Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

exposition

  • L'affiche de l'exposition Tati censurée ou l'absurdité à son paroxysme...

    tati234.jpg
    Tati1.jpg

    Je vous parlais il y a quelques jours de la passionnante exposition consacrée à Tati à la Cinémathèque Française (Cliquez ici pour lire mon article), une exposition qui fait aussi parler d'elle pour une raison d'une absurdité toute tatiesque que ce dernier aurait certainement tournée en dérision tant elle est grotesque, voire consternante.

    Sur l'affiche de la rétrospective et de l'exposition, le cinéaste arbore son indissociable pipe mais sur l'affiche diffusée dans le métro et les bus, la pipe a disparu, remplacée par... un moulin à vent ! C'est Métrobus, la régie publicitaire de la RATP, qui a pris cette décision : estimant que  " l’affiche était contraire à la loi" (en réalité la loi Evin, lequel Evin vient justement de juger cette décision ridicule). Si cette loi me semble particulièrement juste et nécessaire, son application en l'espèce me laisse pantoise! Va-t-il bientôt falloir supprimer toutes les scènes de films dans lesquelles des acteurs fument ou boivent? C'est d'autant plus ridicule que cette représentation est celle de M.Hulot et non vraiment de Tati lui-même. C'est donc ici un personnage. Cette suppression semble sous-entendre que nous ne saurions faire la distinction entre la fiction et la réalité ou entre une campagne publicitaire prônant le tabagisme et un objet métonymique donc indissociable d'un personnage de fiction, et donc un symbole artistique, tout comme le célèbre tableau de Magritte, "La trahison des images", dont on se demande bien quel sort pourrait lui être réservé!

     La Cinémathèque Française a parlé d'une mesure "absurde et risible"... d'autant que M.Hulot, le héros de Jacques Tati, n'allume jamais sa pipe dans aucun de ses films ! 

    J'en profite pour vous signaler qu'en plus de l'exposition et la rétrospective à la Cinémathèque, le Centre d'Art contemporain le 104 propose de visiter une reconstitution grandeur nature de la Villa Arpel, celle qui a servi de décor au film "Mon Oncle".

    angeset2.jpg

    Ron Howard vient lui aussi d'être victime de cette censure absurde, Métrobus ayant refusé d'afficher cette publicité pour le film "Anges et Démons" de Ron Howard, au motif qu'elle comporte l'interrogation "Que nous cache le Vatican ?" se rapportant au film et Métrobus se réfugiant derrière son droit de réserve en invoquant "Nous sommes tenus à une neutralité et il nous est interdit de faire quelque communication à caractère politique que ce soit". Sans commentaires...

    Sandra.M