Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

marion cotillard - Page 5

  • Critique - "Public Enemies" de Michael Mann, ce soir, à 20H45, sur France 4

    publicenemies2.jpg
    publicenemies1.jpg
    publicenemies5.jpg

     « Public Enemies » de Michael Mann, lors de sa sortie, était un film attendu, pour son sujet, l’utilisation de la caméra numérique HD, mais évidemment surtout pour ses acteurs principaux (Johnny Depp et Marion Cotillard dans son premier grand rôle américain, auréolée de son Oscar de la meilleure actrice pour « La Môme ») et pour son réalisateur, Michael Mann, qui a multiplié les nominations aux Oscars ces dernières années (notamment celles du meilleur film, meilleur réalisateur et meilleur scénario pour « Révélations »).

     

    « Public Enemies » est le onzième long-métrage de Michael Mann et l’adaptation du roman éponyme de Bryan Burrough inspiré de l’histoire de John Dillinger (Johnny Depp), un braqueur de banques qui a réellement existé et qui a déjà inspiré de nombreux cinéastes (Johnny Depp est ainsi le dixième acteur à l’incarner) et a fortiori l’époque dans laquelle il évolua, celle de la Grande Dépression. Considéré comme « l’ennemi public n°1 » par le patron du FBI, John Edgar Hoover (Billy Crudup), il sera traqué inlassablement par l’agent fédéral Melvin Purvis (Christian Bale).

    publicenemies3.jpg

     

    publicenemies4.jpg

     

    Ce qui marque d’abord c’est le dépouillement, l’élégance et la noirceur : de la mise en scène, du personnage principal, de l’atmosphère. En résulte une sensation immédiate d’immersion, de réalisme et d’intemporalité, cette dernière étant renforcée par le sujet terriblement actuel : des citoyens dépouillés par les banques, victimes de la Grande Dépression. Un braqueur va, en dévalisant ces banques, d’une certaine manière, les venger. Ce braqueur c’est donc John Dillinger, mélange de dureté et d’audace, d’élégance et d’insolence, incarné par Johnny Depp dont cela va devenir un pléonasme de dire qu’il est parfait dans un rôle, mais il l’est ,encore, dans celui de ce charismatique personnage.

     

    Ce dépouillement et ce réalisme (essentiellement lié à l’utilisation de la caméra numérique HD, et du recours aux longues focales) s’ils décontenancent d’abord contribuent à l’originalité de ce nouveau long-métrage de Michael Mann, à impliquer le spectateur et à accroître son empathie pour John Dillinger que le film s’attache essentiellement à suivre, délaissant un peu les personnages secondaires (mais les esquissant suffisamment pour que l’intrigue soit limpide). Se crée alors une sorte de miroir entre l’acteur, mythe cinématographique, et celui qu’il incarne, devenu un héros pour une population en quête de vengeance et de repères.

     

    John Dillinger s’érige et est érigé en héros, et nargue les autorités avec une audace jouissive pour le spectateur, un aspect jubilatoire renforcé par une musique trépidante et réjouissante (signée Elliot Goldenthal) et des scènes lyriques filmées avec emphase et virtuosité et comme celles d’un western.

     

    Dans une société, la nôtre, avide de modèles et de renommée, à tout prix, un tel héros pourrait évidemment émerger, et la sensation d’intemporalité, de réalisme que crée la mise en scène est encore renforcée par cette idée finalement très contemporaine. En 13 mois, le vrai John Dillinger parvint à fasciner les Américains, à tel point qu’il se montrait sans crainte en public.

     

    L’ambitieuse Billie Frechette (Marion Cotillard), Indienne d’origine française, elle aussi, est fascinée, par cet homme qui veut tout, tout de suite, par ce personnage d’une troublante et séduisante insolence, épris de liberté, de célébrité. Elle aussi a une revanche à prendre. Du couple qu’elle forme avec John Dillinger émane un romantisme fatal et ténébreux qui renforce la mélancolie, mais aussi la force et la beauté sombre de l’ensemble. Là encore, elle n’est pas filmée comme une femme fatale et lointaine comme c’est souvent le cas dans les films noirs qui relatent cette période, mais avec réalisme, renforçant la sensation de contemporanéité.

     

    Et puis comme dans tout western il faut un duel, une confrontation obstinée, ici c’est celle qui oppose Dillinger à Purvis (et à travers ce dernier à Hoover). C’est d’ailleurs pour vaincre des gangsters tels que Dillinger que sera créée la première police fédérale aux Etats-Unis : un certain… FBI. C’est un duel impitoyable qui, évidemment, ne peut que se terminer dans la tragédie, je vous laisse découvrir pour qui.

     

    Et pour ceux qui, comme moi, trouveraient que la fin est exagérée en coïncidences troublantes, sachez que l’anecdote du film « Ennemi public n°1 » ( « Manhattan Melodrama ») que va voir Dillinger est réelle. C’est aussi l’occasion d’un nouveau duel, entre l’image qui figure sur l’écran (de Clark Gable) et celle de Dillinger qui la regarde avec fierté, voyant en ce dernier son propre reflet, son incarnation mythique.

     

    Je vous laisse juge de la fin, peut-être un peu expéditive (à l’image de la psychologie des personnages) au regard de ce film qui nous tient en haleine et crée une tension sans cesse croissante et nous laissait espérer un final paroxystique mais après tout c’est aussi à l’image de ce personnage pour qui tout devait aller vite, et donc finir vite.

     

    Un divertissement de haute qualité dans lequel la singularité de la forme enrichit le fond, contribuant au plaisir et à l’immersion du spectateur : vous auriez donc tort de vous priver de ces « Public Enemies » à la rencontre explosive desquels Inthemoodforcinema.com vous recommande vivement d’aller…

    Lien permanent Imprimer Catégories : A VOIR A LA TELEVISION Pin it! 0 commentaire
  • Le palmarès des Golden Globes 2013 en direct sur mycineplus.fr

    golden.jpg

    La cérémonie des Golden Globes 2013 aura lieu dans la nuit du dimanche 13 au lundi 14 janvier.  Pour la première fois, vous pourrez suivre cet événement à partir de 0h55 (tapis-rouge et cérémonie), en clair et en exclusivité web pour la France sur le site suivant : http://www.mycineplus.fr/ .Pierre Zéni et Ramzi Malouki entourés de chroniqueurs et de professionnels du cinéma commenteront les grands moments de ce rendez-vous incontournable du cinéma, antichambre des Oscars. En attendant, retrouvez les nominations complètes ci-dessous et mes critiques des films nommés.

    C’est Steven Spielberg qui figure en tête des nominations pour « Lincoln ».  A noter : la nomination de Marion Cotillard pour « De rouille et d’os » dans la catégorie « meilleure actrice dramatique ». Deux films français sont nommés dans la catégorie meilleur film en langue étrangère : « Intouchables » et « De rouille et d’os » : ma préférence va (très) largement vers le film de Jacques Audiard. Ils se retrouveront notamment face à la palme d’or du Festival de Cannes 2012, « Amour » de Michael Haneke, mais aussi face au très beau premier film danois « Royal affair »

    Retrouvez mes critiques de films nommés suivant en cliquant sur leurs titres :

    "Lincoln"

    « Argo »

    « L’Odyssée de Pi »

    « Amour »

    « De rouille et d’os »

    « Royal affair »

    « Skyfall »

    Meilleur film (Drame)

    Argo

    Django Unchained

    L’Odyssée de Pi

    Lincoln

    Zero Dark Thirty

    Meilleur film ( Comédie musicale)

    Indian Palace

    Les Misérables

    Moonrise Kingdom

    Des saumons dans le désert

    Happiness Therapy

    Meilleur réalisateur

    Ben Affleck, Argo

    Kathryn Bigelow, Zero Dark Thirty

    Ang Lee, L’Odyssée de Pi

    Steven Spielberg, Lincoln

    Quentin Tarantino, Django Unchained

    Meilleur acteur dramatique

    Daniel Day-Lewis, Lincoln

    Richard Gere, Arbitrage

    John Hawkes, The Sessions

    Joaquin Phoenix, The Master

    Denzel Washington, Flight

    Meilleure actrice dramatique

    Jessica Chastain, Zero Dark Thirty

    Marion Cotillard, De rouille et d’os

    Helen Mirren, Hitchcock

    Naomi Watts, The Impossible

    Rachel Weisz, The Deep Blue Sea

    Meilleure actrice dans une comédie musicale

    Emily Blunt, Des saumons dans le désert

    Judi Dench, Indian Palace

    Jennifer Lawrence, Happiness Therapy

    Maggie Smith, Quartet

    Meryl Streep, Tous les espoirs sont permis

    Meilleur acteur dans une comédie musicale

    Jack Black, Bernie

    Bradley Cooper, Happiness Therapy

    Hugh Jackman, Les Misérables

    Ewan McGregor, Des saumons dans le désert

    Bill Murray, Week-end royal

    Meilleur acteur dans un second rôle

    Alan Arkin, Argo

    Leonardo DiCaprio, Django Unchained

    Philip Seymour Hoffman, The Master

    Tommy Lee Jones, Lincoln

    Christoph Waltz, Django Unchained

    Meilleur actrice dans un second rôle

    Amy Adams, The Master

    Sally Field, Lincoln

    Anne Hathaway, Les Misérables

    Helen Hunt, The Sessions

    Nicole Kidman, Paperboy

    Meilleur film en langue étrangère

    Intouchables

    Amour

    De rouille et d’os

    Royal Affair

    Kon-Tiki

    Meilleur film d’animation

    Rebelle

    Frankenweenie

    Hôtel Transylvanie

    Les Cinq Legendes

    Les Mondes de Ralph

    Meilleur scénario

    Zero Dark Thirty

    Lincoln

    Happiness Therapy

    Django Unchained

    Argo

    Meilleure musique originale

    L’Odyssée de Pi

    Argo

    Anna Karénine

    Cloud Atlas

    Lincoln

    Meilleure chanson

    For You (pour Act of Valor)

    Not Running Anymore (pour Stand up Guys)

    Safe and Sound (pour Hunger Games)

    Skyfall (pour Skyfall)

    Suddenly (pour Les Misérables)

  • Critique - "Le dernier vol" de Karim Dridi, ce soir, à 20H45, sur France 3

    Ce soir sur France 3, à 20H45, sera diffusé "Le dernier vol" de Karim Dridi avec Marion Cotillard, Guillaume Canet... Retrouvez, ci-dessous, ma critique publiée lors de la sortie du film.

    derniervol.jpg

    En cette période hivernale et glaciale rien de mieux qu'un petit voyage dans le Sahara Français pour se réchauffer. C'est en effet là que nous embarque Karim Dridi, en 1933. C'est là aussi que l'aventurière et aviatrice Marie Vallières de Beaumont (Marion Cotillard) recherche l'homme qu'elle aime, le Britannique Lancaster, disparu lors d'une tentative de traversée Londres/ Le Cap en avion. Suite à une tempête de sable, elle est contrainte de poser son biplan près d'un poste de « méhariste » français en plein désert. Touché par son infaillible détermination, Antoine Chauvet (Guillaume Canet), un lieutenant en conflit avec sa hiérarchie, décide de l'aider dans sa quête désespérée. Il la conduira alors aux confins du Ténéré... et d'eux-mêmes.

    Tout dans ce film me faisait craindre le « coup marketing » sans fond, sans âme, crainte confirmée lors des premières minutes lors desquelles la direction d'acteurs plus qu'approximative m'empêchait de voir autre chose et puis... et puis... sans doute cela s'appelle-t-il le miracle du cinéma, et puis ensuite je me suis retrouvée complètement fascinée par ce désert grandiose et hostile, fascinant et inquiétant et par cette histoire de quête obsessionnelle dont les vraies raisons apparaissent progressivement.

    J'ai aimé ce par quoi les deux acteurs principaux ont apparemment été charmés : la beauté ténébreuse et périlleuse du désert, mais surtout le temps laissé au temps. Le temps de laisser les émotions naitre sans jamais les forcer. Le temps d'éprouver les sensations des personnages. La solitude. L'égarement. Le temps de confronter leur désir d'aimer à l'amour véritable. L'enfermement paradoxal dans un lieu à l'horizon infini qu'un cadre restreint, cernant leurs visages, symbolise.

    On se laisse envoûter par les formes voluptueuses du désert, la beauté parfois douloureuse du silence comme ils le seront l'un par l'autre, contre toute attente. Marion Cotillard tout en détermination aveugle, et Guillaume Canet, rebelle indépendant, en défenseur ardent des touaregs, forment un beau duo et la première prouve que moins elle use d'artifices, plus son jeu est juste et intense. A noter également : la très belle présence de Guillaume Marquet, enfermé dans ses certitudes.

    Dans ce dénuement impossible de mentir, et c'est leur propre vérité qui naitra. Malgré un dénouement, lui en revanche attendu, notre attention, comme dans un thriller, dans un film dont le rythme en est pourtant à l'opposé, est suspendue à leur moindre regard, geste, parole. Par la grâce des interprètes mais aussi par la beauté inquiétante du désert sublimée par la photographie (d'Antoine Monod) et par la musique.

    Adapté du premier roman de Sylvain Estibal « Le Dernier vol de Lancaster », s'inspirant de l'histoire vraie de Bill Lancaster, est aussi un vibrant défi lancé à la raison par la volonté et la passion.

    Le film s'éloigne peu à peu des sentiers battus commerciaux (tant en lui faisant quelques concessions comme l'apparence des deux protagonistes étonnamment glamour après des heures de marche en plein soleil) pour nous rapprocher de la vérité des êtres. Dommage que Karim Dridi ne soit pas allé au bout de cette réjouissante audace, probablement impressionné par l'aura hollywoodienne de son actrice principale dont c'est le premier film français après l'Oscar reçu pour « la Môme » et sans doute également impressionné par ce changement de registre et par de prestigieux films ayant, avant le sien, eu pour cadre le désert ( « Fort Saganne », « Lawrence d'Arabie », « Le Patient Anglais ».)

    Un dernier vol qui perdra certainement certains passagers en chemin mais qui en emmènera d'autres dans sa romanesque errance, aussi enivrante que le désert parcouru. A ceux-là et ceux qui veulent se laisser ensorceler par la beauté progressive et éblouissante des émotions et du désert, je recommande un embarquement immédiat.

    Lien permanent Imprimer Catégories : A VOIR A LA TELEVISION Pin it! 2 commentaires
  • Prix Lumières 2013 : les nominations complètes

    Cliquez sur l'affiche ci-dessous pour retrouver les nominations aux prix Lumières 2013 sur mon blog http://inthemoodforfilmfestivals.com avec de très belles surprises...

    audiard.jpg

    Lien permanent Imprimer Catégories : IN THE MOOD FOR NEWS (toute l'actualité ciné) Pin it! 0 commentaire