Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

forum des images

  • Rencontrez Vincent Lindon au Forum des Images

    welcome.jpgLe prochain débat organisé par les étudiants de mon ancien Master, le master en scénario, réalisation et production de l'Université de Paris 1, le jeudi 11 février, à 19h30,  au Forum des images, aura comme invités  Vincent Lindon et son agent, Claire Blondel.   Ce débat a lieu dans le cadre des "Caméras subjectives", cycle de rencontres qui ont pour thème cette année : "scénario, mon beau souci". L'idée est de demander à des cinéastes, à des comédiens, à des producteurs, quels sont leurs rapports aux scénarios.   Vincent Lindon évoquera le choix des films auxquels il accepte de participer et comment il aborde la lecture des scénarios qui lui sont proposés.   L'entrée est gratuite, dans la limite des places disponibles.  

    Articles liés à celui-ci:

    Ma critique de "Welcome" de Philippe Lioret

    Ma critique de "Melle Chambon" de Stéphane Brizé

    Ma critique de "Pour elle" de Fred Cavayé

  • Rencontrez Laurent Cantet, Robin Campillo et Carole Scotta au Forum des Images

    Entre les mursbis.jpgMon ancien Master pro continue ses rencontres débats, cette année autour du thème "scénario, mon beau souci".
    Le prochain débat,  comme toujours organisé par les étudiants du Master, aura lieu ce jeudi 14 janvier à 19h30 précises, avec Laurent Cantet, Robin Campillo (lui-même cinéaste et monteur des films de Laurent Cantet) et (sous réserve) Carole Scotta (sa productrice ).
    Comme d'habitude, la rencontre aura lieu au Forum des images, est ouverte au public et gratuite.

  • Rencontrez Noémie Lvovsky et Valeria Bruni Tedeschi au Forum des Images

    actrices2.jpgJe vous ai déjà parlé la semaine dernière, ici, des rencontres autour du thème du scénario organisées par mon ancien Master, au Forum des Images et ouvertes à tous.

     Présentées par l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne en collaboration avec le Forum des images, les débats intitulés "Caméras subjectives"  sont ainsi conçus et animés par les étudiants du Master professionnel en scénario, réalisation et production .

     

    Chaque année, un thème différent est abordé.

     

    Pour l’année universitaire 2009-2010, une nouvelle session aura comme thème : scénario, mon beau souci (à qui le dîtes-vous!).

     

     

    Quels sont les rapports entre scénaristes et réalisateurs, acteurs ou encore producteurs ? Pour qui et avec qui le scénariste écrit-il ? Selon lui, comment son travail est-il perçu ? Qui intervient dans l'élaboration des films ? Autour d’études de cas concrets et en présence de prestigieux invités, ces questionnements, peu souvent abordés, sont au cœur de ce cycle de six rencontres.

     

     

    Voici les programmes des 5 prochaines rencontres:

     

    jeudi 12 novembre

     

    { 19h30 }

     

    Noémie Lvovsky et (sous réserve) Valeria Bruni-Tedeschi

     

    Depuis longtemps, la réalisatrice Noémie Lvovsky et l'actrice Valeria Bruni-Tedeschi ont noué des relations complices. La seconde joue dans les longs métrages de la première (d'"Oublie-moi" en 1995, à "Faut que ça danse" ! en 2007) et, quand elle décide à son tour de mettre en scène, Valeria fait appel à Noémie pour coécrire ses scénarios… et pour jouer dans son film, justement intitulé "Actrices" (2007).

     

    Suivront quatre autres séances, avec :

     

    - Serge Lalou, Nicolas Philibert et Stan Neumann, autour de l'écriture des films documentaire, le 17 décembre ;

    - Laurent Cantet et Robin Campillo, le 14 janvier ;

    - Jean-Claude Carrière et Jean-Paul Rappeneau (sous réserve), le 11 février ; 

    - Vincent Lindon, le 18 mars. (Cliquez ici pour lire ma critique de Melle Chambon film film dans lequel Vincent Lindon interprétait le rôle principal face à Sandrine Kiberlain)

     

    L’entrée est libre, dans la limite des places disponibles.

     

  • Rencontrez Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri au Forum des Images

    goutdes.jpgLe Master 2 professionnel cinéma de la Sorbonne -Paris 1- (scénario, réalisation, production) poursuit ses caméras subjectives (dont moi et quelques -éminents:-)- autres avons essuyé les plâtres pour avoir fait partie de la première promotion dudit Master). Depuis, les caméras subjectives se poursuivent et bien que très préparées (entièrement par les étudiants, de A à Z), elles promettent toujours leur lot d'imprévu, de surprises et en tout cas souvent des débats passionnants et plutôt approfondis (je vous garantis en tout cas que cela représente beaucoup de travail en amont). Le thème de cette année m'intéresse tout particulièrement puisqu'il s'agit du scénario et que les premiers invités sont les rois en la matière, à savoir Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri (Pour moi "Le Goût des autres" représente la perfection scénaristique avec quelques autres films comme "Match point" de Woody Allen). Je ne peux que vous recommander d'assister à cette première rencontre de l'année...

    Quels sont les rapports entre scénaristes et réalisateurs, acteurs ou encore producteurs ? Pour qui et avec qui le scénariste écrit-il ? Selon lui, comment son travail est-il perçu ? Qui intervient dans l'élaboration des films ? Autour d’études de cas concrets et en présence de prestigieux... invités, ces questionnements, peu souvent abordés, sont au cœur de ce cycle de six rencontres.

    Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri pratiquent le scénario dans toutes les postures : en tant que comédiens sollicités pour un rôle dans les films écrits et réalisés par les autres, à quatre mains en tant que scénaristes pour d’autres réalisateurs (Muyl, Klapisch, Resnais) ou pour les films réalisés par Agnès Jaoui (Le Goût des autres, Comme une image et Parlez-moi de la pluie) dans lesquels ils interprètent leur propre partition.

    Jeudi 5 novembre, à 19H30 jusqu'à 21h30, au Forum des Images.

    Page Facebook de l'évènement

  • « Oss 117 : Rio ne répond plus » de Michel Hazanavicius avec Jean Dujardin : critique du film (Avant-première du Club 300 d’Allociné )

    oss.jpg
    oss1172.jpg
    2009_0326dujardin0009.JPG
    Ci-dessus, Jean Dujardin et Michel Hazanavicius, hier soir, au Forum des Images

    Hier soir, dans le cadre de son club 300 qu’on ne présente plus, Allociné organisait une avant-première du deuxième volet  des aventures d’OSS 117 interprété par Jean Dujardin et réalisé par Michel Haznavicius, en présence de ces deux derniers. Ayant découvert le premier volet « OSS 117 : Le Caire, nid d’espions », la veille (oui, comme vous pouvez le constater Inthemoodforcinema.com est un blog d’investigations), c’est avec plaisir que j’ai retrouvé l’univers déjanté de l’espion aussi célèbre que désespérant, inventé par Jean Bruce.

    Nous ne sommes donc plus en Egypte en 1955 mais une décennie plus tard, plus exactement en 1967, au Brésil, à Rio. En France, De Gaulle et Pompidou ont remplacé Coty et Faure. Douze ans après, OSS 117 (Jean Dujardin) reprend donc du service, cette fois lancé à la poursuite, non pas du diamant vert, mais d’un microfilm compromettant pour l’Etat français. Il va alors devoir faire équipe avec une séduisante jeune femme, lieutenant-colonel du Mossad, Dolorès (Louise Monod) pour capturer un nazi maître chanteur.

    Hubert Bonisseur de la Bath est désormais affublé du ravissant pseudonyme de Noël Flantier mais il n’a rien perdu de ses costumes et de son attitude surannés, ni de sa misogynie, de son racisme et de toutes ses autres tares légendaires (la pire affliction qu’on puisse lui reprocher étant pour lui la première !) qui, vues sous le prisme du premier degré ou maladroitement mises en scène et interprétées, pourraient être consternantes, voire dangereuses. Ce n’est heureusement pas le cas. D’abord parce que, ici, on présuppose l’intelligence du spectateur qui saura rire du personnage principal et non rire avec, contrairement à la majorité des comédies qui n’osent pas prendre ce « risque » (celle qui a battu tous les records d’entrées récemment a d’ailleurs choisi la deuxième option, peut-être aussi une des raisons de son succès mais c’est sans aucun doute vers la première que va ma préférence). Aussi parce que les réactions, de consternation le plus souvent, de ceux qui lui font face désamorcent l’abjection de ses propos (ici Louise Monod, malheureusement moins nuancée dans son jeu que Bérénice Béjo, peut-être aussi, parce que son personnage est moins riche et moins construit) . Et même si le film n’est pas militant et même s’il est foncièrement  politiquement incorrect, c’est finalement peut-être beaucoup plus efficace, contre le racisme et l’antisémitisme et toutes autres formes de bêtises, que le film d’Etienne Chatillez, « Agathe Cléry », qui avait totalement manqué son objectif,... à condition évidemment d’être mis sous des yeux clairvoyants.

    Ensuite, la mise en scène est toujours aussi réjouissante, imprégnée cette fois de l’atmosphère des années 60, de ses couleurs acidulées, usant et abusant du split screen (mais ici à bon escient puisque cela devient un instrument du comique) mais aussi des références cinéphiliques. Lors du débat qui a suivi Michel Hazanavicius a même avoué avoir « pillé » certains films, évoquant ainsi « Sueurs froides » auquel il est explicitement fait référence. La spectaculaire scène du dénouement au sommet du Christ du Corcovado que je vous laisse découvrir semble, quant à elle, directement inspirée de celle de la « Mort aux trousses » sur le Mont Rushmore, et les scènes de poursuite semblent suivre l’enseignement d’Hitchcock dans le film précité qui avait inversé les codes de la course poursuite, se déroulant jusque-là la plupart du temps dans une rue étroite et sombre.

    On ne peut évidemment pas ne pas penser à « L’Homme de Rio » tant Jean Dujardin rappelle Belmondo, conciliant sens de l’action, du comique, qualité de jeu, et bénéficiant du même capital sympathie auprès du public,  et  ne s’économisant d’ailleurs pas, lui non plus,  pour le conquérir. (Voir vidéos ci-dessous). Comme Belmondo, à une époque où les films se faisaient sur son nom et où les titres reflétaient cette importance, là aussi, le film semble ne pas avoir de raison d'être sans Jean Dujardin qui lui insuffle son énergie débordante. Sans doute faut-il énormément d’intelligence pour interpréter avec autant de vraisemblance et d’apparente conviction un personnage aussi stupide, sans pour autant lui rendre le spectateur totalement hostile. Il n’économise ni ses rictus, ciselés, ni ses soulèvements de sourcils, ni ses silences, ni ses incoercibles rires gras, trouvant toujours la note juste pour contribuer à une partition à la fois baroque et  sans fausse note. Il est certain qu’il a encore beaucoup de rôles devant lui, à la (dé)mesure de son talent.

    Si certaines répliques sont particulièrement décapantes, c’est donc à mon avis dans le jeu de Jean Dujardin aux frontières du burlesque,  mais aussi dans l’absurde de certaines situations et dans leur caractère inattendu que cet OSS est le meilleur (scène de l’hôpital puis du « jardinier » etc), quand le comique n’est pas annoncé par des roulements de tambour et arrive subrepticement. C’est en cela qu’il diffère peut-être le plus du premier volet dont , pour le reste, il épouse la structure, quasiment à l’identique, avec cependant des personnages féminins moins présents, moins écrits, plus secondaires.

     Le spectateur est transporté dans un ailleurs temporel et spatial qui contribuent aussi à son plaisir et à son dépaysement et à l’embarquer dans cette aventure fantasque des plages et extraordinaires paysages de Rio aux forêts amazoniennes.

    Le seul  bémol concerne le scénario, signé Jean-François Halin et Michel Hazanavicius. Si Michel  Hazanavicius s’est vraisemblablement là aussi inspiré d’Hitchcock pour le MacGuffin (objet matériel et généralement mystérieux qui sert de prétexte au développement de l’action du film)-ici le microfilm-, chez Hitchcock le parfait enchaînement des scènes grâce à un scénario exemplaire nous le fait, toujours, totalement oublier, ici nous avons davantage la sensation d’une succession de saynètes sans réel but défini. Le rythme soutenu, la qualité de l’interprétation, de la mise en scène, des décors et des dialogues parviennent néanmoins à rendre ce défaut anecdotique et à nous emporter dans ces rocambolesques et absurdes aventures brésiliennes.

    A l’heure où les comédies sont de plus en plus formatées, suivant les demandes des chaînes de télévision mais aussi une demande (probablement à tort) présupposée du public, cet hymne au politiquement incorrect, grâce à l’intelligence de la mise en scène et de l’interprétation transforment ce qui aurait pu être un simple film potache en un salutaire divertissement, malin et de qualité.

    Merci à l’équipe d’Allociné pour sa bonne humeur et sa mise en scène très in the mood for OSS117 hier soir…

     Sortie en salles : le 15 Avril 2009

     Vidéos de la soirée au Forum des Images:

     

     

    Teasers et bande-annonce:

  • Réouverture du forum des images: caméras subjectives etc

    forum.jpg3 ans. Voilà 3 ans que les cinéphiles parisiens (et les autres...) attendaient la réouverture du Forum des images, situé au coeur d'une nouvelle "rue du cinéma" du Forum des Halles.

    Parmi de nombreuses nouveautés : une grande bibliothèque qui prolonge la rue du cinéma jusqu'à l'UGC Ciné Cité les Halles. Cette bibilothèque se nomme "François Truffaut". Rien que ça valait la peine que je vous en parle. Mais pas seulement...

    Parmi les nombreuses nouveautés, il y a aussi un partenariat avec le Master professionnel (Ciné-création) en scénario, réalisation, production de l'Université de Paris  1 Panthéon Sorbonne que je connais bien pour avoir fait partie de sa première promotion. Ces caméras subjectives, organisées par les étudiants de A à Z, et dont les précédentes éditions des transcriptions écrites ont été publiées aux Editions du Rocher, avaient jusqu'à présent lieu dans le cadre de l'Université, bien que déjà ouvertes à tous.

     forum2.jpgElles demeurent gratuites mais se dérouleront donc désormais au Forum des images. Chaque année, ces débats tournent autour d'un thème particulier, cette année "Cinéaste-producteur: un duo infernal".

    cameras2.jpg
    caméras.gif

    Voici le programme des prochaines caméras subjectives (le jeudi, de 19H30 à 21H30):

    -le 11 décembre: Jean-Jacques Beinex, le 18 décembre: Benoït Jacquot, le 8 janvier: Bertrand Tavernier, le 15 janvier: Lucas Belvaux et Patrick Sobelman, le 5 février: Robert Guédiguian, le 12 février: Patrice Leconte

    Le Forum des images ce sont aussi: 5 salles de projections, plus de 2000 projections par an, 7 rendez-vous par mois (projections-débats), 12 festivals par an..., une Académie avec des cours de cinéma, "la Malle aux trésors de Bertrand Tavernier" (des films issus de sa dvdthèque qu'il commentera) et des master class inaugurées par une master class avec James Gray, le 14 décembre, à 15H30...

    Si vous voulez découvrir le Forum des images en avant-première, des journées portes ouvertes sont organisées du 5 au 7 décembre.

    Pour en savoir plus, quelques liens internet:

    Le Master pro Ciné-création (scénario, réalisation, production) de l'Université de Paris 1-Panthéon Sorbonne

    Le Groupe Facebook des caméras subjectives

    Le Forum des images

    Le blog du Forum des images