Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ebook

  • Plumes Francophones Amazon 2020 : mon roman Les Embrasés en lice

     
    J'ai le plaisir de vous annoncer que mon roman Les Embrasés est en lice pour Les Plumes Francophones 2020.
     
    Alors qu'un de mes romans inédits est, quant à lui, parmi les 4 finalistes d'un autre concours de romans dont j'aurai le résultat en septembre (mais au sujet duquel je n'ai pas le droit d'en dire plus jusqu'à cette date), j'ai décidé de présenter Les Embrasés aux Plumes Francophones Amazon, a fortiori en cette saison estivale parce que ce roman qui vous emmènera à Athènes et dans Les Cyclades est un "roman d'été" propice à l'évasion. J'espère que cette ode au pouvoir de l'imaginaire vous fera voyager...
     
    Si je vous dis aussi que ce roman fut un des 5 finalistes du Prix du Livre Romantique Charleston 2019, peut-être que cela vous incitera à le découvrir d'autant plus qu'il m'avait également permis d'être en 2019 en finale d'un concours littéraire d'une autre maison d'édition. 
     
     
     

    Plumes francophones amazon 2020.png

     
    Vos notes et commentaires sur Amazon seront les bienvenus et décideront de son avenir. Alors n'hésitez surtout pas à laisser vos avis et notes sur le site précité, et à partager !
     
    C’est au crépuscule de l’enfance, quand désirs et bleus à l’âme s’esquissent et se masquent que se blottissent les secrets des destinées des personnages de ce roman qu’un embrasement va réunir.
    Dans cette histoire d’amour incandescente teintée de suspense, empreinte de musique ensorcelante et de mythologie grecque, la réalité n’est jamais vraiment ce qu’elle semble être…
     
     
    Sur ma page auteure Amazon à laquelle vous pouvez vous abonner ici figurent aussi mes autres publications notamment mon roman L'amor dans l'âme (qui a pour cadre le Festival de Cannes) et mon recueil de 16 nouvelles (se déroulant chacune dans un festival de cinéma différent) Les illusions parallèles, deux livres publiés en 2016 par Les Éditions du 38, deux livres que vous pouvez également toujours découvrir mais également commenter sur Amazon (ou ailleurs puisque vous pouvez les commander dans n'importe quelle librairie ou sur tout site de vente en ligne).
     
    Et pour des nouvelles, vous pouvez aussi lire en accès libre ma dizaine de nouvelles figurant sur ma page Short Édition (ici : https://short-edition.com/fr/auteur/sandra-m ) avec notamment ma nouvelle La mélodie de l'âme actuellement en lice pour le Grand Prix du Court de Short Édition été 2020 et ma nouvelle L'homme au gant, récemment lauréate du prix du jury du Grand Prix du Court de Short Édition Printemps 2020. 
     
    Bonne(s) lecture(s) !
  • Promotions sur les livres numériques (ebooks ) jusqu'au 31 mars 2018 !

    littérature, livres numériques, Salon du Livre de Paris 2018, cinéma

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Voici une promotion qui intéressera ceux qui lisent aussi en numérique, l'occasion de  découvrir mon recueil  de 16 nouvelles sur les festivals de cinéma Les illusions parallèles et mon roman L'amor dans l'âme mais aussi les livres de mes collègues publiés par Les éditions du 38 qui étaient aussi au Salon du Livre de Paris. Tous nos livres sont bien sûr aussi disponibles en version papier.  Ces promotions sont valables sur toutes les plateformes de téléchargement, attention, seulement jusqu'au 31 mars 2018 ! Il ne vous reste donc plus que deux jours pour en profiter !

  • Festival du premier roman et des littératures contemporaines de Laval 2016 : le programme et ouverture ce soir

    11996897_892828490811486_211169212973874093_n.jpg

    Si "la beauté n'est que la promesse du bonheur", pour paraphraser Stendhal, une belle affiche de festival (à l'exemple de celle-ci, solaire, lumineuse, aux accents méditerranéens) n'est que la promesse de réussite d'un festival. Une promesse qui devrait être tenue si on en croit le riche programme du festival auquel je me réjouis de participer en tant qu'auteur après y avoir assisté à plusieurs reprises en tant que spectatrice. Vous pourrez également retrouver mon compte rendu ici.

    laval14.jpg

    Photo de Laval ci-dessus à retrouver sur mon compte Instagram @sandra_meziere

    Le festival est organisé par l’association Lecture en tête (qui s’occupe du festival mais aussi de nombreuses manifestations littéraires tout au long de l’année). Il est cette année parrainé par Yahia Belaskri (je vous recommande son édito dans le programme du festival), le Président du prix du 2ème roman est Sorj Chalandon.

    En 24 ans, ce festival a réussi à s’imposer comme le rendez-vous incontournable de la vie culturelle et littéraire mayennaise et bien au-delà avec, cette année, une quarantaine d'invités  et, pendant 4 jours, des cafés et gourmandises littéraires, tables rondes, lectures, salon du livre, dédicaces, atelier slam-jazz, spectacles, exposition, journée pro, rencontres scolaires, ...  Le lieu phare du festival sera à nouveau le chapiteau place de la Trémoille même si toute la ville se mettra à l’heure et aux couleurs du festival.

    laval22.JPG

    Photo de Laval ci-dessus à retrouver sur mon compte Instagram @sandra_meziere

    Les auteurs invités au festival sont les suivants :  François Bégaudeau, Yahia Belaskri, Jean-Marie Blas de Roblès, Olivia Burton, Sorj Chalandon, Frédéric Ciriez, Julien Delmaire, Pierre Deram,  François-Henri Désérable, Joël Egloff, Stéphane Fière, Marion Guillot, Hubert Haddad, Benjamin Haegel, Zadig Hamroune, Kamil Hatimi, Kiko Herrero, Leïla Houari,  Mohammed Idali, Aram Kebabdjian, Bernardo Kucinski, Hicham Lasri, Guillaume Lemiale, Michèle Lesbre, Astrid Manfredi, Christophe Manon, Pascal Manoukian,  Hélène Merlin-Kajman, Serge Mestre, Sandra Mézière, Fabrice Millon Desvignes, Isabelle Monnin, Antoine Mouton, William Navarrete, Makenzy Orcel, Ronald C. Paul,
    Alexandre Postel, Atiq Rahimi, Parisa Reza, Charles Robinson, Andrea Salajova, Marlène Tissot, Martin Wable, Carole Zalberg,  les éditions du Chemin de fer, Marie Boralevi, Jordy Martin, Samir Aouad, Margot Châron et le Begat Theater…

    L’ouverture du festival aura lieu avec une "inauguration -spectacle", le 29 avril à 19H au théâtre de Laval, avec une lecture musicale, voix et contrebasse, poésie, jazz et slam par Julien Delmaire et Jordy Martin, « un long poème de Julien Delmaire qui est une interrogation sur l’exil et l’altérité ». Le festival se clôturera par un spectacle à l’Avant-scène, à  19H, le 1er mai. Depuis plusieurs mois l’auteur en résidence en Mayenne, Makenzy Dorcel, anime des ateliers d’écriture. Le spectacle sera une mise en voix et en espace de textes poétiques.

    Entre les deux, une quantité impressionnante d’événements qui devraient ravir les amoureux de la lecture parmi lesquels :

    - une carte blanche au magazine Transfuge le 30 avril à 10H sous le chapiteau,

    -le prix SGDL Révélation 2015 (le 30 avril à 15H15 sous le chapiteau),

    -un grand entretien avec Hubert Haddad intitulé "Hubert Haddad , l'imaginaire au pouvoir", le 1er mai, à 11H15,

    -le mouvement social dans la littérature et le cinéma marocains: film et conversation, le 1er Mai, à 13H30 à l'Avant-Scène (en partenariat avec Atmosphères 53),

    -le prix littéraire du 2ème roman 2016 -Alexandre Postel,

    ascendant.gif

    -les "Histoires cachées" le 30 avril à 11H et 19H et le 1er mai à 16H sur le parvis du Château neuf: une balade sonore grâce à laquelle "la ville devient une scène de théâtre où s'entremêlent le réel et la fiction",

    -des lectures nomades dont le point de départ sera le parvis du Château-neuf le 30 avril à 16H et le 1er mai à 17H: deux circuits pour découvrir des lieux insolites et patrimoniaux de la ville et entendre des extraits des premiers romans sélectionnés pour le festival,

    -un happening lecture à la librairie M'Lire le 30 avril. Des romanciers offriront ainsi un face-à-face de lecture de leur propre texte:

    à 11H30, Hubert Haddad et Benjamin Haegel

    à 15H30: Sorj Chalendon et Kiko Herrero

    -le prix concours d'écriture pour les jeunes entre 15 et 25 ans,

    - un tête à tête poétique (le 30 avril à 16H30) sous le chapiteau avec Martin Wable et Makenzy Dorcel,

     -une ode à l'autre (poésie soufie) le 30 avril à  19h sous le chapiteau avec une lecture de Mohammed Idali (en arabe) et Yahia Belaskri (en français) sur une musique de Samir Aouad (luth),

    - des "taxi lectures" le 30 avril et le 1er mai entre 10H et 12H et 13h et 15H: quelques minutes de lecture et de balade en tête-à-tête avec la comédienne Margot Châron,

    -de nombreux débats: "Quand les jeunes découvrent la littérature contemporaine"(le 28 avril à 20H30 au Café Etienne),  "Comment la jeune littérature interroge-t-elle le monde" (le 30 avril à 10H30 à la Médiapole), "A l'épreuve du réel" (café littéraire à 11H15 sous le chapiteau), "L'exil ou une certaine vision de l'avenir" (le 30 avril à 14H sous le chapiteau),  "La littérature marocaine: regard incisif et émouvant sur une société" (à 17H45 sous le chapiteau), "D'une mémoire l'autre" (le 1er mai sous le chapiteau), "Etre - Naître au monde" le 1er mai à 14H sous le chapiteau), "Les territoires de la langue" (le 1er mai à 14H à la médiapole), , "Singularités" (le 1er mai à 15H15 sous le chapiteau),  "En quête" (le 1er mai à 15h15 à la médiapole), "Quelle place pour la fiction" (le 1er mai, à 16H30 sous le chapiteau, table ronde animée par Yahia Beslaskri)

    festival roman.png

    -mais aussi des rencontres scolaires, des journées professionnelles, une exposition au musée d'art naïf ("Exposition: Marie Boralevi, figures chimériques"), la scénographie "Ma maison est le monde" de Joëlle Bondil et bien sûr un salon du livre et des dédicaces (cf horaires ci-dessous).

    Photo journal 5.JPG

    J'essaierai d'assister à un maximum d'événements pour vous les relater via twitter (@moodforcinema) et sur ce blog. Vous pourrez également me retrouver le samedi 30 avril à 10h30 pour une table ronde et à 11H30 pour la séance dédicace. Je serai présente tout au long du festival et ravie d'échanger avec vous. Pour en savoir plus sur mon premier roman, vous pouvez consulter la rubrique "Mon premier roman" de ce blog mais aussi la page consacrée au roman sur le site de ma maison d'édition, "Les Editions du 38", ici. Pour les Lavallois, vous pouvez retrouver mon roman à la librairie M'Lire rue de la Paix et bien sûr sur commande dans toutes les librairies mais aussi en ligne (en papier et numérique).

    Le programme des dédicaces:

    dedicaces5.png

    Pour en savoir plus sur le festival: www.lecture-en-tete.fr et page Facebook "Lecture en tête".

    Quelques-unes de mes (nombreuses) photos de Laval à retrouver sur mon compte Instagram: @sandra_meziere:

    laval12.jpg

    laval13.jpg

    laval15.jpg

    laval16.jpg

    laval17.jpg

  • Concours: gagnez vos pass pour le Festival du Film Asiatique de Deauville 2014

    deauvilleasia2014.jpg

    Comme chaque année, j'ai le grand plaisir de vous faire gagner vos pass pour le Festival du Film Asiatique de Deauville, un rendez-vous festivalier devenu incontournable, pour moi bien sûr mais aussi désormais pour les cinéphiles et passionnés de cinéma asiatique, un festival qui a gagné en qualité, renommée et festivaliers au fil des années pour constituer désormais un évènement cinématographique essentiel de l'année. 

    Cette 16ème édition aura lieu du 5 au 9 mars 2014. Son affiche (que vous pouvez découvrir ci-dessus) a été dévoilée avant-hier. Vous pouvez également retrouver toutes les informations sur le festival sur www.deauvilleasia.com, sur la page Facebook officielle et sur twitter ( @deauvilleasia). Vous pouvez par ailleurs d'ores et déjà acquérir vos pass, ici: http://badgecid.com .   Comme chaque année, je vous ferai vivre le festival en direct de l'ouverture à la clôture sur mes différents sites et principalement sur Inthemoodforfilmfestivals.com, Inthemoodfordeauville.com, Inthemoodlemag.com et Inthemoodforcinema.com mais aussi sur twitter (@moodforcinema, @moodfdeauville, @moodforfilmfest). Je vous informerai bien entendu de la programmation ici dès qu'elle sera dévoilée.

     Avant de vous parler de cette édition 2014, je vous propose un petit retour sur l'édition 2013, l'occasion aussi pour moi de vous parler de mon amour inconditionnel pour ce festival et la ville qui l'accueille. Quelques réponses aux questions du concours pourraient bien se trouver parmi les lignes à venir...

    asia5.jpg

    asia6.jpg

    asia29.jpg

    L'an passé, un soleil insolent irradiait les planches tandis que, au CID, les spectateurs effectuaient une plongée dans la noirceur d’une société asiatique souvent oppressée par une crise décidément bel et bien mondiale, du moins pour ce qui concernait les films en compétition qui ne furent pas moins passionnants justement parce qu’ils mettaient en lumière cette face sombre et souvent ignorée ou en tout cas masquée par d’autres (ir)réalités.

    Vous pourrez retrouver mon compte rendu complet et détaillé du Festival du Film Asiatique de Deauville 2013 en cliquant ici.

     Parmi ces films qui mettaient en lumière une face sombre de l'Asie à l'image des trois exemples très différents cités ci-dessous, il y eut notamment le film philippin « APPARITION »  de Vincent SANDOVAL qui a reçu le prix du public, un film qui se déroule dans un lieu en apparence hors du temps, un récit tragiquement universel sur la barbarie, la lâcheté, l’oppression.  Un cri dans le silence, vibrant, notamment grâce à des interprètes exceptionnelles et une réalisation maîtrisée qui joue habilement du clair obscur, de la blancheur et de la noirceur, un défi relevé en 8 jours seulement.

    Le grand prix décerné à "I.D" de Kamal K.M était une plongée dans l’envers du décor de Bollywood et de l’Inde mais surtout le reflet pertinent d’une société mondialisée (et car mondialisée) individualiste.  

     Le prix de la Critique, décerné à TABOOR de Vahid VAKILIFAR (Iran) était non moins sombre et passionnant même s'il avait décontenancé les spectateurs. Je me souviens encore de son premier (long) plan d’une beauté et d’une singularité étranges et marquantes : un homme revêt une combinaison métallique dans une roulotte tapissée d’aluminium. La scène s’étire en longueur et nous laisse le temps d’appréhender la composition de l’image, d’une fascinante étrangeté, une fascinante étrangeté qui ne cessera ensuite de croître. Tout semble rare, dans ce film : les dialogues, les personnages…et même le scénario. Malgré tout, la fascination opère pour cet univers et ce personnage entre la science-fiction et une réalité métaphorique bien sûr impossible à traiter frontalement dans un pays soumis à la censure, la surveillance et l’oppression. Tout est à la fois banal et étrange, quotidien et irréel comme cette viande qui cuit longuement filmée (et qui aura fait fuir plus d’un spectateur) qui prend soudain un tout autre sens. Un film radical et « absurde » dans un pays dont l’Etat l’est lui-même au point sans doute de ne pas se reconnaître dans cet univers carcéral, répétitif, cloisonné, oppressant, dans cette société qui étouffe, déshumanise, condamne à l’isolement, au silence, à se protéger des « radiations », d’un ennemi invisible mais bel et bien là. Le temps s’étire (longs couloirs, tunnels, longs plans fixes) quand il est dicté par une force supérieure qui « irradie », invisible et redoutable, et réduit l’être humain à être cette machine silencieuse et désincarnée. Un film qui s’achève par un plan splendide d’un homme dans la lumière qui se détache de la ville et la surplombe loin de « la violence du monde extérieure » rappelant ainsi le beau discours du réalisateur avant la projection qui avait dédié le film à son père « qui a toujours su préserver sa belle nature de la violence du monde extérieur ».  Un film qui ne peut laisser indifférent, une qualité en soi. Un prix de la critique prévisible pour le film visuellement le plus inventif, opaque et radical, et malin.

    Vous pourrez retrouver la suite de mon compte rendu de l'édition 2013 du Festival du Film Asiatique de Deauville en cliquant ici.

     

    asia21.jpg

     

    9 films étaient ainsi l'an passé projetés dans le cadre de la compétition et autant de regards, d’univers différents que de nationalités malgré cette noirceur commune et un instructif voyage dans la société, la culture et le cinéma asiatiques. Seuls, égarés, broyés par la crise, la solitude, oppressés, perdus dans la multitude, les personnages des films de cette compétition étaient tous en errance sous ou en quête d’ une identité et d’un ailleurs souvent inaccessible.

    L'édition 2013 fut aussi marquée par deux hommages et par la venue de deux grands cinéastes: Wong Kar Wai et Sono Sion (comme vous le verrez sur mes vidéos ci-dessous).

    asia15.jpg

     

     

    Le plus beau film de cette édition 2013 fut pour moi "The Land of hope" de Sono Sion, d'ailleurs même pour moi le plus beau film de l'année 2013 toutes nationalités et catégories confondues, un film dont la beauté mélancolique et poétique fait écho à celle de Deauville qui ne cessera jamais de me surprendre et ravir. Un film porté par un cri de révolte et l’énergie du désespoir, plus efficace que n’importe quelle campagne anti-nucléaire et surtout l’œuvre d’un poète, un nouveau cri d’espoir vibrant et déchirant qui s’achève sur un seul espoir, l’amour entre deux êtres, et une lancinante litanie d’un pas, qui, comme l’Histoire, les erreurs et la détermination de l’Homme, se répètent, inlassablement. Un film d’une beauté désenchantée, d’un romantisme désespéré (cette scène où le couple de vieux paysans danse au milieu du chaos est à la fois terriblement douce et violente, sublime et horrible, en tout cas bouleversante), d’un lyrisme et d’une poésie tragiques avec des paraboles magnifiquement dramatiques comme cet arbre -et donc la vie- qui s’embrasent mais aussi un travail sur le son d’une précision et efficacité redoutables. Vous pourrez retrouver la critique complète de ce film que je vous recommande plus que vivement dans le compte rendu précité.

    asia18.jpg

    asia9.jpg

     

    Si j'aime le cinéma asiatique, j'aime aussi passionnément la ville qui lui sert de décor et sa douce mélancolie qui lui fait judicieusement écho. Je ne connais pas d’endroits, ou si peu, dont la beauté soit aussi agréablement versatile, dont les couleurs et la luminosité lui procurent une telle hétérogénéité de visages. Oui, Deauville a mille visages. Loin de l’image de 21ème arrondissement de Paris à laquelle on tendrait à la réduire (qu’elle est aussi, certes), ce qui m’y enchante et ensorcelle se situe ailleurs : dans ce sentiment exaltant que procurent sa mélancolie étrangement éclatante et sa nostalgie paradoxalement joyeuse. Mélange finalement harmonieux de discrétion et de tonitruance. Tant de couleurs, de visages, de sentiments que j’éprouve la sensation de la redécouvrir à chaque fois. Bien sûr, je la préfère très tôt le matin, mystérieuse, presque déserte, qui émerge peu à peu des brumes et de l’obscurité nocturnes, dans une âpre luminosité qui se fait de plus en plus évidente, incontestable et enfin éblouissante. Ou le soir, quand le soleil décline et la teinte de couleurs rougeoyantes, d’un ciel incendiaire d’une beauté insaisissable et improbable et que je m’y laisse aller à des rêveries et des espoirs insensés. A l’image des êtres les plus intéressants, Deauville ne se découvre pas forcément au premier regard mais se mérite et se dévoile récompensant le promeneur de sa beauté incendiaire et ravageuse aux heures les plus solitaires, avec des couleurs aux frontières de l’abstraction, tantôt oniriques, tantôt presque inquiétantes.

     Mais plutôt que d'effectuer une nouvelle déclaration d'amour à Deauville je vous propose quelques liens à ce sujet:

    asia37.jpg

    -Mon article sur "Une journée idéale à Deauville" avec de nombreux bons plans et bonnes adresses (dont les quelques phrases ci-dessus sont extraites)

    asia34.jpg

    -Mon recueil de 13 nouvelles romantiques et cruelles sur le cinéma "Ombres parallèles" publié à compte d'éditeur aux Editions Numeriklivres qui comprend plusieurs nouvelles qui se déroulent à Deauville, ville à laquelle la couverture rend d'ailleurs hommage. Un roman qui vous pouvez acquérir directement en cliquant ici mais aussi sur fnac.com, chapitre.com, Amazon, iBookstore Apple, Numeriklire.net, Cultura, Google play etc.

    asia22.jpg

    ouest.jpg

    Image ci-dessus, Ouest-France de septembre 2013

     

    org7.jpg-Mon roman "Les Orgueilleux" qui a pour cadre le Festival du Cinéma Américain de Deauville et qui est aussi une déclaration d'amour à Deauville, également publié à compte d'éditeur aux Editions Numeriklivres et que vous pouvez acquérir directement en cliquant là (j'en profite pour vous dire qu'il fait partie du Calendrier de l'Après de mon éditeur et est à 1,49 € au lieu de 4,99€ jusqu'à fin janvier) mais aussi sur fnac.com, chapitre.com, Amazon, iBookstore Apple, Numeriklire.net, Cultura, Google play etc . Vous pouvez aussi retrouver mon interview à ce sujet dans le magazine "L'ENA hors les murs" (magazine des anciens élèves de l'ENA) en cliquant ici.

    Le roman et le recueil de nouvelles font partie de la collection e-LIRE de mon éditeur Numeriklivres défini par celui-ci comme "un écrin pour des bijoux littéraires" et j'en profite pour vous annoncer que j'aurai l'honneur d'être sur le stand de mon éditeur au Salon du Livre de Paris 2014 avec ces deux ouvrages.

    asia20.jpg

    Le Festival du Film Asiatique de Deauville 2014 se déroulera comme chaque année au CID de Deauville (cf photo ci-dessous).

     

    asia30.jpg

     

    CONCOURS

    Cette année comme les années précédentes, 16 pass sont en jeu. Ils seront ainsi répartis

    1er et 2ème prix: 4 pass (1 pour le 6, 1 pour le 7, 1 pour le 8, 1 pour le 9)

    3ème et 4ème prix: 2 pass (1 pour le 8, 1 pour le 9)

    5ème et 6ème prix : 2 pass (1 pour le 6, 1 pour le 7)

    soit 6 gagnants qui se répartiront les 16 pass.

    Vous pouvez participer jusqu'au 25 février 2014 à minuit. Vos réponses sont à envoyer à inthemoodforfilmfestivals@gmail.com avec, pour intitulé de votre email "Concours Festival du Film Asiatique de Deauville 2014". N'oubliez pas de me communiquer vos coordonnées (nom, prénom, email, numéro de téléphone). Les gagnants seuls seront contactés, par email après le 25 février.  Pour faire partie des heureux gagnants, répondez correctement aux 10 questions suivantes. Les réponses ont toutes un lien avec Deauville et/ou le cinéma asiatique et/ou le Festival du Film Asiatique de Deauville. Bonne chance à tous!

    1. Donnez-moi le titre du film dont est extraite l'image ci-dessous.

    question1.jpg

    2. Citez le précèdent film du réalisateur du film dont est extraite l'image ci-dessous.

    question2.jpg

    3. Quel est le rapport entre le film dont est extraite l'image ci-dessous et un des films primés au Festival du Film Asiatique de Deauville 2013.

    question3.jpg

    4. De l'affiche de quelle édition du Festival du Film Asiatique de Deauville est découpée l'image ci-dessous?

    question4bis.jpg

    5. De quel film est extraite l'image ci-dessous?

    question5.jpg

    6. Comment se nomme le film dont est extraite l'image ci-dessous?

    question6.jpg

    7. 2 indices pour découvrir un film. Quel est ce film?

    -Primé au Festival du Film Asiatique de Deauville.

    -En se référant au titre du film, Woody Allen aurait pu dire, pour paraphraser une citation qu'il affectionne... "..., c'est long, surtout vers la fin".

    8. Qui a reçu le nouveau prix créé lors du Festival du Film Asiatique de Deauville de l'an passé?

    9. En quelle année le Festival de Deauville a-t-il rendu hommage à ce cinéaste?

    question9.jpg

    10. Que représente le Festival du Film Asiatique de Deauville pour vous?