France TS PRODUCTIONS (Miléna Poylo, Gilles Sacuto)

    MIA MADRE réalisé par NANNI MORETTI, coproduction France LE PACTE (Jean Labadie)

    TAXI TÉHÉRAN réalisé par JAFAR PANAHI, distribution France MEMENTO FILMS DISTRIBUTION

    LE TOUT NOUVEAU TESTAMENT réalisé par JACO VAN DORMAEL, coproduction France

    APRÈS LE DÉLUGE (Jaco Van Dormael, Olivier Rausin, Daniel Marquet)

    YOUTH réalisé par PAOLO SORRENTINO, coproduction France BARBARY FILMS (Fabio Conversi)

     

    Sont nommés pour le César du Meilleur Film

    DHEEPAN produit par PASCAL CAUCHETEUX, GRÉGOIRE SORLAT, réalisé par JACQUES AUDIARD

    FATIMA produit par YASMINA NINI-FAUCON, PHILIPPE FAUCON, réalisé par PHILIPPE FAUCON

    LA LOI DU MARCHÉ produit par CHRISTOPHE ROSSIGNON, PHILIP BOËFFARD, réalisé par STÉPHANE BRIZÉ

    MARGUERITE produit par OLIVIER DELBOSC, MARC MISSONNIER, réalisé par XAVIER GIANNOLI

    MON ROI produit par ALAIN ATTAL, réalisé par MAÏWENN MUSTANG produit par CHARLES GILLIBERT, réalisé par DENIZ GAMZE ERGÜVEN

    LA TÊTE HAUTE produit par FRANÇOIS KRAUS, DENIS PINEAU-VALENCIENNE, réalisé par EMMANUELLE BERCOT

    TROIS SOUVENIRS DE MA JEUNESSE produit par PASCAL CAUCHETEUX, GRÉGOIRE SORLAT, réalisé par ARNAUD DESPLECHIN

     

  • 68ème Festival de Cannes: mon bilan de 12 jours de festival et le palmarès complet commenté

    Pour le bilan complet de mes 12 jours au Festival de Cannes, mon avis sur la sélection officielle, toutes les photographies de mon séjour cannois (dont de nombreux clichés des conférences de presse) et le palmarès complet commenté, cliquez sur la photo ci-dessous ou sur le lien suivant: http://inthemoodforfilmfestivals.com/mon-bilan-du-68eme-festival-de-cannes-et-le-palmares-complet-commente/

    audiard4.jpg

    Retrouvez également:

    - le récit de mon déjeuner à la Cucina S.Pellegrino orchestré par Cyril Lignac

    pel7

    - et le récit de mon dîner Nespresso (dont j’ai été « l’ambassadrice d’un jour », cliquez ici pour lire mon interview sur le site de Nespresso) autour du film « Les 400 coups », orchestré par le chef Florent Ladeyn.

     nespresso8

     

     

     

  • Palmarès complet des prix Lumières 2013

     

    lumieres2013.jpg

    lu30.jpg

    cinéma,film,critique,emmanuelle riva,jean-louis trintignant,amour,prix lumières,golden globes,festival,jacques audiard,thomas bidegain

    Comme chaque année, j'assistais ce soir aux prix Lumières. Ces récompenses, l'équivalent français des Golden Globe Awards, sont décernées par la presse étrangère en poste à Paris. Désolée pour ceux qui ont voulu suivre la cérémonie en direct sur mon compte twitter, je ne captais malheureusement pas de l'intérieur de la salle. De retour d'un Paris étrangement silencieux et enneigé, voici quelques mots, photos et vidéos sur la cérémonie qui, je l'espère, vous permettront de la découvrir comme si vous l'aviez suivie en direct.

    lu24.jpg

    lu22.jpg

    Cette année, la cérémonie avait lieu à la Gaîté Lyrique alors qu'elle se déroulait à la Mairie de Paris ces dernières années. C'est toujours Estelle Martin, comme chaque année,  qui présentait talentueusement la cérémonie, visiblement aussi sympathique qu'à l'aise dans l'exercice .  C'est l'exubérante Victoria Abril qui a présidé la cérémonie, en présence également de l'inoubliable Angelica du "Guépard" de Visconti, Claudia Cardinale, radieuse, se dissimulant souvent derrière ses mains comme une enfant intimidée.

    cinéma, film, critique, Emmanuelle Riva, Jean-Louis Trintignant, Amour, Prix Lumières, Golden Globes, festival, Jacques Audiard, Thomas Bidegain

     Les remettants et lauréats nous ont épargnés les remarques plus ou moins explicites sur les débats qui agitent actuellement le cinéma français même si l'adjoint à la culture de la Mairie de Paris n'a pu s'empêcher d'évoquer ces "quelques de nos acteurs qui s'expatrient également, pas toujours pour des bonnes raisons" (je vous ai déjà dit ce que j'en pensais, ici). La Ministre de la francophonie, habituée de la cérémonie avant d'être ministre, la réalisatrice Yamina Benguigui, au détour d'une phrase a confessé que le cinéma lui manquait.

     

    lu6.jpg

    Pour la première fois, cette année, l'Académie des Lumières a organisé ses "Rencontres Francophones". La Tunisie a ainsi été le premier pays invité, avec des projections de films et une master class animée par le réalisateur tunisien, Férid Boughedir qui a fait un formidable discours sur scène. Une mise en lumière d'autant plus marquante que, il y a 2 ans, c'est en pleine cérémonie des Lumières que nous apprenions la chute de Ben Ali et j'en garde  le souvenir d'une émotion vivace, celle d'un moment historique qui avait rythmé la cérémonie et que chacun suivait sur les réseaux sociaux (avec plus d'attention que la cérémonie en question, il faut l'avouer).

    lu10.jpg

    Les films de Jacques Audiard et Noémie Lvovsky, « De rouille et d’os » et « Camille redouble" dominaient les nominations de ces 18èmes Prix Lumières avec 5 nominations chacun. Le premier a reçu le prix du meilleur réalisateur et celui du meilleur scénario (coécrit avec Thomas Bidegain, scénariste remarquable habitué des prix). Les scénarii d' "Une bouteille à la mer" et "Les Adieux à la reine" étaient néanmoins cette fois pour moi plus ciselés et l'auraient peut-être davantage mérité.

    lu25.jpg

    Je me réjouissais que des films comme « Louise Wimmer » (prix Louis Delluc du premier film 2012), « Une bouteille à la mer » (notamment pour son magnifique scénario et ses remarquables comédiens) et « Comme des frères« (pour Pierre Niney, déjà prénommé aux César comme meilleur espoir, parmi les trois nommés au prix Patrick Dewaere 2013 et remarquable aussi au théâtre dans « Un chapeau de paille d’Italie » ) parmi mes coups de coeur de cette année et parfois n’ayant pas eu le succès mérité, se retrouvent ainsi nommés. Je m'interroge quand je vois qu'aucun de ces films n'a été primé avec la désagréable impression que les médias (français comme étrangers) lorsqu'ils attribuent des prix manquent quelque peu de curiosité. Combien de journalistes ont vu ces films, en particulier "Louise Wimmer" et "Une bouteille à la mer"? C'était néanmoins déjà une belle victoire pour Cyril Mennegun que d'être nommé comme meilleur rélisateur  face à Jacques Audiard, Leos Carax,  Michael Haneke et Noemie Lvovsky.

    C'est le film "Amour" de Michael Haneke qui récolte le plus de récompenses: meilleur film, meilleur acteur pour Jean-Louis Trintignant et meilleure actrice pour Emmanuelle Riva. A l'image des Golden Globes qui, souvent préfigurent les Oscars, les prix Lumières préfigurent souvent les César. Un indicateur quant au palmarès 2013? Déjà, il nous faudra connaître les nominations en direct de l'annonce desquelles je serai le 25 janvier prochain.

    lu8.jpg

    Malgré quelques sympathiques couacs (Patrick Braoudé qui donne le nom du lauréat avant que les nommés soient cités, un remettant qui demande quel prix il va remettre...et une célèbre actrice croisée dans La Gaîté lyrique, égarée et au bord de la crise de nerfs), la cérémonie était plutôt rythmée...et un prix de l'actrice qui fait preuve de plus d'auto-dérision et de la meilleure "remettante" aurait dû être attribué à Mathilda May, irrésistible, celui du lauréat le plus efficace à Thomas Bidegain,  celui du plus enthousiaste à Philippe Rouyer pour son hommage à Claudia Cardinale. Ces quelques extraits des films dans lesquels l'actrice a joués projetés pendant la cérémonie m'ont donné des frissons et rappelé pourquoi et à quel point j'aimais le cinéma, passionnément.

    lu11.jpg

    Retrouvez ci-dessous, mes critiques des films nommés en cliquant sur leurs titres et, plus bas, la liste complète des nominations avec, soulignés, les films primés:

    « Dans la maison » de François Ozon

    « Comme des frères » de Hugo Gélin

    « Amour » de Michael Haneke

    « De rouille et d’os » de Jacques Audiard

    « Louise Wimmer » de Cyril Mennegun

    « A perdre la raison » de Joachim Lafosse

    « Une bouteille à la mer » de Thierry Binisti

    « Les Adieux à la Reine » de Benoit Jacquot

    Les gagnants seront récompensés le 18 janvier prochain lors d’une cérémonie organisée à la Gaîté lyrique de Paris.

    PALMARES COMPLET  (les films soulignés sont les lauréats):

    Meilleur film

    « Les Adieux à la reine » de Benoît Jacquot

    "Amour » de Michael Haneke

    »Camille redouble » de Noémie Lvovsky

    « Holy Motors » de Leos Carax

    « De rouille et d’os »de Jacques Audiard

    Meilleur réalisateur

    Jacques Audiard pour "De rouille et d’os »

    Leos Carax pour « Holy Motors »

    Michael Haneke pour xAmour »

    Noemie Lvovsky pour « Camille redouble »

    Cyril Mennegun pour »Louise Wimmer »

    Meilleur scénario

    Jacques Audiard, Thomas Bidegain pour "De rouille et d’os »

    Leos Carax pour »Holy Motors »

    Benoit Jacquot, Gilles Taurand pour "Les Adieux à la reine »

    Noemie Lvovsky, Maud Ameline, Pierre-Olivier Mattei, Florence Seyvos pour »Camille redouble »

    Valerie Zenatti, Thierry Binisti pour "Une bouteille à la mer »

    Meilleure actrice

    Marion Cotillard, « De rouille et d’os »

    Catherine Frot, « Les Saveurs du palais »

    Noemie Lvovsky, » Camille redouble »

    Corinne Masiero, »Louise Wimmer »

    Emmanuelle Riva, « Amour »

    Meilleur acteur

    Guillaume Canet, « Une vie meilleure »

    Denis Lavant, « Holy Motors »

    Jeremie Renier, « Cloclo »

    Mathias Schoenaerts, « De rouille et d’os »

    Jean Louis Trintignant, « Amour »

    Révélation féminine

    Agathe Bonitzer, « Une bouteille à la mer »

    Judith Chemla, Julia Faure, India Hair, « Camille redouble »

    Izia Higelin, « Mauvaise fille »

    Sofiia Manousha, « Le Noir (te) vous va si bien

    » Soko, « Augustine »

    Révélation masculine

    Clement Metayer, « Après mai »

    Stéphane Soo Mongo, « Rengaine »

    Pierre Niney, « Comme des frères »

    Mahmoud Shalaby, « Une bouteille à la mer »

    Ernst Umhauer, « Dans la maison »

    Meilleur film francophone

    « A perdre la raison », Joachim Lafosse

    « L’Enfant d’en haut », Ursula Meier

    « Laurence Anyways », Xavier Dolan

    »La Pirogue », Moussa Touré

    »Monsieur Lazhar », Philippe Falardeau

    Pour en savoir plus : http://www.academielumieres.com

    Prix spécial du jury

    Noemie Lvovsky pour « Camille redouble »

  • Oscar du meilleur film étranger pour "Un Prophète" de Jacques Audiard ou "Le Ruban blanc" de Michael Haneke ?

    propheteaffiche.jpg rubanblanc.jpg oscars5.jpg

    3-1-2010_005.jpgDans quelques heures aura lieu la 82ème cérémonie des Oscars et pour "Un Prophète" de Jacques Audiard, peut-être le couronnement d'une formidable aventure et une revanche face au "Ruban Blanc" de Michael Haneke qui, au dernier Festival de Cannes, lui avait ravi la palme d'or, "Un Prophète" ayant obtenu le Grand Prix, de même qu'aux European awards où il lui avait ravi le prix de meilleur film européen, Tahar Rahim ayant néanmoins reçu le prix du meilleur acteur européen. Aux Golden Globes qui préfigurent souvent les Oscars c'est Michael Haneke qui avait eu la préfèrence des votants. "Un Prophète" avait néanmoins remporté le Bafta du meilleur film étranger, une nouvelle fois face au "Ruban blanc".

     

     

    César 081.JPG

    Après  9 César dont deux pour Tahar Rahim (meilleur jeune espoir masculin et meilleur acteur), cette cérémonie des Oscars marquera-t-elle l'apothéose de cette pluie de récompenses avec un Oscar du meilleur film étranger? A suivre dans quelques heures. A moins que l'Académie ne crée la surprise en récompensant l'un des autres nommés: Ajami (Israël), El secreto de sus ojos (Argentine), Fausta (La Teta Asustada) (Pérou).

    En attendant et en souhaitant bonne chance à l'équipe de Jacques Audiard, revoyez ci-dessous mes vidéos inédites de Tahar Rahim et de l'équipe des César, en salle presse des César 2010.

    Liens:

    prophetecannes.jpg

    Critique du "Ruban Blanc" de Michael Haneke

    Souvenirs de la projection cannoise d' "Un Prophète"

    Rencontre autour d' "Un Prophète" au cinéma le Saint-Germain-des-Prés

  • Inthemoodforcinema.com dans les coulisses des César 2010 (2) :mes vidéos inédites, le palmarès commenté et mes impressions sur cette soirée en direct

    césar.jpg

    photopasscésar 001.JPGLorsque j'ai reçu mon accréditation pour la salle presse, en début de semaine, j'ai d'abord hésité à m'y rendre. Je pensais au départ être dans la salle où se déroule la cérémonie, comme la fois précédente (en 2006) et puis la curiosité a été la plus forte et je me suis dit que c'était quand même une belle opportunité pour mon petit blog (sauf erreur de ma part, le seul présent) et pour mon insatiable curiosité et j'avoue que je ne regrette pas cette expérience inédite même si je ne souhaite pas forcément la renouveler. C'est donc au Châtelet, dans l'ambiance particulière de la salle presse, pendant 6 heures, que j'ai vécu cette soirée des César.  Récit de la soirée des César vue de l'intérieur.

    Je suis arrivée à 19H, amenée par un chauffeur de taxi qui ignorait ce qui se tramait-là (ce qui fait relativiser ceux pour qui le Châtelet était hier soir sans doute le centre du monde)  et  visiblement impressionné par le dispositif de sécurité et les nombreux badauds et photographes déjà présents. Des dispositions ont en effet été vraisemblablement prises depuis cette mémorable année 2006 où la cérémonie avait bien failli ne pas avoir lieu sous la « menace » des intermittents. Le Châtelet ressemble donc désormais à un camp retranché.

    César 079.JPG

    3-1-2010_005.jpg Après avoir montré mon badge à un nombre incalculable de vigiles, policiers et hôtesses,  arrivée dans le hall du Châtelet où la foule se presse déjà nombreuse, on m'envoie sous une sorte de tente installée dans ce même hall, où je suis reçue avec affabilité et en même temps qu'une certaine Mélanie Laurent et où on m'explique que pour la presse c'est au Studio A, à l'entrée des artistes, situé derrière le Châtelet. Je remonte donc le courant de pingouins  pour ressortir et me retrouver au fameux Studio A où il faut là aussi montrer patte blanche. On m'accompagne alors dans une petite salle au fond de laquelle sont installées plusieurs caméras (LCI, France 2, Canal plus...), où quelques journalistes sont déjà captivés (et capturés) par leurs ordinateurs. Ils ne seront d'ailleurs jamais plus d'une petite vingtaine. Un petit buffet avec champagne et petits fours est installé au fond de la salle. Deux écrans diffusent les répétitions (il n'est que 19H). Un pupitre est installé sur une scène exigüe. C'est là que vont défiler les lauréats après réception de leurs César sur la scène du Châtelet. On nous explique que certains viennent avec beaucoup de retard et que c'est un peu compliqué de suivre la cérémonie, celle-ci étant diffusée sur les écrans de la salle presse, et le son étant coupé pendant que les lauréats interviennent devant nous. Ce qui m'aura notamment fait manquer la traditionnelle rubrique nécrologique. Quel dommage, non? Pour le reste, je crois n'avoir rien manqué de l'essentiel (l'écran fonctionnant parfois en même temps que les lauréats parlent comme vous pourrez le constater au début de certaines vidéos). On nous explique aussi que les lauréats pour le meilleur film ne viennent pas toujours (paraît-il donc que nous avons été chanceux qu'ils viennent exceptionnellement tous) ou alors souvent 45 minutes après la fin de la cérémonie. Le Châtelet a donc son armée des ombres qui vaque en secret dans les dédales du théâtre.  Les deux heures avant le début de la cérémonie s'écoulent relativement vite malgré une chaleur suffocante que souligneront presque tous les lauréats qui n'y passent pourtant guère plus de quelques minutes (comme Tahar Rahim dans les vidéos ci-dessous).

    Tahar Rahim en salle presse après avoir reçu son César du meilleur jeune espoir:

     Puis, la cérémonie commence. Gad Elmaleh et Valérie Lemercier esquissent les quelques pas de danse que nous les avions vus répéter sur les écrans, me laissant penser que cette cérémonie serait à cette image. Joyeuse. Aérienne. Ces espoirs-là ont été assez rapidement déçus... Ensuite,  Marion Cotillard, la présidente de cette 35ème édition ouvre le bal en parlant, avec grâce et émotion (et une réserve que je soupçonne d'être un tout petit peu exagérée), de passion, de liberté, de son histoire d'amour avec le cinéma français. Cela s'annonce décidément bien.  Arrive ensuite l'heure du premier César décerné, sans grande surprise, à Tahar Rahim pour « Un Prophète » qui le mérite grandement même si Firat Ayverdi avait aussi été remarquable dans « Welcome ». Il fera preuve devant nous (voir vidéos ci-dessus) de la même humilité que celle dont il a témoigné sur scène  où il a rendu hommage à sa famille , à sa « chance extraordinaire de ne pas l'avoir choisie » dédiant son César à sa mère (comme d'ailleurs un grand nombre de lauréats de cette soirée!:-)).  En salle presse, Isabelle Adjani et Marion Cotillard souligneront plus tard à quel point elles apprécient le jeune acteur, notamment pour sa modestie. Une dizaine de minutes après avoir reçu son César Tahar Rahim est donc le premier à venir devant nous, à la fois ébloui, déconcerté et avec la tête étonnamment sur les épaules.

    Puis les lauréats se succèdent devant nous, certains surpris de se retrouver dans cette salle dont ils ignoraient visiblement l'existence (comme Emmanuelle Devos, ne sachant pas où elle débarquait), souvent une coupe de champagne... et évidemment le César à la main. Emmanuelle Devos est visiblement très surprise d'avoir reçu le César s'étant imaginée qu'une autre comédienne en particulier l'obtiendrait mais préférant en taire le nom par "respect" pour celle-ci qui selon elle avait davantage un "rôle à César".

    Emmanuelle Devos en salle presse après avoir reçu le César du meilleur second rôle pour "A l'origine":

     Une autre comédienne pourtant si lumineuse et touchante sur scène semble déboussolée de se retrouver devant nous mais on le serait sans doute à moins surtout quand le présentateur lui demande comment Xavier Giannoli l'a dirigée alors... qu'il s'agissait de Philippe Godeau.

     Puis le son des écrans disposés dans la salle presse est remis pour que nous puissions suivre la cérémonie en attendant les lauréats suivants.  Les récompenses continuent de pleuvoir pour « Un Prophète ». Personne ne réagit vraiment dans la salle presse. Tout cela, vu de la salle presse, a un côté assez dépassionné,  prosaïque (une seule inconsciente et/ou téméraire a quand même applaudi à l'annonce du César du meilleur film...) . Pour certains, les lauréats sont plus des sortes de cibles à atteindre que des artistes venant d'être récompensés à l'exemple de ce journaliste(?) perpétuellement vissé à son portable (même pendant le discours d'Isabelle Adjani devant nous, ce qui lui a valu quelques remontrances de ses collègues) demandant ainsi régulièrement à son interlocuteur au téléphone « Et toi t'as fait qui? » comme s'il s'agissait de proies à abattre. Devant moi, Pascale Deschamps du jt de France 2 me semble en revanche avoir toujours cette lueur de curiosité, d'étonnement, je trouve d'ailleurs toujours ses reportages passionnants, jamais blasés ou condescendants. (A propos de France 2, Isabelle Adjani et Tahar Rahim y seront d'ailleurs ce soir les invités du journal de 20H).

     Mais revenons à la cérémonie vue de la salle presse... De tous les lauréats qui sont passés devant nous, je retiendrai: l'émotion et le franc-parler de Mélanie Thierry (pour qui ce César du meilleur espoir se justifie par le fait que c'est son "premier bon film"), sa réaction d'enthousiasme et de surprise en assistant en salle presse à la remise du second César à Tahar Rahim; la passion de Serge Bromberg (le plus bavard, celui qui semblait encore vibré de l'enthousiasme que lui a inspiré Henri-Georges Clouzot, le seul finalement à vraiment parler de cinéma); l'émotion communicative d'Isabelle Adjani dont l'apparente assurance laisse percevoir une touchante personnalité à fleur de peau (je ne peux m'empêcher de me souvenir des commentaires acerbes de certains journalistes l'an passé au Festival de Monaco, les mêmes qui, sont doute, seront allés lui faire des courbettes hier soir, ce qui explique aussi probablement sa sincère émotion pour un film en lequel personne ne croyait au début et qui représentait pour elle un audacieux pari, et sans doute la plus cinglante des réponses à ses détracteurs); la "diplomatie" d'Harrison Ford pour qui les César sont "a wonderful show", "typically french" (oui, oui, on dira ça comme ça...), l'annonce de sa présence en salle presse étant le seul moment où un murmure d'interêt -je n'oserai dire d'émotion- a parcouru la salle en question; le professionnalisme de Marion Cotillard (alors que certains lui ont fait remarquer que lors des César qui l'avaient vue couronnée meilleure actrice elle n'avait -selon eux- pas daigné venir les voir en salle presse- d'où la remarque que vous verrez dans la vidéo ci-dessous-), et l'esquisse d'un commencement de début de sourire de Niels Arestrup qui a réitéré en salle presse son discours à propos des prix déjà énoncé sur scène; la réserve monotone de Jacques Audiard (mais on ne peut lui en tenir rigueur, son talent parle pour lui), la timidité de Stéphane Brizé mais aussi de Riad Sattouf; la discrétion élégante de Kyle Eastwood ... Quelques moments inédits que je vous laisse découvrir dans mes vidéos ci-dessous (j'en possède encore de nombreuses autres notamment d'Harrison Ford, d'Isabelle Adjani etc, je les mettrai prochainement en ligne) .

    L'équipe d'Audiard étant arrivée bien après minuit, il est près d'une heure quand je quitte le Châtelet sous une pluie battante bienvenue après 6 heures dans l'insoutenable chaleur de la salle de presse; je quitte alors les lieux en même temps que l'équipe d' "Un Prophète" qui prend la direction du Fouquet's.

    Je ne partage pas vraiment l'avis d'Harrison Ford pour qui il s'agissait d'un "wonderful show", Valérie Lemercier et Gad Elmaleh ayant finalement peut-être été plus inspirés en solo et quand ils se moquaient d'eux-mêmes que des autres, leur (parfois) réjouissant humour décalé n'ayant pas toujours atteint sa cible (sans parler du décalage à son paroxysme de Jeanne Balibar qui restera sûrement comme le plus grand moment de solitude de l'histoire de César) même si certains ont bien joué le jeu du second degré comme Marc-André Grondin ou Vanessa Paradis, tous deux prochainement à l'affiche, le premier du premier film de Christopher Thompson en tant que réalisateur "Bus Palladium", la seconde à l'affiche de "L'Arnacoeur" de Pascal Chaumeil (deux films dont les critiques figurent sur inthemoodforcinema.com ) .

     Malgré tout, je ne regrette pas cette soirée dans les coulisses des César et dans les coursives du Châtelet même si  je me suis sentie très étrangère à la boulimie d'informations qui rongeait la plupart de ceux qui m'entouraient pianotant fébrilement sur leurs ordinateurs d'une main avec le portable dans l'autre main tout en regardant la scène d'un oeil et l'écran retransmettant la cérémonie de l'autre (oui, ils sont très forts!). Une frénésie d'images et d'informations à laquelle je préfère la magie de l'écran de cinéma et  l'océan de possibles et d'histoires de la page blanche.  Pour moi le cinéma se savoure et ne s'ingurgite pas. Je préfère me griser d'images de cinéma que de me gaver de celle d'une réalité ingurgitée sans avoir le temps d'être digérée. Je me souviendrai néanmoins  de regards illuminés (même si d'illuminés parfois aussi), de ceux qui ont parlé de passion, d'obstination, de résistance, d'un scénariste qui a parlé d'histoires improbables,  d'une comédienne émouvante qui a évoqué des choix risqués, d'une autre qui a parlé d'une jolie route finalement plus importante que son point d'arrivée. La mienne ne repassera sans doute pas par la salle presse des César même si je suis contente qu'elle en ait été jalonnée, d'avoir découvert sous un autre angle cette cérémonie que je ne me souviens pas ne pas avoir regardé une seule année même si l'essentiel reste celui qui, peut-être, étrangement n'a pas été suffisamment au centre de cette soirée. Celui pour qui, comme Marion Cotillard, mon coeur palpite inlassablement, irrémédiablement: le cinéma que ceux qui s'en gavent n'empêchera jamais de réjouir ceux qui s'en grisent...

    Palmarès des César 2010

    César 081.JPG
    Ecoutez Jacques Audiard:
    Ecoutez Tahar Rahim à propos de son 2ème César:

    9 César sur 13 nominations pour « Un Prophète » véritablement plébiscité par les votants et qui a récolté les principaux César : meilleur jeune espoir et meilleur acteur, meilleur scénario original, meilleur montage, meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur acteur dans un second rôle, meilleur photo, meilleur décor. Même si ce film est incontestablement un grand film, dommage que ce couronnement n'ait pas laissé une toute petite place aux autres et notamment à "A l'origine" de Xavier Giannoli ou même à des films étonnamment absents de cette compétition comme "Le Père de mes enfants" de Mia Hansen-Love ou encore "Je l'aimais" qui n'a récolté qu'une nomination (je persiste et signe), et donc à la diversité du cinéma français qui ne se résume pas à "Un Prophète" même s'il en représente sans aucun doute la meilleure part.

    Arrive ensuite avec... seulement deux César « Un Concert » (meilleur son, meilleure musique).

    Clint Eastwood a (à nouveau) remporté le César du meilleur film étranger, cette fois pour « Gran Torino », une récompense dont je me réjouis ainsi que de celle de Serge Bromberg  pour « L'Enfer d'Henri Georges Clouzot » et que de celle de Stéphane Brizé et Florence Vignon pour l'excellente adaptation de "Melle Chambon".

    "Welcome" malgré ses nominations n'a pas remporté un seul César, pas plus qu'Alain Resnais pourtant souvent récompensé lors de cette cérémonie.

    Isabelle Adjani et Tahar Rahim rentrent tous deux dans l'Histoire, la première pour avoir obtenu son cinquième César de la meilleure actrice, le second pour avoir reçu à la fois celui de meilleur espoir et de meilleur acteur, ce qui ne s'était jamais vu auparavant. Même si celui-ci est exceptionnel dans "Un Prophète", François Cluzet (deux fois nommé), Vincent Lindon et Yvan Attal l'auraient également mérité. Ce n'est pas le César à Tahar Rahim qui est absurde, c'est sa double nomination... Ce qui n'enlève rien au talent des trois autres même si tout le monde sait à quel point Vincent Lindon désirait ce César (il l'a médiatiquement exprimé), peut-être d'ailleurs est-ce la raison pour laquelle il ne l'a pas eu...

    Je vous laisse découvrir le palmarès ci-dessous. Vos réactions sont les bienvenues...

    Meilleur Acteur

    TAHAR RAHIM dans Un prophète

    Meilleure Actrice

     ISABELLE ADJANI dans La journée de la jupe

    Meilleur Acteur dans un second rôle

    NIELS ARESTRUP dans Un prophète

    Meilleure Actrice dans un second rôle

    EMMANUELLE DEVOS dans A l'Origine

    Meilleur Espoir Masculin

    TAHAR RAHIM dans Un prophète

    Meilleur Espoir Féminin

    MÉLANIE THIERRY dans Le dernier pour la route

    Meilleur Scénario Original

    JACQUES AUDIARD, THOMAS BIDEGAIN, ABDEL RAOUF DAFRI, NICOLAS PEUFAILLIT pour Un prophète  

    Meilleure Adaptation

    STÉPHANE BRIZÉ, FLORENCE VIGNON pour Mademoiselle Chambon 

    Meilleure Musique

    ARMAND AMAR pour Le Concert  

    Meilleur Son

    PIERRE EXCOFFIER, BRUNO TARRIÈRE, SÉLIM AZZAZI pour Le Concert  

    Meilleurs Décors

    MICHEL BARTHÉLEMY pour Un prophète

    Meilleurs Costumes

    CATHERINE LETERRIER pour Coco Chanel & Igor Stravinsky 

    Meilleure Photo 

    STÉPHANE FONTAINE pour Un prophète 

    Meilleur Montage

    JULIETTE WELFLING pour Un prophète

    Meilleur Réalisateur

    JACQUES AUDIARD pour Un prophète

    Meilleur Court Métrage

    C'est gratuit pour les filles réalisé par Claire Burger et Marie Amachoukeli

    Meilleur Premier Film

    Les beaux gosses réalisé par Riad Sattouf produit par Anne-Dominique Toussaint

    Meilleur Film Documentaire

    L'enfer d' Henri-Georges Clouzot réalisé par Serge Bromberg et Ruxandra Medrea

    Meilleur Film Etranger

    Gran Torino réalisé par Clint Eastwood

    Meilleur Film

    Un prophète produit par Pascal Caucheteux, Grégoire Sorlat et Marco Cherqui réalisé par Jacques Audiard

    Mes critiques des films en lice pour les César:

     "A l'Origine"

    "Un Prophète" 

     "Welcome"

    "Melle Chambon"

    "Partir

     "L'Enfer d'Henri Georges Clouzot"

    "Home"

    "Le Ruban blanc

     "Gran Torino"

     "Slumdog millionaire"

    "Avatar".

     "Je l'aimais" de Zabou Breitman

     "Rapt

     "Le Concert" (cliquez ici pour voir mes vidéos et lire mon compte rendu de son avant-première exceptionnelle.) 

    "Le bal des actrices"