Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • L'affiche officielle du Festival de Cannes 2010: l'écriture moderne dont l'encre est la lumière...

    cannes20102.jpg

    Pour l'affiche 2009 avait été choisie une  photo  extraite de « L'Avventura » (1960) de Michelangelo Antonioni, un film considéré comme un des actes de naissance du cinéma moderne. Créée par Annick Durban, cette affiche s’ouvrait sur  une un horizon mystérieux et mêlait intelligemment les divers aspects du festival.

    Cette année, l'affiche est plus dépouillée, il s'agit de Juliette Binoche tenant un stylo lumineux sur fond bleu qui me rappelle la citation de Cocteau "Le cinéma, c'est l'écriture moderne dont l'encre est la lumière." Une affiche qui s'affirme une nouvelle fois dans la modernité mais aussi à la confluence des arts et des cultures avec une actrice dont le parcours dépasse largement les frontières de l'hexagone mais aussi celles du cinéma. On se souvient ainsi notamment de son spectacle de danse avec Akram Khan.

      Cette photographie est signée Brigitte Lacombe qui a d'ailleurs commencé sa carrière de photographe au Festival de Cannes 1975, elle s'est ensuite spécialisée dans les photos d'acteurs et de tournages. Elle réalisera ainsi des affiches de films et des portraits d'acteurs. Elle a travaillé pendant plus de 20 ans pour le magazine Condé Nast Traveler. Elle collabore ainsi à de nombreuses publications : Vanity Fair, The New Yorker, New York Magazine, Time, GQ, Glamour, Vogue Paris, et The New York Times Magazine. Pour la publicité et les producteurs, elle travaille pour :  Prada, Hermés, Nespresso, Lancôme, Movado, Omega, Rolex, The Metropolitan Opera, HBO, Universal Pictures, Paramount, The Weinstein Company.

    Devant et derrière l'objectif, deux femmes aux parcours riches et éclectiques et derrière ce portrait individuel, c'est donc à nouveau la richesse et la diversité du cinéma qui sont mises en valeur. Un cinéma qui peut être d'auteur mais qui peut aussi étinceler de mille feux hollywoodiens (comme Juliette Bincohe qui tourne aussi bien pour des réalisateurs méconnus que pour des grandes productions hollywoodiennes). Un cinéma et un festival qui rayonnent au-delà de nos frontières aussi à l'image de la carrière de l'actrice. Une affiche finalement moins sage et plus iconoclaste qu'elle pourrait le sembler de prime abord... à l'image d'un Festival qui ne cesse jamais de nous surprendre et de jouer avec son image et les images, tellement multiples.

    Je vous rappelle que vous pourrez suivre le Festival de Cannes 2010 en direct sur "In the mood for cinema " et sur mon blog entièrement consacré au Festival "In the mood for Cannes".

    Lien permanent Imprimer Catégories : FESTIVAL DE CANNES 2010 Pin it! 2 commentaires
  • Un après-midi au Salon du Livre 2010

    salondulivre.jpg
    salondulivre 018.JPG
    elle.jpg

    Rassurez-vous : l'actualité cinématographique reviendra dès demain sur inthemoodforcinema.com mais cette année, plus que jamais, le salon du livre était pour moi incontournable puisque, membre du jury littéraire des lectrices de Elle 2010 (à propos, si vous voulez accéder au questionnaire pour faire partie du jury 2011, c'est ici), j'étais invitée au "Salon vip" pour rencontrer quelques uns des auteurs en sélection, dont certains de de mes coups de coeur comme Eric Fottorino, auteur de "l'Homme qui m'aimait tout bas", Antonin Varenne auteur de "Fakirs" ou encore Gérard Garouste et Judith Perrignon pour "L'Intranquille". (Etaient également présents: Véronique Ovaldé, Camille de Villeneuve, Sarah Kaminsky, Hélène Castel, Dominique Torres et Jean-Marie Pourtaut.) Je regrette l'absence des auteurs des deux romans que j'ai préférés: David Foenkinos pour "La Délicatesse" (qui ne fait malheureusement pas partie de la sélection finale) et Rouja Lazarova, auteur de "Mausolée".

    fottorino.jpg
    fakirs.jpg
    intranquille.jpg

    Après une heure à déambuler dans les travées du salon (plutôt et étonnamment clairsemées pour ce 30ème anniversaire, où le numérique et les régions prennent de plus en plus le pas sur les maisons d'édition "classiques" avec l'absence de maisons comme Grasset, Stock, Fayard, Lattés et un stand Hachette 9 fois moins grand qu'habituellement ) , j'arrive en avance devant ledit "salon du salon" où quelques jurées arrivent à leur tour. La conversation s'engage rapidement autour de nos lectures (même si l'une des jurées, professeure de son état, semble avoir des aspirations d'éditrice revenant sans cesse sur les fautes "inadmissibles" dans les traductions) et c'est un plaisir de pouvoir échanger après ces mois de lectures et de notations solitaires, exercice d'ailleurs pour moi difficile, n'ayant vraiment pas l'âme professorale et rechignant à mettre des notes. Il n'en demeure pas moins que l'exercice de se plonger dans des lectures vers lesquelles je ne serais jamais allée sans ce jury est un exercice passionnant. Habituellement surtout lectrice de littérature classique et plus accessoirement de romans contemporains, j'ai découvert beaucoup d'auteurs contemporains, de romans bien sûr mais surtout de policiers et de documents mais aussi des thématiques communes (souvent relativement glauques) et un style très cinématographique récurrent dans le domaine policier.

     Mais revenons à notre salon. J'avoue avoir été un peu surprise de l'accueil assez impersonnel ( les 120 lectrices sont des numéros et le resteront, pourtant le magazine communique largement sur ce prix...) et du caractère très informel de ces rencontres, certes conviviales, mais aussi avec un côté "zapping" (les auteurs sont installés à des tables et les lectrices papillonnent à leur gré autour) un peu dommage quand on vient célèbrer un art qui est censé donner un peu de temps au temps.

     Je me retrouve donc ainsi d'abord à la table d'Antonin Varenne qui répond avec beaucoup de simplicité et de modestie à nos questions. Il nous parle de son parcours, de sa rencontre avec son éditrice, du regard sévère qu'il porte désormais sur "Fakirs", du livre qu'il écrit sur la guerre d'Algérie terminé le jour "anniversaire" de la mort de son père, de sa blessure à la main causée par un accident dans le salon du livre lors de l'inauguration la veille à cause d'une voiture  (!), de l'entreprise qu'il crée ne souhaitant pas forcément se consacrer toute sa vie à l'écriture , du milieu de la télévision qui ne lui plait pas... une conversation à bâtons rompues intéressante, révélant le contraste entre l'auteur et ses écrits (je n'ai pas mis en ligne la critique de "Fakirs" mais vous la trouverez prochainement). La table se dépeuple peu à peu, les lectrices rejoignant celle d'à côté où se trouve Gérard Garouste qui, lui aussi, évoque avec beaucoup d'humilité, et visiblement aussi de plaisir, son travail.

    Gérard Garouste devant répondre à une interview, un groupe de lectrices change de table pour rejoindre Camille de Villeneuve située à la table voisine. Une lectrice adresse successivement sa question à deux lectrices avant de comprendre que Camille de Villeneuve (il est vrai à l'air aussi juvénile que son écriture est riche et travaillée) est une troisième jeune femme. Ensuite une amie m'appelle en direct du Salon. Je m'éclipse un instant pour la saluer (bah oui, je suis une fille polie), et finalement moi aussi intranquille et finalement heureuse de l'être décide de ne pas retourner au "salon vip" pour retrouver le calme et la jubilation de jongler avec les mots , d'inventer des personnages et des histoires dont ce salon a encore avivé la flamme... mais c'est une autre histoire et peut-être d'autres histoires (fictives) peut-être à lire bientôt sur ce blog...qui sait...

    J'espère, lors de la remise du prix littéraire des lectrices de Elle en Mai, avoir davantage l'occasion d'échanger avec les autres lectrices (et de reprendre pour certaines la conversation amorcée)... que j'invite d'ailleurs à se manifester sur ce blog si elles passent par ici comme la rédactrice de "L'attrape-livres" que j'ai eu le plaisir de rencontrer à cette occasion.

    salondulivre 017.JPG
    salondulivre 004.JPG
    salondulivre 005.JPG
    salondulivre 006.JPG
    Lien permanent Imprimer Catégories : PRIX LITTERAIRE DES LECTRICES DE ELLE 2010 Pin it! 8 commentaires
  • "Robin des bois" de Ridley Scott, film d'ouverture du 63ème Festival de Cannes

    robindesbois.jpg
    robin1.jpg
    robin2.jpg
    robin3.jpg
    robin4.jpg
    robin5.jpg
    robin6.jpg
    robin7.jpg

    En attendant la conférence de presse officielle du 63ème Festival de Cannes, le 15 avril, les informations commencent à tomber avec, aujourd'hui, l'annonce officielle du film d'ouverture.

    Le 63e Festival de Cannes s'ouvrira ainsi le 12 mai avec "Robin des Bois" qui réunit Russell Crowe et Cate Blanchett, un film d'aventures signé par le Britannique Ridley Scott, qui sera présenté hors compétition. Ce "récit épique à grand spectacle", dont la distribution compte aussi les comédiens William Hurt, Max Von Sydow, Vanessa Redgrave et Lea Seydoux, "sortira en salles en France le jour de sa présentation à Cannes et le 14 mai dans le monde entier", précise  le communiqué.

    Produit par le studio américain Universal, Robin Hood (titre original) repose sur un scénario de Brian Helgeland - auteur de L.A Confidential ou Mystic River - et relate la naissance de la légende de Robin des Bois. "Pour revisiter la légende, Ridley Scott a choisi Russell Crowe dans un rôle précédemment tenu à l'écran par Errol Flynn, Sean Connery ou encore Kevin Costner", rappellent les organisateurs du festival.

    À 72 ans, Ridley Scott sera donc pour la troisième fois sur la Croisette où son film Les Duellistes avec Harvey Keitel avait été primé en 1977 et où son road movie  Thelma et Louise  avait été présenté hors compétition en 1991.

    Vous pourrez bien entendu retrouver la critique de ce film d'ouverture en direct de la Croisette sur "In the mood for Cannes" et sur "In the mood for cinema".

     

    Lien permanent Imprimer Catégories : FESTIVAL DE CANNES 2010 Pin it! 2 commentaires
  • Critique- « Tout ce qui brille » de Géraldine Nakache et Hervé Mimran

    brille.jpg

    Avec le printemps refleurissent les comédies qui surfent sur la vague d'une saisonnière soif de légèreté et de fraîcheur dont on aspire à ressortir le cœur (et plus rarement le cerveau) alertes. Ayant délibérément choisi de délaisser pour quelques jours les projections presse où, il faut bien le dire, l'assistance est assez souvent blasée, je retrouve donc avec plaisir les joies de la file d'attente et surtout d'une salle qui, quand elle rit, ne le fait pas au détriment du réalisateur (un jour, il faudra que je vous fasse une note sur le sarcasme journalistique). Antoine Duléry (qui a visiblement chipé l'imperméable de Colombo) a choisi la même séance où il aura pu admirer la bande-annonce pleine de délicatesse et de nuance de Camping 2 (je m'exerce au sarcasme journalistique, quoique ... là guère besoin de me forcer). Ces petites extrapolations dîtes, venons-en au film. J'ai souvent tendance à me méfier des films avec deux réalisateurs (si un film est certes un travail collectif, la vision sur la mise en scène doit tout de même être personnelle) mais je me méfie aussi des préjugés, avec raison d'ailleurs en ce qui concerne « Tout ce qui brille ».

    Synopsis : Ely (Géraldine Nakache) et Lila (Leïla Bekhti) sont comme deux sœurs. Elles se connaissent depuis l'enfance, vivent dans la même banlieue à dix minutes de Paris, partagent tout et rêvent ensemble d'une autre vie, à dix minutes de là, là où tout brille. Entre Puteaux et Neuilly, il n'y a finalement qu'un pas... Elles vont tout faire pour entrer dans ce monde qui n'est pas le leur et qui les fascinent. Avec un peu de culot elle vont y arriver... mais leur amitié y résistera-t-elle ?

    Dès les premières minutes, le charme de la complicité du duo opère et nous conquiert. M'a conquise en tout cas. Les dialogues sont rythmés et énergiques sans jamais être vulgaires. Et ce qui saute d'abord aux yeux, c'est le regard, communicatif, tendre et empathique, porté sur les personnages mais aussi sur la banlieue, sans condescendance, misérabilisme ou démagogie. Ce n'est d'ailleurs finalement pas le sujet.

     Ainsi, si Lila, « leadeur » mais finalement aussi la plus fragile du duo, se laisse éblouir, c'est avant tout parce qu'elle a besoin de se griser, d'oublier le rejet de son père, préférant se mentir à elle-même, croire en un amour voué à l'échec pour édulcorer la rudesse de la réalité, pour croire que « tout brille » pour éluder les zones d'ombre de son existence. Pendant ce temps, sa mère attend inlassablement ce dernier, chantant  chaque week end là où ils se sont connus des années auparavant.

     Si les nuits parisiennes ne sont finalement pas (non plus) le sujet principal, entre, notamment, une danseuse en moon boots et une soirée dans un supermarché reconstituée,  « Tout ce qui brille » croque avec ironie  le côté ridicule de certaines soirées prétendues branchées.

    Géraldine Nakache et Hervé Mimran ont réussi une chose rare : une comédie tendre ET drôle ET sans mafieux russe (trouvez-moi une comédie dernièrement qui n'a pas eu son mafieux russe) ET qui ne cherche pas à faire à la manière de... Et c'est sans doute pour cela que ça fonctionne aussi bien, que ces deux filles attachantes nous embarquent dans leurs péripéties dans ce monde de paillettes même si nous nous doutons bien qu'elles découvriront bientôt que tout ce qui brille n'est pas de l'or, et qu'à vouloir « s'élever » socialement, elles risquent de passer à côté de l'essentiel...

    Alors certes, ce film n'est pas dénué de défauts (ainsi dommage que les personnages masculins soient un peu moins travaillés et les intrigues sentimentales plus bâclées) mais les deux réalisateurs n'ont visiblement pas voulu signé une comédie romantique mais une histoire d'amitié d'ailleurs pas si naïve nous parlant notamment d'émancipation, de relations entre parents et enfants et de désirs d'ailleurs.

    Un film joyeux, rafraîchissant, pétillant, lumineux, d'une tendre drôlerie et justesse qui, s'il vous confirmera qu'il ne faut pas vous laisser éblouir par tout ce qui brille, fera au moins briller vos yeux grâce à l'intelligence de son écriture mais aussi de ses trois interprètes ( Géraldine Nakache, Leïla Bekhti et Audrey Lamy, également impayable en prof de sport ). Un film dont vous aurez envie de sortir en faisant le paon et en dansant sur Véronique Sanson (si, si, vous verrez !).

    Et aussi: "In the mood for Cannes", "In the mood for Deauville" , "In the mood for luxe".

  • Critique – « Tête de turc » de Pascal Elbé avec Roschdy Zem, Pascal Elbé, Ronit Elkabetz…

    tetedeturc.jpg
    tete1.jpg
    tete2.jpg
    tete3.jpg

    Il y a quelques semaines, dans les locaux de la Warner, en partenariat avec Allociné, était organisée une projection en avant première de « Tête de turc » suivie d'une Master class avec Pascal Elbé et Roschdy Zem (voir toutes mes vidéos de la master class en cliquant ici).

    Pour cette première réalisation, Pascal Elbé s'est confronté à un genre particulièrement délicat : le film choral. S'y côtoient un adolescent de 14 ans, Bora ( Samir Makhlouf), un médecin urgentiste, Simon (Pascal Elbé), un flic en quête de vengeance, Atom (Roscdhy Zem), une mère qui se bat pour les siens, Sibel qui est aussi la mère de Bora (Ronit Elkabetz), un homme anéanti par la mort de sa femme (Simon Abkarian).

    Pascal Elbé est parti d'un fait divers tragique qui avait marqué les esprits : Mama Galledou, passagère d'un bus, brûlée vive à Marseille, en 2006. Ici, ce n'est pas la passagère d'un bus mais Simon, médecin urgentiste qui est grièvement blessé suite à un jet de cocktail molotov sur sa voiture. Le jeune qui le sauve, Bora, est aussi un de ceux responsables de « l'accident ». Emmené aux urgences, Simon ne peut donner suite à l'appel qu'il venait de recevoir ; celui d'un homme dont la femme vient d'avoir un grave malaise et qui décèdera faute d'intervention. Le veuf n'a ensuite plus qu'une idée en tête :  se venger, de même que le frère de Simon, flic dont le passé n'est pas non plus exempt de zones d'ombres et qui veut retrouver ceux par qui sont frère a été agressé...

    Par un tragique engrenage de la fatalité, ces destins vont être liés les uns aux autres et dépendre les uns des autres. Derrière les masques de chacun; Pascal Elbé laisse entrevoir les fêlures et parvient à rendre ses personnages particulièrement attachants, aidé en cela par un choix d'interprètes particulièrement soigné : de Simon Abkarian (dont le talent qui n'est plus à prouver nous fait regretter que son rôle ne soit pas plus étoffé), en mari vengeur aveuglé par le chagrin, à Ronit Elkabetz, en mère fière et digne, prête à tout pour que ses fils changent de condition en passant par Florence Thomassin qui interprète une amie de Sibel, mère découragée.

    Si le début nous laisse espérer un vrai thriller, le film s'oriente progressivement davantage vers le thriller social. Pascal Elbé a d'ailleurs rencontré des travailleurs sociaux, des urgentistes, des policiers pour donner à sa vision une couleur aussi juste possible même si l'objectif n'était pas le naturalisme. Que ce soit par la musique (signée Bruno Coulais) ou la photographie, son film révèle une vraie atmosphère visuelle et sonore. Même si, visuellement, « Tête de Turc » n'atteint pas le niveau de James Gray qu'il cite en brillante référence,  on retrouve ici les thèmes qui lui sont chers : la famille, le pardon, la trahison, le sentiment de culpabilité. Des hommes face à leur conscience.

    Pascal Elbé ne prend pas vraiment parti, délibérément, il dresse un constat dont une scène de dialogue dans une voiture entre les deux frères est particulièrement révélatrice mais aussi emblématique de l'image nuancée  que Pascal Elbé donne de la société contemporaine (il égratigne au passage l'emballement médiatique).  C'est à la fois la force et la faiblesse de son film. La force de donner la parole à chacun, de ne pas émettre un avis tranché, voire caricatural. La faiblesse de ne pas être allé plus loin, de ne pas oser davantage d'ailleurs à l'image du dénouement qui n'est pas à la hauteur d'une première partie pleine d'intensité et de promesses (que Pascal Elbé avait d'ailleurs su tenir jusqu'au bout dans ses scénarii précédents comme « Mauvaise foi » coécrit avec Roscdhy Zem ou « Père et fils »).  Peut-être n'a-t-il pas eu l'audace (mais aussi tout simplement l'envie) d'achever son film dans la noirceur. Avec un zeste d'audace et d'expérience supplémentaires, et avec la même bonne foi et conviction, son prochain film devra être suivi de très près. Avec d'aussi brillantes influences revendiquées (Gray, Inarritu, Haggis),  il ne lui reste qu'à approfondir son propre univers pour confirmer l'essai imparfait (mais à l'image de ses personnages, c'est aussi ce qui le rend attachant) et non moins prometteur.

     « Tête de Turc » a reçu le prix du cinéma 2010 de la Fondation Diane et Lucien Barrière.

    Le reste de l'actualité, c'est sur "In the mood for Cannes", "In the mood for Deauville", "In the mood for luxe".

    Lien permanent Imprimer Catégories : AVANT-PREMIERES Pin it! 1 commentaire