Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Critique de « Monsieur Klein » de Joseph Losey avec Alain Delon, Jeanne Moreau, Michael Lonsdale… (1976)

    klein.jpg

    A chaque projection ce film me terrasse littéralement tant ce chef d'œuvre est bouleversant, polysémique, riche, brillant, nécessaire. Sans doute la démonstration cinématographique la plus brillante de l'ignominie ordinaire et de l'absurdité d'une guerre aujourd'hui encore partiellement insondables.  A chaque projection, je le vois  et l'appréhende différemment. Ce fut à nouveau le cas hier soir. Pour ceux qui ne le connaîtraient pas encore et que j'espère convaincre d'y remédier par cet article, récapitulons d'abord brièvement l'intrigue.

    Il s'agit de Robert Klein. Le monsieur Klein du titre éponyme. Enfin un des deux Monsieur Klein du titre éponyme. Ce Monsieur Klein-là, interprété par Alain Delon,  voit dans l'Occupation avant tout une occasion de s'enrichir et de racheter à bas prix des œuvres d'art à ceux qui doivent fuir ou se cacher, comme cet homme juif (Jean Bouise) à qui il rachète une œuvre du peintre hollandais Van Ostade. Le même jour, il reçoit le journal « Informations juives » adressé à son nom, un journal normalement uniquement délivré sur abonnement. Ces abonnements étant soumis à la préfecture et M.Klein allant lui-même signaler cette erreur, de victime, il devient suspect... Il commence alors à mener l'enquête et découvre que son homonyme a visiblement délibérément usé de la confusion entre leurs identités pour disparaître...

    La première scène, d'emblée, nous glace d'effroi par son caractère ignoble et humiliant pour celle qui la subit. Une femme entièrement nue est examinée comme un animal par un médecin et son assistante afin d'établir ou récuser sa judéité.  Y succède une scène dans laquelle, avec la même indifférence, M.Klein rachète un tableau à un juif obligé de s'en séparer. M.Klein examine l'œuvre avec plus de tact que l'était cette femme humiliée dans la scène précédente, réduite à un état inférieur à celui de chose mais il n'a pas plus d'égard pour son propriétaire que le médecin en avait envers cette femme même s'il respecte son souhait de ne pas donner son adresse, tout en ignorant peut-être la véritable raison de sa dissimulation affirmant ainsi avec une effroyable et sans doute inconsciente effronterie « bien souvent je préfèrerais ne pas acheter ».

    Au plan des dents de cette femme observées comme celles d'un animal s'oppose le plan de l'amie de M.Klein, Jeanine (Juliet Berto) qui se maquille les lèvres dans une salle de bain outrageusement luxueuse. A la froideur clinique du cabinet du médecin s'oppose le luxe tapageur de l'appartement de M.Klein qui y déambule avec arrogance et désinvolture, recevant ses invités dans une robe de chambre dorée. Il collectionne. Les œuvres d'art même s'il dit que c'est avant tout son travail. Les femmes aussi apparemment. Collectionner n'est-ce pas déjà une négation de l'identité, cruelle ironie du destin alors que lui-même n'aura ensuite de cesse de prouver et retrouver la sienne ?

    Cet homonyme veut-il lui  sauver sa vie ? Le provoquer ? Se venger ? M.Klein se retrouve alors plongé en pleine absurdité kafkaïenne où son identité même est incertaine. Cette identité pour laquelle les Juifs sont persécutés, ce qui, jusque-là,  l'indifférait prodigieusement et même l'arrangeait plutôt, ou en tout cas arrangeait ses affaires.

     Losey n'a pas son pareil pour utiliser des cadrages qui instaurent le malaise, instillent de l'étrangeté dans des scènes a priori banales dont l'atmosphère inquiétante est renforcée par une lumière grisâtre mettent en ombre des êtres fantomatiques, le tout exacerbé par une musique savamment dissonante...  Sa caméra surplombe ces scènes comme un démiurge démoniaque : celui qui manipule M.Klein ou celui qui dicte les lois ignominieuses de cette guerre absurde. La scène du château en est un exemple, il y retrouve une femme, apparemment la maîtresse de l'autre M.Klein (Jeanne Moreau, délicieusement inquiétante, troublante et mystérieuse) qui y avait rendez-vous. Et alors que M.Klein-Delon lui demande l'adresse de l'autre M.Klein, le manipulateur, sa maîtresse lui donne sa propre adresse, renforçant la confusion et la sensation d'absurdité.  Changement de scène. Nous ne voyons pas la réaction de M.Klein. Cette brillante ellipse ne fait que renforcer la sensation de malaise.

    Le malentendu (volontairement initié ou non ) sur son identité va amener Klein à faire face à cette réalité qui l'indifférait. Démonstration par l'absurde auquel il est confronté de cette situation historique elle-même absurde dont il profitait jusqu'alors. Lui dont le père lui dit qu'il est « français et catholique  depuis Louis XIV», lui qui se dit « un bon français qui croit dans les institutions ». M.Klein est donc  certes un homme en quête d'identité mais surtout un homme qui va être amené à voir ce qu'il se refusait d'admettre et qui l'indifférait parce qu'il n'était pas personnellement touché : « je ne discute pas la loi mais elle ne me concerne pas ». Lui qui faisait partie de ces « Français trop polis ». Lui qui croyait que « la police française ne ferait jamais ça» mais qui clame surtout : «  Je n'ai rien à voir avec tout ça. » Peu lui importait ce que faisait la police française tant que cela ne le concernait pas. La conscience succède à l'indifférence. Le vide succède à l'opulence. La solitude succède à la compagnie flatteuse de ses « amis ». Il se retrouve dans une situation aux frontières du fantastique à l'image de ce que vivent alors quotidiennement les Juifs. Le calvaire absurde d'un homme pour illustrer celui de millions d'autres.

    Et il faut le jeu tout en nuances de Delon, presque méconnaissable, perdu et s'enfonçant dans le gouffre insoluble de cette quête d'identité pour nous rendre ce personnage sympathique, ce vautour qui porte malheur et qui « transpercé d'une flèche, continue à voler ». Ce vautour auquel il est comparé et qui éprouve du remords, peut-être, enfin. Une scène dans un cabaret le laisse entendre. Un homme juif y est caricaturé comme cupide au point de  voler la mort et faisant dire à son interprète : « je vais faire ce qu'il devrait faire, partir avant que vous me foutiez à  la porte ». La salle rit aux éclats. La compagne de M.Klein, Jeanine, est choquée par ses applaudissements. Il réalise alors, apparemment, ce que cette scène avait d'insultante, bête et méprisante et  ils finiront par partir. Dans une autre scène, il forcera la femme de son avocat à jouer l'International alors que le contenu de son appartement est saisi par la police, mais il faut davantage sans doute y voir là une volonté de se réapproprier l'espace et de se venger de celle-ci qu'un véritable esprit de résistance. Enfin, alors que tous ses objets sont saisis, il insistera pour garder le tableau de Van Ostade, son dernier compagnon d'infortune et peut-être la marque de son remords qui le rattache à cet autre qu'il avait tellement méprisé, voire nié et que la négation de sa propre identité le fait enfin considérer.

    Le jeu des autres acteurs, savamment trouble, laisse  ainsi entendre que chacun complote ou pourrait être complice de cette machination, le père de M.Klein (Louis Seigner) lui-même ne paraissant pas sincère quand il dit « ne pas connaître d'autre Robert Klein », de même que son avocat (Michael Lonsdale) ou la femme de celui-ci (Francine Bergé) qui auraient des raisons de se venger, son avocat le traitant même de « minus », parfaite incarnation des Français de cette époque au rôle trouble, à l'indifférence coupable, à la lâcheté méprisable, au silence hypocrite.

    Remords ? Conviction de supériorité ? Amour de liberté ? Volonté de partager le sort de ceux dont il épouse alors jusqu'au bout l'identité ? Homme égoïste poussé par la folie de la volonté de savoir ? Toujours est-il que, en juillet 1942, il se retrouve victime de la   Raflé du Vel d'Hiv avec 15000 autres juifs parisiens. Alors que son avocat possédait le certificat pouvant le sauver, il se laisse délibérément emporter dans le wagon en route pour Auschwitz avec, derrière lui, l'homme  à qui il avait racheté le tableau et, dans sa tête, résonne alors le prix qu'il avait vulgairement marchandé pour son tableau. Scène édifiante, bouleversante, tragiquement cynique. Pour moi un des dénouements les plus poignants de l'Histoire du cinéma. Celui qui, en tout cas, à chaque fois, invariablement, me bouleverse.

    La démonstration est glaciale, implacable. Celle de la perte et de la quête d'identité poussées à leur paroxysme. Celle de la cruauté dont il fut le complice peut-être inconscient et dont il est désormais la victime. Celle de l'inhumanité, de son effroyable absurdité. Celle de gens ordinaire qui ont agi plus par lâcheté, indifférence que conviction.

    Losey montre ainsi froidement et brillamment une triste réalité française de cette époque,  un pan de l'Histoire et de la responsabilité française qu'on a longtemps préféré ignorer et même nier. Sans doute cela explique-t-il que « Monsieur Klein » soit reparti bredouille du Festival de Cannes 1976 pour lequel le film et Delon, respectivement pour la palme d'or et le prix d'interprétation, partaient pourtant favoris. En compensation, il reçut les César du meilleur film, de la meilleure réalisation et  des meilleurs décors.

    Ironie là aussi de l'histoire (après celle de l'Histoire), on a reproché à Losey de faire, à l'image de Monsieur Klein, un profit malsain de l'art en utilisant cette histoire mais je crois que le film lui-même est une réponse à cette accusation (elle aussi) absurde.

    A la fois thriller sombre, dérangeant, fascinant, passionnant ; quête de conscience et d'identité d'un homme ; mise en ombres et en lumières des atrocités absurdes commises par le régime de Vichy et de l'inhumanité des français ordinaires ; implacable et saisissante démonstration de ce que fut la barbarie démente et ordinaire,  « Monsieur Klein » est un chef d'œuvre aux interprétations multiples que la brillante mise en scène de Losey sublime et dont elle fait résonner le sens et la révoltante et à jamais inconcevable tragédie ... des décennies après. A voir et à revoir. Pour ne jamais oublier...

    Autres articles concernant Alain Delon sur inthemoodforcinema.com:

    La soirée Paramount de lancement du DVD de Borsalino (vidéos et critique du film)

    Documentaire sur Alain Delon

     « Les Montagnes russes », 

     « Sur la route de Madison »,

    « Love letters ».

     « La Piscine » de Jacques Deray

     Le Guépard » de Visconti

    "Le Professeur" de Valerio Zurlini

  • "Les Fantômes de Saint-Michel" de Jake Lamar (Sélection prix littéraire des lectrices de Elle 2010)

    saintmichel.jpgVoici le quatrième livre des sept que je dois lire ce mois-ci, dans le cadre de ma participation au jury du prix des lectrices de Elle 2010 : « Les Fantômes de Saint-Michel » de l'Américain Jake Lamar, parisien d'adoption depuis 1993. C'est en toute logique que l'auteur a donc situé l'intrigue de son dernier roman, à Paris, la fontaine Saint-Michel ayant inspiré le titre (il s'agit ici de fantômes du passé, au sens abstrait donc, ne vous attendez pas à voir apparaître des spectres effrayants ! ) jouant ici un rôle central.

    Marva Dobbs est une figure emblématique de la communauté afro-américaine de Paris. Son restaurant Soul Food Kitchen dont la bonne réputation n'est plus à faire est en permanence complet, fréquenté par de nombreuses célébrités et par  les Américains de passage ou vivant à Paris. A plus de soixante ans, elle est toujours amoureuse de son mari français, Loïc. Leur fille Naima vit à New York où elle débute une carrière dans le cinéma. Marva a une liaison avec le nouveau cuisinier Hassan, qui a plus de la moitié de son âge, une liaison à laquelle elle est décidée à mettre fin avant d'apprendre qu'il a disparu. Au même moment un attentat est perpétré dans un organisme culturel américain. Quelques heures plus tard, Marva disparaît à son tour  de l'hôpital où elle était soignée après avoir eu un accident de voiture. Naïma est rappelée en catastrophe par son père, elle revient à Paris et découvre que ses parents avaient bien des secrets...

     Une fois encore, comme plusieurs autres romans de cette sélection, « Les Fantômes de Saint-Michel » est un roman dont la construction est davantage cinématographique que littéraire : flashbacks (particulièrement abondants ici !), rythme haletant souvent au mépris de la psychologie des personnages (pas tous, certains étant certes d'une réjouissante complexité), langage très simple pour que le lecteur se forge facilement des images... et pour couronner le tout ici, fin des plus ouvertes pour déjà préparer et susciter l'envie d'une inéluctable suite !

    Ce roman a donc les qualités de ses défauts précités : rythme trépidant et donc pas une seconde d'ennui, facilité d'écriture  et de lecture. Mais  aussi avec ses limites avec pour principal effet de nous laisser un désagréable goût d'inachevé. En raison du grand nombre de personnages secondaires d'abord que Jake Lamar abandonne parfois en route. En raison d'une fin particulièrement frustrante ensuite qui donne l'impression que rien n'est résolu, que les personnages n'ont finalement pas évolué, et que nous avons été menés en bateau pour rien et que ce roman n'a été écrit que pour nous donner envie de lire la suite (ce qui est de ce point de vue d'ailleurs particulièrement réussi, l'attachement aux personnages principaux que Jake Lamar crée avec beaucoup d'habileté nous donnant envie de savoir quelles seront leurs destinées). En raison de la multitude d'évènements historiques, enfin, de fantômes du passé convoqués (combat entre libérateurs de Paris et occupants en 1944, attentat du RER Saint-Michel en 1995, tragique massacre des Algériens le 17 octobre 1961), qu'il aurait été intéressant de creuser davantage et qui semblent n'être là que pour donner une justification au titre et aux hasards et coïncidences du destin, même si leur rapprochement est loin d'être dénué d'intérêt et même la bonne idée du roman .

    Par ailleurs, le regard d'Américain à Paris de Jake Lamar alourdit l'ensemble de détails inutiles pour tout Français connaissant un petit minimum Paris... même s'il parvient à éviter les clichés.

     Malgré tout, la dextérité de l'auteur pour nouer et dénouer les fils de l'intrigue, le caractère complexe et attachant de ses personnages, les liens qu'il tisse entre les fils capricieux de leurs destins, la peinture de la vie française des expatriés noirs américains rendent son roman attrayant et divertissant. Dommage qu'il manque de  profondeur  même si la menace du 11 septembre avant lequel se déroule l'intrigue  et l'ombre qu'elle fait planer procurent à l'ensemble un autre degré de lecture et un relief ambigu et intéressant.

    Cliquez ici pour accéder à tous mes autres articles sur la sélection du Grand Prix littéraire des lectrices de Elle 2010

    elle35.jpg
  • La critique d'"Avatar" , le film évènement de James Cameron, très bientôt en avant-première sur inthemoodforcinema!

    Edit du 11.12.2009: Cliquez ici pour lire ma critique d' "Avatar" de James Cameron en avant-première!

    avatar.jpg"Avatar" de James Cameron. Qui n'en a pas encore entendu parler...! Film de tous les records avant même sa sortie: film le plus cher de tous les temps  avec un budget de plus de 300 millions de dollars, plus de 1000 personnes à travailler sur le film... sans compter celui du nombre d'entrées qu'il pourrait atteindre.

    Le buzz a aussi été savamment orchestré avec 15 minutes projetées dans le monde entier, le 21 août 2009 sans compter des déclarations comme celle de Soderbergh qui parle en ces termes d' "Avatar": "le truc le plus incroyable que j'ai jamais vu". Un projet auquel James Cameron pensait déjà avant "Titanic", en 1997, depuis lequel James Cameron n'avait pas réalisé de long-métrage. "Avatar" sera ainsi son 8ème et certainement le plus attendu.

     Evidemment, je ne suis pas dupe et bien consciente à mon petit niveau de contribuer à cet énorme buzz mais je n'en suis pas moins ravie de pouvoir satisfaire mon insatiable curiosité et d'assister à l'unique projection presse, et ainsi de pouvoir vous en parler en avant-première... très bientôt sur inthemoodforcinema.com!

    En attendant, je vous laisse déguster la bande-annonce:

  • Liste des Révélations des César 2010: jeunes comédiens et comédiennes en lice pour la catégorie "meilleur espoir"

    césar23.jpgVoici la liste des 32 jeunes comédiennes et comédiens du cinéma français qui viennent d’être choisis par le Comité Révélations de l’Académie des César, à l’issue de sa délibération du 25 novembre 2009. Cette liste sera présentée aux 4 065 membres de l’Académie, à titre indicatif, afin de faciliter leur vote pour le César du meilleur espoir féminin et masculin, sans avoir aucun caractère d’obligation. Une grosse pensée pour l'ami Aymeric Cormerais formidable dans "Vivre" d'Yvon Marciano qui n'y figure pas et pour lequel ce n'est que partie remise, sans aucun doute!

    La liste finale sera bien entendu publiée sur le blog ainsi que toutes les informations concernant ces César 2010.

    Les critiques d'un grand nombre de films ci-dessous figurent sur Inthemoodforcinema.com. Rendez-vous dans la colonne de gauche du blog puis cliquez sur le titre du film qui vous intéresse pour en lire la critique.

    Révélations 2010

    Pour le César du meilleur espoir féminin 2010

    Marie-Julie Baup dans Micmacs à tire-larigot

    Astrid Berges Frisbey dans Un barrage contre le Pacifique

    Agathe Bonitzer dans Un chat un chat

    Sophie Cattani dans Je suis heureux que ma mère soit vivante

    Judith Davis dans Je te mangerais

    Anaïs Demoustier dans Sois sage

    Mati Diop dans 35 rhums

    Pauline Etienne dans Qu’un seul tienne et les autres suivront

    Alice de Lencquesaing dans Le père de mes enfants

    Florence Loiret-Caille dans Je l’aimais

    Sara Martins dans Mensch

    Lola Naymark dans L’armée du crime

    Vimala Pons dans La Sainte Victoire

    Soko dans A l’Origine

    Christa Theret dans LOL (laughing out loud ®)

    Mélanie Thierry dans Le dernier pour la route

    Pour le César du meilleur espoir masculin 2010

    Mhamed Arezki dans Adieu Gary

    Firat Ayverdi dans Welcome

    Abraham Belaga dans Cendres et sang

    Adel Bencherif dans Un prophète

    Mehdi Dehbi dans La folle histoire d’amour de Simon Eskenazy

    Yann Ebongé dans La journée de la jupe

    Cyril Guei dans L’autre

    Jérémy Kapone dans LOL (laughing out loud ®)

    Reda Kateb dans Qu’un seul tienne et les autres suivront

    Vincent Lacoste dans Les beaux gosses

    Julien Lucas dans Qu’un seul tienne et les autres suivront

    Alex Lutz dans OSS 117 Rio ne répond plus…

    Tahar Rahim dans Un prophète

    Vincent Rottiers dans Je suis heureux que ma mère soit vivante

    Samy Seghir dans Neuilly sa mère !

    Anthony Sonigo dans Les beaux gosses

  • Cérémonie de remise des Prix Sopadin 2009 au cinéma l'Arlequin

    scenario2.jpg
    La lauréate du Grand Prix du Meilleur Scénariste 2009, Nathalie Boutefeu, comédienne et scénariste, et Anna Mouglalis, présidente du jury (photo inthemoodforcinema.com)
    scenario4.jpg
    Adrien Fourneau, lauréat du prix junior du meilleur scénario, et Anna Mouglalis (photo inthemoodforcinema.com)

    scenario.pngLes prix décernés aux scénarii de longs métrages n'ayant pas encore de producteur et signés de scénaristes n'ayant pas forcément eu de scénario déjà porté à l'écran sont suffisamment rares (voire quasiment inexistants!!) pour être signalés, c'est ce qu'aspirent à faire le Grand prix du meilleur scénariste Sopadin depuis 23 ans, et le prix junior du meilleur scénario depuis 12 ans, en mettant ainsi en lumière des scénaristes qui travaillent dans l'ombre et facilitant ainsi la recherche d'un producteur lorsque ceux-ci n'en ont pas encore. Une aide donc particulièrement précieuse surtout lorsqu'on sait que des films comme "L'Homme de chevet" d'Alain Monne, "Séraphine" de Martin Provost, "Va, vis et deviens" de Radu Mihaileanu, "L'emploi du temps" de Laurent Cantet, "Naissance des pieuvres" de Céline Sciamma, "A la folie pas du tout" de Laetitia Colombani...notamment, ont reçu ces prix. Cette année le jury était présidé par la comédienne Anna Mouglalis qui, de sa voix rauque et ses gestes néanmoins timides, a ainsi montré l'intérêt qu'elle portait au scénario, élément indispensable dont les auteurs sont souvent injustement négligés par la profession, en France en tout cas, école Nouvelle Vague oblige, notamment. Cela n'en demeure pas moins pour moi le plus beau métier du monde. Celui qui donne l'inestimable pouvoir d'émouvoir, de fasciner, de terrifier, de faire réflèchir, de plonger dans une autre (ir)réalité, de faire oublier et tant d'autres encore.... D'inventer un univers. De donner forme à des idées, des personnages, des lieux. De raconter des histoires. De faire réagir. De s'évader tout en permettant aussi aux autres de s'évader. De jongler avec les mots et les histoires. De voyager par le simple fait de mots agencés, de destins inventés entrelacés. De créer des êtres de chair et de sang à partir d'une feuille blanche. De pouvoir laisser libre cours à son imagination. Un métier de liberté et de passion et de rêves: autres pouvoirs inestimables. Tellement essentiels et précieux pour moi. Un métier d'obstination et de belles rencontres aussi.  Tout cela malgré les difficultés.  Les belles illusions. Les désillusions cruelles. Malgré l'acharnement, la patience que cela nécessite (les scénaristes primés ont ainsi tous mis des années avant que leurs projets puissent voir le bout du tunnel et un commencement de lumière d'écran sur lequel ils ne sont pas encore, 1 à 3 années en moyenne s'écoulant en plus ensuite-souvent après plusieurs années de démarches- entre la remise du prix et la finalisation du projet). Malgré le chemin sinueux, semé d'embûches que doit emprunter un projet pour voir le jour.

    Le Palmarès 2009 du 23ème Grand prix du meilleur scénariste et du 12ème Prix junior du meilleur scénario décerné par le jury présidé par Anna Mouglalis en présence notamment de Patrick Chesnais, Tonie Marshall, Alain Monne, Laetitia Colombani, Martin Provost...:

    Catégorie Grand Prix 
     Grand Prix du Meilleur Scénariste 

     Nathalie Boutefeu pour Des Bonnes
    Ce Prix est doté par France Culture d’une prime d’inédit, par l’achat des droits du scénario pour une mise en onde.

    Catégorie Prix Junior 

     Adrien Fourneau pour L'Usine à Merveilles.
    Ce Prix est doté du Prix Arlequin, remis par les Écrans de Paris.

    Un Prix spécial du jury a été attribué à Sabrina Karine pour Elles Dansent Seules qui reçoit une dotation du Groupe EICAR.

    Une Mention spéciale du jury a été décernée à Romain Cogitore pour Nos Résistances

    Je m'excuse une nouvelle fois pour la qualité des photos et vidéos... mais je vous promets que cela changera en 2010 avec de vrais reportages vidéos filmés avec une vraie caméra (et non un appareil photo comme c'était le cas jusqu'à présent) et des photos dignes de ce nom:-). Pas mal de changements en perspective sur inthemoodforcinema donc! Je vous laisse écouter et voir la belle voix... et les beaux silences gênés d'Anna Mouglalis...

     

  • Critique de « Canine » de Yorgos Lanthimos

    canine3.jpg

    Un film grec vous disais-je hier, l'argument était suffisant pour que je m'y précipite, tout ce qui concerne la Grèce de près ou de loin m'intéressant. Mon enthousiasme s'arrêtera là, « Canine » étant l'exact contraire de tout ce qu'évoque la Grèce pour moi... donc je vais tenter de mettre de côté mon attachement viscéral à ce pays pour vous parler de ce film.

    Loin de l'atmosphère chaleureuse, lumineuse, ensorcelante que peut évoquer la Grèce pour moi c'est ici, en pleine campagne, derrière les hauts murs d'une maison où vivent un couple et leurs trois enfants (qui ont allègrement dépassé la vingtaine) qui ne les ont jamais quittés, que se joue l'intrigue.  Ils ne connaissent rien du monde extérieur si ce n'est ce que leurs parents leur en laissent entendre. Ainsi les seules vidéos que les enfants regardent sont des vidéos familiales dont ils connaissent  les dialogues par cœur comme les répliques d'une fiction. Seul le père sort de la maison pour aller travailler dans son entreprise et la seule personne de l'extérieur à venir  dans la maison est Christina, agent de sécurité dans ladite entreprise qui vient assouvir les besoins sexuels du fils sur recommandation du père. Derrière ces murs, les parents recréent donc un monde où ils façonnent et manipulent leurs enfants. Un monde carcéral. Une prison d'autant plus cruelle qu'elle se trouve sous le soleil insolent de Grèce, dont quelques airs de musique écoutés dans la voiture par le père et Christina rappellent la beauté, la liberté, le bouillonnement de vie indissociable de ce pays.

    Voilà typiquement le genre de film qui m'agace prodigieusement, agace plus que dérange tant le propos du film est surligné. Et l'hypocrisie qui consiste à crier au génie sous prétexte qu'un film dérangeant serait forcément un chef d'œuvre (le film en question a obtenu le prix Un Certain Regard et le prix de la  jeunesse au dernier Festival de Cannes) m'agace encore davantage. Qu'est-ce qui me dit qu'il s'agit là d'hypocrisie me direz-vous... En effet, simple supputation, néanmoins appuyée sur les réactions de rejet à la projection presse hier...étrangement en contradiction avec les critiques lues dans la presse.  Oui, voilà, un film dérangeant est forcément un chef d'œuvre. Et affirmer le contraire serait preuve d'incompréhension, d'ignorance, de principes moralisateurs, de contresens artistique. Pas forcément, et j'espère vous en convaincre.

    Le propos donc. Une allégorie jusqu'au-boutiste de la manipulation mentale, œuvre d'une éducation rigide et évidemment plus largement des dictatures, des totalitarismes dont Yorgos Lanthimos démonte ou plutôt tente de démonter (et démontrer) le mécanisme. Conditionnée, la famille (ou donc le peuple) se laisse asservir ne connaissant d'autre réalité, ni la nuance entre bien et mal, moralité et immoralité. Un zombie devient une fleur jaune. Les chats deviennent des créatures maléfiques et meurtrières. Et on ne peut accéder à l'âge adulte que lorsqu'on a perdu une canine (d'où le titre...).  L'univers devient absurde pour un regard extérieur et normal pour ceux qui y vivent. En insérant dans la banalité  ces situations qui mettent néanmoins en scène des êtres opprimés, niés, il confronte les regards, et en renforce l'étrangeté en leur donnant un cadre a priori familier. L'idée était donc plutôt intéressante. De même que le cadrage, rectangulaire, rigide, parfois ne montrant pas les visages de ces êtres alors déshumanisés. Sans âme. Sans visage soudain.

    De l'absurde de certaines situations résulte un humour très noir et les rires proviennent davantage du malaise devant une telle imagination dans la manipulation et la perversité, voire du dégoût que de la jubilation. Un film jubilatoire ai-je lui ça et là... !! Mais n'est-ce pas là aller totalement à l'encontre du message du réalisateur ? En nous montrant le totalitarisme à l'échelle familiale, il en démonte aussi les mécanismes pervers, absurdes, terrifiants, malsains.

    Et c'est là qu'arrive la limite du film. Parce que Lanthimos n'est ni Ionesco (là aussi l'homme devient animal) ni Haneke et il croit visiblement que pour faire comprendre et donner de la force au propos, il faut tomber dans la surenchère. De nudité. De perversité. De transgression. D'asservissement. De bêtise.  Ne jamais utiliser le hors champ. Montrer, tout montrer. De préférence en plan fixe et en gros plan pour accroître le malaise. Du coup le propos en perd de la force.  Ce qui est excessif en devient insignifiant. Vulgaire. Vain.  Et Yorgos Lanthimos semble lui-même se complaire dans ce que son film aurait pu brillamment dénoncer, et forcer ainsi le spectateur à en devenir complice.

    Ce film me fait penser à ces gens, régulièrement invités sur des plateaux de télévision pour y déverser leur brillante logorrhée, qui maîtrisent parfaitement la rhétorique, que personne n'ose et ne sait contredire, non pas parce qu'ils édicteraient des vérités incontestables mais parce qu'ils savent tellement bien habiller la forme, que personne n'estime avoir le droit de remettre en cause le fond... vide bien souvent mais en apparence savamment habillée comme irréfutable.  Des propos qui, finalement, endorment, au lien de réveiller la conscience. Comme une séance d'hypnose. Et on se demande alors si, finalement ici, les pantins ne sont pas davantage les spectateurs que les personnages (les enfants manipulés par leurs parents) à moins que le réalisateur ne soit un tel génie que ce soit là son but implicite : nous démontrer ainsi la fascination perverse pour ce régime...  Sans quoi ce n'est (ou ne serait) qu'un beau gâchis. Une vulgaire illusion. Dommage : l'idée était belle...mais une idée aussi belle soit-elle ne peut tout justifier ou excuser. Surtout pas la démagogie.

    Et si, malgré cela, vous avez encore envie d'y aller et voulez vous faire votre propre avis, inthemoodforcinema.com, en partenariat avec mk2 vous fait gagner des places. Voir lien ci-dessous.

    Autres articles sur la Grèce sur inthemoodforcinema.com: