Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 4

  • Le Festival International du Film Culte de Trouville-sur-Mer créé par Karl Zéro en juin 2016

    affiche trouville.png

    Juste après le Festival du Film de Cabourg  qui aura lieu du 8 au 12 juin 2016 et qui célèbrera cette année ses 30 ans, presque trois mois avant le Festival du Cinéma Américain de Deauville et le Festival Off Courts de Trouville, voilà un nouveau festival sur la côte normande qui devrait ravir les cinéphiles et dont vous pouvez d'ores et déjà découvrir la magnifique affiche ci-dessus.

    La 1ère édition de ce Festival au concept original se déroulera ainsi du 16 au 19 juin prochain à Trouville-sur-mer.  Région culte s’il en est à l’écran (“Un singe en Hiver“, “Un homme et une femme“, etc…), le choix de Trouville-sur-Mer s’est imposé d’emblée.  ! Comme le souligne Karl Zéro, fondateur du Festival, « Un film devient culte lorsque le public le désigne comme tel. C’est pour cela que notre jury - qui sera constitué uniquement de personnalités… cultes -sera à l’image des spectateurs auxquels nous dédions ce Festival : des gens venus de tous les horizons, pas que des « professionnels de la profession ». Le culte, c’est le trait d’union entre le populaire et le visionnaire. Notre ambition est d’installer de façon pérenne ce nouveau rendez-vous pour permettre de mettre en lumière davantage de talents, d’audaces, de tons, d’univers dans autant de films sélectionnés parce qu’ils sont inattendus et originaux.»

    Pour sa 1ère édition, le Festival  décernera les prix  suivants :

    Dans le cadre de la Compétition, les prix seront attribués à des films   inédits :

      Le Grand Prix du Film Culte de l’Année 2016 qui auréolant une œuvre lui permettra de se distinguer avant même sa sortie en salles, afin de trouver ainsi plus sûrement son public. 

     Le Prix « Aldo Maccione » du Meilleur Réalisateur qui prouvera qu’il suffit parfois de faire un petit pas de côté - comme Aldo dans sa célèbre démarche - pour changer l’angle d’une histoire, et lui donner un relief particulièrement novateur.

    Ces deux films seront élus par le Jury parmi sept films inédits présentés dans le cadre de la Compétition, et présentés sur la scène du Festival par leurs réalisateurs/acteurs.

    Dans le cadre de la Rétrospective, le public peut voter sur le site internet  www.festivaldufilmculte.com ou sur la page Facebook «  Festival International du film Culte » pour élire parmi trente œuvres son film culte préféré. 

    La liste des trente films établie par le comité du festival : 

    Battle Royal - C'est Arrivé Près de Chez Vous -  Citizen Kane - Elephant Man - Festen - Fight Club - Forest Gump – Freaks - La cité de la peur - La Haine  - La Nuit des Morts Vivants - L'Aventure c'est l'Aventure - Le fabuleux destin d'Amélie Poulain - Le gendarme de St Tropez - Le Père Noël est une Ordure - Le Silence des Agneaux - Le voyage de Chihiro - Les Demoiselles de Rochefort - Les Galettes de Pont-Aven - Les Tontons Flingueurs - Massacre à la Tronçonneuse – Matrix - Old Boy - Projet Blair witch – Psychose - Pulp Fiction – Scarface - Tenacious D - The Big Lebowski - Usual suspect. ! Prix décernés dans le cadre de la rétrospective :

     Le  Prix du Film Culte Vintage du Public décerné par le vote des internautes  qui récompensera l’œuvre élue par les spectateurs comme étant la plus culte de la liste des trente films proposés. 

    Le Prix “Georges Marchais“, en hommage au plus grand acteur comique du vingtième siècle sera décerné par le Jury. 

    En parallèle des projections, le public pourra participer à plusieurs master-class et conférences sur le thème du culte, afin de rencontrer les réalisateurs, acteurs, producteurs et  distributeurs des films projetés.

     Deux expositions, de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé et du Studio Harcourt, ainsi qu’un concert de musique de films cultes, interprétés sur des instruments-jouets par le Quatuor Playmobil, viendront encadrer le Festival.

    Vous pourrez également suivre le festival sur twitter (@fifculte), sur instagram ( @festivaldufilmculte), et sur Facebook (https://www.facebook.com/FIFCT).

  • Critique de LA PISCINE de Jacques Deray

     

    La Piscine de Jacques Deray.jpg

    Plutôt que son remake "A bigger splash" sorti en salles cette semaine (mais comment peut-on oser réaliser un remake d'un tel chef-d'œuvre intemporel?), je vous conseille de revoir "La piscine" de Jacques Deray dont vous pourrez retrouver ma critique ci-dessous.

    A bigger splash.jpg

    Ce film date de 1968: c’est déjà tout un programme. Il réunit Maurice Ronet, Alain Delon, Romy Schneider, Jane Birkin dans un huis-clos sensuel et palpitant: ce quatuor est déjà une belle promesse.

    Marianne (Romy Schneider) et Jean-Paul (Alain Delon) passent en effet des vacances en amoureux dans la magnifique villa qui leur a été prêtée sur les hauteurs de Saint-Tropez. L’harmonie est rompue lorsqu’arrive Harry (Maurice Ronet), ami de Jean-Paul et de Marianne chez lequel ils se sont d’ailleurs rencontrés, cette dernière entretenant le trouble sur la nature de ses relations passées avec Harry. Il arrive accompagné de sa fille de 18 ans, la gracile et nonchalante Pénélope (Jane Birkin).

    « La piscine » fait partie de ces films que l’on peut revoir un nombre incalculable de fois (du moins que je peux revoir un nombre incalculable de fois) avec le même plaisir pour de nombreuses raisons mais surtout pour son caractère intelligemment elliptique et son exceptionnelle distribution et sa remarquable direction d’acteurs.

    Dès les premières secondes, la sensualité trouble et la beauté magnétique qui émane du couple formé par Romy Schneider et Alain Delon, la langueur que chaque plan exhale plonge le spectateur dans une atmosphère particulière, captivante. La tension monte avec l’arrivée d’Harry et de sa fille, menaces insidieuses dans le ciel imperturbablement bleu de Saint-Tropez. Le malaise est palpable entre Jean-Paul et Harry qui rabaisse sans cesse le premier, par une parole cinglante ou un geste méprisant, et qui s’impose comme si tout et tout le monde lui appartenait, comme si rien ni personne ne lui résistait.

    Pour tromper le langoureux ennui de l’été, un jeu périlleusement jubilatoire de désirs et de jalousies va alors commencer, entretenu par chacun des personnages, au péril du fragile équilibre de cet été en apparence si parfait et de leur propre fragile équilibre, surtout celui de Jean-Paul, interprété par Alain Delon qui, comme rarement, incarne un personnage vulnérable à la sensualité non moins troublante. L’ambiguïté est distillée par touches subtiles : un regard fuyant ou trop insistant, une posture enjôleuse, une main effleurée, une allusion assassine. Tout semble pouvoir basculer dans le drame d’un instant à l’autre. La menace plane. L’atmosphère devient de plus en plus suffocante.

    Dès le début tout tourne autour de la piscine : cette eau bleutée trompeusement limpide et cristalline autour de laquelle ils s’effleurent, se défient, s’ignorent, s’esquivent, se séduisent autour de laquelle la caméra virevolte, enserre, comme une menace constante, inéluctable, attirante et périlleuse comme les relations qui unissent ces 4 personnages. Harry alimente constamment la jalousie et la susceptibilité de Jean-Paul par son arrogance, par des allusions à sa relation passée avec Marianne que cette dernière a pourtant toujours niée devant Jean-Paul. Penelope va alors devenir l’instrument innocent de ce désir vengeur et ambigu puisqu’on ne sait jamais vraiment si Jean-Paul la désire réellement, s’il désire atteindre Harry par son biais, s’il désire attiser la jalousie de Marianne, probablement un peu tout à la fois, et probablement aussi se raccrochent-ils l’un à l’autre, victimes de l’arrogance, la misanthropie masquée et de la désinvolture de Harry. C’est d’ailleurs là que réside tout l’intérêt du film : tout insinuer et ne jamais rien proclamer, démontrer. Un dialogue en apparence anodin autour de la cuisine asiatique et de la cuisson du riz alors que Jean-Paul et Penelope reviennent d’un bain nocturne ne laissant guère planer de doutes sur la nature de ce bain, Penelope (dé)vêtue de la veste de Jean-Paul dans laquelle elle l’admirait de dos, enlaçant Marianne, quelques jours auparavant, est particulièrement symptomatique de cet aspect du film, cette façon d’insinuer, cette sensualité trouble et troublante, ce jeu qui les dépasse. Cette scène entremêle savoureusement désirs et haines latents. Les regards de chacun : respectivement frondeurs, évasifs, provocants, dignes, déroutés… font que l’attention du spectateur est suspendue à chaque geste, chaque ton, chaque froncement de sourcils, accroissant l’impression de malaise et de fatalité inévitable.

    Aucun des 4 personnages n’est délaissé, la richesse de leurs psychologies, de la direction d’acteurs font que chacune de leurs notes est indispensable à la partition. La musique discrète et subtile de Michel Legrand renforce encore cette atmosphère trouble. Chacun des 4 acteurs est parfait dans son rôle : Delon dans celui de l’amoureux jaloux, fragile, hanté par de vieux démons, d’une sensualité à fleur de peau, mal dans sa peau même, Romy Schneider dans celui de la femme sublime séductrice dévouée, forte, provocante et maternelle, Jane Birkin dont c’est le premier film français dans celui de la fausse ingénue et Maurice Ronet dans celui de l’ « ami » séduisant et détestable, transpirant de suffisance et d’arrogance…et la piscine, incandescente à souhait, véritable « acteur ». Je ne vous en dirai pas plus pour ne pas lever le voile sur les mystères qui entourent ce film et son dénouement.

    Deray retrouvera ensuite Delon à 8 reprises notamment dans « Borsalino », « Flic story », « Trois hommes à abattre »… mais « La piscine » reste un film à part dans la carrière du réalisateur qui mettra en scène surtout un cinéma de genre.

    Neuf ans après « Plein soleil » de René Clément (que je vous recommande également), la piscine réunit donc de nouveau Ronet et Delon, les similitudes entres les personnages de ces deux films sont d’ailleurs nombreuses et le duel fonctionne de nouveau à merveille.

    Un chef-d’œuvre dont le « Swimming pool » de François Ozon apparaissait comme une copie détournée, certes réussie mais moins que l’original, aucun cinéaste n’ayant réussi à susciter la même incandescence trouble.

    Un film sensuel porté par des acteurs magistraux, aussi fascinants que cette eau bleutée fatale, un film qui se termine par une des plus belles preuves d’amour que le cinéma ait inventé. A voir et à revoir. Plongez dans les eaux troubles de cette « piscine » sans attendre une seconde …à vos risques et périls.