Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

francis ford coppola

  • « Cotton club » de Francis Ford Coppola avec Richard Gere, Diane Lane, Nicolas Cage…

    cotton1.jpg

    cotton2.jpgCiné cinéma club diffusait avant-hier « Cotton club », l'occasion pour moi de découvrir ce film de Coppola de 1984, adapté d'un livre de James Haskins, dont l'intrigue  se déroule pendant les années folles et débute en pleine prohibition, dans le célèbre club de Harlem.

    La prohibition a alors engendré une vague de violence sur l'Amérique. A New York, au célèbre  « Cotton Club »,  se côtoient membres de la pègre, politiciens et stars du moment. C'est là que Dixie (Richard Gere), trompettiste de jazz  sauve la vie de Dutch (James Remar), un chef de gang. Ce dernier se sentant « redevable » fait alors travailler Dixie pour lui comme pianiste et homme de compagnie de sa maîtresse, Vera Cicero (Diane Lane). Dixie commence une liaison aussi secrète que tumultueuse avec celle-ci mais lassé de cette situation et d'être l'homme à tout faire de Dutch, il passe au service de Madden (Bob Hoskins), un autre gangster, propriétaire du Cotton club. Pendant ce temps, Sandman (Gregory Hines), un danseur de claquettes noir est engagé dans ce même club.

    Quel que soit le sujet, même s'il excelle dans le « film de gangsters », le style Coppola ne cessera jamais de m'éblouir par la fluidité vertigineuse  de ses mouvements de caméra, son apparente facilité à faire s'entrecroiser des destins, par la beauté ensorcelante de la photographie et l'amour du cinéma qui transpire dans chacun de ses plans et de ses films, a fortiori dans celui-ci.

    Un peu comme Hitchcock pour qui les scènes d'amour devaient être filmées comme des scènes de crimes et les scènes de crimes comme des scène d'amour, les meurtres sont ici filmés comme des ballets passionnés et les chorégraphies avec rage et violence, les deux finissant par s'entrecroiser et se confondre, par la magie du montage, dans une danse filmique endiablée et fascinante.

    A travers le célèbre club de Harlem où Duke Ellington devint célèbre, où dans la même soirée pouvaient se côtoyer  Gloria Swanson, Chaplin et James Cagney tout en restant le quartier général de la mafia italienne à New York, Coppola rend hommage à toute une époque au sein de laquelle il nous plonge avec lyrisme.

    Les destins du danseur de claquettes noir romantique et celui du trompettiste aussi passionné finalement assez similaires vont se frôler sans jamais se croiser réellement comme les deux communautés auxquelles ils appartiennent même si la jeune métisse Lila Rose (Lonette McKee) fait le lien entre les deux et montre que tout est compliqué pour une communauté à la fois victime d'ostracisme et célébré sur la scène du Cotton club. C'est là que Sandman et Dixie brilleront sous les feux de la rampe.

    cotton3.jpg

     Diane Lane incarne à la perfection la vamp arriviste, faussement cynique et Richard Gere (mais où est-il passé au fait ??) le musicien passionné pris entre les feux de la rampe, de la passion et de la mafia. Ils forment un couple explosif qui rappelle ceux  de l'âge d'or du cinéma américain et que Coppola sait si bien magnifier que ce soit lors d'une scène d'amour en ombres chinoises ou lors d'une danse d'une violence passionnée.

    Coppola n'a pas son pareil pour mêler passion et violence, mythe et gangstérisme, cinéma et spectacle   même si son film, aussi spectaculaire soit-il,  pas immédiatement séduisant, un peu comme un air de jazz, mérite, pour être réellement apprécié, d'être considéré  avec attention, le cinéaste ne cédant jamais à la facilité ou aux ficelles hollywoodiennes, ce qui explique sans doute -en partie-  son cuisant échec.

    Ce film reste un magnifique hommage aux années folles, au jazz, au music hall, aux comédies musicales, au cinéma de toute une époque que la fin, par un clin d'œil filmé avec maestria, entraîne sur une nouvelle voie particulièrement réjouissante.

     Retrouvez de nombreuses autres critiques de classiques du cinéma dans la rubrique "Gros plan sur des classiques du 7ème art" ou en cliquant ici.