Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 2

  • Avec 20 Minutes, jouez gratuitement et faites gagner de l'argent aux Toiles Enchantées...!

    toiles.jpgJe vous parle souvent des Toiles enchantées, une association qui a pour vocation d’offrir gracieusement aux hôpitaux pédiatriques ainsi qu’aux centres de rééducation et de réadaptation pour enfants et adolescents malades et handicapés, des projections de films récents, au moment même de leur sortie en salles, voire parfois même en avant-première. Ces projections, souvent en présence d’acteurs et d’actrices ou du metteur en scène, sont effectuées à chaque fois avec du matériel professionnel, en 35mm, sur un écran géant monté pour l'occasion.

    Les Toiles Enchantées ont ainsi accepté la proposition du quotidien 20 minutes de se joindre à leur tout nouveau jeu internet. Vous pouvez ainsi simplement soutenir Les Toiles Enchantées, gratuitement,  en quelques clics, en jouant gratuitement au jeu SoliGame 20 minutes...et vous pouvez même remporter des cadeaux.

    Pour jouer, cliquez sur ce lien : http://solidaire.20minutes.fr/

    Le principe est simple :
    1 - Inscrivez-vous, c'est rapide (nom, prénom, email, date de naissance)
    2 - Choisissez Les Toiles Enchantées parmi les 3 associations
    3 - Visionnez une courte pub (15 à 30 secondes)
    4 - En visionnant intégralement cette vidéo vous faites gagner de l'argent aux Toiles Enchantées

    Lien permanent Imprimer Catégories : IN THE MOOD FOR NEWS (toute l'actualité ciné) Pin it! 0 commentaire
  • Présentation des films de la sélection officielle du Festival de Cannes 2011

    Cette semaine, sur inthemoodforcannes.com, j'ai commencé mes présentations détaillées des films de la sélection cannoise 2011. Sur inthemoodforcannes.com, vous retrouverez également de nouvelles rubriques, toute l'actualité cannoise et de nombreux nouveaux liens concernant ce Festival de Cannes 2011, dans les colonnes du blog, ainsi qu'un album flickr qui sera mis à jour quotidiennement pendant le festival.

    Retrouvez mes présentations de : - "La Source des femmes" de Radu Mihaileanu

    source4.jpg

    -"The Tree of life" de Terrence Malick:

     

    treeoflife.jpg

                                           -"Le Gamin au vélo" de Jean-Pierre et Luc Dardenne

    gamin2.jpg

    -"La Piel que habito" de Pedro Almodovar

    piel6.jpg

     

    Lien permanent Imprimer Catégories : FESTIVAL DE CANNES 2011 Pin it! 0 commentaire
  • Concours: 10x2 places pour "Animal Kingdom" de David Michôd

    Comme le film sort en salles mercredi prochain, et qu'il reste par conséquent peu de temps, je vais faire simple et facile. Pour remporter 2 places, soyez parmi les 10 premiers à me dire de quels classiques du polar sont extraites les 3 images ci-dessous à inthemoodforcinema@gmail.com avec pour intitulé de votre email "Concours Animal Kingdom" en n'oubliant pas de joindre vos coordonnées.

     Retrouvez ma critique du film en cliquant ici.

    cc1.jpg

    ccc.jpg

    cd.jpg

    Lien permanent Imprimer Catégories : CONCOURS/JEUX Pin it! 0 commentaire
  • Avant-première - Critique d’« Animal kingdom » de David Michôd

    animal.jpg

    Vous l’aurez peut-être remarqué, ces derniers temps, j’ai publié moins de critiques de films à l’affiche sur inthemoodforcinema.com, d’abord faute de coups de cœur cinématographiques sur lesquels j’ai décidé, plus que jamais, de me concentrer mais aussi parce que je me consacre désormais surtout à mon blog In the mood for Cannes afin qu’il soit le plus exhaustif possible et afin de  vous permettre de suivre ce 64ème Festival de Cannes le mieux possible, que vous y soyez ou non.

    J’avais néanmoins très envie de vous parler d’un premier film australien qui sort en salles mercredi prochain et qui a reçu le grand prix du jury au Festival de Sundance 2010 et le prix de la critique internationale au Festival de Beaune 2010 (ce qui confirme d’ailleurs la qualité de la sélection de ce festival et mon envie d’y faire un tour l’année prochaine).

    Direction l’Australie donc, plus précisément Melbourne, là où vit la famille Cody, criminelle de son état. Josh, (James Frecheville) un neveu éloigné, vient de perdre sa mère d’une overdose. Il va aller vivre chez les Cody  avec qui sa mère avait coupé les liens et qu’il ne connaît pas.

    Cette première scène nous plonge d’emblée dans l’atmosphère du film. Josh, en apparence impassible, regarde la télévision tandis que sa mère, morte d’une overdose, git à ses côtés. Il va alors se retrouver parmi ses oncles Pope (Ben Mendelsohn), Craig (Sullivan Stapleton) et Darren (Luke Ford), et sa grand-mère Smurf (Jacki Weaver), animal égaré parmi ces prédateurs dont la grand-mère est la reine incontestée.

    James Frecheville, dans ce qui est son premier rôle, campe un adolescent maladroit, velléitaire, peu loquace, à l’apparence d’un homme et au regard d’enfant,  qui va se retrouver plongé dans un cercle infernal. Il devra choisir son camp. Sortir de la violence, de ce cercle infernal justement, en aidant la police et en trahissant sa famille. Ou défendre sa famille jusqu’au bout. A moins qu’il n’y ait une troisième voie… David Michôd fait de cet anti-héros en apparence imperturbable, presque fantomatique, un personnage aussi opaque qu’étrangement attachant, incarnant une sorte d’innocence brute.

    Vous le savez si vous suivez ce blog, j’affectionne tout particulièrement le polar et ne supporte pas qu’on le massacre comme ce fut le cas avec un film français récemment. Le scénariste et réalisateur David Michôd, fasciné par la criminalité à Melbourne, qui a porté son sujet pendant 9 ans, ne cherche heureusement pas ici à singer ses prédécesseurs mais il s’en imprègne pour nous plonger dans son propre univers, celui d’une ville de Melbourne, sous la photographie remarquable d’Adam Arkapaw, une ville en apparence ensoleillée, mais glaciale à l’image de cette famille en apparence normale mais glaçante.  La grand-mère, mélange de louve qui couve ses fils et de lionne aux griffes acérés, a une apparence chaleureuse, affable et souriante mais ne s’en révèle que plus redoutable et diabolique.

    Si, malgré cela, je n’ai pas été totalement embarquée, c’est sans doute en raison de la bande-annonce (un modèle du genre, d’une force émotionnelle redoutable) et en raison d’un synopsis officiel que j’avais eu le malheur de lire avant la projection et qui, je trouve, fait attendre un film différent, un mélange entre « Les Infiltrés » et le cinéma de James Gray (dont il n’a pas la force lyrique) créant une déception, non en raison de ce que le film lui-même serait décevant mais différent de ce à quoi la bande-annonce et le synopsis nous font attendre. Ils laissent également entendre une relation plus étroite entre la police et Josh. D’ailleurs, dommage que le personnage de Guy Pearce (qui incarne l’inspecteur Leckie) ne soit pas plus développé.

    « Animal factory » vaut néanmoins largement le détour pour sa galerie de portraits, pour son atmosphère de violence insidieuse (jamais esthétisée néanmoins, souvent brutale mais sans effusions de sang)  et sa tension latente : la menace plane, l’étau se resserre, la tragédie implacable tisse sa toile, le royaume des animaux est sauvage et sans pitié, prédateurs indomptés, indomptables mais aussi apeurés dont le roi est une reine que vous n’oublierez pas de si tôt comme la fin, certes sans surprises, mais non moins d’une suffocante et implacable évidence. Dans ce royaume-là, une vraie jungle : dévorer ou être dévoré, il semble n’y avoir d’autre choix. Allez voir ce polar désespéré (tout de même nommé 18 fois aux AFI Awards 2010, équivalent australien de nos César) largement au-dessus de la moyenne, un premier film qui laisse augurer du meilleur pour la suite. Un réalisateur à suivre.

    A suivre : un concours vous permettant de remporter 10x2 places pour découvrir « Animal kingdom » en salles.