Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

musique - Page 2

  • Concours - Gagnez vos pass pour le Festival du Cinéma et Musique de Film de La Baule 2015

    Du 11 au 15 novembre, j'ai le plaisir d'être invitée au Festival du Cinéma et Musique de Film de La Baule que je vous ferai vivre en direct sur mes blogs et sur twitter. Je m'en réjouis d'autant plus que j'avais particulièrement apprécié la première édition et que le programme de cette édition 2015 est encore plus riche, diversifié et enthousiasmant. En partenariat avec le festival, j'ai aussi le plaisir de faire gagner des pass pour le festival à trois d'entre vous (deux pass par gagnant, vous pourrez donc venir avec la personne de votre choix). En cliquant sur l'image ci-dessous, vous pourrez accéder au concours (attention: vous n'avez que quelques jours pour participer) mais aussi au programme complet et détaillé du festival, à mes bonnes adresses à La Baule, à toutes les informations pratiques et à mon compte rendu de l'édition 2014. Bonne chance et peut-être à bientôt à La Baule!

    pass3.png

  • Concours - A gagner: 3 CD de "The Cinema of Martin Scorsese", les sublimes musiques de ses films (Decca Records)

    Scro

    Je vous ai récemment relaté ici la passionnante conférence de presse de Martin Scorsese suite au vernissage de l’exposition que lui consacre actuellement la Cinémathèque Française (jusqu’au 14 février 2015) dont vous trouverez à nouveau le récit ci-dessous ainsi que, en bonus, ma critique de « Shutter island ». A cette occasion, mais aussi à l’occasion d’un festival qui met la musique de films à l’honneur (le Festival du Cinéma et Musique de Film de La Baule qui aura lieu du 11 au 15 novembre et pour lequel je vous fais gagner vos pass et dont vous pouvez retrouver le programme complet, ici), j’ai le plaisir de vous faire gagner 3 CD de « The Cinema of Martin Scorsese » sur lequel vous retrouverez les sublimes musiques de ses films (en partenariat avec Decca Records, un label Universal Music France, pour toutes les informations sur ce CD, rejoignez l'excellente page Facebook "Ecoutez le cinéma" en cliquant ici).

    scor3

    La musique est en effet un acteur indissociable du cinéma de Scorsese et en est même une composante essentielle. Pour prolonger le plaisir de l’exposition Scorsese à la Cinémathèque Française, je vous recommande vivement ces 4 CD « The Cinema of Martin Scorsese » dans lesquels vous retrouverez les inoubliables musiques de ses films.

    La musique a bercé l’existence de Scorsese et a influé sur son cinéma, que ce soit le son et le «  rythme de la langue sicilienne, de l’anglais avec accent sicilien » ou des musiques qui flottaient dans le quartier de son enfance, le quartier new-yorkais de Little Italy. Des musiques qui se répondent et se font écho parfois d’un film à l’autre, prouvant à qui en douterait encore à quel point son cinéma est un impressionnant édifice d’une logique implacablement construite et à quel point Scorsese est cinéphile mais aussi mélomane. Preuve en est notamment sa collaboration avec Bernard Herrmann (LE compositeur d’Hitchcock, lequel Hitchcock a d’ailleurs beaucoup influencé le cinéma de Scorsese comme le montre très bien l’exposition) pour « Taxi driver ».

    « The Cinema of Martin Scorsese » vous permet d’écouter chronologiquement les musiques de ses films qu’elles soient originales ou non et ainsi de vous replonger dans leurs singulières ambiances. 5 heures de musique pour revisiter le cinéma de Scorsese, en appréhender la richesse et la construction musicales. Au programme donc notamment les musiques de Bernard Herrmann, Howard Shore, ou encore Peter Gabriel mais aussi Bach ou encore les voix de Tony Bennett ou Aretha Franklin. Une orfèvrerie musicale qui témoigne de l’éclectisme musical qui imprègne les films de Scorsese. Pour ma part, je suis totalement envoûtée par la musique du « Temps de l’innocence » (composée par Elmer Bernstein) à réécouter sans modération. Une compilation Decca Records – Un label Universal Music France

    CONCOURS

    Pour remporter « The Cinema of Martin Scorsese », répondez aux questions suivantes avant le 15 novembre 2015, à minuit. Envoyez vos réponses à inthemoodforfilmfestivals@gmail.com en n’oubliant pas de spécifier vos coordonnées. Pour remporter un des trois CD mis en jeu répondez correctement aux questions suivantes. La dernière question permettra de départager les gagnants. Abonnez-vous au préalable à la page Facebook Decca records et à la page Facebook "Ecoutez le cinéma".

    1. Sur la place parisienne dont figure la photo ci-dessous s’achève un des plus beaux films de Scorsese. Quel est le nom de cette place? Quel est ce film?

    place

    2. Quel compositeur a composé le plus de musiques de films de Martin Scorsese?

    3. De quel film de Scorsese l’image ci-dessous est-elle extraite?

    concours64. Un festival français, en octobre 2015, a décerné une récompense à Martin Scorsese. Citez cette récompense et les réalisateurs qui l’ont  obtenue avant lui.

    5. Quel est pour vous le meilleur film de Martin Scorsese et pourquoi?

    VERNISSAGE DE L’EXPOSITION ET CONFERENCE DE PRESSE DE MARTIN SCORSESE

     

    scorsese2

    Scorsese1

    Martin27

    Martin1

    Difficile de l’ignorer au regard de la médiatisation dont elle fait l’objet mais je ne résiste pas à l’envie de vous parler à mon tour de l’ exposition Scorsese qui a lieu à la Cinémathèque Française du 14 octobre 2015 au 14 février 2015 accompagnée d’une rétrospective (intégrale !) de l’œuvre du cinéaste du 14 octobre au 30 novembre 2015 d’autant plus que j’ai eu le plaisir d’assister au vernissage de l’exposition ainsi qu’à la passionnante conférence de presse de Martin Scorsese (à qui le Festival Lumière de Lyon décernera ce soir le prix Lumière comme l’a rappelé Serge Toubiana lors de la conférence de presse).

    Cinéaste intrinsèquement new-yorkais, Martin Scorsese est aussi un cinéphile érudit qui a par ailleurs créé la Film Foundation pour préserver la mémoire du cinéma. C’est ainsi à ce titre que, en 2010, il avait présenté « Le Guépard » de Visconti projeté dans le cadre de Cannes Classics au Festival de Cannes, moment inoubliable dont vous pouvez retrouver mon récit, ici…La mission de la Film Foundation est ainsi la conservation du patrimoine cinématographique mondial.

    scorsese10

    Scorsese revient ainsi à la Cinémathèque Française dix ans après y être venu lors de l’inauguration du bâtiment de Frank Gehry.

    Que vous aimiez le cinéma de Scorsese ou non, que vous le connaissiez plus ou moins bien, je ne peux que vous encourager à découvrir cette exposition qui vous immergera dans son univers, ses racines, ses décors, ses thématiques récurrentes et vous (dé)montrera la cohérence et l’intelligence indéniables et admirables de son cinéma. Il s’agit en effet de la plus importante exposition jamais réalisée sur le cinéaste, une exposition conçue par la Deutsche Kinemathek, Museum for Film and Television, Berlin et retravaillée avec la complicité de Kristina Jaspers et Nils Warnecke, les deux commissaires, et par Matthieu Orléan.

    L’exposition est divisée en 5 partie. La première intitulée «  de nouveau héros » vous immergera dans le clan familial qui a tant inspiré son cinéma, mais aussi dans le monde des gangs. La deuxième partie intitulée « Crucifixion » est consacrée à l’influence de l’Eglise catholique dans son cinéma (Scorsese souhaitait devenir prêtre dans sa jeunesse). Ne manquez pas les images de films mises en parallèle à l’entrée de l’exposition et qui montrent magnifiquement à quel point cette thématique est présente dans son œuvre.

    Martin10

    La troisième partie évoque un personnage incontournable de son oeuvre  : New York, théâtre fascinant de ses films (il a grandi dans le quartier de Little Italy qui imprègne tant son cinéma), dont, comme Woody Allen, pour reprendre les termes de Serge Toubiana il est « un des plus grands chroniqueurs de ses métamorphoses ». La quatrième partie évoque ses « inspirations » comme Hitchcock à qui il fait régulièrement référence allant aussi jusqu’à collaborer avec Bernard Herrmann, son compositeur dont le maître du suspense est indissociable, mais aussi des techniciens ayant collaboré avec Hitchcock. Cette partie évoque aussi ses nombreuses références au patrimoine cinématographiques a fortiori dans ses films qui y sont consacrés comme « Aviator » en 2004 ou encore « Hugo Cabret » en 2011. Enfin, la dernière partie intitulée « Maestria » est consacrée à l’habileté et la virtuosité de sa mise en scène et démontre la construction visuelle de ses films plan par plan, notamment à travers des story boards. Vous y croiserez bien sûr ses acteurs fétiches : De Niro, DiCaprio, Keitel.

    Véritable caverne d’Ali Baba, cette exposition vous permettra de découvrir de nombreux documents fascinants : photographies, storyboards, costumes, affiches, objets culte… L’exposition Martin Scorsese s’appuie principalement sur sa propre collection privée à New York, ainsi que sur la collection de Robert De Niro et celle de Paul Schrader. Je vous laisse découvrir ci-dessous mes clichés de quelques-uns de ces documents qui vont feront écarquiller vos yeux de cinéphiles!

    Martin18

    Martin17Martin15

    Martin9

    Martin3

    Martin13

    Martin8

    Martin7

    Comme moi, je vous garantis que vous ressortirez avec une seule envie : revoir toute l’œuvre de Scorsese que cette exposition éclaire magnifiquement.

     Serge Toubiana inscrit « Le temps de l’innocence » parmi les 10 meilleurs films de l’histoire du cinéma, c’est aussi mon Scorsese préféré que je vous invite à revoir. Retrouvez également, ci-dessous, ma critique de « Shutter island » que vous pourrez également (re)voir dans le cadre de la rétrospective. Je vous recommande aussi d’aller faire un tour sur le site officiel de la Cinémathèque Française particulièrement bien agencé et sur quel vous retrouverez de  nombreux documents  liés à l’exposition : http://www.cinematheque.fr/   /

    Vous pourrez également asssister aux projections et conférences suivantes :

    Jeudi 22 octobre à 19H : « Scorsese, l’homme par qui le rock a envahi le cinéma »par Michka Assayas

    Jeudi 5 novembre à 19H : « Taxi Driver » : un montage, dé-montages » par Bernard Benouel

    Jeudi 19 novembre à 19H : « Martin Scorsese : vitesse trompeuse » par Jean-Baptiste Thoret

    En ligne sur Cinematheque.fr : le New York de Martin Scorsese

    Martin Scorsese recevra le prix Lumière ce vendredi à Lyon

    Sur Arte : cycle Martin Scorsese du 12 au 18 octobre

    Sur Canal + mardi 13 octobre à 20H55 : diffusion en première exclusivité du « Loup de Wall Street »(2013)

    Sur Cine + club dimanche 25 octobre à 20H45 : « Les Nerfs à vif » (1991) suivi de « Casino »(1995)

    Informations pratiques :

    La Cinémathèque Française

    Musée du Cinéma

    51 rue de Bercy

    75012 Paris

    Informations : 0171193333

    Martin Scorses, l’exposition

    Du lundi au samedi (sauf fermeture mardi 25 décembre et 1er janvier) : de 13h à 19h, nocturne le jeudi jusqu’à 22H

    Samedi, dimanche et vacances scolaires de Toussaint et Noël : de 10h à 20H

    Plein Tarif : 12 euros – Tarif réduit : 9 euros – Moins de 18 ans : 6 euros – Libre Pass : accès libre

    Quelques extraits vidéos de la conférence de presse et quelques citations extraites de celle-ci :

    « C’est la première fois que je vois l’exposition et c’est assez bouleversant. »

    « Avec De Niro comme avec DiCaprio la confiance est réciproque, c’est une amitié qui fait que le travail est facile. »

    « Dans ma famille on ne lisait pas mais on racontait beaucoup d’histoires et on écoutait beaucoup de musiques. »

    « Je me fais du souci pour les jeunes et pour ce que représente le cinéma pour eux. » (à propos des blockbusters)

    « Aviatior est à part car on le voulait à très grande échelle mais pour les autres c’est seulement en cours de route qu’on a réalisé. »

    « Pasolini a tourné la plus belle adaptation de l’Evangile, c’est le film que j’aurais voulu tourner . »

    « J’ai vu Accatone à la projection presse en 1966 au Festival de New York, c’est un film bouleversant. »

    « La première musique qui a provoqué des émotions en moi est celle de Django Reinhardt ».

    « J’ai une relation directe avec les financiers qui investissent dans mes films. Il y a eu une traversée du désert dans les 80′. »

    « L’idée de départ était lien entre le storyboard et l’art contemporain pour l’expo à Berlin avant de faire une expo plus large. »

    « Depuis une quinzaine d’années mes dessins sont devenus des croquis plus petits et rapides ».

    « J’ai l’habitude de penser en termes de séquences, d’anticiper en termes de séquences montées. »

    Critique de SHUTTER ISLAND de Martin Scorsese (critique publiée lors de la sortie du film) –

    A voir à la Cinémathèque le lundi 19 octobre à 16H30/ le mercredi 4 novembre à 19H/ le samedi 28 novembre à 15H30

    shutter2.jpg

    Cela faisait longtemps. Longtemps que j’entendais parler de cette adaptation tant attendue du best seller de 2003 de Dennis Lehane (que je n’ai pas lu et qui est également l’auteur de best-sellers ayant donné lieu à d’excellentes adaptations cinématographiques comme « Mystic river » de Clint Eastwood et, dans une moindre mesure, « Gone baby gone » de Ben Affleck). Longtemps que je n’avais pas ressenti un tel choc cinématographique. Longtemps qu’un film ne m’avait pas autant hantée des heures après l’avoir vu… Un grand film, c’est en effet comme un coup de foudre. Une évidence. Une évidence qui fait que les mots à la fois manquent et se bousculent. Je vais essayer de trouver les plus justes pour vous faire partager mon enthousiasme sans trop en dévoiler.

    Avant toute chose, il faut que je vous présente « Shutter island ». Shutter island est une île au large de Boston sur laquelle se trouve un hôpital psychiatrique où sont internés de dangereux criminels. Une île séparée en trois bâtiments : un pour les femmes, un pour les hommes et un pour les criminels les plus dangereux, enfin quatre si on compte son phare qui détient la clef de l’énigme. En 1954, l’une des patientes, Rachel Solando, a mystérieusement disparu… alors que sa cellule était fermée de l’extérieur, laissant pour seul indice une suite de lettres et de chiffres. Le marshal Teddy Daniels (Leonardo DiCaprio) et son coéquipier Chuck  Aule (Mark Ruffalo) sont envoyés sur place pour résoudre cette énigme… Alors qu’une forte tempête s’abat sur l’île isolée, une plongée dans un univers étrange, sombre, angoissant s’annonce alors pour Teddy qui devra aussi affronter ses propres démons.

    Rarement un film aura autant et si subtilement fait se confondre la fond et la forme, le ressenti du personnage principal et celui du spectateur. Dès le premier plan, lorsque Teddy, malade, rencontre son coéquipier sur un ferry brinquebalant et sous un ciel orageux, Scorsese nous embarque dans l’enfermement, la folie, un monde mental qui tangue constamment, flou, brouillé. Tout est déjà contenu dans cette première scène : cette rencontre qui sonne étrangement, le cadre  qui enferme les deux coéquipiers et ne laisse voir personne d’autre sur le ferry, cette cravate dissonante, le mal de mer d’un Teddy crispé, le ciel menaçant, les paroles tournées  vers un douloureux passé.

    Puis, c’est l’arrivée sur l’île et toute la paranoïa que Scorsese suggère en un plan : un visage informe, un regard insistant… En quelques plans subjectifs, Scorsese nous « met » dans la tête de Teddy, nous incite à épouser son point de vue, à ne voir et croire que ce que lui voit et croit. Nous voilà enfermés dans le cerveau de Teddy lui-même enfermé sur « Shutter island ». Avec lui, nous nous enfonçons dans un univers de plus en plus menaçant, sombre, effrayant, déroutant. L’étrangeté des décors gothiques, l’instabilité du climat coïncident avec cette fragilité psychique. Tout devient imprévisible, instable, fugace, incertain.

    Commence alors la quête de vérité pour Teddy alors que surgissent des images du passé : des images de sa femme défunte et des images de l’horreur du camp de concentration de Dachau dont Teddy est un des « libérateurs », images qui se rejoignent et se confondent parfois. L’hôpital, autre univers concentrationnaire  rappelle alors les camps, avec ses êtres moribonds, décharnés, ses barbelés…, d’autant plus qu’il est dirigé par l’Allemand Dr Naehring. La guerre froide pendant laquelle se déroule l’intrigue, période paranoïaque par excellence, renforce de climat de suspicion. L’action est par ailleurs concentrée sur quatre jours, exacerbant encore l’intensité de chaque seconde, le sentiment d’urgence et de menace.

    Chaque seconde, chaque plan font ainsi sens. Aucun qui ne soit superflu. Même ces images des camps dont l’esthétisation à outrance m’a d’abord choquée mais qui en réalité sont le reflet de l’esprit de Teddy qui enjolive l’intolérable réalité. Même (surtout) cette image envoûtante d’une beauté poétique et morbide qui fait pleuvoir les cendres.

    A travers la perception de la réalité par Teddy, c’est la nôtre qui est mise à mal. Les repères entre la réalité et l’illusion sont brouillées.  A l’image de ce que Teddy voit sur Shutter island où la frontière est si floue entre l’une et l’autre, nous interrogeons et mettons sans cesse en doute ce qui nous est donné à voir, partant nous aussi en quête de vérité. Le monde de Teddy et le nôtre se confondent : un monde de cinéma, d’images trompeuses et troublantes qui ne permet pas de dissocier vérité et mensonge, réalité et illusion, un monde de manipulation mentale et visuelle.

    Pour incarner cet homme complexe que le traumatisme de ses blessures cauchemardesques et indélébiles et surtout la culpabilité étouffent, rongent, ravagent, Leonardo DiCaprio, habité par son rôle qui, en un regard, nous plonge dans un abîme où alternent et se mêlent même parfois angoisse, doutes, suspicion, folie, désarroi (interprétation tellement différente de celle des « Noces rebelles » mais tout aussi magistrale qui témoigne de la diversité de son jeu). La subtilité de son jeu  fait qu’on y croit, qu’on le croit ; il est incontestablement pour beaucoup dans cette réussite. De même que les autres rôles, grâce à la duplicité des interprétations (dans les deux sens du terme): Mark Ruffalo, Ben Kingsley, Michelle Williams, Emily Mortimer, Patricia Clarkson, Max von Sydow…

    Le maître Scorsese n’a pas son pareil pour créer une atmosphère oppressante, claustrophobique, pour déstabiliser les certitudes. Une œuvre pessimiste d’une maîtrise formelle et scénaristique impressionnante, jalonnée de fulgurances poétiques, dont chaque plan, jusqu’au dernier, joue avec sa et notre perception de la réalité. Un thriller psychologique palpitant et vertigineux. Une réflexion malicieuse sur la culpabilité, le traumatisme (au sens éthymologique, vous comprendrez en voyant le film)  et la perception de la réalité dont le film tout entier témoigne de l’implacable incertitude. Ne cherchez pas la clef. Laissez-vous entraîner. « Shutter island », je vous le garantis, vous emmènera bien plus loin que dans cette enquête policière, bien plus loin que les apparences.

    Un film multiple à l’image des trois films que Scorsese avait demandé à ses acteurs de voir  avant le tournage: « Laura » d’Otto Preminger, « La griffe du passé » de Jacques Tourneur, « Sueurs froides » d’Alfred Hitchcock.  Un film noir. Un film effrayant. Un thriller. En s’inspirant de plusieurs genres, en empruntant à ces différents genres, Martin Scorsese a créé le sien et une nouvelle fois apposé la marque de son style inimitable.

     Un film dont on ressort avec une seule envie : le revoir aussitôt. Un film brillant. Du très grand Scorsese. Du très grand cinéma. A voir et encore plus à revoir.

  • Concerts de Mika au Zénith de Paris le 19 septembre 2015 et le 17 octobre 2015

    Mika, musique, concernt, no place in heaven, chanteur, Zénith, Paris, chanson

    Je vous parle (trop) rarement de musique ici et je vais y remédier, le dernier article à ce sujet remontant au concert du groupe Archimède à Laval en début d'année (au passage, pour ceux que cela intéresse, ils donneront un concert pour les 30 ans de l'hippodrome de Laval, le 28 août 2015). Mais je ne pouvais pas ne pas évoquer le nouvel album et les prochains concert de Mika, notamment au Zénith de Paris, après avoir eu le plaisir d'assister à son concert privé à Paris au 1515 en 2010, 45 minutes de spectacle inoubliables, un concert lors duquel il avait déployé une énergie incroyable, un enthousiasme communicatif et bondissant, faisant  oublier l'étroitesse de la scène où il était pourtant a priori impossible de danser ! (enfin pas pour lui...) Et quelle danse, toujours si savamment singulière, décalée et entraînante!

    Ce furent 45 minutes de flamboyance entrecoupées, avec humour, de quelques allusions au volcan qui paralysait alors l'Europe ou d'incitation à chanter et danser, même auprès de Bernadette Chirac à qui il s'était directement adressé, présente en tant que représentante de la Fondation Hôpitaux de Paris au profit de laquelle était donné le concert.

    Mika, musique, concernt, no place in heaven, chanteur, Zénith, Paris, chanson 

    Au-delà de sa voix éblouissante aux capacités vertigineuses (dont la tessiture couvrirait 4 octaves), au-delà de ses chansons pop qui se retiennent après une seule écoute et vous embarquent dans leur arc-en-ciel de couleurs et leur joie de vivre, au-delà  et de son univers ludique, psychédélique, haut en couleurs, entre enfance et adolescence, ce qui me marque à chacune de ses interviews, c'est un sourire d'une belle candeur (un pudique masque pour dissimuler la mélancolie sous-jacente peut-être -que reflètent ses plus beaux titres-, et peut-être des blessures d'enfance et d'adolescence) mais surtout son humilité ainsi que son professionnalisme  servi par une culture musicale époustouflante qu'il a si bien démontré dans "The Voice" dont il est un des 4 coachs. Il a ainsi notamment étudié au Royal College of Music de Londres.

     "Life in Cartoon Motion", son premier album, fut en France l'album le plus vendu en 2007 et, en 2009, il avait vendu plus de 19 millions de disques dans le monde.

    Par ailleurs, il ne prend pas de posture et assume pleinement ce que d'autres (les cyniques, les aigris) jugeront certainement obscène: un aspiration au bonheur et une envie de le transmettre d'une apparente naïveté (alors que d'autres se complaisent dans la morosité et le cynisme) et que,  d'ailleurs, plus que le reflet d'une naïveté enfantine sont certainement, au contraire, davantage celui d'une maturité et d'une générosité.

    Je me souviens de ce concert, volcanique, comme d'un bel instant dont l'éphémère a renforcé l'intensité et le plaisir, bref, un condensé métaphorique de l'existence en somme... Un concert qui donnait envie de faire de l'existence un film coloré avec, comme bande originale, le titre le plus connu ( qui avait terminé ce concert décidément trop court): "Relax". 

    Mika, musique, concernt, no place in heaven, chanteur, Zénith, Paris, chanson

    Alors, évidemment, je ne pouvais que me précipiter sur son quatrième album sorti le 15 juin 2015, "No Place in Heaven" (qui succède au magnifique "The Origin of love", sorti en 2012 qui comprenait notamment le splendide "Underwater"), un nouvel album dont vous avez certainement d'ores et déjà entendu le single "Talk about you" (qui, systématiquement, me donne le sourire et une irrésistible envie de danser, allez  voir le clip une fois de plus très cinématographique et coloré si vous ne l'avez pas encore visionné) et "Boum boum boum", le single sorti près d'un an avant la sortie de l'album.

    Ce nouvel album a été enregistré à Londres et Los Angeles, co-réalisé par Gregg Wells. ll comprend 4 titres en français. Il a encore gagné en maturité et, plus que jamais, intègre son impressionnante culture musicale et la richesse de ses différentes cultures (Mika est britannico-libanais et a étudié au lycée français de Londres, il a également résidé en France), s'assumant pleinement.

    Au fil des 14 titres de l'album, j'y retrouve ce mélange subtile de musiques pop et entraînantes ( réjouissant "No place in heaven") et de ballades mélancoliques, même romantiques (sublimes "Last party" et "Hurts" porté par le son envoûtant du piano, magnifique "Les baisers perdus"), et cette voix, toujours si inimitable, qui se fait cristalline, ensorcelante...

    Les concerts de Mika au Zénith de Paris le 19 septembre 2015 et le 17 octobre 2015 seront donc indéniablement des événements à ne pas manquer. Vous pourrez aussi le voir dans quelques villes de province et notamment à Rennes, le 18 septembre 2015.

    Mika, musique, concernt, no place in heaven, chanteur, Zénith, Paris, chanson

    Alors, vous savez ce qu'il vous reste à faire si vous voulez assister à un vrai spectacle et voir en concert une des rares stars du 21ème siècle, terme souvent usurpé quand il en qualifie d'autres qui n'en sont que des simulacres mais dont il est pour moi l'incarnation. Allez le voir en concert, chanter, danser comme personne et vous ne pourrez qu'acquiescer et avoir envie de le suivre dans ce feu d'artifices musical...

  • CONCOURS - 10 pass VIP pour le Festival du Cinéma et Musique de Film de La Baule

    Sur Inthemoodforfilmfestivals.com, vous pouvez actuellement gagner un des  10 pass VIP mis en jeu pour assister au 1er Festival du Cinéma et Musique de Film de La Baule. Cliquez sur l'image ci-dessous pour connaître le règlement du concours et le programme complet du festival et lire l'article sur Inthemoodforfilmfestivals.com.

    baule0.png

  • LES CHANSONS DE L’INNOCENCE RETROUVEE d’ETIENNE DAHO : l’album de cette fin d’année et histoire de nos rendez-vous manqués

     

    daho4.jpg

    Cinq ans. Il y a cinq ans, déjà, j’assistais au concert  d'Etienne Daho à l'Olympia pour  Obsession tour. Un concert élégant et sensuel, fiévreux et électrique, poétique et magnétique. En bref, un moment inoubliable sur lequel je ne peux m’empêcher de revenir ci-dessous.

    C’était un samedi soir sur la terre comme l’aurait chanté Cabrel. Un samedi soir Boulevard des Capucines, à l’Olympia. Un soir de juin. Ce soir-là, il pleuvait tristement, inlassablement.

    Neuf ans auparavant, en octobre 1999, j’avais été sélectionnée sur lettre sur le cinéma Britannique pour intégrer le jury du Festival du Film Britannique de Dinard alors présidé par Jane Birkin et dont Etienne Daho était également membre se distinguant par une discrétion, une affabilité et une sensibilité rares et émouvantes, une sincérité et une pudeur touchantes. A la fin du festival, il m’avait proposé (en tout bien tout honneur) de transmettre mes coordonnées à son secrétaire pour que je sois invitée à ses prochains concerts. Je n’avais pas osé. Rendez-vous manqué… J’ai ensuite commencé à écouter sa musique que je connaissais si peu, à vraiment l’écouter, à l'apprécier vraiment aussi pour finalement être totalement envoûtée.   Depuis, je l’ai aperçu dans un célèbre hôtel de la côte bretonne où je séjournais en même temps que lui. Je n’ai pas osé l’aborder, le déranger. Rendez-vous manqué, à nouveau.  J’ai simplement griffonné gauchement et de mes hiéroglyphes légendaires quelques mots que je lui ai faits transmettre et dont j’ignore aujourd’hui encore s’il les a reçus et lus. 

    Cher Etienne, si par un heureux hasard - je sais que vous les affectionnez-, vous tombez sur ces mots, merci de la gentillesse et l’élégance dont vous aviez alors fait preuve à mon égard, étudiante maladroite car intimidée par le prestigieux jury qui m’entourait, et merci pour votre musique et vos mots qui m’ont si souvent accompagnée, ensorcelée. Merci aussi, sans le savoir, de m'avoir porté bonheur puisque mon premier roman publié portait le titre d'une de vos chansons que j'aime tant Le Brasier. Et, surtout, j'espère que vos ennuis de santé ne sont plus qu'un mauvais souvenir...

    daho.jpg

     

    « Il n’est pas de hasard, il est des rendez-vous. Pas de coïncidence.»  Telles sont les premières paroles du sublime morceau Ouverture de  l’album Corps et Armes, véritable ode au public et allégorie amoureuse, public à qui, ce soir-là,  à l’Olympia, il avait confié que c’était sa chanson préférée, lui rendant subtilement hommage. Non, il n’est pas de hasard, il est des rendez-vous. Pas de coïncidence. Et sans ce rendez-vous du destin à Dinard, probablement ne serais-je jamais allée à l’Olympia ce soir de 2008,  ni l’écouter à Rennes, la ville de ses débuts, lorsque j’y étudiais encore, il y a quelques années. Et probablement n’aurais-je pas écouté ces Chansons de l’innocence retrouvée qui, en des jours tragiques, me donnent l’audace inespérée de croire que même après des moments terribles, il est possible de retrouver le goût de la légèreté.

    Alors, certes il pleuvait tristement et inlassablement ce soir de juin 2008 mais quand je suis entrée dans les couloirs solennels de l’Olympia, noirs et rouges, couleurs d’une sobriété mystérieuse et passionnée, c’était déjà une promesse paradoxale d’une obscurité lumineuse et ensoleillée, à l’image de ce concert et de son interprète.

    L’embellie a commencé avec les « Ukulélé girls » qui assuraient (oui, elles assuraient) sa première partie, un groupe de quatre filles qui revisitent la musique pop au Ukulélé et avec une belle allégresse et originalité comme avec  cette reprise réussie de « Gangsta Paradise » de Coolio (www.myspace.com/ukulelegirls ).

    Puis la lumière s’est rallumée, la tension est montée d’un cran. Quand Etienne Daho a entonné les premières notes de L’invitation (Victoire de la musique 2008 du meilleur album pop rock), alors plus rien d’autre n’existait et la foule s’est unanimement levée, galvanisée déjà.

    Il est apparu sur scène juste vêtu d’un costume noir à même la peau, à la fois à fleur de peau et à  nu, dans tous les sens du terme, ainsi aussi vêtu de mystère magnétique. Je crois, je suis certaine même, de ne jamais avoir assisté à un concert où l’atmosphère, dès les premières notes, était aussi électrique et festive. Ses premiers mots ont été de dire que nous « ferions la fête ensemble », « ce soir un peu spécial » incluant immédiatement le public, pourtant déjà conquis.

    Enfiévré, s’épongeant régulièrement et langoureusement le front, dansant tout aussi langoureusement, d’une élégance sensuelle, d’une passion communicative, il a ensuite alterné entre morceaux de son dernier album « L’invitation » et titres plus anciens sans que jamais cette énergie électrique ne quitte la scène ni la salle. De son adaptation du poème de Genet  Le condamné à mort  dans la chanson Sur le cou, poème « sulfureux et poignant » comme il l’a décrit,  à l’image de ce concert, à Paris, Le Flore extrait du mythique album  Pop Satori dit fondateur de la Pop française aux Heures hindoues en passant par Mon manège à moi reprise d’Edith Piaf ou par le charnel et poétique « Les Fleurs de l’ interdit » inspiré de ses  trépidantes nuits sans fin à Barcelone. «  La notte, la notte » qu’il évoque d’ailleurs souvent nous entraînant en mots et musiques enivrantes dans ses dérives salutaires. Et même s’il dit que « La chanson est le seul langage qu’il maîtrise », d’ailleurs magnifiquement, il était ce soir-là plutôt bavard, poétiquement drôle et drôlement poétique.

    Bien sûr, quand il a chanté Boulevard des Capucines, une chanson sur le pardon inspirée d’une lettre que lui a écrite son père peu de temps avant sa mort, une émotion silencieuse et palpable s’est emparée de la salle du Boulevard des Capucines, étrange résonance entre les mots chantés et la réalité. Il a eu la pudeur d’insérer  cette chanson entre deux autres, de ne rien en dire, évidemment tout était dit…

    Le concert s’est achevé par Cap Falcon  qui évoque ce lieu à 20 kilomètres d’Oran, en Algérie, où il a passé ses premières années, un endroit  auquel « il pensait particulièrement ces derniers jours » parce qu’ils y avaient pour voisin un certain Yves Saint-Laurent décédé  peu de temps avant le concert…

    Daho sait écrire et interpréter la passion avec une intensité rare dont semblait vibrer toute la salle de l’Olympia ce soir-là,  une intensité qui sait vous donner viscéralement ce sentiment qu’aujourd’hui est « le premier jour du reste de [notre] vie » et que nous « aurons toute la mort pour vivre avec des remords, des regrets », sublime « étreinte de la liberté ».

    Sur scène et en chanson (dans Un air étrange) il a su faire rimer  et danser « cimes » et « abîme », en un tango rock périlleusement passionnel, il a vacillé (et emploie d’ailleurs souvent ce mot) et su nous faire vaciller. Le trio de cordes et "les sanglots longs des violons", la sobriété scénique, accroissaient encore la mélancolie joyeuse et poétique de cet instant dont on aurait aimé qu’il dure encore plus longtemps malgré ses plus de deux heures sur scène.

    C’est seul et à genoux qu’il a achevé ce concert. Nous aussi. A genoux. D’émotion. De gratitude. Puis il est réapparu, un court instant, seul devant le rideau rouge. Discret, presque effacé (j’ai repensé à Dinard, que talent et discrétion démesurés riment si bien ensemble), ému surtout sans doute.  La lumière s’est rallumée, violemment. Dénouement abrupte après ce spectacle tumultueux et inoubliable, fiévreux, intensément vivant, nous donnant aussi, encore plus, l’inestimable sentiment de l’être : un « brasier » incandescent.

    Non, décidément, il n’est pas de hasard, il est des rendez-vous. Pas de coïncidence. C'était un samedi soir pluvieusement ensoleillé sur la terre, une irrésistible "invitation" "Boulevard  des Capucines"...

    Dehors, quand j’ai laissé derrière moi ce Boulevard des Capucines avec son « nom qui tout là haut scintille » peut-être pleuvait-il encore.  Je l’ignore. Je n’avais qu’un sentiment, celui qu’ « Il est des rendez-vous, Pas de coïncidence. »

    Oubliez cette pseudo-polémique absurde au sujet de la photographie de la pochette de son nouvel album Les chansons de l'innocence retrouvée (un « jardin d’Eden » signé Richard Dumas) et plongez-y sans hésiter pour vous laisser ensorceler par sa mélancolie joyeuse délicieuse(ment) contagieuse, son irrévérence gracieuse. Ecoutez et réécoutez aussi. Ses albums possèdent toujours cet étrange pouvoir : plus vous écoutez, plus vous aimez, moins vous pouvez vous en passer… 

    Au détour de ces 17 titres, vous  croiserez aussi Visconti, Camus, Giacometti...parfois deux versions (très différentes) de la même chanson avec, notamment, ce duo enchanteur avec Dominique A sur "En surface".

    On y retrouve ce mélange de sensualité et d’électricité, de fièvre et de mélancolie, et ses thèmes fétiches comme celui du destin, de la chance mais aussi une influence très cinématographique. Des sons et des mots qui s’enlacent, langoureux et joyeux, sensuels et tourmentés.

    Un grand retour après son interprétation du Condamné à mort de Genet avec Jeanne Moreau et le projet de Lou Doillon, Places,  album d’une beauté déchirante.

     A un moment où je redoute d’avoir perdu à jamais le goût de la légèreté, ces chansons de l’innocence retrouvée (en référence aux Chants de l’innocence de William Blake) m’ont réellement transportée, avec ces mots  tellement précis, ciselés, ensorcelants, poétiques et parfois tranchants, alliés à ce vibrant orchestre de cordes enregistrées à Abbey Road.  Au détour d’une chanson, l’Etrangère, vous croiserez Debbie Harry (Blondie) ou sur deux autres Nile Rodgers à la guitare. Ou une chanson plus engagée sur Lampedusa (Un Nouveau Printemps).

    Un douzième album  incontournable, un enchantement mélancolique que je ne me lasse pas d’écouter et réécouter, inlassablement comme tombait cette pluie ce jour de juin 2008 sur le Boulevard des Capucines, et en attendant le prochain rendez-vous (que je n'espère pas manqué et manquer), sans doute lors de la prochaine tournée à laquelle je ne manquerai pas d’assister et dont je vous donne toutes les dates ci-dessous.

     

    daho2.jpg

     

     

    Vous pourrez retrouver Etienne Daho à l’occasion de sa tournée « Diskönoir tour » avec, notamment, l’Olympia du 3 au 6 novembre 2014.

     

    Dates du 2 octobre au 20 décembre 2014.
    La tournée d’Etienne Daho, initialement prévue au Printemps 2014 est confirmée pour l’automne 2014.
    Les billets achetés sont remboursables auprès du point de vente ou restent valables pour les dates reportées si la salle est identique.
    La tournée passera par l’Olympia  du 3 au 6 Novembre 2014
    Toutes les dates sont disponibles sur le site http://www.tsprod.com, ainsi que dans tous les points de vente habituels dont La Fnac

     

    Le Domaine Privé consacré à Etienne Daho par la Cité de la Musique et la salle Pleyel initialement prévu en février 2014 est reporté en juillet 2014 et devient Une Jeunesse Modern.
    Il sera présenté dans le cadre du festival Days Off. dont Etienne Daho sera l’invité d’honneur.
    Le programme sera le suivant :
    Le 1 Juillet : Etienne Daho joue Pop Satori à la Cité de la Musique
    Le 5 Juillet : Etienne Daho Pop Hits à la Cité de la Musique
    Le 8 Juillet : Soirée Tombés pour la France à la Salle Pleyel
    Les billets achetés pour les dates initiales restent valables ou sont remboursables auprès du point de vente.

     

    Aussi, le 18 Juillet, Etienne Daho sera en concert à Lyon aux Nuits de Fourvière, le 25 septembre à Vélizy Villacoublay à L’Onde, le 27 septembre à Gap au Quatro, le 16 octobre à Rueil Malmaison au Théâtre André Malraux et le 16 décembre à Brest au Quartz. Ces dates seront ouverte à la réservation début 2014.

     

    Les dates du DISKÖNOIR TOUR – 2014 :
    Jeudi 02 Octobre 2014 – CHALONS EN CHAMPAGNE (51 ) – Le Capitole
    Vendredi 03 Octobre 2014 – LILLE (59) – Théâtre Sebastopol
    Samedi 04 octobre 2014 – BETHUNE (62) – Théâtre
    Mardi 07 octobre 2014 – MEAUX (77) – Théâtre du Luxembourg
    Jeudi 09 octobre 2014 – NANCY (54) – Salle Poirel
    Vendredi 10 octobre 2014 – THIONVILLE (57) – Théâtre
    Samedi 11 octobre 2014 – SAUSHEIM (68) – Espace Dolfus & Noack
    Jeudi 16 octobre 2014 – VELIZY VILLACOUBLAY (78) – L’Onde
    Vendredi 17 octobre 2014 – ESCH SUR ALZETTE (LUX) – Rockhal
    Samedi 18 octobre 2014 – STRASBOURG (67) – La Laiterie
    Jeudi 30 octobre 2014 – LIEGE (BE) – Le Forum
    Vendredi 31 octobre 2014 – BRUXELLES (BE) – Cirque Royal
    Du lundi 03 au jeudi 06 novembre 2014 – PARIS – Olympia
    Jeudi 13 novembre 2014 – MARSEILLE (13) – Le Silo
    Vendredi 14 novembre 2014 – CANNES (06) – Palais des Festivals
    Samedi 15 novembre 2014 – SAINTE MAXIME (83) – Le Carré
    Mercredi 19 novembre 2014 – ANNEMASSE (74) – Château Rouge
    Jeudi 20 novembre 2014 – GRENOBLE (38) – MC2
    Vendredi 21 novembre 2014 – BOURG LES VALENCE (26) – Théâtre le Rhône
    Samedi 22 novembre 2014 – CLERMONT FERRAND (63) – Coopérative de Mai
    Mardi 25 novembre 2014 – ROUEN (76) – Le 106
    Jeudi 27 novembre 2014 – SAINT LÔ (50) – Le Normandy
    Vendredi 28 novembre 2014 – NANTES (44) – Cite des Congrés
    Samedi 29 novembre 2014 – TOURS (37) – Le Vinci
    Mercredi 03 décembre 2014 – MONTCEAU LES MINES (71) – L’Embarcadère
    Jeudi 04 décembre 2014 – FIRMINY (42) – Le Firmament
    Samedi 06 Décembre 2014 – MORGES (CH) – Théâtre de Beausobres
    Vendredi 12 décembre – TARBES (65) – Le Parvis
    Samedi 13 décembre 2014 – SEIGNOSSE (40) – Les Bourdaines
    Jeudi 18 décembre 2014 – TOULOUSE (31) – Le Bikini
    Vendredi 19 décembre 2014 – BORDEAUX (33) -Théâtre Fémina
    Samedi 20 décembre 2014 – RENNES (35) – Le Liberté

    A noter également: 
    Daho fait son cinéma : Une sélection de films français réalisée par Étienne Daho, avec projection dans les cinémas Mk2 Quai de Loire et Quai de Seine 19e arrondissement de Paris.

     

    Les chansons de l’innocence retrouvée– Polydor – Universal Music

     

    Produit et arrangé par Etienne et Jean-Louis Piérot et co-produit par Richard Woodcraft

    Pour en savoir plus: http://dahofficial.com/

    Retrouvez également cet article sur http://inthemoodlemag.com et découvrez les autres blogs inthemood: http://inthemoodforfilmfestivals.com, http://inthemoodforcannes.com, http://inthemoodfordeauville.com ...

     

  • Concours - The Voice - Gagnez des places pour la tournée THE VOICE TOUR

     

     

    concours,musique,the voice,the voice tour

    Petite pause dans mes directs du Festival de Cannes que je vous invite à suivre sur mon autre site http://inthemoodforfilmfestivals.com pour vous faire gagner des places pour une des très rares émissions de divertissement que je regarde très régulièrement et que j’apprécie tout particulièrement essentiellement parce  qu’elle met en valeur le talent des artistes et ne cherche pas à les rabaisser ni à les forcer à se livrer sur leur vie privée. Juste le talent. Et il faut dire que les 4 finalistes en ont. Entre Olympe qui, pour moi, possède ce qui distingue les stars (mot galvaudé mais que j’emploie rarement): la grâce; Yoann qui a une voix d’une beauté et d’une force à couper le souffle et qui est d’autant plus touchant qu’il a réussi à faire de sa fragilité une force; Nuno qui incarne la perfection vocale et qui a un charisme indéniable et enfin la jeune Loïs qui a une surprenante maitrise pour son jeune âge, un quelque chose en plus. Si je devais choisir, peut-être opterais-je pour le premier qui a ce supplément d’âme qui fait que n’importe quel morceau qu’il interprète est personnalisé et sublimé (il a même réussi à me faire aimer des artistes que je n’appréciais pas particulièrement). Chacune de ses prestations est électrique et magnétique. Même s’il ne gagne pas, je pense et j’espère que sa carrière est toute tracée.

    Olympe

     

    Nuno, Dièse, Emmanuel, Yoann, Louane, Loïs, Anthony et Olympe seront donc sur les routes de France à partir du 30 mai 2013 et à Paris-Bercy le 29 juin. L’ensemble des dates de la tournée « The Voice Tour » est à retrouver ici : http://bit.ly/121iezc

    Pour en savoir plus, je vous recommande également le site officiel de « The Voice Tour ». Je remercie au passage l’Agence Rise Up pour ce concours.

    Comment participer et gagner 2 places pour « The Voice » à Dijon, le jeudi 4 juillet à 20H30?

    Pour gagner ces places, répondez aux deux questions suivantes en envoyant vos réponses à inthemoodforcinema@gmail.com avant le 30 ju, avec pour intitulé de votre email « Concours The voice »: Les gagnants seront tirés au sort parmi les bonnes réponses à la première question. La seconde étant destinée à récompenser les vrais amoureux de l’émission.

    1. Qui a chanté une chanson d’Edith Piaf lors de la demie-finale de The Voice et quelle était cette chanson

    2. En une phrase, pourquoi aimez-vous « The Voice »?

    Je vous rappelle enfin que, pour la sortie de mon roman « Les Orgueilleux » , ici (qui se déroule d’ailleurs dans le cadre d’un festival de cinéma), je vous fais gagner une liseuse électronique.

  • Dates de la tournée The Voice Tour

    Il est rare que je vous parle de ce type d’émission ici. Il est d’ailleurs inique de ma part que de dire « genre d’émission » puisque « The Voice » est pour moi réellement une émission à part qui met en avant le talent et non la vie de ses candidats, qui montre aussi que le talent peut être inné mais qu’il se nourrit de travail, une émission dont le principe ne consiste pas à blâmer/ridiculiser/ dézinguer ses candidats mais, au contraire, qu’ils soient sélectionnés ou non, de les mettre en valeur notamment par des jurés qui ne les traitent jamais avec condescendance mais toujours avec respect.

    Je suis donc ravie de vous donner, ci-dessous, les dates de la tournée et du concert à Bercy au cours desquels vous pourrez voir les 8 meilleurs talents. Je ne manquerai pas de vous en reparler ici. Vous pouvez également suivre l’émission, chaque samedi, à 20H50, sur TF1.

    En attendant, retrouvez, ci-dessous, la bande-annonce de la tournée, les dates et les vidéos de mes favoris dont, qui sait, certains d’entre eux figureront peut-être en finale. Parmi eux de beaux moments d’émotion. Je vous laisse les découvrir.

    Mes favoris:

    A l’issue de la compétition, les 8 meilleurs talents seront sur les routes de France entre juin et juillet, avec une date évènement le 29 juin à Paris Bercy ! Si les vidéos, ci-dessus, vous émeuvent, ne tardez pas à réserver!

    Lille – Zénith
    Jeudi 30 mai 2013 – 20h30
    Réservez ici

     

    Amiens – Zénith

    Vendredi 31 mai 2013 – 20h30
    Réservez ici

    Dunkerque – Le Kursaal

    Samedi 1er juin 2013 – 20h30
    Réservez ici

    Tours – Grand Hall

    Mercredi 5 juin – 20h30
    Réservez ici

    Rouen – Zénith

    Jeudi 6 juin 2013 – 20h30
    Réservez ici

    Caen – Zénith

    Vendredi 7 juin 2013 – 20h30
    Réservez ici

    Rennes – Le Musikhall

    Samedi 8 juin 2013 – 20h30
    Réservez ici

    Brest – Le Penfeld

    Dimanche 9 juin 2013 – 18h30
    Réservez ici

    Nantes – Zénith


    Jeudi 13 juin 2013 – 20h30
    Réservez ici

    Le Mans – Antarès

    Vendredi 14 juin 2013 – 20h30
    Réservez ici

    Angers – Amphitéa
    Samedi 15 juin 2013 – 20h30
    Réservez ici

    Orléans – Zénith
    Dimanche 16 juin 2013 – 18h30
    Réservez ici

    Chambéry – Le Phare
    Mardi 18 juin 2013 – 20h30
    Réservez ici

    Lyon Halle – Halle Tony Garnier
    Mercredi 19 juin 2013 – 20h30
    Réservez ici

    Clermont Ferrand – Zénith
    Jeudi 20 juin 2013 – 20h30
    Réservez ici

    Strasbourg – Zénith
    Samedi 22 juin 2013 – 20h30
    Réservez ici

    Amnéville – Le Galaxie
    Dimanche 23 juin 2013 – 18h30
    Réservez ici

    La Rochelle Parc Expo
    Mardi 25 juin 2013 – 20h30
    Réservez ici

    Toulouse – Zénith
    Mercredi 26 juin 2013 – 20h30
    Réservez ici

    Marseille – Le Dôme
    Jeudi 27 juin 2013 – 20h30
    Réservez ici

    St Etienne – Zénith
    Vendredi 28 juin 2013 – 20h30
    Réservez ici

    Paris – Palais Omnisports de Paris Bercy
    Samedi 29 juin 2013 – 20h30
    Réservez ici

    Dijon – Zénith
    Jeudi 4 juillet à 20h30
    Réservez ici

    Limoges – Zénith
    Vendredi 5 juillet à 20h30
    Réservez ici

    Bayonne – Arènes de Bayonne
    Samedi 6 juillet à 21h00
    Réservez ici

    Nîmes – Arènes de Nîmes
    Dimanche 7 juillet à 20h00
    Réservez ici

    Retrouvez toutes les villes et les dates de la tournée « The Voice Tour 2013″