Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jacques tati

  • Festival du Cinéma et Musique de Film de La Baule 2017 : l'affiche

    cinéma, musique, La Baule, Festival du Cinéma et Musique de Film de La Baule, festival de cinéma, Jacques Tati, affiche, film, In the mood for cinema

    Voici la splendide affiche du Festival Cinéma & Musique de Film de La Baule​ 2017. Vous reconnaîtrez bien sûr la référence à la singulière silhouette de M.Hulot, le célèbre personnage de Tati. Cette 4ème édition du festival fera la part belle aux comédies. L'affiche réalisée par l'artiste Sébastien Dupouey fait ainsi référence au film "Les vacances de M.Hulot" dont le tournage avait eu lieu près de La Baule. Retrouvez le compte rendu des 3 premières éditions du festival sur Inthemoodforcinema.com et voici mon compte rendu de l'édition 2016 : http://www.inthemoodforcinema.com/archive/2016/09/21/festival-du-cinema-et-musique-de-film-de-la-baule-2016-affic-5850721.html

  • Le programme du 60ème Festival de Berlin

    berlin8.jpgAlors que le Festival de Cannes vient de dévoiler le nom de son président pour l'édition 2010, à savoir Tim Burton, dans quelques jours s'ouvrira un autre des trois plus grands festivals de cinéma mondiaux avec Cannes donc et Venise: la Berlinale qui se tiendra dans la capitale allemande du 11 au 21 février 2010.

    Werner Herzog présidera cette 60ème Berlinale.

    En compétition, on notera le très attendu Ghost-writer signé Roman Polanski mais berlinale9.jpgaussi, côté français, "Mammuth" de Gustav Kervern et Benoît Delépine (dans lequel on retrouve Gérard Depardieu, Isabelle Adjani et Yolande Moreau) ou encore "Puzzle" de Natalie Smirnoff, une coproduction franco-argentine. On retrouve également notamment Zhang Yimou, Thomas Vinterberg, Michael Winterbottom parmi les habitués des compétitions festivalières.

    Parmi les films les plus attendus, on trouve "Shutter island" de Martin Scorsese (hors compétition),  "Nine" de Rob Marshall(section spéciale). On note également la présence des français Safy Nebbou (réalisateur du très beau "Le cou de la girafe) pour "L'autre Dumas" et Sylvain Chomet pour "L'Illusionniste" (sur un scénario inédit de Jacques Tati).

    Le Jury:
    Werner Herzog président du jury (Réalisateur, Allemagne)
    Renee Zellweger (Actrice, Etats-Unis)
    Yu Nan (Actrice, Chine)
    Nuruddin Farah (Ecrivain, Somalie)
    Cornelia Froboess (Artiste, Allemagne)
    José Maria Morales (Producteur, Espagne)
    Francesca Comencini (Réalisatrice, Italie)

    Films présentés en compétition officielle:

    ghostwriter.jpg


    Tuan Yuan de Wang Quan'An - Film d'ouverture
    Mammuth
    de Gustave Kervern et Benoît Delépine
    Puzzle de Natalia Smirnoff (Argentine, France)
    A Simple Noodle Story de Zhang Yimou (Chine)
    Submarino de Thomas Vinterberg (Danemark)
    Caterpillar de Koji Wakamatsu (Japon)
    A Family de Pernille Fischer Christensen (Danemark)
    A Somewhat Gentle Man de Hans Petter Moland (Norvège)
    If I Want To Whistle, I Whistle de Florin Serban (Suède, Roumanie)
    Greenberg de Noah Baumbach (Etats-Unis)
    Howl de Rob Epstein et Jeffrey Friedman (Etats-Unis)
    Jud Sub : Film Ohne Gewissen d'Oskar Roehler (Allemagne, Autriche)
    How I Ended This Summer d'Alexei Popogrebsky (Russie)
    Shahada de Burhan Qurbani (Allemagne).
    The Killer Inside Me de Michael Winterbottom (Etats-Unis ; Grande-Bretagne)
    The Ghost-writer de Roman Polanski (France, Allemagne, Royaume-Uni)
    Bal de Semih Kaplanoglu
    Der Räuber de Benjamin Heisenberg
    Na Putu de Jasmila Zbanic
    Shekarchi de Rafi Pitts

    Films présentés hors compétition:

    shutterisland.jpg

     

    Exit Through The Gift Shop de Banksy
    The Kids Are All Right de Lisa Cholodenko (Etats-Unis, France)
    Please Give de Nicole Holofcener (Etats-Unis)
    Shutter Island de Martin Scorsese
    Otôto de Yoji Yamada - Film de clôture
    My Name Is Khan de Karan Johar

    Films présentés dans la section spéciale:

    dumas.jpg


    L'Autre Dumas de Safy Nebbou
    Boxhagener Platz de Matti Geschonneck
    Cosa Voglio Di Più de Silvio Soldini
    Big Soldier de Ding Sheng
    Die Friseuse de Doris Dorrie
    Gishiki de Nagisa Oshima (1971)
    Henri Iv de Jo Baier
    L'Illusionniste de Sylvain Chomet
    Ingelore de Frank Stiefel
    Metropolis de Fritz Lang (1925 - Version restaurée)
    Moloch Tropical de Raoul Peck
    Nine de Rob Marshall
    Pauline à La Plage de Eric Rohmer (1983)
    Peepli Live de Anusha Rizvi
    Revolucion - Un film collectif de Mariana Chenillo, Fernando Eimbcke, Amat Escalante, Gael García Bernal, Rodrigo García, Diego Luna, Gerardo Naranjo, Rodrigo Plá, Carlos Reygadas, Patricia Riggen
    Su Qi Er de Yuen Woo Ping
    World On A Wire de Rainer Werner Fassbinder (1973)
    State Of Security de Michèle Ohayon
    Trace Of The Bears de Hans-Christoph Blumenberg
    Daving Dreams de Anne Linsel et Rainer Hoffmann
    Michel Ciment, Le Cinéma En Partage de Simone Lainé
    Kinshasa Symphony de Claus Wischmann et Martin Baer
    How Much Does Your Building Weigh, Mr. Foster ? de Norberto Lopez et Carlos Carcas
    Nuremberg : Its Lesson For Today de Stuart Schullerg

    Pour en savoir plus rendez-vous sur le site officiel de la Berlinale.

  • L'affiche de l'exposition Tati censurée ou l'absurdité à son paroxysme...

    tati234.jpg
    Tati1.jpg

    Je vous parlais il y a quelques jours de la passionnante exposition consacrée à Tati à la Cinémathèque Française (Cliquez ici pour lire mon article), une exposition qui fait aussi parler d'elle pour une raison d'une absurdité toute tatiesque que ce dernier aurait certainement tournée en dérision tant elle est grotesque, voire consternante.

    Sur l'affiche de la rétrospective et de l'exposition, le cinéaste arbore son indissociable pipe mais sur l'affiche diffusée dans le métro et les bus, la pipe a disparu, remplacée par... un moulin à vent ! C'est Métrobus, la régie publicitaire de la RATP, qui a pris cette décision : estimant que  " l’affiche était contraire à la loi" (en réalité la loi Evin, lequel Evin vient justement de juger cette décision ridicule). Si cette loi me semble particulièrement juste et nécessaire, son application en l'espèce me laisse pantoise! Va-t-il bientôt falloir supprimer toutes les scènes de films dans lesquelles des acteurs fument ou boivent? C'est d'autant plus ridicule que cette représentation est celle de M.Hulot et non vraiment de Tati lui-même. C'est donc ici un personnage. Cette suppression semble sous-entendre que nous ne saurions faire la distinction entre la fiction et la réalité ou entre une campagne publicitaire prônant le tabagisme et un objet métonymique donc indissociable d'un personnage de fiction, et donc un symbole artistique, tout comme le célèbre tableau de Magritte, "La trahison des images", dont on se demande bien quel sort pourrait lui être réservé!

     La Cinémathèque Française a parlé d'une mesure "absurde et risible"... d'autant que M.Hulot, le héros de Jacques Tati, n'allume jamais sa pipe dans aucun de ses films ! 

    J'en profite pour vous signaler qu'en plus de l'exposition et la rétrospective à la Cinémathèque, le Centre d'Art contemporain le 104 propose de visiter une reconstitution grandeur nature de la Villa Arpel, celle qui a servi de décor au film "Mon Oncle".

    angeset2.jpg

    Ron Howard vient lui aussi d'être victime de cette censure absurde, Métrobus ayant refusé d'afficher cette publicité pour le film "Anges et Démons" de Ron Howard, au motif qu'elle comporte l'interrogation "Que nous cache le Vatican ?" se rapportant au film et Métrobus se réfugiant derrière son droit de réserve en invoquant "Nous sommes tenus à une neutralité et il nous est interdit de faire quelque communication à caractère politique que ce soit". Sans commentaires...

    Sandra.M

  • Exposition « Jacques Tati : deux temps, trois mouvements » à la Cinémathèque Française ou un « jour de fête » pour quelques blogueurs privilégiés

    Tati4.jpg
    Après une petite semaine de vacances, l’actualité cinématographique quotidienne est de retour sur Inthemoodforcinema.com …

    cinémathèque2.jpgHier midi, à l’occasion de l’exposition consacrée à Jacques Tati intitulée « Tati, deux temps, trois mouvements » qui s’ouvre aujourd’hui au public, la Cinémathèque Française a eu la (très) bonne idée  d’organiser une visite en avant-première réservée à une petite dizaine de blogueurs , une visite  très privilégiée puisque présentée par le passionné et passionnant directeur de la Cinémathèque Serge Toubiana et commentée par ses tout aussi passionnés et passionnants commissaires Macha Makeïeff (également scénographe de l’exposition) et  Stéphane Goudet et suivie d’un déjeuner dans le tout nouveau restaurant de la Cinémathèque,  « Le 51 » (qui ouvre également ses portes ce 8 avril) en la compagnie de ces guides d’exception.

    Je ne compte plus les formidables, singulières, ou parfois même insolites expériences que m’ont permis de vivre mes blogs depuis quatre ans, celles-ci s’intensifiant considérablement depuis la fin 2008, et celle d’hier, fait indéniablement pour moi partie des meilleures : d’abord parce que la Cinémathèque est le lieu par excellence des cinéphiles (mais pas seulement d’ailleurs, certains l’imaginent à tort figée dans le cinéma d’hier alors que cette magnifique institution créée par Langlois et Franju en 1936 et qui a déménagé en 2005 du Palais de Chaillot au bâtiment construit par l’architecte Franck Gehry, rue de Bercy, sait admirablement concilier modernité et restauration ou mise en valeur des films anciens, cinéma d’hier et d’aujourd’hui, et réjouir les simples amateurs de cinéma autant que les cinéphiles ), ensuite parce que « PlayTime » fait pour moi partie de ces (rares) films  intemporels et universels, d’une modernité, d’une beauté, d’une poésie, d’une drôlerie,  d’une inventivité, d’une portée sidérantes, et que j’étais donc particulièrement enthousiaste à l’idée de m’immerger ainsi « in the mood for Tativille ».

     L’intérêt et l’originalité de cette passionnante exposition qui ravira autant les inconditionnels de Tati que ceux qui ignorent tout de son œuvre, est en effet de nous le faire découvrir ou redécouvrir grâce à la scénographie très inspirée de Macha Makeïeff nous immergeant dans l’atmosphère visuelle et sonore, plastique et musicale de l’univers si particulier et fascinant, tout en folie, déplacement et transparence de Jacques Tati, décloisonnant et perturbant judicieusement l’espace. Cette exposition nous désoriente ainsi joyeusement tels les manèges que le cinéaste affectionnait, nous plongeant dans cette modernité intrigante, inquiétante même parfois, qu’il a si bien su disséquer et détourner, l’exposition intégrant également le décor parisien d’aujourd’hui comme la Grande Bibliothèque qui fait face au bâtiment de Franck Gehry.

    Tati8.jpg A l’image des films de Jacques Tati, cette exposition est une sollicitation permanente pour la vue et pour l’ouïe qui,  comme les films de Tati, responsabilise le spectateur/visiteur. Vous apprendrez aussi beaucoup sur Tati  (de ses 400000 entrées pour « PlayTime » qui engloutira son argent et son énergie, de sa part de rayonnement et aussi d’ombre et notamment de son désir de « disperser « M Hulot, à la figuration de César dans « Les vacances de M.Hulot »… ), l'exposition faisait preuve du même souci du détail que le cinéaste, et irez à sa rencontre autant par des objets métonymiques aussi indissociables du cinéaste que l’était Chaplin de son chapeau et sa canne que par des œuvres qui ont eu une résonance avec son travail, par exemple grâce au parallèle établi entre « Trafic », « Crash » de Cronenberg et « Week end » de Godard mais aussi avec « Nighthawks » d’Edward Hopper…

      L’exposition est aussi parsemée de citations du cinéaste qui éclairent son œuvre : « Si j’avais su dessiner, j’aurais pu être caricaturiste », « La vedette est avant tout le décor » (idée que reflète parfaitement cette exposition dont la vedette est aussi avant tout le décor, mais aussi d’ailleurs son visiteur, qui en est aussi un acteur), ou encore « Nous appartenons à une génération qui éprouve le besoin de se mettre en vitrine » qui pourrait avoir été prononcée aujourd’hui.

    tati5.jpg
    Tati7.jpg

     Son chef d’œuvre  « PlayTime » qui est pourtant sorti en 1967, il y a donc plus de 40 ans, pourrait ainsi avoir été réalisé aujourd’hui tant il paraît d’une étonnante clairvoyance et modernité, et refléter notre époque avide de transparence et souvent aveugle à ce qui l’entoure, tonitruante et sourde, utra « communicationnel » et parfois tellement égocentrique voire égoïste, ouverte et cloisonnée, où les technologies compliquent parfois les rapports humains alors qu’elles devraient les faciliter, d’une modernité  aliénante (de l’uniformisation de l’architecture, au rôle de la télévision en passant par l’influence de la société de consommation), déshumanisante et parfois inhumaine, tout ce que Tati savait déjà si bien tourner en dérision, et envelopper dans un vaste manège parfois, contrairement à ce qu’on pourrait croire, plus désenchanté qu’enchanté, en tout cas enchanteur.

     Quel cinéaste arrive aujourd’hui à construire des plans (souvent des plans séquence et des plans d’ensemble) d’une telle richesse, d’une  telle densité, d’une telle polysémie avec un tel travail sur le son, les couleurs, l’organisation en apparence désorganisée de l’espace, créant un univers tellement singulier à la fois absurde et clairvoyant, tendre et mélancolique ?  PlayTime est un bijou burlesque d’une beauté inégalée qui nous embarque dans son univers aussi gris que fantaisiste, aussi absurde que réaliste : Tati met ainsi en lumière les paradoxes de notre société par un cinéma lui-même en apparence paradoxal, mais savamment orchestré. Ah, la séquence du Royal Garden  dans « PlayTime » ! Quelle lucidité. Quelle drôlerie ! Quel discernement ! Quelle folie savante et poétique ! Quel sens du détail ! Quel talent tout simplement. 45 minutes d’une inventivité et d’une intelligence jubilatoires et incomparables ! Et quelle confiance accordée au spectateur (et à son regard) qu'on cherche si souvent aujourd'hui à infantiliser... Un tourbillon spectaculaire, une récréation savoureuse dont le spectateur fait partie intégrante. Il y aurait tant à dire encore sur "PlayTime"!

    tati6.jpgCette exposition nous apprend aussi que Tati avait signé deux scénarii inédits, et que l’un d’entre eux intitulé « L’illusionniste », un film d’animation (se déroulant, dans sa nouvelle version, à Edimbourg et mettant en scène Jacques Tati) a été tourné par Sylvain Chomet et sortira prochainement, un film sur le rapport au music hall, une œuvre inédite qui ne sera malheureusement pas prête pour le Festival de Cannes où Sylvain Chomet avait déjà enchanté les festivaliers  avec « les Triplettes de Belleville », mais qui devrait sortir en mai 2009. Ces derniers pourront néanmoins se consoler avec la version restaurée des « Vacances de M.Hulot » qui devrait y être projetée.  Tati n’a pas fini de résonner et d’influencer le cinéma : de Truffaut (qui lui rend hommage dans « Domicile conjugal » reprenant le gag du fauteuil de « PlayTime ») à Lynch ou Kaurismaki.

     A l’image de Tati qui disait, « Le film commence quand vous quittez la salle » (d’où l’absence de générique de fin dans « PlayTime »), Macha Makeïeff souhaite que l’exposition commence quand nous quittons la salle et résonne en nous, objectif pleinement rempli. Les deux temps font ici référence à la couleur et au noir et blanc, puisque le visiteur remonte le temps, mais aussi à ce qui a inspiré Tati, et notamment toute la tradition burlesque mais aussi à la manière dont il continue à vivre aujourd’hui puisque l’exposition présente aussi de nombreuses œuvres d’étudiants d’écoles d’art mises en parallèle avec le travail de Tati mais ces deux temps pourraient aussi faire référence à cette idée de deuxième temps qui débute une fois l’exposition terminée.

     Une exposition ludique et instructive qui, à l’image des films de Tati, nous déconcerte et nous ensorcelle, nous interpelle et nous responsabilise, faisant intelligemment, voire malicieusement , résonner la forme et le fond, œuvres d’hier et d’aujourd’hui,  et qui  fait aussi appel à notre part d’enfance,  et nous laisse comme la vision d’un film de Tati : les yeux sans cesse émerveillés, écarquillés devant chaque trouvaille, en redemandant encore, insatiables et fascinés. Et cela tombe bien puisque, à l’occasion de cette exposition, de nombreux évènements sont organisés autour de Jacques Tati, nous permettant de satisfaire cette soif insatiable : les visites inattendues, les balades architecturales, évidemment une programmation de ses films, mais aussi de plusieurs films "sous influence tatiesque". Et puis des conférences, des lectures, un concert...

    Un hommage iconoclaste, à la fois actuel et à contretemps, à l'image du cinéaste (Jacques Tati aurait eu 102 ans en 2009) vivement recommandé par Inthemoodforcinema.com  

     Comptez environ 1H30 si vous voulez profiter pleinement de cette exposition.

     Pour finir, une citation d’actualité puisqu’elle est signée Colette (dont Stephen Frears a adapté « Chéri », aujourd’hui au cinéma dont vous pourrez lire la critique sur Inthemoodforcinema.com ) "Désormais, je crois que nulle fête, nul spectacle d'art et d'acrobatie, ne pourront se passer de cet étonnant artiste qui a inventé quelque chose... Quelque chose qui participe de la danse, du sport et du tableau vivant. (...) En Jacques Tati cheval et cavalier, tout Paris verra, vivante, sa créature fabuleuse : le centaure."

     A voir également absolument en ce moment, à la Cinémathèque: la rétrospective André Téchiné (Cliquez ici pour lire ma critique de son dernier film, "La Fille du RER"), jusqu'au 12 avril 2009.


    INFORMATIONS PRATIQUES

    Tati1.jpg

     

    Exposition du 8 Avril au 3 Août 2009 à La Cinémathèque Française, 51 rue de Bercy, 75012 Paris

    Informations : 01-71-19-3 3-33

    Du lundi au samedi de 12H à 19H, nocturne le jeudi jusqu’à 22H. Dimanche de 10H à 20H. Fermeture le mardi.

    Déambulations introductives , le samedi et le dimanche, à partir de 16H

    Balade archiecturale : le dimanche matin à 11H

    Tarifs de l’exposition : 8 euros Tarif réduit : 6,5 euros moins de 18 ans : 4 euros Carte Cinétudiant : 5,5 euros Libre Pass accès libre Forfait expo + film ou musée : 10 euros

     Avec aussi : les visites inattendues, les balades architecturales, Une exposition, une programmation de ses films, mais aussi de plusieurs films "sous influence tatiesque". Et puis des conférences, des lectures, un concert...

    Exposition du 8 Avril au 3 Août 2009

    Site internet de la Cinémathèque :  http://www.cinematheque.fr   

    Blog de Serge Toubiana:   http://blog.cinematheque.fr/

     FILMOGRAPHIE DE JACQUES TATI

     Né Jacques Tatischeff, le 9 octobre 1908 à Le Pecq (Yvelines ) et décédé le 5 novembre 1982 à Paris d’une embolie pulmonaire. Il a obtenu l’Oscar du meilleur film étranger pour « Mon Oncle » en 1959 et un César pour l’ensemble de son œuvre en 1977.

     En tant qu’acteur :

    Parade (1974), de Jacques Tati

    Trafic (1971), de Jacques Tati

     Playtime (1967), de Jacques Tati

     Mon oncle (1958), de Jacques Tati

     Les Vacances de M. Hulot (1953), de Jacques Tati

     Jour de fête (1949), de Jacques Tati

    Le Diable au corps (1947), de Claude Autant-Lara

     L'Ecole des facteurs (1947), de Jacques Tati

     Sylvie et le Fantôme (1945), de Claude Autant-Lara

     En tant que réalisateur :

     Parade (1974)

     Trafic (1971)

     Play Time (1967)

     Mon oncle (1958)

     Les Vacances de M. Hulot (1953)

     Jour de fête (1949)

     L'Ecole des facteurs (1947)

     Gai Dimanche (1936)

     Les Courts métrages de Jacques Tati

     En tant que scénariste :

     L'Illusionniste (2009), de Sylvain Chomet

     Parade (1974), de Jacques Tati

    Trafic (1971), de Jacques Tati

     Play Time (1967), de Jacques Tati

     Mon oncle (1958), de Jacques Tati

     Les Vacances de M. Hulot (1953), de Jacques Tati

     Jour de fête (1949), de Jacques Tati

      L'Ecole des facteurs (1947), de Jacques Tati

    Autres blogs présents hier sur lesquels vous trouverez très certainement des commentaires sur cette exposition: http://365joursouvrables.blogspot.comhttp://25images.over-blog.com/;  http://fromafog.blogspot.com/;  http://www.lecoindeloeil.com/index.php;  http://ruinescirculaires.free.fr/;  http://spectresducinema.blogspot.com/;  http://www.lesnouveauxcinephiles.com/;  http://www.buzzeum.com/blog/;  http://just4exhibitions.blogspot.com/;  http://www.stardust-memories.com/http://laternamagika.wordpress.com;  http://www.poptronics.fr/

    La bande-annonce de "Playtime"