Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

avatar

  • Critique - AVATAR de JAMES CAMERON à 20H55 sur TF1

    avatar.jpg
    avatar7.jpg

    Avatar. Un film évènement, un projet que James Cameron a porté pendant 15 ans. Un budget de plus de 300 millions de dollars, un projet pharaonique sur lequel pas moins de  1000 personnes ont travaillé. Un buzz savamment orchestré avec 15 minutes projetées dans le monde entier le 21 août qui précédait sa sortie. La contrepartie de tout cela : une attente énorme et une quasi-obligation d'être la hauteur des sommes colossales investies (le rêve n'a pas de prix me direz-vous et ce n'est pas moi qui vous contredirai sur ce point) et surtout de l'attente suscitée. C'est une des deux raisons qui font que (pour moi en tout cas) le buzz a davantage nui au film qu'il ne l'a servi, plaçant la barre de l'attente d'emblée extrêmement haut. La deuxième étant la façon dont a été présenté ce film : avant tout comme une prouesse technique et visuelle et une histoire hollywoodienne (avec ce que cela comporte de gigantisme mais aussi de potentiel fédérateur). Or, ce qui m'a d'abord et avant tout passionnée, c'est son sens, et même sa pluralité de sens, et sa manière de faire sens.

    C'est par la voix off du protagoniste Jake Sully (Sam Worthington) que nous pénétrons dans cet univers. Année 2154.  Jake Sully est d'abord un ancien marine cloué dans un fauteuil roulant. Après la mort de son frère jumeau, Jake est recruté pour le remplacer et se rendre sur la planète Pandora où des groupes industriels exploitent un minerai pour résoudre la crise énergétique sur terre. A des années lumières de la terre, l'atmosphère de Pandora est toxique pour les humains, c'est la raison pour laquelle a été créé le programme Avatar qui permet à des pilotes humains de lier leur esprit à un avatar, un corps biologique commandé à distance, épousant les caractéristiques physiques de ses habitants (les Na'vis, créatures bleutées longilignes qui se meuvent avec beaucoup d'agilité et de grâce)  et capables de survivre dans cette atmosphère.  Ces avatars sont donc des hybrides créés génétiquement en croisant l'ADN humain avec celui des Na'vi. Sous la forme de son avatar, Jake retrouve donc l'usage de ses jambes. Sa mission consiste à infiltrer la population des Na'vi devenus des obstacles à l'exploitation du minerai. Sous la forme de son avatar, Jake va alors faire la connaissance d'une très belle Na'vi qui va lui sauver la vie...

    avatar4.jpg

    Le principal atout d' « Avatar » c'est pour moi sa puissance métaphorique. Contre toute attente, cette explosion visuelle et budgétaire qui aurait pu n'être qu'un éblouissement sans fond vaut au contraire presque davantage pour son sens que pour sa forme. La forme n'est ainsi peut-être pas aussi spectaculaire que ce à quoi on aurait pu s'attendre (ce qui ne veut pas dire qu'elle ne l'est pas, elle l'est même prodigieusement à certains passages, nous donnant l'impression de nous envoler et survoler Pandora) en revanche le fond est d'une très intéressante polysémie. Sans doute d'abord un des plus beaux, originaux, vibrants  plaidoyers pour la défense de la planète. La planète Pandora ressemble ainsi à  une sorte d'Amazonie luxuriante où le végétal et l'animal règnent en maîtres, sorte de jardin d'Eden aussi fascinant que menaçant où des arbres gigantesques surplombent les autochtones. Un monde à la fois lointain et exotique et paradoxalement proche de nous. Un monde surtout très convoité pour ses ressources. Un monde en péril. Un monde qui, à l'image des synapses reliant nos neurones, est constitué  d'organismes vivants reliés les uns aux autres fonctionnant comme un système harmonieux et interdépendant.  Son centre, son cœur, son âme est un saule sublime et gigantesque appelé « Arbre des Âmes ».  L'arbre évidemment symbole de la respiration de notre propre planète dont il est le souffle et l'âme. Un arbre menacé comme l'est l'Amazonie. Comme l'est la planète Pandora (qui, telle une boîte de Pandore, libère ses maux quand on l'attaque, la nature se rebellant alors contre l'homme). Comme l'est notre planète. Le bleu et le vert, couleurs principales de Pandora contrastent ainsi avec cette atmosphère grisonnante qu'apportent les terriens et qui règne dans leur camp de base. L'harmonie  relie les Na'vi entre eux et à leur planète, à la nature  et a contrario les Terriens vivent dans l'affrontement.  

    Le sens est multiple puisque l'armée qui ravage Pandora pour en exploiter la terre fait aussi évidemment penser à l'intervention américaine en Irak, certaines scènes de combat et certaines armes rappelant aussi celles d'une autre guerre et notamment le napalm (on se croirait même par moment dans « Apocalypse now », la redoutable force de Wagner, en accompagnement, en moins). Cela pourrait aussi être la métaphore d'un monde dominé par le virtuel, ce dernier, paradoxalement coloré et exotique, prenant le pas sur un réel grisonnant, et le supplantant. Mais c'est aussi un hymne au rêve qui transcende les difficultés et handicaps, un hymne au pouvoir de l'imagination, cette imagination qui fait que, mêmes les deux jambes immobilisés, on peut faire un voyage des plus trépidants, voler et s'envoler vers une ailleurs fascinant, cette imagination qui peut donner corps, âme, vie à un peuple et une planète imaginaires.

    avatar5.jpg

    Si paradoxalement le fond m'a plus intéressée que la forme, cela ne signifie évidemment pas pour autant que la seconde est inintéressante. Je ne sais pas si la 3D apporte forcément quelque chose, l'univers visuel étant suffisamment fort pour que nous nous y sentions immergés et la technique (la « performance capture » qui , grâce à un dispositif spécial, une sorte de casque de football américain sur lequel est posé une petite caméra et orientée vers les visages des comédiens enregistre ainsi avec une précision extrême les expressions et mouvements de leurs muscles faciaux donnant ainsi une bluffante impression de réalité aux Na'vi en images de synthèse et aux personnages sous leurs formes d'avatars) suffisant à les rendre vivants, et à ce que nous nous attachions à eux, à ce que leur combat devienne le nôtre (il est d'ailleurs le nôtre).  J'ai été moins sensible aux scènes de combat, certes explosives qu'aux scènes montrant ce peuple « communiant » (très beau plan où ils sont reliés les uns aux autres comme les racines d'un arbre, symbole de ce souffle de vie que l'arbre nous apporte et qui nous lie également) et en harmonie et possédant une force et une amplitude lyriques, épiques, et émotionnelles irrésistibles.

     Finalement, Avatar aurait pu être le plus spectaculaire des films d'auteurs si n'avaient été faites quelques concessions aux codes et à la morale hollywoodiens, si son scénario n'avait parfois été jalonné d'ellipses incongrues, de raccourcis faciles et surtout si manichéen : le méchant colonel ( vraiment trop caricatural) qui extermine une population sans le moindre état d'âme, le rival jaloux qui cède sa place trop facilement, ou encore Neytiri qui succombe un peu trop vite au charme de Jake, de même que ce dernier est trop rapidement conquis par la planète Pandora et ses habitants. Par exemple, sans doute la facilité de compréhension a-t-elle rendu nécessaire que les Na'vi parlent plus souvent Anglais que leur propre langage dont rien que l'invention a dû pourtant nécessiter beaucoup de travail, mais je crois que Cameron avait donné suffisamment de force à ce monde pour que nous continuions ensuite à suivre et à nous intéresser à ses habitants même s'ils avaient continué à parler cette langue imaginaire qui au contraire contribuait davantage encore à les singulariser.

    avatar3.jpg
     

     Plus de nuance dans l'écriture, de gradation, d'évolution, dans les sentiments des personnages, aurait donné encore plus d'âme à cet univers déjà si riche.  Avec « Titanic » (cliquez ici pour en lire ma critique), James Cameron nous avait pourtant prouvé être capable de faire évoluer ses personnages, de faire évoluer subtilement les sentiments, à rendre poignants ses personnages et son histoire (qui sont ici certes attachants). Peut-être l'ampleur du projet l'a-t-elle obligé à faire quelques concessions ou tout simplement à aller (trop) directement à l'essentiel. La structure est d'ailleurs assez similaire, les allers retours entre le présent et le passé de « Titanic » se rapprochant ici des allers retours entre le personnage « réel » et son avatar, avec une voix off du personnage principal comme élément liant entre les deux ( un personnage dont nous nous doutons donc qu'il survivra sous une forme ou une autre).

    Au final, « Avatar » n'est pas le film parfait, ni le film de la décennie tant attendu mais il reste une belle et forte expérience cinématographique, par moments visuellement vertigineuse,  une plongée palpitante dans un fascinant univers avec des personnages attachants (malgré et grâce au virtuel, à la technique), un vibrant et émouvant plaidoyer  pour que la planète conserve son âme et son souffle, un puissant message que la simplicité des rapports entre les personnages porte malgré tout (et peut-être d'ailleurs porté grâce à cela), et surtout  un voyage spectaculaire dans l'imaginaire qui en exalte la magnifique force, créatrice et salvatrice. Et c'est sans doute ce dernier élément qui m'a avant tout conquise...

    Et qui sait, à l'image de ce dernier plan, peut-être Pandora, en nous emmenant dans sa sublime (et menacée) nature nous ouvrira-t-elle les yeux sur la nôtre et ses périls ? Peut-être, en nous emmenant dans une autre réalité, nous ouvrira-t-elle les yeux sur la nôtre...et nous fera-t-elle prendre conscience du fait que, si la planète porte en elle ses propres ressources, sa propre sauvegarde, il nous appartient de veiller à sa si fragile harmonie...et de garder les yeux ouverts. Plus que jamais.

  • Critique d' "Avatar" de James Cameron (ce soir sur Canal +)

    Ce soir, à 20H50, sur Canal+ sera diffusé le film évènement "Avatar" de James Cameron, prouesse technique beaucoup plus que réussite scénaristique. Je vous en laisse juges (la critique ci-dessous a été publiée suite à l'avant-première du film), pendant ce temps moi je serai là.

    avatar7.jpg

    Avatar. Des mois que l'on annonce ce film évènement, un projet que James Cameron porte depuis 15 ans. Le film le plus cher de tous les temps avec un budget de plus de 300 millions de dollars, un projet pharaonique sur lequel pas moins de  1000 personnes ont travaillé. Un buzz savamment orchestré avec 15 minutes projetées dans le monde entier le 21 août dernier. La contrepartie de tout cela : une attente énorme et une quasi-obligation d'être la hauteur des sommes colossales investies (le rêve n'a pas de prix me direz-vous et ce n'est pas moi qui vous contredirai sur ce point) et surtout de l'attente suscitée. C'est une des deux raisons qui font que (pour moi en tout cas) le buzz a davantage nui au film qu'il ne l'a servi, plaçant la barre de l'attente d'emblée extrêmement haut. La deuxième étant la façon dont a été présenté ce film : avant tout comme une prouesse technique et visuelle et une histoire hollywoodienne (avec ce que cela comporte de gigantisme mais aussi de potentiel fédérateur). Or, ce qui m'a d'abord et avant tout passionnée, c'est son sens, et même sa pluralité de sens, et sa manière de faire sens. Un sens qui aurait aussi bien pu lui valoir de faire l'ouverture du sommet de Copenhague ou d'introduire la remise du prix nobel de la paix à Barack Obama mais avant d'expliciter ce point de vue, présentons d'abord l'intrigue dont l'originalité est incontestable.

    C'est par la voix off du protagoniste Jake Sully (Sam Worthington) que nous pénétrons dans cet univers. Année 2154.  Jake Sully est d'abord un ancien marine cloué dans un fauteuil roulant. Après la mort de son frère jumeau, Jake est recruté pour le remplacer et se rendre sur la planète Pandora où des groupes industriels exploitent un minerai pour résoudre la crise énergétique sur terre. A des années lumières de la terre, l'atmosphère de Pandora est toxique pour les humains, c'est la raison pour laquelle a été créé le programme Avatar qui permet à des pilotes humains de lier leur esprit à un avatar, un corps biologique commandé à distance, épousant les caractéristiques physiques de ses habitants (les Na'vis, créatures bleutées longilignes qui se meuvent avec beaucoup d'agilité et de grâce)  et capables de survivre dans cette atmosphère.  Ces avatars sont donc des hybrides créés génétiquement en croisant l'ADN humain avec celui des Na'vi. Sous la forme de son avatar, Jake retrouve donc l'usage de ses jambes. Sa mission consiste à infiltrer la population des Na'vi devenus des obstacles à l'exploitation du minerai. Sous la forme de son avatar, Jake va alors faire la connaissance d'une très belle Na'vi qui va lui sauver la vie...

    avatar4.jpg

    Le principal atout d' « Avatar » c'est pour moi sa puissance métaphorique. Contre toute attente, cette explosion visuelle et budgétaire qui aurait pu n'être qu'un éblouissement sans fond vaut au contraire presque davantage pour son sens que pour sa forme. La forme n'est ainsi peut-être pas aussi spectaculaire que ce à quoi on aurait pu s'attendre (ce qui ne veut pas dire qu'elle ne l'est pas, elle l'est même prodigieusement à certains passages, nous donnant l'impression de nous envoler et survoler Pandora) en revanche le fond est d'une très intéressante polysémie. Sans doute d'abord un des plus beaux, originaux, vibrants  plaidoyers pour la défense de la planète. La planète Pandora ressemble ainsi à  une sorte d'Amazonie luxuriante où le végétal et l'animal règnent en maîtres, sorte de jardin d'Eden aussi fascinant que menaçant où des arbres gigantesques surplombent les autochtones. Un monde à la fois lointain et exotique et paradoxalement proche de nous. Un monde surtout très convoité pour ses ressources. Un monde en péril. Un monde qui, à l'image des synapses reliant nos neurones, est constitué  d'organismes vivants reliés les uns aux autres fonctionnant comme un système harmonieux et interdépendant.  Son centre, son cœur, son âme est un saule sublime et gigantesque appelé « Arbre des Âmes ».  L'arbre évidemment symbole de la respiration de notre propre planète dont il est le souffle et l'âme. Un arbre menacé comme l'est l'Amazonie. Comme l'est la planète Pandora (qui, telle une boîte de Pandore, libère ses maux quand on l'attaque, la nature se rebellant alors contre l'homme). Comme l'est notre planète. Le bleu et le vert, couleurs principales de Pandora contrastent ainsi avec cette atmosphère grisonnante qu'apportent les terriens et qui règne dans leur camp de base. L'harmonie  relie les Na'vi entre eux et à leur planète, à la nature  et a contrario les Terriens vivent dans l'affrontement.  

    Le sens est multiple puisque l'armée qui ravage Pandora pour en exploiter la terre fait aussi évidemment penser à l'intervention américaine en Irak, certaines scènes de combat et certaines armes rappelant aussi celles d'une autre guerre et notamment le napalm (on se croirait même par moment dans « Apocalypse now », la redoutable force de Wagner, en accompagnement, en moins). Cela pourrait aussi être la métaphore d'un monde dominé par le virtuel, ce dernier, paradoxalement coloré et exotique, prenant le pas sur un réel grisonnant, et le supplantant. Mais c'est aussi un hymne au rêve qui transcende les difficultés et handicaps, un hymne au pouvoir de l'imagination, cette imagination qui fait que, mêmes les deux jambes immobilisés, on peut faire un voyage des plus trépidants, voler et s'envoler vers une ailleurs fascinant, cette imagination qui peut donner corps, âme, vie à un peuple et une planète imaginaires.

    avatar5.jpg

    Si paradoxalement le fond m'a plus intéressée que la forme, cela ne signifie évidemment pas pour autant que la seconde est inintéressante. Je ne sais pas si la 3D apporte forcément quelque chose, l'univers visuel étant suffisamment fort pour que nous nous y sentions immergés et la technique (la « performance capture » qui , grâce à un dispositif spécial, une sorte de casque de football américain sur lequel est posé une petite caméra et orientée vers les visages des comédiens enregistre ainsi avec une précision extrême les expressions et mouvements de leurs muscles faciaux donnant ainsi une bluffante impression de réalité aux Na'vi en images de synthèse et aux personnages sous leurs formes d'avatars) suffisant à les rendre vivants, et à ce que nous nous attachions à eux, à ce que leur combat devienne le nôtre (il est d'ailleurs le nôtre).  J'ai été moins sensible aux scènes de combat, certes explosives qu'aux scènes montrant ce peuple « communiant » (très beau plan où ils sont reliés les uns aux autres comme les racines d'un arbre, symbole de ce souffle de vie que l'arbre nous apporte et qui nous lie également) et en harmonie et possédant une force et une amplitude lyriques, épiques, et émotionnelles irrésistibles.

     Finalement, Avatar aurait pu être le plus spectaculaire des films d'auteurs si n'avait fait quelques concessions aux codes et à la morale hollywoodiens, si son scénario n'avait parfois été jalonné d'ellipses incrongrues, de raccourcis faciles et surtout si manichéen : le méchant colonel ( vraiment trop caricatural) qui extermine une population sans le moindre état d'âme, le rival jaloux qui cède sa place trop facilement, ou encore Neytiri qui succombe un peu trop vite au charme de Jake, de même que ce dernier est trop rapidement conquis par la planète Pandora et ses habitants. Par exemple, sans doute la facilité de compréhension a-t-elle rendu nécessaire que les Na'vi parlent plus souvent Anglais que leur propre langage dont rien que l'invention a dû pourtant nécessiter beaucoup de travail, mais je crois que Cameron avait donné suffisamment de force à ce monde pour que nous continuions ensuite à suivre et à nous intéresser à ses habitants même s'ils avaient continué à parler cette langue imaginaire qui au contraire contribuait davantage encore à les singulariser .

    avatar3.jpg

     Plus de nuance dans l'écriture, de gradation, d'évolution, dans les sentiments des personnages, aurait donné encore plus d'âme à cet univers déjà si riche.  Avec « Titanic », James Cameron nous avait pourtant prouvé être capable de faire évoluer ses personnages, de faire évoluer subtilement les sentiments, à rendre poignants ses personnages et son histoire (qui sont ici certes attachants). Peut-être l'ampleur du projet l'a-t-il obligé à faire quelques concessions ou tout simplement à aller (trop) directement à l'essentiel. La structure est d'ailleurs assez similaire, les allers retours entre le présent et le passé de « Titanic » se rapprochant ici des allers retours entre le personnage « réel » et son avatar, avec une voix off du personnage principal comme élément liant entre les deux ( un personnage dont nous nous doutons donc qu'il survivra sous une forme ou une autre).

    Au final, « Avatar » n'est pas le film parfait, ni le film de la décennie tant attendu mais il reste une belle et forte expérience cinématographique, par moments visuellement vertigineuse,  une plongée palpitante dans un fascinant univers avec des personnages attachants (malgré et grâce au virtuel, à la technique), un vibrant et émouvant plaidoyer  pour que la planète conserve son âme et son souffle, un puissant message que la simplicité des rapports entre les personnages porte malgré tout (et peut-être d'ailleurs porté grâce à cela), et surtout  un voyage spectaculaire dans l'imaginaire qui en exalte la magnifique force, créatrice et salvatrice. Et c'est sans doute ce dernier élément qui m'a avant tout conquise...

    Et qui sait, à l'image de ce dernier plan, peut-être Pandora, en nous emmenant dans sa sublime (et menacée) nature nous ouvrira-t-elle les yeux sur la nôtre et ses périls ? Peut-être, en nous emmenant dans une autre réalité, nous ouvrira-t-elle les yeux sur la nôtre...et nous fera-t-elle prendre conscience du fait que, si la planète porte en elle ses propres ressources, sa propre sauvegarde, il nous appartient de veiller à sa si fragile harmonie...et de garder les yeux ouverts. Plus que jamais.

    Lien permanent Imprimer Catégories : IN THE MOOD FOR NEWS (toute l'actualité ciné) Pin it! 0 commentaire
  • Oscars 2010: la liste complète des nominations

    oscars2.jpgJe reviendrai prochainement plus en détails sur ces nominations que je vous laisse découvrir ci-dessous. 

    "Démineurs" et "Avatar" sont en tête de ces nominations: 9 chacun.

    Je me réjouis des nombreuses nominations d' "Inglourious basterds" (notamment comme meilleur film, meilleur réalisateur et meilleur scénario, catégorie dans laquelle il aurait été assez stupéfiant de retrouver "Avatar") et évidemment de celle d' "Un Prophète" comme meilleur film étranger...une nouvelle fois face à l'indétrônable "Ruban blanc" d'Haneke

    Ce n'est d'ailleurs pas la seule nomination pour le cinéma français puisque, si Marion Cotillard, contrairement aux Golden Globes, n'est pas nommée pour "Nine" on retrouve parmi ces nominations: "Coco avant Chanel" pour les costumes", Alexandre Desplat pour la musique originale de "Fantastic Mr Fox" et "Faubourg" 36 pour la meilleure chanson originale.

     A noter aussi: les nombreuses nominations pour "In the air" et notamment comme meilleur film, meilleur réalisateur et meilleur acteur pour George Clooney. Colin Firth est également nommé dans cette catégorie pour l'excellent premier film de Tom Ford "A single man" dont je vous parlais il y a quelques jours. Par ailleurs, on retrouve une habituée des Oscars: Meryl Streep, nommée à nouveau pour "Julie et Julia".

    Meilleur film

    Avatar
    The Blind Side
    District 9
    Une Education
    Démineurs
    Inglourious Basterds
    Là-Haut
    In the Air
    A Serious Man
    Precious

    Meilleure actrice
    Sandra Bullock dans The Blind Side
    Helen Mirren dans The Last Station
    Carey Mulligan dans Une Education
    Gabourey Sidibe dans Precious
    Meryl Streep dans Julie & Julia

    Meilleure actrice dans un second rôle
    Penelope Cruz dans Nine
    Vera Farmiga dans In the Air
    Maggie Gyllenhaal dans Crazy Heart
    Anna Kendrick dans In the Air
    Mo'Nique dans Precious

    Meilleur acteur
    Jeff Bridges dans Crazy Heart
    George Clooney dans In the Air
    Colin Firth dans A Single Man
    Morgan Freeman dans Invictus
    Jeremy Renner dans Démineurs

    Meilleur acteur dans un second rôle
    Matt Damon dans Invictus
    Woody Harrelson dans The Messenger
    Christopher Plummer dans The Last Station
    Stanley Tucci dans Lovely Bones
    Christoph Waltz dans Inglourious Basterds

    Meilleur film d'animation
    Coraline
    Fantastic Mr. Fox
    La Princesse et la Grenouille
    The Secret of Kells
    Là-Haut

    Meilleure direction artistique
    Avatar
    L'Imaginarium du Dr Parnassus
    Nine
    Sherlock Holmes
    Victoria : les jeunes années d'une reine

    Meilleure cinématographie
    Avatar
    Harry Potter et le Prince de Sang Mêlé
    Démineurs
    Inglourious Basterds
    Le Ruban Blanc

    Meilleur réalisateur
    James Cameron pour Avatar
    Kathryn Bigelow pour Démineurs
    Quentin Tarantino pour Inglourious Basterds
    Lee Daniels pour Precious
    Jason Reitman pour In the Air

    Meilleur film étranger
    Ajami (Israel)
    El Secreto de Sus Ojos (Argentine)
    The Milk of Sorrow (Perou)
    Un Prophète (France)
    Le Ruban Blanc (Allemagne)

    Meilleurs costumes
    Bright Star
    Coco avant Chanel
    L'Imaginarium du Dr Parnassus
    Nine
    Victoria : les jeunes années d'une reine

    Meilleur documentaire
    Burma VJ
    The Cove
    Food Inc.
    The Most Dangerous Man in America : Daniel Ellsberg and the Pentagon Papers
    Which Way Home

    Meilleur montage
    Avatar
    District 9
    Démineurs
    Inglourious Basterds
    Precious

    Maquillage
    Il Divo
    Star Trek
    Victoria : les jeunes années d'une reine

    Meilleure musique originale
    Avatar, James Horner
    Fantastic Mr. Fox, Alexandre Desplat
    Démineurs, Marco Beltrani & Buck Sanders
    Sherlock Holmes, Hans Zimmer
    Là-Haut, Michael Giaccino

    Meilleur scénario original
    Démineurs
    Inglourious Basterds
    The Messenger
    A Serious Man
    Là-Haut

    Meilleur scénario adapté
    District 9
    An Education
    In the Loop
    Precious
    In the Air

    Meilleure chanson originale

    "Almost There", La Princesse et la Grenouille

    "Down in New Orleans", La Princesse et la Grenouille

    "Loin de Paname", Faubourg 36

    "Take It All", Nine

    "The Weary Kind (Theme from Crazy Heart)", Crazy Heart


    Meilleurs effets spéciaux

    Avatar

    District 9

    Star Trek



  • La liste complète et commentée des nominations pour les César 2010: "Un Prophète" grand favori

    césar23.jpgNous savions déjà qu'un César d'honneur serait remis à Harrison Ford par Sigourney Weaver et que la cérémonie serait présentée par Gad Elmaleh et Valérie Lemercier.

    Voici la liste complète et définitive des nommés pour cette édition 2010 des César qui sera présidée par Marion Cotillard. Vous pourrez bien entendu, comme l'an passé, suivre les César en direct sur inthemooodforcinema.com commentés minute par minute... à moins que je ne sois à nouveau présente à la cérémonie, le 27 février prochain.

    Quelques remarques en vrac avant de vous parler à nouveau de cette liste de nommés et de mes choix et pronostics:

    Deux acteurs sont nommés deux fois: François Cluzet, dans la catégorie meilleur acteur pour "A l'Origine" et pour "Le dernier pour la route" (je n'ai vu que le premier dans lequel il est en effet extraordinaire) et Tahar Rahim comme meilleur acteur pour "Un Prophète" et comme meilleur jeune espoir masculin pour "Un Prophète", là aussi deux nominations justifiées qui succèdent déjà à une longue liste de nominations et de prix (notamment le prix Lumières). Il est par ailleurs étonnant que Vincent Lindon n'ait pas également été nommé 2 fois: pour "Welcome" certes pour lequel il est nommé mais aussi pour "Melle Chambon".

    Isabelle Adjani qui vient de recevoir le prix Lumières du cinéma 2009 (voir ma vidéo en cliquant ici) est de nouveau nommée comme meilleur actrice, un César qu'elle a par ailleurs déjà obtenu 4 fois. Face à elle notamment Sandrine Kiberlain, formidable "Melle Chambon" et Kristin Scott-Thomas inoubliable dans "Partir".

    Joeystarr fait son apparition par la grande porte dans l'univers du 7ème art avec une nomination comme meilleur second rôle pour "Le bal des actrices" notamment face à Benoït Poelvoorde dans "Coco avant Chanel" (dont il est le grand atout) et Niels Arestrup dans "Un Prophète".

    Aure Atika, stupéfiante de sobriété et naturel, est, à juste titre, nommée pour le César du meilleur second rôle féminin dans "Melle Chambon".

    Pour le scénario original on retrouve "Un Prophète", "Welcome", "A l'origine", "Le Concert", "La journée de la jupe" et pour l'adaptation notamment "Melle Chambon", petit bijou d'écriture tout en délicatesse et non dits.

    Pour la photographie, on retrouve notamment l'indétrônable Eric Gautier pour la (il est vrai) sublime  photographie des "Herbes folles" d'Alain Resnais.

    Jacques Audiard, Lucas Belvaux, Philippe Lioret, Xavier Giannoli, Radu Mihaileanu se disputeront le César du meilleur réalisateur.

    Dans la catégorie meilleur documentaire, on retrouve avec plaisir "L'Enfer d'Henri Georges Clouzot" qui devra malheureusement affronter "Home" de Yann Arthus-Bertrand dont le sujet d'actualité risque fort de l'emporter sur la qualité cinématographique.

    Pour le César du meilleur film étranger, encore une nomination pour "Le Ruban blanc" notamment face à "Gran Torino", "Slumdog millionaire" et ... "Avatar".

    Enfin pour le meilleur film, le choix se fera entre : Rapt, Welcome, Un Prophète, Les herbes folles, la Journée de la jupe, Le Concert, A l'Origine...

    Je regrette l'absence de "Je l'aimais" de Zabou Breitman qui pour moi reste LE film français de cette année 2009 et qui aurait au moins mérité une nomination pour la meilleure adaptation et pour Daniel Auteuil dans la catégorie meilleur acteur. Reste une seule nomination: Florence Loiret -Caille. Etonnante également l'absence de Reda Kateb qui aurait pu être nommé comme meilleur jeune espoir pour deux films ("Un Prophète" et "Qu'un seul tienne et les autres suivront"). Etonnante enfin l'absence de "Le père de mes enfants" de Mia Hansen-Love.

    Sans surprise, "Un Prophète" est en tête avec 13 nominations. Je me réjouis également des 11 nominations pour "A l'origine", des 4 pour "Rapt" et des 3 pour "Melle Chambon". Incontournable des César, Alain Resnais et son équipe totalisent 4 nominations pour "Les Herbes folles" dont celle de meilleur film. Parmi les surprises: la nomination de "La journée de la jupe" comme meilleur film. A noter également: les 6 nominations pour "Le Concert" dont celles de meilleur film et de meilleur réalisateur (cliquez ici pour voir mes vidéos et lire mon compte rendu de son avant-première exceptionnelle.)  "Welcome" totalise 10 nominations.

    Remarquons enfin qu'il n'y aura pas de César de la comédie comme il y en a un temps été question...

    Les critiques de la plupart des films nommés figurent sur inthemoodforcinema.com . Pour les retrouver facilement tapez leurs noms dans "Recherchez" (colonne de gauche du blog) ou cliquez sur leurs titres dans la rubrique "Les films de 2009 à ne pas manquer" (colonne de gauche du blog également). Je vous reparle de tout cela très prochainement...

    Meilleur Acteur

    YVAN ATTAL dans Rapt

    FRANÇOIS CLUZET dans A l'Origine

    FRANÇOIS CLUZET dans Le dernier pour la route

    VINCENT LINDON dans Welcome

    TAHAR RAHIM dans Un prophète

    Meilleure Actrice

    ISABELLE ADJANI dans La journée de la jupe

    DOMINIQUE BLANC dans L'autre

    SANDRINE KIBERLAIN dans Mademoiselle Chambon

    KRISTIN SCOTT THOMAS dans Partir

    AUDREY TAUTOU dans Coco avant Chanel

    Meilleur Acteur dans un second rôle

    JEAN-HUGUES ANGLADE dans Persécution

    NIELS ARESTRUP dans Un prophète

    JOEYSTARR dans Le Bal des Actrices

    BENOIT POELVOORDE dans Coco avant Chanel

    MICHEL VUILLERMOZ dans Le dernier pour la route

    Meilleure Actrice dans un second rôle

    AURE ATIKA dans Mademoiselle Chambon

    ANNE CONSIGNY dans Rapt

    AUDREY DANA dans Welcome

    EMMANUELLE DEVOS dans A l'Origine

    NOÉMIE LVOVSKY dans Les beaux gosses

    Meilleur Espoir Masculin

    FIRAT AYVERDI dans Welcome

    ADEL BENCHERIF dans Un prophète

    VINCENT LACOSTE dans Les beaux gosses

    TAHAR RAHIM dans Un prophète

    VINCENT ROTTIERS dans Je suis heureux que ma mère soit vivante

    Meilleur Espoir Féminin

    PAULINE ETIENNE dans Qu'un seul tienne et les autres suivront

    FLORENCE LOIRET-CAILLE dans Je l'aimais

    SOKO dans A l'Origine

    CHRISTA THÉRET dans LOL (laughing out loud)

    MÉLANIE THIERRY dans Le dernier pour la route

    Meilleur Scénario Original

    JACQUES AUDIARD, THOMAS BIDEGAIN, ABDEL RAOUF DAFRI, NICOLAS PEUFAILLIT pour Un prophète

    XAVIER GIANNOLI pour A l'Origine

    JEAN-PAUL LILIENFELD pour La journée de la jupe

    PHILIPPE LIORET, EMMANUEL COURCOL, OLIVIER ADAM pour Welcome

    RADU MIHAILEANU, ALAIN-MICHEL BLANC pour Le Concert

    Meilleure Adaptation

    STÉPHANE BRIZÉ, FLORENCE VIGNON pour Mademoiselle Chambon

    ANNE FONTAINE, CAMILLE FONTAINE pour Coco avant Chanel

    PHILIPPE GODEAU, AGNÈS DE SACY pour Le dernier pour la route

    LAURENT TIRARD, GRÉGOIRE VIGNERON pour Le petit Nicolas

    ALEX RÉVAL, LAURENT HERBIET pour Les herbes folles

    Meilleure Musique

    ARMAND AMAR pour Le Concert

    ALEX BEAUPAIN pour Non ma fille, tu n'iras pas danser

    ALEXANDRE DESPLAT pour Un prophète

    CLIFF MARTINEZ pour A l'Origine

    NICOLA PIOVANI pour Welcome

    Meilleur Son

    PIERRE EXCOFFIER, BRUNO TARRIÈRE, SÉLIM AZZAZI pour Le Concert

    PIERRE MERTENS, LAURENT QUAGLIO, ERIC TISSERAND pour Welcome

    FRANÇOIS MUSY, GABRIEL HAFNER pour A l'Origine

    BRIGITTE TAILLANDIER, FRANCIS WARGNIER, JEAN-PAUL HURIER pour Un prophète

    JEAN UMANSKY, GÉRARD HARDY, VINCENT ARNARDI pour Micmacs à tire-larigot

    Meilleurs Décors

    MICHEL BARTHÉLEMY pour Un prophète

    ALINE BONETTO pour Micmacs à tire-larigot

    MAAMAR ECH CHEIKH pour OSS 117 Rio ne répond plus...

    FRANÇOIS-RENAUD LABARTHE pour A l'Origine

    OLIVIER RADOT pour Coco avant Chanel

    Meilleurs Costumes

    CHATTOUNE & FAB pour Coco Chanel & Igor Stravinsky

    CHARLOTTE DAVID pour OSS 117 Rio ne répond plus...

    MADELINE FONTAINE pour Micmacs à tire-larigot

    CATHERINE LETERRIER pour Coco avant Chanel

    VIRGINIE MONTEL pour Un prophète

    Meilleure Photo

    CHRISTOPHE BEAUCARNE pour Coco avant Chanel

    LAURENT DAILLAND pour Welcome

    STÉPHANE FONTAINE pour Un prophète

    ÉRIC GAUTIER  pour Les herbes folles

    GLYNN SPEECKAERT pour A l'Origine

    Meilleur Montage

    CÉLIA LAFITEDUPONT pour A l'Origine

    HERVÉ DE LUZE pour Les herbes folles

    ANDRÉA SEDLACKOVA pour Welcome

    LUDO TROCH pour Le Concert

    JULIETTE WELFLING pour Un prophète

    Meilleur Réalisateur

    JACQUES AUDIARD pour Un prophète

    LUCAS BELVAUX pour Rapt

    XAVIER GIANNOLI pour A l'Origine

    PHILIPPE LIORET pour Welcome

    RADU MIHAILEANU pour Le Concert

    Meilleur Court Métrage

    C'est gratuit pour les filles réalisé par Claire Burger et Marie Amachoukeli

    ¿Dónde está Kim Basinger? réalisé par Edouard Deluc

    La raison de l'autre réalisé par Foued Mansour

    Séance familiale réalisé par Cheng-Chui Kuo

    Les Williams réalisé par Alban Mench

    Meilleur Premier Film

    Les beaux gosses réalisé par Riad Sattouf produit par Anne-Dominique Toussaint

    Le dernier pour la route réalisé par Philippe Godeau produit par Philippe Godeau

    Espion(s) réalisé par Nicolas Saada produit par Michaël Gentile

    La première étoile réalisé par Lucien Jean-Baptiste produit par Marie-Castille Mention Schaar et Pierre Kubel

    Qu'un seul tienne et les autres suivront réalisé par Léa Fehner produit par Jean-Michel Rey et Philippe Liégeois

    Meilleur Film Documentaire

    L'enfer d' Henri-Georges Clouzot réalisé par Serge Bromberg et Ruxandra Medrea

    La danse, le ballet de l'Opéra de Paris réalisé par Frederick Wiseman

    Himalaya, le chemin du ciel réalisé par Marianne Chaud

    Home réalisé par Yann-Arthus Bertrand

    Ne me libérez pas je m'en charge réalisé par Fabienne Godet

    Meilleur Film Etranger

    Avatar réalisé par James Cameron

    Gran Torino réalisé par Clint Eastwood

    Harvey Milk réalisé par Gus Van Sant

    J'ai tué ma mère réalisé par Xavier Dolan

    Panique au village réalisé par Stéphane Aubier et Vincent Patar

    Le ruban blanc réalisé par Michael Haneke

    Slumdog millionaire réalisé par Danny Boyle

    Meilleur Film

    A l'Origine produit par Edouard Weil et Pierre-Ange Le Pogam réalisé par Xavier Giannoli

    Le Concert produit par Alain Attal réalisé par Radu Mihaileanu

    Les herbes folles produit par Jean-Louis Livi réalisé par Alain Resnais

    La journée de la jupe produit par Bénédicte Lesage et Ariel Askénazi réalisé par Jean-Paul Lilienfeld

    Rapt produit par Patrick Sobelman, Diana Elbaum et Sébastien Delloye réalisé par Lucas Belvaux

    Un prophète produit par Pascal Caucheteux, Grégoire Sorlat et Marco Cherqui réalisé par Jacques Audiard

    Welcome produit par Christophe Rossignon réalisé par Philippe Lioret