Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

salon du cinéma

  • Le Salon du cinéma 2010 n'aura pas lieu

    salon du cinéma.jpgNous venons de l'apprendre: la 4ème édition du Salon du cinéma qui se tenait chaque année à Paris, en début d'année, n'aura pas lieu en 2010 et n'aura d'ailleurs probablement plus lieu, sous cette forme en tout cas, en raison de la complexité de son financement selon les dires des organisateurs.

    L'édition 2009 (dont inthemoodforcinema était partenaire, cliquez ici pour lire mes articles concernant cette édition) avait déjà été très compliquée à financer. La manifestation avait pourtant attiré 80000 spectateurs l'an passé.

    Les organisateurs stigmatisent ainsi les pouvoirs publics qui "montraient davantage d'intérêt pour être présents aux soirées d'inauguration que pour discuter financement". Là n'est peut-être pas non plus la seule raison de cette difficulté de financement...

     salon du cinema 3.jpgIl faut ainsi avouer que le dispositif n'était guère approprié à une telle manifestation qui ressemblait davantage à un centre commercial avec une monstrueuse cacophonie (que signalaient la plupart des participants) qu'à une manifestation mettant à l'honneur le cinéma. 

    Alors que Lyon vient de créer son festival, Paris, capitale mondiale du 7ème art, ne possède toujours pas de manifestation cinématographique d'envergure capable de se différencier du Festival de Cannes sans se retrouver dans son ombre. Là est sans doute la difficulté... mais l'Italie a bien réussi à créer et à pérenniser le Festival de Rome sans faire de l'ombre à Venise ni, au contraire, subir l'ombre de la Mostra . Alors...pourquoi pas nous?

    salon du cinema 4.jpg
  • « Slumdog millionaire » de Danny Boyle

    slumdog2.jpg

    Jamal Malik (Dev Patel), 18 ans, orphelin vivant dans les taudis de Mumbai (Bombay), est sur le point de remporter la somme colossale de 20 millions de roupies lors de la version indienne de l'émission Qui veut gagner des millions ? Il n'est plus qu'à une question de la victoire lorsque la police l'arrête, celui-ci étant soupçonné de tricherie, dénoncé par le présentateur du jeu qui le méprise parce que son ascension et ses origines le renvoient aux siennes et surtout parce qu’il lui vole peu à peu la vedette. Devant alors justifier chacune de ses bonnes réponses, Jamal raconte son histoire, chacune des bonnes réponses étant liée à un souvenir, le plus souvent à un drame de son existence : de son enfance errante avec son frère en passant par sa rencontre avec cette petite fille dont il tombera amoureux et qu’il a perdue de vue… Les images de son interrogatoire alternent alors avec celles des flash-backs sur le jeu et sur son enfance…

     « Slumdog millionaire » est l’adaptation britannique du roman indien de Vikas Swarup intitulé « Les Fabuleuses aventures d’un Indien malchanceux qui devient milliardaire. »

     Ce 20 janvier historique et porteur de tant d’espoirs est le jour idéal pour évoquer ce film qui en déborde et nous le transmet avec talent. C’est probablement ce qui explique le succès actuel de ce film (public et critique sans compter les nombreux prix qu’il a reçus comme les prix du meilleurs film, meilleur réalisateur et meilleur second rôle au British Film Award sans compter les Golden Globes dont il est ressorti grand vainqueur en remportant  4 prix : meilleur réalisateur, meilleur film, meilleur scénario, meilleur musique ) : son optimisme forcené et sa morale selon laquelle « tout est écrit » et selon laquelle les évènements les plus désespérés et désespérants de l’existence peuvent trouver une explication, une issue, et même contribuer à la chance et à l’espoir. Dans « Slumdog millionaire » rien n’est inexorable même d’accoler ces deux mots antinomiques (slumdog signifie littéralement chien des taudis).

      Ce film est en effet à l’image de l’oxymore qui lui sert de titre, plein de contrastes et de contradictions, qui, au lieu de nous agacer, nous charment et nous embarquent dans ce conte de fée hommage au cinéma de Bollywood.

     Dany Boyle, qui démontre une nouvelle fois son éclectisme, par une mise en scène, une musique, un montage nerveux, rythmés et même frénétiques transforme ce qui aurait pu être une guimauve  bollywoodienne (et cela, il faut l’avouer, malgré la psychologie parfois simpliste des personnages, les ellipses  et les revirements de situation abracadabrantesques) en une fable moderne et universelle, énergique et poignante, parfois drôle, qui ne nous laisse pas une seconde de répit et fait passer ces deux heures beaucoup trop vite.

     C’est parfois excessivement mélodramatique comme un film bollywoodien (surtout restez pour le générique de fin dans lequel il y est ouvertement rendu hommage) mais cela fonctionne parfaitement grâce au talent de Dany Boyle et à la force d’interprétation de ses jeunes comédiens, et grâce au cadre bouillonnant et coloré de Bombay mais aussi grâce à un scénario trépidant que certains ont trouvé répétitif mais dont la répétition constitue finalement  l’originalité initiale qui fait que nous ne relâchons pas notre attention une seule seconde.

     Et puis en toile de fond, véritable personnage du récit, il y a l’Inde, l’Inde inique et sublime, l’Inde aux couleurs si chatoyantes et photogéniques et l’Inde parfois si morose, l’Inde si colorée et parfois si sombre, l’Inde de tous les désespoirs et de tous les espoirs,  l’Inde intemporelle et l’Inde s’industrialisant à une vitesse phénoménale, les quartiers d’affaires remplaçant  les bidonvilles, l’Inde majestueuse et l’Inde où les enfants sont livrés à eux-mêmes et odieusement exploités : l’Inde, terre de contrastes et de contradictions elle aussi. L’Inde dont Dany Boyle met en lumière la magnificence mais aussi les failles et les injustices révoltantes.

     Dany Boyle exploite de nouveau les thèmes qui lui sont chers : l’argent et l’amour, le parcours de Jamal étant avant tout guidé par son histoire d’amour avec Latika (Freida Pinto) qui le conduit à vivre toutes ces aventures rocambolesques, à surmonter les obstacles, à croire en la chance et à nous convaincre que rien n’est impossible, que « Yes we can ».

     Tant pis pour les aigris que son rythme et son optimisme effrénés, peut-être même sa revigorante naïveté, auront laissé sur le bord de la route. Ce film, malgré ses défauts qui en font finalement aussi les qualités, m’a émue, emmenée dans un voyage époustouflant, touchant, drôle, universel et porteur d’un espoir communicatif et rien que cela, déjà, vaut vraiment le voyage. Un voyage, dont, je vous le promets, vous ressortirez émus et joyeux, en croyant que même deux réalités ou deux mots a priori inconciliables, comme Slumdog et millionaire, peuvent s’assembler.

    2009_0115salon20090014.JPG Dans l’article ci-dessous, retrouvez la bande-annonce du film et, en bonus, cliquez ici pour voir Amitabh Bachchan, une des réponses au questionnaire de Jamal, véritable Dieu vivant du cinéma Indien (vous allez le voir et l’entendre, c’est impressionnant…) , que j’ai pu filmer lors de l’inauguration du Salon du Cinéma, jeudi dernier, lequel Salon rendait hommage au cinéma indien. Sur ce même article vous trouverez également un extrait de danses bollywoodiennes…

     Sandra.M 

     

     

    Photo ci-dessus: Amitabh Bachchan et Jean-Pierre Jeunet au Salon du cinéma 2009,  inthemoodforcinema.com

  • Salon du cinéma 2009 : compte rendu du samedi 17 janvier 2009

    IMPRESSION  GLOBALE 

    salon du cinema 2.jpgAprès avoir passé ce samedi au Salon du cinéma, je vous en livre un compte rendu à l’image de ce que je reprocherais à ce Salon (même si je sais le dynamisme, la bonne volonté, la passion et l’ambition de l’équipe organisatrice) : une sorte de zapping cinématographique (d’où mon récit un peu haché, n’ayant parfois assisté qu’à quelques minutes de certaines interventions, ce que je déplore mais tout se chevauchant, je ne pouvais faire autrement…) particulièrement agité et bruyant dont on a parfois l’impression qu’il se tient dans une foire, dans un aéroport ou dans un supermarché. Vous verrez dans les vidéos ci-dessous la manière dont réagissent les différents invités, avec humour ou agacement, et vous jugerez  par vous-même de la cacophonie ambiante et du caractère sonore particulièrement démonstratif de certains spectateurs. Il semblerait que la Grande Halle de la Villette ne se prête pas beaucoup mieux que le Parc des Expositions à ce genre d’évènements (même si la salle Boris Vian, véritable salle de cinéma, entièrement fermée et donc ne pâtissant pas des bruits ambiants) constitue un plus indéniable par rapport au parc des expositions où toutes les animations se déroulaient dans un espace ouvert. Pourquoi ne pas organiser ce Salon en été et en plein air ? Au jardin du Luxembourg ? Au parc des Tuileries ? Ou alors dans un lieu prestigieux comme le Carroussel du Louvre ? Avec l’aide de la municipalité, ce n’est peut-être pas impossible…

    2009_0117salon200940012.JPG Certains partenaires présents l’an passé et absents cette année manquaient également cruellement au Salon notamment Carte Noire dont les rencontres autour de l’écriture étaient particulièrement instructives.

    L’initiative de ce Salon reste louable : faire partager au plus grand nombre des expériences de professionnels du cinéma et leur passion, initier les enfants aux métiers du cinéma, les immerger dans le septième art l’espace d’une journée, susciter des vocations. Certaines rencontres étaient d’ailleurs passionnantes, notamment celle autour du cinéma engagé avec Costa-Gavras, Guédiguian, Radu Maihaileanu. D’autres interventions ont été également remarquables par la franchise des intervenants qui contrastent avec certaines interventions tellement policées dans le cadre de promotions diverses à la télévision, c’est au moins une réussite (non des moindres) à mettre au crédit du salon de même que l'éclectisme de ces rencontres.

    Il aurait été bien aussi de mieux indiquer les lieux et surtout de s’excuser auprès du public et de l’avertir lorsque certains invités ne venaient pas. ( Richard Anconia et Antoine Duléry annoncés une seconde encore avant la rencontre ne sont finalement pas venus sans que la moindre explication ne soit donnée au public).

    Lors de ces différentes rencontres, deux idées semblent avoir fait l'unanimité: la frilosité actuelle des financiers (en écho à l'interview de Gérard Depardieu dans le JDD d'aujourd'hui selon qui Bunuel aujourd'hui ne pourrait pas financer ses films) et l'importance démesurée de la promotion dans un "marché" de plus en plus concurrentiel, où l'on incite le spectateur à zapper (tiens, tiens) d'un film à l'autre.

     LA CRIEE AU SCENARIO

     Enfin, avant d’en venir au compte rendu détaillé, je voulais évoquer la criée au scénario dont le principe (et je ne suis pas la seule) m’a quelque peu heurtée. Encore une fois l’initiative des organisateurs est louable (la possibilité de présenter son travail est encore trop rare en France et les univers de la production et du scénario encore trop cloisonnés pour se plaindre d’une intention comme celle-ci) mais à mon avis le dispositif totalement déplorable en dit long sur le manque de considération pour le scénario en France. Déjà j’abandonnerais le nom de « criée ». Même si je n’ai rien contre les poissonniers, le travail me semble sensiblement différent. Ensuite j’ai trouvé absolument honteux qu’un des membres du jury (un journaliste pour ne pas le citer, pourquoi un journaliste dans un jury comme celui-ci d’ailleurs ?) arrive en retard, sans avoir assisté à la présentation de son pitch par le premier candidat (comment a-t-il donc pu juger ?), de surcroît sans le moindre mot d’excuse, au contraire des deux autres membres du jury, et en particulier Isabelle Pasco qui s’est attelée à mettre les candidats à l’aise, à leur poser les bonnes questions. Mais ce qui a été pire que tout et a dû être un enfer pour les candidats, c’est le bruit assourdissant qui non seulement faisait que leurs propos étaient difficilement audibles mais qu’en plus une partie du public présent regardait ailleurs puisque le bruit provenait de démonstrations de cascades. Enfin, le caractère public de cette criée est pour moi une aberration (raison pour laquelle je n’ai pas envoyé ma candidature) ! Pourquoi faire aussi peu de cas des idées des scénaristes de telle sorte que n’importe qui puisse ainsi se les approprier ? Pour ce samedi (un candidat était choisi par jour pour la finale) le jury a choisi de séléctionner un sujet dans l’air du temps plus qu’un véritable pitch, même si je ne nie pas l’intérêt du sujet et la motivation de l’auteur en question pour celui-ci, il me semblait un peu trop vaste et vague par rapport à deux autres projets beaucoup plus précis et porteurs. Un petit coup de projecteur sur l’un d’entre eux dont je pensais d’ailleurs qu’il serait vainqueur intitulé « Myhirandes ». Enfin, le comble de cette criée au scénario a été atteint avec les délibérations : sur l’estrade, devant le public (certes nous n’entendions pas leurs propos, encore heureux) et donc, après ce qui a dû durer au maximum trois minutes, la conclusion suivante et aberrante du président du jury : « le choix a été difficile comme vous avez pu le constater au temps que nous avons mis à délibérer ». Trois minutes : c’est effectivement énorme, pour ce qui représente parfois un travail de plusieurs mois ! Isabelle Pasco a conclu en disant que le métier de scénariste était inhumain mais magnifique, qu’il fallait être aguerri… Sans commentaires.

     VOTRE OPINION

     N’hésitez pas, dans les commentaires de cette note, à me faire part de votre opinion sur ce salon, de réagir à mes propos au sujet de celui-ci, et en particulier sur la criée au scénario si certains d’entre vous y ont assisté et ont également été choqués par le principe. Je ferai suivre aux organisateurs.

     TEMOIGNAGE DE COLLABORATION DE JEAN-PIERRE JEUNET AVEC SES TECHNICIENS (samedi , 10H-11H30, Grand Forum)

    2009_0117salon200940003.JPG

    Jean-Pierre Jeunet a évoqué la difficulté croissante de faire des films en France, soulignant que ce qui compte désormais c’est d’avoir « des gens bons en promo ».

    A une question d’un spectateur qui demandait s’il écrivait en pensant à des comédiens, il a répondu avoir écrit  son prochain film «  Micmacs à tire-larigot » (sortie en salles : le 28 octobre prochain) en pensant à Jamel Debbouze au point d’avoir intégré son handicap dans le scénario, mais que ce n’était pas une généralité puisque pour « Un long dimanche de fiançailles », par exemple, il avait vu une cinquantaine de jeunes comédiens avant de choisir Gaspard Ulliel.

    Poursuivant avec la franchise qui le caractérise, Jean-Pierre Jeunet a également précisé qu’il attend seulement d’un producteur qu’il trouve de l’argent et qu’il ne se mêle pas de l’artistique ajoutant « si les producteurs français étaient doués pour l’artistique, ça se saurait ! ».

     Sa maquilleuse, Nathalie Tissier, a loué son perfectionnisme le citant comme le « n°1 dans son top 10 » des réalisateurs avec lesquels elle aime travailler, au même titre que Terry Gilliam et Tim Burton, louant également son sens du visuel exceptionnel. Jean-Pierre Jeunet est en effet revenu sur la tradition du cinéma français qui vient plus de la littérature que du visuel citant pour exemple Kurosawa qui voulait que si on prenait une image d’un de ses films, quelle qu’elle soit, on puisse en faire un tableau et la mettre au mur.

     RENCONTRE AUTOUR DE « CAMPING 2 »-FABIEN ONTENIENTE, CHRISTINE CITTI- (11H30-12H30, Grand Forum)

    2009_0117salon200940005.JPG

     Fabien Onteniente s’est dit partisan des films très écrits (hum…).

     Il est également revenu sur les propos de Gérard Lanvin( qui, à plusieurs reprises, a reproché à Franck Dubosc de ne jamais avoir cité les noms des coscénaristes dans « Camping » , d’avoir laissé croire qu’il était l’unique auteur du projet- ce que font malheureusement un grand nombre de comédiens mais aussi de réalisateurs d’ailleurs-) lequel, selon lui, aurait mal vécu que Franck Dubosc fasse la promo, résumant cela en une formule un peu facile disant que les acteurs sont des « tout à l’ego ». Il dit néanmoins avoir un autre projet avec lui.

    Il a aussi admis qu’une comédie était plus facile à monter qu’un film plus exigeant ou violent plus difficilement diffusable à 20H50, revenant ainsi sur l’éternel « problème » de l’influence des chaînes de télévision sur le financement du cinéma.

     Fabien Onteniente a enfin dit qu’il souhaitait continuer dans la comédie, n’avoir, par exemple, aucun goût pour le cinéma policier, disant qu’il serait « nul » pour ce domaine.

     HOMMAGE à YOUSSEF CHAHINE (Salle de projection- 11H45-13H30)

    2009_0117salon200940008.JPG

     Selon Thierry Jousse, auteur et critique aux Cahiers du cinéma, Youssef Chahine « avait un rapport au pouvoir pas servile mais très direct. » Pour lui Youssef Chahine était  « plus qu’un cinéaste », sa « figure allait au-delà de la figure du cinéaste » qui travaillait « de façon très rigoureuse et insolente et personnelle ». Il « embrassait la complexité de la vie et des choses avec ses contradictions ».

     DIALOGUE ENTRE CINEASTES SUR LE CINEMA ENGAGE – AVEC COSTA-GAVRAS, ROBERT GUEDIGUIAN, RADU MIHAILEANU  (14H-15H30, Grand forum)

    2009_0117salon200940017.JPG

     Radu Mihaileanu a évoqué le danger que représentent la diffusion et le financement  globalisant pour le cinéma indépendant. Le danger, selon lui, serait que le cinéma représente un seul point de vue.

    Pour Costa-Gavras, le cinéma doit rester un divertissement, même s’il doit aussi, dans un film, y avoir quelque chose d’important sur les hommes et sur la société. 

     Costa-Gavras dit avoir eu du mal à faire son dernier film (-cela en dit long sur l’audace actuelle des financiers-) , que rien n’est jamais acquis. Il dit essayer de faire des films accessibles, de faire des choses « spectaculaires ».

    Pour Radu Mahaileanu le destin de l’artiste est de se battre. Pour lui « c’est dangereux quand c’est trop facile ». Ils ont  tous fait l’éloge de la différence cinématographique.

    Pour Guédiguian, « quand on est jeune, on se construit contre. » Lui,  par exemple, n’aimait pas le cinéma qui se faisait quand il était jeune, il cite ainsi « Diva » qui correspond à ce cinéma qu’il n’aimait pas.

      Pour Radu Mihaileanu, un film politique n’est pas indésirable en France.

    Costa-Gavras a aussi évoqué ces notations absurdes dans les journaux de cinéma (voir vidéo ci-dessous), ce dont, coïncidence, je vous parlais avant-hier.

     MASTER CLASS COMEDIEN BERLEAND, ( 15h30-16h30, Grand forum)

    2009_0117salon200940030.JPG

     François Berléand a révèlé qu’à ses débuts il avait le trac d’en faire trop. C’est avec « Fred » de Jolivet qu’il dit avoir  vraiment eu du plaisir à tourner.

    Il est revenu avec humour sur la presse (citant Les Inrrocks, Télérama, Libé, Le Monde) qui ont évoqué ses accents bunueliens dans « Romance » alors qu’en réalité il jouait contre Breillat qui l’avait pris en traître quant à la distribution du film.

     Il est aussi revenu sur son César du meilleur second rôle pour « Ma petite entreprise », avouant avoir eu une « petite déprime » suite à celui-ci ne comprenant pas pourquoi, de 3 à 4 scénarii reçus par an, il passait subitement et injustement de 10 à 15 par mois. Pour lui, tout a changé alors, du jour au lendemain, présenté systématiquement dans les médias comme « le meilleur second rôle du cinéma français. » 

     Il est revenu sur un film qui lui tient particulièrement à cœur, « Edy », notamment parce qu’il a alors mieux connu Philippe Noiret , «  un grand monsieur du cinéma ».

    A une question concernant les cinéastes avec lesquels il rêverait de tourner, François Berléand  a répondu qu'il aimerait beaucoup tourner à nouveau avec Guillaume Canet.  D’ailleurs ils ont un nouveau projet ensemble, sorte de « Vincent, François, Paul et les autres » dans lequel son meilleur ami lui avoue son amour pour son personnage, homme marié, père de deux enfants… Il explique aussi que tous les acteurs ont d’ailleurs envie de tourner ave Guillaume Canet mais aussi Nicole Garcia.

    Il dit aussi avoir « un trac d’enfer » au théâtre mais plus du tout au cinéma. D’ailleurs selon lui sur un plateau, il ne faut avoir peur de rien. 

     Il dit qu’il ne fera jamais carrière aux Etats-Unis car il « baragouine anglais de façon épouvantable » à l’exception du « Transporteur » pour lequel il avait un coach.

    Le reste en images :

    La visite surprise de Radu Mihaileanu qui a assisté à toute la rencontre:

     RENCONTRE AVEC GERARD JUGNOT (16-30-17H30,  Grand Forum)

    2009_0117salon200940042.JPG
    2009_0117salon200940034.JPG

     Gérard Jugnot dit qu’il a été compliqué de financer « Envoyés très Spéciaux » en raison de la critique des médias présente en filigrane dans le film .

    Il rappelle que « Les Bronzés font du ski » n’ont pas fait plus de 1,5 millions d’entrées à l’époque et que 30 ans après ils font encore plus de 10 millions de téléspectateurs, comme récemment encore.

     Pour lui « ça se saurait si le cinéma changeait la vie », même s'il peut l'éclairer.

     Il admet encore : « J’ai fait L’île aux Trésors qui n’était pas très réussi mais c’était une expérience humaine formidable. Je ne regrette jamais des films que je fais ».

    Il dit encore avoir l’ambition de faire rire les gens avec des sujets graves.

     Pour la comédie, selon lui, il faut avoir un vrai regard,  être créatif.

     Il a  encore évoqué la difficulté de communiquer sur un film et il a regretté que la bande-annonce d’ « Envoyés très spéciaux » ne reflète pas le film, qu’il y ait un hiatus entre ce que reflète la bande-annonce (les financiers auraient préféré que l’on voit ces paysages exotiques pour attirer le public alors que l’essentiel du film se déroule à Paris) et le scénario qu’il trouve « vraiment génial ».

    Il dit ainsi avoir repoussé la sortie de son film, terminé, intitulé « Rose et noir » au mois de septembre pour qu’on ne soit pas gavé de son image (mettant ainsi de nouveau en exergue l’influence de la promo). 

     Enfin, sur une question sur ses films cultes, il a cité les films de Clouzot et « Le Quai des Orfèvres ».

    Le reste de l’intervention de Gérard Jugnot, très en forme, en images (euh...je ne suis pas responsable des rires étranges, voire sardoniques, des spectateurs qui ponctuent ces vidéos:-)) :

    Le mot de la fin à Gérard Jugnot:

     Enfin, signalons que le Salon du cinéma lance, en partenariat avec l’ALPA, l’opération « j’aime et je soutiens le cinéma » destinée à sensibiliser le public à l’importance du téléchargement légal  pour l’économie et le fonctionnement du cinéma. Vous pouvez, comme moi, signer la pétition en vous rendant sur le site suivant : www.jesoutienslecinema.com

     Sandra.M

  • Le programme du Salon du cinéma 2009 est en ligne

    salon.jpgEn plus de ce que je vous annonçais ce matin, sont notamment prévus au programme de ce Salon du Cinéma 2009 :  une rencontre avec l’équipe du film « Le Séminaire », une rencontre avec Tonie Marshall, une démonstration de doublage, une rencontre avec Richard Anconina,  Fabien Onteniente et Antoine Duléry autour du film « Camping 2 », une conférence sur des parcours d’actrices avec notamment Emma de Caunes, un dialogue avec des cinéastes sur le cinéma engagé avec notamment Robert Guédiguian et Costa-Gavras,  une rencontre avec Gérard Jugnot, une leçon de cinéma de Jean-Pierre Jeunet,  une master class Francis Huster sur « Un homme et son chien », une leçon de cinéma de Costa-Gavras, Simenon vu par Chabrol (De l’écrit à l’écran), une rencontre avec Danièle Thompson et Christopher Thompson autour du film « Le code a changé »...

     

    Vous pourrez aussi assister à des rencontres professionnelles, notamment : une étude de cas sur la stratégie marketing de « Largo Winch », une table ronde sur les enjeux croisés de Paris et salon du cinema 2.jpgBombay sur les accueils de tournages, l’histoire des métiers du cinéma, une criée du cinéma, une rencontre « Cahiers du cinéma » sur les 100 plus beaux films de l’histoire du cinéma, une conférence autour des premiers films avec Fred Cavayé (« Pour elle »), une rencontre avec l’équipe du film « Largo Winch », une rencontre avec l’équipe du film « Faubourg 36...

     

     Vous pourrez aussi voir les courts-métrages en compétition pour le César du meilleur court 2009. Il y aura également une nuit indienne intitulée « nocturne indien » avec des projections de 20H30 à 5H du matin. Il y aura aussi beaucoup de musique, d’animations dont un grand nombre est consacré au cinéma indien à l’honneur cette année. Bref, il y en aura pour tous les goûts, pour les simples amateurs de cinéma comme pour les cinéphiles les plus avertis et les professionnels.

     

    Je vous encourage à vous rendre sur la page du Salon consacrée au programme pour connaître ce programme très riche dans son intégralité. « In the mood for cinema » sera présent au salon dès son inauguration le 15.

     

    Sandra.M

  • Bande annonce du Salon du cinéma 2009

    Je vous ai déjà parlé, ces derniers jours, du Salon du Cinéma 2009  dont "In the mood for cinema" sera partenaire ciné blogreporter et dont Jean-Pierre Jeunet sera le parrain. Voici, ci-dessous, la bande annonce de cette édition 2009.

  • In the mood for news: quelques informations cinématographiques...

    -Comme le film que je viens de voir ne vaut pas la peine d’être évoqué, exceptionnellement aujourd’hui ce sera une note avec quelques informations cinématographiques en vrac.

     

    -D’abord, je voulais vous parler de deux sites internet. Le premier a été créé par un blogueur et est assez impressionnant de par la qualité et la quantité des informations liées au septième art qu’il recèle. Vous y trouverez une gigantesque base de données sur les films et les filmographies, des quiz,  des news,  vous pourrez aussi lire de nombreuses critiques liées à un film en particulier. Le but du site est « de partager le cinéma entre amis ». Ce site est en effet très interactif et vous pourrez y ajouter des informations concernant un film, signifier les films dont vous êtes fans, créer vos propres quiz etc.  Un site ludique et informatif très « in the mood for cinema » sur lequel je vous recommande donc de vous inscrire. Ce site s’intitule « Cinefriends ». (Cliquez sur le nom pour y accéder).

     

    -salon2.JPGEnsuite, le second site que je voulais évoquer est celui du prochain Salon du Cinéma (3ème édition) qui aura lieu du 16 au 18 janvier 2009, à Paris. Le Salon a aussi son blog d’ores et déjà régulièrement mis à jour. Cette année le Salon déménage vers un lieu plus approprié que le parc des expositions qui rendait certaines interventions inaudibles. Ce sera donc la Grand Halle de la Villette. Vous pouvez retrouver mes comptes rendus de l’édition 2007 et de l’édition 2008 du Salon du cinéma sur « In the mood for cinema ».

     

    -En vous rappelant que le Ciné club de SciencesPo, mercredi prochain, organise une avant-première exceptionnelle ouverte à tous, de « Nuit de chien » de Werner Shroeter (Lion Spécial du Jury de la Mostra de Venise 2008), suivie d’un débat avec l’équipe du film (Amphi Boutmy, 27 rue Saint-Guillaume, Paris 75006, à 17H, un conseil : arrivez un peu en avance)  voici un bref compte rendu du débat  organisé lors de la 61ème journée dédicaces de SciencesPo, débat dont le thème était « Le passage à l’écran : l’adaptation tue-t-elle le livre ? ».

     

    dédicaces2.jpg Pour y répondre Paulo Branco (producteur), Josée Dayan (réalisatrice et productrice), Mamadou Mahmoud N’Dongo  (écrivain et scénariste), Laurent Aknin (historien et critique de cinéma) ont répondu présents. Le débat était animé par le journaliste et chroniqueur littéraire Hubert Artus. Dommage que les rangs du grand amphi Boutmy aient été aussi clairsemés, pour ne pas dire quasiment vides, pour un débat qui s’est avéré passionnant en particulier en raison des deux formes de cinéma, relativement différentes, pour ne pas dire opposées (bien que s’accordant sur certains points) que défendaient le producteur indépendant Paulo Branco et la réalisatrice (qui a expliqué qu’elle était aussi productrice) de téléfilms Josée Dayan (qui a également réalisé pour le cinéma et notamment « Cet amour-là » , d’ailleurs une adaptation du roman de Yann Andrea sur la relation de ce dernier avec Marguerite Duras).

     

     Josée Dayan avec la gouaille et le franc-parler qui la caractérise a tout d’abord évoqué son profond respect pour l’écriture, en admettant qu’elle ne savait pas écrire un scénario, ajoutant que très peu de metteurs en scène le savent et que les scénarii, lorsqu’ils sont écrits par les réalisateurs, en souffrent bien souvent. Selon cette dernière « on ne peut pas décider du jour au lendemain qu’on est scénariste ou dialoguiste ». Ce qu’elle préfère, c’est « le rapport aux acteurs. » Elle a ainsi annoncé qu’elle allait adapter « Baisers de cinéma » d’Eric Fottorino pour le cinéma, notamment parce qu’à la télévision, la dispersion de l’attention du téléspectateur nécessite des récits plus construits, plus droits, plus linéaires qu’au cinéma.

     

    Pour Laurent Aknin, la principale différence entre cinéma et télévision provient du fait « qu’un livre est une langue, que le cinéma est un langage. » Pour lui, il ne peut pas y avoir de trahison car ce sont deux modes d’expression totalement différents. Rares sont donc les romans inadaptables…à l’exception peut-être de « La disparition » de Georges Perec (qui ne contient pas une seule fois la lettre e). Pour lui il n’est pas dommageable de supprimer des personnages mais en revanche il ne faut pas manquer des passages ou des personnages que le lecteur-spectateur serait fâché de ne pas retrouver.

     

    2008_1206boutique0017bis.jpg Paulo Branco, à l’inverse de Josée Dayan, a déploré la « dictature du scénario ». Pour cette dernière, un grand nombre de films passant en salles sont complètement ratés en raison de leurs « scénarii ineptes ». Elle a ajouté qu’elle aimait être « emportée » par un film , oublier qu’elle est elle-même réalisatrice, ce qui lui arrive très rarement aujourd’hui, ajoutant s’être « emmerdée » pendant toute la première heure de « La graine et la mulet » d’Abdellatif Kechiche (cliquez ici pour accéder à ma critique de « La Graine et le mulet »), au contraire de Paulo Branco qui estime que ce rythme particulier est justement une des richesses du film, que ce rythme a délibérément été choisi par le réalisateur, ce à quoi Josée Dayan a répliqué que « l’ennui peut devenir une fascination ».

     

    Pour Laurent Aknin, le cinéma est le reflet souvent en avance de quelque chose.

     

     Pour Mamadou Mahmoud N’Dongo, les téléfilms américains ont ainsi préparé l’élection d’Obama. Pour lui le cinéma est « une écriture visuelle ». Il a aussi évoqué l’influence du cinéma dans son écriture littéraire.

     

    Josée Dayan a précisé que ce n’était pas pour autant qu’elle n’aimait pas la Nouvelle Vague citant pour exemple « les films avec Jeanne Moreau », « Les Amants » de Louis Malle (celui-ci faisant pour elle partie de la Nouvelle Vague), les films de Jacques Demy, « Le Mépris » ou « Pierrot le fou » de Jean-Luc Godard, « Hiroshima mon amour » d’Alain Resnais. Pour elle, les réalisateurs actuels sont les héritiers de la Nouvelle Vague sans avoir la même aptitude. Josée Dayan a terminé en disant que « si le cinéma français va si mal (il me semblait pourtant qu’il ne s’en tirait pas trop mal, voir mon bilan de l’année cinéma 2008) c’est parce que le cinéma français est mal écrit. » Elle a ajouté que malheureusement les producteurs sont désormais  à la solde des chaînes (en ce qui concerne l’influence, souvent déplorable, des chaines, je ne peux qu’acquiescer) et donc qu’il ne peut plus rien y avoir de personnel…prenant bien soin de souligner que Paulo Branco était l’exception qui confirmait la règle…

     

    -largo2.jpgPuisque d’adaptation il est question, une dernière information pour aujourd’hui : « Largo Winch » aura bien une suite (sortie en salles le 17 décembre, cliquez ici pour lire ma critique de « Largo Winch » de Jérôme Salle). Ce scénario sera de nouveau réalisé par Jérôme Salle. Il sera adapté du septième tome de la bande dessinée de Jean Van Hamme et Philippe Francq « La Forteresse de Makiling ». Cette fois-ci l’histoire se déroulera en Birmanie, toujours avec Tomer Sisley dans le rôle principal, il aura cette fois pour charge de libérer son ami Simon (absent du premier épisode filmique) d’une des prisons les plus dangereuses du pays.

     

    To be continued…

     

    Sandra.M

  • Bilan du salon du cinéma 2008 (suite et fin): la cour des miracles

    48aee2386a70a076d0ac0eb5eb184994.jpg

                                               Photo ci-dessus: Les allées du Salon du cinéma, vendredi matin

    e9b272e1fa2877d18b62146b27fc1819.jpgUn bilan délibérément désordonné de ce salon du cinéma 2008 à l’image de ce qu’a été ce dernier malgré une initiative très louable et de nombreux aspects positifs. Peut-être est-ce après tout un hommage  artistique à la Nouvelle Vague que de superposer ainsi les voix, les sons … laquelle superposition créait une cacophonie tantôt risible, tantôt agaçante, principal défaut de ce salon résultant de la typographie des lieux (un hall impersonnel, glacial, et résonant –et aspirant pourtant surtout à faire raisonner- du parc des expositions). L’autre défaut résulte de l’organisation de l’espace professionnel dont l’initiative est là aussi très louable, notamment dans le désir de permettre aux jeunes auteurs (condition d’inscription : une sélection d’un film en festival), notamment par le biais de l’espace ciné-connexion et d’ateliers, de rencontrer des professionnels et de permettre aux professionnels de réfléchir et débattre sur leurs professions mais en raison de changements d’horaires de dernière minute, du manque de lisibilité du site internet officiel du salon, et d’un espace professionnel à l’accès labyrinthique, je me suis ainsi retrouvée seule avec trois intervenants notamment du CNC à une conférence sur les aides à l’écriture (qui aurait dû en intéresser plus d’une, et à laquelle je n’étais d’ailleurs pas la seule inscrite !), laquelle, ou plutôt lequel entretien particulier, s’est néanmoins avéré pour moi passionnant.

    f80c34778e7f8acfda0a89de7ff9c30f.jpgQuelques informations, observations, remarques glanés au fil de mes déambulations coupables (oui, coupable : coupable de zapper ainsi entre les stands tel un spectateur glouton et consumériste mais je vous rassure, je ne me suis pas laissée aller à manger du pop corn dont la présence m’a quelque peu enragée, je vous rassure de nouveau, je n’ai pas côtoyé les bêtes sauvages présentes au salon pour les démonstrations des dresseurs ensuite et ne leur ai pas transmis, ma rage donc, et encore moins les pop corns) entre les rayons stands :

    -Marc Esposito a annoncé que son prochain film serait l’histoire de « L’amitié entre deux filles », et même s’il n’est qu’à la trentième page du scénario il a annoncé déjà savoir les deux comédiennes « connues » avec lesquelles il désire tourner ;

    50b24cbce600a9033f08e84cb7252323.jpg
    Christophe Barratier, Julien Rappeneau, Nora Arnezeder venus évoquer "Faubourg 36"

    4667178e1cde8989fb836ca20d630b4b.jpg-Un partie de l’équipe du film de « Faubourg 36 », le second long-métrage  de Christophe Barratier après «  les Choristes » (la jeune comédienne Nora Arnezeder, le scénariste Julien Rappeneau et le réalisateur Christophe Barratier) était également présente.  C’est avec beaucoup de passion que le cinéaste a présenté son film et surtout qu’il a défendu le scénario (ça fait plaisir !),   et son attachement à celui-ci qu’il estime essentiel, se positionnant en digne héritier du cinéma de Duvivier, Carné et Prévert ou Charles Spaak. Pour lui « Le cinéma, avant d’être de la pellicule, ce sont d’abord des écrits », prenant ainsi pour exemple la grève des scénaristes (qui se poursuit)  aux Etats-Unis : « Quand les scénaristes ne travaillent plus, la production entière est paralysée. » Même s’il faut apporter un bémol à ces propos,  la situation française étant différente de la situation américaine de par la tradition, héritée de la Nouvelle vague, de l’auteur réalisateur. Puis Christophe Barratier revient à « Faubourg 36 » qui, comme les films des réalisateurs et scénaristes précités, se déroule pendant le Front Populaire empruntant son style à plusieurs genres différents : film noir, comédie dramatique, comédie musicale, histoire d’amour... Il se réfère ainsi à « La belle équipe » (cliquez ici pour lire mon analyse du film de Duvivier), comparant ainsi Clovis Cornillac à Jean Gabin, Jugnot à Blier et Nora Arnezeder à Michèle Morgan ou Simone Simon dans « La Bête humaine » (Cliquez ici pour lire mon analyse du film en question). Il évoque également son directeur de la photographie, le talentueux Tom Stern (qui a  beaucoup travaillé avec Clint Eastwood, notamment sur « Million dollar baby » ou encore sur « Les Sentiers de la perdition » ou « American beauty »), il l’a choisi pour sa capacité à créer une  lumière très contrastée, volontairement irréelle. Il est ensuite revenu sur les deux ans d’écriture du scénario, sur l’angoisse et la part de confort que celle-ci représente comparant le cerveau à un ordinateur qui n’arrive pas à se mettre sur le mode veille durant cette période d’ébullition créatrice. Pour lui « Faubourg 36 » est une fable dont l’objectif est que ce soit « beau et pas réaliste » revendiquant l’aspect artificiel du film, son côté « film de studio » puisque tous les décors ont été refaits en studio. Enfin, il a évoqué la musique revendiquant là aussi ce que certains critiques appellent parfois « une musique envahissante » et prenant de nouveau pour exemple le cinéma d’avant-guerre alors qu’elle était omniprésente.  Ce film, qui sortira en septembre, s’annonce comme un film dans la tradition de ceux appelés «  de qualité française », dénué de l’aspect péjoratif du terme mais revendiquant au contraire ses artifices au service d’une œuvre imaginaire, irréaliste, s’assumant comme telle.

    12dd0f025e7337e96952e05f2f5d15f5.jpg-Puis, un passage à l’espace professionnel pour assister à la conférence « Pourquoi le scénario est-il le parent pauvre du cinéma ? » dont l’intitulé provocateur même a suscité le débat et la controverse. Une conférence passionnante sur les différentes manières d’appréhender ce métier qui se revendique (oui, on a beaucoup revendiqué à ce salon) de plus en plus comme tel, ou plutôt à être légalement reconnu comme tel (le scénariste n’a pas de statut juridique). Pendant ce temps pour la énième fois avec une sonnerie et une voix d’aéroport, on annonçait qu’un aigle royal allait survoler nos têtes (qu’est- ce que vient faire un aigle royal là-dedans me direz-vous, je ne vous le fais pas dire). On apprendra notamment que c’est une « profession aventureuse », (on peut peut-être trouver finalement un lien avec l’aigle royal) un terme qui n’est pas pour me déplaire, et que le scénario est l’âme d’un film.

    On a aussi beaucoup évoqué le recul du cinéma français par rapport au cinéma américain, en 2007. Un critique (qui se « revendique » comme tel en tout cas) prend alors la parole pour dire ou plutôt asséner que, selon lui,  dans l’année passée seuls 3 films français étaient dignes de ce nom…il n’a néanmoins pas été capable de les citer… (j’en vois déjà au moins 5…, voir mon palmarès des films incontournables de 2007). Un producteur de Fidélité prend « Je vous trouve très beau » pour exemple pour évoquer le cinéma d’auteur. Ah bon ?

    8b8c612338712fba8126e8f8efaecf16.jpg-Je me rends ensuite au stand « Grand  forum » où ont lieu les rencontres avec les équipes de film. Une femme intemporelle dubitative devant les intervenants avance le nom de Lelouch (parce qu’il a les cheveux gris bouclés, dit-elle) . En fait  de Lelouch c’est Charles Berling (qui a bien des  cheveux mais ni vraiment gris, ni vraiment bouclés), Bruno Putzulu, une partie de l’équipe de « Père et fils » dans lequel ils avaient tourné avec Noiret, interprétant ses fils dans le film de Michel Boujenah également présent,   et Frédérique Noiret pour un hommage à son père Philippe Noiret. Beaucoup de tendresse émane de ce quatuor et beaucoup d’émotion et d’admiration pour l’acteur récemment décédé. Passant du Sans-souci humble, pudique, talentueux et d’une grande dignité. Les anecdotes pleuvent. L’un raconte comment devant l’émotion de Rochefort de le voir si malade Noiret avait rétorqué « Pas de 0286aacb9869170a60d0ac10af1b0e36.jpgsentimentalité entre nous, ce n’est pas notre emploi ». Berling raconte comment dans le restaurant d’un hôtel où ils s’étaient retrouvés, éberlués, entourés de personnes âgées  Noiret, si jeune d’esprit, avait maugréé « Y a que des vieux » avant de réaliser qu’il en faisait partie, lequel Berling a fumé un cigare pendant toute la rencontre en signe d’anticonformisme, un peu sans doute, d’hommage à Noiret, beaucoup surtout (« Ce cigare brûle pour lui. Ce n’est pas Charles Berling qui fume mais Philippe Noiret » a-t-il répondu à un spectateur extrêmement perspicace qui lui demandait ce qu’il pensait de la loi anti-tabac). Sa fille a évoqué un homme qui, même malade, était « à terre » mais « jamais malade ou affaibli ». Pour les autres en tout cas. « Sur une scène de théâtre il avait la sensation que la mort n’avait pas le dernier mot » évoquant ainsi à quel point il arrivait à transcender la maladie sur scène notamment dans « Love letters » sa dernière pièce. Magie du jeu. Magie du théâtre. Magie de l’acteur, plus fort que l’homme, que la mort qui rôde. Ses comparses de cinéma évoquent aussi sa pudeur, comment dans un restaurant il dira « je me régale » alors qu’il ne sentait plus le goût des aliments ou son humour et sa distance caustique en toute circonstance, comme lorsqu’il devait tomber dans une tombe pour une scène de « Père et fils » et qu’il avait déclaré « Je fais des repérages ».

    -Je termine mes déambulations, toujours coupables, et non moins réjouie, par la vente aux enchères de photos du magazine Studio au profit notamment des Toiles enchantées. J’observe avec amusement le cinéma de Cornette de Saint Cyr…et qu’Alain Chabat vaut plus que Woody Allen ou Jean-Luc Godard…à une vente aux enchères en tout cas !

    De ce salon je reviendrai avec de nombreuses informations utiles et j’ai apprécié l’obstination des organisateurs par les choix d’intervenants et de sujets à démontrer que le scénario n’est pas « le parent pauvre du cinéma » lui accordant une large place dans son espace professionnel dans le cadre des débats et des ateliers mais aussi dans l’espace public, invitant de nombreux scénaristes et mettant le scénario (également dans le cadre de l’espace Carte noire consacré aux adaptations littéraires) à une place privilégiée. Les organisateurs peuvent aussi se féliciter davoir choisi Jean-Jacques 7f4681aa43a7be883590d876e736808b.jpgAnnaud pour parrain de cette édition 2008, très présent, ce dernier n'ayant économisé ni ses efforts, ni sa disponibilité pendant toute la durée du salon. La principale difficulté pour les années  à venir sera probablement de trouver un juste équilibre entre professionnels et public, l’objectif initial étant de faire découvrir les métiers du cinéma au grand public (lequel objectif est également je pense pleinement rempli). Et surtout la grande amélioration consisterait à trouver un lieu plus digne du septième art : pourquoi pas aux jardins des Tuileries ? Au parc Monceau ? Au Jardin du Luxembourg ? Ce qui permettrait également de mieux entendre les projections (dont les horaires étaient un peu trop fluctuants)… même si cela aurait pour conséquence d’être tributaire des variations climatiques et de susciter d’éventuelles échappées belles des aigles royaux…  Et la petite amélioration consisterait à oublier le pop corn qui donne à mon goût exigeant une saveur fade de cinéma jetable à l’ensemble. Malgré ces quelques critiques ou plutôt souhaits d’amélioration (ce n’était après tout que la deuxième édition), j’attends le Salon 2009 avec impatience et encourage tous les passionnés de cinéma à s’y rendre, je vous recommande d’y aller plutôt le jeudi (pour les professionnels) ou le vendredi où il y avait étonnamment peu de monde même si le salon a fini avec le score plus qu’honorable de 70000 entrées, le score d’un film d’auteur en somme…tout est bien qui finit bien, alors !

    Sandra.M

    (Photo ci-contre: Jean-Jacques Annaud en pleine démonstration...) 
      
     Alexandre Arcady sur le stand "Alexandre film" venu présenter "Tu peux garder un secret" 
    b0bba15f6e4b907a6ad85c145b56eaed.jpg