Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

allociné - Page 2

  • Un Festival de Cannes exceptionnel pour Inthemoodforcinema.com (épisode 2): sélectionnée par Allociné

    allociné4.jpgComme je vous le disais dans l'article précèdent, ce 62ème Festival de Cannes  (et le 9ème pour moi) s'annonce pour Inthemoodforcinema.com décidément particulièrement trépidant.

    En effet, en plus de cette sélection par L'Oréal et après que ce blog ait eu les honneurs du blog Allociné Insider (voir article en cliquant ici), Allociné m'a très récemment contactée pour m'apprendre que j'étais sélectionnée et invitée au Festival de Cannes, les 16 et 17 mai,  avec 6 autres blogueurs (Lyricis, FilmGeek, Buzz my Geek, In bed with Kinoo, Angie Sweet's Home et un dernier dont le nom me sera communiqué ultérieurement)  pour " assister à des soirées, des projections, des Master-Class et pour  partager ces expériences à travers des articles et des photos à publier sur le site "Off Cannes", lequel site  regroupe les contenus non officiels sur le festival (émissions vidéos, articles, photos...); participer également à une émission spéciale consacrée à la venue du Club 300 AlloCiné à Cannes ..." Le tout le premier week end du Festival, c'est-à-dire le lendemain de la journée évoquée ci-dessous. Un premier week end cannois qui s'annonce donc pour moi aussi riche que passionnant.

    Je vous en reparle bientôt avant de vous le faire vivre en direct sur ce blog et sur "Inthemoodforcannes". Bien sûr cela n'empêche pas que je serai présente toute la durée du Festival, comme prévu : mes comptes rendus en direct de la Croisette se poursuivront donc après le 17, bien entendu.

    Vous l'aurez sans doute remarqué: les critiques sont un peu moins nombreuses ces derniers jours, mais j'essaie de me libérer au maximum pour profiter pleinement de ces journées cannoises. Pour me faire pardonner: dès ce soir ou demain matin, vous pourrez donc lire ma critique en avant-première de "Millénium", une avant-première à laquelle j'assisterai ce soir.

    Vous pouvez par ailleurs vous informer sur le blog spécial Festival de Cannes d'Allociné : http://www.festivaldecannes.allocine.fr

    Un dernier mot pour vous dire que vous pouvez désormais également suivre Inthemoodforcinema.com, Inthemoodforcannes.com et inthemoodfordeauville.com sur twitter, ici: http://twitter.com/moodforcinema .

  • In the mood for Allociné: les blogs à l'honneur

    inthemood2.jpg

    allociné4.jpgJe vous parle régulièrement des soirées du Club 300 d’Allociné. Ce club, qui comprend très exactement (aux dernières nouvelles) 302 membres et qui existe depuis juin 2008,  est composé de quelques blogueurs et des meilleurs contributeurs d'Allociné, et parfois tous, parfois quelques uns sont invités à des évènements tels des avant-premières ou des master class

     

    Si ce club s'inscrit dans une stratégie de communication des distributeurs et réciproquement (il a d'ailleurs permis à Allociné d'obtenir récemment une mention au Grand Prix Stratégies), la liberté de ton des blogueurs et des contributeurs est néanmoins de mise (cliquez ici pour voir les films du Club 300 approved, vous constaterez que n'y figurent pas que des critiques positives et notamment celle-ci) et le plaisir d'assister à ces évènements menés par l'enthousiaste et cinéphile équipe d'Allociné et de nous y  croiser régulièrement entre blogueurs fait que nous aurions tort de refuser d'y assister.

     

     Sur le blog d’information des évolutions d’Allociné intitulé Allociné Insider, Allociné a décidé de mettre régulièrement à l’honneur les blogueurs du Club 300. Après le blog "Bj and Mat cinéshow"  (que je vous recommande également) qui a ouvert le bal, c’est In the mood for cinema qui est à l’honneur :

     

    CLIQUEZ ICI POUR LIRE L'INTERVIEW "IN THE MOOD" SUR ALLOCINE SI VOUS VOULEZ (notamment) CONNAITRE LES PROJETS D'IN THE MOOD FOR CINEMA.

     

     

     C’est pour moi surtout l’occasion de vous faire connaître quelques blogs appartenant aussi au club 300 d’Allociné avec à noter le changement de l'excellent « Voisin blogueur » en « Tadah blog » et un petit nouveau très  prometteur « La cité des Arts », deux blogs que je vous recommande de même que ceux dont ( donc tous membres du Club 300) vous trouverez la liste ci-dessous:

      Les nouveaux cinéphiles , Filmgeek , Les CinéTribulations, Laterna Magica, Cinéfeed, CinéfriendsLe petit cinéphile, Sur la route du cinéma, Cinémaniac

     Vous trouverez également sur "In the mood for cinema" des liens vers d’autres excellents blogs n’appartenant pas au club 300 et que je vous recommande vivement, (dans la colonne de gauche du blog) et en particulier "Rob Gordon a toujours raison" ou "Boulevard du cinéma".

     

    Puisque de blogs il est question, j'en profite pour vous dire que depuis quelques semaines "In the mood for Cannes" et "In the mood for Deauville" sont accessibles aux adresses suivantes: http://www.inthemoodforcannes.com et http://www.inthemoodfordeauville.com  et "In the mood for cinema" toujours à l'adresse suivante: http://www.inthemoodforcinema.com .

     

    Sandra.M

  • « Oss 117 : Rio ne répond plus » de Michel Hazanavicius avec Jean Dujardin : critique du film (Avant-première du Club 300 d’Allociné )

    oss.jpg
    oss1172.jpg
    2009_0326dujardin0009.JPG
    Ci-dessus, Jean Dujardin et Michel Hazanavicius, hier soir, au Forum des Images

    Hier soir, dans le cadre de son club 300 qu’on ne présente plus, Allociné organisait une avant-première du deuxième volet  des aventures d’OSS 117 interprété par Jean Dujardin et réalisé par Michel Haznavicius, en présence de ces deux derniers. Ayant découvert le premier volet « OSS 117 : Le Caire, nid d’espions », la veille (oui, comme vous pouvez le constater Inthemoodforcinema.com est un blog d’investigations), c’est avec plaisir que j’ai retrouvé l’univers déjanté de l’espion aussi célèbre que désespérant, inventé par Jean Bruce.

    Nous ne sommes donc plus en Egypte en 1955 mais une décennie plus tard, plus exactement en 1967, au Brésil, à Rio. En France, De Gaulle et Pompidou ont remplacé Coty et Faure. Douze ans après, OSS 117 (Jean Dujardin) reprend donc du service, cette fois lancé à la poursuite, non pas du diamant vert, mais d’un microfilm compromettant pour l’Etat français. Il va alors devoir faire équipe avec une séduisante jeune femme, lieutenant-colonel du Mossad, Dolorès (Louise Monod) pour capturer un nazi maître chanteur.

    Hubert Bonisseur de la Bath est désormais affublé du ravissant pseudonyme de Noël Flantier mais il n’a rien perdu de ses costumes et de son attitude surannés, ni de sa misogynie, de son racisme et de toutes ses autres tares légendaires (la pire affliction qu’on puisse lui reprocher étant pour lui la première !) qui, vues sous le prisme du premier degré ou maladroitement mises en scène et interprétées, pourraient être consternantes, voire dangereuses. Ce n’est heureusement pas le cas. D’abord parce que, ici, on présuppose l’intelligence du spectateur qui saura rire du personnage principal et non rire avec, contrairement à la majorité des comédies qui n’osent pas prendre ce « risque » (celle qui a battu tous les records d’entrées récemment a d’ailleurs choisi la deuxième option, peut-être aussi une des raisons de son succès mais c’est sans aucun doute vers la première que va ma préférence). Aussi parce que les réactions, de consternation le plus souvent, de ceux qui lui font face désamorcent l’abjection de ses propos (ici Louise Monod, malheureusement moins nuancée dans son jeu que Bérénice Béjo, peut-être aussi, parce que son personnage est moins riche et moins construit) . Et même si le film n’est pas militant et même s’il est foncièrement  politiquement incorrect, c’est finalement peut-être beaucoup plus efficace, contre le racisme et l’antisémitisme et toutes autres formes de bêtises, que le film d’Etienne Chatillez, « Agathe Cléry », qui avait totalement manqué son objectif,... à condition évidemment d’être mis sous des yeux clairvoyants.

    Ensuite, la mise en scène est toujours aussi réjouissante, imprégnée cette fois de l’atmosphère des années 60, de ses couleurs acidulées, usant et abusant du split screen (mais ici à bon escient puisque cela devient un instrument du comique) mais aussi des références cinéphiliques. Lors du débat qui a suivi Michel Hazanavicius a même avoué avoir « pillé » certains films, évoquant ainsi « Sueurs froides » auquel il est explicitement fait référence. La spectaculaire scène du dénouement au sommet du Christ du Corcovado que je vous laisse découvrir semble, quant à elle, directement inspirée de celle de la « Mort aux trousses » sur le Mont Rushmore, et les scènes de poursuite semblent suivre l’enseignement d’Hitchcock dans le film précité qui avait inversé les codes de la course poursuite, se déroulant jusque-là la plupart du temps dans une rue étroite et sombre.

    On ne peut évidemment pas ne pas penser à « L’Homme de Rio » tant Jean Dujardin rappelle Belmondo, conciliant sens de l’action, du comique, qualité de jeu, et bénéficiant du même capital sympathie auprès du public,  et  ne s’économisant d’ailleurs pas, lui non plus,  pour le conquérir. (Voir vidéos ci-dessous). Comme Belmondo, à une époque où les films se faisaient sur son nom et où les titres reflétaient cette importance, là aussi, le film semble ne pas avoir de raison d'être sans Jean Dujardin qui lui insuffle son énergie débordante. Sans doute faut-il énormément d’intelligence pour interpréter avec autant de vraisemblance et d’apparente conviction un personnage aussi stupide, sans pour autant lui rendre le spectateur totalement hostile. Il n’économise ni ses rictus, ciselés, ni ses soulèvements de sourcils, ni ses silences, ni ses incoercibles rires gras, trouvant toujours la note juste pour contribuer à une partition à la fois baroque et  sans fausse note. Il est certain qu’il a encore beaucoup de rôles devant lui, à la (dé)mesure de son talent.

    Si certaines répliques sont particulièrement décapantes, c’est donc à mon avis dans le jeu de Jean Dujardin aux frontières du burlesque,  mais aussi dans l’absurde de certaines situations et dans leur caractère inattendu que cet OSS est le meilleur (scène de l’hôpital puis du « jardinier » etc), quand le comique n’est pas annoncé par des roulements de tambour et arrive subrepticement. C’est en cela qu’il diffère peut-être le plus du premier volet dont , pour le reste, il épouse la structure, quasiment à l’identique, avec cependant des personnages féminins moins présents, moins écrits, plus secondaires.

     Le spectateur est transporté dans un ailleurs temporel et spatial qui contribuent aussi à son plaisir et à son dépaysement et à l’embarquer dans cette aventure fantasque des plages et extraordinaires paysages de Rio aux forêts amazoniennes.

    Le seul  bémol concerne le scénario, signé Jean-François Halin et Michel Hazanavicius. Si Michel  Hazanavicius s’est vraisemblablement là aussi inspiré d’Hitchcock pour le MacGuffin (objet matériel et généralement mystérieux qui sert de prétexte au développement de l’action du film)-ici le microfilm-, chez Hitchcock le parfait enchaînement des scènes grâce à un scénario exemplaire nous le fait, toujours, totalement oublier, ici nous avons davantage la sensation d’une succession de saynètes sans réel but défini. Le rythme soutenu, la qualité de l’interprétation, de la mise en scène, des décors et des dialogues parviennent néanmoins à rendre ce défaut anecdotique et à nous emporter dans ces rocambolesques et absurdes aventures brésiliennes.

    A l’heure où les comédies sont de plus en plus formatées, suivant les demandes des chaînes de télévision mais aussi une demande (probablement à tort) présupposée du public, cet hymne au politiquement incorrect, grâce à l’intelligence de la mise en scène et de l’interprétation transforment ce qui aurait pu être un simple film potache en un salutaire divertissement, malin et de qualité.

    Merci à l’équipe d’Allociné pour sa bonne humeur et sa mise en scène très in the mood for OSS117 hier soir…

     Sortie en salles : le 15 Avril 2009

     Vidéos de la soirée au Forum des Images:

     

     

    Teasers et bande-annonce:

  • « Watchmen-Les Gardiens » de Zack Snyder : critique en avant-première (soirée Allociné) ou la thèse sans antithèse et synthèse...

    watchmen.jpg

    A la demande générale, je vais donc évoquer l’avant-première de « Watchmen- Les Gardiens » de Zack Snyder (mais brièvement hein, le principe de ce blog reste de partager mes coups de cœur cinématographiques, et ce film, vous l’avez compris ou le comprendrez rapidement, n’en fait pas partie …). Cette projection en avant-première avait lieu au Forum des Images et était organisée dans le cadre du club 300 d’Allociné dont  c’était la troisième soirée « Allociné Family and Friends » après celles organisées pour les projections de « Wall-E » et « Mesrine ». Venons-en à l’essentiel avant d’évoquer  l’accessoire (le film) :  les blogueurs avec lesquels j’ai eu le plaisir de terminer cette soirée, j'ai nommé Brigitte des "Nouveaux Cinéphiles", Pascale et Hervé de "Sur la route du cinéma", Osmany de "Oh my bloogness" , sur les blogs desquels vous trouverez également un récit de cette soirée, ainsi que sur les blogs des autres inconditionnels des avant-premières que j’ai une nouvelle fois eu le plaisir de croiser  Tadah! blog , Les Cinétribulations d'Alain Robert, Filmgeek. Vous trouverez également des critiques sur les blogs du Petit cinéphile et sur le blog BJ and Mat Cinéshow.

    Pour les  incultes en bd et comics qui, comme moi, l’ignoraient, « Watchmen » est donc un comic-book constitué de 12 volumes écrits-réalisés-commis entre 1986 et 1987 par Alan Moore (pour le texte) et Dave Gibbons (pour le dessin ), un comic dont la forme est paraît-il particulièrement singulière, voire révolutionnaire (utilisation de la première personne, neuf vignettes par page privilégiant les formats verticaux, caractéristiques réalistes des héros etc) mais surtout paraît-il le meilleur comic de tous les temps figurant  dans le top 100 du Time Magazine des « Meilleurs romans de la langue anglaise depuis 1923 », lauréat du prix Victor Hugo, prix du meilleur album étranger au Festival international de la BD d’Angoulême. Bref, le « A la recherche du temps perdu » du comic. Quand je pense qu’il a été un moment question que Terry Gilliam, Paul Greengrass ou Darren Aronofsky le réalisent, je me dis que nous sommes peut-être passés à côté d’un bon film mais malheureusement c’est au réalisateur de « 300 », Zach Snyder que cette épineuse mission a échu.

    En préambule, la toujours sympathique et dynamique équipe d’Allociné nous a prévenus : ce film d’anticipation a une portée philosophique, politique, historique et nécessite plusieurs visionnages afin d’être vraiment appréhendé ! Fichtre… Une sorte de mélange entre « Citizen Kane », «  2001 Odyssée de l’Espace », « Hiroshima mon amour »… Welles, Kubrick et Resnais : rien à côté de Zack Snyder !  Qui l’eut cru ?

    Le pitch : Nous sommes à la fois en 1985  et à une époque indéfinie et alternative (Watchmen étant évidemment intemporel et universel comme tout chef d’œuvre qui se respecte ou aspirant du moins à l’être), la Guerre Froide étant à son apogée,  les Etats-Unis ayant remporté la Guerre du Vietnam et  Richard Nixon achevant un cinquième mandat à la Maison-Blanche… Les super-héros font alors partie du quotidien (rien à voir avec Superman et autres Spiderman, je vous expliquerai ça ultérieurement) et l’horloge (d’où le nom de Watch-men) de l’Apocalypse –symbole de la tension entre les Etats-Unis et l’Union Soviétique- indique en permanence minuit moins cinq. Lorsque l’un de ses anciens collègues super-héros (oui, collègues, super-héros est un métier…) est assassiné, le cynique, brutal, égoïste Comédien (Jeffrey Dean Morgan), Rorschach (Jackie Earle Haley), un justicier masqué aussi las que déterminé va découvrir un complot qui menace de tuer et discréditer tous les super-héros du passé et du présent. Alors qu’il reprend contact avec son ancienne légion de justiciers –un groupe hétéroclite de justiciers retraités, seul l’un d’entre eux –le Dr Manhattan- possédant de véritables pouvoirs, sorte de Dieu bleuté au physique improbable- Rorschach entrevoit un complot inquiétant et de grande envergure lié à leur passé commun et qui aura des conséquences inquiétantes pour leur futur.

    "Les inconditionnels pourront découvrir la transposition sur grand écran des personnages et scènes qu'ils aiment, ainsi que la réalité alternative complexe du roman graphique, tandis que le reste du public verra des super-héros agir d'une façon qu'ils n'avaient jamais envisagée auparavant. Et si, au final, Watchmen est considéré comme une bande-annonce de 2h30 pour le livre, ce sera ma plus belle récompense." Voilà ce qu’a déclaré Zack Snyder aspirant à passionner les néophytes autant que les fans du comic-book. Etant donné que lors de la projection allocinéenne, seuls 8 % des spectateurs ayant voté ont déclaré ne pas aimer ou ne pas aimer du tout contre 78% de satisfaits, je ne vais pas généraliser mon cas de néophyte (j’imagine que parmi les 78% tous n’étaient pas aficionados de la BD) mais pour moi en tout cas, cela n’a pas du tout fonctionné.

    D’abord, parce que « Watchmen » n’est pas à la hauteur de son ambition débordante. Ce film m’a rappelée un de mes passionnants sujets de sciences-po : « Existe-t-il une guerre juste ? ». Voilà, entre autres thèmes, ce à quoi « Watchmen »ambitionne de répondre. Seulement Zack Snyder ne connaît pas les plans en trois parties et en guise de thèse, nous avons une exposition interminable des différents personnages qui constitue l’essentiel des 2H43 que dure le film (on peut ne pas avoir lu la bd, ne pas être totalement stupide et donc cerner les personnages un peu plus rapidement), l’antithèse et la synthèse étant rapidement expédiées. J’ai eu l’impression d’une immense scène d’exposition qui ne s’achèverait jamais, entrecoupée de flash-backs destinés à nous faire comprendre le passé de ces super-héros, leurs enfances difficiles et traumatismes censés expliquer leur soif de justice, de vengeance, de violence aussi (Petite précision : « Watchmen » est interdit aux moins de 12 ans en France, aux moins de 17 ans aux Etats-Unis). Ce ne sont donc pas de vrais super-héros mais des humains (et donc des êtres faillibles) se prenant pour des justiciers masqués, armes redoutables d’une Amérique impérialiste. Ici donc  pas de manichéisme qui sied habituellement aux films de super-héros avec les gentils héros d’un côté et les représentants du mal absolu de l’autre, mais une frontière bien étanche entre le bien et le mal. (D’où les parallèles possibles avec toutes les polices et armées du monde, et avec toutes les guerres passées et présentes ). Ces flash-backs redondants entrecoupent constamment le récit et finissent par rendre l’intrigue (on est quand même censés rechercher un meurtrier et l'horloge fatidique qui menace d'une troisième guerre mondiale, qui plus est nucléaire, est toujours là..., ressurgissant aux moments les plus incongrus) totalement inintéressante et secondaire.

     Parce que voilà une des fameuses singularités de « Watchmen » : les super-héros y sont fragiles, réalistes, n’ont pas de super pouvoirs à l’exception de l’un d’entre eux (le fameux Docteur Manhattan, je passe sur les circonstances d’une expérience scientifique malheureuse qui lui ont procuré ses pouvoirs extraordinaires, cette scène aurait pu être magistrale de tension, elle n’est que ridicule…) et sont même parfois particulièrement violents et impulsifs à l’image du Comédien. Ils sont parfois plus lâches et inhumains que ceux qu’ils combattent (Etant humains, ils ont donc les travers des humains), dans un monde crépusculaire réaliste. Ajoutez à cela une atmosphère apocalyptique et de chaos, une société en déliquescence et donc en résulte une société propice à tous les extrémismes et impérialismes.

    Quant à la synthèse elle donne une morale plutôt douteuse, par la maladresse et la réalisation plutôt convenue de Zack Snyder, justifiant les extrémismes qu’il aspire plutôt, sans doute, à dénoncer, ou en tout cas justifiant la « guerre juste » (une explosion nucléaire fait des millions de morts mais « réussit » ainsi à réconcilier les Etats-Unis et l’Union Soviétique, ceux-ci s’alliant contre ce nouvel ennemi…), ou en voulant aussi dénoncer les raisons fallacieuses, parfois et même souvent les raisons économiques, justifiant les guerres et autres conflits (Oui, parce qu’il y a évidemment un traitre dans le lot dont, même les incultes en bd parviennent à déceler rapidement l’identité, reste donc juste la sombre, voire morbide, beauté graphique du film à observer pour s’occuper) .

    La bande originale est certes exemplaire et aligne les chefs d’œuvre musicaux, ce qui ne fait qu’exacerber le kitsch des scènes sur lesquelles elle est plaquée pour créer une émotion totalement absente sans oublier l’indispensable humour caractéristique de ce genre de film indissociable de la violence qu’il est censé désamorcer.

    En s’attaquant à « Watchmen :les gardiens » que la fameuse portée historique, philosophique, politique aurait pu rendre intéressant, et même passionnant, pour les néophytes autant que pour les inconditionnels et auquel il aurait pu apporter une portée universelle et intemporelle, Zack Snyder a réalisé un film pour initiés au genre, anxiogène et kitsch au possible pour les autres (à moins de le prendre au 5ème degré, parce qu'au premier c'est difficilement supportable), sans autre intérêt que d’exposer un univers et des personnages que la première demi-heure aurait dû suffire à nous faire découvrir. Restent la bande originale et une ténébreuse noirceur qui finiraient presque par nous embarquer… dans un ailleurs où je n’aspire néanmoins pas à retourner ni à vous conseiller d’aller ! Vous voilà prévenus !

    Sandra.M

  • A suivre sur "In the mood for cinema" : la critique en avant-première de "Watchmen, les gardiens" (soirée Allociné)

    En attendant ma critique en avant-première de "Watchmen, les gardiens", samedi, suite à l'avant-première organisée par Allociné ce soir pour le "club 300", au Forum des images,  je vous propose la bande-annonce ci-dessous.

    A suivre également ces prochains jours sur "In the mood for cinema" : la conférence de presse de Jennifer Aniston et Owen Wilson pour "Marley et moi" et toute l'actualité des César.

    watchmen.jpg
  • « In the mood for cinema » vous fait gagner 1 place pour 2 pour la projection privée de « Walkyrie » de Bryan Singer

    walkyrie.jpg

     Pitch : S’il a toujours été un fidèle serviteur de son pays, le colonel Stauffenberg (Tom Cruise) s’inquiète de voir Hitler précipiter l’Allemagne et l’Europe dans le chaos. Comprenant que le temps presse, il décide de passer à l’offensive : en 1942, il tente de convaincre plusieurs officiers supérieurs de la nécessité de renverser Hitler. Un an plus tard, tandis qu’il se remet de ses blessures de guerre, il rejoint la Résistance allemande pour mettre au point l’opération Walkyrie destinée à élimine le Führer. Alors qu’il n’était au départ qu’un des nombreux conspirateurs, Claus von Stauffenberg se retrouve bientôt en première ligne : c’est lui qui devra assassiner Hitler.

    Vous aimeriez assister à la projection privée de ce film, en avant-première, le jeudi 22 janvier, (le film sort en salles le 28 janvier) à 19H45, au Forum des Halles à Paris ?

     « In the mood for cinema », grâce à Allociné,  peut faire vous faire gagner une place pour deux… Pour cela, je vous propose un petit jeu : retrouvez les titres des 10 films dont figurent les photos ci-dessous, tous font partie de mes films préférés. Le premier qui me donnera les 10 réponses par email, c'est-à-dire les 10 titres des films correspondant aux photos et uniquement par email à inthemoodforcinema@gmail.com gagnera une place pour deux.  Si personne ne trouve les 10 bonnes réponses,  celui qui en aura trouvé un maximum remportera la place.

    1.Photographie n°1:

    jeu1.jpg
    2.Photographie n°2:
    jeu2.jpg
    3.Photographie n°3:
    jeu3.jpg
    4.Photographie n°4:
    jeu4.jpg
    5.Photographie n°5:
    jeu5.jpg
    6.Photographie n°6:
    jeu6.jpg
    7.Photographie n°7:
    jeu7.jpg
    8.Photographie n°8:
    jeu8.jpg
    9. Photographie n°9:
    jeu9.jpg
    10.Photographie n°10:
    jeu10.jpg
  • Avant-première à Canal plus-« Rock’NRolla » de Guy Ritchie : pour les amateurs du genre et seulement…

    canal.jpg
    rocknrolla.jpg

    Après France 2, la semaine dernière et TCM il y a quelques semaines, je poursuivais hier  mon tour des chaînes de télévision avec Canal plus  (le tournage du Cercle avait eu lieu à l’extérieur, dans un vrai cercle de jeu et non dans les locaux de Canal plus) pour l’avant-première de Rock’NRolla de Guy Ritchie dont, il faut bien l’ avouer,  je découvrais hier par la même occasion le cinéma que je connaissais néanmoins de « renommée » avec des films comme « Arnaques, crimes et botanique » ou « Snatch » ou pour le film dans lequel il mettait en scène sa volcanique et célébrissime épouse, « A la dérive » (le titre du film, pas l’épouse, je connais les esprits mal tournés de certains qui auraient pu feindre d’ignorer la virgule ) et qui fut un échec retentissant.

    burn.jpgLa projection fut précédée de quelques bandes annonces exclusives « prêtées » par Studio Canal dont deux m’ont surtout marquée et donnée envie de les découvrir : « Burn after reading » des frères Coen (Sortie en salles : le 10 décembre 2008) et « Frost/Nixon » de Ron Howard (Sortie en salles : 14 janvier 2009)...Je trouve malheureusement celle d’ « Il Divo » (sortie en salles : le 31 décembre 2008) pas à la hauteur de ce film qui m’avait enthousiasmée lors du dernier Festival de Cannes et qui y a reçu le prix du jury, et que je vous recommande... 

     Caïd londonien, Lenny (Tom Wilkinson) travaille à l'ancienne. Ce qui ne l'empêche pas de savoir qui corrompre et de pouvoir faire pression sur n'importe quel ministre, promoteur immobilier ou malfrat en vue mais comme le lui dit Archy (Mark Strong), son fidèle lieutenant, Londres est en train de changer : les mafieux des pays de l'Est (décidément très à la mode pour incarner les « méchants » en ce moment), comme les petits voyous, cherchent tous à bouleverser les règles du milieu. Désormais, c'est toute la pègre londonienne qui tente de se remplir les poches en se disputant le coup du siècle. Mais c'est Johnny Quid (Tobby Kebbell), rock star toxico qu'on croyait mort (à peu près la définition du Rock’NRolla, chaque membre de l’équipe du film en ayant une définition différente), qui a les cartes bien en main...

      Il m’a fallu un temps certain pour m’accoutumer à l’univers du cinéaste, d’abord à la voix off omniprésente, omnisciente qui nous donne l’impression que le film n’est pas encore réellement commencé (en général les films américains affectionnent ce genre de bande annonce lyrique et assourdissante au début ou en pré-générique), mais en fait il ne commence jamais réellement puisque la bande annonce dure jusqu’au dénouement. Destinée à apporter un second ou un trente-sixième degré, et parfois un ton pseudo-lyrique, elle est finalement plutôt lassante.

     Ensuite il m’a fallu m’habituer au mélange d’humour et d’action que j’apprécie à hauteur de 5%-95% (oui, c’est un savant dosage, 5% parce que de nombreux grands films de gangsters usent d’ironie avec autant de parcimonie que de talent) à  moins qu’il s’agisse des frères Coen ou de Tarantino (quel qu’il soit, le dosage est toujours talentueux et efficace) mais rarement à 50%-50% comme c’est le cas apparemment dans le cinéma de Guy Ritchie qui s’est fait une spécialité des films de gangsters choraux mêlant humour et action.

     Je ne dirai pas que c’est mauvais, simplement je pense destiné à un public bien ciblé, plutôt masculin, plutôt jeune ou à tout public qui désire mettre ses neurones au repos pendant 1H40 (que les esprits mal tournés précités n’établissent aucune corrélation, c’est formidable de nous aider à mettre nos neurones au repos, encore que...autant d'agitation désordonnée pourrait bien les perturber).

     Le mélange d’action et d’humour fait passer le suspense à la trappe et fait passer l’intrigue au dernier plan (contrairement à un film comme « Le crime est notre affaire », certes très différent qui réussit son propre savant dosage 60/40).

    Guy Ritchie a déclaré « Je voulais évoquer la volonté de la nouvelle génération de malfrats d’investir le territoire de la vieille génération et d’en traiter les conséquences par la comédie ». L’aspect sociologique m’aura échappé. Décidément, j’étais sûrement ailleurs…

      Ajoutez à cela un tableau porte bonheur et une femme fatale qui finalement disparaissent sans plus d’explications et n’auront servi que de prétexte (de McGuffin sans le talent d’Hitchcock pour nous faire oublier que c’en était un)…  pour obtenir un mélange plutôt étrange.

     Ce « Rock’n’roll » m’aura un peu laissée sur le côté de la piste, en dehors de cette danse endiablée, échevelée, déconcertante et farfelue qui m’a profondément ennuyée malgré notamment une scène de poursuite objectivement réussie qui a suscité l’hilarité –presque-générale (mais c’est bien connu ceux qui rient font plus de bruits que les autres…ah si, j’ai beaucoup ri avec l’histoire de la métaphore des cigarettes, mais je crois bien que c’était le seul moment où il ne fallait pas).

     Dans le genre, Guy Ritchie a très certainement du talent. D’autres que moi sauront sans doute mieux l’apprécier. Je vous renvoie ainsi à un blog sur lequel vous trouverez une critique positive.

     Sortie en salles : le 19 novembre 2008

     Sandra.M

  • Avant-première- « J’irai dormir à Hollywood » : le palpitant road movie d’Antoine de Maximy

    jiraidormir.jpg

    Hier soir se déroulait à l’UGC Les Halles, en présence de l'équipe du film, l’avant-première de « J’irai dormir à Hollywood » défini comme « le premier film de cinéma réalisé, filmé et interprété par une seule et unique personne ». Muni de deux caméras (des prototypes ), Antoine de Maximy connu pour l’émission « J’irai dormir chez vous » (dans laquelle il s’invite chez quelqu’un pour manger et dormir afin de mieux découvrir un pays et ses habitants, sur France 5 depuis 2004, il a ainsi déjà sillonné une trentaine de pays)  est en effet le réalisateur cameraman et interprète principal de ce film dans lequel il traverse les Etats-Unis d’Est en Ouest avec Hollywood en ligne de mire, là où il espère « se faire inviter chez une star pour la nuit. » Comme il n’a rien prévu, tout est possible, surtout dans le pays des mythes qui érige presque le « dream » en devise nationale… Vraiment ?

    Comédie, drame social, thriller : ce documentaire hybride que son auteur revendique avant tout comme un road movie est tout cela à la fois. Cela n’aurait pu être qu’un reportage ou une sorte de guide de voyage filmé (je pense d’ailleurs que l’office du tourisme américain serait loin de recommander ce film qui ne donne pas toujours une glorieuse image des Etats-Unis) mais la personnalité et la curiosité du réalisateur-cameraman-interprète font que c’est bien plus et bien mieux que cela. Son écoute, son humour, son excentricité (il tombera sur bien « pire » que lui…) le conduisent à faire des rencontres insolites, inquiétantes, instructives, touchantes dont nous sommes les témoins et les complices.  En train, en avion, à vélo,  en voiture, à pied…ou même dans un corbillard repeint en rouge, rien ne l’arrête pour parvenir à son but : rencontrer des gens d’ailleurs plutôt que « dormir chez une star à Hollywood », finalement le prétexte à ce voyage palpitant et ces rencontres marquantes.

     A travers ces destins qu’il croise et que sa caméra esquisse et dévoile, des destins parfois fracassés, c’est le portrait d’un pays qui se dessine.  Pas seulement le portrait de ses paysages grandioses, ses petites villes et ses gigantesques : New York, Miami, La Nouvelle Orléans, Las Vegas, les Canyons et tant d’autres lieux. Mais le portrait de ses blessures, ses craintes, ses failles. Et à quelques jours de l’élection présidentielle américaine ce documentaire-road movie s’avère particulièrement instructif, édifiant. Sur les tensions communautaires, l’insécurité et/ou la paranoïa, sur les laissés-pour-compte du système américain, pays le plus riche du monde mais certainement pas le plus altruiste, sur les injustices de son système judiciaire (comme cet homme, ancien du Vietnam, condamné à 15 ans de prison pour...port d’arme illégal.) Ce n’est plus l’Amérique riche et arrogante des blockbusters mais celle, à visage humain (inhumain parfois) de tous les jours, parfois blessée. Celle des Amish, des Navajos, des oubliés du drame de la Nouvelle Orléans, celle où l’American dream n’est qu’un concept abstrait. Ce sont des destins simples et incroyables, des personnalités touchantes qu’aurait pu inventer le meilleur des road movie. Sauf que  ces destins ne sont pas fictifs et donc d’autant plus touchants et marquants.

     A travers le regard amusé, sidéré, inquiet (voire terrifié : je vous laisse découvrir ces séquences où sa curiosité insatiable le mènent dans des situations à suspense) d’Antoine de Maximy, nous avons-nous aussi l’impression de partir à travers les Etats-Unis, de ressentir ses peurs et ses émotions. Je ne vous dis pas s’il atteindra son but de « dormir chez une star » mais qu’en tout cas la rencontre qu’il fera au dénouement sera sans doute une des plus belles et enrichissantes.

     La BO (signée Fabrice Viel et Béatrice Ardisson), certes magnifique, donne un ton plus branché, parfois décalé, à l’ensemble, et si elle est réussie elle est peut-être un peu trop présente. Qu’un regret finalement : que cela soit trop court, et que la durée rende certaines ellipses (regrettables) inéluctables.

     Au-delà de son aspect sociologique, c’est avant tout un film très drôle, truculent, épique, Antoine de Maximy sachant faire preuve de beaucoup d’autodérision, la caméra lui donnant du recul sur ce qu’il vit...et parfois du courage ! De ces rencontres intenses, il garde prend toujours les contacts mais a rarement des nouvelles. Nous en tout cas il nous en restera l’image indélébile d’une autre Amérique, surprenante, touchante, inquiétante, visuellement sublime parfois encore malgré tout. Celle d’un mythe confronté à sa réalité.

     Je vous recommande ce road-movie sans aucune réserve et aussi, puisque de documentaire il est question, l’excellent « La vie moderne » de Raymond Depardon qui sortira en salles mercredi prochain.

     Sortie en salles de « J’irai dormir à Hollywood » : le 19 novembre 2008

    Liens:

    Le site officiel de "J'irai dormir chez vous"

    La page d'Allociné consacrée à "J'irai dormir à Hollywood"

    Autre récit bloguesque de la soirée

    A suivre demain sur "In the mood for cinema": la critique de "Secret Défense" (avant-première), et après-demain celle de "Max Payne" (avant-première)...

    Sandra.M