Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

emmanuelle devos

  • Critique - LE TEMPS DE L'AVENTURE de Jérôme Bonnell

    Après 15 jours sans avoir le temps de retrouver le doux chemin des salles obscures (autant vous dire que, vraiment, je ne pouvais faire autrement), était enfin revenu pour moi « Le temps de l’aventure » ou du moins celui d’aller voir le film éponyme, le 5ème long métrage réalisé par Jérôme Bonnell, six ans après sa belle peinture des âmes, son exquise esquisse de la solitude, « J’attends quelqu’un », qui m’avait fait si forte impression (dans lequel jouait d’ailleurs déjà Emmanuelle Devos), un film sur les savoureuses palpitations de l’attente, le bonheur du possible plutôt que celui de la certitude. La possibilité du bonheur, aussi : ce pourrait être d’ailleurs le titre de ce « Temps de l’aventure ».

    Cela commence à Calais, avant l’entrée sur une scène de théâtre d’Alix, comédienne, (Emmanuelle Devos), qui joue une pièce d’Ibsen. Quelques minutes, palpitantes et angoissantes, à retenir son souffle, avant de se jeter dans l’arène. Avant de mettre le masque. Avant de devenir quelqu’un d’autre. Avant le temps de l’aventure. C’est finalement la métaphore de ce qu’elle sera et vivra le reste du film. Elle prend ensuite un train en direction de Paris. Dans le train, elle échange de furtifs regards avec un homme triste, un Anglais (Gabriel Byrne). A cet instant, il est juste un homme triste. Alix se rend ensuite à une audition (un des deux magistraux plans-séquences du film). Une véritable mise à nu. Puis elle remet le masque du jeu, décide s’en trop savoir pourquoi, aimantée, de retrouver « l’homme du train » dont elle a entendu par hasard la destination, et de jouer, d’oser, de se lancer dans l’aventure, de laisser libre cours à ses désirs…

    Jérôme Bonnell a réussi à retranscrire ce qu’il y a sans doute de plus beau et de plus fragile dans l’existence : ces moments rares et fugaces où n’existe que le temps présent. Le bonheur en somme qui, parfois, surgit aux moments les plus inattendus ou terribles, et en est alors que plus précieux et exalté. Il dresse un magnifique portrait de deux êtres dans une situation de fragilité, « lost in translation », de ces situations qui conduisent aux belles et redoutables audaces, où le passé et l’avenir cèdent devant la force du présent.

    Alix est presque une étrangère dans sa propre ville, perdue et libre à la fois, une actrice dont Paris est alors la nouvelle scène de théâtre, une scène qui la conduira à jouer mais aussi à tomber progressivement le masque. C’est palpitant comme un thriller. Notre souffle est suspendu à leurs regards, à leurs silences, à leurs pas qui peut-être ne se recroiseront plus.

    C’est une belle journée d’été, un soir de fête de la musique et ils sont là et nulle part au milieu de cette frénésie et ce tourbillon. Le temps court mais pour eux il semble s’être arrêté. Le film est d’ailleurs aussi une très belle variation sur le temps, en plus de l’être sur le mensonge et la vérité, et le bonheur. Ce sont effet les « 24 heures de la vie d’une femme » coupée de tout ce qui nous relie habituellement à la réalité ou un semblant de réalité : téléphone, carte bleue et qui, peut-être, nous éloigne de l’essentiel. Ne plus pouvoir utiliser l’un et l’autre l’ancre encore plus dans le temps présent.

    Ce film est plein de fragilité, de sensibilité, à fleur de peau, plein de délicatesse, aussi lumineux et solaire que son actrice principale qui irradie littéralement et dont la caméra de Jérôme Bonnell est amoureuse. Elle arrive à nous faire croire à cette rencontre qui aurait pu être improbable et à la magie éblouissante de l’instant présent (aidée par la qualité de l’écriture, aussi). Face à elle, Gabriel Byrne impose sa belle présence, emmuré dans le silence, parfois peut-être un peu trop mutique mais cela contribue aussi à son charme mystérieux. De leurs faces-à-faces exhale une émotion incandescente.

    Ajoutez à cela une scène aussi hilarante et burlesque que terrible et douloureuse avec la sœur d’Alix et vous obtiendrez un petit bijou non formaté quand le cinéma nous donne de moins en moins d’histoires d’amour ou d’histoires d’amour qui ne soient pas mièvres ou caricaturales et quand le cinéma tend de plus en plus, à mon grand désarroi, à rentrer dans des schémas et quand les médias (les dits traditionnels et les autres d’ailleurs), semblent se contenter d’évoquer ces films-là. Non, il n’y a pas que les profs, gamins et autres amours et turbulences aux titres aussi originaux et subtils que leurs contenus.

    Un film sur une passion éphémère (ou peut-être pas…) porté par une actrice étincelante et qui nous prouve que le bonheur peut parfois être un présent, un film qui laisse un goût d’éternité et nous donne envie d’arrêter le temps ou en tout cas de croire que le temps parfois peut s’arrêter, même quand, ou a fortiori quand, la réalité est douloureuse et implacable. « Le temps de l’aventure » est un hymne subtile et délicat au présent, au jeu aussi, à la vie qui peut en être un aussi. Un film d’une mélancolie solaire, une belle réflexion sur le bonheur et la vérité, avec un air truffaldien (plane d’ailleurs l’ombre d’un certain Antoine) qui m’a emportée et m’a accompagnée longtemps après le générique de fin avec le goût persistant de cette parenthèse enchantée, de tristesse et d’espoir mêlés. Finalement une sorte de mise en abyme ou de métaphore du cinéma, et de sa magie : l’espace de quelques minutes, nous faire croire au vol du temps suspendu. Et au spectateur de décider s’il veut y croire, si cela modifiera le cours de l’existence (la sienne et celle des personnages) ou non…

    Lien permanent Imprimer Catégories : CRITIQUES DES FILMS A L'AFFICHE EN 2013 Pin it! 3 commentaires
  • Inthemoodforcinema.com dans les coulisses des César 2010 (2) :mes vidéos inédites, le palmarès commenté et mes impressions sur cette soirée en direct

    césar.jpg

    photopasscésar 001.JPGLorsque j'ai reçu mon accréditation pour la salle presse, en début de semaine, j'ai d'abord hésité à m'y rendre. Je pensais au départ être dans la salle où se déroule la cérémonie, comme la fois précédente (en 2006) et puis la curiosité a été la plus forte et je me suis dit que c'était quand même une belle opportunité pour mon petit blog (sauf erreur de ma part, le seul présent) et pour mon insatiable curiosité et j'avoue que je ne regrette pas cette expérience inédite même si je ne souhaite pas forcément la renouveler. C'est donc au Châtelet, dans l'ambiance particulière de la salle presse, pendant 6 heures, que j'ai vécu cette soirée des César.  Récit de la soirée des César vue de l'intérieur.

    Je suis arrivée à 19H, amenée par un chauffeur de taxi qui ignorait ce qui se tramait-là (ce qui fait relativiser ceux pour qui le Châtelet était hier soir sans doute le centre du monde)  et  visiblement impressionné par le dispositif de sécurité et les nombreux badauds et photographes déjà présents. Des dispositions ont en effet été vraisemblablement prises depuis cette mémorable année 2006 où la cérémonie avait bien failli ne pas avoir lieu sous la « menace » des intermittents. Le Châtelet ressemble donc désormais à un camp retranché.

    César 079.JPG

    3-1-2010_005.jpg Après avoir montré mon badge à un nombre incalculable de vigiles, policiers et hôtesses,  arrivée dans le hall du Châtelet où la foule se presse déjà nombreuse, on m'envoie sous une sorte de tente installée dans ce même hall, où je suis reçue avec affabilité et en même temps qu'une certaine Mélanie Laurent et où on m'explique que pour la presse c'est au Studio A, à l'entrée des artistes, situé derrière le Châtelet. Je remonte donc le courant de pingouins  pour ressortir et me retrouver au fameux Studio A où il faut là aussi montrer patte blanche. On m'accompagne alors dans une petite salle au fond de laquelle sont installées plusieurs caméras (LCI, France 2, Canal plus...), où quelques journalistes sont déjà captivés (et capturés) par leurs ordinateurs. Ils ne seront d'ailleurs jamais plus d'une petite vingtaine. Un petit buffet avec champagne et petits fours est installé au fond de la salle. Deux écrans diffusent les répétitions (il n'est que 19H). Un pupitre est installé sur une scène exigüe. C'est là que vont défiler les lauréats après réception de leurs César sur la scène du Châtelet. On nous explique que certains viennent avec beaucoup de retard et que c'est un peu compliqué de suivre la cérémonie, celle-ci étant diffusée sur les écrans de la salle presse, et le son étant coupé pendant que les lauréats interviennent devant nous. Ce qui m'aura notamment fait manquer la traditionnelle rubrique nécrologique. Quel dommage, non? Pour le reste, je crois n'avoir rien manqué de l'essentiel (l'écran fonctionnant parfois en même temps que les lauréats parlent comme vous pourrez le constater au début de certaines vidéos). On nous explique aussi que les lauréats pour le meilleur film ne viennent pas toujours (paraît-il donc que nous avons été chanceux qu'ils viennent exceptionnellement tous) ou alors souvent 45 minutes après la fin de la cérémonie. Le Châtelet a donc son armée des ombres qui vaque en secret dans les dédales du théâtre.  Les deux heures avant le début de la cérémonie s'écoulent relativement vite malgré une chaleur suffocante que souligneront presque tous les lauréats qui n'y passent pourtant guère plus de quelques minutes (comme Tahar Rahim dans les vidéos ci-dessous).

    Tahar Rahim en salle presse après avoir reçu son César du meilleur jeune espoir:

     Puis, la cérémonie commence. Gad Elmaleh et Valérie Lemercier esquissent les quelques pas de danse que nous les avions vus répéter sur les écrans, me laissant penser que cette cérémonie serait à cette image. Joyeuse. Aérienne. Ces espoirs-là ont été assez rapidement déçus... Ensuite,  Marion Cotillard, la présidente de cette 35ème édition ouvre le bal en parlant, avec grâce et émotion (et une réserve que je soupçonne d'être un tout petit peu exagérée), de passion, de liberté, de son histoire d'amour avec le cinéma français. Cela s'annonce décidément bien.  Arrive ensuite l'heure du premier César décerné, sans grande surprise, à Tahar Rahim pour « Un Prophète » qui le mérite grandement même si Firat Ayverdi avait aussi été remarquable dans « Welcome ». Il fera preuve devant nous (voir vidéos ci-dessus) de la même humilité que celle dont il a témoigné sur scène  où il a rendu hommage à sa famille , à sa « chance extraordinaire de ne pas l'avoir choisie » dédiant son César à sa mère (comme d'ailleurs un grand nombre de lauréats de cette soirée!:-)).  En salle presse, Isabelle Adjani et Marion Cotillard souligneront plus tard à quel point elles apprécient le jeune acteur, notamment pour sa modestie. Une dizaine de minutes après avoir reçu son César Tahar Rahim est donc le premier à venir devant nous, à la fois ébloui, déconcerté et avec la tête étonnamment sur les épaules.

    Puis les lauréats se succèdent devant nous, certains surpris de se retrouver dans cette salle dont ils ignoraient visiblement l'existence (comme Emmanuelle Devos, ne sachant pas où elle débarquait), souvent une coupe de champagne... et évidemment le César à la main. Emmanuelle Devos est visiblement très surprise d'avoir reçu le César s'étant imaginée qu'une autre comédienne en particulier l'obtiendrait mais préférant en taire le nom par "respect" pour celle-ci qui selon elle avait davantage un "rôle à César".

    Emmanuelle Devos en salle presse après avoir reçu le César du meilleur second rôle pour "A l'origine":

     Une autre comédienne pourtant si lumineuse et touchante sur scène semble déboussolée de se retrouver devant nous mais on le serait sans doute à moins surtout quand le présentateur lui demande comment Xavier Giannoli l'a dirigée alors... qu'il s'agissait de Philippe Godeau.

     Puis le son des écrans disposés dans la salle presse est remis pour que nous puissions suivre la cérémonie en attendant les lauréats suivants.  Les récompenses continuent de pleuvoir pour « Un Prophète ». Personne ne réagit vraiment dans la salle presse. Tout cela, vu de la salle presse, a un côté assez dépassionné,  prosaïque (une seule inconsciente et/ou téméraire a quand même applaudi à l'annonce du César du meilleur film...) . Pour certains, les lauréats sont plus des sortes de cibles à atteindre que des artistes venant d'être récompensés à l'exemple de ce journaliste(?) perpétuellement vissé à son portable (même pendant le discours d'Isabelle Adjani devant nous, ce qui lui a valu quelques remontrances de ses collègues) demandant ainsi régulièrement à son interlocuteur au téléphone « Et toi t'as fait qui? » comme s'il s'agissait de proies à abattre. Devant moi, Pascale Deschamps du jt de France 2 me semble en revanche avoir toujours cette lueur de curiosité, d'étonnement, je trouve d'ailleurs toujours ses reportages passionnants, jamais blasés ou condescendants. (A propos de France 2, Isabelle Adjani et Tahar Rahim y seront d'ailleurs ce soir les invités du journal de 20H).

     Mais revenons à la cérémonie vue de la salle presse... De tous les lauréats qui sont passés devant nous, je retiendrai: l'émotion et le franc-parler de Mélanie Thierry (pour qui ce César du meilleur espoir se justifie par le fait que c'est son "premier bon film"), sa réaction d'enthousiasme et de surprise en assistant en salle presse à la remise du second César à Tahar Rahim; la passion de Serge Bromberg (le plus bavard, celui qui semblait encore vibré de l'enthousiasme que lui a inspiré Henri-Georges Clouzot, le seul finalement à vraiment parler de cinéma); l'émotion communicative d'Isabelle Adjani dont l'apparente assurance laisse percevoir une touchante personnalité à fleur de peau (je ne peux m'empêcher de me souvenir des commentaires acerbes de certains journalistes l'an passé au Festival de Monaco, les mêmes qui, sont doute, seront allés lui faire des courbettes hier soir, ce qui explique aussi probablement sa sincère émotion pour un film en lequel personne ne croyait au début et qui représentait pour elle un audacieux pari, et sans doute la plus cinglante des réponses à ses détracteurs); la "diplomatie" d'Harrison Ford pour qui les César sont "a wonderful show", "typically french" (oui, oui, on dira ça comme ça...), l'annonce de sa présence en salle presse étant le seul moment où un murmure d'interêt -je n'oserai dire d'émotion- a parcouru la salle en question; le professionnalisme de Marion Cotillard (alors que certains lui ont fait remarquer que lors des César qui l'avaient vue couronnée meilleure actrice elle n'avait -selon eux- pas daigné venir les voir en salle presse- d'où la remarque que vous verrez dans la vidéo ci-dessous-), et l'esquisse d'un commencement de début de sourire de Niels Arestrup qui a réitéré en salle presse son discours à propos des prix déjà énoncé sur scène; la réserve monotone de Jacques Audiard (mais on ne peut lui en tenir rigueur, son talent parle pour lui), la timidité de Stéphane Brizé mais aussi de Riad Sattouf; la discrétion élégante de Kyle Eastwood ... Quelques moments inédits que je vous laisse découvrir dans mes vidéos ci-dessous (j'en possède encore de nombreuses autres notamment d'Harrison Ford, d'Isabelle Adjani etc, je les mettrai prochainement en ligne) .

    L'équipe d'Audiard étant arrivée bien après minuit, il est près d'une heure quand je quitte le Châtelet sous une pluie battante bienvenue après 6 heures dans l'insoutenable chaleur de la salle de presse; je quitte alors les lieux en même temps que l'équipe d' "Un Prophète" qui prend la direction du Fouquet's.

    Je ne partage pas vraiment l'avis d'Harrison Ford pour qui il s'agissait d'un "wonderful show", Valérie Lemercier et Gad Elmaleh ayant finalement peut-être été plus inspirés en solo et quand ils se moquaient d'eux-mêmes que des autres, leur (parfois) réjouissant humour décalé n'ayant pas toujours atteint sa cible (sans parler du décalage à son paroxysme de Jeanne Balibar qui restera sûrement comme le plus grand moment de solitude de l'histoire de César) même si certains ont bien joué le jeu du second degré comme Marc-André Grondin ou Vanessa Paradis, tous deux prochainement à l'affiche, le premier du premier film de Christopher Thompson en tant que réalisateur "Bus Palladium", la seconde à l'affiche de "L'Arnacoeur" de Pascal Chaumeil (deux films dont les critiques figurent sur inthemoodforcinema.com ) .

     Malgré tout, je ne regrette pas cette soirée dans les coulisses des César et dans les coursives du Châtelet même si  je me suis sentie très étrangère à la boulimie d'informations qui rongeait la plupart de ceux qui m'entouraient pianotant fébrilement sur leurs ordinateurs d'une main avec le portable dans l'autre main tout en regardant la scène d'un oeil et l'écran retransmettant la cérémonie de l'autre (oui, ils sont très forts!). Une frénésie d'images et d'informations à laquelle je préfère la magie de l'écran de cinéma et  l'océan de possibles et d'histoires de la page blanche.  Pour moi le cinéma se savoure et ne s'ingurgite pas. Je préfère me griser d'images de cinéma que de me gaver de celle d'une réalité ingurgitée sans avoir le temps d'être digérée. Je me souviendrai néanmoins  de regards illuminés (même si d'illuminés parfois aussi), de ceux qui ont parlé de passion, d'obstination, de résistance, d'un scénariste qui a parlé d'histoires improbables,  d'une comédienne émouvante qui a évoqué des choix risqués, d'une autre qui a parlé d'une jolie route finalement plus importante que son point d'arrivée. La mienne ne repassera sans doute pas par la salle presse des César même si je suis contente qu'elle en ait été jalonnée, d'avoir découvert sous un autre angle cette cérémonie que je ne me souviens pas ne pas avoir regardé une seule année même si l'essentiel reste celui qui, peut-être, étrangement n'a pas été suffisamment au centre de cette soirée. Celui pour qui, comme Marion Cotillard, mon coeur palpite inlassablement, irrémédiablement: le cinéma que ceux qui s'en gavent n'empêchera jamais de réjouir ceux qui s'en grisent...

    Palmarès des César 2010

    César 081.JPG
    Ecoutez Jacques Audiard:
    Ecoutez Tahar Rahim à propos de son 2ème César:

    9 César sur 13 nominations pour « Un Prophète » véritablement plébiscité par les votants et qui a récolté les principaux César : meilleur jeune espoir et meilleur acteur, meilleur scénario original, meilleur montage, meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur acteur dans un second rôle, meilleur photo, meilleur décor. Même si ce film est incontestablement un grand film, dommage que ce couronnement n'ait pas laissé une toute petite place aux autres et notamment à "A l'origine" de Xavier Giannoli ou même à des films étonnamment absents de cette compétition comme "Le Père de mes enfants" de Mia Hansen-Love ou encore "Je l'aimais" qui n'a récolté qu'une nomination (je persiste et signe), et donc à la diversité du cinéma français qui ne se résume pas à "Un Prophète" même s'il en représente sans aucun doute la meilleure part.

    Arrive ensuite avec... seulement deux César « Un Concert » (meilleur son, meilleure musique).

    Clint Eastwood a (à nouveau) remporté le César du meilleur film étranger, cette fois pour « Gran Torino », une récompense dont je me réjouis ainsi que de celle de Serge Bromberg  pour « L'Enfer d'Henri Georges Clouzot » et que de celle de Stéphane Brizé et Florence Vignon pour l'excellente adaptation de "Melle Chambon".

    "Welcome" malgré ses nominations n'a pas remporté un seul César, pas plus qu'Alain Resnais pourtant souvent récompensé lors de cette cérémonie.

    Isabelle Adjani et Tahar Rahim rentrent tous deux dans l'Histoire, la première pour avoir obtenu son cinquième César de la meilleure actrice, le second pour avoir reçu à la fois celui de meilleur espoir et de meilleur acteur, ce qui ne s'était jamais vu auparavant. Même si celui-ci est exceptionnel dans "Un Prophète", François Cluzet (deux fois nommé), Vincent Lindon et Yvan Attal l'auraient également mérité. Ce n'est pas le César à Tahar Rahim qui est absurde, c'est sa double nomination... Ce qui n'enlève rien au talent des trois autres même si tout le monde sait à quel point Vincent Lindon désirait ce César (il l'a médiatiquement exprimé), peut-être d'ailleurs est-ce la raison pour laquelle il ne l'a pas eu...

    Je vous laisse découvrir le palmarès ci-dessous. Vos réactions sont les bienvenues...

    Meilleur Acteur

    TAHAR RAHIM dans Un prophète

    Meilleure Actrice

     ISABELLE ADJANI dans La journée de la jupe

    Meilleur Acteur dans un second rôle

    NIELS ARESTRUP dans Un prophète

    Meilleure Actrice dans un second rôle

    EMMANUELLE DEVOS dans A l'Origine

    Meilleur Espoir Masculin

    TAHAR RAHIM dans Un prophète

    Meilleur Espoir Féminin

    MÉLANIE THIERRY dans Le dernier pour la route

    Meilleur Scénario Original

    JACQUES AUDIARD, THOMAS BIDEGAIN, ABDEL RAOUF DAFRI, NICOLAS PEUFAILLIT pour Un prophète  

    Meilleure Adaptation

    STÉPHANE BRIZÉ, FLORENCE VIGNON pour Mademoiselle Chambon 

    Meilleure Musique

    ARMAND AMAR pour Le Concert  

    Meilleur Son

    PIERRE EXCOFFIER, BRUNO TARRIÈRE, SÉLIM AZZAZI pour Le Concert  

    Meilleurs Décors

    MICHEL BARTHÉLEMY pour Un prophète

    Meilleurs Costumes

    CATHERINE LETERRIER pour Coco Chanel & Igor Stravinsky 

    Meilleure Photo 

    STÉPHANE FONTAINE pour Un prophète 

    Meilleur Montage

    JULIETTE WELFLING pour Un prophète

    Meilleur Réalisateur

    JACQUES AUDIARD pour Un prophète

    Meilleur Court Métrage

    C'est gratuit pour les filles réalisé par Claire Burger et Marie Amachoukeli

    Meilleur Premier Film

    Les beaux gosses réalisé par Riad Sattouf produit par Anne-Dominique Toussaint

    Meilleur Film Documentaire

    L'enfer d' Henri-Georges Clouzot réalisé par Serge Bromberg et Ruxandra Medrea

    Meilleur Film Etranger

    Gran Torino réalisé par Clint Eastwood

    Meilleur Film

    Un prophète produit par Pascal Caucheteux, Grégoire Sorlat et Marco Cherqui réalisé par Jacques Audiard

    Mes critiques des films en lice pour les César:

     "A l'Origine"

    "Un Prophète" 

     "Welcome"

    "Melle Chambon"

    "Partir

     "L'Enfer d'Henri Georges Clouzot"

    "Home"

    "Le Ruban blanc

     "Gran Torino"

     "Slumdog millionaire"

    "Avatar".

     "Je l'aimais" de Zabou Breitman

     "Rapt

     "Le Concert" (cliquez ici pour voir mes vidéos et lire mon compte rendu de son avant-première exceptionnelle.) 

    "Le bal des actrices"

  • "A l'origine" de Xavier Giannoli avec François Cluzet, Emmanuelle Devos...

    origine2.jpg

     A l’origine, il y avait un film beaucoup trop long que j’avais vu à Cannes où il figurait en compétition officielle, mais malgré cela très séduisant. Depuis, le film a été amputé de 25 minutes, c’est la raison pour laquelle je souhaitais le revoir, en espérant que ces 25 minutes en moins lui feraient gagner en rythme.

     

    L’histoire est toujours la même que celle du film projeté à Cannes. Celle de Philippe Miller (François Cluzet), un escroc solitaire  qui découvre un chantier d’autoroute abandonné depuis des années, tout cela à cause d’un scarabée ! De l’arrêt des travaux avait découlé une véritable catastrophe  économique pour les habitants de la région. Si pour Philippe il s’agit d’une chance de réaliser une escroquerie aussi improbable qu’inédite en reprenant les travaux, pour les habitants de la région, il est le messie (c’est d’ailleurs ce qui lui dira le maire de la ville à son arrivée), celui qui va leur redonner espoir.  Les choses se compliquent quand Philippe prend conscience de l’importance considérable que prend son escroquerie dans la vie de ces gens surtout que dans le même temps, son passé va le rattraper.

     

    Mettons tout de suite fin au suspense : ce nouveau montage est une incontestable réussite…même si pour cela il a fallu sacrifier certains personnages (et dans le même temps certains comédiens qui ont vu leurs rôles réduits ou supprimés comme l’ex-femme de « Philippe Miller », en réalité son pseudonyme). Ce que le film perd en minutes, le personnage interprété par François Cluzet le gagne en mystère,  en densité, en intérêt, en épaisseur, en charme ; et le film également. Ce montage radicalisé fait revenir à l’essentiel,  à l’être, à ce que l’homme était « à l’origine », à cette vérité humaine que la caméra de Xavier Giannoli, une nouvelle fois, capte avec une grande sensibilité, en filmant au plus près des visages, au plus près de l’émotion, au plus près du malaise. Et même quand il filme ces machines, véritables personnages d’acier, il les fait tourner comme des danseurs dans un ballet, avec une force visuelle saisissante et captivante. Image étrangement terrienne et aérienne, envoûtante. La musique de Cliff Martinez achève de rendre poétique ce qui aurait pu être prosaïque. Une poésie aussi inattendue que la tournure que prend cette histoire pour Philippe Miller qui va finalement vivre les choses plutôt que les prévoir.

     

     A l’origine il y avait aussi ce besoin de ne pas être seul, et surtout d’être considéré. Philippe devient quelqu’un et dans le regard des autres, il prend toute la mesure de sa soudaine importance. A l’origine il y avait un scarabée. Un homme qui aurait pu aussi être ce scarabée. Là pour détruire puis, par la force des choses et des rencontres, pour aider.

     

    Il faut voir avec quel brio François Cluzet interprète cet être mal à l’aise, introverti, peu bavard, qui peu à peu va gagner en confiance. Le malaise de son imposture le dépasse, et les traits de son visage, ses gestes, tout semble témoigner de son tiraillement intérieur. Et dans cette scène où il se retrouve face au conseil municipal, son malaise est tellement palpable, crédible, que je l’ai ressenti comme si j’étais moi aussi dans cette pièce, prise dans un étau de mensonges. Et puis, il faut voir son visage s’illuminer éclairé par un soleil braqué sur lui comme un projecteur braqué sur celui dont le pouvoir est devenu quasiment démiurgique ; il faut le voir aussi patauger dans la boue en frappant dans ses mains, exalté, le voir tomber, se relever, aller au bout de lui-même pour les autres. Ce mensonge va l’étouffer, puis, le porter, puis l’enchaîner, pourtant il aura conquis un territoire, planté son drapeau.

     

    Face à lui, le maire de la ville interprété avec beaucoup de justesse par Emmanuelle Devos qui dissimule sa solitude et ses blessures derrière une belle assurance.   Tous deux, comme tous les habitants du village, vont avoir une seconde chance, tout reprendre du départ, de l’origine.

     

    Cette route qui va nulle part va les mener quelque part, à vivre une aventure humaine à se créer une famille (formidable Vincent Rottiers dans le rôle du « fils de substitution »).

     C’est aussi une belle métaphore du cinéma et du métier de comédien qui est finalement aussi une imposture, qui fait devenir quelqu’un d ‘autre, fabriquer un chemin, un univers qui ne mène pas forcément quelque part mais reste, là aussi, une belle aventure humaine.

     

    Ce film est avant tout un portrait d’homme touchant, énigmatique et dense qui porté par un acteur au sommet de son art nous emporte totalement  dans son aventure aussi improbable soit-elle (et pourtant inspirée d’une histoire vraie s’étant déroulée en 1997 dans la Sarthe), dans ses mensonges, dans ses contradictions, dans sa conquête. Un césar du meilleur acteur sinon rien.

     

     Et ce nouveau montage a su faire d’un bon film un très beau film qui nous faire revenir à l’essentiel. A l’origine. Nous fait croire à l’impossible. A une seconde chance. Aux routes qui ne mènent nulle part.  A ce que le cinéma lui aussi était à l’origine : un mensonge exaltant qui peut nous faire croire que tout est possible. Même si la réalité, un jour ou l’autre, finira par reprendre ses droits.