Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

IN THE MOOD FOR NEWS (toute l'actualité ciné) - Page 3

  • Rêve de cinéma - Grande tournée solidaire : aidez à offrir à 10 nouveaux hôpitaux pour enfants des projections de films !

    Affiche-Reve-de-Cinema.jpg

     

    Chaque année, je vous ai parlé ici de cette merveilleuse association, Les Toiles Enchantées, une association qui amène le cinéma aux enfants malades dans les hôpitaux.  Ce matin, un communiqué de presse m'apprenait la belle évolution de cette association et son enthousiasmant nouveau projet que j'espère vous convaincre de soutenir. J'ai toujours pensé que rêver était vital et cela l'est sans aucun doute dans les hôpitaux plus qu'ailleurs.  Alors, bien sûr, les éternels rabats-joies me diront que le cinéma ne soigne pas.  Peut-être. Mais il permet de s'évader, de rêver, de donner de l'espoir, de partager et vivre des émotions, d'oublier parfois la réalité, de croire en un lendemain meilleur, et peut-être d'y contribuer en redonnant de l'espoir et en facilitant les soins du corps en permettant à l'esprit de voyager.   Le cinéma est un rêve sans effet secondaire qui permet incontestablement de soulager certains maux...

    revedecinema2.png

    À l’occasion de ses 20 ans d’existence en 2017, l’association Les Toiles Enchantées change de nom et devient Rêve de Cinéma (Quel plus beau nom que celui-là ? Quelle plus belle alliance de mots ?).

    revedecinema.png

    Rêve de Cinéma est l’association caritative du cinéma qui organise depuis 20 ans des projections de films à l’affiche dans les hôpitaux pour les enfants malades et dans les centres pour enfants et adolescents handicapés. Elle est reconnue d’intérêt général et est placée sous le double patronage du Ministère des Affaires sociales et de la Santé ainsi que du Ministère de la Culture et de la Communication. L’association prend aujourd’hui un nouveau souffle, toujours sous la Présidence d’Honneur de Lambert Wilson entouré d’une équipe renouvelée avec, à sa tête, Isabelle Svanda. «Quand les enfants ne peuvent pas aller au cinéma, c’est au cinéma de se déplacer !»

    En 2016, Rêve de Cinéma aura réalisé 423 projections (399 en 2015) dans plus de 150 hôpitaux pédiatriques et centres pour enfants et adolescents handicapés. Ces projections ont permis de faire rêver plus de 25 000 enfants dans toute la France ! 

    Rêve de Cinéma lance un appel aux dons pour financer  une Grande Tournée Solidaire de 10 projections via la plateforme Ulule à partir d’aujourd’hui. La tournée permettra à des hôpitaux  auxquels l'association n'a encore jamais pu rendre visite de profiter du rêve du cinéma. N’hésitez pas à relayer l’information et à en parler autour de vous et évidemment à contribuer ! fr.ulule.com/revedecinema

    L’objectif de Rêve de Cinéma, soutenu par le corps médical, est la Cinémathérapie. Elle consiste à :

    - Rendre le cinéma accessible à un jeune public malade et/ou handicapé en introduisant gracieusement dans les hôpitaux et établissements pour enfants malades ou handicapés des films à l’affiche.

    - Offrir aux enfants une parenthèse de bonheur, le cinéma devient alors vecteur de bien-être et facilite  les soins

    - Permettre aux enfants et adolescents de rompre avec leur quotidien, de s’évader, d’accéder à la culture et au divertissement des jeunes de leur âge, d’améliorer leur vie dans l’établissement.

    - Lutter contre l’isolement et le découragement en favorisant les rencontres, avec les intervenants  extérieurs mais aussi entre eux.  En sollicitant l’émotion, en introduisant la notion de plaisir et de partage, le cinéma stimule des échanges différents qui ne portent pas sur la maladie. En s’adressant à la personne plutôt qu’au patient, on favorise une prise en charge globale : on ne dispense pas des soins, on «prend soin de». 

     

    Pour suivre l'association et en savoir plus: www.revedecinema.com

    L'association sur Facebook: https://www.facebook.com/revedecinema

    L'association sur twitter: @LesToiles2015

    Vous pouvez contribuer à partir de 5 euros.

     

    CLIQUEZ ICI POUR SOUTENIR LA TOURNEE SOLIDAIRE DE RÊVE DE CINEMA

    toiles3.jpg


     
     

  • Littérature - Roman - UN HOMME CRUEL de Gilles Jacob (Grasset)

    littérature, cinéma, livre, lecture, Gilles Jacob, Un homme cruel, Sessue Hayakawa, Le pont de la rivière Kwaï, Fortaiture, David Lean, Grasset

    La vie passera comme un rêve. Les pas perdus. Le Fantôme du Capitaine. Le festival n’aura pas lieu. J’ai vécu dans mes rêves. Et désormais  Un homme cruel. Les titres des livres de Gilles Jacob sont de belles promesses d’évasion, des invitations au voyage. Promesses tenues, toujours. Il me tardait d’autant plus de découvrir ce dernier livre que son auteur en parlait avec enthousiasme (l’enthousiasme, voilà d’ailleurs une autre qualité commune à ses ouvrages) et avec d’autant plus d’impatience  que l’adjectif cruel n’est pas celui qui lui sied le mieux, moins bien que l'adjectif malicieux en tout cas. Ce titre, forcément en trompe-l’œil donc, qui contrastait avec ceux de ses précédents livres, aiguisait davantage encore ma curiosité.

    littérature, cinéma, livre, lecture, Gilles Jacob, Un homme cruel, Sessue Hayakawa, Le pont de la rivière Kwaï, Fortaiture, David Lean, Grasset

     A propos de son personnage de Lucien Fabas dans son roman Le festival n’aura pas lieu,  Gilles Jacob écrivait, « Le bonheur de transmettre s’imposait à lui comme une évidence ». A Gilles Jacob certainement aussi. Comme ce fut le cas dans ses savoureux échanges épistolaires avec Michel Piccoli ( J’ai vécu dans mes rêves, ainsi s'intitulait ce dernier livre, encore une invitation au rêve que je vous recommande d’ailleurs de lire.  Et qui raconte déjà la complexité de l’acteur, derrière l’image, d'homme cruel ou de "bizarres" comme Michel Piccoli qualifiait lui-même ses personnages, leur trouvant là une caractéristique commune écrivant qu'il avait "beaucoup joué les bizarres mais pas tellement les voyous"). Ce bonheur de transmettre de Fabas, revenons-y, se retrouve aussi dans Un homme cruel. Un homme qui lui aussi a vécu dans ses rêves. Un destin hors du commun qu’Hollywood n’aurait peut-être même pas osé inventer. Une star. Une vraie. Même si ce substantif est aujourd’hui tellement galvaudé qu’il en perd toute signification. Sessue Hayakawa en était pourtant une...

    littérature, cinéma, livre, lecture, Gilles Jacob, Un homme cruel, Sessue Hayakawa, Le pont de la rivière Kwaï, Fortaiture, David Lean, Grasset

    Sessue Hayakawa. Peut-être comme à moi, ignominieusement comme à moi plutôt, ce nom ne vous dira-t-il rien ? Certainement avez-vous néanmoins vu Forfaiture (celui de 1915, The Cheat, ou son remake d'ailleurs, signé Marcel L'Herbier, en 1937, Sessue Hayakawa y reprenait son rôle) et Le Pont de la rivière Kwaï ? Comment oublier Haka Arakau, riche collectionneur birman surnommé le roi de l'ivoire dans le film de Cecil B. DeMille de 1915 ? Comment oublier le colonel Saïto dans l’adaptation du roman de Pierre Boulle, le film aux 7 Oscars de David Lean ? Un de mes premiers souvenirs de cinéma à la télévision, le 28 mars 1987, comme l'avait scrupuleusement écrit mon père sur ces petites fiches sur lesquelles il notait les titres des films que je voyais dans mon enfance, et la date associée au visionnage, et que j'ai retrouvées, non sans émotion, à cette occasion. Le Pont de la rivière Kwaï était le tout premier de cette très longue liste qui dura des années et remplit une multitude de fiches,  immortalisant ces moments de cinéma.

    Et, pourtant, celui qui a incarné ces deux personnages inoubliables est, lui, tombé dans l’oubli…

    littérature, cinéma, livre, lecture, Gilles Jacob, Un homme cruel, Sessue Hayakawa, Le pont de la rivière Kwaï, Fortaiture, David Lean, Grasset

    littérature, cinéma, livre, lecture, Gilles Jacob, Un homme cruel, Sessue Hayakawa, Le pont de la rivière Kwaï, Fortaiture, David Lean, Grasset

    Comment peut-on pourtant oublier ce visage ? Sur la couverture du livre de Gilles Jacob, l’air ombrageux, mystérieux, féroce (ou simplement le masque de la mélancolie ?), résigné peut-être, les traits d’une finesse rare, d’une beauté indéniable et ce titre qui semble trop bien lui convenir pour ne pas dissimuler une autre vérité. « Ses lèvres retroussées lui donnent un air énigmatique, c’est la Joconde au masculin » comme l’écrit si bien Gilles Jacob. Une couverture qui est déjà une invitation. Une nouvelle. Et c’est en effet à un nouveau voyage que nous convie Gilles Jacob. Un voyage à travers une vie aussi romanesque que celles des personnages que Sessue Hayakawa a incarnés. Une vie tumultueuse entre  Tokyo, Los Angeles, Monaco et Paris. La vie multiple d’un homme qui de star mondiale et adulée en passant par « agent péril jaune » pour la résistance française termina sa vie comme frère Kintaro, avec les moines bouddhistes. En paix, enfin.

    littérature, cinéma, livre, lecture, Gilles Jacob, Un homme cruel, Sessue Hayakawa, Le pont de la rivière Kwaï, Fortaiture, David Lean, Grasset

    Né au Japon en 1889, parti très jeune pour l'Amérique mais déjà éprouvé par la vie (une tentative avortée de hara-kiri et un accident l’ayant rendu sourd d’une oreille étant déjà passés par là), Sessue Hayakawa devient, dès les années 1910, au temps du muet, la première grande star d'origine asiatique de Hollywood. « Et l’un de ses plus grands séducteurs. Son charisme, son charme, son regard ont fait fondre de nombreuses comédiennes, provoquant auprès de ses admiratrices des scènes d’hystérie. » Ses réceptions fabuleuses dans son château californien firent la une des journaux de l’époque, des réceptions auxquelles le Gatsby de Fitzgerald n’aurait rien eu à envier. "Jusqu’au jour où le racisme anti-japonais provoque la chute de l’idole et une vertigineuse fuite en avant. L’opium, le jeu, les tentatives d'assassinats, les années folles, la résistance pendant la Seconde guerre mondiale, sans oublier le tournage du mythique Pont de la rivière Kwaï, le film aux 7 Oscars"…même si celui du second rôle pour lequel il fut pourtant nommé lui échappa.

    L’histoire de Sessue Hayakawa  est donc l’histoire vraie d’une star tombée dans l’oubli. Un comédien qui fut aussi renommé que Charlie Chaplin ou Rudolf Valentino (« Sa venue au monde coïncide, à deux mois près, avec celles d’Adolf Hitler et de Charlie Chaplin. Mais comment soupçonner qu’il croiserait l’un et serait ami de l’autre ? », « l’égal en popularité de Chaplin, Douglas Fairbanks  et autres William Hart »), "un personnage de légende qui n’occupe plus aujourd’hui que quelques lignes dans les histoires du cinéma".  Une vie qui dépasse la fiction. De lui, en 1917, le critique Louis Delluc écrivit: « On ne peut rien en dire : c’est un phénomène ». Au sommet de sa carrière, il enchaîna même « 11 films en 2 ans » !

    Le destin de Sessue est absolument passionnant et il l’est d’autant plus que si sa vie est bien sûr unique, singulière, et même exceptionnelle, l’histoire est aussi universelle. L’éternelle histoire de la versatilité du public et du succès, de la gloire éblouissante et de l’oubli assassin. Finalement un peu aussi la métaphore de notre époque qui, plus violemment qu'aucune autre, encense et glorifie aussi vite et bien qu’elle dévore, déshonore, détruit et oublie. Course insatiable et carnassière contre le temps et l’oubli voraces. Et qui mieux que Gilles Jacob, qui fut à la tête du Festival de Cannes de 1978 à 2014 (et qui est toujours président de la Cinéfondation) pouvait nous raconter cette histoire avec lucidité, malice et bienveillance, lui qui, du haut de ses marches, et mieux que nul autre, surtout depuis qu’il ne les surplombe plus, a certainement constaté et observé la versatilité des amitiés, la veulerie des opportunistes, l’injustice du succès parfois,  la duplicité et la force enjoliveuse ou destructrice de l’image et bien sûr l’univers, fascinant et lunatique, du cinéma ?

    Sessue « obsédé par son propre reflet » n’avait rien de cruel, contrairement au(x) personnage(s) qu’il a incarné(s) ( « il a atteint son apogée dès ses débuts grâce à un rôle génial, inquiétant, cruel.»). Ou du moins rien de plus que la plupart d'entre nous. C’est d’ailleurs aussi l’histoire de sa vie. Celle d’un homme entre deux identités. Enfermé dans une image, une apparence : « Je me rends compte que j’étais devenu un homme d’affaires américain, au lieu de l’artiste japonais que j’ai toujours rêvé d’être. », « Ses films ont fait de lui un traitre à la patrie. En interprétant des individus lâches, dépravés, il a donné de son pays une image déshonorante. », « Il est trop occidentalisé pour les Japonais  et trop moralisateur pour les Américains. » , « Durant toute sa vie, Sessue s’est senti japonais aux Etats-Unis et américain au Japon. »

    C’est bien sûr cette dichotomie entre son être et l’image qui est passionnante mais aussi le portrait de l’être plus sensible, avec sa femme,  Tsuru Aoki.  « Un homme cruel » nous raconte aussi une passionnante histoire d’amour qui a surmonté le temps et la distance et le succès et les infidélités, et une autre, impossible, chacune révélant une autre facette du personnage. Gilles Jacob décrit magnifiquement les tourments de l'âme et du cœur, une autre histoire dans l'Histoire. C’est aussi un trépidant voyage dans l’Histoire du 20ème siècle qui nous fait croiser ses figures illustres : Claudel, Stroheim, et tant d’autres. Mais aussi les drames du 20ème siècle entre séisme meurtrier, racisme, guerre ( « Sessue hait le racisme, la chasse aux migrants et aux réfugiés. » ) là aussi tristement intemporels.

    Aussi photographe, Gilles Jacob, avec son regard décidément malicieux et aiguisé, a le don en quelques mots de brosser un portrait, de décrire une scène et de la rendre terriblement vivante (celle du séisme notamment qui m’a donné la sensation de cheminer au milieu des décombres)ou de transcrire la mélancolie. Et je n’ai plus lâché ce livre de sa première à sa dernière ligne pour laisser à regrets Sessue sous le charme duquel l’écriture incisive de Gilles Jacob nous fait une fois de plus tomber. Le cœur en vrac après les dernières lignes d' Un homme cruel qui résonnent en écho avec   "ce quelque chose plus fort que la mélancolie" dont il parlait dans le livre avec Michel  Piccoli   mais aussi en écho avec le chapitre  « Vieillir » dans Le festival n’aura pas lieu, un chapitre sur le temps ravageur, destructeur, impitoyable qui emporte tout, nous rappelant aux ultimes instants ou trop tard, l’essentiel. Nous rappelant aussi la célèbre phrase de Mme de Staël en exergue du roman « La gloire, le deuil éclatant du bonheur. »

    Un palpitant périple mais surtout le roman passionnant d’une vie passionnée qui mérite d’être à nouveau sous les feux des projecteurs même si je regrette que ceux des médias  ne se braquent pas davantage sur ce livre, comme si par une tragique ironie, ils confirmaient là cyniquement et sinistrement la réflexion sur la gloire et l’oubli à laquelle le livre nous invite, incarnant à eux tous l’homme cruel que le titre désigne malicieusement… Avides de tonitruances, de scandales, de simplification plutôt que de l'élégance, rare, et de la complexité que l'auteur et son sujet incarnent. Grâce à Gilles Jacob, pourtant, et ce n'est pas rien, Sessue Hayakawa, rentre à nouveau dans la légende par laquelle il n'aurait jamais dû être englouti. Et le lecteur, à n'en pas douter, jamais non plus n'oubliera le nom, et ses belles assonances et allitérations (tout un poème...) ni le vrai visage de celui qui se dissimulait derrière le personnage d'homme cruel. Sessue Hayakawa...

  • Programme du 1er Festival de cinéma Effervescence de Mâcon (du 6 au 9 octobre 2016)

    macon.jpg

    Voilà un nouveau festival qui devrait, dès sa première édition, trouver son public d'épicuriens et cinéphiles. Je vous ai souvent parlé ici du formidable Festival d’Annonay (il sert même de cadre à une des nouvelles de mon recueil, disponible en librairie dès demain). Le coordonnateur de ce nouveau festival joliment nommé Effervescence, est ainsi le directeur artistique du Festival International d’Annonay, Gaël Labanti, ce qui est aussi de très bon augure.

    Le Festival Effervescence aura lieu à Mâcon au Cinémarivaux et débutera le jeudi 6 octobre au soir avec le film d’ouverture pour s’achever le dimanche 9 octobre par une cérémonie de clôture qui aura lieu à 20h. Ce Festival aura lieu tous les deux ans à la même époque (début octobre) selon le principe d’une biennale.   Il a pour objectif de mettre en exergue les spécificités de son territoire, région d’eau, de vin, de bonne chère, de couleurs et de culture… qui constitue également la thématique centrale du festival : la qualité de la vie perceptible à travers nos cinq sens.  Une certaine vision du bonheur…

    Ce festival éclectique et épicurien (que rêver de mieux comme concept ?) aura donc pour principale thématique « les cinq sens au cinéma » et programmera tout au long de ces quatre jours des films visuellement impressionnants (de par leur photographie, décors, montage, costumes, …) ou bénéficiant d’une bande sonore et/ou musicale remarquable, ou bien encore des œuvres qui célèbrent la gastronomie sous toutes ses formes en mettant littéralement l’eau à la bouche des spectateurs.

    Ce festival a pour objectif non seulement de faire découvrir aux spectateurs des œuvres de qualité (avec un souci de mêler films du patrimoine et films récents inédits, grands classiques et découvertes, le tout avec une exigence permanente de diversité dans les nationalités et les genres représentés), mais également leur permettre de rencontrer et d’échanger avec des professionnels du cinéma : réalisateurs, comédiens mais aussi des corps de métiers moins médiatisés mais tout aussi capitaux : décorateurs, directeurs de la photo, compositeurs de musiques de films, ingénieurs du son,…

    Le festival propose également une expérience immersive au qui pourra non seulement voir des films mais également déguster des mets locaux ou en relation directe avec la programmation lors de buffets ou bien alors venir écouter des artistes de la scène musicale lors de soirées « after ». Bref, les spectateurs auront pleinement l’opportunité de mettre leurs cinq sens en action durant ces quatre jours organisés autour des notions de découverte, de curiosité et de plaisir.

    Chaque film sera projeté en moyenne 2 fois, la programmation du Festival comportera donc 25 à 30 longs métrages. Pour cette première édition, une quinzaine de personnalités sera invitée. Issus du milieu du cinéma, Ils interviendront pour présenter leurs films et échanger avec le public directement dans la salle ou lors de master-class spécifiques.

    Vous pourrez aussi vous amuser avec les joutes cinématographiques nationales ou encore assister à des concerts, master class. Bref, ne manquez pas ce bel évènement!

    Voici ce beau programme, l’occasion de revoir des classiques ou de découvrir de nouveaux films que l’œil aiguisé de Gaël Labanti aura débusqué.

    En bonus, à la fin de cet article, après le programme, mes critiques des excellents « Mr. Turner »  et « Le temps de l’aventure » projetés dans le cadre du festival.

    LA VUE / LE TOUCHER

    « Plein les yeux » 

    shelter.jpg

    Une sélection de films visuellement impressionnants. Rencontres avec des directeurs de la photo, chefs décorateur, monteurs, costumiers, responsables des effets spéciaux, restaurateurs, etc. Projections de films en 3D 

    BLIND / Norvège OF HORSES AND MEN / Islande 3000 NUITS / Palestine (avant-première) TAKE SHELTER / États-Unis JE ME TUE À LE DIRE / Belgique  THE NEON DEMON / États-Unis / Danemark  + BLANCANIEVES / Espagne (en amont du Festival) 

    L’OUIE

    « L’oreille est hardie »

    alabama.jpg

     Une sélection de films avec une dimension sonore et /ou musicale remarquable. Rencontres avec des ingénieurs du son, bruiteurs, compositeurs de musiques, etc. Programmation d'un ciné-concert 

    NO LAND’S SONG / Iran THE BLUES BROTHERS (copie restaurée) / États-Unis MAX ET LENNY / France MERCENAIRE / France GIMME DANGER / États-Unis (avant-première) ALABAMA MONROE / Belgique FRANK / Irlande BLUE VELVET / États-Unis 

    L'ODORAT / LE GOÛT

    « À s’en lécher les bobines » 

    anglee.jpg

    Une sélection de films qui mettent « l'eau à la bouche ». Rencontres avec des chefs cuisiniers. Séances « projection / dégustation » Séances expérimentales en odorama 

    ENTRE LES BRAS / France VENDANGES / France TAMPOPO (copie restaurée) / Japon SUCRÉ SALÉ (copie restaurée) / Taiwan

    SÉANCE QUINTESSENCE (en ouverture)

    delicatessen.jpg

     

     Projection d'un film qui arrive à combiner harmonieusement toutes ces facettes. 

    DELICATESSEN / France précédé du court-métrage UNE VIE ORDINAIRE de Sonia Rolland 

    SECTION « ADOLÉ-SENS » 

    cabret.jpg

    HUGO CABRET (version 3D) / États-Unis LES SAPHIRS / Australie DANCING IN JAFFA / Israël LE GARÇON INVISIBLE / Italie LE GARÇON ET LE MONDE / Brésil MA VIE DE COURGETTE / France (avant-première) 

    LE SIXIÈME SENS 

    COMPÉTITION AVEC JURY

    Une sélection de films inédits dont on pressent un succès possible. Attribution d'un Prix du public 

    QUAND JE NE DORS PAS / France REKORDER (inédit en France) / Philippines TAPIS ROUGE (inédit en France) / Suisse PIKADERO (inédit en France) / Espagne WEDDING DOLL (inédit en France) / Israël 

    SENS INTERDIT 

    GRAVE / France (avant-première) 

    LE SENS CACHÉ 

    taylor.png

    Projection et analyse d'un film du patrimoine par un critique  en partenariat avec Marcynéma

    CLÉÔPATRE (copie restaurée) / États-Unis

    UN FILM CARTE BLANCHE À L’EMBOBINÉ 

    MR TURNER / Royaume Uni

    CÉLÉBRATION DES 40 ANS DES FICHES DE MONSIEUR CINÉMA 

    Films possibles selon le choix de Jérôme Bonnell :  LE TEMPS DE L’AVENTURE ou À TROIS ON Y VA  L’INVITATION (avant-première / à confirmer) 

    SÉANCE DES MEMBRES DU JURY 

    LE CHANT DU MERLE (France + 2 COURTS-MÉTRAGES : MATCH de Fanny Sidney et MON AMOUREUX de Daniel Metge 

    Autres événements hors Cinémarivaux

    EXPOSITION D’AFFICHES  à La Station des Sens SUR L’ÂGE D’OR DU PEPLUM (en partenariat avec Marcynéma)

    MASTER CLASS / salle de conférence Hôtel Mercure Autour des métiers de l’image (vendredi 7) Autour des métiers du son (samedi 8)

    AU CRESCENT / VENDREDI 7 OCTOBRE CINÉ-CONCERT ARFI LES RAISINS DE LA DÉRAISON précédé du court-métrage AU PAYS DE LAMARTINE (partenariat CINÉ MÉMOIRE)

    A LA MAISON DES VINSDE MACON, le samedi 7 octobre  Joutes cinématographiques ,de 9h à 12h et de 14h30 à 18 h

    À LA CAVE À MUSIQUE / SAMEDI 8 OCTOBRE CONCERT DU GROUPE MAZALDA (en lien avec la projection du film NO LAND’S SONG)

    À LA MÉDIATHÈQUE DE MÂCON / MARDI 4 OCTOBRE CONFÉRENCE AGORA SUR LA THÉMATIQUE « CUISINE ET CINÉMA »

    AU THÉÂTRE - SCÈNE NATIONALE / MERCREDI 5 OCTOBRE ATELIER AUTOUR DU BRUITAGE SPECTACLE « BLANCHE NEIGE ET LA CHUTE DU MUR DE BERLIN » À LA MÉDIATHÈQUE DE MÂCON Ouverture documentaire sur la thématique des sens / tables de présentation + bibliothèque éphémère sur place (hall du cinéma ou lieu de convivialité)

    SÉANCES DÉCENTRALISÉES EN AVAL DU FESTIVAL  À TOURNUS ET À MATOUR

    Invités:

    SONIA ROLLAND / comédienne, réalisatrice (sous réserve) MARC CARO / réalisateur JEAN-PIERRE JEUNET / réalisateur (sous réserve) DARIUS KHONDJI / directeur photo ALINE BONETTO / accessoiriste (sous réserve) JEAN-CLAUDE DREYFUS / comédien DOMINIQUE PINON / comédien (sous réserve) GILLES PORTE / directeur photo SAMUEL LAHU / directeur photo FRED NICOLAS / réalisateur LUC MEILLAND / ingénieur son et compositeur SACHA WOLFF / réalisateur (sous réserve) ANNE GRANGE / productrice PAUL LACOSTE / réalisateur XAVIER SERON / réalisateur ADÉLAÏDE LEROUX / comédienne et membre du jury FANNY SIDNEY / comédienne et membre du jury SALOMÉ STÉVENIN / comédienne et membre du jury JÉRÔME BONNELL / réalisateur CÉDRIC KLAPISCH / réalisateur (sous réserve) FABRICE SOMMIER / sommelier JEAN-MICHEL CARRETTE / cuisinier PATRICK PRÉJEAN / comédien MICHAËL COHEN / réalisateur (sous réserve) FRÉDÉRIC BAILLIF / réalisateur (sous réserve) TOMMY WEBER / réalisateur JULIA DUCOURNAU / réalisatrice (sous réserve) NORBERT TARAYRE / chef cuisinier / séance décentralisée à Tournus (sous réserve) CLAIRE DIXSAUT / universitaire, écrivain, bloggeuse

    Pour en savoir plus, retrouvez le festival sur sa page Facebook, ici, et bientôt son site internet: www.festivaleffervescence.fr.

    Critique  - LE TEMPS DE L'AVENTURE de Jérôme Bonnell

    "Le temps de l'aventure" est le 5ème long métrage réalisé par Jérôme Bonnell, six ans après sa belle peinture des âmes, son exquise esquisse de la solitude, « J’attends quelqu’un », qui m’avait fait si forte impression (dans lequel jouait d’ailleurs déjà Emmanuelle Devos), un film sur les savoureuses palpitations de l’attente, le bonheur du possible plutôt que celui de la certitude. La possibilité du bonheur, aussi : ce pourrait être d’ailleurs le titre de ce « Temps de l’aventure ».

    Cela commence à Calais, avant l’entrée sur une scène de théâtre d’Alix, comédienne, (Emmanuelle Devos), qui joue une pièce d’Ibsen. Quelques minutes, palpitantes et angoissantes, à retenir son souffle, avant de se jeter dans l’arène. Avant de mettre le masque. Avant de devenir quelqu’un d’autre. Avant le temps de l’aventure. C’est finalement la métaphore de ce qu’elle sera et vivra le reste du film. Elle prend ensuite un train en direction de Paris. Dans le train, elle échange de furtifs regards avec un homme triste, un Anglais (Gabriel Byrne). A cet instant, il est juste un homme triste. Alix se rend ensuite à une audition (un des deux magistraux plans-séquences du film). Une véritable mise à nu. Puis elle remet le masque du jeu, décide s’en trop savoir pourquoi, aimantée, de retrouver « l’homme du train » dont elle a entendu par hasard la destination, et de jouer, d’oser, de se lancer dans l’aventure, de laisser libre cours à ses désirs…

    Jérôme Bonnell a réussi à retranscrire ce qu’il y a sans doute de plus beau et de plus fragile dans l’existence : ces moments rares et fugaces où n’existe que le temps présent. Le bonheur en somme qui, parfois, surgit aux moments les plus inattendus ou terribles, et en est alors que plus précieux et exalté. Il dresse un magnifique portrait de deux êtres dans une situation de fragilité, « lost in translation », de ces situations qui conduisent aux belles et redoutables audaces, où le passé et l’avenir cèdent devant la force du présent.

    Alix est presque une étrangère dans sa propre ville, perdue et libre à la fois, une actrice dont Paris est alors la nouvelle scène de théâtre, une scène qui la conduira à jouer mais aussi à tomber progressivement le masque. C’est palpitant comme un thriller. Notre souffle est suspendu à leurs regards, à leurs silences, à leurs pas qui peut-être ne se recroiseront plus.

    C’est une belle journée d’été, un soir de fête de la musique et ils sont là et nulle part au milieu de cette frénésie et ce tourbillon. Le temps court mais pour eux il semble s’être arrêté. Le film est d’ailleurs aussi une très belle variation sur le temps, en plus de l’être sur le mensonge et la vérité, et le bonheur. Ce sont effet les « 24 heures de la vie d’une femme » coupée de tout ce qui nous relie habituellement à la réalité ou un semblant de réalité : téléphone, carte bleue et qui, peut-être, nous éloigne de l’essentiel. Ne plus pouvoir utiliser l’un et l’autre l’ancre encore plus dans le temps présent.

    Ce film est plein de fragilité, de sensibilité, à fleur de peau, plein de délicatesse, aussi lumineux et solaire que son actrice principale qui irradie littéralement et dont la caméra de Jérôme Bonnell est amoureuse. Elle arrive à nous faire croire à cette rencontre qui aurait pu être improbable et à la magie éblouissante de l’instant présent (aidée par la qualité de l’écriture, aussi). Face à elle, Gabriel Byrne impose sa belle présence, emmuré dans le silence, parfois peut-être un peu trop mutique mais cela contribue aussi à son charme mystérieux. De leurs faces-à-faces exhale une émotion incandescente.

    Ajoutez à cela une scène aussi hilarante et burlesque que terrible et douloureuse avec la sœur d’Alix et vous obtiendrez un petit bijou non formaté quand le cinéma nous donne de moins en moins d’histoires d’amour ou d’histoires d’amour qui ne soient pas mièvres ou caricaturales et quand le cinéma tend de plus en plus, à mon grand désarroi, à rentrer dans des schémas et quand les médias (les dits traditionnels et les autres d’ailleurs), semblent se contenter d’évoquer ces films-là. Non, il n’y a pas que les profs, gamins et autres amours et turbulences aux titres aussi originaux et subtils que leurs contenus.

    Un film sur une passion éphémère (ou peut-être pas…) porté par une actrice étincelante et qui nous prouve que le bonheur peut parfois être un présent, un film qui laisse un goût d’éternité et nous donne envie d’arrêter le temps ou en tout cas de croire que le temps parfois peut s’arrêter, même quand, ou a fortiori quand, la réalité est douloureuse et implacable. « Le temps de l’aventure » est un hymne subtile et délicat au présent, au jeu aussi, à la vie qui peut en être un aussi. Un film d’une mélancolie solaire, une belle réflexion sur le bonheur et la vérité, avec un air truffaldien (plane d’ailleurs l’ombre d’un certain Antoine) qui m’a emportée et m’a accompagnée longtemps après le générique de fin avec le goût persistant de cette parenthèse enchantée, de tristesse et d’espoir mêlés. Finalement une sorte de mise en abyme ou de métaphore du cinéma, et de sa magie : l’espace de quelques minutes, nous faire croire au vol du temps suspendu. Et au spectateur de décider s’il veut y croire, si cela modifiera le cours de l’existence (la sienne et celle des personnages) ou non…

    Critique de MR. TURNER de Mike Leigh

    Mr. Turner, cinéma, canal plus, film, télévision, critique, Mike Leigh, Timothy Spall, Marion Bailey, Festival de Cannes, Festival du Cinéma et Musique de Film de La Baule, festival

    Dans ce nouveau film de Mike Leigh, Timothy Spall interprète le peintre Turner. Sans doute certains trouveront-ils qu’il cabotine ou que son jeu est maniéré, sans doute des intimes du peintre Turner qui savent mieux que quiconque qu’il ne se comportait pas ainsi, lequel, rappelons-le, est décédé en 1851. Simplement Timothy Spall a-t-il décidé d’esquisser, de composer un personnage tout comme, pour esquisser le portrait de Turner, Mike Leigh a dessiné une suite de saynètes/toiles d’une beauté renversante, éblouissante, captivante malgré la longueur du film, recourant à une lenteur finalement judicieuse pour nous  faire apprécier cet artiste comme un tableau qui n’offre pas d’emblée toutes ses richesses au regard mais se dévoile peu à peu, à l’image de cet éléphant à peine visible au premier regard sur cette toile de Turner.

    Le film et le personnage se construisent de paradoxes : entre l’extrême sensibilité que cet homme met dans son art et la rudesse de ses manières, entre les tourments qu’il exprime dans ses toiles et ceux qu’il ne parvient pas à exprimer autrement, réussissant à peindre les tempêtes qui s’agitent sur les océans et dans son crane mais jamais à les expliciter.

    Mike Leigh s’est concentré sur les dernières années de l’existence du peintre britannique qui fut un artiste reconnu, membre apprécié quoique dissipé de la Royal Academy of Arts,  vivant entouré de son père (qui fut aussi son assistant), et de sa dévouée (c’est un euphémisme) gouvernante (fantastique Dorothy Atkinson). Un tableau d’autant plus intéressant que, au-delà de sa saisissante beauté picturale, le parallèle est évident entre l’artiste peintre et l’artiste cinéaste, en particulier lorsque celui-ci subit les sarcasmes de l’establishment. Toute relation avec la réalité serait évidemment purement fortuite.

    Mike Leigh nous éclaire sur le travail de Turner tout en ne cherchant pas à rendre sympathique cet homme sombre et parfois même repoussant et glacial ou en tout cas incapable de s’exprimer autrement qu’au travers de ses toiles ou par des borborygmes « inhumains ». Ce film nous laisse avec le souvenir de peintures et de plans qui se confondent, en tout cas d’une beauté à couper le souffle, et le souvenir  de ce premier plan étincelant avec ce soleil prometteur, ce moulin, ces deux paysannes qui marchent  en parlant flamand tandis que seul et/ou isolé (Turner fait lui-même la distinction entre la solitude et l’isolement, sans doute ressent-il la première sans être victime du second), en marge de la toile/de l’écran, le peintre s’adonne à son art, comme un miroir de celui qui le portraiture pour le cinéma (des « Ménines » de Velasquez version 21ème siècle, finalement).

    Un film et un personnages à la fois âpres, rudes et sublimes d’une belle exigence dans les nuances des âmes autant que dans celles des teintes et des peintures.

  • Découvrez La Box Fait Son Cinéma de juillet

    box2.png

    box 3.png

    box4.png

    Rappelez-vous: il y a quelques semaines, je vous présentais "La Box Fait Son Cinéma", la toute 1ère box surprise sur abonnement dédiée à l’univers des plus grands films. Une mine d'or pour cinéphiles! Et un plaisir enfantin que de découvrir les surprises que recèlent la boîte.

    Je vous en rappelle le principe, très simple : les abonnés reçoivent chaque mois à domicile une box surprise composée d’un film qu’il faut avoir vu au moins une fois dans sa vie (format DVD ou Bluray au choix lors de l’inscription) et de produits soigneusement sélectionnés en lien avec le film et/ou sa thématique ainsi qu’un vrai kit clé en main pour plonger dans l’atmosphère du film et organiser son propre ciné club à la maison.

    Cet abonnement mensuel automatiquement renouvelable est au tarif de 17,90€ + 4€ de frais d’envoi.  Mais il est bien sûr sans engagement, les clients peuvent se désabonner à tout moment sur un simple clic dans leur compte client.

    J'ai eu le plaisir de recevoir la box de juillet, encore une fois très réussie, une véritable immersion dans l'univers du film à l'honneur dont je vous laisse découvrir l'affiche ci-dessous.

    american.jpg

    En plus de ce premier  film du talentueux Sam Mendes (retrouvez ici mes critiques de ses autres films notamment le chef-d'œuvre "Les Noces rebelles", mais aussi "Away we go", "Skyfall", "Spectre"), cette box contient ainsi notamment un mini objectif à fixer sur votre smartphone, un sachet de délicieux Pop-Corn artisanaux de la maison Joe & Seph's Gourmet Popcorn à la fraise et à la crème, 100 pétales de rose et un petit livret qui est une véritable mine d'informations ludique et instructive sur le film. J'attends d'ores et déjà avec impatience celle d'août.

    J'avais eu le plaisir le mois précédent de recevoir la Box "Nouvelle Vague" pour me plonger dans l'univers d' A bout de souffle, le film le plus représentatif de la Nouvelle Vague.

    La Box fait son cinéma, Nouvelle Vague, partenariat, Godard, A bout de souffle, cinéma, In the mood for cinema, partenariat, mode, Jean Seberg, Jean-Paul Belmondo

    Chaque boîte contient en effet un livret explicatif aussi instructif que ludique qui fourmille d'anecdotes passionnantes sur le film ou l'époque de celui-ci, des questions, des informations sur les lieux de tournage, des liens qui vous permettent de vous plonger dans l'univers musical du film etc. Bref, rien que pour le livret, cela vaudrait déjà la peine de s'abonner! A ce livret  que vous trouverez dans chaque box, dans la box "Nouvelle Vague" vient s'ajouter le DVD du film "A bout de souffle", La Petite anthologie des Cahiers du cinéma sur la Nouvelle vague (une passionnante mine d'informations sur les films de la Nouvelle Vague), un petit carnet La Box fait son cinéma qui ne me quitte déjà plus (idéal pour griffonner les idées pour mon prochain roman, des bribes de critiques de films ou tout ce que vous voudrez), le célèbre et indémodable T-shirt porté par Jean Seberg dans "A bout de souffle" et même un sachet de popcorn!

    la box fait son cinéma,nouvelle vague,partenariat,godard,a bout de souffle,cinéma,in the mood for cinema,mode,jean seberg,jean-paul belmondo

    La Box fait son cinéma, Nouvelle Vague, partenariat, Godard, A bout de souffle, cinéma, In the mood for cinema, partenariat, mode, Jean Seberg, Jean-Paul Belmondo

    Et si vous voulez vous aussi en profiter et vous plonger dans l'univers des précédentes box, sachez que vous pouvez encore les commander sur le site de la Box Fait Son Cinéma.

    la box fait son cinéma,nouvelle vague,partenariat,godard,a bout de souffle,cinéma,in the mood for cinema,mode,jean seberg,jean-paul belmondo,herald tribune

    Alors? Vous voulez la commander? Cliquez sur ce lien ou sur l'affiche de "La Box fait son cinéma" dans la colonne de droite de ce blog ou sur l'une des photos de cet article. Dans quelques jours, je vous présenterai la Box suivante. Je suis déjà impatiente de découvrir quelles surprises elle me réserve.

  • Partenariat - Présentation de La Box Fait Son Cinéma: LA Box surprise pour les cinéphiles!

    box2.png

    box 3.png

    box4.png

    Chaque mois désormais, je vous parlerai de "La Box fait son cinéma" qui j'aurai la chance de recevoir et que je suis particulièrement ravie de vous présenter. Il s'agit ainsi de la toute 1ère box surprise sur abonnement dédiée à l’univers des plus grands films. Une mine d'or pour cinéphiles! Et un plaisir enfantin que de découvrir les surprises que recèlent la boîte.

    Le principe est simple : les abonnés reçoivent chaque mois à domicile une box surprise composée d’un film qu’il faut avoir vu au moins une fois dans sa vie (format DVD ou Bluray au choix lors de l’inscription) et de produits soigneusement sélectionnés en lien avec le film et/ou sa thématique ainsi qu’un vrai kit clé en main pour plonger dans l’atmosphère du film et organiser son propre ciné club à la maison.

    Cet abonnement mensuel automatiquement renouvelable est au tarif de 17,90€ + 4€ de frais d’envoi.  Mais il est bien sûr sans engagement, les clients peuvent se désabonner à tout moment sur un simple clic dans leur compte client.

    J'ai eu le plaisir ce matin de recevoir la Box "Nouvelle Vague" pour me plonger dans l'univers d' A bout de souffle, le film le plus représentatif de la Nouvelle Vague.

    La Box fait son cinéma, Nouvelle Vague, partenariat, Godard, A bout de souffle, cinéma, In the mood for cinema, partenariat, mode, Jean Seberg, Jean-Paul Belmondo

    Chaque boîte contient un livret explicatif aussi instructif que ludique qui fourmille d'anecdotes passionnantes sur le film ou l'époque de celui-ci, des questions, des informations sur les lieux de tournage, des liens qui vous permettent de vous plonger dans l'univers musical du film etc. Bref, rien que pour le livret, cela vaudrait déjà la peine de s'abonner! A ce livret  que vous trouverez dans chaque box, dans la box "Nouvelle Vague" vient s'ajouter le DVD du film "A bout de souffle", La Petite anthologie des Cahiers du cinéma sur la Nouvelle vague (une passionnante mine d'informations sur les films de la Nouvelle Vague), un petit carnet La Box fait son cinéma qui ne me quitte déjà plus (idéal pour griffonner les idées pour mon prochain roman, des bribes de critiques de films ou tout ce que vous voudrez), le célèbre et indémodable T-shirt porté par Jean Seberg dans "A bout de souffle" et même un sachet de popcorn!

    la box fait son cinéma,nouvelle vague,partenariat,godard,a bout de souffle,cinéma,in the mood for cinema,mode,jean seberg,jean-paul belmondo

    La Box fait son cinéma, Nouvelle Vague, partenariat, Godard, A bout de souffle, cinéma, In the mood for cinema, partenariat, mode, Jean Seberg, Jean-Paul Belmondo

    Et si vous voulez vous aussi en profiter et vous plonger dans l'univers du premier film de Jean-Luc Godard, sachez que la Box Nouvelle Vague est en solde jusqu'au 2/08 à 17,90€ au lieu de 24,90€ en vente à l'unité sans abonnement, donc une belle affaire à saisir !

    la box fait son cinéma,nouvelle vague,partenariat,godard,a bout de souffle,cinéma,in the mood for cinema,mode,jean seberg,jean-paul belmondo,herald tribune

    Alors? Vous voulez la commander? Cliquez sur ce lien ou sur l'affiche de "La Box fait son cinéma" dans la colonne de droite ou sur l'une des photos de cet article. Dans quelques jours, je vous présenterai la Box suivante. Je suis déjà impatiente de découvrir quelles surprises elle me réserve.

     

  • Suivez-moi aussi sur Instagram: @sandra_meziere

    laval119.jpg

    laval120.jpg

    Deauville700.jpg

    deauville701.jpg

    Deauville702.jpg

    Alors que certains sont déjà passés depuis longtemps à Snapchat (qui, je l'avoue, ne m'intéresse absolument pas), je commence vraiment à me prendre au jeu d'Instagram. Si au départ je publiais avec parcimonie, c'est aujourd'hui devenu un réflexe quotidien et un vrai plaisir que d'essayer de sublimer les photos.

    Vous y trouverez surtout des photos de festivals de cinéma, de villes comme Laval, Deauville, Paris, La Baule etc, des restaurants, des hôtels, et parfois des informations comme des affiches de festivals ou de films.

    Je vous invite donc à me suivre sur Instagram (@sandra_meziere ou http://instagram.com/sandra_meziere) où vous êtes pour l'instant beaucoup moins nombreux à me suivre que sur twitter...alors je vous y attends!

    Retrouvez quelques photos récentes extraites de mon compte Instagram ci-dessus.

    instagram.png

  • Claude Lelouch, président du jury du Festival du Film Britannique de Dinard 2016

    Dinard, cinéma, festival, festivals, Festival du Film Britannique, Festival du Film Britannique de Dinard 20916, Bretagne, Grande-Bretagne, In the mood for cinema

    Dinard, cinéma, festival, festivals, Festival du Film Britannique, Festival du Film Britannique de Dinard 20916, Bretagne, Grande-Bretagne, In the mood for cinema

    Dinard, cinéma, festival, festivals, Festival du Film Britannique, Festival du Film Britannique de Dinard 20916, Bretagne, Grande-Bretagne, In the mood for cinema

    Dinard, cinéma, festival, festivals, Festival du Film Britannique, Festival du Film Britannique de Dinard 20916, Bretagne, Grande-Bretagne, In the mood for cinema

    Alors que le Festival du Film de Cabourg vient de célébrer les 50 ans de son chef-d'œuvre Un homme et une femme, alors que le Festival de Cannes a cette année fêté les 50 ans de sa palme d'or, Claude Lelouch sera aussi à l'honneur au Festival du Film Britannique de Dinard 2016 puisqu'il en présidera le jury.

    Cette 28ème édition aura lieu du 28 septembre au 2 octobre 2016. En attendant de me retrouver en direct du festival, vous pouvez lire mon compte rendu de l'édition 2015, ici et ma critique du dernier film de Claude Lelouch, l'excellent UN + UNE.

    Pour en savoir plus sur le festival, rendez-vous sur son site officiel, ici.

  • Champs-Elysées Film Festival 2016 : programme de la 5ème édition

    champs7.jpg

    C’est un bel évènement qui, cette année, célèbrera déjà sa 5ème édition et qui, en 5 ans, a réussi à s’imposer comme un festival incontournable pour les Parisiens amoureux du cinéma. Il aura lieu cette année du 7 au 14 juin, toujours sur la « plus belle avenue du monde », écrin en or pour ce beau festival qui s’adresse autant aux cinéphiles éclairés qu’aux simples amateurs de cinéma. Retrouvez mes articles sur l’édition 2013 et mes articles sur  l’édition 2014 pour en avoir une petite idée.

    Le Champs-Élysées Film Festival a été créé par l’enthousiaste productrice, distributrice et exploitante Sophie Dulac. dans toutes les salles de cinéma des Champs-Elysées.

    L’ambition affirmée de cette édition est de proposer au public le meilleur du cinéma français et américain, à travers une véritable expérience de festival : films, rencontres et masterclass, mais aussi événements et soirées spéciales seront entièrement dédiés aux festivaliers.

    Sous la présidence de Nicole Garcia, Présidente française du Festival, ainsi que du Président américain dont le nom sera révélé courant mai, cette année voit la naissance d’un jury composé de cinq membres incarnant le cinéma français d’aujourd’hui et de demain : Déborah François, Félix Moati, Sophie Letourneur, Vincent Rottiers et Zita Hanrot. Ce jury sera chargé de remettre le Prix du Jury du Film Américain Indépendant.

    De nombreux invités viendront à la rencontre du public:

    - la réalisatrice Mia Hansen-Løve, Invité d’Honneur française,

    - le réalisateur et scénariste Abel Ferrara, Invité d’Honneur américain,

    - l’acteur et réalisateur Brady Corbet, Invité Indépendant américain,

    - le réalisateur Andrew Davis (Le Fugitif), Invité d’Honneur de la section Chicago.

    Au programme de cette édition :

    • Une compétition de huit longs métrages américains indépendants inédits, récompensés par le Prix du Jury parrainé par Variety et le Prix du Public parrainé parTitraFilm.

    • Une compétition de plus de 20 courts métrages français et américains, récompensés par le Prix du Public du Court Métrage français et le Prix du Public du Court Métrage Américain.

    • Des avant-premières françaises et américaines en présence des équipes des films.

    • Quatre masterclass avec Nicole Garcia, Abel Ferrara, Mia Hansen-Løve et Brady Corbet.

    • La mise à l’honneur de la ville de Chicago à l’occasion du vingtième anniversaire du pacte d’amitié entre Paris et Chicago, à travers trois thématiques : Atmosphères Urbaines, une Carte blanche au Festival International du Film de Chicago et la Nuit Philip K. Dick. La section a pour invité d’honneur Andrew Davis.

    • La section Imaginaires Américains, qui s’intéresse cette année à la représentation de la politique dans le cinéma américain, avec comme sous-titre « Politics Behind The Myth ».

    • Les (Re)découvertes, des chefs-d’œuvre de répertoire en version restaurée. Le «Label Étudiant» sera attribué à l’un des films par un jury d’étudiants franco-américain.

    • Mon Petit Ciné-club, pour les enfants avec de nombreuses surprises animées par Enfances au cinéma !

    • Industry Days, les journées professionnelles du 8 au 10 juin avec la 5ème édition des US in Progress, la 3ème édition de Paris Coproduction Village et une table ronde autour de la réalité virtuelle.

    • Et une nouvelle section : The Experience is Present / Nouveaux langages visuels, en partenariat avec Les Jeudis Arty.

    Sans oublier de grandes soirées événement :

    • La soirée On s’en foot, clin d’œil amusé à l’Euro 2016, le 8 juin.

    • L’Inconnu du CinéClub par Télérama le 8 juin.

    • La soirée Chicago – Karaoké le 9 juin.

    • L’ après-midi table ronde Courrier International + Jazz au Mona Bismarck American Center le 12 juin.

    • La soirée Politics Behind the Myth avec un grand quiz organisé par Sens Critique le 12 juin.

    Informations pratiques : Le festival propose une politique tarifaire exclusive et très avantageuse, avec un tarif unique de 6 euros par séance et 10 euros pour les avant-premières et master class. Les pass sont toujours disponibles et offrent de nombreux avantages à leurs détenteurs. Pass moins de 26 ans : 35 € / Pass Premium : 50 € Vente des pass sur le site du festival et sur Fnac.com dès aujourd’hui et dès le 7 juin dans le Wifi Café Orange chez Publicis.

    Au total, plus de 80 films et près de 100 séances auront lieu dans l’intégralité des salles de l’avenue des Champs-Élysées : le Balzac, le Gaumont Champs-Élysées, le Lincoln, le Publicis Cinémas et l’UGC George V.