Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

interview

  • En direct à la radio

    onair.png

    Lundi, à partir de 18H10, pendant une heure, j'aurai le plaisir d'être l'invitée du jour dans la nouvelle émission de la radio L'Autre Radio et de vous parler de mes romans, de mon "parcours", de cinéma, de personnes que je souhaite mettre en avant...et j'aurai même le plaisir de choisir la programmation musicale. Si vous voulez m'écouter lundi, vous trouverez toutes les informations sur le site de la radio ici : http://www.lautreradio.fr/
  • Une interview et quelques confidences ... (Mes livres dans les médias 4)

    interview,littérature,livre,livres,les editions du 38,l'amor dans l'âme,les illusions parallèles

    Après sa belle chronique consacrée à mon recueil de nouvelles "Les illusions parallèles" (à lire ici), le blog littéraire "Une femme et des livres" m'a fait l'honneur et le plaisir de m'interviewer. Dans cette interview, je vous parle de l'origine de mes livres, de mes passions pour le cinéma et la littérature, de mon parcours, de mes projets... Merci encore à la fondatrice du blog pour cette belle mise à l'honneur...

    Cliquez ici pour accéder à l'interview sur le blog littéraire "Une femme et des livres".

  • Mon interview de Nader T.Homayoun , réalisateur de "Téhéran"

    teheran.jpg

    nader.jpgIl y a quelques semaines, on me proposait de rencontrer le réalisateur de "Téhéran", Nader T.Homayoun, pour l'interviewer. A mon grand regret, j'ai dû décliner l'invitation à la dernière minute mais ce dernier a eu la gentillesse de répondre à mes questions par écrit. Je l'en remercie de nouveau vivement et je vous conseille vraiment de lire ses réponses qui apportent un bel éclairage à ce film que je vous recommande d'ailleurs. Je vous rappelle au passage que "Téhéran" figure en compétition du 2ème Festival du Film Policier de Beaune, catégorie "sang-neuf".

    Cliquez ici pour lire ma critique du film.

     Quel a été l'élément déclencheur de votre projet ? L'envie de faire un film sur Téhéran ? De montrer un autre visage de cette ville ? Ou bien de réaliser un « thriller social » ?

     Il est plus facile de répondre à cette question après coup. Au départ, votre projet de film oscille entre plusieurs désirs. Vous allez un peu dans toutes les directions pour trouver le ton et la forme adéquates. Je voulais d'abord faire un film de genre. Je trouvais que le cinéma iranien ne donnait pas assez d'importance au cinéma de genre, et que cette omission devenait même préjudiciable, car elle nous enfermait dans une certaine forme de cinéma qui commençait à sentir le formalisme. Néanmoins, je tenais à ce que le récit se passe à Téhéran. Et pour filmer Téhéran, je souhaitais être au plus proche de la température de la ville. Capter sa fièvre plus exactement, car Téhéran est pour moi une ville malade, elle a une infection. Ces deux approches à la fois sociale - presque sociologique - et urbaine, et en même temps très cinématographique devaient trouver une forme. La veine « thriller social » est donc apparue au fur et à mesure du développement du projet tant à l'écriture  qu'au moment des repérages, puis évidemment au tournage.  

     Votre film comporte aussi un aspect documentaire ? La fiction était-elle votre choix d'emblée ou avez-vous hésité  à réaliser un documentaire sur Téhéran ?

     Faire un documentaire sur ou à Téhéran ne m'intéressait pas. Je sortais justement d'un documentaire qui m'avait pris 4 ans (Iran, une révolution cinématographique), et j'avais une véritable envie de fiction. Pour moi, il s'agissait de faire un film de genre qui aurait une dimension documentaire. La forme documentaire est presque pour moi dans ce film un exercice de style, dans le sens le plus noble du terme. Une forme qui permet au spectateur de plonger plus aisément dans la chaudière de Téhéran.   

     J'ai lu que vous étiez parti d'une rumeur selon laquelle des mendiants voleraient des bébés pour les accompagner dans leur mendicité. Avez-vous reçu des témoignages en ce sens depuis la réalisation du film ?

     Je n'ai pas fait de recherches particulières dans ce sens-là, car je ne voulais pas brider mon fantasme, qui est aussi un fantasme collectif en Iran. Tout le monde est à peu près sûr en Iran que les bébés que l'on voit dans les bras des mendiants ne leur appartiennent pas. Mes recherches étaient de tout ordre, et elles se sont recentrées sur les ambiances urbaines, les choix des quartiers et des rues, les choix de la figuration, des passants, des « gueules » comme on dit dans le jargon, mais aussi dans le vocabulaire des dialogues.  

     Vous avez choisi de ne jamais montrer les forces de l'ordre mais finalement il me semble que cette absence rend l'Etat encore plus présent  et surtout sa responsabilité encore plus présente, la pauvreté en étant une conséquence mais aussi le cynisme qui s'empare d'une partie de la société. Etait-ce un choix délibéré de votre part de ne jamais les montrer ?

     Oui, tout à fait, je ne voulais pas mêler l'Etat à ça. Je trouvais que cette absence rendait la société iranienne plus dangereuse, plus inquiétante, « laissée pour compte ». Il y a un coté rassurant dans l'apparition de la police à la fin de certains films. Comme si on essayait de nous dire : « ne vous inquiétez pas, au final, ils sont toujours là pour vous sauver » ; un peu à l'image de l'arrivée de la cavalerie à la fin des westerns. Or, dans Téhéran, vous sentez la présence de la police et des forces de l'ordre, mais elle n'est pas rassurante. Vous ne vous sentez pas à l'aise. Tout est possible avec eux.

    Il y avait aussi une autre raison pour laquelle j'ai évité de montrer les forces de l'ordre. Souvent dans les films, cette présence est un gage donné à l'état pour faire passer le film à travers les mailles de la censure. Je veux dire plus précisément que la présence des forces de l'ordre à la fin des films, et la fait que le dénouement de l'histoire passe par eux, est une garantie de la moralité du film. Leur absence dans le film est aussi un acte politique.         

     Pensez-vous que faire du cinéma en Iran est aujourd'hui une forme de résistance ? Je pense à votre film mais aussi à un autre très beau film « Les chats persans » de Bahman Ghobadi qui s'est également heurté à beaucoup de difficultés.

     Faire des films partout dans le monde est devenu un acte de résistance. Face à la montée de la consommation d'images faciles et face à cette espèce de cannibalisme ou plus exactement face à cet aspect fast-food des images, quand un cinéaste essaye de faire un cinéma différent, avec une durée et un style différent, forcément il fait acte de résistance. Faire des films en Iran est difficile, mais je crois qu'on peut dire la même chose pour un cinéaste français ou américain... Les dangers ne sont pas les mêmes, mais il faut  prendre des risques.

    Ce que l'on peut dire en revanche pour les cinéastes iraniens, c'est qu'ils ont une double mission. La première est de faire des images et raconter des histoires, ils la partagent avec tous les cinéastes du monde. En revanche, un cinéaste iranien a aussi pour mission d'éveiller le regard du monde, même de façon très modeste, sur ce qui se passe dans son pays, car l'image de l'Iran n'appartient plus depuis longtemps aux Iraniens. Et les cinéastes iraniens sont devenus malgré eux les ambassadeurs de leur pays.         

     Votre film et celui précédemment évoqué ont d'ailleurs en commun d'avoir Téhéran pour protagoniste, une ville bouillonnante, tentaculaire mais aussi victime de ségrégation sociale. Dans quelle mesure cette ville est-elle pour vous différente des autres capitales ?

     Téhéran ressemble à beaucoup d'égard aux autres mégapoles du monde, avec les mêmes problématiques connues et reconnues dans ce genre de cité. Mais ce qui change en Iran, c'est qu'en plus des difficultés sociales, les habitants de Téhéran souffrent d'un autoritarisme religieux et politique. Votre liberté individuelle n'est pas la même à Téhéran qu'à Mexico, même si à beaucoup d'égard, ces deux mégapoles endurent des mêmes maux. Un exemple simple : un ouvrier iranien ne peut à la fin de sa journée, se payer une bière pour se détendre.

    Téhéran m'intéressait aussi parce que c'est la ville où tous les espoirs sont possibles, ou en tout cas, les gens de province ont ce fantasme. La capitale est devenue une ville très hétéroclite où l'on peut trouver des gens des quatre coins du pays. En somme Téhéran, vues sa dimension et sa population, est un micro-Iran, et devient par conséquent une métaphore du pays.          

     Finalement le sentiment d'urgence lors des conditions de tournage est le même que celui ressenti par Ebrahim et ces difficiles conditions de tournage donnent aussi l'impression de servir le sujet. Y a-t-il des scènes auxquelles vous avez dû renoncer ? Ou, au contraire, d'autres scènes sont-elles nées de ces contraintes ?

     Je suis allé sur le plateau avec un scénario flottant. Je veux dire que rien n'était figé, tout pouvait changer sur le plateau notamment pour faire face aux contraintes du quotidien. J'ai beaucoup d'exemples. Pêle-mêle, il me vient à l'esprit la scène du concessionnaire. J'étais censé tourner la scène dans une boutique de vêtements très chics à Téhéran, mais le propriétaire nous a lâché à la dernière minute. Un ami d'un ami d'un ami connaissait un concessionnaire. Nous avons réécrit les dialogues en fonction du nouveau décor et du nouveau métier. Cerise sur le gâteau, les murs étaient couverts de miroirs. Un bonheur pour moi, un calvaire pour le chef'op. la scène a pris, je trouve plus de poids. Le concessionnaire vend des bébés comme des voitures.  

     Ce qui m'a aussi frappée, c'est  votre vision sombre de l'Iran, « Téhéran » montre un peuple désenchanté qui, à l'image de la dernière scène,  suffoque et meurt. La caméra s'éloigne alors comme si on regardait cela de loin, avec une relative indifférence. Partagez-vous ce pessimisme ou votre film reflète-t-il le sentiment général du peuple iranien ?

     La dernière scène du film reflète très bien ma vision des choses pendant le tournage et la raison pour laquelle j'ai réalisé ce film : l'impuissance. Le peuple iranien n'est pas indifférent mais reste impuissant face à ce qu'on lui impose et ne réagit pas ou pas assez. Les choses ont beaucoup changé depuis les dernières élections et tant mieux. Il y a eu un sursaut national, une renaissance qui n'a pas l'air de faiblir. Le placement de la caméra dans la dernière scène n'est pas un éloignement par rapport à la réalité de la vie, elle évoque au contraire notre impuissance à prendre notre destinée en main, comme si on nous gardait à distance. Nous restons spectateur et non pas acteur de la pièce dans laquelle nous sommes censés jouer le rôle principal.      

     Pensez-vous que votre film pourra sortir en Iran ?

     Je ne sais toujours pas. J'aimerais beaucoup. Je vais très prochainement envoyer une copie du film, avec un dossier de presse. La balle sera ainsi dans le camp du Ministère de la Culture et de l'Orientation Islamique. 

     Avez-vous d'autres projets ? Pensez-vous qu'il sera encore plus difficile pour vous de tourner en Iran après ce film ?

     J'ai  un autre projet que j'aimerais tourner cet hiver en Iran. Une comédie romantique à Téhéran, un film très différent dans la forme et dans le fond. Je vais me battre pour faire ce film en Iran, comme tout le monde. Pour le moment, je me concentre sur l'écriture. À chaque jour suffit sa peine. On ne sait pas de quoi demain est fait. 

    Suivez aussi les autres blogs "in the mood": In the mood for Cannes , In the mood for luxe et In the mood for Deauville .

  • Interview de Bong Joon-ho ( réalisateur de « The Host », « Memories of murder », « Mother »)

    bongjoonho2.jpg
    mother.jpg

    Première (enrichissante) expérience d'intervieweuse "en live" avec le charmant et très loquace Bong Joon-Ho (réalisateur de « The Host », « Memories of Murder »...) hier soir, dans le cadre tamisé et chaleureux d'un hôtel du 6ème arrondissement. 

    Le film « Mother » dont il nous a essentiellement parlé sort en salles le 27 janvier 2010. Je vous le recommande vivement et vous pouvez lire ma critique en cliquant ici. « Mother » a été présenté dans la section « Un Certain Regard » du Festival de Cannes 2009 et vient d'être élu meilleur film au 30ème trophée « The Blue Dragon Awards » à Séoul (équivalent de nos César) . En 4 films, Bong Joon-Ho, au même titre par exemple que Park Chan-wook, a réussi à s'imposer comme une référence incontournable de cette nouvelle vague coréenne particulièrement inventive. Il connaîtra ainsi son premier succès (auprès du public comme de la critique et au-delà des frontières coréennes) avec "Memories of murder". "The Host" sera présenté à la Quizaine des Réalisateurs et récoltera une estime internationale. En 2008, il participe au triptyque "Tokyo" avec Leos Carax et Michel Gondry. Il adapte actuellement la bd "La Transperceneige" avec Park Chan-wook comme producteur.

    Merci à Diaphana ainsi qu'à Florian et à Jérôme de Cinefriends d'avoir instigué cette passionnante et instructive rencontre. En attendant la vidéo, voici un résumé de ses réponses. 

     Ma première question concernait la critique de la société coréenne, un aspect commun à ses différents films, celui-ci stigmatisant ainsi ici l'inefficacité de la police et la corruption de la justice, déjà brocardées de manière plus ou moins métaphorique dans ses précédents films. Je lui ai ainsi demandé dans quelle mesure réaliser était pour lui un acte politique.

    Selon lui en tant qu'être humain il est évidemment, par essence, amené à avoir une conscience politique mais il ne le fait pas forcément exprès. Pour Bong Joon-Ho, dans ce film en particulier, les policiers sont plus « mignons » qu'incompétents et s'ils commettent des fautes irréparables, ils le font comme tout être humain peut en commettre.

    Il a ajouté aimer "montrer des gens ordinaires dans des situations exceptionnelles".

    Pour lui « The Host » est une vitrine de la satire et dans « Mother », il voulait ainsi prendre le contrepied avec un film « plus intimiste ». Il voulait ainsi « mettre les individus dans une situation extrême pour montrer l'instinct de l'être humain » et voulait ainsi faire l'autoportrait de la société coréenne à travers eux.

    Je lui ai ensuite parlé de Kim Hye-Ja qui interprète brillamment le rôle de la mère, sidérante dans l'intensité de son jeu et sa diversité d'expressions. Je lui ai demandé si elle  avait été à la base du projet, si elle avait dicté son choix du sujet principal ou s'il avait dès le départ envie de traiter de cet amour fusionnel et obsessionnel et dans ce cas pour quelle raison il avait choisi ce sujet.

    Bong Joon-Ho a répondu qu'elle avait été à l'origine du film. En Corée c'est une sorte d'icône mais il voyait en elle presque une « sorte de folie dans son jeu », une « sorte de psychopathe » alors qu'elle incarne toujours les mères vertueuses et généreuses. Avec beaucoup d'humour il a répondu qu'elle était aussi folle dans la vie que dans le film.

    Je lui ai ensuite demandé s'il souhaitait renouveler l'expérience de « Tokyo » et tourner ainsi à l'étranger, pourquoi pas en France.

    Pourquoi pas a-t-il répondu à condition de pouvoir garder le contrôle à 100%, et d'avoir le final cut comme c'est le cas pour lui en Corée.  L'expérience à Tokyo a ainsi été pour lui « très satisfaisante ». Quant au cinéma français, sa rencontre avec Laurent Cantet la veille de cette interview avec lequel il a évoqué vaguement un projet lui a apparemment donné quelques idées. 

    Bong  Joon-ho est ensuite revenu sur le personnage de la mère, sur lequel il voulait « vraiment se concentrer », la « regarder en gros plan. » Il faisait entièrement confiance à son interprète. Dans certains plans, très larges, elle ressemble ainsi à un grain de sable afin de montrer le caractère « acharné » de sa lutte.

    Concernant le caractère très soigné de sa réalisation, Bong Joon-Ho a précisé avoir écrit le scénario et le storyboard et avoir toujours une idée précise des plans quand il va sur le tournage  tout en se demandant ensuite comment se détacher du story-board une fois sur le tournage. Tout ce qui est technique respecte ainsi le story-board.

    Je lui ai enfin demandé de parler du  thème de la culpabilité autour duquel son film s'articule notamment. Ainsi « Memories of murder » traitait déjà du thème d'un serial killer qui ne fut jamais arrêté, dans « Mother », Do-joon sera finalement aussi relâché, et sa mère jamais jugé pour le meurtre qu'elle a commis, ma question consistait donc à savoir s'il avait une tendresse particulière pour les coupables innocentés ou s'il s'agissait pour lui avant tout d'un moyen de traiter du thème de la culpabilité.

     Bong Joon-Ho a répondu que pour lui le sentiment de culpabilité était très important, ainsi que la notion de châtiment, se demandant ainsi si on est toujours condamné pour un crime qu'on a commis, trop d'innocents étaient jugés coupables. La mère se retrouve ainsi confrontée à un dilemme moral face à un innocent accusé.

    J'aurais eu encore beaucoup de questions à lui poser... une demi-heure étant forcément trop courte pour aborder tous les aspects  d'un film aussi hybride, d'une réjouissante complexité, à la fois teinté d'humour noir, de poésie, mais créant aussi un véritable suspense pour aboutir à un film indéfinissable mêlant les genres (policier, mélodrame, comédie...)  avec énormément d'habileté.

    thehost.jpg
    memories2.jpg
  • Interviews d'Aymeric Cormerais et Yvon Marciano, respectivement acteur principal et réalisateur de "Vivre!"

    vivre1.jpgAprès l'interview de Rémi Bezançon, j'ai le grand plaisir de vous proposer aujourd'hui les interviews d'Aymeric Cormerais et Yvon Marciano, respectivement acteur principal et réalisateur de "Vivre!", qui sortira en salles ce 7 octobre un film que je vous recommande vivement ne serait-ce que parce qu'il donne vraiment envie de "Vivre", un film lumineux qui me trotte toujours dans la tête une semaine après la projection, et qui vous donne cet exaltant sentiment de liberté et de "carpe diem",  et cette sensation qu'aujourd'hui est "le premier jour du reste de [votre] vie" pour paraphraser le titre d'un film d'un réalisateur précité dans lequel a également joué Aymeric Cormerais.

     Un hymne à la liberté, la vie, Paris, l'amour, la jeunesse mais aussi un hommage au cinéma (d'hier et aujourd'hui avec une nouvelle génération d'acteurs) et à la Nouvelle Vague... à ne surtout pas manquer! Un film par ailleurs remarqué par Catherine Deneuve dont elle dit qu'il "aurait plu à Truffaut"!

    Inthemoodforcinema.com a également le plaisir de vous faire gagner des places pour l'avant-première du film, en présence de l'équipe, le 6 octobre, à 20H, au Studio 66 (66 rue Jean Jaurès- 94500) à Champigny-sur-Marne. 10 places pour 2 sont à gagner! Pour remporter ces places, assurez vous d'abord d'être disponibles et de pouvoir vous rendre sur le lieu de la projection, ensuite il vous suffira de m'envoyer un email à inthemoodforcinema@gmail.com avec votre nom et le nom de la personne qui vous accompagnera, en me disant en une phrase pourquoi vous souhaitez assister à cette avant-première, et avec comme intitulé de l'email "Avant-première de "Vivre!"".

    Cliquez ici pour lire ma critique de "Vivre" d'Yvon Marciano

    INTERVIEW D'YVON MARCIAN0 (réalisateur de "Vivre!)

     

    marciano.jpg
    Ci-dessus, la comédienne Ornella Bes et le réalisateur Yvon Marciano sur le tournage de "Vivre!"

     

     Pour Yvon Marciano, il s'agit d'un second long-métrage en tant que réalisateur. Yvon Marciano est réalisateur, scénariste, directeur de la photographie, cadreur. Son premier long-métrage, il y a 13 ans déjà, "Le Cri de la soie" (avec Marie Trintignant) avait été très remarqué et avait reçu de nombreux prix. Marie Trintignant avait par ailleurs été nommée comme "meilleure interprète féminine" pour ce film aux César 1997. Yvon Marciano a également réalisé de nombreux courts-métrages pour lesquels il a été de nombreuses fois primé. Il a également réalisé plusieurs films publicitaires et programmes pour la télévision. Il est aussi professeur de réalisation à l'école de cinéma ESEC et il enseigne également à l'Ecole Florent le travail de l'acteur face à la caméra.

     

    In the mood for cinema : Treize années séparent « Vivre ! » de votre précèdent long-métrage « Le Cri de la soie », est-ce un choix de votre part que de vous être consacré au court-métrage pendant cette période ou avez-vous eu d’autres projets de longs avortés entre-temps ?

     

    Yvon Marciano : J’ai d’abord traversé un véritable « tsunami » dans ma vie personnelle qui m’a empêché, pendant au moins sept ans, de me consacrer au long métrage. Au cours de ces treize années, j’ai quand même réalisé huit courts métrages, mis en scène deux pièces de théâtre, et écrit deux scénarios de longs. Le premier intitulé « Le Beau Sexe » n’a malheureusement pas trouvé le financement nécessaire malgré un beau casting féminin (Marie Trintignant, Elsa Zylberstein, Marie-Josée Croze, Julie Gayet…). Quant au deuxième « Do not disturb », le montage financier est en cours, et j’espère pouvoir le tourner très prochainement. Le film sera produit par Mercredi Films.

     

    ITMFC : Vous dîtes vous-même, après une dizaine de courts, avoir subitement décidé d’écrire et réaliser « Vivre ! », y a-t-il eu un élément déclencheur ?

     

    Yvon Marciano : L’impatience. L’idée de devoir attendre encore deux ou trois ans avant de tourner me paraissait insupportable. L’idée de devoir refaire le parcours habituel (recherche de financement, attente des réponses) et de devoir supporter l’inertie terrible du système… Cela m’a incité à imaginer une toute autre méthode pour « Vivre ! » : se jeter à l’eau sans financement ou presque, écrire et préparer le film dans l’urgence, le plus librement possible, sans pression, en réunissant autour de moi de jeunes acteurs et de jeunes techniciens. J’avais en effet depuis longtemps le désir de parler de la jeunesse, et de donner leur chance à de jeunes comédiens. Et faire un film qui soit au maximum du côté du plaisir.

     

    ITMFC : Comment résumeriez-vous et définiriez-vous « Vivre ! » ?

     

    Yvon Marciano : Un film qui se voudrait tonique, vivant, libre. En réaction contre un cinéma très largement dépressif. Un film du côté de la lumière, qui essaie de parler de tout (même des choses graves) avec légèreté.

     

    ITMFC : « Vivre ! » est un magnifique hommage à la Nouvelle Vague. On retrouve notamment une référence explicite à « A bout de souffle ».  Dans quelle mesure le cinéma de cette époque vous a-t-il influencé et ce film de Godard en particulier ?

     

    Yvon Marciano : Le cinéma de la Nouvelle Vague m’a nourri quand j’étais adolescent. Il m’a profondément marqué, à cause de sa liberté de ton, de sa liberté formelle. Certains films de Godard et Truffaut, pour ne citer que ceux-là, ont été déterminants pour moi.

     

    ITMFC : Bresson aussi semble vous avoir influencé ou encore Truffaut, les personnages masculins de « Vivre ! » me semblent ainsi avoir tous un quelque chose d’Antoine Doinel, et en particulier Théo qui me rappelle beaucoup le Doinel de « Baisers volés ». Dans quelle mesure ces cinéastes et ce film en particulier vous ont-ils également influencé ?

     

    Yvon Marciano : C’est très pércisément Bresson qui m’a donné envie de faire du cinéma. Son « Pickpocket » a été une révélation, un coup de fouet. Ce film m’avait bouleversé et sidéré par son sujet, son personnage principal, son traitement, sa mise en scène « au cordeau ». D’une maîtrise incroyable. Depuis, je me suis un peu éloigné de cet « art de la maîtrise » dont Bresson, Dreyer ou Hitchcock, sont les représentants illustres. J’ai envie aujourd’hui de plus de spontanéité, de plus de liberté. D’être surpris au moment du tournage. Les ressemblances avec Doinel et le cinéma de Truffaut ne sont pas conscientes. Il se trouve que j’ai toujours senti de très grandes affinités avec Truffaut, et une grande admiration, davantage pour l’homme d’aillleurs que pour le cinéaste. Catherine Deneuve a vu « Vivre ! » il y a quelques mois. Je ne l’avais jamais rencontrée, et ce qu’elle m’a dit après la projection m’a sincèrement touché, venant d’elle qui l’a très bien connu : « Ce film aurait beaucoup plu à François. »

     

    ITMFC : Avez-vous donné des indications aux comédiens pour qu’ils s’inspirent du jeu de ceux de cette époque par exemple pour qu’ils aient cette fausse désinvolture qui me semble spécifique à la Nouvelle Vague ?

     

    Yvon Marciano : Non, pas particulièrement. C’était à moi de créer, au moment du tournage, les conditions (rapidité d’exécution, liberté, décontraction, absence de pression, goût du jeu, plaisir) pour que cette « désinvolture » s’exprime au mieux.

     

    ITMFC : De « Vivre ! » émane un sentiment de liberté et de légèreté auquel contribue aussi le mode de filmage. Etait-ce un choix délibéré de votre part ?

     

    Yvon Marciano : Bien sûr ! Il était impensable pour moi de tourner autrement. Il fallait la caméra à l’épaule, sans aucune machinerie (ni pied, ni rails de travelling), le matériel d’éclairage le plus léger possible. Avec Pierre Befve, mon chef-opérateur, nous voulions que tout le matériel soit contenu dans une petite camionnette. Que la logistique soit la moins contraignante possible. Je voulais même qu’on puisse se déplacer à pied d’un décor à l’autre, en sachant que nous avions parfois cinq lieux différents dans la journée !

     

    ITMFC : « Vivre ! » est un film à la fois intemporel et contemporain, un hymne à Paris, au cinéma, à l’amour mais c’est aussi un hymne à la jeunesse et à la nouvelle génération des comédiens qui interprètent ces personnages. Qu’est-ce qui selon vous caractérise cette nouvelle génération ? Comment avez-vous choisi ces jeunes comédiens et en particulier Aymeric Cormerais qui interprète le rôle principal ?

     

    Yvon Marciano : J’ai fait un casting qui a duré 5 semaines, j’ai demandé conseil à quelques personnes de confiance qui travaillent dans le cinéma, j’ai profité de mes interventions à L’Ecole Florent (ou je dirigeais chaque année un stage de cinéma d’un mois et demi) pour proposer certains rôles à des élèves talentueux que j’avais depuis longtemps repérés (Gaël Tanniou, Lydie Waï, Pierre-Marie Baudoin). Arnaud Denis m’a été conseillé par une amie comédienne. Quant à Aymeric Cormerais, j’ai fait des essais avec lui qui m’ont convaincu : j’ai aimé sa liberté, sa désinvolture. Je me suis inspiré de la personnalité des comédiens pour écrire le scénario, l’écriture et le casting ayant été menés en parallèle. C’est assez grisant de partir des comédiens pour écrire, de dessiner leurs personnages en fonction de ce qu’ils vous inspirent. Je voulais parler de la jeunesse, pas forcément celle des années 2000, mais davantage de l’esprit de la jeunesse. Que ce film fasse un minimum de concessions à la mode, à l’air du temps, qu’il soit autant que possible intemporel. Ce qui me frappe, dans la jeunesse d’aujourd’hui, c’est souvent (et on peut la comprendre) une peur de l’avenir, une peur du lendemain. Qui génèrent une forme de passivité, de flottement, d’indécision, d’attentisme, d’inertie. Rien ne me fait plus peur que l’immobilisme. Quand on est jeune, il ne faut surtout pas rester au bord du chemin à attendre je ne sais quel espoir. Il faut agir, avancer, saisir la vie à bras le corps. Quelles que soient ses capacités, il faut aller de l’avant, tenter des choses, se casser la figure si besoin, prendre des coups peut-être, mais agir ! C’est la seule manière de rester vivant ! Ce sont en tout cas ces valeurs-là, cette philosophie-là, que j’ai voulu défendre dans le film.

     

    ITMFC : « Vivre ! » a été tourné en un mois à Paris donc avec une économie de temps mais aussi de moyens, cela donne une impression de spontanéité rafraîchissante à l’ensemble, est-ce que cela a constitué une contrainte ou au contraire une liberté pour vous en tant que cinéaste?

     

    Yvon Marciano : Les deux ! Des contraintes énormes au moment de l’écriture. Impossible de sortir de Paris car le moindre déplacement coûte cher, impossible de tourner dans des décors qui ne seraient pas gratuits. Le manque d’argent représentait la plus grande contrainte. Mais une fois passée l’étape de l’écriture, j’ai ressenti au moment du tournage un incroyable sentiment de liberté. Je me suis beaucoup amusé, j’étais porté par l’énergie du groupe, par l’investissement énorme de chacun des jeunes gens qui composaient l’équipe. Je ne crois pas avoir ressenti la moindre pression, la moindre frustration. Ce tournage a été assez miraculeux.

     

    ITMFC : L’équipe technique était je crois majoritairement composée d’étudiants en cinéma, en quoi cela a-t-il influé sur votre travail ?

     

    Yvon Marciano : Il était important pour moi qu’un film sur la jeunesse soit tourné par des jeunes gens. C’était impensable autrement. J’ai misé sur l’alchimie du groupe, la synergie, le plaisir partagé, le goût de la jeunesse pour le risque, le pari et le jeu. J’avais l’intuition que ces choix ne pouvaient qu’imprégner le film.

     

    ITMFC : Paris est un personnage à part entière, comment avez-vous choisi les lieux, y avait-il un fil directeur particulier entre ces différents endroits ?

     

    Yvon Marciano : Paris est une ville dont je ne me lasse pas. Cela fait trente ans que j’y habite, et je lui trouve toujours une beauté, une richesse, une diversité, une photogénie magnifiques. En tant que cinéaste, je suis toujours ébloui par la beauté de certaines rues, de certains sites, par la présence de la Seine, par une qualité de lumière, de ciel. Je voulais en effet que la ville ne soit pas qu’un décor, à l’arrière-plan. Qu’elle fasse partie intégrante du récit. Que mes personnages puissent dire : « Paris nous appartient » !

     

    ITMFC : Dans «  Vivre ! » plus de 80 lieux de tournages ont été utilisés je suppose que cela a constitué une contrainte supplémentaire pour les comédiens  mais aussi pour vous ?

     

    Yvon Marciano : Cela faisait partie du pari initial. J’avais très peur que le film, à cause de l’extrême modestie de son budget, apparaisse comme un film pauvre. C’est pourquoi j’ai multiplié les lieux, les personnages, les séquences. Avant de commencer à tourner, je voulais que mon film soit un peu comme une mosaïque, un kaléïdoscope.

     

    ITMFC : Claude Sautet disait que le cinéma « doit faire aimer la vie ». C’est le sentiment avec lequel je suis ressortie de la projection de votre film. Etait-ce votre intention première ?

     

    Yvon Marciano : Votre réaction me fait très plaisir. Je souscris entièrement à ce que disait Sautet. On sait tous que la vie est difficile, semée d’obstacles, de souffrances, de dangers et parfois de périls. Mais cela ne m’intéresse pas d’aller dans le courant souvent « dépressif » du cinéma d’aujourd’hui. Je me sens, en tant que cinéaste, l’obligation morale (j’insiste sur ce qualificatif « morale »), d’être plutôt du côté de la lumière que de l’ombre, et d’exalter la vie. Sans chercher à mentir ou à tromper les gens, en étant au plus près de la vérité des situations et des personnages, mais en faisant un cinéma, je l’espère, tonique. Qui donne envie de se battre, d’ouvrir grand ses yeux et ses oreilles, et de savourer la vie.

     

    ITMFC : Si vous deviez convaincre les spectateurs d’aller voir « Vivre ! » plutôt qu’un autre film ce 7 octobre que leur diriez-vous?

     

    Yvon Marciano : Je leur dirais que j’ai essayé de faire un film libre, vivant, en toute indépendance, en ce sens qu’il ne m’a été imposé par personne, qu’il s’est fait en dehors des règles habituelles du système, en refusant de passer sous les fourches caudines du « formatage ». Et qui, je l’espère, transmet des ondes positives, et donne envie de vivre ! 

     

    ITMFC : Quels sont  vos projets ? Attendrez-vous 13 ans avant de réaliser un nouveau long-métrage ?

     

    Yvon Marciano : Non, surtout pas ! Je voudrais réaliser « Do not disturb » dans un avenir proche, et faire encore mille choses. Mes désirs de films sont divers, multiples, et très nombreux. Mais, comme vous vous en doutez, tout cela ne dépend pas que de moi…

     

     

    INTERVIEW D'AYMERIC CORMERAIS (acteur principal de "Vivre!" d'Yvon Marciano)

    Aymeric.jpg
    Aymeric Cormerais dans "Vivre!"

    Pour Aymeric Cormerais il s'agit d'un premier premier rôle dans un long-métrage même si vous avez déjà pu le remarquer dans "Béa", le court-métrage de Romual Beugnon pour lequel il a reçu le prix d'interprétation au Festival du Film Romantique de Cabourg un excellent court-métrage que vous pouvez visionner en cliquant ici- , vous avez également pu le voir dans le non moins excellent "Elle viendra pas" d'Olivier Serrano ou encore dans un rôle  secondaire et non moins mémorable dans « Le premier jour du reste de ta vie » de Rémi Bezançon). Vous le retrouverez aussi demain , à  20H30, sur France 2 dans « Pour une nuit d'amour », un inédit de la collection « Contes et nouvelles » du XIXème siècle adapté de Zola et réalisé par Gérard Jourd'hui.

    In the mood for cinema : Aymeric, Théo dans « Vivre ! » est ton premier premier rôle dans un long-métrage, avant d’en venir au film,  peux-tu nous dire comment est né ton désir d’être comédien ?

     

    Aymeric Cormerais : Quand j'étais petit, après avoir regardé un film qui m'avait vraiment plu, je voulais faire le même métier que le héros. Quand j'ai vu « Indiana Jones » je voulais être aventurier. Quand j'ai vu « Jack le Tueur de Géants » je voulais chasser des monstres. Quand j'ai vu « La Grande Evasion » je voulais m'évader. Quand je regardais « Mac Gyver » … heu en fait j'ai jamais vraiment compris son boulot mais ça avait l'air vraiment cool. Tous les ans, quand il fallait mettre le métier qu'on voulait faire sur une feuille à la rentrée des classes, je changeais d'avis. Et puis un jour j'ai compris que la meilleure solution pour être tout ça à la fois, c'était d'être comédien.

     

    ITMFC :  Même si «Vivre ! » est le premier long dans lequel tu interprètes un premier rôle, tu as déjà eu un rôle marquant dans « Béa » de Romuald Beugnon, un film primé dans de nombreux festivals pour lequel tu as obtenu le prix d’interprétation au Festival du Film Romantique de Cabourg en 2006, que t’a apportée cette expérience (dans l’évolution de ton travail et  au regard d’éventuelles  opportunités professionnelles)?

     

    Aymeric Cormerais : Romuald a été le premier réalisateur à me faire confiance, et ce malgré la réticence de plusieurs personnes de son équipe. « Béa » est vraiment le film qui m'a permis d'avancer. J'ai pu trouver mon premier agent, rencontrer des directeurs de castings, des réalisateurs … Sans parler du prix d'interprétation. La cerise sur le gâteau ! Et puis lors de projections dans les festivals j'ai remarqué que les mamies m'aimaient bien (certaines me faisaient des clins d'oeil).

    ITMFC : Dans « Béa » de Romuald Beugnon, dans le court-métrage d’Olivier Serrano « Elle viendra pas », dans "Le Premier jour du reste de ta vie" de Rémi Bezançon,  et dans  le téléfilm de Gérard Jourd’hui « Pour une nuit d’amour » (diffusé ce vendredi 2 octobre sur France 2) tu interprètes des personnages plutôt antipathiques, jubilatoires pour le spectateur. Le sont-ils aussi à interpréter ? Est-ce vers ce genre de rôle que tu souhaites aller ?

     

    Aymeric Cormerais : Je trouve que le personnage de « Béa » n'est pas antipathique. Il est juste paumé et maladroit. Par contre, le personnage de Sacha dans « Le Premier Jour du Reste de ta Vie » de Rémi Bezançon n'est vraiment pas très sympa.

    Je ne sais pas si c'est jubilatoire pour le spectateur mais en tout cas ça l'est pour un acteur. On sait qu'on peut faire ce qu'on veut sur scène sans que ça ait un impact sur la vie réelle, ou presque. On m'a parlé d'amis d'amis qui me détestaient avant de me connaître car ils avaient vu « Le Premier Jour ... ».

     

    ITMFC: Dans "Le premier jour du reste de ta vie" de Rémi Bezançon tu interprétais  ton premier rôle dans un long-métrage...et encore un personnage antipathique.:-) J'imagine que cette expérience sur un film qui a de surcroît rencontré un succès autant publique que critique a dû être particulièrement enrichissante. En quoi cette expérience t'a-t-elle aidé pour le tournage de "Vivre!" dont les conditions de tournage étaient certes très différentes?

     

    Aymeric Cormerais: Travailler avec Rémi Bezançon sur "Le Premier Jour du Reste de ta Vie" a été une expérience incroyable.
    "Vivre !" s'est monté en très peu de temps avec très peu de moyens contrairement au "Premier Jour". Ce que j'espère c'est que "Vivre !" prouvera qu'il est possible de faire des films sans passer par le circuit "classique" et que cela donnera des idées à d'autres jeunes réalisateurs. J'ai aussi eu une plus grande liberté dans le jeu sur "le premier jour" que sur "Vivre !" .

    ITMFC : Dans « Vivre !», tu interprètes une sorte de dandy intemporel plutôt différent de tes précédents rôles, qu'est-ce ce qui t’a séduit dans ce personnage ?

     

    Aymeric Cormerais : Avant tout je suis séduit par une histoire avant de l'être par un personnage. Si une histoire me touche, j'ai envie d'y participer, de la défendre. Même si ce n'est que pour quelques jours de tournage.

     

    ITMFC : D’ailleurs, comment définirais-tu ton personnage et le film d’Yvon Marciano ?

     

    Aymeric  Cormerais: Théo c'est quelqu'un qui, en accompagnant son ami vers la mort, va réapprendre à vivre (elle est bien cette phrase hein ?).

    « Vivre ! » c'est un film « pas comme les autres » comme on nous l'a souvent dit. Certain programmateurs de cinema ont dit qu'il était « inclassable ». Je prends ça comme un compliment.

     

    ITMFC : « Vivre ! » est très influencé par la Nouvelle Vague, t’es-tu inspiré de certains comédiens de l’époque pour interpréter Théo ? Yvon Marciano vous a-t-il donné des indications en ce sens ? Plus généralement, est-ce un cinéma qui t’influence ?

     

    Aymeric Cormerais : On n'a pas eu le temps de se préparer pour ce film. J'ai su le rôle que j'allais interpréter une semaine seulement avant le tournage. D'habitude on nous le dit au moins un mois à l'avance ce qui nous laisse le temps de répéter et faire des recherches sur le personnage. Là ce n'était pas possible. Cependant c'était aussi le but. Faire un film en très peu de temps pour garder un maximum de liberté. Yvon a voulu faire un film très libre, comme on aurait pu le faire pendant la Nouvelle Vague.

    ITMFC : « Vivre » a été tourné en un mois à Paris, donc avec une économie de temps mais aussi de moyens, cela donne une impression de spontanéité rafraîchissante à l’ensemble, est-ce que cela a constitué une contrainte ou au contraire une liberté pour toi en tant que comédien ?

     

    Aymeric Cormerais : Dans la contrainte on peut trouver une certaine liberté. On a transporté nos costumes avec nous à travers Paris, on a tourné sans autorisations, cette année il ne faisait pas beau au mois d'août... Tout cela à contribué à créer une énergie nécessaire pour le film.

     

    ITMFC : Comme je le disais précédemment tu as également joué dans « Pour une nuit d’amour » de Gérard Jourd’hui diffusé ce vendredi sur France 2.  J’imagine que le temps de tournage était là aussi restreint comme pour « Vivre ! ». Est-ce que ton rôle dans le film d’Yvon Marciano et les conditions particulières de tournage (qui a eu lieu il y a deux ans je crois) t’ont aidé pour ce téléfilm soumis par définition à des contraintes temporelles assez similaires ?

    Aymeric Cormerais : On ne peut pas comparer ces deux projets. Ne serait ce que du niveau du budget ou de l'organisation. Ce qui est sûr c'est que sur chaque tournage on apprend quelque chose. Entre autres, « Vivre ! » m'a permis d'appréhender un premier rôle dans un long métrage.

     

    ITMFC : Dans «  Vivre ! » plus de 80 lieux de tournages ont été utilisés, même si tu n’es pas présent dans tous les plans, je suppose que cela a constitué une contrainte supplémentaire pour les comédiens ?

     

    Aymeric Cormerais : Ce qui a posé le plus de contraintes c'était le temps. Si la météo prévoyait de la pluie pour le lendemain, on était prévenu la veille au soir pour le changement de scène et de lieu de tournage le lendemain matin. Je pense que cette « urgence » nous a permis de trouver une certaine énergie.

     

    ITMFC : Si tu devais définir « Vivre ! » en trois adjectifs quels seraient-ils ? Si tu devais convaincre les spectateurs d’aller voir « Vivre ! » plutôt qu’un autre film ce 7 octobre que leur dirais-tu?

     

    Aymeric Cormerais : Liberté, égalité, fraternité.

    Catherine Deneuve a adoré !

     

    ITMFC : Si je me transformais en Harry Potter muni d’une baguette magique ayant la possibilité de te permettre de tourner le(s) rôle de tes rêves pour le(s) cinéaste(s) de tes rêves, quel(s) serai(en)t-il(s) ?

     

    Aymeric Cormerais : Remi Bezançon (eh oui, encore), Michel Gondry (pour sa fantaisie), Zabou Breitman (pour sa poésie), Jacques Audiard (pour son indescriptible talent), Fred Cavayé, Romuald Beugnon …

     

    ITMFC : Quels sont tes projets après la sortie de "Vivre!" ?

     

    Aymeric Cormerais : Je vais tourner dans l'adaptation de « La Peau de Chagrin » de Balzac, réalisé par Alain Berliner.

     

  • L'interview "in the mood for cinema" de Rémi Bezançon (réalisateur du "Premier jour du reste de ta vie")

    premier.jpgJe lance aujourd'hui à nouveau une nouvelle rubrique, cette fois consacrée à des interviews de personnalités du septième art  ayant un lien avec l'actualité.

     Rémi Bezançon a eu la gentillesse de répondre à mes questions, et d'inaugurer ainsi cette rubrique, je l'en remercie vivement de nouveau.

     A une semaine de la cérémonie des Césars, alors que, comme il nous rappelle lui-même, "Le premier jour du reste de ta vie" est encore à l'affiche après avoir totalisé 1,2 millions d'entrées, et 9 nominations aux Césars (Jacques Gamblin est nommé comme meilleur acteur, , Marc-André Grondin et Pio Marmai sont nommés comme meilleurs espoirs masculins, Déborah François est nommée comme meilleur espoir féminin, Rémi Bezançon est nommé comme meilleur réalisateur et pour le meilleur film ainsi que pour le meilleur scénario original, Sinclair est nommé pour la meilleure musique et Sophie Reine pour le meilleur montage) cette interview a donc lieu en pleine actualité et tourne essentiellement autour de la cérémonie du 27 février.

    Le principe de ces interviews "in the mood for cinema" sera toujours le même : 9 ou 10 questions simples divisées en 3 parties (l'actualité de l'interviewé, ses projets, ses goûts cinématographiques) dont les réponses seront retranscrites telles quelles...

    Bezançon.jpg

    CLIQUEZ ICI POUR LIRE MA CRITIQUE DU PREMIER JOUR DU RESTE DE TA VIE (le DVD est en vente depuis le 27 janvier).

    In the mood for cinema : Après son 1, 2 millions d'entrées, « Le premier jour du reste de ta vie » a récolté 9 nominations aux Césars, quel est votre état d'esprit à quelques jours de la Cérémonie. Que représente cette cérémonie pour
    vous ?

    Rémi Bezançon: Je suis serein. Avoir 9 nominations constitue déjà une très belle victoire. Pour le reste... Inch'Allah.

    ITMFC: Toutes les composantes qui contribuent à la belle alchimie de ce film sont nommées (musique, scénario, comédiens, réalisation,
    montage.) Y a-t-il une nomination à laquelle vous êtes plus sensible que les autres et a fortiori un César auquel vous seriez plus sensible
    que les autres ?

    Rémi Bezançon: Le scénario. N'étant pas vraiment un littéraire, j'ai du tout apprendre tout seul.

    ITMFC: Cette année que j'imagine trépidante vous a-t-elle laissé le temps de voir les films des autres nommés. Avez-vous eu des coups de cœur ?

    Rémi Bezançon : Un vrai coup de coeur pour Séraphine, que j'ai trouvé juste et puissant. C'est un film sur la création que je compare au Shining de Kubrick. Magnifique.


    ITMFC: Un avis sur la décision de Dany Boon de boycotter la cérémonie pour n'avoir été nommé qu'une fois (dans la catégorie meilleur scénario) et sur l'idée de la création du César de la meilleure comédie?


    Rémi Bezançon: Peut-être l'Académie aurait-elle du remettre à Dany Boon un César d'honneur rapport aux 20 millions d'entrées, histoire de désarmorcer les non-nominations des Chtis qui semblaient assez évidentes. Ça aurait évité toutes ces histoires assez minables...

    ITMFC: Ces nominations ont-elles d'ores et déjà changé quelque chose  et facilité vos  projets ?

    Rémi Bezançon: Non. Avant la sortie du Premier Jour, j'étais déjà sur l'écriture du suivant, l'adaptation d'"Un heureux événement" d'Eliette Abecassis.


    ITMFC: Si vous aviez une baguette magique, ou disons à défaut un César magique, quels seraient pour vous le casting et le film idéal  (même
    totalement utopiques)?


    Rémi Bezançon: Water Music, d'après T.C. Boyle, avec Johnny Depp et Leonardo Di Caprio.


    ITMFC:  Y a-t-il un film en particulier qui a déclenché votre envie de faire du cinéma ?

    Rémi Bezançon: Il était une fois dans l'ouest.


    ITMFC: Si vous deviez choisir un acteur, une actrice, un réalisateur en tête de votre panthéon cinématographique, quels seraient-ils ?


    Rémi Bezançon: Marcello Mastrioani
    Isabelle Adjani
    Stanley Kubrick


    ITMFC:  Quel film de ce début 2009 recommanderiez-vous aux lecteurs d' « In the mood for cinema » ?

    Rémi Bezançon: Le Premier Jour du Reste de ta Vie! Eh oui, il est encore à l'affiche 31 semaines après sa sortie!!
    ;-)

    BANDE-ANNONCE ET EXTRAITS: