Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • Palmarès du Festival International des Scénaristes 2010

    scenaristes.jpg

    Les organisteurs du Festival International des Scénaristes 2010 avaient eu la gentillesse de m'inviter à passer deux jours à Bourges pour découvrir leur festival. J'ai malheureusement finalement dû  décliner l'invitation. J'espère néanmoins avoir le plaisir de découvrir ce festival l'an prochain. En attendant, je vous livre donc le palmarès de cette édition 2010.

    Le palmarès 2010 

    Grand Jury

    Grand prix

    « L'homme qui en connaissait un rayon » d'Alice Vial
    Parrains : Vincent Solignac (scénariste) et Olivier Rechou (Les films de la plume)
    Résidence écriture Centre Images
    Lecture du scénario à la soirée de clôture par les comédiens
    Livres Dixit, Adhésion Séquence 7, master classe de Robert Mc Kee (Thriller/comédie/love story)

    Mention

    « Le lâcher de nez » de Christophe Lemoine
    Parrains : Louis Charles Sirjacq (scénariste) et Isabelle Grellat (Mandarin Cinéma)
    LNF post production pour une valeur de 3000 €
    Livres Dixit, Adhésion Séquence 7, master classe de Robert Mc Kee (Thriller/comédie/love story)

    Jury de la création

    Premier prix

    « Les heures blanches » de Sébastien Baril
    Parrains : Emmanuelle Bercot (réalisatrice) et Christophe Audeguis (Love Streams)
    Résidence écriture Centre Images
    Livre Dixit, Adhésion Séquence 7, master classe de Robert Mc Kee (Thriller/comédie/love story)

    Mention

    « L'homme qui en connaissait un rayon » d'Alice Vial
    Parrains : Vincent Solignac (scénariste) et Olivier Rechou (Les films de la plume)
    Une semaine de formation au CIFAP (écriture ou autre spécialité)
    Livre Dixit, Adhésion Séquence 7, master classe de Robert Mc Kee (Thriller/comédie/love story) 

    Jury jeune

    Grand prix

    « La France aux français » de Lionel Meta
    Parrains : Charlotte Silvéra (réalisatrice) et Laurent Thiry (Magnificat Films)
    « Du court au long », script doctoring de 2A Développement, atelier en 8 séances (3h par séance), Livres Dixit, Adhésion Séquence 7, master classe de Robert Mc Kee (Thriller/comédie/love story)

    Mention

    « Le lâcher de nez » de Christophe Lemoine
    Parrains : Louis Charles Sirjacq (scénariste) et Isabelle Grellat (Mandarin Cinéma)
    Accréditation pro pour 2011 au festival, Livres Dixit, Adhésion Séquence 7, master classe de Robert Mc Kee (Thriller/comédie/love story)

    Retrouvez le reste de l'actualité sur les autres blogs "in the mood": "In the mood for Cannes", "In the mood for Deauville" , " In the mood for luxe".

    Lien permanent Imprimer Catégories : IN THE MOOD FOR NEWS (toute l'actualité ciné) Pin it! 0 commentaire
  • "Téhéran" de Nader T.Homayoun en compétition du Festival International du Film Policier de Beaune 2010

    teheran.jpgDu 8 au 11 avril prochain aura lieu la 2ème édition du Festival International du Film Policier de Beaune dont je vous ai déjà parlé à plusieurs reprises (je vous rappelle d'ailleurs que vous pouvez encore gagner des pass permanents pour le festival, cliquez ici pour voir le règlement du concours).

     Parmi les films de la compétition Sang neuf figure un film dont je vous ai parlé il y a quelques jours et donc vous pouvez retrouvez ma critique en cliquant ici: "Téhéran" de Nader T.Homayoun.

    Cliquez ici pour voir le reste de la compétition sang neuf.

    Lien permanent Imprimer Catégories : IN THE MOOD FOR NEWS (toute l'actualité ciné) Pin it! 0 commentaire
  • L'affiche officielle du Festival de Cannes 2010: l'écriture moderne dont l'encre est la lumière...

    cannes20102.jpg

    Pour l'affiche 2009 avait été choisie une  photo  extraite de « L'Avventura » (1960) de Michelangelo Antonioni, un film considéré comme un des actes de naissance du cinéma moderne. Créée par Annick Durban, cette affiche s’ouvrait sur  une un horizon mystérieux et mêlait intelligemment les divers aspects du festival.

    Cette année, l'affiche est plus dépouillée, il s'agit de Juliette Binoche tenant un stylo lumineux sur fond bleu qui me rappelle la citation de Cocteau "Le cinéma, c'est l'écriture moderne dont l'encre est la lumière." Une affiche qui s'affirme une nouvelle fois dans la modernité mais aussi à la confluence des arts et des cultures avec une actrice dont le parcours dépasse largement les frontières de l'hexagone mais aussi celles du cinéma. On se souvient ainsi notamment de son spectacle de danse avec Akram Khan.

      Cette photographie est signée Brigitte Lacombe qui a d'ailleurs commencé sa carrière de photographe au Festival de Cannes 1975, elle s'est ensuite spécialisée dans les photos d'acteurs et de tournages. Elle réalisera ainsi des affiches de films et des portraits d'acteurs. Elle a travaillé pendant plus de 20 ans pour le magazine Condé Nast Traveler. Elle collabore ainsi à de nombreuses publications : Vanity Fair, The New Yorker, New York Magazine, Time, GQ, Glamour, Vogue Paris, et The New York Times Magazine. Pour la publicité et les producteurs, elle travaille pour :  Prada, Hermés, Nespresso, Lancôme, Movado, Omega, Rolex, The Metropolitan Opera, HBO, Universal Pictures, Paramount, The Weinstein Company.

    Devant et derrière l'objectif, deux femmes aux parcours riches et éclectiques et derrière ce portrait individuel, c'est donc à nouveau la richesse et la diversité du cinéma qui sont mises en valeur. Un cinéma qui peut être d'auteur mais qui peut aussi étinceler de mille feux hollywoodiens (comme Juliette Bincohe qui tourne aussi bien pour des réalisateurs méconnus que pour des grandes productions hollywoodiennes). Un cinéma et un festival qui rayonnent au-delà de nos frontières aussi à l'image de la carrière de l'actrice. Une affiche finalement moins sage et plus iconoclaste qu'elle pourrait le sembler de prime abord... à l'image d'un Festival qui ne cesse jamais de nous surprendre et de jouer avec son image et les images, tellement multiples.

    Je vous rappelle que vous pourrez suivre le Festival de Cannes 2010 en direct sur "In the mood for cinema " et sur mon blog entièrement consacré au Festival "In the mood for Cannes".

    Lien permanent Imprimer Catégories : FESTIVAL DE CANNES 2010 Pin it! 2 commentaires
  • Un après-midi au Salon du Livre 2010

    salondulivre.jpg
    salondulivre 018.JPG
    elle.jpg

    Rassurez-vous : l'actualité cinématographique reviendra dès demain sur inthemoodforcinema.com mais cette année, plus que jamais, le salon du livre était pour moi incontournable puisque, membre du jury littéraire des lectrices de Elle 2010 (à propos, si vous voulez accéder au questionnaire pour faire partie du jury 2011, c'est ici), j'étais invitée au "Salon vip" pour rencontrer quelques uns des auteurs en sélection, dont certains de de mes coups de coeur comme Eric Fottorino, auteur de "l'Homme qui m'aimait tout bas", Antonin Varenne auteur de "Fakirs" ou encore Gérard Garouste et Judith Perrignon pour "L'Intranquille". (Etaient également présents: Véronique Ovaldé, Camille de Villeneuve, Sarah Kaminsky, Hélène Castel, Dominique Torres et Jean-Marie Pourtaut.) Je regrette l'absence des auteurs des deux romans que j'ai préférés: David Foenkinos pour "La Délicatesse" (qui ne fait malheureusement pas partie de la sélection finale) et Rouja Lazarova, auteur de "Mausolée".

    fottorino.jpg
    fakirs.jpg
    intranquille.jpg

    Après une heure à déambuler dans les travées du salon (plutôt et étonnamment clairsemées pour ce 30ème anniversaire, où le numérique et les régions prennent de plus en plus le pas sur les maisons d'édition "classiques" avec l'absence de maisons comme Grasset, Stock, Fayard, Lattés et un stand Hachette 9 fois moins grand qu'habituellement ) , j'arrive en avance devant ledit "salon du salon" où quelques jurées arrivent à leur tour. La conversation s'engage rapidement autour de nos lectures (même si l'une des jurées, professeure de son état, semble avoir des aspirations d'éditrice revenant sans cesse sur les fautes "inadmissibles" dans les traductions) et c'est un plaisir de pouvoir échanger après ces mois de lectures et de notations solitaires, exercice d'ailleurs pour moi difficile, n'ayant vraiment pas l'âme professorale et rechignant à mettre des notes. Il n'en demeure pas moins que l'exercice de se plonger dans des lectures vers lesquelles je ne serais jamais allée sans ce jury est un exercice passionnant. Habituellement surtout lectrice de littérature classique et plus accessoirement de romans contemporains, j'ai découvert beaucoup d'auteurs contemporains, de romans bien sûr mais surtout de policiers et de documents mais aussi des thématiques communes (souvent relativement glauques) et un style très cinématographique récurrent dans le domaine policier.

     Mais revenons à notre salon. J'avoue avoir été un peu surprise de l'accueil assez impersonnel ( les 120 lectrices sont des numéros et le resteront, pourtant le magazine communique largement sur ce prix...) et du caractère très informel de ces rencontres, certes conviviales, mais aussi avec un côté "zapping" (les auteurs sont installés à des tables et les lectrices papillonnent à leur gré autour) un peu dommage quand on vient célèbrer un art qui est censé donner un peu de temps au temps.

     Je me retrouve donc ainsi d'abord à la table d'Antonin Varenne qui répond avec beaucoup de simplicité et de modestie à nos questions. Il nous parle de son parcours, de sa rencontre avec son éditrice, du regard sévère qu'il porte désormais sur "Fakirs", du livre qu'il écrit sur la guerre d'Algérie terminé le jour "anniversaire" de la mort de son père, de sa blessure à la main causée par un accident dans le salon du livre lors de l'inauguration la veille à cause d'une voiture  (!), de l'entreprise qu'il crée ne souhaitant pas forcément se consacrer toute sa vie à l'écriture , du milieu de la télévision qui ne lui plait pas... une conversation à bâtons rompues intéressante, révélant le contraste entre l'auteur et ses écrits (je n'ai pas mis en ligne la critique de "Fakirs" mais vous la trouverez prochainement). La table se dépeuple peu à peu, les lectrices rejoignant celle d'à côté où se trouve Gérard Garouste qui, lui aussi, évoque avec beaucoup d'humilité, et visiblement aussi de plaisir, son travail.

    Gérard Garouste devant répondre à une interview, un groupe de lectrices change de table pour rejoindre Camille de Villeneuve située à la table voisine. Une lectrice adresse successivement sa question à deux lectrices avant de comprendre que Camille de Villeneuve (il est vrai à l'air aussi juvénile que son écriture est riche et travaillée) est une troisième jeune femme. Ensuite une amie m'appelle en direct du Salon. Je m'éclipse un instant pour la saluer (bah oui, je suis une fille polie), et finalement moi aussi intranquille et finalement heureuse de l'être décide de ne pas retourner au "salon vip" pour retrouver le calme et la jubilation de jongler avec les mots , d'inventer des personnages et des histoires dont ce salon a encore avivé la flamme... mais c'est une autre histoire et peut-être d'autres histoires (fictives) peut-être à lire bientôt sur ce blog...qui sait...

    J'espère, lors de la remise du prix littéraire des lectrices de Elle en Mai, avoir davantage l'occasion d'échanger avec les autres lectrices (et de reprendre pour certaines la conversation amorcée)... que j'invite d'ailleurs à se manifester sur ce blog si elles passent par ici comme la rédactrice de "L'attrape-livres" que j'ai eu le plaisir de rencontrer à cette occasion.

    salondulivre 017.JPG
    salondulivre 004.JPG
    salondulivre 005.JPG
    salondulivre 006.JPG
    Lien permanent Imprimer Catégories : PRIX LITTERAIRE DES LECTRICES DE ELLE 2010 Pin it! 8 commentaires