Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 4

  • Concours - 5 x2 places pour "La guerre est déclarée" de Valérie Donzelli

    guerre6.jpg


    Aujourd'hui, je vous propose de remporter des places pour un film dont je vous ai parlé  lors de sa projection en avant-première, lors de l'ouverture de la Semaine de la critique du dernier Festival de Cannes à l'occasion de laquelle il était projeté : "La guerre est déclarée", second long-métrage de la comédienne (et réalisatrice donc) Valérie Donzelli, qui sort en salles le 31 août. 

     

    Je vous en ai également parlé à l’occasion du Festival de Cabourg où il a reçu le grand prix  et à l’occasion du Festival Paris Cinéma où il a reçu tous les prix, ou presque : Prix du Jury, Prix des Bloggeurs et Prix du Public .

    Un film inspiré du combat que la réalisatrice a mené avec son compagnon contre la maladie de son fils.  Une déclaration de guerre mais surtout d’amour. Un hymne à la vie, au courage, à la fugacité du bonheur, un film plein de douce fantaisie, avec une inspiration toujours très truffaldienne, et jamais mièvre. Un film bouleversant  que je retournerai voir lors de sa sortie pour vous en livrer ma critique.

    En attendant ci-dessous retrouver mes vidéos de l'équipe du film au Festival de Cannes, au Festival de Cabourg et au Festival Paris Cinéma. Ne manquez pas la vidéo au Festival de Cannes aussi surprenante qu'émouvante (désolée pour la mauvaise qualité de l'image, j'étais au fond de la salle...).

    La BO du film est déjà disponible sur les plateformes de téléchargement ! Sortie physique prévue le 29 août : http://itunes.apple.com/fr/album/la-guerre-est-declaree-bande/id450113396  . Cliquez ici pour suivre l’actualité du film sur facebook !

    CONCOURS: Pour remporter ces places,  faîtes partie des 5 premiers (5x2 places)

    1. A me donner deux points communs entre le premier film de Valérie Donzelli "La reine des pommes" et son deuxième "La guerre est déclarée".

    2. A me dire quelle actrice défend le film sur scène à Cannes, lors de sa présentation à la Semaine de la critique.

    Réponses à envoyer à inthemoodforcinema@gmail.com , avant le 25 août, avec, pour intitulé de l'email "Concours la guerre est déclarée". N'oubliez pas spécifier votre adresse.

    conférence de presse Maïwenn 025.JPG

    Ci-dessus, mes vidéos et photos de la présentation du film au Festival de Cannes.

    clocab3.jpg

    Ci-dessus, photo de la remise des prix au Festival de Cabourg.

     

     

     

     

    Ci-dessus, mes vidéos de la remise des prix au Festival Paris Cinéma.

    En bonus, ma critique de "La reine des pommes", le précèdent et premier long-métrage de Valérie Donzelli.

    reine.jpg

    Adèle (Valérie Donzelli) une jeune trentenaire se fait quitter par Mathieu (Jérémie Elkaïm), l'amour de sa vie. Anéantie, suffoquée, Adèle ne pense plus qu'à une chose : mourir. Rachel (Béatrice de Staël), une cousine éloignée, la prend en charge. Elle décide d'aider Adèle en essayant de lui trouver du travail, de lui redonner goût à la vie et de la conseiller sentimentalement. Son principal conseil : coucher avec d'autres hommes afin de désacraliser cette histoire. Ce sera Pierre, Paul et Jacques (dans les trois cas, Jérémie Elkaïm).

    Adèle donc. Déjà tout un programme truffaldien, Truffaut à qui Valérie Donzelli n'emprunte pas seulement le nom d'une de ses héroïnes mais aussi une tristesse désinvolte, un ton ludique, une légèreté, une narration, un personnage décalé et anachronique à la Antoine Doinel, un jeu agréablement suranné à la Jean-Pierre Léaud. Ajoutez à cela un marivaudage qui relève de Rohmer, des passages en-chantés, enchanteurs à la Demy et une note d'Agnès Varda ou d'Emmanuel Mouret et vous obtiendrez un premier film aussi singulier qu'attachant. Ces multiples références assumées et même proclamées auraient pu alourdir et plomber l'ensemble, et nous agacer mais Valérie Donzelli a l'intelligence de ne pas se prendre au sérieux et de se tourner en ridicule juste à temps pour que son film ne le soit pas. Loin de là !

    Avec un  sujet galvaudé, grâce à un ton et un personnage burlesques, à des situations cocasses, à des dialogues décalés, Valérie Donzelli nous emporte dans sa comédie légère aux airs de Nouvelle Vague rafraîchissante et dans son univers (scénariste, réalisatrice, actrice, elle a aussi composé, écrit, interprété la musique du film).

     La légèreté des moyens rend service au sujet puisque le même acteur interprète tous les hommes que rencontre Adèle, tous les hommes en qui elle voit celui qu'elle a perdu, qu'ils s'appellent (avec beaucoup d'ironie) Pierre, Paul ou Jacques.

    Seule la fin, à new York (où Adèle a un nouveau regard sur un nouveau monde, quand la reine des pommes se retrouve dans la grosse pomme) redevient sérieuse là où le film aurait peut-être gagné à rester dans le décalage et la légèreté.

    Sélectionné à la Quizaine des réalisateurs pour son court-métrage « Il fait beau dans la plus belle ville du monde »,  avec « La Reine des pommes » Valérie Donzelli a reçu le prix du public du festival d'Angers.

    Un film fantaisiste, attachant, parfois même touchant qui sort du cadre formaté des comédies habituelles et on aurait bien tord de s'en priver et de ne pas se laisser enchanter par cet air connu et joliment singularisé.

    Remarque :  Les plus cinéphiles s'amuseront à reconnaître Serge Bozon, Dominik Moll et Gilles Marchand.

     

     

    Lien permanent Imprimer Pin it! 0 commentaire
  • "Un homme et une femme" de Claude Lelouch sur l'Esplanade des Invalides (Cinéma au clair de lune)

    Dans le cadre du cinéma au clair de lune, ce soir, à 21H30, sur l'Esplanade des Invalides vous pourrez assister à la projection de "Un homme et une femme" de Claude Lelouch. De quoi vous plonger "In the mood for Deauville" en plein Paris, en attendant le 37ème Festival du Cinéma Américain. Un classique à voir et revoir! Entrée libre. Renseignements ici. Retrouvez ma critique de "Un homme et une femme", ci-dessous, et mon dossier consacré à Claude Lelouch, en cliquant là.

    Critique de "Un homme et une femme" de Claude Lelouch

    un-homme-et-une-femme.jpg

    Je ne sais plus très bien si j'ai vu ce film avant d'aller à Deauville, avant que cette ville soit indissociablement liée à tant d'instants de mon existence, ou bien si je l'ai vu après, après que mon premier séjour à Deauville, il y a 17 ans, ait modifié le cours de mon « destin »... Toujours est-il qu'il est impossible désormais de dissocier Deauville du film de Claude Lelouch qui a tant fait pour sa réputation, « Un homme et une femme » ayant créé la légende du réalisateur comme celle de la ville de Deauville, et notamment sa réputation de ville romantique à tel point qu'il y a 4 ans, pendant le Festival du Cinéma Américain 2006, a été inaugurée une place Claude Lelouch, en sa présence et celle d'Anouk Aimée. J'étais présente ce jour-là et l'émotion et la foule étaient au rendez-vous.

    Alors sans doute faîtes-vous partie de ceux qui adorent ou détestent Claude Lelouch, ses « instants de vérité », ses hasards et coïncidences. Rares sont ceux qu'il indiffère. Placez son nom dans une conversation et vous verrez. Quelle que soit la catégorie à laquelle vous appartenez, peut-être ce film « d'auteur » vous mettra-t-il d'accord...

    Le 13 septembre 1965, Claude Lelouch est désespéré, son dernier film ayant été un échec. Il prend alors sa voiture, roule jusqu'à épuisement en allant vers Deauville où il s'arrête à 2 heures du matin en dormant dans sa voiture. Réveillé le matin par le soleil, il voit une femme depuis sa voiture, étonné de la voir marcher avec un enfant et un chien. Sa « curiosité est alors plus grande que la tristesse ». Il commence à imaginer ce que peut faire cette femme sur cette plage, avec son enfant, à cette heure matinale. Cela donnera « Un homme et une femme ».

    Synopsis : Anne (Anouk Aimée), scripte, inconsolable depuis la mort de son mari cascadeur Pierre (Pierre Barouh), rencontre à Deauville, en allant chercher sa fille à la pension, un coureur automobile, Jean (Jean-Louis Trintignant), dont la femme s'est suicidée par désespoir. Jean raccompagne Anne à Paris. Tous deux sont endeuillés, et tous deux ont un enfant. C'est l'histoire d'un homme et d'une femme qui s'aiment, se repoussent, se retrouvent et s'aiment encore...

     J'ai vu ce film un grand nombre de fois, tout à l'heure encore et comme à chaque fois, avec le même plaisir, la même émotion, le même sentiment de modernité pour un film qui date de 1966, étonnant pour un cinéaste dont beaucoup de critiques raillent aujourd'hui le classicisme. Cette modernité est bien sûr liée à la méthode Claude Lelouch d'ailleurs en partie la conséquence de contraintes techniques et budgétaires. Ainsi, Lelouch n'ayant pas assez d'argent pour tourner en couleurs tournera les extérieurs en couleurs et les intérieurs en noir et blanc. Le montage et les alternances de noir et blanc et de couleurs jouent alors habilement avec les méandres du temps et de la mémoire émotive, entre le présent et le bonheur passé qui ressurgit sans cesse.

    Je ne sais pas si « le cinéma c'est mieux que la vie » mais en tout cas Claude Lelouch fait partie de ceux dont les films et surtout « Un homme et une femme » nous la font aimer.  Rares sont les films qui donnent à ce point la sensation de voir une histoire d'amour naître et vibrer sous nos yeux, d'en ressentir -partager, presque- le moindre battement de cœur ou le moindre frémissement de ses protagonistes, comme si la caméra scrutait les visages et les âmes. Par une main qui frôle une épaule si subtilement filmée. Par le plan d'un regard qui s'évade et s'égare. Par un sourire qui s'esquisse. Par des mots hésitants ou murmurés. Par la musique éternelle de Francis Lai (enregistrée avant le film) qui nous chavire le cœur. Par une photographie aux accents picturaux qui sublime Deauville filmée avec une lumière nimbée de mélancolie, des paysages qui cristallisent les sentiments de Jean-Louis et d'Anne, fragile et paradoxalement impériale, magistralement (dirigée et) interprétée par Anouk Aimée. Rares sont les films qui procurent cette impression de spontanéité, de vérité presque. Les fameux « instants de vérité » de Lelouch.

    Et puis il y a le charme incomparable du couple Anouk Aimée/ Jean-Louis Trintignant, le charme de leurs voix, notamment quand Jean-Louis Trintignant prononce « Montmartre 1540 ». Le charme et la maladresse des premiers instants cruciaux d'une histoire d'amour quand le moindre geste, la moindre parole peuvent tout briser. Et puis ces plans fixes, de Jean-Louis dans sa Ford Mustang (véritable personnage du film), notamment lorsqu'il prépare ce qu'il dira à Anne après qu'il ait reçu son télégramme. Et puis ces plans qui encerclent les visages et en capturent la moindre émotion. Ce plan de cet homme avec son chien qui marche dans la brume et qui  fait penser à Giacometti (pour Jean-Louis). Tant d'autres encore...

    lelouch4.jpg

     Avec « Un homme et une femme » Claude Lelouch a signé une histoire intemporelle, universelle avec un ton très personnel et poétique. La plus simple du monde et la plus difficile à raconter. Celle de la rencontre d'un homme et une femme, de la rencontre de deux solitudes blessées. Il prouve que les plus belles histoires sont les plus simples et que la marque du talent est de les rendre singulières et extraordinaires.

    Alors pour reprendre l'interrogation de Jean-Louis dans le film citant Giacometti « Qu'est-ce que vous choisiriez : l'art ou la vie » Lelouch, n'a certainement pas choisi, ayant réussi a insufflé de l'art dans la vie de ses personnages et de la vie dans son art. Voilà c'est de l'art qui transpire la vie.

    Lien permanent Imprimer Catégories : IN THE MOOD FOR NEWS (toute l'actualité ciné) Pin it! 0 commentaire
  • Festival du Cinéma Américain de Deauville : le programme complet et détaillé

    deauville20114.jpg

    Je vous rappelle que vous pourrez me suivre en direct de Deauville du 1er au 12 septembre sur http://www.inthemoodfordeauville.com et http://www.inthemoodforcinema.com ainsi que sur mon compte twitter dédié à ce festival (http://twitter.com/moodfdeauville ) et sur la nouvelle page Facebook d’Inthemoodfordeauville.com (http://facebook.com/inthemoodfordeauville ).

    En attendant, je vous invite à découvrir l'intégralité de la programmation détaillée ci-dessous (même si un ou deux ajouts surprises pourraient venir agrémenter le programme, néanmoins déjà bien chargé, particulièrement éclectique notamment avec les nouveautés comme les trophées du Nouvel Hollywood ou la carte blanche.) Vous verrez que cette programmation fait la part belle au cinéma indépendant et à la jeune génération, Deauville se positionnant plus que jamais comme un festival découvreur de talents, à l'instar de Sundance, mais vous verrez aussi que les mythes du cinéma américain n'ont pas été oubliés avec notamment Francis Ford Coppola en invité d'honneur (à ne pas manquer, la rencontre avec celui-ci proposée aux festivaliers) ou Shirley MacLaine à qui il sera rendu hommage ou encore avec l'avant-première du dernier film réalisé par Robert Redford (celui-ci se faisant très rare, nous ignorons encore s'il sera présent). Pour la deuxième année consécutive, Deauville met également l'accent sur les séries avec "Deauville saison 2". Plus que jamais cette année, Deauville semble vouloir concilier cinéma exigeant et cinéma populaire, cinéma et télévision. Sans doute le film du palmarès réunira-t-il les adeptes des deux premiers genres: "The Artist" de Michel Hazanivicius, à voir absolument et que je retournerai d'ailleurs voir pour la troisième fois, avec grand plaisir.

    Pour toutes les informations pratiques, je vous renvoie vers mon article sur lequel vous trouverez toutes les informations sur les accréditations, sur les concours vous permettant de venir à Deauville, sur l'hébergement, le transport etc.

    Je vous rappelle également que vous avez jusqu'au 25 août pour remporter un ou plusieurs des 18 pass que je mets en jeu, ici.

    sncf.jpg

     

    Commençons d'abord par la section instituée en 1995, à savoir la compétition, et son jury.

     Nous savions déjà que le jury palmarès serait présidé par Olivier Assayas et que le jury Révélation serait présidé par Samuel Benchetrit.

    -Les deux jurys du 37ème Festival du Cinéma Américain de Deauville:

    OLIVIER ASSAYAS sera entouré de :

    -la comédienne Nathalie Baye (retrouvez mes vidéos et mon compte rendu de sa master class parisienne, ici)

    -la réalisatrice et scénariste Claire Denis

    -l’auteur, compositeur, interprète et membre du groupe AIR Nicolas Godin

    -la comédienne Chiara Mastroianni

    - le chorégraphe, directeur artistique du Ballet Preljocaj et réalisateur Angelin Preliocaj

    -l’écrivain Jean Rolin

    -Le comédien Bruno Todeschini

     Samuel Benchetrit, quant à lui, sera entouré de :

    -la comédienne Leila Hatami

    -la comédienne Sabrina Ouazani

    -la comédienne Elisa Sednaoui

    -le comédien, auteur, compositeur et interprète Benjamin Siksou

    Le Jury remettra, lors de la cérémonie du Palmarès le samedi 10 septembre 2011, le Grand Prix et le Prix du Jury.

     Le Jury Révélation récompense, lors de cette même cérémonie du Palmarès, un film de la Compétition pour ses qualités novatrices, en lui remettant le prix de la Révélation Cartier.

    P1030348.JPG

    Les jurés devront donc départager les films suivants.

    Films en compétition du 37ème Festival du Cinéma Américain de Deauville:

    another.jpg

    Voilà enfin les noms tant attendus des films en compétition de ce 37ème  Festival du Cinéma Américain de Deauville. Une compétition de films indépendants américains instituée en 1995 et dont vous pourrez retrouver les précèdents palmarès en bas de cet article. Le palmarès sera annoncé le samedi 10 septembre 2011.  Au programme: 14 longs-métrages dont 9 premiers films.

    ANOTHER HAPPY DAY de Sam Levinson

    avec Ellen Barkin, Ezra Miller, Kate Bosworth, Demi Moore, Thomas Haden Church, George Kennedy, Ellen Burstyn

    Une comédie sur des ex en guerre, des tantes hystériques, des ados désaxés… et le mariage qui les réunit tous… pour le meilleur et pour le pire.

    ALL SHE CAN d’Amy Wendel

    avec Corina Calderon, Jeremy Ray Valdez, Joseph Julian Soria, Julia Vera, Julio César Cedillo, Julian Works, Leticia Magaña

    Bienvenue à Benavides au Texas, une bourgade dans laquelle des filles menues peuvent soulever 280 livres de fonte, où des recruteurs de l’armée traînent dans les couloirs des lycées et où une communauté d’Américains d’origine mexicaine, patriote et présente sur place bien avant l’existence du Texas, lutte pour surmonter les difficultés économiques. Luz est une adolescente qui veut quitter cet endroit et l’haltérophilie est son ticket de sortie.

    ANOTHER EARTH de Mike Cahill

    avec Brit Marling , William Mapother

    Rhoda Williams, brillante jeune diplômée en astrophysique, rêve d’explorer l’espace. John Burroughs est un compositeur au sommet de sa carrière qui attend un deuxième enfant. Le soir une autre planète semblable à la Terre est découverte, la tragédie les frappe et les vies de ces étrangers deviennent inextricablement liées l’une à l’autre.

    DETACHMENT de Tony Kaye

    avec Adrien Brody, Marcia Gay Harden, James Caan, Christina Hendricks, Lucy Liu, Blythe Danner, Tim Blake Nelson, Bryan Cranston, William Petersen, Sami Gayle

    Henry Barthes est un professeur remplaçant. Il est assigné pendant trois semaines dans un lycée difficile de la banlieue new-yorkaise. Lui qui s’efforce de toujours prendre ses distances va voir sa vie bouleversée par son passage dans cet établissement.

    EN SECRET (CIRCUMSTANCE) de Maryam Keshavarz

    avec Nikohl Boosheri, Sarah Kazemy, Reza Sixo Safai , Soheil Parsa, Nasrin Pakkho , Sina Amedson, Keon Mohajeri

    Atafeh et sa meilleure amie Shireen fréquentent les soirées branchées du Téhéran underground. Elles essaient de profiter au mieux de leur jeunesse quand Mehran, le frère et complice d’Atafeh, devient membre de la police des moeurs. Alors qu’il désapprouve sévèrement leur besoin de liberté, Mehran tombe amoureux de Shireen. Ses sentiments vont vite tourner à l’obsession et mettre à l’épreuve l’amitié des jeunes filles.

    JESS + MOSS de Clay Jeter

    avec Sarah Hagan, Austin Vickers

    Contact : Ventes internationales

    Jess (18 ans) et Moss (12 ans), sont deux petits-cousins qui passent l’été dans les champs de tabac brun de l’ouest rural du Kentucky. Sans membre proche de leur famille à qui se confier, ni d’amis de leur âge avec qui jouer, ils sont tout l’un pour l’autre. Ils se risquent à explorer de profonds secrets et à espérer un futur, confrontés à la peur de se retrouver seuls, d’être ainsi livrés à eux-mêmes et de connaître des jours sans lendemain.

    ON THE ICE d’Andrew Okpeaha MacLean

    avec Josiah Patkotak, Frank Qutuq Irelan, Teddy Kyle Smith, Adamina Kerr, Sierra Jade Sampson, John Miller, Aaka

    Qalli et Aivaaq, deux adolescents de la communauté Iñupiaq, mènent une vie sans histoire dans une petite ville isolée du nord de l’Alaska. Un matin tôt, ils décident de partir à la chasse aux phoques avec James, un de leurs amis. Une dispute éclate entre les trois garçons et se termine par la mort accidentelle de James. Liés par ce sombre secret, les deux adolescents inventent mensonges sur mensonges afin de ne pas éveiller les soupçons de leur communauté.

    RETURN de Liza Johnson

    avec Linda Cardellini, Michael Shannon, John Slattery, Talia Balsam, Paul Sparks, Louisa Krause

    De retour de l'armée, Kelli aspire à retrouver une vie normale dans la petite ville industrielle qu'elle a toujours connue. Elle repense avec nostalgie aux petites joies du quotidien mais elle s'aperçoit progressivement qu'elle ne reconnaît plus son environnement familier. Ses amis lui témoignent leur affection mais semblent préoccupés par des détails insignifiants. Ses enfants réclament une attention constante qu'elle n'est plus en mesure de leur donner et, malgré ses efforts, son mari ne parvient pas à comprendre ce par quoi elle est passée. Alors que son monde s'effondre autour d'elle, elle se marginalise de plus en plus.

    TAKE SHELTER de Jeff Nichols

    avec Michael Shannon, Jessica Chastain, Tova Stewart, Shea Whigham, Katy Mixon, Kathy Baker, Ray McKinnon, Lisagay Hamilton, Robert Longstreet

    Curtis LaForche mène une vie paisible avec sa femme et sa fille quand il devient sujet à de violents cauchemars. La menace d'une tornade l'obsède. Des visions apocalyptiques envahissent peu à peu son esprit. Son comportement inexplicable fragilise son couple et provoque l'incompréhension de ses proches. Rien ne peut en effet vaincre la terreur qui l'habite...

    TERRI d’Azazel Jacobs

    avec Jacob Wysocki, John C. Reilly, Creed Bratton, Olivia Crocicchia, Bridger Zadina

    Elevé par un oncle souffrant, tête de turc de ses camarades et ignoré par ses professeurs, Terri s’est résigné à être un outsider et vit reclus dans sa solitude. Sa rencontre inattendue avec le proviseur adjoint de son lycée, qui voit en lui l’adolescent qu’il était autrefois, va bouleverser son existence et lui faire découvrir que la vie peut être aussi faite de joie et de partage.

    THE DYNAMITER de Matthew Gordon

    avec William Ruffin, Joan Alex Nunnery, Joyce Baldwin, Patrick Rutherford, “Sug”, Ciara McMillan, Byron Hughes

    L’été est arrivé à Glen Allan dans le Mississippi. Robbie, un adolescent de quatorze ans, n’est pas d’humeur à se réjouir des vacances. En proie à une crise d’angoisse, sa mère a une nouvelle fois quitté le domicile familial et il doit dorénavant s’occuper, avec sa vieille grand-mère, de son jeune demi-frère. Lorsque Lucas, le frère aîné de Robbie, revient à la maison, c’est presque une vraie vie de famille qui débute pour le garçon.

    TRUST de David Schwimmer

    avec Clive Owen, Catherine Keener, Liana Liberato, Viola Davis, Jason Clarke, Noah Emmerich, Chris Henry Coffey

    Chez eux, en banlieue, Will et Lynn Cameron se sentent en sécurité. Dans leur maison, la nuit, ils dorment avec le sentiment que leurs trois beaux enfants sont parfaitement protégés. Lorsque Annie, leur fille de quatorze ans, se fait un nouvel ami sur Internet – Charlie, un garçon de seize ans rencontré sur un forum de discussion – ses parents ne s’inquiètent pas. Ils se disent qu’il est normal que des adolescents échangent grâce aux nouvelles technologies. Après plusieurs semaines d’échanges en ligne, Annie se sent de plus en plus attirée et fascinée par Charlie, même si elle réalise peu à peu qu’il n’est pas ce qu’il prétend être.

    WITHOUT de Mark Jackson

    avec Joslyn Jensen, Ron Carrier, Darren Lenz, Bob Sentinella, Piper Weiss

    Sur une île boisée très isolée, Joslyn devient aide à domicile auprès d’un vieil homme en état végétatif, cloué sur un fauteuil roulant. Elle n’a pas de réseau de téléphone, pas d’accès à Internet et a été exclue du lycée pendant un an. Traversant une douloureuse épreuve personnelle, elle oscille entre le réconfort qu’elle pourrait trouver en compagnie du vieil homme et la sensation de peur et de suspicion qu’il lui inspire. Jour après jour, son quotidien solitaire la pousse à s’interroger sur la sexualité, la culpabilité et l’abandon.

    YELLING TO THE SKY de Victoria Mahoney

    avec Zoë Kravitz, Jason Clarke, Antonique Smith, Yolonda Ross, Gabourey Sidibe, Tim Blake Nelson, Tariq Trotter, Shareeka Epps, Sonequa Martin

    Alors que son noyau familial se disloque, l’existence déjà instable de Sweetness O’Hara, une adolescente métisse de dix-sept ans, devient encore plus difficile le jour où elle est prise pour cible par des élèves violents de son lycée. Elle doit dorénavant trouver le meilleur moyen de se défendre et prendre sa vie en main, chez elle, comme à l’école, dans un quartier où sa survie semble incertaine.

    -Film d'ouverture : "La couleur des sentiments" de Tate Taylor

    couleur.jpg

     Nous le savions déjà depuis quelques semaines c'est "La couleur des sentiments" de Tate Taylor ("The Help"), adaptation du best seller éponyme de Kathryn Stockett, qui fera l'ouverture de ce 37ème Festival du Cinéma Américain de Deauville, le vendredi 2 septembre 2011.

    C'est le deuxième long métrage de Tate Taylor après "Pretty Ugly People".

    Un film avec Viola Davis, Emma Stone, Octavia Spencer, Jessica Chastain, Bryce Dallas Howard, Mary Steenburgen, Mike Vogel

    Pitch : Années 60. Trois femmes du Mississippi vont forger une amitié à haut risque autour d’un projet de livre secret qui va faire exploser les règles de la société ségrégationniste dans laquelle elles évoluent. De cette alliance improbable va naître une solidarité hors du commun entre ces trois femmes, qui va leur donner le courage de dépasser les limites qui régissent leur existence et les amener à prendre conscience que les frontières sont faites pour être franchies. Pour cela, elles iront jusqu’à mettre toute la ville face au vent du changement.

    -Film de soirée du palmarès : "The Artist" de Michel Hazanicius

    Outre le film d'ouverture, le film de clôture sera indéniablement un des évènements de cette édition

    cloca12.jpg

    cannesjourquatre 043.JPG

    cannesjourquatre 021.JPG

    artist55.jpg

    Le film pour lequel Jean Dujardin a reçu le prix d'interprétation du dernier Festival de Cannes sera projeté le soir du palmarès de ce 37ème Festival du Cinéma Américain de Deauville. Un de mes coups de coeur du Festival de Cannes 2011 (doont je vous livrerai ma critique ultérieurement) que je me réjouis de revoir à cette occasion.  Un film muet en noir et blanc, si différent des films habituellement primés à Cannes, passé à la dernière minute de hors compétition à la compétition. Il était d’autant plus difficile de ne pas primer ce film qu’il s’agit d'un hommage au cinéma, à sa magie étincelante, à son histoire, mais aussi et avant tout aux artistes, à leur orgueil doublé de solitude, parfois destructrice…et donc d’une certaine manière à Cannes. Film éblouissant, réjouissant, émouvant qui convoque de nombreux souvenirs de cinéma. Déclaration d’amour au cinéma qui ressemble à tant de films du passé et à aucun autre film contemporain dont la réalisation est étonnamment inspirée (dans les deux sens du terme d’ailleurs puisque, en conférence de presse, Michel Hazanavicius a revendiqué son inspiration et même avoir « volé » certains cinéastes). Film burlesque, inventif, malin et touchant. Parce que l’émotion n’est pas ce qui prime pour une palme d’or (mais qu’est-ce qui prime pour une œuvre, vaste question…), le jury a choisi de récompenser l’acteur qui l’incarne,  cet « artiste » auquel le film est un hommage.  Une récompense méritée et qui consacre une carrière construite pas-à-pas et qui n’en est sans doute qu’à ses débuts (on évoque maintenant une sélection aux prochains Oscars.  )

    -Invité d'honneur: Francis Ford Coppola

    coppola.jpg

    Ci-dessus, photo de la 30ème édition du festival-inthemoodfordeauville.com

    Deauville ne pouvait rêver mieux comme invité d'honneur pour sa 37ème édition que Francis Ford Coppola. Le festival lui avait déjà rendu hommage pour la 30ème mémorable édition du festival pour laquelle il était accompagné de Georges Lucas et Steven Spielberg.

     Une "conversation avec Francis Ford Coppola" est également prévue, plus précisément une rencontre avec le public qui devrait être un des temps forts de ce Festival du Cinéma Américain de Deauville 2011.

    -Hommage à Shirley MacLaine

    shirley.jpg

    Le Festival du Cinéma Américain de Deauville rendra cette année hommage à un autre mythe du cinéma américain: Shirley MacLaine. En collaboration avec la Cinémathèque Française, Shirley MacLaine recevra un double hommage du festival : un prix littéraire exceptionnel et un prix pour l'ensemble de sa carrière de comédienne et réalisatrice.

    -Hommage à Danny Glover:

    glover.jpg

    -Un hommage à Naomi Watts

    Retrouvez ma critique de "Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu" de Woody Allen avec Naomi Watts, ici.

    nao.jpg

    -Un hommage sera également rendu à Todd Solondz

    -Les Premières du Festival du Cinéma Américain de Deauville 2011

    conspirator.jpg

    L'annonce des Premières (toutes n'ont pas encore été dévoilées) de cette édition 2011 confirme le retour d'un Festival de Deauville des meilleures années avec notamment "The Conspirator" de Robert Redford...Pouvons-nous espérer la présence de ce dernier sur les planches? En tout cas, celle du film est déjà une grande nouvelle... Je vous en dis bientôt plus sur ce film et sur les autres. En attendant, découvrez son synopsis ci-dessous. Egalement au programme, "Drive", le prix de la mise en scène du dernier Festival de Cannes...

    BRINGING UP BOBBY  de Famke Janssen

    avec Milla Jovovich, Bill Pullman, Marcia Cross, Rory Cochrane, Spencer List, Ray Prewitt

     Olive s’installe dans l’Oklahoma avec Bobby, son fils de dix ans, afin de fuir sa vie d’avant et construire un avenir meilleur. Tous deux s’épanouissent dans cette nouvelle région jusqu’à ce qu’Olive soit rattrapée par son passé criminel. Elle doit alors choisir entre continuer à vivre de petits larcins ou quitter la personne qu’elle aime le plus au monde et lui offrir ainsi l’opportunité d’une vie normale.

     THE CONSPIRATOR  de Robert Redford

    avec James McAvoy, Robin Wright, Kevin Kline, Evan Rachel Wood, Tom Wilkinson, Alexis Bledel, Danny Huston

    Suite à l’assassinat d’Abraham Lincoln, sept hommes et une femme sont arrêtés et accusés d’avoir comploté pour tuer le président, le vice-président et le secrétaire d’Etat américains. La seule femme inculpée, Mary Surratt, est propriétaire d’une pension où John Wilkes Booth, l’homme qui a assassiné le président, se réunissait avec d’autres hommes pour préparer les différents attentats. Dans le contexte sombre de l’après-guerre de Sécession, un jeune avocat de vingt-huit ans, Frederick Aiken, accepte à contrecoeur de défendre Mary Surratt devant un tribunal militaire.

     DRIVE  de Nicolas Winding Refn

    avec Ryan Gosling, Carey Mulligan, Bryan Cranston, Albert Brooks, Oscar Isaac, Ron Perlman, Christina Hendricks

    Un jeune homme solitaire, « The Driver », conduit le jour à Hollywood pour le cinéma en tant que cascadeur et la nuit pour des truands. Shannon, le manager qui lui décroche tous ses contrats, propose à Bernie Rose, un malfrat notoire, d’investir dans un véhicule pour que son poulain puisse affronter les circuits de stock-car professionnels. C’est alors que la route du pilote croise celle d’Irene et de son jeune fils. Pour la première fois de sa vie, il n’est plus seul.

    ECHANGE STANDARD (The Change-Up)  de David Dobkin

    avec Ryan Reynolds, Jason Bateman, Leslie Mann, Olivia Wilde, Alan Arkin, Mircea Monroe

     Lorsqu’ils étaient enfants, Mitch et Dave étaient des copains inséparables, mais au fil des années, leurs chemins ont peu à peu divergé. Dave est devenu un brillant avocat, dévoué à son travail, à sa femme et à leurs trois enfants, alors que Mitch est resté célibataire, tourne sporadiquement dans des films minables et fuit comme la peste la moindre responsabilité. Pour Mitch, la vie de Dave est idyllique. Pour Dave, la vie de Mitch, dénuée d'obligations et de stress, le tenterait volontiers. A l'issue d'une nuit de débauche, l'impossible va se produire : Dave se réveille dans la peau de Mitch, et vice-versa.

     FRIGHT NIGHT  de Craig Gillespie

    avec Anton Yelchin, Colin Farrell, Christopher Mintz-Plasse, David Tennant, Imogen Poots, Toni Collette

     Charlie Brewster est au top : élève de terminale parmi les plus populaires, il sort avec la plus jolie fille du lycée. Il est tellement cool qu’il méprise même son ancien meilleur ami, Ed. Mais les problèmes vont arriver avec son nouveau voisin, Jerry. Sous ses airs d’homme charmant, il y a chez lui quelque chose qui cloche. A part Charlie, personne ne s’en rend compte, et surtout pas sa mère. Après l’avoir observé, Charlie en vient à l’inévitable conclusion que son voisin est un vampire qui s’attaque à leur quartier.

    SEANCE ENFANTS

    LE ROI LION (The Lion King) en 3D  de Roger Allers & Rob Minkoff

     Sur les hautes terres d’Afrique règne un lion tout-puissant, le roi Mufasa, que tous les hôtes de la jungle respectent et admirent. Son jeune fils Simba passe le plus clair de son temps à jouer avec sa petite copine Nala et à taquiner Zazu, son digne précepteur. Mais l’univers de Simba n’est pas aussi sûr qu’il le croit. Scar, le frère de Mufasa, aspire en effet depuis toujours au trône. Maladivement jaloux de son aîné, il décide de l’éliminer en même temps que son successeur.

    Projection en 3D

    -4 Premières ont été ajoutées hier à celles qui figuraient déjà au programme:

    crazy.jpg

    Je vous avais déjà annoncé, ici, les Premières au programme de cette 37ème édition du Festival du Cinéma Américain de Deauville. Quatre films viennent s'ajouter à cette liste avec : un film avec Steve Carell, Ryan Gosling, Julian Moore, Emma Stone...; le dernier film de Todd Solondz, sans grande surprise puisque le festival lui rendra hommage; "Restless" de Gus Van Sant présenté au dernier Festival de Cannes; et enfin le dernier film de Curtis Hanson avec William Hurt. Nous ignorons encore qui des protagonistes de ces films sera présent, je vous en informerai ultérieurement.

    CRAZY, STUPID, LOVE. de Glenn Ficarra & John Requa

    crazy2.jpg

    Avec Steve Carell, Ryan Gosling, Julianne Moore, Emma Stone, Analeigh Tipton, Jonah Bobo, Joey King, Marisa Tomei

    La petite quarantaine, Cal Weaver mène une vie de rêve : il file le parfait amour avec celle qu'il aime depuis le lycée, il a une bonne situation, une maison magnifique et des enfants formidables. Mais lorsqu’il apprend que sa femme, Emily, le trompe et demande le divorce, sa vie "parfaite" vole en éclats. Dans le monde des célibataires d’aujourd’hui, Cal, qui n’a plus dragué depuis des lustres, se révèle un modèle d’antiséduction. Passant désormais ses soirées à bouder tout seul au bar du coin, il rencontre le fringuant trentenaire Jacob Palmer qui le prend sous son aile.

    DARK HORSE de Todd Solondz

    dark.jpg

    Avec Jordan Gelber, Selma Blair, Christopher Walken, Mia Farrow, Justin Bartha, Donna Murphy

    Un trentenaire immature tombe amoureux d’une trentenaire immature. Mais quitter sa chambre de collégien va s’avérer difficile et provoquera une tragédie.

    RESTLESS de Gus Van Sant

    restless.jpg

    Avec Henry Hopper, Mia Wasikowska, Ryō Kase, Schuyler Fisk, Jane Adams, Lusia Strus, Chin Han

    Bien qu’en phase terminale d’un cancer, la jeune et jolie Annabel Cotton est animée d’un amour profond de la vie et de la nature. De son côté, Enoch Brae a cessé d’avoir envie de faire partie du monde depuis que ses parents sont tragiquement morts dans un accident. Lorsque ces deux êtres à part se rencontrent à un enterrement, ils se découvrent d’étonnants points communs. Pour Enoch, dont le meilleur ami se trouve être le fantôme d’un pilote de guerre kamikaze, et Annabel, qui voue une fascination à Charles Darwin et à la vie de toute créature, c’est le début d’une relation exceptionnelle.

    TOO BIG TO FAIL : DEBACLE A WALL STREET (TO BIG TO FAIL) de Curtis Hanson

    toobig.jpg

    Avec William Hurt, Edward Asner, Billy Crudup, Paul Giamatti, Topher Grace, Matthew Modine, Cynthia Nixon, Bill Pullman, James Woods

    En 2008, l'économie américaine est secouée par la crise des subprimes. Le monde vacille. Henry Paulson, nommé par George W. Bush au poste de secrétaire au Trésor, est chargé d'élaborer un plan pour sauver les banques de la faillite. Les sommes mises en jeu, quelques 700 milliards de dollars, représentent le plus gros investissement jamais programmé pour éviter un « big crash ». Henry Paulson devient ainsi l'une des personnalités les plus importantes de la planète.

    -Trophées du Nouvel Hollywood pour Jessica Chastain et Ryan Gosling
     

    chastaingosling.jpg

    Cette année, le Festival du Cinéma Américain de Deauville a mis en place plusieurs nouvelles sections parmi lesquelles "les trophées du nouvel Hollywood", qui va dans le sens de découvreur de talents du Festival du Cinéma Américain puisque l'objectif de cette nouvelle section est d'" honorer l’avenir en accueillant une comédienne et un comédien, fleurons du cinéma américain de demain. Le Nouvel Hollywood est un prix qui salue le talent, la passion et l’engagement de comédiens et comédiennes sur le sentier de la création. Saluer ces talents émergents, visages du cinéma de demain, confirme l’ambition du Festival."

    Il s'agit pour la première année de ce nouveau prix de deux talents déjà bien connus: Jessica Chastain et Ryan Gosling. Vous avez récemment vu la première dans "The tree of life" de Terrence Malick, palme d'or du dernier Festival de Cannes et vous la verrez dans deux films présentés à Deauville "Take shelter" (en compétition) et "La couleur des sentiments" (qui fera l'ouverture). Quant au second, vous l'avez récemment vu dans "Blue Valentine". Il sera dans deux films projetés à Deauville: "Drive" et "Crazy, stupid, love". Il est également à l'affiche du nouveau film réalisé par George Clooney "Les marches du pouvoir" en ouverture et en compétition à Venise (et dont nous pouvons rêver d'une sélection surprise de dernière minute à Deauville??).

    En tout cas, une belle initiative de la part du festival qui devrait redonner un coup de jeune au festival...et un regain de médiatisation.

    -Carte blanche à Jean-Charles de Castelbajac

    castelbajac.jpgAprès les trophées du Nouvel Hollywood qui récompenseront pour la première année Jessica Chastain et Ryan Gosling, autre nouveauté du festival cette année : confier une carte blanche à une personnalité du monde des arts et des lettres qui fera découvrir et partager, à travers une sélection de films de son choix, sa préférence de cinéma, son Amérique personnelle. C’est le couturier Jean-Charles de Castelbajac qui inaugurera cette nouvelle section.

     « Le cinéma américain a très tôt été l'une des pierres angulaires de mon imaginaire. La conquête, le désir, le pouvoir, le mystère et la peur, "la démesure du trouble" est mon lien à lui. » a-t-il déclaré Les chefs d'oeuvres sont ceux de l'audace, de la différence, habités d'une dimension expérimentale et novatrice. Le cinéma américain est immortel comme les fantômes qu’il projette dans le futur » a-t-il déclaré.

    Ses choix démontrent sa cinéphilie…je vous conseille évidemment tous ces films, classiques du cinéma américain, à voir et revoir…

     

     

    CARTE BLANCHE A JEAN-CHARLES DE CASTELBAJAC

    prisonnière.jpg

    1944 ARSENIC ET VIEILLES DENTELLES (Arsenic and Old Lace) de Frank Capra

    1946 LE GRAND SOMMEIL (The Big Sleep) de Howard Hawks

    1955 LA NUIT DU CHASSEUR (The Night of the Hunter) de Charles Laughton

    1956 LA PRISONNIERE DU DESERT (The Searchers) de John Ford

    1969 MACADAM COWBOY (Midnight Cowboy) de John Schlesinger

    1996 FARGO d’Ethan & Joel Coen

    -La leçon de scénario de Roger Avary

    pulp.jpg

    Le réalisateur, scénariste et producteur Roger Avary viendra pour la première fois au Festival du Cinéma Américain de Deauville pour y donner une leçon de scénario.

    A l’occasion de sa venue le Festival présentera  : KILLING ZOE, LES LOIS DE L’ATTRACTION (The Rules of Attraction) et LA LEGENDE DE BEOWULF (Beowulf) de Robert Zemeckis

    Roger Avary  a reçu l’Oscar du Meilleur Scénario pour « Pulp fiction » de Tarantino (1994).

    -Programme de Deauville saison 2 (consacré aux séries)

    chicacgo.jpg

    La Master class de Tom Fontana qui a écrit et produit des séries  comm Hopital St Elsewhere, Homicide et The Philanthropist ou Oz qui le fera connaître du grand public. Il est également enseignant et a écrit et mis en scène de nombreuses pièces de théâtre. Im présentera à Deauville en avant-première internationale sa dernière création, Borgia, série européenne produite par Atlantique Productions et Canal+.

    -Avant-première de « Borgia » - Saison 1 – Episodes 1492 et ONDA DI CALORE

     

    L’accession au pouvoir du cardinal catalan Rodrigue Borgia et de son clan, qui s’efforcèrent d’instaurer une dynastie pour exercer leur domination sur le monde. Bien qu’étant un homme de foi, Rodrigue était aussi esclave des plaisirs charnels. Il devait non seulement déjouer les complots et les conspirations de ses collègues cardinaux et des représentants des grands pouvoirs, mais aussi mener une lutte pour contenir les rivalités qui menaçaient de déchirer sa famille.

    -La master class de Shawn Ryan : Il fait notamment ses débuts comme scénariste pour les séries Angel, Nash Bridges et Life with Louie. Il est le créateur et producteur exécutif des séries The Shield pour la chaîne FX, et The Chicago Code pour Fox. Il est également le co-producteur exécutif des séries The Unit : Commando d’élite pour CBS et Terriers pour FX. Il travaille actuellement sur l’écriture d’un long métrage pour le réalisateur, scénariste et producteur James L. Brooks tout en développant de nombreux projets pour Sony Pictures Television.

    -La rencontre franco-américaine : l’écriture à l’encre des séries noires

    Pour cette deuxième édition, cette rencontre questionne l’écriture de séries policières, ou comment les scénaristes des deux côtés de l’Atlantique ont su réinventer ce genre légendaire. Peuvent y être également évoqués les nouveaux contours de ce genre à succès, entre création et adaptation, hommage et détournement. Comme les spécificités de chacune des deux cultures et l’interaction fertile entre les deux mediums. La rencontre réunira HERVE HADMAR, ANNE LANDOIS, SHAWN RYAN, et GRAHAM YOST. Elle sera animée par STEPHANE FOENKINOS.

    -Des épisodes inédits de :

    EPISODES

    episodes.jpg

    Saison 1 – Episodes Episode un et Episode deux

    Avec Matt Leblanc, Tamsin Greig, Stephen Mangan, Mircea Monroe

    En couple à la ville comme à la scène, Sean et Beverly sont les scénaristes d’une série à succès en Grande-Bretagne. Lorsqu’Hollywood leur propose une adaptation outre-Atlantique, ils sont tout de suite emballés par le projet. Mais ils vont vite déchanter en découvrant ce que la production américaine a prévu de faire de leur précieuse série…

    JUSTIFIED

    Saison 2 – Episodes Le Pays de l’or vert et Le Coût d’une vie

    Avec Timothy Olyphant, Nick Searcy, Jacob Pitts, Erica Tazel, Walton Goggins

    Justicier aux nerfs d’acier hanté par un lourd passé, le Marshal Raylan Givens est contraint de retourner dans son Kentucky natal où il compte bien faire appliquer la justice, mais à sa manière. Confronté à une sombre affaire impliquant l’un de ses vieux amis devenu hors-la-loi, il doit faire face à ses vieux démons et régler enfin ses comptes avec son ex-femme et son père.

    THE CHICAGO CODE

    Saison 1 – Episodes Pilote et Hog Butcher

    Avec Jason Clarke, Jennifer Beals, Matt Lauria, Devin Kelley

    Jarek Wysocki est un vétéran de la police de Chicago. Figure locale respectée et influente, il peut toujours compter sur le soutien intangible de Teresa Colvin, son ancienne co-équipière devenue la première femme commissaire de la ville et qui a désormais plus de dix mille hommes sous ses ordres. Tandis que Teresa navigue avec diplomatie dans un paysage politique complexe, Jarek mène une véritable croisade sur le terrain afin d’éradiquer la corruption et le crime, et venger la mort de son frère.

    THE KILLING

    Saison 1 – Episodes Rosie Larsen et La Cage

    Avec Mireille Enos, Joel Kinnaman, Billy Campbell, Michelle Forbes

    A quelques heures de son départ pour une nouvelle vie en Californie, l’inspecteur Linden se trouve confrontée au meurtre sordide de Rosie Larsen, une adolescente de dix-sept ans. Obsédée par cette affaire tragique, Linden n’a de cesse de repousser son départ. Elle doit alors faire équipe avec Holder, un policier aux allures de junkie, qui doit prendre sa relève. Qui a tué Rosie Larsen?

    -"17 filles" de Muriel et Delphine Coulin: prix Michel d'Ornano 2011

    dix.jpg

    dix2.jpg

    La projection et la remise du prix Michel d'Ornano est chaque année un des temps forts du festival. L'an passé décerné à "Angèle et Tony" de Alix Delaporte, c'est à "17 filles", un premier film de Muriel Coulin et Delphine Coulin que sera attribué cette année le prix Michel d'Ornano le samedi 10 septembre lors de la cérémonie du palmarès par le président du jury Olivier Assayas et Jean-Guillaume d'Ornano. Ecrit et réalisé par Delphine et Muriel Coulin, ...produit par Denis Freyd (Archipel 35), avec Louise Grinberg, Juliette Darche, Roxanne Duran, Esther Garrel et Yara Pilartz, « 17 FILLES » sortira sur les écrans français le 7 décembre 2011 et sera distribué par Diaphana Distribution.

    Dans une petite ville au bord de l’océan, un groupe d’adolescentes décident de tomber enceintes en même temps. Les adultes n’y comprennent rien, pas plus que les garçons. Pourquoi ces filles, toutes scolarisées dans le même lycée, ont-elles décidé de faire un enfant?
    Ce film est inspiré d’un fait divers survenu en 2008.

    -Le programme des Docs de l'Oncle Sam

    buck.jpg

    "Les Docs de l'oncle Sam" constituent désormais une section incontournable du festival avec souvent des docs de grande qualité. Je vous laisse découvrir le programme de cette édition 2011.

    Bobby Fischer against the world” de Liz Garbus

    En 1958, Robert James “Bobby” Fischer, alors âgé de quatorze ans, stupéfia le monde des échecs en devenant le plus jeune Grand Maître de l’histoire, lançant ainsi une carrière qui allait faire de lui une légende. Pendant les quinze années qui suivirent, son incroyable ascension au sommet du jeu captiva le monde entier et permit aux échecs de connaître un essor international considérable. Puis, à l’apogée de sa réussite, Bobby Fischer prit tout le monde par surprise en décidant de disparaître des yeux du grand public.

    BUCK  de Cindy Meehl

    Buck Brannaman est un vrai cowboy américain qui parcourt les Etats-Unis pour soigner des chevaux souffrant de troubles du comportement proches des nôtres, à nous les humains. Cet homme qui murmure vraiment à l’oreille des chevaux rejette la violence de sa propre éducation et apprend aux cavaliers à communiquer avec leur monture d’une manière à la fois directive et sensible, sans faire appel à la punition.

    CORMAN’S WORLD: EXPLOITS OF A HOLLYWOOD REBEL  d’Alex Stapleton

    avec James Cameron, Francis Ford Coppola, Robert De Niro, Jack Nicholson, Martin Scorsese, Quentin Tarantino

    Ce documentaire retrace l’ascension triomphale du réalisateur, scénariste et producteur le plus prolifique de Hollywood, le vrai « parrain » du cinéma indépendant, Roger Corman. Connu pour travailler très rapidement - certains de ses films furent réalisés en deux jours - et pour se complaire dans le monde des monstres de série B, des effets spéciaux médiocres, du jeu d’acteur bas de gamme et de la nudité à outrance, Roger Corman est aussi un rebelle respecté du cinéma.

    PAGE ONE : A YEAR INSIDE THE NEW YORK TIMES d’Andrew Rossi

     En 1896, le New York Times adopte le slogan « Toutes les informations se doivent d’être imprimées ». Aujourd’hui, Twitter et WikiLeaks bouleversent la diffusion des informations. La multiplication des blogs et la diminution conséquente des achats d’espaces publicitaires menacent la pérennité de la presse papier. Les journalistes du vénérable New York Times s’interrogent sur la collaboration à mener avec Julian Assange et la chute des modèles traditionnels des réseaux télévisés. Que va devenir le journalisme à l’ancienne ? Comment se passe la transition du papier vers le numérique ? Le traitement de l’information change-t-il avec le support ? Quel avenir pour la presse ? Autant de questions que pose ce documentaire.

    LE PROJET NIM (Project Nim)  de James Marsh

    Novembre 1973. Nim, un bébé chimpanzé, naît en captivité dans un centre de recherche sur les primates situé dans l'Oklahoma. Quelques jours plus tard, il est confié à une psychologue qui a trois enfants. Le « Projet Nim » est lancé : il s'agit de prouver qu'un chimpanzé est capable d'apprendre à communiquer par le langage s'il est élevé dans un environnement humain. Grâce à un professeur de psychologie de l'université de Columbia, le primate est censé être initié à la langue des signes, puis acquérir des rudiments de vocabulaire et de grammaire lui permettant d’exprimer ses réflexions et ses émotions. En cas de succès, il serait donc permis d'espérer franchir la barrière de l'espèce et repenser la condition humaine.

    REVENGE OF THE ELECTRIC CAR  de Chris Paine

    Arpentant les coulisses d’ordinaire fermées de Nissan, General Motors et Tesla Motors, ce documentaire raconte l’histoire du regain mondial d’intérêt pour les voitures électriques en en suivant les principaux constructeurs automobiles. Ces derniers s’empressent de produire de nouveaux modèles électriques afin d’être les premiers, les meilleurs et de conquérir ainsi, à terme, un large public.

    SING YOUR SONG  de Susanne Rostock

    avec Harry Belafonte, Sidney Poitier, Huddie W. Ledbetter-Ledbelly, Paul Robeson, Marge Champion, Fran Scott Attaway, Nat King Cole, Julian Bond, J. Edgar Hoover, Ed Sullivan, Dinah

    Un portrait de Harry Belafonte, chanteur, acteur et activiste, depuis son ascension spectaculaire dans la chanson, son expérience liée à ses nombreux déplacements dans un pays ségrégationniste jusqu’à son arrivée provoquante à Hollywood. La carrière de Harry Belafonte personnifie à elle-seule le mouvement pour les droits civiques aux Etats-Unis et a eu un impact majeur sur beaucoup d’autres mouvements prônant la justice sociale.

    THE BLACK POWER MIXTAPE 1967-1975  de Göran Hugo Olsson

    avec Harry Belafonte, Danny Glover, Erykah Badu, Stokely Carmichael, Kathleen Cleaver, Angela

    Ce documentaire retrace l'évolution du mouvement Black Power de 1967 à 1975 au sein de la communauté noire. Le film associe musique et reportage - des rushs en 16mm sont restés au fond d'un placard de la télévision suédoise pendant trente ans - ainsi que des interviews de différents artistes, activistes ou musiciens qui sont des piliers de la culture afro-américaine.

    -Le prix littéraire Lucien Barrière 2011 sera décerné à "Minuit dans une vie parfaite" de Michael Collins

     

    minuit90.jpgDeauville c’est évidemment, et avant tout, le cinéma, et désormais les séries mais c’est aussi la littérature avec, chaque année, autre évènement incontournable du festival : la remise du prix littéraire Lucien Barrière.

    Le Jury du 35ème Prix Littéraire Lucien Barrière du Festival du Cinéma Américain de Deauville est ainsi composé de Frédéric Beigbeder (écrivain, éditeur et journaliste), Gilles Martin-Chauffier (écrivain et rédacteur en chef de Paris Match), André Halimi (journaliste, écrivain et cinéaste), Jean-Claude Lamy (journaliste et écrivain), Eric Neuhoff (journaliste et écrivain) et Gonzague Saint Bris (journaliste et écrivain).

    Le prix littéraire Lucien Barrière sera décerné le jeudi 8 septembre lors d’un déjeuner en présence de l’auteur Michael Collins pour son livre « Minuit dans une vie parfaite » , paru aux éditions Christian Bourgois.

     Résumé officiel de « Minuit dans une vie parfaite » de Michael Collins :

     À Chicago, en 1999, Karl, écrivain à la quarantaine languissante, traverse une crise existentielle. Après avoir connu le succès avec ses premiers romans, il peine à finaliser ce qu’il appelle son «opus», dont il veut faire la pierre angulaire de son oeuvre. Sa compagne Lori, qui subvient réellement aux besoins du ménage, s’interroge aussi sur son avenir. Elle souhaite consolider leur couple et avoir un enfant, mais souffre de stérilité. Tandis qu’ils se lancent dans l’expérience de la procréation artificielle, Karl voit ses plus grandes peurs ressurgir - l’idée de devenir comme son père, un commercial itinérant qui a été retrouvé mort après avoir apparemment commis un meurtre. Karl avait alors tout juste treize ans. Surgissent de plus des problèmes financiers car le traitement médical a un coût élevé. Or, à l’insu de Lori, Karl avait contracté des hypothèques sur leur maison afin de financer les soins à domicile de sa mère. Quant à sa source de revenus la plus conséquente, son travail de nègre en freelance pour l’auteur de thriller Penny Fennimore, elle s’amenuise. Il n’obtient aucune réponse de son éditeur qu’il ne cesse de relancer .Tandis que Lori progresse dans son traitement, Karl se sent de moins en moins investi dans leur relation et s’éloigne de son domicile confortable pour s’installer vers les rues reculées et mal famées de Chicago. Lorsque Fennimore réapparaît avec une nouvelle proposition, Karl se met en quête d’inspiration. Mais jusqu’où ira-t-il dans la recherche de la parfaite histoire criminelle ?

    -La table ronde professionnelle du Festival du Cinéma Américain de Deauville

    Pour la première fois, le Festival du Cinéma Américain de Deauville présentera la table ronde du Producers Guild of America et de l'association des producteurs de cinéma: “Produire en 2011 : les nouvelles règles du jeu” En collaboration avec la commission du film d'Ile-de-France.

     La coproduction internationale, les nouveaux modèles de distribution, la démultiplication des supports et des médias sont les nouveaux enjeux auxquels se confrontent les producteurs d’aujourd’hui. Un dialogue franco-américain pour comprendre les nouvelles données de cette industrie globale.

    Lundi 5 septembre 2011, à 15H, à l’Auditorium Lexington du C.I.D de Deauville.

     
    Lien permanent Imprimer Catégories : FESTIVAL DU CINEMA AMERICAIN DE DEAUVILLE 2011 Pin it! 0 commentaire
  • Jury et programme de la Mostra de Venise 2011 (68ème édition du Festival International de cinéma)

    mostra12.jpg

    corfou25.jpg
    (Photo ci-dessus: Venise par inthemoodforluxe.com )

    Tandis que j’arpenterai rêveusement les planches de Deauville, et m’enfermerai délicieusement au CID et dans les salles du casino pour vous commenter le Festival du Cinéma Américain de Deauville, d’autres seront à Venise, quasiment aux mêmes dates, comme chaque année (mais malheureusement auparavant les équipes américaines venant à Venise faisaient un détour par Deauville, ce qui est de moins en moins souvent le cas) puisque la Mostra de Venise se déroulera du 31 août au 10 septembre et le Festival du Cinéma Américain de Deauville du 2 au 11 septembre.

    Marco Bellochio recevra un lion d’or d’honneur.

    Le festival rendra également hommage à Al Pacino (comme le Festival de Deauville il y a quelques années, moment inoubliable d’ailleurs… de voir le « grand » Al ému aux larmes avant la projection du non moins inoubliable « Looking for Richard »).

    C’est « The Ides of March », le quatrième long-métrage réalisé par George Clooney qui fera l’ouverture. Fera-t-il un détour par Deauville comme il l’avait fait il y a quelques années ? Nous pouvons encore l’espérer… Son film sera également en compétition à la Mostra.

    Présidé par Darren Aronofsky (lauréat du Lion d'Or en 2008 pour The Wrestler et en sélection l'an dernier avec Black Swan) le jury sera composé de :

    - le réalisateur français André Téchiné

    -le réalisateur indépendant américain Todd Haynes

    -le réalisateur Mario Martone

    -l’actrice Alba Rohrwacher

    -la réalisatrice finlandaise Eija-Liisa Ahtila

    En compétition, on retrouve de nombreux habitués du Festival de Cannes (Cronenberg, Polanski, Garrel, Sokurov…). Je vous laisse découvrir la sélection en détails ci-dessous.

    ides.jpg

    Film d'ouverture

    Les Marches du Pouvoir(George Clooney)

    Vivan las Antipodas!(Victor Kossakovsky)

     

    Film de clôture

    Damsels in distress(Whit Stillman)

     

    Longs métrages - Compétition

    Les Marches du Pouvoir(George Clooney)

    A Dangerous Method(David Cronenberg)

    Les Hauts de Hurlevent(Andrea Arnold)

    Poulet aux prunes(Marjane Satrapi)

    Un été brûlant(Philippe Garrel)

    La Taupe(Tomas Alfredson)

    Texas Killing Fields(Ami Canaan Mann)

    Carnage(Roman Polanski)

    Shame(Steve McQueen (II))

    Killer Joe(William Friedkin)

    Faust(Alexandre Sokurov)

    The Exchange(Eran Kolirin)

    Alpeis(Yorgos Lanthimos)

    Life without principle(Johnnie To)

    Terraferma(Emanuele Crialese)

    4:44 Last Day on Earth(Abel Ferrara)

    Dark Horse(Todd Solondz)

    Quando la notte(Cristina Comencini)

    A Simple Life(Ann Hui)

    L'Ultimo terrestro(Gian Alfonso Pacinotti)

    Himizu(Sion Sono)

    Seediq Bale(Te-Sheng Wei)

     

    Longs métrages - Hors-compétition

    We Can't go Home Again(Nicholas Ray)

    Au nom du pere(Marco Bellocchio)

    Inde, terre mère(Roberto Rossellini)

    Duvidha(Mani Kaul)

    Wilde Salome(Al Pacino)

    La Clé des champs(Claude Nuridsany , Marie Pérennou)

    La Folie Almayer(Chantal Akerman)

    The Moth Diaries(Mary Harron)

    Contagion(Steven Soderbergh)

    W.E.(Madonna)

    Eva(Kike Maillo)

    La Désintégration(Philippe Faucon)

    Damsels in distress(Whit Stillman)

    Alois nebel(Tomás Lunák)

    Rabitto horâ 3D(Takashi Shimizu)

    Vivan las Antipodas!(Victor Kossakovsky)

    Giochi d'Estate(Rolando Colla)

    Il villaggio di cartone(Ermanno Olmi)

    Don't expect too much(Susan Ray)

    Scossa(Tonino Russo , Ugo Gregoretti , Francesco Maselli , Carlo Lizzani)

    Diana Vreeland: The Eye Has To Travel(Lisa Immordino Vreeland)

    Tahrir(Ayten Amin , Ahmad Abdalla , Amro Salama , Tamer Ezzat)

    Joule(Nadia Ranocchi , David Zamagni)

    Spell. The Hypnotist Dog(Nadia Ranocchi , David Zamagni)

    Suite(Nadia Ranocchi , David Zamagni)

    Questa Storia Qua(Alessandro Paris , Sibylle Righetti)

    La Meditaziones di Hayez(Mario Martone)

    Marco Bellocchio, Venezia 2011(Pietro Marcello)

    Evolution(Marco Brambilla)

    Vanguards

    The End

    The Sorcerer and the white snake(Tony Ching Siu-Tung)

    Mildred Pierce(Todd Haynes)

     

    La Semaine de la Critique

    Là-bas(Guido Lombardi)

    Louise Wimmer(Cyril Mennegun)

    Marécages(Guy Édoin)

    La Terre Outragée(Michale Boganim)

    El Campo(Hernán Belón)

    Stockholm Östra(Simon Kaijser Da Silva)

    Totem(Jessica Krummacher)

    Missione di pace(Francesco Lagi)

    El Lenguaje de los machetes(Kyzza Terrazas)

     

    Hommage

    Marco Bellocchio

    Al Pacino

     

    Section Orizzonti

    L'Oiseau(Yves Caumon)

    The Orator(Tauti Tusi Tamasese)

    Le Petit Poucet (TV)(Marina De Van)

    Sal(James Franco)

    Whores' Glory(Michael Glawogger)

    Would you have sex with an Arab?(Yolande Zauberman , Selim Nassib)

    Cut(Amir Naderi)

    Hail(Amiel Courtin-Wilson)

    Nocturnos(Edgardo Cozarinsky)

    Amore carne(Pippo Delbono)

    I’m Carolyn Parker: the Good, the Mad and the Beautiful(Jonathan Demme)

    Die Herde des Herrn(Romuald Karmakar)

    Stateless Things(Kim Kyungmook)

    Swirl(Helvécio Marins Jr.)

    Photographic Memory(Ross McElwee)

    L’ Envahisseur(Nicolas Provost)

    Shock Head Soul(Simon Pummell)

    Two Years at Sea(Ben Rivers)

    Aims of the Blind Horse(Gurvinder Singh)

    Lung Neaw Visits His Neighbours(Rirkrit Tiravanija)

    Verano(Jose Luis Torres Leiva)

    Kotoko(Shinya Tsukamoto)

    Swan(Teresa Villaverde)

    The Sword Identity(Xu Haofeng)

    Controcampo Italiano

    Scialla(Francesco Bruni)

    L’ arrivo di Wang(Antonio Manetti , Marco Manetti)

    Maternity Blues(Fabrizio Cattani)

    Qualche nuvola(Saverio Di Biagio)

    Cose dell’altro mondo(Francesco Patierno)

    Cavalli(Michele Rho)

    Tutta colpa della musica(Ricky Tognazzi)

    Controcampo italiano - Documentaires

    Black block(Carlo Augusto Bachschmidt)

    Piazza Garibaldi(Davide Ferrario)

    Pugni chiusi(Fiorella Infascelli)

    Out of Tehran(Monica Maggioni)

    Pasta nera(Alessandro Piva)

    Quiproquo(Elisabetta Sgarbi)

    Renseignements: http://www.labiennale.org

    Lien permanent Imprimer Catégories : IN THE MOOD FOR NEWS (toute l'actualité ciné) Pin it! 1 commentaire
  • Toutes les informations pratiques pour venir au 37ème Festival du Cinéma Américain de Deauville: concours, accréditations, transport, logement...

    2008_0906am08joue10001.JPG

    amc.jpg

    deauville20114.jpgA l’instar de l’article que j’avais écrit sur les invitations et les accréditations cannoises, je vous propose aujourd’hui un article vous détaillant les divers moyens d’être accrédité au Festival du Cinéma Américain de Deauville, avec également les concours vous permettant de gagner une accréditation et également les détails de ce à quoi donnent droit les invitations et accréditations. Vous trouverez également dans cet article de nombreuses informations pratiques sur le logement et le transport.

     Je vous rappelle que vous pourrez me suivre en direct de Deauville du 1er au 12 septembre sur http://www.inthemoodfordeauville.com et http://www.inthemoodforcinema.com ainsi que sur mon compte twitter dédié à ce festival (http://twitter.com/moodfdeauville ) et sur la nouvelle page Facebook d’Inthemoodfordeauville.com (http://facebook.com/inthemoodfordeauville ).

    D’abord, sachez que, contrairement à Cannes, Deauville n’est pas un festival destiné aux professionnels mais au contraire un festival destiné prioritairement au public et donc que, également contrairement à Cannes, pour l’achat d’une accréditation vous pourrez assister à toutes les séances (dans la limite des places disponibles pour les séances en journée et dans la limite des invitations pour les séances rouges du soir).  Deauville reste donc (et heureusement) un festival très accessible et convivial.

    Tout d’abord, avant de vous détailler ces pass, petit tour d’horizon des concours vous permettant de remporter des pass pour le Festival du Cinéma Américain :

    -Je commence évidemment par le concours organisé sur ce blog qui vous permet de remporter 18 pass. Ce concours est ouvert jusqu’au 25 août.  A ceux qui trouveraient ça trop difficile (mais franchement si vous aimez le cinéma américain, en cherchant un peu, c’est tout à fait faisable), sachez que plusieurs personnes ont déjà trouvé toutes les bonnes réponses. Vous avez néanmoins encore toutes vos chances.

    -Ensuite, chaque semaine (du jeudi à 15h jusqu’au vendredi 10H) le Festival du Cinéma Américain, sur sa page facebook officielle organise un concours vous permettant de remporter un pass Festival. Il suffit pour cela de répondre à une question et d’être ensuite tiré au sort. Les prochaines dates du  jeu : Jeudi 11 Août | Jeudi 18 Août | Jeudi 25 Août | Jeudi 2 Septembre. http://www.facebook.com/Festival.Cinema.Americain.Deauvil...

    -Intercités SNCF, partenaire du festival, vous permet également de gagner votre pass. Il s’agit également d’un tirage au sort. Il suffit de vous inscrire, ici :  http://www.missionparisdeauville.com/ 

    sncf.jpg

    Si vous ne faîtes pas partie des gagnants de l’un de ces concours et que vous n’êtes pas professionnels du cinéma, pas de panique, vous pourrez toujours acquérir un pass.

    Vous pourrez acheter votre pass sur place mais vous pouvez aussi le commander dès maintenant sur http://www.badgecid.com/

    Le pass permanent d’une valeur de 150 euros est valable du samedi 3 septembre au dimanche 11 septembre inclus et dans toutes les salles de projection du Festival. Cela peut sembler cher mais si vous faîtes le calcul du prix d’une place de cinéma, si vous restez tout le festival, il est rapidement « rentabilisé » d’autant qu’il vous permet aussi d’assister à des évènements comme les Master class. Ce pass est strictement nominatif, avec photo et non cessible. Il donne accès, sur simple présentation à l’entrée de la salle, à toutes les séances bleues inscrites sur le programme des projections.

    Pour assister aux séances rouges en soirée au C.I.D,  ce pass doit impérativement être accompagné d’une carte d’accès à retirer au préalable. Carte d’accès à retirer au Kiosque des Terrasses du Festival : le vendredi 2 septembre à 18h et du samedi 3 au samedi 11 septembre à 14h30. Aucune carte d’accès n’est distribuée dans les bureaux du Festival. Elle doit être retirée impérativement, chaque jour avant la séance rouge en soirée, afin d’être présentée à l’entrée du C.I.D. Quand aucune carte d’accès n’est plus disponible, un carton Last Minute peut être distribué. Ce carton permet d’entrer dans la file d’attente Last Minute pour une entrée en salle quelques minutes avant le début de la séance et dans la limite des places restant encore disponibles. Des cartons Last Minute peuvent être distribués également au C.I.D en sortie de salle précédant la séance rouge. La remise d’un carton Last Minute ne garantit pas l’accès en salle.

    Le catalogue officiel est remis gracieusement pour tout achat d’un pass Festival.

    Pour +1 euro supplémentaire : accès à toutes les séances du programme « Les Nuits américaines ».

    Le Pass Journée coûte  30 euros ( si vous restez plusieurs jours, je vous conseille donc vivement le pass permanent) avec un tarif réduit pour les étudiants de  moins de  26 ans et les demandeurs d’emploi (sur présentation de justificatifs) : 12 euros. Ce pass est valable pour les séances d’une même journée (à compter du samedi 3 septembre au dimanche 11 septembre inclus) et dans toutes les salles de projection du Festival. Il est également strictement nominatif et non cessible et donne accès, sur simple présentation à l’entrée de la salle, à toutes les séances bleues d’une même journée inscrites sur le Programme des projections. Pour assister aux séances rouges en soirée au C.I.D, il doit impérativement également  être accompagné d’une carte d’accès à retirer au préalable (voir explication des cartes d’accès ci-dessus).

    Pour 1 euro supplémentaire sur ce pass, vous aurez accès à toutes les séances du programme « Les Nuits américaines ».

    Le Pass Les Nuits américaines seul coûte 10 euros avec un tarif spécial ( + 1 euro supplémentaire avec tout autre pass acheté). Il est également strictement nominatif et non cessible, il donne accès, sur simple présentation à l’entrée de la salle du Morny Club et dans la limite des places disponibles, à toutes les séances programmées dans le cadre des Nuits américaines.

    -Pour acheter votre pass :

    Avant le Festival :

    Accueil administration du C.I.D / Office de Tourisme de Deauville / Pré-réservations sur www.festival-deauville.com / www.fnac.com / www.ticketnet.com

    Pendant le Festival :

    Banques Accueil & Ventes Pass – Entrée principale du C.I.D

    -Pour les professionnels : 

    accred90.jpg

    L’accréditation professionnelle est réservée aux professionnels du cinéma et de l’audiovisuel et aux journalistes qui en font la demande (par mail uniquement, renseignements sur le site officiel du festival, section presse et pro : http://www.festival-deauville.com ) avant le mercredi 17 août 2011, ainsi qu’aux invités du Festival. Après cette date et pendant le Festival, toute demande déposée pour une accréditation hors délai est payante au tarif de 30 euros (paiement au moment du retrait). Elle peut être retirée sur place aux banques Accréditations du C.I.D – Entrée principale.

    Nouveauté cette année : aucune carte d’accès pour les séances rouges ne sera délivrée dans les bureaux du festival, même pour les professionnels qui devront également les retirer, comme le « public », sur les terrasses du festival, aux horaires indiqués ci-dessus. Le festival a en effet instauré cette nouveauté (il y a 6 ans il me semble) les séances du soir  désormais sur invitation exclusivement. Une fois munis de celle-ci vous pourrez entrer dans la salle sans attente, via le tapis rouge.

    Sachez enfin que lors des conférences de presse moins courues il est également possible aux détenteurs des badges permanents ou même journaliers d'y accéder  après la presse et dans la limite des places disponibles…et que, à défaut, vous pourrez les retrouver sur le site officiel du festival ou sur ce blog, ou les entendre depuis l’extérieur de la tente où se déroulent les conférences de presse.

    Depuis mon premier festival, encore largement mineure, il y a 18 ans, j'ai eu l'occasion de tester tous les badges  d'abord journalier puis  permanent puis étudiant puis vip en tant que membre d’un jury de cinéphiles, puis depuis 9 ans Presse mais sachez que quelle que soit l'accréditation, j'ai toujours pu pleinement profiter du festival qui a su rester convivial donc je vous le recommande vivement!

    royal1.jpg

    -Pour le logement et les restaurants, je vous renvoie à l’article complet que j’avais rédigé à ce sujet ici : http://www.inthemoodfordeauville.com/archive/2010/03/28/h... .  J’y consacrerai prochainement un nouvel article. Vous pourrez également trouver de nombreuses informations sur le site de l’office de tourisme : http://www.deauville.org .

    normandy1.jpg

    - Transport- Pour venir à Deauville :

     Par train :

    Liaison directe quotidienne Paris Saint-Lazare / Deauville-Trouville (2h environ), plusieurs allers-retours par jour,  vous pouvez effectuer votre réservation en ligne, ou composez le 36 35 ou sur http://www.missionparisdeauville.com/   .

     -Par route:

     Paris-Deauville: A13

    195 km, dont 186 km d'autoroute (Temps moyen : 2h05mn)

     Tarifs péages (aller au 01/01/06) : 9.40 euros

     Pour tout complément d'information, contactez la SAPN

    Autoroute-info : 0 892 68 107 7 - Autoroute FM 107.7

     -Par mer: plusieurs liaisons quotidiennes

     Brittany Ferries : Portsmouth - Caen/Ouistreham - Tél: 0 825 828 828 (durée de la traversée : 6h en journée)

     LD Lines :  Portsmouth - Le Havre - Tél: 0 825 304 304

    -Par air:

    Liaisons aéroport international Deauville-St Gatien (9 km) Charters vacances, aviation privée - 02 31 65 65 65

    Aéroport de Caen-Carpiquet (45 km de Deauville) : 02 31 71 20 10

    Aéroport Le Havre-Octeville (45 km de Deauville) : 02 35 54 65 00

    -Par bus:

     Bus Verts du Calvados : ligne n°20 entre Caen-Deauville-Honfleur-Le Havre

     Info ligne : 0 810 214 214 (Numéro Azur prix appel local)

     -Lieux du Festival du Cinéma Américain :

    cid.jpg

      Centre International de Deauville (C.I.D)

    « Les planches » - 1, avenue Lucien Barrière - BP 71100 - 14801 Deauville cedex

    Tél : 02 31 14 14 14 | Fax : 02 31 14 01 01

     Cinéma Le Morny Club

    23, avenue du Général de Gaulle - 14800 Deauville

    Tél : 08 92 68 72 27 | Fax :02 31 88 78 43

     Cinéma du Casino Barrière de Deauville

    2, rue Edmond Blanc - 14802 Deauville cedex

    Tél : 08 92 68 31 23 ou 02 31 88 07 09

     N’hésitez pas à me contacter pour des informations complémentaires via les commentaires de ce blog  ou par email et sinon vous trouverez de nombreuses informations sur le site officiel du festival et sur le site de l’office de tourisme de Deauville précités.

     

    Deauvilleclôture 006.JPG
    Deauvilleclôture 016.JPG
    deauville7.jpg
    Deauvilleclôture 012.JPG

     

    Deauvilledernierjour 001.JPG
    Deauvilledernierjour 009.JPG
    Deauvilledernierjour 010.JPG
     
    Lien permanent Imprimer Catégories : FESTIVAL DU CINEMA AMERICAIN DE DEAUVILLE 2011 Pin it! 4 commentaires
  • Rencontres internationales du Cinéma des Antipodes de Saint-Tropez du 10 au 16 octobre 2011

    anti2.jpgAprès le Festival du Film Britannique de Dinard dont je vous parlais hier et dont je vous parle en direct chaque année et qui aura lieu du 3 au 9 octobre, pourquoi n'iriez-vous pas découvrir le cinéma des antipodes à Saint-Tropez, aux 13èmes rencontres internationales du Cinéma des Antipodes?

     Ce festival de films australiens et néo-zélandais, situé à Saint-Tropez donc, a pour objectif (louable) de faire découvrir ce cinéma, méconnu, des antipodes, proposant des films inédits, et a également pour objectif d'être un lien entre professionnels des 2 hémisphères.

    Les films sont projetés au cinéma La Renaissance, place des Lices. L'entrée est gratuite, hors cérémonies d'ouverture et de clôture. Aucune raison donc de vous priver de cette occasion unique de découvrir des joyaux méconnus du 7ème art, dans un cadre par ailleurs aussi idyllique que celui dans lequel se déroule l'action des films présentés.

     Vous pourrez retrouver ici toutes les informations sur ce festival, dès leur annonce. (ci-contre, l'affiche de l'an passé, en attendant celle de cette année).

    Une exposition sera également proposée toute la semaine, salle Jean Despas, place des Lices.

    antipodes.jpg

    Pour en savoir plus, en attendant d'autres informations sur inthemoodforcinema.com, rejoignez le groupe Facebook du festival  et retrouvez le site officiel: www.festivaldesantipodes.org .

    Lien permanent Imprimer Catégories : CINEMA DES ANTIPODES A SAINT-TROPEZ Pin it! 0 commentaire