Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Oscars - Page 2

  • Annonce des nominations aux Oscars 2013 en direct

    oscars.jpg

    C'est à 14H30, aujourd'hui, que seront annoncés les films nommés aux Oscars 2013. Je ne manquerai pas de vous livrer la liste complète ici avec les commentaires... même s'il n'y a guère de doutes quant aux présences dans la liste des nommés de "Lincoln" de Spielberg (dont je vous ai dit tout le bien que j'en pensais hier, ici) et de son prodigieux acteur principal Daniel Day-Lewis, d' "Argo" de Ben Affleck, et d' "Amour" de Michael Haneke. Pour le reste, nous éviterons toute supputation pour attendre sagement les annonces que vous pourrez suivre sur la vidéo ci-dessous, en direct.

    Cliquez sur le lien suivant pour en savoir plus: http://www.oscars.org/ . Retrouvez les nominations commentées cet après-midi sur ce blog et sur http://inthemoodforfilmfestivals.com .

  • Avant-première - Critique - « Lincoln » de Steven Spielberg avec Daniel Day-Lewis, Sally Field, Tommy Lee Jones…

    lincoln.jpg

    En ce début d’année 2013, deux cinéastes américains de génie, Tarantino et Spielberg, sortent un film ayant pour toile de fond l’esclavage. Pour le premier, avec "Django unchained", c’est  même le sujet qui lui permet de réinventer un genre cinématographique, puisqu’un esclave y devient héros de western. Pour le second, c’est ce qui lui permet, en traitant de l’adoption du 13ème amendement qui fit de l’abolition de l’esclavage un fondement permanent de la loi américaine, de tisser le portrait d’une éminente figure politique, celle du Président Abraham Lincoln. L’esclavage était d’ailleurs déjà au centre d’un de ses films, « Amistad ».  Le premier a situé l’action de son film deux ans avant la guerre de Sécession, le second lors de sa dernière année. Mais, plus que tout cela, ce qui les différencie, c’est un style : singulier, audacieux, qui à la fois utilise et s’affranchit  des règles du western pour Tarantino, avec cette  histoire d’amitié et de vengeance romanesque, de duels et de duos, une nouvelle fois jubilatoire. Plus classique, académique diront (à tort) certains est en revanche le film de Spielberg. Imaginez que quelqu’un leur aurait donné pour sujet : « réalisez un film qui évoquera l’esclavage ». Ils l’illustrent chacun à leur manière. Différente mais passionnante. Spielberg d’ailleurs, comme l’indique le titre de son film, évoque Lincoln plus que l’esclavage car même si l’adoption du 13ème amendement est l’enjeu du film, c’est Abraham Lincoln qui en est le centre. Alors, l’un est peut-être trop bon élève, l’autre un élève irrévérencieux, quoiqu’il en soit, tous deux ont en commun d’avoir signé deux films délicieusement bavards. Deux magistrales visions de l’Histoire et deux brillantes leçons de cinéma.

    lincoln2.jpg

    Spielberg se concentre ainsi sur les quatre derniers passionnants mois du 16ème Président des Etats-Unis : Abraham Lincoln (Daniel Day- Lewis). 1865. La nation est déchirée et divisée par la guerre de Sécession. Lincoln veut à la fois mettre fin au conflit, faire unifier le pays et faire adopter le 13ème amendement qui mettrait fin à l’esclavage. Dans le même temps, il doit faire face à des douleurs et conflits personnels : la perte d’un fils qui a ébranlé son couple et le désir d’un autre, brillant étudiant de Harvard, qui désire partir à la guerre.

    Adapté de « Team of Rivals : The Political Genius of Lincoln » de Doris Kearns Goodwin, le premier trait de génie du film de Spielberg et d’abord de son scenario (signé Tony Kushner, l'auteur, notamment, d’ « Angels in America », une pièce couronnée par le prix Pulitzer) est de ne pas avoir cédé à la facilité du classique biopic qui finalement nous en aurait appris beaucoup moins que ces quatre mois qui révèlent toute la grandeur et l’habileté politiques de Lincoln, sa détermination, mais aussi sa complexité. En conteurs inventifs, plutôt que de narrer son enfance, en une tirade, Kushner/Spielberg évoquent l’enfance de Lincoln et le rapport, là aussi complexe, à son père permettant ainsi, en ne traitant que de ces quatre mois, de cerner la personnalité de cet homme politique tant aimé des Américains et qui a tant influé sur leur Histoire.

    Les premiers plans, marquants (et à dessein puisque, ensuite, l’intrigue se concentrera dans les lieux de pouvoir) nous immergent dans les combats sanglants, impitoyables, de la guerre de Sécession. Spielberg avait déjà retranscrit avec brio toute l’horreur ineffable de la guerre dans « La Liste de Schindler » et « Il faut  sauver le soldat Ryan ». Ces quelques secondes nous les rappellent alors que dans « Cheval de guerre », cette violence était essentiellement hors-champ, notamment dans une scène d’une redoutable ingéniosité, celle où deux frères sont fusillés par les Allemands, deux enfants encore, fauchés en pleine innocence, une scène dissimulée par l’aile d’un moulin qui la rendait d’autant plus effroyable.

    Ces quelques secondes de ces hommes qui s’affrontent cors-à-corps suffisent là aussi à nous faire comprendre l’âpre violence de cette guerre et dénotent avec le reste du film, essentiellement centré sur les dialogues, ce qui déconcertera peut-être les inconditionnels du cinéaste qui en attendaient plus de spectaculaire ici savamment distillé.  

    lincoln10.jpg

    Après cette première scène, Lincoln apparaît, de dos, assis, écouté, admiré. En quelques minutes d’exposition, tout est dit : le conflit, l’admiration, l’esclavage, la complexité de la situation. Spielberg est évidemment le roi de scènes d’exposition. Rappelez-vous celle de « La Liste de Schindler » (que l’on peut d’ailleurs mettre en parallèle avec celle-ci) : Schindler s’habillant méthodiquement, soigneusement, choisissant cravate, boutons de manchette, et épinglant sa croix gammée. Le tout avec la dextérité d’un magicien. Nous n’avons pas encore vu son visage. De dos, nous le voyons entrer dans une boite de nuit où se trouvent des officiers nazis et des femmes festoyant allègrement. Il est filmé en légère contre-plongée, puis derrière les barreaux d’une fenêtre, puis souriant à des femmes, puis observant des officiers nazis avec un regard mi-carnassier, mi-amusé, ou peut-être condescendant. Assis seul à sa table, il semble juger, jauger, dominer la situation. Sa main tend un billet avec une désinvolte arrogance. Son ordre est immédiatement exécuté. Son regard est incisif et nous ignorons s’il approuve ou condamne. Il n’hésite pas à inviter les officiers nazis à sa table, mais visiblement dans le seul but de charmer la femme à la table de l’un d’entre eux. Cette longue scène d’introduction sur la musique terriblement joyeuse (« Por una cabeza » de Gardel), et d’autant plus horrible et indécente mise en parallèle avec les images suivantes montrant et exacerbant même l’horreur qui se joue à l’extérieur, révèle tout le génie de conteur de Spielberg. En une scène, il révélait là aussi tous les paradoxes du personnage, toute l’horreur de la situation. L’ambigüité du personnage est posée, sa frivolité aussi, son tour de passe-passe annoncé.

    Cela pour dire que si les films de Spielberg sont en apparence très différents, ils se répondent tous dans leurs thématiques et constructions, comme  les thèmes de loyauté, espoir, courage, ténacité étaient à l’honneur dans « Cheval de guerre » et le sont à nouveau ici, aussi différents puissent paraître ces deux films dans leurs formes.

    lincoln11.jpg

    Certains reprocheront à Spielberg une absence d’émotion contrairement à ce à quoi il nous avait habitués. C’est au contraire le grand atout de ce film et  c’est justement là encore tout le talent de Spielberg que d’avoir su insérer quelques scènes d’émotion au milieu de ce passionnant parcours politique, de ce film exigeant, de ces joutes verbales. En quelques plans, il nous fait éprouver la détresse et les dilemmes d’un père. Les scènes intimes, rares, n’en sont que plus bouleversantes, souvent filmées dans la pénombre, révélant les zones d’ombre de cet homme éclairé.  Le talent de (ra)conteur de Spielberg culmine lors de la scène de l’adoption du 13ème amendement pour laquelle il cède un moment au lyrisme et à l’emphase, et à quelques facilités scénaristiques qui contrastent avec la rigueur de l’ensemble mais témoignent de sa capacité à intéresser et émouvoir en quelques secondes. Il serait d’ailleurs intéressant de mettre en parallèle le montage de cette scène avec celle de la scène de la constitution de la liste dans « La Liste de Schindler », ces scènes étant toutes deux l’apogée de ces films autour desquelles ils sont articulés.

    A ces quelques exceptions près, Spielberg a préféré ici raconter l’Histoire plutôt qu’une histoire, même s’il reste un conteur admirable sachant captiver l’attention, et rendant ainsi encore hommage à Lincoln, lui-même conteur malicieux. Quand, aujourd’hui, on tend à tout simplifier et à utiliser des recettes souvent racoleuses pour captiver le spectateur, c’est un défi louable que de réaliser une œuvre aussi dense, foisonnante. D’ailleurs quel meilleur moyen pour évoquer la complexité de la démocratie, ses contradictions ? Indigne hommage que cela aurait alors été que de tout simplifier. Au contraire, par un récit complexe (mais d’ailleurs clair), Spielberg illustre la complexité de la politique, et lui redonne ses lettres de noblesse quand elle est ce qu’elle devrait uniquement représenter : un changement, un espoir, tout en n’éludant pas les compromis et même les compromissions nécessaires lorsque « La fin justifie les moyens », citation plus machiavélienne que machiavélique...

    lincoln3.jpg

    Au-delà de tout, ce qui restera sans doute de ce film, c’est l’incroyable présence de Daniel Day-Lewis qui EST Lincoln, politicien de génie, mari et père confronté à la douleur, homme mélancolique, conteur malicieux, brillant stratège et surtout profondément humain et charismatique. Il fait totalement oublier l’acteur pour donner vie à l’ancien président américain. Dans un rôle  aux antipodes de celui qu’il incarnait dans « There will be blood », tout en excès (mais tout aussi magistral), ici tout en nuances, il prouve une nouvelle fois la fascinante étendue de son talent. Spielberg, plutôt que de faire des mouvements de caméra démonstratifs, a mis sa caméra au service de son jeu, se rapprochant au fur et à mesure qu’il captive son auditoire, dans le film, et la salle de cinéma. A côté de lui, une distribution exceptionnelle campe plus d’une centaine de personnages, là encore identifiables et caractérisés en quelques mots, quelques plans. Un véritable défi. Parmi eux, retenons Sally Field impeccable dans le rôle de l’autoritaire et torturée Mrs Lincoln ou encore Tommy Lee Jones qui incarne les contradictions et les compromis nécessaires à l’adoption d’une loi historique qui aura guidé sa vie. Joseph Gordon-Lewitt qui interprète un des fils de Lincoln a lui les honneurs d'un des plus beaux plans du film, d’une tristesse et d’une beauté déchirantes, lorsqu’il découvre un charnier et décide de s’engager. David Strathairn, trop rare encore, est également remarquable en William Seward.

    lincoln7.jpg

    Le film est servi par un souci perfectionniste du détail, des décors aux costumes, en passant par une photographie réaliste d’une élégante sobriété. Ainsi, en un instant, lorsque Lincoln est filmé s’éloignant de dos dans un couloir vide tel un comédien quittant la scène ou dans ce plan de sa silhouette et de celle de son fils dans l’aveuglante lueur d’une fenêtre lorsqu'il apprend l'adoption de l'amendement, Spielberg nous éblouit sans pour autant chercher à en mettre plein la vue.  La musique de John Williams alterne entre lyrisme et discrétion et achève ce tableau historique d’une passionnante sobriété.

    Un film captivant et exigeant sur un homme et une situation historiques et complexes. Un hommage à Lincoln mais, au-delà, à la politique et ce qu’elle implique d’exigence à laquelle la forme judicieuse du film rend si bien justice. Un film d’une sobriété  salutaire qui ne cède que quelques instants et brillamment à l’émotion mais jamais à l’esbroufe. Un film dense aux 2H29 nécessaires. Un travail d’orfèvre servi par une prestation en or, celle d’un Daniel Day-Lewis au sommet de son art, accompagné par une distribution remarquablement choisie et dirigée. Un très grand film dont le classicisme n’est pas un défaut mais au contraire le témoignage de l’humilité et de l’intelligence d’un grand cinéaste devant un grand homme à qui il rend un admirable hommage, de la plus belle manière qui soit, en ne le mythifiant pas mais en le montrant dans toute son humaine complexité.

    Je vous parlais ici du film au lendemain de sa projection, je pense qu'il me faudra encore un peu de temps pour vous en parler comme il le mérite, et avec le recul nécessaire, donc j'y reviendrai.

    Retrouvez aussi cette critique sur "In the mood - Le Magazine" en cliquant ici.

    Sortie en salles : le 30 janvier 2013

  • Palmarès complet et commenté des Oscars 2011 : le sacre du « Discours d’un roi »

    ose.jpg

    Les César à peine terminés (et dont vous pouvez retrouver mon compte rendu exclusif en direct du Châtelet en cliquant ici), hier soir au Kodak Theater de Los Angeles avait lieu la 83ème cérémonie des Oscars présentée par Anne Hathaway et James Franco.

    franco.jpg

     

    Pour ceux qui auront suivi la cérémonie en direct sur Canal + qui avait l’exclusivité de la retransmission, vous aurez pu constater que cette 83ème cérémonie n’a pas démérité en ce qui concerne le glamour, la classe des nommés et remettants, un peu plus en ce qui concerne le rythme et l’humour, James Franco et Anne Hathaway n’étant peut-être pas les commentateurs idéaux. On aura d’ailleurs pu remarquer qu’eux aussi se sont incrustés dans les films nommés, à l’image d’Antoine de Caunes aux César.

    discours1.jpg

     3H30 de cérémonie pour voir couronné « Le discours d’un roi » (meilleur film –remis par Steven Spielberg-, meilleur réalisateur, meilleur acteur, meilleur scénario original) qui, s’il ne fait pas un carton plein, s’est vu décerner les principaux Oscars alors qu’il s’agit seulement du deuxième film de Tom Hooper (même s’il avait beaucoup travaillé auparavant pour la télévision).

      Egalement 4 Oscars pour « Inception » mais seulement des Oscars techniques (meilleur montage sonore, meilleur son, meilleure photographie, meilleurs effets visuels) alors que le scénario labyrinthique et jubilatoire aurait mérité, au moins, d’être récompensé.

     Aucune surprise dans cette cérémonie donc, Colin firth passé à côté de l’Oscar pour « A single man » dans lequel il était déjà magistral l’a remporté cette année, après avoir reçu le Golden Globe du meilleur acteur. Natalie Portman également sans surprise a reçu l’’Oscar de la meilleure actrice qu’elle méritait amplement pour sa prestation fascinante et terrifiante dans le sublime « Black swan ». Parmi ses nombreux remerciements elle a cité  Luc Besson (qui l’avait faîte débuter dans « Léon »), ce qui lui mettra sans doute un peu de baume au cœur en cette période difficile pour sa société de production.

     Le très actuel et symptomatique de notre époque « The social network » n’a récolté que 3 Oscars dont le meilleur montage, la meilleur adaptation (là aussi sans surprise),  la meilleure musique.

    « Alice au pays des merveilles » de Tim Burton a également reçu deux Oscars : meilleur costume et meilleure direction artistique.

    Cette année l’Académie a préféré  le classicisme a l’originalité et, à l’image des César 2011, a délivré un palmarès en demi-teinte.

    Je suis évidemment déçue pour le meilleur film étranger et que « Hors-la-loi » que j’avais beaucoup aimé ne l’ait pas reçu et que sa nomination ait été passée quasiment sous silence en France. Je suis également déçue que le très beau western des Coen « True Grit » soit reparti bredouille mais je suis en revanche ravie que le désolant « 127 heures » soit également reparti bredouille.

    Je ne partage pas l’enthousiasme débordant de certains pour « The Fighter » mais reconnais que Cristian Bale et Melissa Leo méritaient leurs Oscars même s’il est pour moi impensable que la jeune Hailee Steinfeld n’ait pas été récompensée.

    Le passage le plus remarqué aura néanmoins été celui de Kirk Douglas, pour sa classe et son humour remarquables pour ses 94 ans, réminiscence pour moi de son mémorable passage au Festival du Cinéma Américain de Deauville lors du 25ème anniversaire du festival.

    Je vous laisse découvrir le palmarès ci-dessous en attendant le prochain évènement sur In the mood for cinema, à savoir le Festival du Film Asiatique de Deauville que je vous commenterai en direct. Retrouvez mes critiques des films nommés en bas de cet article, "True grit" arrive dans la journée.


    Meilleur film : Le Discours d'un roi

    127 heures
    Black Swan
    Fighter
    Inception
    Tout va bien, The Kids Are All Right
    The Social Network
    Toy Story 3
    True Grit
    Winter's Bone


    Meilleur réalisateur :
    Tom Hooper (Le Discours d'un roi)

    Darren Aronofsky (Black Swan)
    Joel Coen & Ethan Coen
    (True Grit)
    David Fincher
    (The Social Network)
    David O. Russell (Fighter)


    Meilleur acteur : Colin Firth (Le Discours d'un roi)

    Javier Bardem (Biutiful)
    Jeff Bridges (True Grit)
    Jesse Eisenberg (The Social Network)
    James Franco (127 heures)

     
    Meilleure actrice : Natalie Portman (Black Swan)

    Annette Bening (Tout va bien, The Kids Are All Right)
    Nicole Kidman (Rabbit Hole)
    Jennifer Lawrence (Winter's Bone)
    Michelle Williams (Blue Valentine)


    Meilleur acteur dans un second rôle : Christian Bale (Fighter)

    John Hawkes (Winter's Bone)
    Jeremy Renner (The Town)
    Mark Ruffalo (Tout va bien, The Kids Are All Right)
    Geoffrey Rush (Le Discours d'un roi)


    Meilleure actrice dans un second rôle : Melissa Leo (Fighter)

    Amy Adams (Fighter)
    Helena Bonham Carter (Le Discours d'un roi)
    Hailee Steinfeld (True Grit)
    Jacki Weaver (Animal Kingdom)

     


    Meilleur scénario original : Le Discours d'un roi (David Seidler)
     

    Another Year (Mike Leigh)
    Fighter (Scott Silver, Paul Tamasy et Eric Johnson)
    Inception (Christopher Nolan)
    Tout va bien, The Kids Are All Right (Lisa Cholodenko et Stuart Blumberg)


    Meilleure adaptation : The Social Network (Aaron Sorkin)

    127 heures (Danny Boyle et Simon Beaufoy)
    Toy Story 3 (Michael Arndt, John Lasseter, Andrew Stanton et Lee Unkrich)
    True Grit (Joel Coen et Ethan Coen)
    Winter's Bone (Debra Granik et Anne Rosellini)


    Meilleure musique : The Social Network (Trent Reznor et Atticus Ross)
     

    127 heures (A.R. Rahman)
    Dragons (John Powell)
    Inception (Hans Zimmer)
    Le Discours d'un roi (Alexandre Desplat)


    Meilleure chanson : Toy Story 3 (We Belong Together - Randy Newman)
     

    127 heures (If I Rise - A.R. Rahman, Rollo Armstrong et Dido)
    Country Strong (Coming Home - Bob DiPiero, Tom Douglas, Hillary Lindsey et Troy Verges)
    Raiponce (I See the Light - Alan Menken et Glenn Slater)


    Meilleure photographie : Inception (Wally Pfister)

    Black Swan (Matthew Libatique)
    Le Discours d'un roi (Danny Cohen)
    The Social Network (Jeff Cronenweth)
    True Grit (Roger Deakins)


    Meilleure direction artistique : Alice au Pays des Merveilles (Robert Stromberg et Karen O'Hara)


    Harry Potter et les reliques de la mort - partie 1 (Stuart Craig et Stephenie McMillan)
    Inception (Guy Hendrix Dyas, Larry Dias et Douglas A. Mowat)
    Le Discours d'un roi (Eve Stewart et Judy Farr)
    True Grit (Jess Gonchor et Nancy Haigh)

    Meilleurs costumes
    : Alice au Pays des Merveilles (Colleen Atwood)


    Amore (Antonella Cannarozzi)
    Le Discours d'un roi (Jenny Beavan)
    La Tempête (Sandy Powell)
    True Grit (Mary Zophres)

    Meilleur montage :
    The Social Network (Kirk Baxter et Angus Wall)

    127 heures (Jon Harris)
    Black Swan (Andrew Weisblum)
    Fighter (Pamela Martin)
    Le Discours d'un roi (Tariq Anwar)


    Meilleur montage sonore : Inception (Richard King)

    Toy Story 3 (Tom Myers et Michael Silvers)
    Tron l'héritage
    (Gwendolyn Yates Whittle et Addison Teague)
    True Grit
    (Skip Lievsay et Craig Berkley)
    Unstoppable (Mark P. Stoeckinger)

    Meilleur son : Inception (Lora Hirschberg, Gary Rizzo et Ed Novick)
     

    Le Discours d'un roi (Paul Hamblin, Martin Jensen et John Midgley)
    Salt (Jeffrey J. Haboush, William Sarokin, Scott Millan et Greg P. Russell)
    The Social Network (Ren Klyce, David Parker, Michael Semanick et Mark Weingarten)
    True Grit (Skip Lievsay, Craig Berkley, Greg Orloff et Peter F. Kurland)


    Meilleur maquillage : Wolfman (Rick Baker et Dave Elsey)

    Barney's Version
    (Adrien Morot)
    Les Chemins de la liberté (Edouard F. Henriques, Greg Funk et Yolanda Toussieng)

    Meilleurs effets visuels : Inception (Chris Corbould, Andrew Lockley et Peter Bebb)


    Alice au Pays des Merveilles (Ken Ralston, David Schaub, Carey Villegas et Sean Phillips)
    Harry Potter et les reliques de la mort - partie 1 (Tim Burke, John Richardson, Christian Manz et Nicolas Aithadi)
    Au-delà (Michael Owens, Bryan Grill, Stephan Trojansky et Joe Farrell)

    Meilleur film d'animation : Toy Story 3
     

    Dragons
    L'Illusionniste

     


    Meilleur film documentaire : Inside Job

    Faites le mur !
    GasLand
    Restrepo
    Waste Land


    Meilleur court métrage : God of Love

    The Confession
    The Crush
    Na Wewe
    Wish 143


    Meilleur film étranger : Revenge (Susanne Bier, Danemark)

    Biutiful (Alejandro González Inárritu, Mexique)
    Canine (Giorgios Skabardonis, Grèce)
    Incendies (Denis Villeneuve, Canada)
    Hors-la-loi (Rachid Bouchareb, Algérie)


    Meilleur court métrage d'animation : The Lost Thing

    Day & Night
    The Gruffalo
    Let's Pollute
    Madagascar, carnet de voyages


    Meilleur court métrage documentaire : Strangers No More

    Killing in the Name
    Poster Girl
    Sun Come Up
    The Warriors of Qiugang

    Mes critiques des films en lice:

    "Hors-la-loi" de Rachid Bouchareb (avec mion interview de Bernard Blancan)

    "Biutiful" d'Alejandro Gonzales Inarritu

    "The social network" de David Fincher

    "Inception" de Christopher Nolan

    "Black Swan" de Darren Aronofsky

    "127 heures". de Danny Boyle

    "L'Illusionniste" de Sylvain Chomet

    "Le discours d'un roi" de Tom Hooper

    "Amore" de Luca Guadagnino

    "Alice au pays des merveilles" de Tim Burton

    "Au-delà" de Clint Eastwood

    "Fighter" de David O.Russell

  • "Des Hommes et des dieux" de Xavier Beauvois représentant de la France aux Oscars 2011

    hommesdieux.jpg

    oscars6.jpgLe film "Des hommes et des dieux" de Xavier Beauvois, Grand prix du 63ème Festival de Cannes, est proposé pour représenter la France à la cérémonie des Oscars en février 2011.  

    La commission chargée de la sélection du film représentant la France pour l'attribution de l'Oscar du meilleur film étranger a ainsi retenu le film de Xavier Beauvois.

    L'Académie des Oscars retiendra cinq long métrages étrangers parmi les films qui lui sont proposés par les différents pays.

    Vous pouvez retrouver ma critique du film et mes vidéos de l'équipe du film à Cannes en cliquant ici.

    Je vous rappelle par ailleurs que Jean-Luc Godard recevra un Oscar d'honneur pour l'ensemble de sa carrière.

  • Trailer de "Logorama" de H5 : Oscar du meilleur court-métrage d'animation

    oscars3.jpgEn guise de conclusion de cette série d'articles consacrés aux Oscars 2010; je vous propose, ci-dessous, de visionner le trailer de "Logorama" de H5 (François Halaux, Hervé de Crécy, Ludovic Houplain) Oscar du meilleur court-métrage d'animation réalisé à partir de plus de 2500 logos. H5 est l'auteur de nombreux clips et signe ici son premier court-métrage.

    logorama.jpg

    Pour en savoir davantage, rendez-vous sur le site officiel de "Logorama".

  • Palmarès complet des Oscars 2010

    oscars.jpg

    Au regard de mes articles d'hier, je ne vous surprendrai pas en disant que je ne suis pas particulièrement enthousiaste en lisant le palmarès de ces Oscars 2010.

     Seule consolation: seulement 3 Oscars "techniques" (photo, direction artistique  et effets spéciaux) pour "Avatar" (plus gros succès cinématographique de tous les temps) qui est avant tout cela: une prouesse technique, mais j'avoue que le fait qu'un chef d'oeuvre comme "Inglourious Basterds" de Quentin Tarantino soit une nouvelle fois oublié du palmarès ( "seulement" un Oscar du meilleur second rôle pour le prix d'interprétation du dernier Festival de Cannes: Christoph Waltz) me laisse assez perplexe. Est-ce que les Oscars se "césariseraient" en privilégiant un thème ("Démineurs" traitant du déminage à Bagdad) à une qualité cinématographique, expliquant ainsi les 6 Oscars  de "Démineurs" de Kathryn Bigelow (que je n'ai pas vu, je m'abstiendrai donc de tout commentaire à ce sujet), première réalisatrice recevant l'Oscar du "meilleur réalisateur"?

    Quant aux acteurs, ce sont Sandra Bullock pour "The blind side" et Jeff Bridges pour "Crazy heart" qui remportent les Oscars des meilleurs acteurs, la première ayant obtenu le Razzie de la plus mauvaise interprétation pour son rôle dans "All about Steve" deux jours auparavant, le second  obtenant enfin l'Oscar du meilleur acteur après 5 nominations.

     Côté meilleur film étranger, le duel tant attendu entre "Un Propgète" de Jacques Audiard et "Le ruban blanc" de Michael Haneke aura eu un dénouement en demi-teinte puisque c'est le film argentin "El secreto de sus ojos" qui est reparti avec la prestigieuse statuette.

     La France repart néanmoins avec un Oscar grâce au court-métrage d'animation "Logorama" et d'une certaine manière avec celui du meilleur film documentaire "The Cove " étant coproduit par Luc Besson.

    Je vous laisse découvrir le reste du palmarès, ci-dessous.

     

    Meilleur film :
    DEMINEURS

    Meilleur acteur :
    Jeff Bridges, CRAZY HEART

    Meilleure actrice :
    Sandra Bullock, THE BLIND SIDE

    Meilleur second rôle féminin :
    Mo'nique, PRECIOUS

    Meilleur second rôle masculin :
    Christoph Waltz, INGLOURIOUS BASTERDS

    Meilleur réalisateur :
    Kathryn Bigelow, DEMINEURS


    Meilleur scénario original :
    Mark Boal, DEMINEURS

    Meilleur scénario adapté :
    Goeffrey Fletcher, PRECIOUS

    Meilleure photo :
    AVATAR

    Meilleur montage :
    DEMINEURS

    Meilleure direction artistique :
    AVATAR

    Meilleurs costumes :
    VICTORIA, LES JEUNES ANNEES D'UNE REINE

    Meilleur maquillage :
    STAR TREK

    Meilleur musique originale :
    Michael Giacchino, LA-HAUT

    Meilleure chanson originale :
    "The weary kind", CRAZY HEART

    Meilleur montage son :
    DEMINEURS

    Meilleurs mixage son :
    DEMINEURS


    Meilleurs effets spéciaux :
    AVATAR

    Meilleur film d'animation :
    LA-HAUT

    Meilleur film dans une langue étrangère
    EL SECRETO DE SUS OJOS (Argentine)

    Meilleur film documentaire :
    THE COVE

    Meilleur court métrage de fiction :
    THE NEW TENANTS, Joachim Back et Tivi Magnusson

    Meilleur court métrage d'animation :
    LOGORAMA, Nicolas Schmerkin

    Meilleur court métrage documentaire :
    MUSIC BY PRUDENCE, Roger Ross Williams et Elinor Burkett

     

  • "Inglourious basterds" de Quentin Tarantino: mon favori pour les Oscars 2010

    Même si je doute fort qu'il l'emporte lors de cette 82ème cérémonie des Oscars, "Inglourious basterds" de Quentin Tarantino reste mon favori, un véritable chef d'oeuvre, très loin devant le très commercial "Avatar" de James Cameron qui risque cependant d'emporter l'adhésion de l'Académie. "Inglourious basterds" est ainsi nommé dans les catégories meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur acteur dans un second rôle, meilleur scénario original, meilleure photographie et meilleur son. J'espère aussi évidemment qu' "Un Prophète" de Jacques Audiard sera récompensé (de l'Oscar du meilleur film étranger), ainsi que "A single man", le très beau premier film du couturier Tom Ford et que "In the air" recevra également au moins un prix, pourquoi pas celui du scénario. Résultats à suivre demain sur inthemoodforcinema.com  ! En attendant, retrouvez ci-dessous, ma critique d' "Inglourious basterds" écrite lors du Festival de Cannes 2009 à l'occasion duquel j'ai découvert ce film.

    pitt et tarantino.jpg
    brad et quentin2.jpg
    brad3.jpg
    Photos ci-dessus: Quentin Tarantino, Brad Pitt, Mélanie Laurent (photos inthemoodforcannes.com ).
    basterds6.jpg
    basterds4.jpg
    basterd.jpg
    basterd2.jpg
    basterds3.jpg

    Bien sûr, j’ai été envoûtée par la poésie et la mélancolie sensuelles des « Etreintes brisées » de Pedro Almodovar ( sur lequel je reviendrai et avec lequel le film de Tarantino présente d’ailleurs quelques similitudes), bien sûr j’ai été enthousiasmée par la précision remarquable de la réalisation de Jacques Audiard mais le film de Quentin Tarantino est le premier de ce festival et peut-être même le premier film depuis un moment à m’avoir ainsi hypnotisée, captivée, étonnée de la première à la dernière seconde. Le premier film depuis longtemps que j’avais envie de revoir à peine le générique achevé.

     

    Pitch : Dans la France occupée de 1940, Shosanna Dreyfus assiste à l’exécution de sa famille tombée entre les mains du colonel nazi Hans Landa ( Christoph Waltz). Shosanna (Mélanie Laurent) s’échappe de justesse et s’enfuit à Paris où elle se construit une nouvelle identité en devenant exploitante d’une salle de cinéma. Quelque part, ailleurs en Europe, le lieutenant Aldo Raine (Brad Pitt) forme un groupe de soldats juifs américains pour mener des actions punitives particulièrement  sanglantes contre les nazis. « Les bâtards », nom sous lequel leurs ennemis vont apprendre à les connaître, se joignent à l’actrice allemande et agent secret Bridget von Hammersmark (Diane Krüger) pour tenter d’éliminer les dignitaires du troisième Reich. Leurs destins vont se jouer à l’entrer du cinéma où Shosanna est décidée à mettre à exécution une vengeance très personnelle.

     

    De ce film, très attendu et seul film américain de cette compétition officielle 2009, je n’avais pas lu le pitch, tout juste vu la bande-annonce qui me faisait craindre une grandiloquence maladroite, un humour douteux, voire indécent sur un sujet délicat. Je redoutais, je pensais même détester ce film et ne m’attendais donc pas à ce que la première séquence (le film est divisé en 5 chapitres qui correspondent aux parcours de 5 personnages) me scotche littéralement à l’écran dès la première seconde, à ne plus pouvoir m’en détacher jusqu’à la dernière ligne du générique.

     

    L’un des premiers plans nous montre une hache dans un univers bucolique que la caméra de Tarantino caresse, effleure, esquisse et esquive : finalement ce simple plan pourrait résumer le ton de ce film, où la menace plane constamment, où le décalage est permanent, où toujours le spectateur est sur le qui-vive, la hache pouvant à chaque instant venir briser la sérénité. Cette première séquence dont nous ne savons jamais si nous devons en rire, ou en frissonner  de plaisir (parce qu’elle est jubilatoire à l’image de tout ce film, une première séquence au sujet de laquelle je ne vous en dirai pas plus pour maintenir le suspense et la tension incroyables qui y règne) ou de peur, est sans nul doute une des plus réussies qu’il m’ait été donné de voir au cinéma.

     

     Chaque séquence au premier rang desquelles la première donc recèle d’ailleurs cette même ironie tragique et ce suspense hitchcockien, le tout avec des plans d’une beauté, d’une inventivité sidérantes, des plans qui sont ceux d’un grand cinéaste mais aussi d’un vrai cinéphile (je vous laisse notamment découvrir ce plan magnifique qui est un hommage à « La Prisonnière du désert » de John Ford )  et d’un amoureux transi du cinéma. Rien que la multitude  de références cinématographiques mériterait une deuxième vision tant l’admiration et la surprise lors de la première empêchent de toutes les distinguer.

     

     Oui, parce que « Inglourious Basterds » est aussi un western. « Inglourious Basterds » appartient en réalité à plusieurs genres… et à aucun : western, film de guerre, tragédie antique, fable, farce, comédie, film spaghetti aussi. En fait un film de Quentin Tarantino .  (« Inglourious Basterds » est inspiré d’un film italien réalisé par Enzo G.Castellari). Un genre, un univers qui n’appartiennent qu’à lui seul et auxquels il parvient à nous faire adhérer, quels qu’en soient les excès, même celui de réécrire l’Histoire, même celui de se proclamer chef d’œuvre avec une audace et une effronterie  incroyables. Cela commence ainsi comme un conte  (« il était une fois »), se termine comme une farce.

     

    Avec quelle facilité il semble passer d’un ton à l’autre, nous faire passer d’une émotion à une autre, comme dans cette scène entre Mélanie Laurent et Daniel Brühl, dans la cabine de projection, une scène  qui, en quelques secondes, impose un souffle tragique poignant, époustouflant, d’un rouge éblouissant. Une scène digne d’une tragédie antique.

     

    Il y a du Hitchcock dans ce film mais aussi du Chaplin pour le côté burlesque et poétique et du Sergio Leone pour la magnificence des plans, et pour cet humour ravageur, voire du Melville aussi pour la réalisation, Meville à qui un autre cinéaste (Johnnie To) de cette compétition se référait d’ailleurs. Voilà, en un endroit tenu secret, Tarantino, après les avoir fait kidnapper et fait croire à leurs disparitions au monde entier, a réuni Chaplin,  Leone, et Hitchcock et même Melville et Ford, que l’on croyait morts depuis si longtemps et leur a fait réaliser ce film qui mêle avec brio poésie et sauvagerie, humour et tragédie.

     

    Et puis, il y a en effet le cinéma. Le cinéma auquel ce film est un hommage permanent, une déclaration d’amour passionnée, un hymne vibrant à tel point que c’est le cinéma qui, ici, va sauver le monde, réécrire la page la plus tragique de l’Histoire, mais Tarantino peut bien se permettre : on pardonne tout au talent lorsqu’il est aussi flagrant. Plus qu’un hommage au cinéma c’est même une leçon de cinéma, même dans les dialogues : « J’ai toujours préféré Linder à Chaplin. Si ce n’est que Linder n’a jamais fait un film aussi bon que « Le Kid ».  Le grand moment de la poursuite du « Kid ». Superbe . »  Le cinéma qui ravage, qui submerge, qui éblouit, qui enflamme (au propre comme au figuré, ici). Comment ne pas aimer un film dont l’art sort vainqueur, dans lequel l’art vainc la guerre, dans lequel le cinéma sauve le monde ?

     

     

    Comment ne pas non plus évoquer les acteurs : Mélanie Laurent, Brad Pitt, Diane Krüger, Christoph Waltz, Daniel Brühl y sont magistraux, leur jeu trouble et troublant procure à toutes les scènes et à tous les dialogues (particulièrement réussis) un double sens, jouant en permanence avec le spectateur et son attente. Mélanie Laurent qui a ici le rôle principal excelle dans ce genre, de même que Daniel Brühl et Brad Pitt qui, depuis « L’assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford », le chef d’œuvre d’Andrew Dominik ne cesse de prendre de l’épaisseur et nous surprendre.

     

    Que dire de la BO (signée Ennio Morricone) incroyable qui, comme toujours chez Tarantino, apporte un supplément de folie, d’âme, de poésie, de lyrisme et nous achève…

     

    Si Quentin Tarantino a déjà remporté la palme d’or en 1994 (et a notamment présidé le jury en 2004, remettant la palme d’or à Michael Moore pour « Fahrenheit 9/11 », il a également donné une leçon de cinéma l’an passé), il pourrait bien renouveler l’exploit. A défaut, il mériterait le prix de la mise en scène auquel pourraient également prétendre Jacques Audiard et Pedro Almodovar, deux films de ce point vue également parfaits... Il est en tout cas impossible qu’il ne figure pas au palmarès, même si les dissensions avec Isabelle Huppert qui avait effectué le casting pour « Inglourious Basterds » pourraient compliquer encore la tâche.

     

    Quentin Tarantino avec ce septième long-métrage a signé un film audacieux, brillant, insolent, tragique, comique, lyrique, exaltant, décalé, fascinant, irrésistible, cynique, ludique, jubilatoire, dantesque, magistral. Une leçon et une déclaration d’amour fou et d’un fou magnifique, au cinéma.  Ce n’est pas que du cinéma d’ailleurs : c’est un opéra baroque et rock. C’est une chevauchée fantastique. C’est un ouragan d’émotions. C’est une explosion visuelle et un ravissement permanent et qui font passer ces 2H40 pour une seconde !

     

     Bref, il se pourrait bien qu’il s’agisse d’un chef d’œuvre… Je vous laisse en juger par vous-mêmes lors de sa sortie en salles le 21 août et lors de la proclamation du palmarès de ce festival de Cannes 2009 dont il est impossible qu’il ne l’honore pas… A contrario de ses « bâtards sans gloire », Tarantino mérite indéniablement d’en être auréolé ! « Inglourious Basters » était le film le plus attendu de ce festival 2009. A juste titre.

  • Oscar du meilleur film étranger pour "Un Prophète" de Jacques Audiard ou "Le Ruban blanc" de Michael Haneke ?

    propheteaffiche.jpg rubanblanc.jpg oscars5.jpg

    3-1-2010_005.jpgDans quelques heures aura lieu la 82ème cérémonie des Oscars et pour "Un Prophète" de Jacques Audiard, peut-être le couronnement d'une formidable aventure et une revanche face au "Ruban Blanc" de Michael Haneke qui, au dernier Festival de Cannes, lui avait ravi la palme d'or, "Un Prophète" ayant obtenu le Grand Prix, de même qu'aux European awards où il lui avait ravi le prix de meilleur film européen, Tahar Rahim ayant néanmoins reçu le prix du meilleur acteur européen. Aux Golden Globes qui préfigurent souvent les Oscars c'est Michael Haneke qui avait eu la préfèrence des votants. "Un Prophète" avait néanmoins remporté le Bafta du meilleur film étranger, une nouvelle fois face au "Ruban blanc".

     

     

    César 081.JPG

    Après  9 César dont deux pour Tahar Rahim (meilleur jeune espoir masculin et meilleur acteur), cette cérémonie des Oscars marquera-t-elle l'apothéose de cette pluie de récompenses avec un Oscar du meilleur film étranger? A suivre dans quelques heures. A moins que l'Académie ne crée la surprise en récompensant l'un des autres nommés: Ajami (Israël), El secreto de sus ojos (Argentine), Fausta (La Teta Asustada) (Pérou).

    En attendant et en souhaitant bonne chance à l'équipe de Jacques Audiard, revoyez ci-dessous mes vidéos inédites de Tahar Rahim et de l'équipe des César, en salle presse des César 2010.

    Liens:

    prophetecannes.jpg

    Critique du "Ruban Blanc" de Michael Haneke

    Souvenirs de la projection cannoise d' "Un Prophète"

    Rencontre autour d' "Un Prophète" au cinéma le Saint-Germain-des-Prés