Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 2

  • Marie-Josée Croze et Tahar Rahim: prix Romy Schneider et Patrick Dewaere 2010

    SchneiderDewaere 018.JPG
    SchneiderDewaere 016.JPG
    Photos ci-dessus inthemoodforcinema.com

    J'étais hier soir à la remise des prix Romy Schneider et Patrick Dewaere. Ces deux écorchés vifs au talent et à la sensibilité fièvreuse incommensurables ont en effet donné leurs noms à un prix qui, chaque année, récompensent des "espoirs" du cinéma français. Cette année, succédant à Déborah François et Louis Garrel, ce sont Marie-Josée Crose et Tahar Rahim qui ont reçu ces prestigieux prix. La première est déjà un espoir confirmé, ayant (notamment) reçu le prix d'interprétation à Cannes pour "Les Invasions barbares". Le second en une année a raflé tout ce que le cinéma compte de prix, à commencer par les César du meilleur jeune espoir et du meilleur acteur. Ces prix me réjouissent d'autant plus qu "Un Prophète" et "Je l'aimais" (pour lequel Marie-Josée Croze a reçu ce prix) sont mes films français préférés de l'année écoulée. Or, si "Un Prophète" a connu un succès et un rententissement mondiaux, en revanche, le film de Zabou Breitman est passé totalement inaperçu.Découvert lors de son avant-première au Forum International Cinéma et Littérature de Monaco 2009, ce film m'a pourtant procuré une émotion fulgurante. Je ne peux que vous encourager à le voir en DVD (cliquez ici pour lire ma critique de "Je l'aimais" de Zabou Breitman). C'est donc dans les salons de l'hôtel Renaissance qu'a eu lieu la remise de prix présentée par Bernard Montiel. Une cérémonie où furent honorés le cinéma, Philippe Gildas (un grand acteur comme chacun le sait et comme vous le verrez dans la dernière vidéo, ci-dessous), et les nombreux partenaires "financiers" du prix. Ci-dessous mes vidéos en m'excusant pour la mauvaise qualité de l'image ayant dû tenir ma caméra à bout de bras et en m'excusant pour les commérages des spectateurs avoisinants.

    SchneiderDewaere 021.JPG
    SchneiderDewaere 002.JPG
    SchneiderDewaere 003.JPG
    SchneiderDewaere 004.JPG

     

  • Molières 2010 : les nominations

    Molières.jpg

    La 24ème Nuit des Molières aura cette année lieu à la Maison des arts et de la culture de Créteil, le dimanche 25 avril 2010 et elle sera retransmise, à 20H35, en direct, sur France 2 et présentée par Marie Drucker et Michel Drucker. Line Renaud en sera la présidente d'honneur.

    Molière du Théâtre Public

    «La Cerisaie», Anton Tchékhov / Alain Françon - Théâtre National de la Colline

    «Les Naufragés du Fol Espoir», Hélène Cixous, Ariane Mnouchkine / Ariane Mnouchkine -Théâtre du Soleil       

    «Notre Terreur», D'ores et Déjà / Sylvain Creuzevault - Cie D'Ores et Déjà   

    «Ode Maritime», Fernando Pessoa / Claude Régy - Les Ateliers contemporains 

    Molière du Théâtre Privé

    «L'Habilleur», Ronald Harwood / Laurent Terzieff - Théâtre Rive Gauche

    «L'Illusion Conjugale», Eric Assous / Jean-Luc Moreau - Théâtre de l'Oeuvre, Théâtre Tristan Bernard

    «La Nuit des Rois», William Shakespeare / Nicolas Briançon, Théâtre Comédia

    «La Serva Amorosa»,    Carlo Goldoni Christophe Lidon - Théâtre Hébertot

    Molière des Compagnies

    «Cercles / Fictions», Joël Pommerat : Compagnie Louis Brouillard

    «Les Estivants», Eric Lacascade : Compagnie Eric Lacascade

    «La Ménagerie de verre», Jacques Nichet : Compagnie de l'Inattendu

    «Le Père Tralalère», Sylvain Creuzevault : Compagnie D'Ores et Déjà  

    Molière de la pièce comique

    «Les 39 marches», John Buchan, Alfred Hitchcock / Eric Métayer - Théâtre La Bruyère

    «La Cage aux Folles», Jean Poiret / Didier Caron - Théâtre de la Porte Saint-Martin

    «Miam Miam», Edouard Baer - Théâtre Marigny

    «Mission Florimont», Sacha Danino / Sébastien Azzopardi -  Théâtre Tristan Bernard

    «Thé à la menthe ou t'es citron ?» Danielle Navarro-Haudecoeur, Patrick Haudecoeur / P. Haudecoeur - Théâtre Fontaine 

    Molière du Théâtre Musical

    «Les Douze Pianos d'Hercule» - Jean-Paul Farré / Jean-Claude Cotillard - Cie des Claviers

    «Tatouage», Alfredo Arias - Groupe TSE - Théâtre du Rond-Point

    «Une Diva à Sarcelles», Virginie Lemoine - Théâtre de la Huchette

    «La Vie parisienne», Jacques Offenbach / Alain Sachs - Théâtre Antoine - Simone Berriau - Héléna Bossis 

    Molière du Comédien

    Jean-Quentin Châtelain dans «Ode Maritime»

    Jean-Claude Dreyfus dans «Le Mardi à Monoprix»

    Robert Hirsch dans «La Serva Amorosa»

    Daniel Russo dans «Les Autres»

    Laurent Terzieff dans «l'Habilleur» et «Philoctète» 

    Molière de la Comédienne

    Dominique Blanc dans «La Douleur»

    Anny Duperey dans «Colombe»

    Isabelle Gélinas dans «L'Illusion Conjugale»

    Anouk Grinberg dans «Les Fausses Confidences»

    Norah Krief dans «La Dame de chez Maxim»

    Hélène Vincent dans «Alexandra David-Néel»

    Molière du Comédien dans un Second Rôle

    Henri Courseaux dans «La Nuit des Rois»

    Xavier Gallais dans «Ordet»

    José Paul dans «L'Illusion Conjugale»

    Yves Pignot dans «La Nuit des Rois»

    Gilles Privat dans «La Dame de chez Maxim»

    Hugues Quester dans «Casimir et Caroline»  

    Molière de la Comédienne dans un Second Rôle

    Fabienne Chaudat dans «Colombe»

    Claire Nadeau dans «La Serva Amorosa»

    Julie Pilod dans «La Cerisaie»

    Isabelle Sadoyan dans «Les Fausses Confidences»

    Josiane Stoleru dans «Le Démon de Hannah»

    Dominique Valadié dans «La Nuit des Rois»  

    Molière de la Révélation théâtrale féminine

    Alice Belaïdi dans «Confidences à Allah»

    Andrea Bescond dans «Les 39 marches»

    Mélanie Laurent dans «Promenade de santé»

    Agnès Pontier dans «Yaacobi et Leidental» 

    Nominations Révélation théâtrale masculine

    Maxime d'Aboville dans «Journal d'un curé de campagne»

    Sylvain Creuzevault dans «Notre Terreur»

    Guillaume Gallienne dans «Les garçons et Guillaume, à table!»

    Alexandre Zambeaux dans «Parole et guérison» 

    Molière du Metteur en Scène

    Nicolas Briançon pour «La Nuit des Rois»

    Alain Françon pour «La Cerisaie»

    Eric Métayer pour «Les 39 marches»

    Jean-Luc Moreau pour «L'Illusion Conjugale»

    Claude Régy pour «Ode Maritime»

    Jean-François Sivadier pour «La Dame de chez Maxim»

    Molière de l'Auteur Francophone Vivant

    Eric Assous pour «L'Illusion Conjugale»

    Daniel Danis pour «Terre Océane»

    Emmanuel Darley pour «Le Mardi à Monoprix»

    Pierre Notte pour «Les Couteaux dans le dos»

    Joël Pommerat pour «Cercles / Fictions»

    Sébastien Thiéry pour «Qui est monsieur Schmitt ?» 

    Molière de l'Adaptateur

    François Berreur pour «Ebauche d'un portrait»

    Huguette Hatem pour «La Grande Magie»

    Dominique Hollier pour «L'Habilleur»

    Gérald Sibleyras pour «Les 39 marches»

    Molière du Créateur Costumes

    Pascale Bordet pour «Colombe»

    Nathalie Thomas / Marie-Hélène Bouvet / Annie Tran pour «Les Naufragés du Fol Espoir»

    Patrice Cauchetier pour «La Cerisaie»

    Michel Dussarrat pour «La Nuit des Rois» 

    Molière du Créateur Lumière

    Laurent Béal pour «Colombe»

    Joël Hourbeigt pour «La Cerisaie»

    Gaëlle de Malglaive pour «La Nuit des Rois»

    Eric Soyer / Jean-Gabriel Valot pour «Cercles / Fictions»     

    Molière du Décorateur - Scénographe

    Catherine Bluwal pour «La Serva Amorosa»

    Pierre-Yves Leprince pour «La Nuit des Rois»

    Philippe Quesne pour «La Mélancolie des Dragons»

    Eric Soyer pour «Cercles / Fictions»

    Lien permanent Imprimer Catégories : IN THE MOOD FOR NEWS (actualité cinématographique) Pin it! 4 commentaires
  • Critique - « Soul Kitchen » de Fatih Akin

     

    soul.jpg

    Un film signé Fatih Akin est déjà une bonne raison d'aller le voir,  d'autant plus qu'avec « Soul Kitchen » ce dernier se lance pour la première fois dans la comédie.

    Zinos (Adam Bousoukos) est un jeune restaurateur d'origine grecque à Hambourg.  Il traverse une période difficile : sa copine Nadine (Pheline Roggan) est partie s'installer à Shanghai, les clients de son restaurant, le Soul Kitchen, boudent la cuisine gastronomique de son nouveau chef, aussi talentueux que caractériel, et des problèmes de dos viennent couronner le tout! Malgré tout, Zinos souhaite rejoindre Nadine en Chine, il confie donc son restaurant à son frère Illias (Moritz Bleibtreu)  , tout juste sorti de prison. Mais rien ne se passera comme prévu surtout qu'un promoteur immobilier (Birol Ünel) est prêt à tout pour acquérir le « Soul Kitchen ».

    Est-ce bien là un film signé par celui qui a écrit « De l'autre côté » ? On se le demande tant ce film, dans son écriture, en est à l'opposé, ce qui n'est certes pas un défaut en soi...

    Si l'idée d'un film à la forme désordonnée qui profite et nous fait profiter de l'instant sans se soucier de la scène suivante est en accord avec le caractère hédoniste du sujet et des personnages, ce caractère justement est censé impliquer que cela procure un certain plaisir au spectateur. Or, je me suis rarement autant ennuyée à l'exception de quelques scènes joyeusement loufoques qui franchissent néanmoins souvent la frontière du ridicule (scène du cimetière).

     Pourtant un film avec de la musique grecque, quand on connaît ma passion inconditionnelle pour ce pays partait avec un apriori plus que positif. Il faut d'ailleurs reconnaître que la bande originale est particulièrement réussie, ce qui parvient à raviver l'intérêt par intermittence. Heureusement, ce qui est rare dans les comédies : la réalisation est plutôt dynamique et inspirée, ce qui permet aussi d'oublier provisoirement les faiblesses, voir l'absence (certes assumée) de scénario (un comble pour celui qui avait obtenu le prix du scénario à Cannes en 2007). Un goût soudain pour la légèreté qui manque réellement de saveur même si on retrouve les thèmes habituels du cinéaste (ici survolés) comme l'intégration ou l'exil.

    Suite de saynètes certes déridant  par moments les zygomatiques, Soul Kitchen possédait en effet tous les ingrédients d'une bonne comédie mais malheureusement la sauce ne prend pas malgré la générosité qui émane de l'ensemble mais qui manque néanmoins de consistance et de ce petit supplément d'âme pour que la recette prenne réellement. Vivement que Fatih Akin revienne au drame!

    Si vous avez envie d'une comédie allez plutôt voir celle-ci.

    « Soul Kitchen » a reçu le prix du jury de la 66ème Mostra de Venise.

    Le reste de l'actualité sur les autres blogs « in the mood » : « In the mood for Cannes », « In the mood for Deauville », « In the mood for luxe ».

    Lien permanent Imprimer Catégories : CRITIQUES DES FILMS A L'AFFICHE EN 2008 Pin it! 4 commentaires