Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ne le dîtes à personne...ou le débat du jour

medium_arton8800.jpgNe dîtes à personne que Ne le dis à personne de Guillaume Canet m’a déçue.

Ne le dîtes à personne :

Parce que le pitch était quand même alléchant : un homme dont la femme qu’il aimait depuis l’enfance a été sauvagement assassinée. Huit ans plus tard, il reçoit un email la montrant vivante.

Parce que c’était un vrai défi d’adapter le best seller de Harlan Coben traduit en 27 langues et vendu à des millions d’exemplaires.

Parce qu’il met en scène une pléiade d’acteurs tous plus talentueux les uns que les autres : Jean Rochefort, Nathalie Baye, François Berléand, Jalil Lespert, André Dussolier, Kristin Scott Thomas, Marie-Josée Croze, Marina Hands, Florence Thomassin…jusque dans les plus petits rôles.

Parce qu’un tel casting ce ne doit pas être si évident à réunir.

Parce que de ce film sombre se dégage une belle luminosité photographique (pas vraiment thématique).

Parce que ce n’est, après tout, qu’un second long métrage.

Parce que, quand même, il s’est attiré les foudres de quelques milliers d’automobilistes pour avoir bloqué le périphérique pendant plusieurs heures.

Parce que le réalisateur s’est attribué un rôle particulièrement antipathique.

Parce que vouloir faire un « thriller romantique » est une intention louable et un genre malheureusement ignoré en France.

Parce qu’il y a des films dont la sincérité et l’énergie de ceux qui les font nous font regretter de ne pas les aimer.

Parce qu'il vous fait oublier le temps qui passe et c’est déjà beaucoup quand d’autres vous le rappellent.

Parce que la bande originale (notamment avec la musique de Matthieu Chedid) est particulièrement réussie.

Parce que je n’aime pas dire du mal d’un film fait avec sincérité.

Parce que la maladresse c’est touchant quand même.

Parce que Mon idole portait la patte d’un futur cinéaste.

Parce que je ne le recommanderais pas mais ne voudrais empêcher personne d’y aller.

 

Mais quand même:

 

Parce qu’un bon film ne se résume pas à un bon pitch.

Parce que c’est frustrant de voir autant d’acteurs talentueux sans que leurs personnages existent réellement.

Parce que le scénario ne joue pas avec mais contre le spectateur.

Parce que, bon d’accord, le personnage de Berléand est maniaque et a des tocs mais ça ne rattrape pas le manque d’existence et de caractérisation de ses petits camarades.

Parce qu'il ne suffit pas de faire soudainement une contre plongée très appuyée pour passer d’acteur qui filme à cinéaste.

Parce qu’un film nerveux n’est pas forcément rythmé.

Parce que ce personnage ne semble pas vraiment traqué et n’inspire ni sympathie ni même empathie.

Parce qu’il ne doit en parler à personne et parce qu’il en parle à tout le monde.

Parce que la scène au parc Monceau.

Parce que ces méchants ont vraiment l’air de caricatures de méchants.

Parce que par moment c’est aussi improbable que Mission impossible 3.

Parce que j’en attendais beaucoup plus de cette intrigue prometteuse, de ces acteurs si talentueux, et de cette équipe qui a éclusé tous les plateaux TV de France et de Navarre.

Parce que c’est juste un film d’action de plus qui manque de psychologie.

Parce que trop de personnages tuent la psychologie du personnage.

Parce qu’on se demande comment lors du précèdent procès il n’a pas été au courant  de certains détails.

Parce que je ne me suis pas sentie impliquée ni touchée.

Parce que  j’ai plus ri qu’aux Bronzés 3 (bon d’accord, je n’ai pas ri mais quand même…) et parce que je ne crois pas que ce soit une comédie.

Parce que la police n’y est pas myope mais complètement aveugle.

Parce que certains personnages apparaissent comme des cheveux sur la soupe.

Parce que Guillaume Canet dans le rôle d'un pédophile, non vraiment …

Parce que j’ai imaginé le même film tourné par Melville, parce que je n’aurais pas dû, parce que évidemment ce serait impossible.

medium_18680377.jpgParce qu’un film, par exemple comme Ô Jérusalem d'Elie Chouraqui, certes scénaristiquement  imparfait, mais malgré son sujet très sensible, historiquement passionnant et si instructif, aurait mérité qu’il en soit autant question.( Phrase effacée parce que vous avez raison, l’un n’empêche pas l’autre mais j’avais juste envie de vous le recommander et oui, je vous le recommande!).

Parce que tout ça donc je vous le dis quand même (on est entre nous, hein!) . Parce que je voudrais que vous m'expliquiez  POURQUOI (et si) vous  avez aimé…ou pas. Parce que ce n’est qu’un avis parmi d’autres. Parce que j’ai envie d’en débattre  !

Sandra.M

Commentaires

  • Parce que pour toutes les bonnes raisons que tu cites, je l'ai aimé ce film et que je l'ai aimé AVANT la rencontre que tu sais !!!
    Parce que l'énergie, la sincérité, le casting, le temps qu'on ne voit pas passer etc... parfois çà suffit et va bien au-delà de ce que certains nous font endurer (cf. "Napoléon").
    Parce que parfois, la psychologie on s'en fout et courir avec François Cluzet c'est bien !
    Parce que les salles pleines de "Ne le dis..." n'ont pas vidé celles de "Ô Jérusalem" (qu'il FAUT voir pourtant).
    Voilà pourquoi, m'énerve pas !

  • Bon d'accord d'accord. Mais si on n'aime pas courir, on fait comment? Tu es comme les petits toi: quand on te dit de ne pas aller quelque part tu y cours (ah oui, tiens encore une histoire de course), je t'avais dit que cet article heurterait ta sensibilité guillaumecanettienne!!

    Oui, il FAUT voir "Ô Jérusalem".

    J'ai lu et écouté ton email. Merci. C'est SUBLIME! Je comprends les kilomètres! Pour l'idée avec le Clint français, j'y ai bien pensé... (détails par email très bientôt).

  • Va voir Napoléon tiens et tu verras si tu n'as pas envie de courir !!!
    :-)

  • en effet "ne le dis a personne" est plein de contraste.
    etant donné que je suis fan de polar avec de bon pitch de depart ( assurance sur la mort mon préféré !!!) , le film de canet ne pouvait que me séduire.
    nivo realisation, c'est assez nerveux ( scene du perif,poursuite etc...) mais le deroulement de l histoire bat de l aile :

    1)la resolution de l enigme m a semblé etre un exposé "power point" car tout vient d un coup donc difficile de raccrocher les morceaux..bref ce n'es tpas amener avec braucoup d elegance...

    2) Canet ne pose pas clairement le qui est qui car au depart je pensais que kristin scott thomas etait la soeur de cluzet..donc petit probleme de comprehension...

    3)les mechants : la femme mechante est ridicule tout droit sortis d 'un " karaté kid", olivier marchal rejoue son role de " 36 quai des orfevres",

    4)des personnages sont assez peu detaillé , ex le pere nEUville....

    5) et puis apres avoir vu " scene de crime " avec de frederique shoendorferr (dsl), la police n'est pas aussi stupide que ca....

    quand a O jerusalem,certe la rea est cata, les acteur aussi mais bon " un que sais je " sur le proche orient , moi qui suis en histoire, ca ma bien plus...

  • D'accord pour 2, 3 (ah oui alors!), 4, 5...et pour "Ô Jérusalem" que je recommande de nouveau! Pour "Ne le dis à personne" je pense qu'un tout petit travail supplémentaire sur le scénario en aurait fait un film palpitant!

  • sinon, je voulais revenir sur les differents film que vous avez chroniqué et que je viens de voir en avant premiere ou a leur sortis..

    le dahlia noir

    la plus grosse deception car De palma est completement passé a coté du reel sujet d'ELLroy.en effet, le dahlia noir est une sordide critique de Los angeles or le film mis a part quelque effet gore montre des decors tout lisses, beau etc alors que normalement cela doit s apparenter au new york d'UN crime" de michel pradal.aussi le scenario bat terriblement de l aile dans la resolution.c'est normal que tout le monde s 'yperde car De palma a taillé dans le bouquin en supprimant tous les passages se passant au mexique et comme un bouquin d 'Ellroy c'est une sorte de puzzle, dés qu'il manque une piece ,c'est foutu...autant scenaristiquement " LA confidential" d'hanson tenait la route autant là, on s'y perd rapidement... dommage car De palma avait là matiere a renouer avec ses anciens succes : les incorruptibles, body double....

    2) indigenes

    moi qui vient d'un milieu militaire ( matricule 4121d au prytanée de la fleche), je dois dire que j ai été plus que séduit par ce film.d'une part, il est nullement manicheisme, ni revenchard mais tout est amené avec une certaine finesse, la psychologie des personnages est impeccable ( l'ambiguité du pied noir par ex), bref pas mal du tout...

    3)le diable d'habille en prada.

    scenaristiquement, le neant car une enfilade de scenette..acteur ^pas trop mal surtout merryl streep mais sinon bof bof

    4)Mémoire de nos peres

    ne pas se fier a l affiche et le sous titre " sous chaque homme se cache un heros".Ce film n'est pas un film de guerre avec moult moment de bravoure mais au contraire une habile reflexion sur la fabrication des heros a des fin politiques pour finalement conclure sur le fait que finalement etre un hero c'est finalement etre rien du tout, une mode qui finit par etre oublié .bonne reconstitution,realisation toujours au cordo et quelques bonnes idées ( ex la scene du gateau et la sauce a la fraise).

    sinon je persiste et signe sur "Marie antoinette" car j ai revu lOST IN TRANSLATION et MA a la suite et Ma n'est qu une pale copie de LOT : la difficulté d etre dans une société que l on connait pas, la solitude etc etc et hop on remplace tokyo par versaille....cependant la BO est assez originale .

    5) Un crime de Michel Pradal

    là encore un bon pitch de polar, decor bien glauque..mais helas que d 'invraisemblance...et vas y que je te pardonne par amour, oui je t aime mais je dois retrouver l assasin de ma premiere femme avant de vraiment t aimer etc etc...

    6) president

    pour moi ce film est un film de science fiction car tout est totalement incredible dans ce film ex depuis quand les deputés font des frondes contre un president???? et d autre part on passe d 'un cliché a un autre ; tous pourris, le pouvoir corromp tout le monde , les cabinets noir..et puis aussi autre grande invraisemblance, la presse dans le film est inexistante...

    8)Babel

    pour moi un des films de l année.certe on peut discuter sur la facon dont les differentes histoires se croisent ( ex la partis japonaise) mais le film est d 'une sacrée maitrise a la fois dans le scenario dont on ne perd jamais le file, des acteur epatant ( brad pitt est sortis de son registre neuneu)et la realisation n'est pas tape a l oeil facon Old boy..par conte Innaritu arrivera t il a se renouveler apres la fin de cette trilogie????


    quelques hors sujets.....

    concernant votre rubrique " picturales", je vous conseille d'aller voir au grand palais l expos sur Disney,tres interessante, didactique et apres on ne regarde plus bambi de la meme facon lol

    concernant la rubrique télé : quand allez vous aborder les series Télé americaine comme Lost,DH etc car ce serait bien d avoir l oeil d'une scenariste ...

  • au nivee*au du scenario, il aurait fallu

    _ expliciter le pkoi du come back de margo car on sait que c'est elle qui envois les mails a alex et la fameuse video

    _aussi pourquoi envois t elle mail et video a alex alors que celui ci ( pour elle) est censée etre mort.

    _ pkoi les tueurs au lieu de flinguer la copines de margo, ne vont ils pas directement voir le pere ( dussolier)...

    bref pleins de petit details comme ca qui plombe un peu le film...
    aussi l introduction des personnages evacue tout suspens , ^par ex le personnage joué par gille lelouche ( le truand sympathique),des le moment ou il donne sa carte, on sait que l on le retrouvera dans le film..

    aussi certaine scene sont ridicule : le cerf qui apparait, et la tueuse qui fait 5 metres avec 3 balle dans le dos.

  • je reviens sur " aussi invraisemblable que mission impossible 3"
    disons que mission impossible 3, dans les deux premieres missions et surtout celle du vatican, on sentait une certaine tension montée ( exit shangai, grand n impote koi), alors que dans NLDAP,c'est vrai que le heros ne semble pas traqué, il n y a aucune tension de ce coté là..

  • mais pour conclure sur NLDAP,canet s en sort bien pour un deuxieme film, ce n'est pas un thriller neuneu a la jean christophe grangé style "l'empire des loup" nanar plaisant sortis l année derniere avec jean reno qui melangeai complot d extreme droite, manipulation mentale, mafia turque etc etc .
    et cela augure peut etre une bonne saison au niveau du genre polar : comme le prochain film de regis warnier "pars vite et reviens tard" qui sort en janvier d apres fred vargas et le remake de corneau d 'un film de Melville....

    sur le point de vu scenaristique, que pensez vous de la serie SAW ?

  • Si,on nous explique le retour de Margaux par la découverte du corps des deux hommes, la médiatisation de son mari à nouveau dont elle apprend donc qu'il est encore vivant.

    Je suis d'accord pour trouver ridicule la scène de la tueuse avec la balle dans le dos, en revanche je ne le suis pas pour Gilles Lelouche. En effet, on devine que cette carte lui servira mais cette scène est utile puisqu'elle montre à quel point il est reconnaissant envers le médecin qui prend soin de son enfant et le prend en considération et donc qu'il serait prêt à beaucoup pour lui, ce qui permet de justifier qu'il tuera même pour lui.

    Je suis d'accord pour la tension dans "Mission impossible 3 " mais elle est évacuée par la fin totalement ridicule (et décevante car j'avais beaucoup aimé les deux précédents et surtout celui avec Emmanuelle Béart dont le scénario était beaucoup plus travaillé).

  • Moi j'ai bien aimé... :)

  • Et qu'avez-vous aimé exactement?

  • J'ai vu le film et je suis ressortie soulagée car je m'attendais à pire! Evidemment, il s'attaquait à du lourd mais il n'a pas évité certains écueils et c'est dommage.
    Moi la musique, je l'ai trouvée certes bien mais pour le coup, ça faisait un peu BO façon film hollywoodien. Bon j'admets que le choix de Lilac Wine de Jeff Buckley collait à merveille. Mais je manque d'objectivisme car j'adore JB. Paix à son âme.
    Cela dit, je suis d'accord avec la "humble" servitrice de ce site pour dire que contrairement à ce que laisse entendre le titre, le héros dit son histoire à tous, la vision des flics est trop manichéenne, les personnages caricaturaux (ah oui, la scène de la tueuse qui se balade dans la rue alors qu'on l'a bien flinguée, on dirait le retour des scènes sanguinolentes de Brian de Palma dans les Incorruptibles), quelques incohérences dans l'histoire.
    En revanche, j'ai aimé la prestation de François Cluzet et de Gilles Lelouche.
    Mais pour finir, paraît que la fin du livre est différente et moins hollywoodienne, me reste plus qu'à le lire.
    Moralité: si vous avez envie de changer d'air: allez quand même voir ce film mais un conseil: ne perdez pas le fil pendant 10 secondes, il risquerait de vous arriver des bricoles pour tout comprendre.

  • V.Dorélie (j'ai pris la -lourde-responsabilité de changer et de mettre ton "nom" à la place de ton prénom car tu as un homonyme sur le site).

    Je n'ai rien contre les films hollywoodiens donc ça ne me gêne pas d'autant qu'il a pleinement assumé et affirmé cette filiation.

    Il paraît qu'à la fin du roman il est coupable et cette vision négative le gênait. Happy end quand tu nous tiens!

    Je ne suis pas d'accord avec "ne perdez pas le fil pendant 10 secondes, il risquerait de vous arriver des bricoles pour tout comprendre" car c'est même le problème du film. Nous sommes dans la même situation que le personnage principal, dans le flou puisque nous n'avons aucun indice avant lui et nous apprenons l'explication en même temps que lui même si j'admets que la double fin est intéressante...même si je me demande comment le père de sa femme a eu le temps de lui raconter tout ça (à savoir la "vérité vraie") pendant les infimes secondes du brouillage des ondes, et donc encore un problème de crédibilité.

    Quant à changer d'air, je ne sais pas, il est un peu étouffant et oppressant cet air-là, quand même, non?:-) Pour cela, donc, allez plutôt voir "le labyrinthe de Pan" ou "Scoop".

  • J'ai pris la -lourde- responsabilité de remplacer ton "prénom" par ton "nom" parce que tu as un homonyme dans les commentateurs de ce blog!:-)

    Film hollywoodien n'est pas forcément synonyme de mauvais film et d'ailleurs Canet a assumé et affirmé cette filiation, et je trouve même ça plutôt louable de s'être hasardé sur un terrain plutôt déserté en France.

    "Ne le dis à personne" n'a malheureusement pas le rythme échevelé des "Incorruptibles"...

    Je ne suis pas d'accord pour dire "ne perdez pas le fil pendant 10 secondes, il risquerait de vous arriver des bricoles à tout moment". C'est même selon moi un des défauts majeurs du film, de nous mener en bateau, de ne donner ni à nous ni à son protagoniste de quelconques indices, (et donc nous aurions pu dormir la presque totalité du film puisque nous apprenons TOUT dans les dernières minutes) et du coup nous devenons étrangers à l'enjeu. Je trouve en revanche la fin, la double fin, plutôt intéressante (là encore dans la lignée des "films hollywoodiens"), seulement la révélation de la "vérité vraie" par le père de la femme de Canet pendant le brouillage de l'écoute me paraît encore une fois manquer de crédibilité. Comment dans ce court laps de temps a-t-il eu le temps de lui raconter cette deuxième version?

    Quant à changer d'air il est tout de même ici un peu suffocant , alors pour cela je vous recommanderais plutôt "Scoop"!

  • J'arrive un peu après la bataille mais je tenais à écrire un petit mot sur ce film que j'ai, pour ma part, absolument adoré.

    Je pense que Guillaume Canet veut volontairement nous embrouiller car (bon, je suis ptet idiot) on est perdu et on ne sait plus qui fait quoi et quelles sont les motivations de chacun. Après, effectivement, là où je suis d'accord c'est sur le fait que, par moments ça manque un peu de rythme.

    Après, sur le parti-pris du "ne le dis à personne mais je le dis quand même" et "les flics sont des idiots dans le film", je ne sais pas trop quoi dire. Peut-être était-ce comme ça dans le bouquin (que je n'ai pas lu). Le fait est que ça ne m'a pas choqué ni même ne m'a tilté l'esprit.

  • Hop, j'ai oublié de placer un mot sur "Indigènes" et "O Jerusalem" que je ne suis pas allé voir et que je n'irai pas voir et que j'attendrai en location DVD. Les films historiques réalisés par des personnes qui peuvent manquer d'objectivité, j'ai du mal. Je sais, c'est un a-priori et les a-priori, c'est pas bien...

    Nota : Le premier curieux viendra voir mon blog et constatera que j'ai adoré "Munich" de Spielberg. Je suis plein de contradications !! :-D Pis c'est Spielberg, quoi !!

  • @ Christophe: "ça manque de rythme", "on ne sait plus les motivations de chacun" dîtes-vous. Vous semblez aussi être d'accord avec le fait que "les flics y paraissent tous idiots", qu'il "dit à tout le monde" ce qui ne doit être dit à personne alors je ne sais toujours pas POURQUOI ni CE QUE vous avez aimé dans ce film?

    Pour "ô Jérusalem" mais c'est justement le tour de force du film: avoir réalisé un film aussi objectif que possible sur un sujet dont on devine que son réalisateur ne l'est pas!

    Pour "Indigènes", le point de vue est forcément subjectif mais les faits, eux, sont objectifs. Je continue à recommander vivement ce film qui est nécessaire, mais pas seulement. Il est aussi poignant et formidablement interprété!

    Tout cela ne m'empêche pas d'avoir aimé "Munich", aussi. Voir ma critique dans "Critiques de films à l'affiche".

    Sinon, il vaut toujours mieux voir les films en salles si nous ne voulez pas, un jour, ne plus avoir le choix...(ça c'est parce que je viens de voir le film de Resnais et son terrible mot fin sur l'écran de télévision.)

Les commentaires sont fermés.