Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

noël

  • Idée cadeau cinéma pour Noël : un abonnement à la Box fait son cinéma

    box2.png

    box 3.png

    box4.png

    A deux jours de Noël, vous manquez d'idées de cadeaux ? Pas de panique. J'ai ce qu'il vous faut. Un cadeau original, pour les amoureux du cinéma, qui en plus s'égrènera tout au long de l'année et auquel vous serez sans doute le seul ou la seule à avoir pensé : un abonnement à la Box fait son cinéma.

    J'ai moi-même la chance de la recevoir chaque mois et c'est à chaque fois une excellente surprise. Je n'ai pas résisté à l'envie de revoir les classiques reçus comme "Taxi driver" ou "Forrest Gump".

    Il s'agit ainsi de la toute 1ère box surprise sur abonnement dédiée à l’univers des plus grands films. Une mine d'or pour cinéphiles! Et un plaisir enfantin que de découvrir les surprises que recèlent la boîte.

    Le principe est simple : les abonnés reçoivent chaque mois à domicile une box surprise composée d’un film qu’il faut avoir vu au moins une fois dans sa vie (format DVD ou Bluray au choix lors de l’inscription) et de produits soigneusement sélectionnés en lien avec le film et/ou sa thématique ainsi qu’un vrai kit clé en main pour plonger dans l’atmosphère du film et organiser son propre ciné club à la maison.

    Cet abonnement mensuel automatiquement renouvelable est au tarif de 17,90€ + 4€ de frais d’envoi.  Mais il est bien sûr sans engagement, les clients peuvent se désabonner à tout moment sur un simple clic dans leur compte client.

    box47.jpg

    Chaque boîte contient un livret explicatif aussi instructif que ludique qui fourmille d'anecdotes passionnantes sur le film ou l'époque de celui-ci, des questions, des informations sur les lieux de tournage, des liens qui vous permettent de vous plonger dans l'univers musical du film etc. Bref, rien que pour le livret, cela vaudrait déjà la peine de s'abonner! A ce livret  que vous trouverez dans chaque box, comme dans la box "Nouvelle Vague" vient s'ajouter le DVD du film, en l'espèce "A bout de souffle", La Petite anthologie des Cahiers du cinéma sur la Nouvelle vague (une passionnante mine d'informations sur les films de la Nouvelle Vague), un petit carnet La Box fait son cinéma qui ne me quitte déjà plus (idéal pour griffonner les idées pour mon prochain roman, des bribes de critiques de films ou tout ce que vous voudrez), le célèbre et indémodable T-shirt porté par Jean Seberg dans "A bout de souffle" et même un sachet de popcorn!

    la box fait son cinéma,nouvelle vague,partenariat,godard,a bout de souffle,cinéma,in the mood for cinema,mode,jean seberg,jean-paul belmondo

    La Box fait son cinéma, Nouvelle Vague, partenariat, Godard, A bout de souffle, cinéma, In the mood for cinema, partenariat, mode, Jean Seberg, Jean-Paul Belmondo

    Vous devinerez aisément à quel film était associé le tshirt ci-dessous ...

    box44.JPG

    psychose.png

    Voici les films reçus jusqu'à présent:

    box46.jpg

    Je vous laisse deviner à quels films étaient associés les cadeaux ci-dessous, en plus des livres:

    box48.JPG

     

    la box fait son cinéma,nouvelle vague,partenariat,godard,a bout de souffle,cinéma,in the mood for cinema,mode,jean seberg,jean-paul belmondo,herald tribune

    Alors? Vous voulez la commander? Cliquez sur ce lien ou sur l'affiche de "La Box fait son cinéma" dans la colonne de droite du blog ou sur le visuel ci-dessous. Dans quelques jours, je vous présenterai la Box suivante. Je suis déjà impatiente de découvrir quelles surprises elle me réserve !

    box49.png

    Et pour ceux qui ne seraient pas intéressés par la Box, ou qui souhaiteraient des idées, par exemple de livres en plus de celle-ci, mon éditeur Les Editions du 38  vous donne aussi quelques idées:

    Toutes les infos en cliquant ici.

    editeur1.jpg

    editeur2.png

  • Idée cadeau cinéma pour Noël : un abonnement à la Box fait son cinéma

    box2.png

    box 3.png

    box4.png

    A deux jours de Noël, vous manquez d'idées de cadeaux ? Pas de panique. J'ai ce qu'il vous faut. Un cadeau original, pour les amoureux du cinéma, qui en plus s'égrènera tout au long de l'année et auquel vous serez sans doute le seul ou la seule à avoir pensé : un abonnement à la Box fait son cinéma.

    J'ai moi-même la chance de la recevoir chaque mois et c'est à chaque fois une excellente surprise. Je n'ai pas résisté à l'envie de revoir les classiques reçus comme "Taxi driver" ou "Forrest Gump".

    Il s'agit ainsi de la toute 1ère box surprise sur abonnement dédiée à l’univers des plus grands films. Une mine d'or pour cinéphiles! Et un plaisir enfantin que de découvrir les surprises que recèlent la boîte.

    Le principe est simple : les abonnés reçoivent chaque mois à domicile une box surprise composée d’un film qu’il faut avoir vu au moins une fois dans sa vie (format DVD ou Bluray au choix lors de l’inscription) et de produits soigneusement sélectionnés en lien avec le film et/ou sa thématique ainsi qu’un vrai kit clé en main pour plonger dans l’atmosphère du film et organiser son propre ciné club à la maison.

    Cet abonnement mensuel automatiquement renouvelable est au tarif de 17,90€ + 4€ de frais d’envoi.  Mais il est bien sûr sans engagement, les clients peuvent se désabonner à tout moment sur un simple clic dans leur compte client.

    box47.jpg

    Chaque boîte contient un livret explicatif aussi instructif que ludique qui fourmille d'anecdotes passionnantes sur le film ou l'époque de celui-ci, des questions, des informations sur les lieux de tournage, des liens qui vous permettent de vous plonger dans l'univers musical du film etc. Bref, rien que pour le livret, cela vaudrait déjà la peine de s'abonner! A ce livret  que vous trouverez dans chaque box, comme dans la box "Nouvelle Vague" vient s'ajouter le DVD du film, en l'espèce "A bout de souffle", La Petite anthologie des Cahiers du cinéma sur la Nouvelle vague (une passionnante mine d'informations sur les films de la Nouvelle Vague), un petit carnet La Box fait son cinéma qui ne me quitte déjà plus (idéal pour griffonner les idées pour mon prochain roman, des bribes de critiques de films ou tout ce que vous voudrez), le célèbre et indémodable T-shirt porté par Jean Seberg dans "A bout de souffle" et même un sachet de popcorn!

    la box fait son cinéma,nouvelle vague,partenariat,godard,a bout de souffle,cinéma,in the mood for cinema,mode,jean seberg,jean-paul belmondo

    La Box fait son cinéma, Nouvelle Vague, partenariat, Godard, A bout de souffle, cinéma, In the mood for cinema, partenariat, mode, Jean Seberg, Jean-Paul Belmondo

    Vous devinerez aisément à quel film était associé le tshirt ci-dessous ...

    box44.JPG

    psychose.png

    Voici les films reçus jusqu'à présent:

    box46.jpg

    Je vous laisse deviner à quels films étaient associés les cadeaux ci-dessous, en plus des livres:

    box48.JPG

     

    la box fait son cinéma,nouvelle vague,partenariat,godard,a bout de souffle,cinéma,in the mood for cinema,mode,jean seberg,jean-paul belmondo,herald tribune

    Alors? Vous voulez la commander? Cliquez sur ce lien ou sur l'affiche de "La Box fait son cinéma" dans la colonne de droite du blog ou sur le visuel ci-dessous. Dans quelques jours, je vous présenterai la Box suivante. Je suis déjà impatiente de découvrir quelles surprises elle me réserve !

    box49.png

    Et pour ceux qui ne seraient pas intéressés par la Box, ou qui souhaiteraient des idées, par exemple de livres en plus de celle-ci, mon éditeur Les Editions du 38  vous donne aussi quelques idées:

    Toutes les infos en cliquant ici.

    editeur1.jpg

    editeur2.png

  • Offrez du cinéma aux enfants hospitalisés en allant au cinéma ce 25 décembre !

    toiles.jpg

     

    En allant au cinéma ce 25 décembre, vous soutiendrez la magnifique association "Les toiles enchantées" qui offre des séances de cinéma pour les enfants hospitalisés. Ne vous en privez donc pas! Joyeux Noël à tous...et vive le cinéma !

  • Critique - « Harry Potter et le Prince de sang-mêlé » de David Yates, ce soir à 20H45, sur Ciné plus Family

    harrypotter1.jpg

    Afin de ne pas heurter la sensibilité des « HarryPottermaniaques » je précise au préalable que je ne suis pas une lectrice de J. Rowling et que je n’ai commencé à suivre l’adaptation cinématographique de la saga qu’à partir de l’opus n°3. Et même si dans le 5 (« Harry Potter et l’ordre du Phénix », déjà réalisé par David Yates) l’ennui l’avait emporté, c’est néanmoins avec plaisir que je me suis rendue à l’unique projection presse organisée par la Warner, hier, avide d’évasion d’un Paris grisâtre et désenchanté, fût-ce pour un Poudlard désormais menacé par des forces démoniaques. Un opus très attendu par les fans d’autant plus que la sortie a été retardée de six mois, et que le livre dont il est adapté est un des plus riches contenant pas moins de 700 pages.

     

    L’étau démoniaque de Voldemort se resserre ainsi sur l’univers des Moldus et le monde de la Sorcellerie. Poudlard a cessé d’être un havre de paix, le danger rode au cœur du château… mais Dumbledore (Michael Gambon) est plus décidé que jamais à préparer Harry Potter (Daniel Radcliffe) à son combat final, désormais imminent. Ensemble, le vieux maître et le jeune sorcier vont tenter de percer à jour les défenses de Voldemort. Mais à Poudlard d’autres préoccupations occupent également les esprits : Harry Potter est ainsi de plus en plus attiré par Ginny (Bonnie Wright) qui ne laisse pas indifférent son rival, Dean Thomas tandis que Lavande Brown (Jessie Cave) a jeté son dévolu sur Ron (Rupert Grint) alors que Hermione (Emma Watson) est rongé par la jalousie.

     

    harrypotter2.jpg

     

    C’est dans un Londres sous un ciel brumeux (qui a dit pléonasme ?) et colérique, sombre et inquiétant, attaqué par les disciples de Voldemort, que débute ce 6ème opus. L’impression est vertigineuse et nous fait immédiatement décoller de la réalité pour nous faire plonger de plein pied (ou balai) dans l’univers ensorcelé et ensorcelant d’Harry Potter qui, s’il nous est devenu familier, n’exerce pas moins une fascination aux réminiscences délicieusement enfantines sur les esprits les plus cartésiens.

     

    Quelles que soient mes réserves émises ultérieurement, je confesse une totale immersion (ce qui me concernant est une véritable gageure sachant que je suis notamment réfractaire au cinéma d’animation), un jouissif oubli de la réalité et des 2H32 passées sans que je m’en aperçoive, les trouvant même trop courtes.

     

    Ce scénario signé Steve Kloves, également scénariste des 4 premiers (et non du 5ème, ce qui explique peut-être sa qualité moindre) dose astucieusement le passé et le présent, les scènes d’une atmosphère ténébreuse et la comédie et même la comédie romantique pour au final donner cette potion magique malgré une relative vacuité de l’enjeu si ce n’est celui de nous faire patienter avant les ultimes épisodes. (En réalité un film en 2 parties : « Harry Potter et les reliques de la mort » dont la première partie sortira en novembre 2010, et la seconde à l’été 2011, deux parties également réalisées par David Yates).

     

    La fin n’est ainsi pas à la hauteur du rythme trépidant et haletant, et n’a finalement d’autre but que de susciter l’attente avant les deux derniers épisodes, le vrai climax et la réelle confrontation que cet opus nous laissait espérer pour son dénouement, d’où un sentiment d’insatisfaction et d’avoir admirablement été menée en bateau (et à la baguette, au sens concret, cela va de soi) et de nous laisser sur notre faim.

    harrypotter3.jpg

     

    harrypotter5.jpgEn même temps que Harry Potter, Daniel Radcliffe a grandi et son jeu s’est affiné. Les personnages ont aussi gagné en ambivalence. La frontière entre le bien et le mal est de plus en plus floue, de même que celle entre l’enfance et l’âge adulte, la fin de l’innocence que vivent les élèves de Poudlard étant aussi celle d’un monde de plus en plus menacé. A l’inverse, Drago ( Tom Felton) , derrière son insolence et son arrogance laisse transparaître sa fragilité et sa vulnérabilité, donnant aussi une impression de manque d’épaisseur à son personnage et accessoirement (et un court instant) aux scènes dans lesquelles il apparaît. Un nouveau personnage, réjouissant, fait également ici son apparition sous les traits du professeur Slunghorn (Jim Broadbent) , dandy excentrique et snob. Le Professeur Rogue (Alan Rickman) , toujours aussi énigmatique, fait planer une menace constante et délectable.

     

     

    Certaines scènes sont lyriques, époustouflantes, voire mystiques à souhait, la scène de la grotte (que je vous laisse découvrir) faisant songer aux « Dix commandements ».

     

    La photographie joue savamment de l’ombre et la lumière, à l’image de l’ambivalence grandissante des personnages, une photographie signée Bruno Delbonnel (« Le Fabuleux destin d’Amélie Poulain », « Un long dimanche de fiançailles »).

     

    Maintenant que vous êtes prévenus de cette (petite) réserve quant à la fin, je peux vous recommander ce divertissement de très grande qualité pour sa potion magique constituée d’un savant mélange d’humour et de noirceur qui remplit pleinement son rôle à savoir nous faire oublier la réalité, le temps qui passe, (et l’enjeu ou son absence mais qu’importe) . Ne vous privez surtout pas de cette délicieuse sensation d’être immergés dans un ailleurs irréel devenu probable par la magie. De Poudlard. Et surtout… du cinéma.

     

    A noter: dès le 15 jullet (date de sortie du film en salles), il sera projeté en IMAX au Gaumont Disney Village, l'unique salle IMAX 3D de France permettant ainsi de profiter de l'incomparable qualité de l'image et du son de l'IMAX Expérience. Les 12 premières minutes bénéficient ainsi de la technologie IMAX 3D.

    harrypotter4.jpg
    Lien permanent Imprimer Catégories : A VOIR A LA TELEVISION Pin it! 0 commentaire
  • Livre - « Marilyn la légende » par Henry-Jean Servat

    mari1.jpg

    Cinquante ans après sa mort, Marilyn continue à fasciner, plus que jamais même,  et son visage étincelant à la beauté diaphane et fragile, continue à éblouir, immortel. Des aspects de sa personnalité ou de sa vie continuent à être découverts, prouvant qu’elle était une femme encore bien plus complexe que ce à quoi certains ont longtemps voulu la réduire, une image sur papier glacé, et surtout très intelligente et lucide. Velléitaire et déterminée, forte et si fragile, éblouissante et égarée, entourée et si seule, tellement observée et incomprise, orgueilleuse et doutant d’elle-même, enfantine et incarnation suprême de la féminité, manipulatrice et manipulée : Marilyn réunit tous les (fascinants) paradoxes des artistes et les porte à leur paroxysme. Femme « irréelle et aérienne », aussi, comme la définit Henry-Jean Servat.

    bardot.jpg

    romy.jpg

    Journaliste et écrivain, Henry-Jean Servat défend toujours avec un enthousiasme communicatif ses passions, ses justes révoltes même (contre la corrida notamment) mais aussi et surtout sa passion du cinéma et des actrices de légende. Après « Bardot, la légende », en 2009 et « Romy, la légende » en 2011, place à « Marilyn la légende ». Le livre est d’ailleurs préfacé par une autre légende, Brigitte Bardot qui y raconte son admiration pour Marilyn et sa rencontre avec celle dont elle loue la  « fragilité gracieuse ».

    week.jpg

    A l’image de Romy et Brigitte, Marilyn est la star mythique que seul son prénom suffit à désigner à l’image du titre du film qui lui a cette année été consacré « My week with Marilyn » de Simon Curtis. Quel plus beau et à la fois plus impossible personnage de cinéma que Marilyn qui était elle-même, déjà, un personnage dans la vie puisqu’elle interprétait constamment un rôle, se mettant en scène, maquillant son vrai visage (dans tous les sens du terme) ? Le film commence et s’achève sur une image de Marilyn sur l’écran…et ne s’en détachera d’ailleurs guère. Si c’est bien à celle qui se dissimulait derrière ce masque que le film s’attache, il ne parvient pourtant jamais à s’éloigner des clichés se contentant au contraire de les aligner (dans les deux sens du terme, des clichés sur sa personnalité à ceux, visuels, qui l'ont immortalisée).

    prince.jpg

    Contrairement au film précité qui ne se concentre que sur une semaine durant le tournage du « Prince et la danseuse » de Laurence Olivier, Henry-Jean Servat,  avec ce livre à la (dé)mesure du mythe, réalise une sorte de kaléidoscope de sa vie aussi tumultueuse, tragique que passionnante, en une centaine de questions et plus de 300 images dont certaines particulièrement rares, un livre qui ravira donc autant ceux qui sont des inconditionnels que ceux qui souhaitent la (re)découvrir.

    des.jpg

    Marilyn ce sont des clichés (dans les deux sens du terme) qui l’ont parfois enfermée ou révélée comme celui de la plus célèbre scène de toute sa carrière, lorsque sa robe blanche se soulève dans le très beau « Sept ans de réflexion » de Billy Wilder, un de ses plus beaux films avec son dernier film achevé « Les Désaxés » (film d’une modernité étonnante dans lequel son rôle a été écrit pour elle par Arthur Miller, et si j'aime tant ce film c'est sans doute parce que sa belle, touchante et troublante fragilité y affleure tant) mais aussi avec « Certains l’aiment chaud », et un film dans lequel elle n’a qu’un petit rôle mais qui définit si bien la cruauté insatiable de cet univers qui la révèlera et la broiera :  « Eve » de Mankiewicz.

    eve.jpg

    Le livre évoque aussi bien sa vie privée que sa vie publique, est jalonné de photos de ses films, mais aussi des photos où elle prend la pose, certaines connues (comme celle à  l’Ambassador hotel à New York en 1955) ou beaucoup plus rares, mais aussi de passionnants témoignages comme celui  de son amie Jane Russel, de sa demi-sœur, de Tony Curtis, de Jack Lemmon, de Gina Lollobrigida,  de Carole Amiel, la dernière compagne d’Yves Montand qui raconte la rencontre de Marilyn  et Yves Montand etc.

    mari5.jpg

    jane.jpg

     Le livre contient aussi de nombreuses citations de Marilyn qui éclaire sa personnalité complexe, sa fragilité poignante, sa lucidité mélancolique : « J’ai toujours pensé que je n’étais personne. Et la seule façon pour moi de devenir quelqu’un…et bien c’est d’être quelqu’un d’autre. », « Les hommes ne me regardent pas, ils jettent leurs yeux sur moi. »

    mari17.jpg

     Ce livre est avant tout un sublime hommage à une femme mythique, à une actrice admirable terriblement belle, désespérément malheureuse, indéniablement talentueuse qui est et restera grâce et à cause de cela : une légende. Une très belle idée de dernière minute pour un beau cadeau de noël !

     

    Marilyn la légende

    Henry-Jean Servat

    Hors Collection

    www.horscollection.com

    35 euros 

    Découvrez les 6 sites "in the mood ": http://inthemoodlemag.com , http://inthemoodforfilmfestivals.com, http://www.inthemoodforcannes.com , http://www.inthemoodforcinema.com  , http://www.inthemoodforluxe.com  . Retrouvez également cet article sur http://inthemoodlemag.com .