Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 2

  • Critique de "Whatever works" de Woody Allen (ce soir sur Ciné+ premier/20H40)

    whatever.jpg

    Après des films aussi divers et réussis que « Match point », « Scoop », « Le rêve de Cassandre », « Vicky Cristina Barcelona » qui se sont enchaînés au rythme frénétique d’une réalisation par an, comment Woody Allen pouvait-il encore nous étonner ? Tout simplement en revenant à New York après la magistrale trilogie londonienne (« Match point » restant pour moi la perfection scénaristique, encore inégalée) et après son escapade espagnole.

    Boris Yellnikoff (Larry David), double woody allenien ( que le réalisateur n’incarne pas cette fois laissant donc la place à  Larry David) est un presque Prix Nobel, il a en effet  raté  sa carrière comme son mariage et son suicide. Un soir, une jeune fugueuse répondant au doux nom de Melody (Evan Rachel Wood), affamée et frigorifiée, lui demande de l’héberger. Alors qu’elle ne devait rester que quelques nuits, elle s’installe pour finalement former un étrange couple avec ce Boris aussi futé et misanthrope qu’elle est ingénue et joyeuse.  Le génie de la physique finira même par épouser la pétulante jeune femme.  Tout se complique quand Marietta (Patricia Clarkson), la mère de la jeune femme, débarque à l’improviste…

     A 73 ans, Woody Allen semble plus que jamais peu soucieux des conventions, qu’elles soient morales ou cinématographiques, et fait preuve d’une liberté toujours aussi étonnante et réjouissante pour le spectateur.

     Dès la première séquence dans laquelle Boris quitte les amis avec lesquels il était attablé pour s’adresser directement au spectateur face caméra, on retrouve sa verve inimitable dans un monologue qui brasse avec brio, ironie, mordant et lucidité les préoccupations existentielles récurrentes et universelles du réalisateur toujours aussi hypocondriaque et savoureusement cynique.

     Même si jamais personne, à commencer par lui-même, ne sublimera autant Manhattan qu’il y est parvenu dans le film éponyme, il parvient encore à nous faire découvrir New York sous un angle différent et enchanteur, sa caméra incisive en épousant la bouillonnante et frémissante vitalité.

    Les personnalités excentriques des deux personnages principaux (mais aussi des personnages secondaires) sont pour beaucoup dans cette réussite : Larry David joue comme Woody Allen à s’y méprendre, un être boiteux dans tous les sens du terme, aussi exécrable qu’attendrissant et Evan Rachel Wood joue à merveille la sympathique écervelée, succédant à Scarlett Johansson, sans démériter.

     Les dialogues et les monologues de Larry David sont une réjouissance perpétuelle et un air de Beethoven nous montre une nouvelle fois avec quelle maestria il sait fait valser magie et ironie de l’existence.

    Hymne à la liberté, qu’elle soit amoureuse ou artistique, qui n’est pas sans faire écho à son film précèdent, le sensuel (et à mon avis néanmoins plus réussi que celui-ci)  « Vicky Cristina Barcelona », ce « Whatever works »  est aussi  un hymne à la vie et à ses « hasards dénués de sens » que Woody Allen manie et célèbre avec subtilité pour faire basculer le cynisme en optimisme, et si la religion est ici, à nouveau, une cible délectable , il croit au moins en une chose et nous y fait croire avec talent : le pouvoir de la liberté et des hasards qui font que « ça marche », peu importe comment…  Le hasard peut, aussi, bien faire les choses et l’incertitude existentielle n’est pas forcément source de tourments semble admettre et nous faire admettre Woody Allen dans un accès communicatif d’optimisme, voire d’insolente liberté.

     Et même s’il s’agit là d’un Woody Allen mineur, comme le répète Larry David « l’important c’est que ça marche ».  Woody Allen fait, encore une fois, preuve d’une impertinence et d’une énergie débordante que bien des jeunes cinéastes pourraient lui envier et qui nous font attendre le prochain avec une impatience toujours grandissante.

    Et cliquez ici pour retrouver mon dossier complet consacré à Woody Allen

  • 4ème édition du Festival du Film Francophone d'Angoulême du 24 au 28 août 2011

    Créé en 2008 à l’initiative de Marie-France Brière, Dominique Besnehard et Patrick Mardikian , le Festival du Film Francophone d’Angoulême lancera, pour la 4ème année, la « rentrée cinématographique » avec au programme : la promotion du cinéma francophone et l’émergence de nouveaux talents notamment par le biais de la compétition, un focus Pierre Salvadori, un hommage à la Tunisie et de nombreux autres rendez-vous que je vous invite à découvrir sur le site officiel du festival : http://www.filmfrancophone.fr , vous y verrez aussi les prix des entrées vraiment attractifs...donc aucune raison de vous en priver.

     Parmi les films en avant-première "Et maintenant on va où" de Nadine Labaki dont je vous avais parlé lors du dernier Festival du Film de Cabourg, et que je vous recommande.

    Le jury sera cette année présidé par Vincent Perez (retrouvez ici mon compte rendu de mon interview de celui-ci pour la sortie de « Un baiser papillon »),

  • Concours express: 10x2 places pour "This must be the place" de Paolo Sorrentino avec Sean Penn

    this2.jpg

    Robert De Niro a  déclaré lors de la conférence de presse du jury : «« J’ai beaucoup aimé le film de Sorrentino, je pense que Sean Penn est exceptionnel dans ce film ».  Et il l'est, en effet.  Ce film était ainsi le grand absent de ce palmarès même s’il a reçu le prix du jury œcuménique. Beaucoup de spectateurs ont été décontenancés par le mélange de genres dans l’histoire de ce chanteur de rock déchu, à la fois pathétique, touchant, ridicule, flamboyant, décalé, qui dans la deuxième partie part à la recherche d’un ancien tortionnaire nazi puis qui se transforme en  parcours initiatique. La photographie ( qui fait penser aux peintures de Hopper), l’interprétation, la bande originale, le ton faisaient de ce film un de mes coups de cœur de cette édition 2011 et un prétendant idéal au prix du jury  finalement attribué à « Polisse ».

    Comme je manque de temps (le film sort en salles demain) mais que je tenais absolument à vous faire gagner des places pour cet excellent film, grand oublié du palmarès cannois, je vais faire très simple (pour une fois): les 10 premiers à m'envoyer leurs coordonnées par email à inthemoodforcinema@gmail.com , avec pour intitulé de l'email "Concours this must be the place", remporteront ces places.  Et n'oubliez pas, il vous reste quelques heures pour remporter votre pass pour le Festival du Cinéma Américain de Deauville, (27 sont finalement en jeu, au lieu de 18).

  • Mission Paris Deauville : une campagne vidéo originale de Intercités SNCF

    mission2.jpg

    mission3.jpgJe vous ai déjà parlé du concours organisé par Intercités SNCF pour remporter votre pass pour le festival.

     Aujourd'hui, je vous conseille vivement de découvrir la vidéo mise en ligne sur la page "Mission Deauville", une vidéo interactive et ludique qui reprend avec humour et malice les codes du cinéma américain...bref une publicité réussie.

    Sur cette même page, vous pourrez aussi gagner vos pass pour le festival et réserver votre train pour Deauville ou simplement consulter les horaires.

    N'attendez plus pour prendre votre billet pour ce site, là: http://www.missionparisdeauville.com/#/fr/accueil et retrouvez également Intercités sur Facebook pour de nombreuses informations sur le festival et d'autres pass à gagner: https://www.facebook.com/#!/SNCFIntercites

    Et n'oubliez pas de me suivre en direct de Deauville sur:

    http://www.inthemoodfordeauville.com

    http://facebook.com/inthemoodfordeauville

    http://twitter.com/moodfdeauville

    mission1.jpg

     
  • Programme et jury du Festival du Film Britannique de Dinard 2011 (22ème édition)

    dinard2011.jpg


    -Depuis ma participation au jury du Festival du Film Britannique de Dinard (en 1999!), j'y retourne et vous en parle chaque année avec plaisir. De cette 22ème édition, nous savions seulement qu'elle aurait lieu du 5 au 9 octobre 2011, que c'est Nathalie Baye qui en serait la présidente du jury et que l'affiche serait celle présente ci-dessus. Le programme (presque) complet et le jury viennent d'être dévoilés. Comme toujours de belles découvertes en perspective, le meilleur du cinéma britannique mais aussi les incontournables du festival comme la leçon d'image, l'atelier de scénario etc.

    -Découvrez ci-dessous en détails les avant-premières, la compétition (toujours de grande qualité), l'hommage à John Hurt (en sa présence!), l'hommage à Harold Pinter etc

    -Bientôt, je vous ferai gagner ici des places pour le festival...

    -Retrouvez également ci-dessous les liens vers mes articles sur d'autres éditions du festival. Retrouvez également mon texte publié dans "Flashback", le livre des 20 ans du festival en cliquant ici.

    Le Jury sera donc présidé cette année par Nathalie Baye et c’est Petula Clark, l’inoubliable interprète de « Downtown » et de « La Gadoue », qui sera la marraine de cette édition !

    Le Jury

    Armand Amar – Compositeur (Hors-la-loi, Le Concert)

    Hayley Atwell – Actrice (Captain America : First Avenger, The Duchess)

    Sami Bouajila – Acteur (Omar m’a tuer, Hors-l a-loi)

    Stephen Clarke – Ecrivain (God save la France, Français, je vous haime)

    Emmanuelle Devos – Actrice (Coco avant Chanel, De battre, mon coeur s’est arrêté)

    Eric Lartigau – Réalisateur (L’Homme qui voulait vivre sa vie, Prête-moi ta main)

    François Verdoux – Editeur – Sonatine Editions (Tout est sous contrôle de Hugh Laurie, Avant d’aller dormir de S. J. Watson, Seul le silence de R.J. Ellory)

    Harry Gregson Williams – Compositeur (Cowboys & envahisseurs, Unstoppable)

    Jaime Winstone – Actrice (We Want Sex Equality, Donkey Punch – Coups Mortels)

    LA COMPETITION

    6 films concourent pour le Hitchcock d’Or :

    You Instead (2011) de David Mackenzie

    Avec Luke Treadaway, Natalia Tena…

    Oranges and Sunshine (2011) de Jim Loach

    Avec Emily Watson, Hugo Weaving, David Wenham

    Tyrannosaur (2011) de Paddy Considine

    Avec Peter Mullan, Olivia Colman, Eddie Marsan

    L’Irlandais (2011) de J. M. McDonagh

    Avec Brendan Gleeson, Don Cheadle, Liam Cunningham

    Deux films supplémentaires seront très bientôt confirmés.

    AVANT-PREMIERES

    44-Inch Chest (2009) de Malcolm Venville

    Avec Ray Winstone, Ian McShane, John Hurt, Tom Wilkinson

    Archipelago (2011) de Joana Hogg

    Avec Tom Hiddleston, Kate Fahy, Lydia Leonard, Amy Lloyd

    Behold the Lamb (2011) de John McIlduff

    Avec Aoife Duffin, Nigel O’Neill

    Everywhere and Nowhere (2011) de Menhaj Huda

    Avec James Floyd, Adam Deacon, Alyy Khan

    In Love with Alma Cogan (2011) de Tony Britten

    Avec Roger Lloyd-Pack, Niamh Cusack, Gwyneth Strong

    Lou (2011) de Belinda Chayko

    Avec John Hurt, Emily Barclay, Lily Bell- Tindley

    Peter Mullan, A Portrait (2011) documentaire de Philippe Pilard

    Rupture (2011) documentaire de Hugh Hudson

    The Deep Blue Sea (2011) de Terence Davies

    Avec Rachel Weisz, Tom Hiddleston, Simon R. Beale

    The Plague Dogs (1982) Film d’animation de Martin Rosen

    Avec les voix de John Hurt, Christopher Benjamin et James Bolam

    Toast (2011) de S. J. Clarkson

    Avec: Helena Bonham Carter, Freddie Highmore

    Week End (2011) de Andrew Haigh

    Avec Tom Cullen, Chris New

    This is England 86 (2011) de Tom Harper et Shane Meadows

    Avec Andrew Ellis, Andrew Shine, Chanel Crosswell, Vicky McClure

    Première partie réalisée par Tom Harper

    Deuxième partie réalisée par Shane Meadows

    Des films supplémentaires sont à confirmer.

    AVANT-PREMIERES « So Scottish ! »

    You Instead (2011) de David Mackenzie

    Avec Luke Treadaway, Natalia Tena, Matthew Baynton

    The Edge of Dreaming (2011) documentaire de Amy Hardie

    Jig (2011) documentaire de Sue Bourne

    Perfect Sense (2011) de David Mackenzie

    Avec Ewan McGregor, Eva Green

    + 10 courts métrages écossais en partenariat avec The Edinburgh College of Art

    HOMMAGE A JOHN HURT en sa présence

    1984 (1984) de Michael Radford

    Avec John Hurt, Richard Burton, Rozanna Hamilton

    Elephant Man (1980) de David Lynch

    Avec John Hurt, Anthony Hopkins, Anne Bancroft

    The Field (1990) de Jim Sheridan

    Avec John Hurt, Richard Harris, Sean Bean

    The Hit (1984) de Stephen Frears

    Avec John Hurt, Terence Stamp, Tim Roth

    Amour et Mort à Long Island (1997) de Richard Kwietniowski

    Avec John Hurt, Jason Priestley, Fiona Loewi

    Shooting Dogs (2005) de Michael Caton-Jones

    Avec John Hurt, Hugh Dancy

    44-Inch Chest (2009) de Malcolm Venville

    Avec Ray Winstone, Ian McShane, John Hurt, Tom Wilkinson

    Lou (2011) de Belinda Chayko

    Avec John Hurt, Emily Barclay, Lily Bell- Tindley

    The Plague Dogs (1982) Film d’animation de Martin Rosen

    Avec les voix de John Hurt, Christopher Benjamin et James Bolam

    HOMMAGE A HAROLD PINTER (1930-2008)

    En présence de Lady Antonia Fraser

    L’Auteur de Vous partez déjà? Ma vie avec Harold Pinter (Editions Baker Street) échangera avec Philippe Pilard.

    Le Gardien (1963) de Clive Donner

    Avec Donald Pleasance, Alan Bates, Robert Shaw...

    The Servant (1963) de Joseph Losey

    Avec Dirk Bogarde, Sarah Miller, Wendy Craig...

    Le Mangeur de citrouilles (1964) de Jack Clayton

    Avec Anne Bancroft, Peter Finch, James Maron...

    Accident (1967) de Joseph Losey

    Avec Dirk Bogarde, Stanley Baker, Jacqueline Sassard...

    Le Messager (1970) de Joseph Losey

    Avec Julie Christie, Edward Fox, Alan Bates ...

    Le Dernier nabab (1976) de Elia Kazan

    Avec Robert de Niro, Tony Curtis, Robert Mitchum ...

    La Maîtresse du lieutenant français (1981) de Karel Reisz

    Avec Meryl Streep, Jeremy Irons, Hilton Mac Roe

    Le Limier (2007) de Kenneth Brannagh

    Avec Michael Caine, Jude Law, Harold Pinter

    LA LECON D’IMAGE

    «A quoi sert la musique de film? Quels sont les pouvoirs du son sur l’image? » Débat et rencontre en présence d’invités.

    SEANCE "J'écoute le cinéma"

    Le public, installé dans des transats, sur la digue de l’Ecluse face à la mer, pourra écouter « Les grandes partitions classiques britanniques »

    L'ATELIER DE SCENARIO FRANCO-BRITANNIQUE

    8 jeunes scénaristes français et britanniques participeront à l’atelier organisé par l’association Regards Croisés. Ils présenteront leur projet devant un panel de producteurs français et britanniques.

    COMPETITION NFTS / FEMIS

    Deux écoles de cinéma prestigieuses viendront s'affronter au Festival par courts métrages interposés. La NFTS (National Film and Television School) et la FEMIS (Ecole Nationale des Métiers de l'Image et du Son) présenteront chacune trois courts métrages et concourront pour le Prix du meilleur court-métrage

     

    Site officiel du Festival du Film Britannique de Dinard : http://www.festivaldufilm-dinard.fr/

    Sachez enfin que la place de cinéma ne coûte que 5,50 euros...une raison de plus pour ne pas vous priver de ce festival convivial proposant chaque année une sélection de qualité

  • Critique d' « Apocalypse », un documentaire de Daniel Costelle et Isabelle Clarke, actuellement sur France 2

    apoca.jpg

    Il y a deux ans, tout juste, j'avais vu, en avant-première, ce documentaire hors du commun, à la fois terrible et passionnant, que France 2 rediffuse actuellement. Je vous le recommande...tout en sachant que certains passages sont insoutenables, mais sans doute étaient-ils nécessaires. Retrouvez ma critique ci-dessous, publiée suite à l'avant-première qui, je l'espère, vous en convaincra.

    Rediffusions mercredi à 2H40 et 3H45, sur France 2. Prochaine diffusion, dimanche 28 août à 23H05 et 23H55.

    france2a2.jpg

    Hier, France 2 projetait dans ses locaux, en avant-première et en présence de toute l'équipe du film, le premier épisode d' « Apocalypse », la série documentaire en six épisodes  sur la deuxième guerre mondiale réalisée par Daniel Costelle et Isabelle Clarke et diffusée sur France 2 les mardis 8, 15 et 22 septembre, à partir de 20H35.

    Quand un pseudo homme politique français qualifie la shoah de détail sans que plus personne ou presque ne s'en émeuve ; quand un pseudo comique donne la parole aux négationnistes ; quand des informations télévisées interviewent un ancien nazi disant ne rien regretter, ne comprenant même pas ce qu'il devrait « regretter », et vivant paisiblement à l'étranger, se pavanant avec un cynisme abjecte ; quand les partis politiques extrémistes, notamment en Autriche, connaissent des scores aussi élevés qu'incompréhensibles ; quand chaque jour les informations témoignent d'une terrifiante réminiscence et amnésie historiques, et de notre incapacité à tirer les leçons du passé, comment ne pas se dire que le devoir de mémoire est plus que jamais nécessaire, et même vital ?

     Aussi impensable que cela puisse sans doute paraître à ceux qui ont vécu cette tragédie innommable, un peu plus de  60 ans après, 60 ans après  seulement on oublie, on oublie l'indicible, on oublie l'impensable... On oublie de se souvenir. On oublie de tirer les leçons d'un passé si proche. Pour notre génération encore, des hommes, des visages, des traces vivantes, tangibles et palpables nous relient encore à cette tragédie, un lien fragile et ténu mais si précieux. Pour moi, c'est, au collège, le souvenir de déportés venus nous parler de leur calvaire, témoins poignants et dignes dont le souvenir est à jamais resté gravé dans ma mémoire, comme ce numéro inscrit sur leurs bras, marque à jamais indélébile et preuve irréfutable de la folie humaine. C'est le souvenir, aussi, de mon grand-père résistant et de toutes ces questions que je n'ai pu lui poser. Un regret brûlant qui, sans doute, n'a fait qu'accroître le mélange d'intérêt, de perplexité et de terreur que m'a toujours inspiré cette période. Et puis c'est ce vertige incontrôlable, à Colleville-sur-Mer, devant toutes ces croix blanches et la conscience brusque et violente de toutes ces jeunes vies sans visages, sans noms, brisées et sacrifiées.

    Mais qu'en sera-t-il quand ce lien si ténu aura disparu, quand ne restera plus aucun témoin, seulement des croix blanches et des tombes ? Alors... resteront les images. Souvent des images surannées, figées dans le temps, nous paraissant alors d'une époque lointaine, à jamais révolue. Le noir et blanc, l'absence de son parfois créent une distance, finalement confortable. Et c'est avant tout cela qui contribue à faire d' « Apocalypse » un document nécessaire, exceptionnel, poignant, terrifiant, passionnant. C'est d'abord cette reconstitution des couleurs (ici on ne parle plus de colorisation tant chaque couleur a fait l'objet d'une étude minutieuse) qui donne vie et contemporanéité à ces images vieilles de plus de 60 ans. Des images pour la moitié inédites. Hitler, Staline, Mussolini, Goering, Himmler... : la folie a soudain un visage en couleurs plus proche de nous et d'autant plus inquiétant, la traitrise aussi avec Darnand.

    Mais ce ne sont pas seulement eux que nous montre ce documentaire unique c'est aussi tous ces anonymes grâce aux paroles et visages desquels nous sommes immergés dans le quotidien d'alors. Avec la couleur, leurs visages, leurs paroles dîtes par Mathieu Kassovitz, la distance est abolie et l'horreur, l'atrocité de la guerre n'en sont que plus palpables, à la fois compréhensibles et inconcevables.

    Le bruit des bottes résonne, nous entoure, plus terrifiant, plus proche encore. Un bruit saisissant grâce au travail remarquable de Gilbert Courtois dont le perfectionnisme pour reconstituer chaque bruit ( de coup de fusil, d'avion etc) est aussi pour beaucoup dans cette réussite et ce réalisme. La musique de Kenji Kawai souligne judicieusement la force tragique sans l'exacerber, ce qui l'aurait alors amenuisée, décrédibilisée. Peut-être la voix de Daniel Costelle aurait-elle eu plus de poids, de résonance, de conviction que celle de Mathieu Kassovitz mais sans doute le nom et la jeunesse de ce dernier étaient-ils aussi destinés à convaincre les plus jeunes.

     « Apocalypse » multiplie d'ailleurs les prouesses et singularités. C'est aussi le premier documentaire français sur la seconde guerre mondiale vendue en Allemagne, d'ailleurs diffusé dans 150 pays (dont également le Japon et les Etats-Unis). Cela reflète un autre grand intérêt de ce documentaire : celui de montrer le caractère mondial du conflit, que l'horreur n'a pas eu de frontières. Daniel Costelle et Isabelle Clarke ont d'ailleurs eu la judicieuse idée de faire commencer leur documentaire en montrant Berlin saccagée, détruite, meurtrie, elle aussi. Puis un flash back nous fait remonter dans le temps, au temps de l'insouciance puis à la crise économique qui a fait accéder Hitler au pouvoir, en 1933. On redécouvre en images l'emprise qu'il exerçait sur son peuple, le pacte germano-soviétique, l'invasion des Sudètes, les évènements qui ont précédé le 3 septembre 1939 et la déclaration de guerre...

    Alors bien sûr nous connaissons ces évènements historiques (mais le document nous apprendra aussi des évènements moins connus et d'autant plus révélateurs) mais jusqu'alors ces visages et ces évènements ne nous avaient jamais été montrés avec autant de réalisme, correspondant souvent à des dates abstraites sur des manuels d'Histoire; et s'y ajoutent des scènes du quotidien et des « anecdotes » qui font prendre toute la mesure de cette démesure meurtrière que ce chiffre de 50 millions de morts ne parviendra jamais à nous faire envisager tant il est lui aussi monstrueusement inconcevable.

     Le froid redoutable. Les regards  vides de ces hommes qui partent à la guerre et qui, pour certains, ont déjà vécu la précédente. Les gestes brusques, le pouvoir de manipulation d'un dictateur fou, le mystère insondable d'un peuple aveuglé. Des masques à gaz qui emprisonnent des visages angéliques. Et puis ces bruits qui vous glacent le sang et que redoutent encore ceux qui ont vécu la guerre. Tout cela nous heurte, nous réveille, nous révèle finalement tout ce que nous savions sans l'envisager vraiment.

    « Apocalypse », en nous immergeant dans l'atrocité de la seconde guerre mondiale est un plaidoyer vibrant pour la paix, un appel à la vigilance et la conscience des générations actuelles et futures, un témoignage irréfutable sur l'absurdité de la guerre, un cri de désespoir et de révolte face aux oublis et réminiscences de l'Histoire, un document nécessaire pour notre génération et celles à venir, une leçon d'Histoire qui a un visage et un corps en couleurs, une voix rententissante: une âme.

    Je regarderai les 5 autres épisodes et vous encourage fortement à regarder cette série documentaire unique, nécessaire, un travail remarquable (650 heures de rush pour 6 heures de film, 30 mois de travail, 100% d'images d'archives, 50% d'images inédites, 800 plans différents par épisode...),  une pierre indispensable  dans l'édifice colossal qu'est le devoir de mémoire, aussi indispensable que le « Shoah » de Claude  Lanzmann.

    Je vous recommande également le site internet du documentaire extrêmement bien fait avec de nombreux documents inédits et le making off  très instructif.

  • Vidéo- Fanny Ardant dans le clip de Mika "Elle me dit"

    Un petit intermède musical ...mais évidemment toujours lié au cinéma pour vous présenter le nouveau clip de Mika dans lequel vous pourrez retrouver Fanny Ardant...qui décidément ne cesse d'inspirer la jeune génération de chanteurs puisqu'un autre (grand connaisseur et admirateur de Truffaut) lui avait même consacré une chanson (voir deuxième vidéo). Et puisque j'ai déjà eu la chance de voir les deux en concert, le premier en showcase à Paris, le second à la Cigale, retrouvez les liens vers  mes articles ci-dessous:

    -Compte rendu du concert privé de Mika au 1515 , en Avril 2010

    -Concert de Vincent Delerm à La Cigale, en 2006

     

  • Concours - 9 pass supplémentaires pour le Festival du Cinéma Américain de Deauville 2011 à gagner!

    deauville20114.jpg

    Vous êtes déjà nombreux à avoir participé au concours permettant de remporter des pass pour le 37ème Festival du Cinéma Américain de Deauville. La bonne nouvelle, c'est que le festival vient de "m'offrir" 9 pass supplémentaires à faire gagner, soit un par jour. N'hésitez donc pas à tenter votre chance en n'oubliant pas la question facultative qui me permettra de départager les gagnants car nombreux sont déjà ceux qui ont trouvé toutes les bonnes réponses. Vous pouvez dépassé les 500 caractères requis. Bonne chance! Clôture du concours le 25 août.

    Cliquez ici pour accéder au concours!