Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • Annonce des nominations aux César 2013 en direct le 25 janvier 2013

    cinéma, César

    Vendredi 25 janvier prochain, à partir de 9H30, seront annoncées les nominations aux César 2013, au Fouquet's en direct duquel je serai et d'où je vous ferai donc un live tweet de ces nominations à suivre sur @moodforcinema  (http://twitter.com/moodforcinema ).

    Vous pourrez ensuite retrouver les nominations complètes et commentées sur ce blog et sur mon blog http://inthemoodforfilmfestivals.com .

     En attendant, retrouvez, ici, mon compte-rendu et le palmarès des Lumières qui préfigurent souvent celui des César.

  • Critiques en avant-première de films de fin janvier et février 2013

    Récapitulatif des critiques de films vus en avant-première et à découvrir prochainement (fin janvier et en février 2013 avec, en prime, "Django unchained" et "Renoir" que je vous recommande). Cliquez sur le titre du film qui vous intéresse pour en lire la critique.

  • Palmarès complet des prix Lumières 2013

     

    lumieres2013.jpg

    lu30.jpg

    cinéma,film,critique,emmanuelle riva,jean-louis trintignant,amour,prix lumières,golden globes,festival,jacques audiard,thomas bidegain

    Comme chaque année, j'assistais ce soir aux prix Lumières. Ces récompenses, l'équivalent français des Golden Globe Awards, sont décernées par la presse étrangère en poste à Paris. Désolée pour ceux qui ont voulu suivre la cérémonie en direct sur mon compte twitter, je ne captais malheureusement pas de l'intérieur de la salle. De retour d'un Paris étrangement silencieux et enneigé, voici quelques mots, photos et vidéos sur la cérémonie qui, je l'espère, vous permettront de la découvrir comme si vous l'aviez suivie en direct.

    lu24.jpg

    lu22.jpg

    Cette année, la cérémonie avait lieu à la Gaîté Lyrique alors qu'elle se déroulait à la Mairie de Paris ces dernières années. C'est toujours Estelle Martin, comme chaque année,  qui présentait talentueusement la cérémonie, visiblement aussi sympathique qu'à l'aise dans l'exercice .  C'est l'exubérante Victoria Abril qui a présidé la cérémonie, en présence également de l'inoubliable Angelica du "Guépard" de Visconti, Claudia Cardinale, radieuse, se dissimulant souvent derrière ses mains comme une enfant intimidée.

    cinéma, film, critique, Emmanuelle Riva, Jean-Louis Trintignant, Amour, Prix Lumières, Golden Globes, festival, Jacques Audiard, Thomas Bidegain

     Les remettants et lauréats nous ont épargnés les remarques plus ou moins explicites sur les débats qui agitent actuellement le cinéma français même si l'adjoint à la culture de la Mairie de Paris n'a pu s'empêcher d'évoquer ces "quelques de nos acteurs qui s'expatrient également, pas toujours pour des bonnes raisons" (je vous ai déjà dit ce que j'en pensais, ici). La Ministre de la francophonie, habituée de la cérémonie avant d'être ministre, la réalisatrice Yamina Benguigui, au détour d'une phrase a confessé que le cinéma lui manquait.

     

    lu6.jpg

    Pour la première fois, cette année, l'Académie des Lumières a organisé ses "Rencontres Francophones". La Tunisie a ainsi été le premier pays invité, avec des projections de films et une master class animée par le réalisateur tunisien, Férid Boughedir qui a fait un formidable discours sur scène. Une mise en lumière d'autant plus marquante que, il y a 2 ans, c'est en pleine cérémonie des Lumières que nous apprenions la chute de Ben Ali et j'en garde  le souvenir d'une émotion vivace, celle d'un moment historique qui avait rythmé la cérémonie et que chacun suivait sur les réseaux sociaux (avec plus d'attention que la cérémonie en question, il faut l'avouer).

    lu10.jpg

    Les films de Jacques Audiard et Noémie Lvovsky, « De rouille et d’os » et « Camille redouble" dominaient les nominations de ces 18èmes Prix Lumières avec 5 nominations chacun. Le premier a reçu le prix du meilleur réalisateur et celui du meilleur scénario (coécrit avec Thomas Bidegain, scénariste remarquable habitué des prix). Les scénarii d' "Une bouteille à la mer" et "Les Adieux à la reine" étaient néanmoins cette fois pour moi plus ciselés et l'auraient peut-être davantage mérité.

    lu25.jpg

    Je me réjouissais que des films comme « Louise Wimmer » (prix Louis Delluc du premier film 2012), « Une bouteille à la mer » (notamment pour son magnifique scénario et ses remarquables comédiens) et « Comme des frères« (pour Pierre Niney, déjà prénommé aux César comme meilleur espoir, parmi les trois nommés au prix Patrick Dewaere 2013 et remarquable aussi au théâtre dans « Un chapeau de paille d’Italie » ) parmi mes coups de coeur de cette année et parfois n’ayant pas eu le succès mérité, se retrouvent ainsi nommés. Je m'interroge quand je vois qu'aucun de ces films n'a été primé avec la désagréable impression que les médias (français comme étrangers) lorsqu'ils attribuent des prix manquent quelque peu de curiosité. Combien de journalistes ont vu ces films, en particulier "Louise Wimmer" et "Une bouteille à la mer"? C'était néanmoins déjà une belle victoire pour Cyril Mennegun que d'être nommé comme meilleur rélisateur  face à Jacques Audiard, Leos Carax,  Michael Haneke et Noemie Lvovsky.

    C'est le film "Amour" de Michael Haneke qui récolte le plus de récompenses: meilleur film, meilleur acteur pour Jean-Louis Trintignant et meilleure actrice pour Emmanuelle Riva. A l'image des Golden Globes qui, souvent préfigurent les Oscars, les prix Lumières préfigurent souvent les César. Un indicateur quant au palmarès 2013? Déjà, il nous faudra connaître les nominations en direct de l'annonce desquelles je serai le 25 janvier prochain.

    lu8.jpg

    Malgré quelques sympathiques couacs (Patrick Braoudé qui donne le nom du lauréat avant que les nommés soient cités, un remettant qui demande quel prix il va remettre...et une célèbre actrice croisée dans La Gaîté lyrique, égarée et au bord de la crise de nerfs), la cérémonie était plutôt rythmée...et un prix de l'actrice qui fait preuve de plus d'auto-dérision et de la meilleure "remettante" aurait dû être attribué à Mathilda May, irrésistible, celui du lauréat le plus efficace à Thomas Bidegain,  celui du plus enthousiaste à Philippe Rouyer pour son hommage à Claudia Cardinale. Ces quelques extraits des films dans lesquels l'actrice a joués projetés pendant la cérémonie m'ont donné des frissons et rappelé pourquoi et à quel point j'aimais le cinéma, passionnément.

    lu11.jpg

    Retrouvez ci-dessous, mes critiques des films nommés en cliquant sur leurs titres et, plus bas, la liste complète des nominations avec, soulignés, les films primés:

    « Dans la maison » de François Ozon

    « Comme des frères » de Hugo Gélin

    « Amour » de Michael Haneke

    « De rouille et d’os » de Jacques Audiard

    « Louise Wimmer » de Cyril Mennegun

    « A perdre la raison » de Joachim Lafosse

    « Une bouteille à la mer » de Thierry Binisti

    « Les Adieux à la Reine » de Benoit Jacquot

    Les gagnants seront récompensés le 18 janvier prochain lors d’une cérémonie organisée à la Gaîté lyrique de Paris.

    PALMARES COMPLET  (les films soulignés sont les lauréats):

    Meilleur film

    « Les Adieux à la reine » de Benoît Jacquot

    "Amour » de Michael Haneke

    »Camille redouble » de Noémie Lvovsky

    « Holy Motors » de Leos Carax

    « De rouille et d’os »de Jacques Audiard

    Meilleur réalisateur

    Jacques Audiard pour "De rouille et d’os »

    Leos Carax pour « Holy Motors »

    Michael Haneke pour xAmour »

    Noemie Lvovsky pour « Camille redouble »

    Cyril Mennegun pour »Louise Wimmer »

    Meilleur scénario

    Jacques Audiard, Thomas Bidegain pour "De rouille et d’os »

    Leos Carax pour »Holy Motors »

    Benoit Jacquot, Gilles Taurand pour "Les Adieux à la reine »

    Noemie Lvovsky, Maud Ameline, Pierre-Olivier Mattei, Florence Seyvos pour »Camille redouble »

    Valerie Zenatti, Thierry Binisti pour "Une bouteille à la mer »

    Meilleure actrice

    Marion Cotillard, « De rouille et d’os »

    Catherine Frot, « Les Saveurs du palais »

    Noemie Lvovsky, » Camille redouble »

    Corinne Masiero, »Louise Wimmer »

    Emmanuelle Riva, « Amour »

    Meilleur acteur

    Guillaume Canet, « Une vie meilleure »

    Denis Lavant, « Holy Motors »

    Jeremie Renier, « Cloclo »

    Mathias Schoenaerts, « De rouille et d’os »

    Jean Louis Trintignant, « Amour »

    Révélation féminine

    Agathe Bonitzer, « Une bouteille à la mer »

    Judith Chemla, Julia Faure, India Hair, « Camille redouble »

    Izia Higelin, « Mauvaise fille »

    Sofiia Manousha, « Le Noir (te) vous va si bien

    » Soko, « Augustine »

    Révélation masculine

    Clement Metayer, « Après mai »

    Stéphane Soo Mongo, « Rengaine »

    Pierre Niney, « Comme des frères »

    Mahmoud Shalaby, « Une bouteille à la mer »

    Ernst Umhauer, « Dans la maison »

    Meilleur film francophone

    « A perdre la raison », Joachim Lafosse

    « L’Enfant d’en haut », Ursula Meier

    « Laurence Anyways », Xavier Dolan

    »La Pirogue », Moussa Touré

    »Monsieur Lazhar », Philippe Falardeau

    Pour en savoir plus : http://www.academielumieres.com

    Prix spécial du jury

    Noemie Lvovsky pour « Camille redouble »

  • Le Débarquement sur CANAL + ce soir à 20H55

    Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

    Il est rare que je vous parle d'émissions télévisées mais celle-ci qui se définit comme "le plus grand show comique de l'histoire de Canal +" me semble une belle innovation qui devrait plaire aux amateurs de cinéma puisque de nombreux acteurs et non des moindres y seront présents et puisque les sketchs feront apparemment souvent référence au cinéma. Je n'ai pas encore le don d'ubiquité malheureusement donc j'ai dû décliner l'invitation à  assister au tournage pour cause de cérémonie des Lumières à laquelle je serai ce soir (et que je vous invite de nouveau à suivre en direct sur twitter ). Si vous voulez voir 34 comédiens (et non des moindres: Guillaume Canet, Jean Dujardin, Marion Cotillard, Sandrine Kiberlain, Pierre Niney...) dans des rôles inattendus et en direct, regardez Canal plus, ce soir, à 20H55. 

  • CONCOURS EXPRESS - 10 places pour découvrir "Möbius" d'Eric Rochant en avant-première, le 22 janvier, à 10H30, sur les Champs-Elysées

    concoursrochant2.jpg

    rochant3.jpg

    Voilà un des films de l'année 2013 que j'attends avec le plus d'impatience, d'abord parce qu'il est l'oeuvre d'Eric Rochant, réalisateur du film dont vous trouverez la photo dans la 1ère question du concours, pour moi un film remarquable, un des meilleurs thrillers/films d'espionnage, mais aussi parce que le synopsis de ce "Möbius" s'annonce particulièrement attractif d'autant plus que les interprètes principaux en sont Jean Dujardin, Cécile de France et Tim Roth.

     Je vous propose donc de remporter une des 10 places mises en jeu pour découvrir le film en avant-première et une vraie avant-première puisque ce film sortira en salles le 27 février prochain. Avant de répondre, assurez-vous de pouvoir être disponibles pour la projection qui aura lieu ce 22 janvier 2013, sur les Champs Elysées, à 10H30.

    Synopsis: Grégory Lioubov, un officier des services secrets russes est envoyé à Monaco afin de surveiller les agissements d’un puissant homme d’affaires. Dans le cadre de cette mission, son équipe recrute Alice, une surdouée de la finance. Soupçonnant sa trahison, Grégory va rompre la règle d’or et entrer en contact avec Alice, son agent infiltré. Naît entre eux une passion impossible qui va inexorablement précipiter leur chute.

    CONCOURS: Pour vous permettre de remporter une des dix places mises en jeu, pour une fois, je vous propose un concours très simple. Vous avez jusqu'à dimanche soir 20 janvier 2013 minuit pour m'envoyer vos réponses à inthemoodforcinema@gmail.com avec, dans l'intitulé de votre email "Concours Möbius". Seuls les gagnants seront contactés. N'oubliez pas de me donner vos nom et prénom et non uniquement votre pseudo, ainsi que votre pseudo twitter. Les lauréats seront inscrits sur listing.

    Pour remporter ces places, soyez parmi les 10 premiers à me donner les titres des deux films suivants et à retweeter le tweet dans lequel j'annonce le concours sur mon compte twitter principal http://twitter.com/moodforcinema .  Deux places seront mises de côté pour des participants ne possédant pas de compte twitter.

    1.

    concoursrochant1.jpg

    2.

    concoursrochant3.jpg

  • Le palmarès des 18èmes prix Lumières 2013 en direct ce soir

     

    lumieres2013.jpg

    Comme chaque année, j'aurai le plaisir d'assister ce soir aux prix Lumières dont vous pourrez retrouver ici le compte-rendu et le palmarès après la cérémonie et que j'essaierai de vous commenter en direct sur twitter (@moodforcinema et @moodforfilmfest ). Ces récompenses, l'équivalent français des Golden Globe Awards, sont décernées par la presse étrangère en poste à Paris.

    Cette année, la cérémonie aura lieu à la Gaîté Lyrique alors qu'elle se déroulait à la Mairie de Paris ces dernières années. C'est Victoria Abril qui présidera la cérémonie, en présence également de Claudia Cardinale.

    Pour la première fois, cette année, l'Académie des Lumières organisera ses "Rencontres Francophones". La Tunisie sera le premier pays invité, avec des projections de films et une master class animée par le réalisateur tunisien, Férid Boughedir.

    Ce sont les films de Jacques Audiard et Noémie Lvovsky, « De rouille et d’os » et « Camille redouble », qui dominent les nominations de ces 18èmes Prix Lumières avec 5 nominations chacun.

    Je me réjouis que des films comme « Louise Wimmer » (prix Louis Delluc du premier film 2012), « Une bouteille à la mer » (notamment pour son magnifique scénario et ses remarquables comédiens) et « Comme des frères« (pour Pierre Niney, déjà prénommé aux César comme meilleur espoir, parmi les trois nommés au prix Patrick Dewaere 2013 et remarquable aussi au théâtre dans « Un chapeau de paille d’Italie » ) parmi mes coups de coeur de cette année et parfois n’ayant pas eu le succès mérité, se retrouvent ainsi nommés et je leur souhaite, grâce à cela, une deuxième carrière, en espérant que cela préfigurera également des nominations pour les César.

    Retrouvez ci-dessous, mes critiques des films nommés en cliquant sur leurs titres et, plus bas, la liste complète des nominations:

    « Dans la maison » de François Ozon

    « Comme des frères » de Hugo Gélin

    « Amour » de Michael Haneke

    « De rouille et d’os » de Jacques Audiard

    « Louise Wimmer » de Cyril Mennegun

    « A perdre la raison » de Joachim Lafosse

    « Une bouteille à la mer » de Thierry Binisti

    « Les Adieux à la Reine » de Benoit Jacquot

    Les gagnants seront récompensés le 18 janvier prochain lors d’une cérémonie organisée à la Gaîté lyrique de Paris.

    Liste des nominations des 18èmes Prix Lumières

    Meilleur film

    « Les Adieux à la reine » de Benoît Jacquot

    »Amour » de Michael Haneke

    »Camille redouble » de Noémie Lvovsky

    « Holy Motors » de Leos Carax

    « De rouille et d’os »de Jacques Audiard

    Meilleur réalisateur

    Jacques Audiard pour »De rouille et d’os »

    Leos Carax pour « Holy Motors »

    Michael Haneke pour »Amour »

    Noemie Lvovskypour « Camille redouble »

    Cyril Mennegun pour »Louise Wimmer »

    Meilleur scénario

    Jacques Audiard, Thomas Bidegain pour »De rouille et d’os »

    Leos Carax pour »Holy Motors »

    Benoit Jacquot, Gilles Taurand pour »Les Adieux à la reine »

    Noemie Lvovsky, Maud Ameline, Pierre-Olivier Mattei, Florence Seyvos pour »Camille redouble »

    Valerie Zenatti, Thierry Binisti pour »Une bouteille à la mer »

    Meilleure actrice

    Marion Cotillard, « De rouille et d’os »

    Catherine Frot, « Les Saveurs du palais »

    Noemie Lvovsky, » Camille redouble »

    Corinne Masiero, »Louise Wimmer »

    Emmanuelle Riva, « Amour »

    Meilleur acteur

    Guillaume Canet, « Une vie meilleure »

    Denis Lavant, « Holy Motors »

    Jeremie Renier, « Cloclo »

    Mathias Schoenaerts, « De rouille et d’os »

    Jean Louis Trintignant, « Amour »

    Révélation féminine

    Agathe Bonitzer, « Une bouteille à la mer »

    Judith Chemla, Julia Faure, India Hair, « Camille redouble »

    Izia Higelin, « Mauvaise fille »

    Sofiia Manousha, « Le Noir (te) vous va si bien

    » Soko, « Augustine »

    Révélation masculine

    Clement Metayer, « Après mai »

    Stéphane Soo Mongo, « Rengaine »

    Pierre Niney, « Comme des frères »

    Mahmoud Shalaby, « Une bouteille à la mer »

    Ernst Umhauer, « Dans la maison »

    Meilleur film francophone

    « A perdre la raison », Joachim Lafosse

    « L’Enfant d’en haut », Ursula Meier

    « Laurence Anyways », Xavier Dolan

    »La Pirogue », Moussa Touré

    »Monsieur Lazhar », Philippe Falardeau

    Pour en savoir plus : http://www.academielumieres.com

    Cliquez ici pour retrouver mon compte-rendu de la cérémonie 2012 des prix Lumières.

  • Critique de « Flight » de Robert Zemeckis avec Denzel Washington, Kelly Reilly… et vidéo de la conférence de presse

    flight99.jpg

    denzel1.jpg

    denzel2.jpg

    denzel3.jpg

    Après avoir assisté à la master class de Robert Zemeckis, Denzel Washington et Kelly Reilly puis à l’avant-première du film, j’ai également assisté à sa conférence de presse dont vous pouvez retrouver ma vidéo ci-dessus.

    Ecrit par le scénariste John Gatins, le projet a mis plus de dix ans à aboutir non sans certaines concessions budgétaires notamment sur les salaires de Denzel Washington et Robert Zemeckis. « Flight » marque aussi le retour du réalisateur Robert Zemeckis au tournage « direct » après 12 années pendant lesquelles il s’est consacré à la réalisation de films en motion capture.

    Whip Whitaker (Denzel Washington) est un  pilote de ligne chevronné. Il réussit miraculeusement à faire atterrir son avion en catastrophe après un accident en plein ciel… Un acte héroïque et Whip est d’ailleurs salué comme un héros après le crash malgré les 6 victimes, un moindre « mal » au regard de ce que cela aurait pu être. Tandis qu’il est exposé en pleine lumière, Whip va révéler des zones d’ombres bien éloignées de l’image de l’homme héroïque pour lequel on veut le faire passer (et pour lequel il a d’ailleurs la lâcheté de se faire passer). A l’hôpital, il va rencontrer Nicole (Kelly Reilly), une droguée qu’il va rapidement héberger.

    Les catastrophes, aussi dramatiques soient-elles ou plutôt justement parce que dramatiques constituent toujours des sujets éminemment cinématographiques. On se souvient ainsi de l’atterrissage sur l’Hudson qui aurait pu faire un film « magnifique » (je ne doute pas que des scénaristes américains planchent sur le sujet). L’idée de « Flight » a néanmoins germé dans l’esprit de John Gatins avant cette catastrophe, celui-ci s’étant davantage inspiré de sa propre réalité, et de son addiction à l’alcool, que de cette catastrophe aérienne.

    Le crash ne constitue en effet que les vingt (spectaculaires) premières minutes du film. La caméra de Zemeckis (qui ne manque décidément pas d’imagination quand il s’agit de filmer des crashs, on se souvient de celui de « Seul au monde », d’ailleurs filmé différemment) ne quitte jamais le cockpit. En résultent une tension réelle, et une impression de claustrophobie et d’emprisonnement (d’ailleurs métaphorique de l’autre que constitue l’addiction à l’alcool pour Whip) particulièrement efficaces.

    Whip va ensuite s’enfermer dans ses mensonges auxquels il est aussi « accro » qu’à la drogue et à l’alcool. Whip, (anti)héros amoral, est en effet humain et donc faillible et vulnérable, sans doute l’aspect le plus intéressant du film que le cinéaste n’assume malheureusement jamais pleinement.

    Ainsi, par une première scène de nudité frontale et de prise de drogue, Zemeckis semble se dédouaner de toute suspicion de moralisme et ne pas assumer la rédemption de son personnage de même que le personnage de l’ami vénéneux (exubérant et étonnant John Goodman)  lui permet de ne pas assumer complètement le film dramatique et d’instiller ainsi des moments de respiration.  Rarement un film aura autant accumulé les symboles religieux et l’excuse de la volonté de Dieu pour tout justifier, avec un simplisme édifiant. Ainsi, la flèche du clocher d’une église pentecôtiste est arrachée par l’avion lors de sa descente, symbole élémentaire pour signifier là la volonté de Dieu qui ouvrira la voie (longue et laborieuse) de la rédemption pour Whip. Par ailleurs, tous les personnages évoquent ou invoquent Dieu à un moment ou un autre du film, sans parler d’un homme atteint de cancer qui se résigne parce que « c’est la volonté de Dieu » et j’ignore si je dois trouver cela ridicule ou indécent ou les deux. Sans doute pourrait-on se dire que Zemeckis se moque et prend tout cela au second degré mais l’accumulation de scènes et symboles se référant à la religion annihile cet argument (il l’assume d’ailleurs pleinement comme vous le verrez dans la vidéo de la conférence de presse).

    Dommage que Kelly Reilly, lumineuse présence, en soit réduite à une sorte d’alibi, les personnages féminins n’échappent en effet pas à la caricature et le scénariste semble s’être uniquement concentré sur la complexité de Denzel Washington réduisant les femmes elles aussi à des symboles. Ce dernier est nommé dans la catégorie meilleur acteur aux Oscars. Certes plutôt convaincant, il ne fait pas le poids face à un Daniel Day-Lewis époustouflant dans "Lincoln" de Spielberg.

    Avec ce film «Zemeckis, a une nouvelle fois voulu dresser le portrait d’un homme différent, perdu, « seul au monde » comme l’était celui du film éponyme ou de « Forrest Gump », un personnage qui aurait pu être passionnant si ses aspects sombres n’avaient été totalement édulcorés par le discours et le symbolisme religieux simplistes et édifiants. Une impression de gâchis après vingt minutes de début réellement prenantes, et les contradictions du personnage (ainsi que la manière de les traiter en thriller) qui auraient aussi pu l’être. Le paroxysme du ridicule est atteint avec cette fin et une réplique digne d’un sketch caricatural sur les blockbusters américains que n’auraient pas détesté employer Kad et Olivier dans « Mais qui a re-tué Pamela Rose » ( une réplique dont je ne vous priverai pas du plaisir de la découverte). Oui, un beau gâchis.

    Sortie en salles : le 13 février 2013

  • Programme du Festival International du Premier Film d'Annonay 2013

    annonay2013.jpg

    Je vous parle chaque année de ce formidable festival dirigé par le très cinéphile et enthousiaste Gaël Labanti, un festival dont j'ai eu le grand plaisir de faire partie du jury en 2007 (sur concours qui existe d'ailleurs toujours et qui permet à des cinéphiles d'intégrer son jury qui présente la particularité de n'être composé que de cinéphiles choisis par ce biais à l'exception du président du jury, le plus souvent un cinéaste).

    Ce festival qui aura lieu cette année du 1er au 11 février 2013 met en avant les premiers films et propose une programmation particulièrement diversifiée, a fortiori cette année qui marque les 30 ans du festival à l'occasion desquels une programmation spécifique sera proposée avec de nombreux grands films que je vous recommande.

    Le festival propose également le livre des 30 ans à cette occasion. Vous pourrez y voir l'incroyable générique de grands cinéastes et comédiens venus à Annonay.

    C'est Bernard JeanJean qui présidera le jury cette année et la comédienne Audrey Bastien (que vous avez pu notamment voir dans le magnifique "J'aime regarder les filles" de Frédéric Louf) qui présidera le jury lycéen.

    Je vous recommande notamment "A perdre la raison" de Joachim Lafosse, "J'enrage de son absence" de Sandrine Bonnaire, "Les Bêtes du sud sauvage" de Benh Zeitlin, "Au-delà des collines" de Cristian Mungiu, 4 films sublimes (parmi d'autres) qui faisaient partie de mon top de l'année 2012 et projetés au festival et dont vous pouvez retrouver mes critiques en cliquant sur leurs titres.

    -Comme chaque année, le festival propose une sélection de films en compétition

    Parmi les 275 longs métrages reçus cette année, le Comité de sélection a décidé de retenir les huit films suivants pour sa section compétitive de la 30ème édition :

    ELECTRICK CHILDREN (Rebecca Thomas / États-Unis)
    HELL (Tim Fehlbaum / Suisse)
    LA JUBILADA (Jairo Boisier / Chili)
    LE MUR INVISIBLE (Julian Roman Pölsler / Allemagne)
    MY BROTHER THE DEVIL (Sally El Hosaini / Royaume Uni)
    OFF WHITE LIES (Maya Kenig / Israël)
    PERIFERIC (Bogdan George Apetri / Roumanie)
    TEDDY BEAR (Mads Matthiesen / Danemark)

    1ers films hors compétition:

    • Alyah
    • Augustine
    • Broken
    • Dead Man Talking
    • Des Morceaux de Moi
    • Gimme the Loot
    • Hors les Murs
    • J’Enrage de son Absence
    • La Vierge, les Coptes et Moi
    • Le Sommeil d’Or
    • Les Bêtes du Sud Sauvage
    • Les Saphirs
    • Mobile Home
    • Ombline

    30 ans de découvertes

    • À Perdre La Raison
    • À Propos d’Elly
    • Au-Delà des Collines
    • Capitaine Achab
    • La Fée
    • Le Thé ou l’Électricité
    • Left Bank
    • Les Conséquences de l’Amour
    • L’Enfant d’en Haut
    • Pauline Détective
    • Queen of Montreuil
    • Une Histoire d’Amour

    Tout public

    • Couleur De Peau : Miel
    • Le Tableau
    • Pinocchio
    • Rumba
    • 10, 11, 12... Pougne

    Séances spéciales

    • À Nos Amours
    • Ciné Concert : Marc Perrone / Charly Chaplin
    • J’Veux pas que tu t’en Ailles
    • La Pomme

    Courts-métrages

    • American Football
    • Bad Gones
    • Kali le Petit Vampire
    • Les Chiens Verts
    • Mon Amoureux
    • Ce Chemin Devant Moi

    Pour en savoir plus sur le Festival d'Annonay:

    -Site officiel du festival: http://www.annonaypremierfilm.org/

    -Page Facebook du festival: https://www.facebook.com/pages/Festival-International-du-Premier-Film-Annonay-et-Pays-Annon%C3%A9en/257655727593