Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

festival du cinéma américain - Page 4

  • Festival du Cinéma Américain de Deauville 2009: complément de programmation

    deauvilleaffiche2009.jpgLa semaine dernière, je vous résumais le programme de ce 35ème Festival du Cinéma Américain de Deauville (que vous pouvez retrouver en cliquant ici) qui vient d'être complèté.

    J'en profite également pour vous annoncer que, en partenariat avec Orange, j'aurai le plaisir de vous permettre très prochainement de gagner une dizaine de pass journaliers pour ce Festival du Cinéma Américain de Deauville 2009 (même pour le week end).

    -tempsnest.jpgNous savions déjà que la cérémonie d'ouverture de cette 35ème édition, le vendredi 4 septembre prochain, serait marquée par un concert de Julia Migenes, nous connaissons désormais le nom du film d'ouverture.

    Il s'agira de "The Time Traveler's wife" (Le temps n'est rien) de Robert Schwentke avec Eric Bana et Rachel Mc Adams.

    Ce film de science-fiction sortira en salles le 29 novembre 2009, il raconte la relation d'un homme et d'une femme dans laquelle l'homme possède  des gènes lui permettant de voyager dans le temps et de s'observer ainsi à plusieurs étapes de sa vie.

     

    Andygarcia.jpg-Après Darren Aronofsky, Neil LaBute, James Foley, Edward Burns, Scott McGehee, David Siegel, Jonathan Nossiter et Charlie Kaufman, le Festival du Cinéma Américain de Deauville propose cette année un rendez-vous avec l'acteur, producteur, réalisateur et compositeur Andy Garcia qui parlera de son travail et répondra aux questions des personnes présentes.

    Cette rencontre aura lieu dans la salle Lexington, située dans l'enceinte du CID, le samedi 12 septembre a 17 heures.

    L'accès est gratuit, dans la limite des places disponibles.

    Inthemoodfordeauville.com vous fera bien entendu un résumé de cette rencontre pour ceux qui ne pourront pas y assister. Retrouvez toute la filmographie d'Andy Garcia dans l'article qui lui a été consacré (rubrique "hommages" du blog inthemoodfordeauville.com).

    -6 films viennent complèter la liste des 11 Premières que vous pouvez retrouver en cliquant ici. 

    "The Informant" de Steven Soderbergh avec Matt Damon, Scott Bakula, Joel McHale...

    informant.jpg

     

    Synopsis: L'histoire vraie d'une "taupe" du FBI infiltrée au coeur d'un célèbre scandale industriel qui vit la société japonaise Archer Daniels Midland, spécialisée dans l'Agro-alimentaire, frauder et engranger des dizaines de millions de dollars de profits illégaux...

    Sortie en salles: le 30 septembre 2009 

    "Me and Orson Welles" de Richard Linklater avec Zac Efron, Claire Danes, Christian Mc Kay...

    Synopsis: EN 1937, Orson Welles offre un rôle dans sa prochaine production à un étudiant croisé dans une rue de New-York. La vie du jeune homme va en être bouleversé...

    "District 9" de Neill Blomkamp avec Sharlto Copley, David James, Jason Cope...

    (Actuellement en tête du box-office aux Etats-Unis)

    district9.jpg

    Synopsis: Il y a vingt-huit ans, des extraterrestres entrèrent en contact avec la Terre...
    Ces visiteurs d'au-delà des étoiles étaient des réfugiés et furent installés dans le District 9, en Afrique du Sud, pendant que les nations du monde se querellaient pour savoir quoi en faire...
    Depuis, la gestion de la situation a été transférée au MNU (Multi-National United), une société privée qui n'a pas grand-chose à faire du sort de ces créatures, mais qui fera d'énormes bénéfices si elle arrive à faire fonctionner leur extraordinaire armement. Jusqu'à présent, toutes les tentatives ont échoué : pour que les armes marchent, il faut de l'ADN extraterrestre.
    La tension entre extraterrestres et humains atteint son maximum lorsque le MNU commence à évacuer les non-humains du District 9 vers un nouveau camp, en envoyant des agents de terrain s'occuper de leur transfert. L'un de ces agents, Wikus van der Merwe, contracte un virus extraterrestre qui se met à modifier son ADN. Wikus est à présent l'homme le plus recherché de la planète, celui qui vaut plus qu'une fortune : il est la clé qui permettra de percer le secret de la technologie alien.
    Repoussé, isolé, sans aide ni amis, il ne lui reste qu'un seul endroit où se cacher : le District 9...

    Sortie en salles: le 16 septembre 2009

    "Entre Nos" de Paola Mendoza et Gloria La Morte avec Paola Mendoza, Andres Munar, Anthony Chisholm

    Synopsis: Mariana a élevé ses deux enfants en Colombie avant de partir à New York pour rejoindre leur père qui était parti travailler aux Etats-Unis des années auparavant. Un soir, il leur annonce qu'il va s'installer à Miami... mais sans eux. Sans personne pour l'aider dans cette ville qui lui est étrangère et maîtrisant mal l'anglais, Mariana va devoir trouver un moyen de subvenir aux besoins de sa famille, émotionnellement comme financièrement.


    Wonderful World de Josh Goldin avec Matthew Broderick, Sanaa Lathan, Jodelle Ferland, Jesse Tyler Ferguson

    Synopsis: Ben Singer, l'homme le plus négatif du monde, refuse de croire que le moindre miracle soit possible. Lorsque son colocataire tombe malade, Ben est contraint d'héberger Khadi, sa sœur sénégalaise. Cet improbable ménage à deux va devenir quelque chose d'autre et la nature habituellement autodestructrice de Ben va bientôt faire place à l'inspiration...

    -Deux films viennent également compléter les 9 films en compétition déjà annoncés (ici):

    "Shrink" de Jonas Pate avec Kevin Spacey, Saffron Burrows, Jack Huston...

    shrink.jpg

    Synopsis: Un psychiatre pour stars est incapable de de ressaisir après un récent drame personnel. Fumeur de marijuana chronique, il ne s'occupe plus de son apparence et perd confiance quant à sa capacité à aider ses patients...

    "Youth in revolt" de Miguel Arteta avec Michael Cera, Ray Liotta, Steve Buscemi...

    youth.jpg

    Synopsis: Comédie. Les aventures sentimentalo-rocambolesques de Nick Twisp, un adolescent amoureux lancé sur les traces de la fille de ses rêves...

    -deauvilleaffiche2009.jpgJe vous annonçais la composition des jurys de ce 35ème Festival du Cinéma Américain de Deauville, il y a 15 jours. Vous pouvez la retrouver, ici.

     Bruno Podalydès viendra compléter le jury longs-métrages. Contrairement à ce que je vous avais annoncé, Déborah François ne sera pas dans le jury Révèlation Cartier mais dans le jury longs-métrages présidé par Jean-Pierre Jeunet. Louise Monot, quant à elle, rejoint le jury Cartier.

    -Trois documentaires viennent compléter la liste de ceux dont je vous parlais la semaine dernière (cf rubrique "Docs de l'oncle Sam" du blog inthemoodfordeauville.com.)

    FACING ALI de Pete McCormack

    Mohamed Ali, trois fois champion du monde des poids lourds, doit sa renommée autant à ses performances sportives qu'à son verbe haut. Aujourd'hui dix de ses anciens adversaires lui rendent hommage à travers ce documentaire.

    OUTRAGE de Kirby Dick

    Un réquisitoire contre l'hypocrisie de politiciens n'ayant pas fait leur ≪ coming out ≫ mais accumulant de scandaleux records de vote contre les droits des homosexuels, et militant activement contre la communauté gay à laquelle ils appartiennent. En révèlant les vies cachées de certains puissants responsables américains, ce documentaire témoigne du mal qu'ils ont infligé à des millions d'Americains et examine la complicité des medias qui n'ont pas devoilé leurs secrets.

    WILLIAM KUNSTLER : DISTURBING THE UNIVERSE de Sarah et Emily Kunstler

    William Kunstler, était l'un des avocats les plus célèbres et les plus controversés du vingtième siècle. Il s'est battu pour les droits civils et a representé des activistes antimilitaristes, mais aussi des terroristes et des assassins. Dans ce documentaire, les réalisatrices explorent la vie de leur père : du père de famille de classe moyenne à l'avocat engage, finalement devenu l'avocat le plus détesté d'Amérique.

    - Le programme des "Nuits Américaines" 2009: poursuivant sa collaboration avec la Cinémathèque française, le Public Système Cinéma proposera pour ce rendez-vous qui fête sa troisième édition, une programmation au cinéma Le Morny de Deauville, dédiée aux films de guerre et à la comédie, mais aussi des nuits dédiées aux personnalités auxquelles le festival rendra hommage avec pour résultat une pogrammation très éclectique.

     Ces séances sont très accessibles, le vous les recommande. Un pass spécial exclusivement dédié aux Nuits Americaines sera proposé au public au prix de dix euros pour toute la durée du Festival, et pour un euro supplémentaire aux festivaliers.

    FILMS DE GUERRE

    1941 SERGEANT YORK (Sergent York) de Howard Hawks

    1957 PATHS OF GLORY (Les sentiers de la gloire) de Stanley Kubrick

    1958 THE NAKED AND THE DEAD (Les nus et les morts) de Raoul Walsh

    1970 M*A*S*H de Robert Altman

    1989 CASUALTY OF WAR (Outrages) de Brian de Palma

    COMEDIES

    1928 THE CAMERAMAN (Le cameraman) de Edward Sedgwick

    1933 DUCK SOUP (Soupe au canard) de Leo McCarey

    1937 NOTHING SACRED (La joyeuse suicidee) de William A. Wellman

    1938 HOLIDAY (Vacances) de George Cukor

    1942 TO BE OR NOT TO BE (Jeux dangereux) de Ernst Lubitsch

    1952 MONKEY BUSINESS (Cherie je me sens rajeunir) de Howard Hawks

     

    Le festival offrira également au public la possibilité de redécouvrir les films de Robert Aldrich, dont certains seront repris dans le cadre d'une rétrospective unique à la Cinémathèque française (du 26 août au 5 octobre) :

    LA NUIT ROBERT ALDRICH

    1954 VERA CRUZ

    1955 KISS ME DEADLY (En quatrieme vitesse)

    1955 THE BIG KNIFE (Le grand couteau)

    1962 WHAT EVER HAPPENED TO BABY JANE? (Qu'est-il arrive a Baby Jane?)

    1971 THE GRISSOM GANG (Pas d'orchidees pour Miss Blandish)

    D'autre part, le cinéma Le Morny sera également le théâtre de séances spéciales en hommage aux personnalités mises à l'honneur par le festival cette année et proposera :

    LA NUIT HARRISON FORD

    1987 FRANTIC de Roman Polanski

    1988 WORKING GIRL de Mike Nichols

    1997 THE DEVIL'S OWN (Ennemis rapproches) de Alan J. Pakula

    1999 RANDOM HEARTS (L'ombre d'un soupcon) de Sydney Pollack

    2000 WHAT LIES BENEATH (Apparences) de Robert Zemeckis

     

    LA NUIT ROBIN WRIGHT PENN

    1987 THE PRINCESS BRIDE (Princesse Bride) de Rob Reiner

    1994 FORREST GUMP de Robert Zemeckis

    1997 SHE'S SO LOVELY de Nick Cassavetes

    2002 WHITE OLEANDER (Laurier blanc) de Peter Kosminsky

    2008 WHAT JUST HAPPENED (Panique a Hollywood) de Barry Levinson

     

    LA NUIT ANDY GARCIA

    1990 THE GODFATHER: PART III (Le parrain 3) de Francis Ford Coppola

    1997 NIGHT FALLS ON MANHATTAN (Dans l'ombre de Manhattan) de Sidney Lumet

    2001 OCEAN'S ELEVEN de Steven Soderbergh

    2004 MODIGLIANI de Mick Davis

    2005 THE LOST CITY (Adieu Cuba) de Andy Garcia

     

    LA NUIT DAVID ZUCKER, JIM ABRAHAMS & JERRY ZUCKER

    1980 AIRPLANE ! (Y a-t-il un pilote dans l'avion ?) de David Zucker, Jim Abrahams & Jerry Zucker

    1984 TOP SECRET ! de David Zucker, Jim Abrahams & Jerry Zucker

    1988 THE NAKED GUN : FROM THE FILES OF POLICE SQUAD ! (Y a-t-il un flic pour sauver la reine ?) de David Zucker, Jim Abrahams & Jerry Zucker

    1991 HOT SHOTS de Jim Abrahams

    2006 SCARY MOVIE 4 de David Zucker

     

  • Le programme du Festival du Cinéma Américain de Deauville 2009 et tous mes conseils pour s'immerger "in the mood for Deauville"...

    deauville20092.jpg

    deauvilleaffiche2009.jpgCette année le Festival du Cinéma Américain de Deauville célèbrera sa 35ème édition, inthemoodforcinema.com (et inthemoodfordeauville.com) sera évidemment présent, et cela pour la 16ème année consécutive (enfin ... j'y serai pour la 16ème année et pour la 6ème pour ce blog). Après avoir expérimenté à peu près tous les badges du festival (et même jury en 2000), pour la 7ème année consécutive, c'est en tant que presse que je serai accréditée afin de pouvoir réaliser un compte rendu exhaustif de ce festival et, comme chaque année, vous le relater de l'ouverture à la clôture, des avant-premières aux conférences de presse, des hommages aux films en compétition, de la remise du prix Michel d'Ornano à celle du prix littéraire...

    LES JURYS

    jeunet.jpg

    Jean-Pierre Jeunet au Salon du Cinéma 2009 (©Inthemoodforcinema.com )

    Le Festival aura lieu cette année du 4 au 13 septembre (inthemoodforcinema.com sera présent du 3 au 14), son jury Palmarès sera présidé par le cinéaste Jean-Pierre Jeunet (cliquez ici pour lire mon récit de sa Master class sur "Micmacs à Tire-Larigot" qui sortira le 28 octobre prochain en salles) qui sera accompagné de : Hiam Abbas ( Comédienne, réalisatrice et scénariste), Emilie Dequenne  (Comédienne), Sandrine Kiberlain  (Comédienne et chanteuse), Géraldine Pailhas  ( Comédienne), Dany Boon  (Comédien, scénariste et réalisateur), Jean-loup Dabadie (Ecrivain, scénariste, Membre de l’Académie française),  Patrice Leconte  (Réalisateur, scénariste et comédien).

    Ce jury décernera le Grand Prix et le Prix du Jury.

    Le jury Révélation Cartier, qui récompense un film pour ses qualités novatrices, sera présidé par la réalisatrice, scénariste et comédienne Maïwenn. Elle sera accompagnée de: Romane Bohringer  (Comédienne), Déborah François (Comédienne), Aïssa Maïga (Comédienne),  Nicolas Fargues  (Ecrivain), Raphaël (Chanteur et comédien).

    LES HOMMAGES ET L'INVITE D'HONNEUR

    indiania2.jpg

    Comme chaque année le Festival rendra hommage à des personnalités du cinéma américain, cette année: au comédien, producteur et réalisateur Andy Garcia; au réalisateur et producteur Robert Aldrich (en partenariat avec la Cinémathèque Française, six de ses films seront projetés à Deauville à cette occasion); à la comédienne Robin Wright Penn;  aux réalisateurs, scénaristes et producteurs David Zucker, Jim Abrahams, Jerry Zucker.

    L'invité d'honneur du Festival sera cette année le comédien Harrison Ford dont le Festival a déjà projeté un grand nombre de films.

    PRIX MICHEL D'ORNANO

    qu'un seul.jpg

    Le Prix Mochel d'Ornano sera attribué à "Qu'un seul tienne et les autres suivront" de Léa Fehner, le dimanche 13 septembre.

    PRIX LITTERAIRE

    colum.jpg

    Comme chaque année, le jury composé de Frédéric Beigbeder, Gilles-Martin Chauffier, André Halimi, Jean-Claude Lamy, Eric Neuhoff et Gonzague Saint-Bris a attribué le prix littéraire (rendez-vous dans la rubrique "prix littéraire" du blog inthemoodfordeauville.com pour connaître les lauréats des années passées) qui sera décerné au lauréat le jeudi 11 septembre à: Colum McCann pour son livre "Et que le vaste monde poursuive sa course folle" (Editions Belfond).

    COMPETITION

    personnal effects.jpg

     La compétition, que je ne manque jamais, nous promet comme chaque année de belles surprises avec, au programme,  cette année (et notamment 4 premiers films): Cold Souls  de Sophie Barthes,  Harrison, Montgomery  de Daniel Davila,  Humpday de Lynn Shelton, Personal Effects  de Rick Moody,  Precious de Lee Daniels,  Sin Nombre  de Cary Fukunaga,   The Good Heart  de Dagur Kari,  The Killing Room  de Jonathan Liebesman,  The Messenger d’ Oren Moverman,   The World's Greatest Dad  de Bobcat Goldthwait.

    PREMIERES

    julie.jpg

    Les Films en Première, dont un certain nombre sont projetés le soir (séances accessibles sur cartes d'accès au CID et sur badge 30 minutes après au casino): 500 jours ensemble  de Marc Webb (dont vous pouvez d’ores et déjà lire ma critique en cliquant ici),  Black Dynamite  de Scott Sanders,  City Island  de Raymond de Felitta,  Hôtel Woodstock d’Ang Lee (qui figurait en compétition du 62ème Festival de Cannes),   Julie et Julia de Nora Ephron (avec et en présence de Meryl Streep),   La Proposition  d’Anne Fletcher,  Like Dandelion Dust  de Jon Gunn,   Pippa Lee  de Rebecca Miller,   The Open Road  de Michael Meredith,  Ultimate Game  de Mark Neveldine et  Brian Taylor.

    DOCS DE L'ONCLE SAM

    food.jpg

    En quelques années, depuis sa création en 2003,  la section "Docs de l'Oncle Sam" a réussi à s'imposer comme un temps fort du festival avec, cette année, comme documentaires américains au programme:  Boy Interrupted  de Dana Perry,  Food, Inc. de Robert Kenner,  It Might Get Loud  de Davis Guggenheim,  Nightmares in Red , White & Blue : the Evolution of the American Horror Film  d’Andrew Monument,  The Cove  de Louie Psihoyos,   The September Issue  de R.J. Cutler,  When you're strange de Tom DiCillo.  

    CEREMONIE D'OUVERTURE DU FESTIVAL

    julia.jpg

    Cette année le Festival a décidé d'innover en proposant un concert de Julia Migenes en ouverture du Festival.

    INVITES ATTENDUS

     Les invités attendus cette année, outre les membres des deux jurys précités, l'invité d'honneur Harrison Ford et les personnalités auxquelles il sera rendu hommage également précitées: Sandra Bullock, Jeff Bridges, Ang Lee, Michelle Pfeiffer, Meryl Streep, Amy Adams, Stanley Tucci, Gerard Butler, Robin Williams ...

    INFORMATIONS PRATIQUES ET CONSEILS POUR PROFITER AU MIEUX DU FESTIVAL

    farelly cartier 002bis.jpg
    (©Inthemoodforcinema.com )

     Deauville est un festival relativement accessible même si, depuis 3 ans, les séances du soir au CID se font uniquement sur cartes d'accès  (disponibles dans la limite des places sur les terrasses du festival pour les détenteurs de pass permanents, se présenter une heure ou deux avant pour les avant-premières les plus attendues, mais il peut arriver exceptionnellement qu'il n'y en ait pas) mais toujours sur badge au casino.

    Pour les films en compétition et les avant-premières de la journée, l'entrée se fait sur badge, quel qu'il soit. Concernant les premiers, les séances sont rarement complètes.

    blogde20.jpgblogphoto10.jpgblogde16.jpg
    Ed Harris, George Clooney, Morgan Freeman en conférences de presse du Festival du Cinéma Américain de Deauville

    (©Inthemoodforcinema.com )

    Quel que soit votre badge, sachez que les badges presse sont prioritaires aux conférences de presse mais que les autres pass peuvent entrer en cas de places libres (souvent le cas pour les films en compétition, moins lorsqu 'il y a des "têtes d'affiche", conférences pour lesquelles toute la presse ne peut parfois pas entrer.) Si vous avez un pass presse, les conférences sont très accessibles, il ne m'est jamais arrivé d'être refoulée même pour  des conférences très prisées comme celles de Brad Pitt et George Clooney il y a deux ans. 

    Le pass permanent coûte 150 euros et le pass journalier 30 euros (son coût a baissé par rapport aux années précèdentes), néanmoins si vous restez plus de 3 jours, je vous conseille plutôt d'investir dans le pass permanent avec lequel vous serez prioritaires pour le retrait des cartes d'accès pour les Premières du soir sur les terrasses du festival.

    Sachez encore que la salle du CID compte 1500 places, celle du casino 700 et celle du Morny 271 (et 99 pour les Nuits Américaines).

     Pour tous les détails concernant les informations pratiques rendez-vous ici.

    SOIREE ANNIVERSAIRE DU FESTIVAL?

    blogde49.jpg
    Lucas et Coppola (©Inthemoodforcinema.com )

    Pour l'instant, rien n'est signalé concernant une éventuelle soirée de célèbration de ce 35ème anniversaire du festival (comme cela avait été le cas pour les 25 ans - avec l'invitation de 25 stars américaines et non des moindres: Lauren Bacall, Kirk Douglas, Cyd Charisse, Geena Rowlands...; ou pour les 25 ans avec la présence de Lucas, Coppola et Spielberg).

    LES NUITS AMERICAINES?

    nuits.jpg

    Par ailleurs, nous ne savons pas si l'excellente initiative des Nuits Américaines créées en 2007 ( des classiques du 7ème art américain projetés 24H24) sera reconduite cette année, le programme ne nous a en tout pas été communiqué pour le moment.

    LIENS INTERNET

    blogde23.jpg

    (©Inthemoodforcinema.com )

    Vous pourrez suivre ce 35ème Festival du Cinéma Américain de Deauville en direct sur son site officiel, sur In the mood for Deauville (sur lequel vous trouverez également de nombreux liens vers des sites et blogs évoquant le festival) et sur In the mood for cinema, sur mon compte twitter, et sur les pages Facebook consacrées à celui-ci que j'ai créées: le groupe des "Inconditionnels du Festival du Cinéma Américain de Deauville", la page de l'Evènement  et la Fan Page du Festival du Cinéma Américain de Deauville.

    Il ne s'agit là que d'un résumé du programme que vous pourrez trouver détaillé sur mon blog entièrement consacré au Festival du Cinéma Américain de Deauville, "In the mood for Deauville" sur lequel vous trouverez également de nombreuses archives sur les éditions précédentes du Festival de Deauville.

     Ce programme pourra être ultérieurement complété, toutes les informations complémentaires seront publiées sur inthemoodforcinema.com et détaillées sur inthemoodfordeauville.com  et bien sûr sur le site officiel du Festival du Cinéma Américain de Deauville. 

     

  • Suivez en direct la master-class de Jean-Pierre Jeunet, ce soir, à 20h15

    jeunet2.jpg
    jeunet.jpg
    Photo ci-dessus: Jean-Pierre Jeunet au Salon du Cinéma 2009, photo Inthemoodforcinema.com

    micmacs.jpgComme, pour une raison indépendante de ma volonté,  je ne pourrai  finalement  et malheureusement pas assister à la master-class  de Jean-Pierre Jeunet à laquelle j’étais invitée, au siège de la Warner,  ce soir, dans le cadre du club 300 d’Allociné, je vous invite à la suivre, comme moi, en direct sur Allociné où elle sera retransmise  en intégralité, ce soir donc, à partir de 20H15, là-bas.

     

      Vous pouvez également  poser vos questions à Jean-Pierre Jeunet en cliquant ici.

     

    Il évoquera son cinéma et présentera son prochain film « Micmas à tire-larigot » qui sortira en salles le 28 octobre 2009.

     

    Je vous rappelle que Jean-Pierre Jeunet sera le président du jury du 35ème Festival du Cinéma Américain de Deauville que vous pourrez suivre en direct, comme chaque année, sur Inthemoodforcinema.com et sur Inthemoodfordeauville.com .

     

    Jean-Pierre Jeunet était également le parrain du Salon du Cinéma 2009 dont Inthemoodforcinema.com était partenaire. Il y a également donné une master class.

    invit2.jpg
    invit4.jpg

     

    club.jpgEt puisque d’Allociné et de son club 300 il est question, j’en profite pour vous signaler qu’il y a une semaine nous avons fêté le premier anniversaire dudit club 300 au sujet duquel vous pourrez en savoir davantage en regardant la vidéo ci-dessous (cliquez sur "lire la suite" pour voir la vidéo) et en cliquant ici, ce lien vous renvoyant vers mes articles y ayant déjà été consacrés. Cet anniversaire a donné lieu à la projection de « Là-haut » également projeté en ouverture du 62ème Festival de Cannes. Cliquez ici pour lire mes commentaires au sujet de « Là-haut ».

    jeunet3.jpg

    Lire la suite

  • Bilan du 34ème Festival du Cinéma Américain de Deauville : le cinéma indépendant à l’honneur et la radiographie d'une Amérique engluée dans le présent

    face18.jpgIl y a une semaine déjà s’achevait le 34ème Festival du Cinéma Américain de Deauville. Il ne m’en fallait pas moins pour prendre du recul sur ce qu’est invariablement un festival de cinéma, celui-ci en particulier : une tornade émotionnelle dont le tourbillon fascinant, parfois dévastateur mais non moins majestueux, vous emporte et vous laisse bousculé, étourdi, heureux et épuisé, régénéré et mélancolique, un peu changé et riche de paradoxes comme ce festival sait si bien les exhaler et concilier. Cette 34ème édition n’a pas dérogé à la règle même si pour beaucoup ce fut un « petit festival ». Pour moi, au bout de quinze années (et cette année n’était certainement pas la dernière…) je le trouve toujours aussi riche et passionnant, et il me fait toujours vivre des moments, de vie et de cinéma, exaltants et ineffables, souvent même improbables.

    Cette édition fut en effet probablement moins festive et son générique moins spectaculaire que celui de l’an passé mais contrairement à un certain nombre de festivaliers j’ai trouvé sa compétition particulièrement riche et variée, et une nouvelle fois Deauville, à travers sa programmation, a effectué une radiographie particulièrement instructive de l’Amérique contemporaine. Deauville était ainsi cette année avant tout la vitrine du cinéma indépendant (comme en témoignait d’ailleurs aussi son hommage à l’actrice Parker Posey) et peut-être un peu moins la vitrine des blockbusters à venir...quoique…

    affichedeauville2008.jpg  Cela avait pourtant commencé en fanfare sur un air joliment suranné et naïf d’Abba, avec un film enchanté et enchanteur, mené par une Meryl Streep à l’enthousiasme communicatif (voir ma critique sur http://inthemoodfordeauville.hautetfort.com ). Une légèreté plutôt bannie de la compétition ancrée dans les problèmes de l’Amérique contemporaine, en particulier liés à  l’enfance et à l’adolescence, symboles d’une Amérique qui n’arrive plus à grandir, à trouver une lueur d’espoir alors que ses enfants se font tuer en Irak, une Amérique engluée dans un présent inextricable, terrassant rêves et utopies.

     L’Irak, c’était d’ailleurs le sujet hors champ de mon grand favori de cette compétition 2008, oublié de la compétition « American son » ou l’histoire d’un Marine de 19 ans qui tombe amoureux juste avant d’être envoyé en Irak. La guerre est hors champ et pourtant omniprésente et rend d’autant plus poignante cette histoire d’amour a priori banale mais sur laquelle pèse une épée de Damoclès. A travers le portrait de ce jeune homme comme tant d’autres, le réalisateur Neil Abramson personnifie et humanise ces soldats envoyés en Irak et sans jamais vraiment aborder le sujet de front crée une des dénonciations les plus efficaces de la guerre, de cette guerre qui broie des innocents, implique ces fils américains dans un combat qui les dépasse, un combat parfois aussi pour échapper à la banalité de leur existence ou même la délinquance. Certains ont trouvé l’histoire d’amour banale, naïve mais c’est justement cette banalité et cette naïveté qui exacerbent la profondeur et la dureté de ce qui suit, de cet inéluctable départ à la guerre, la réalité et le poids de son choix. Nous suivons ce jeune Marine et avec lui éprouvons l’impitoyable compte à rebours avant la fin de l’innocence de ce fils américain comme tant d’autres qui, en 96 heures, va devenir adulte. Finalement beaucoup plus efficace que « Dans la vallée d’Elah » projeté l’an passé, pourtant si démonstratif.

    gardens of the night.jpg

     Mon deuxième coup de cœur de la compétition dont je vous ai déjà parlé c’est « Gardens of the night » un film pudique, sensible, magistralement traité sans complaisance ni voyeurisme  (prix de la critique internationale qui récompense un film pour ses qualités artistiques) sur un sujet particulièrement délicat dont le traitement aurait pu s’avérer scabreux. Un film dont la réalisation témoigne d’un grand savoir-faire et a fait vibrer une poignante note d’espoir chez les festivaliers… Un film qui a fait l’unanimité. (voir ma critique sur http://inthemoodfordeauville.hautetfort.com )

    face23.jpg

    face26.jpg  Le prix de la révélation Cartier et le prix du jury ont été dévolus à mon troisième favori : « Ballast » de Lance Hammer, portrait particulièrement sensible de trois êtres (dont un adolescent, encore) que la mort du frère jumeau de l’un d’entre eux (et père de l’adolescent) va bouleverser. La lenteur lancinante et prenante, la morosité presque fascinante des paysages : tout contribue à nous faire éprouver leur lente réconciliation avec eux-mêmes et l’existence avec une judicieuse économie de mise en scène et d’emphase. (les acteurs sont par ailleurs des non professionnels). Un film d’une efficacité et d’un réalisme bluffant.

     Tous les autres films ou presque de cette compétition évoquaient d’ailleurs une enfance ou une adolescence meurtrie, désarçonnée, égarée, douloureuse, des personnages fragiles, un pénible passage à l’âge adulte :

    - une régression infantile dans le mésestimé « Momma’s man » de Azazel Jacob  (ou comment au lieu de rentrer chez lui auprès de sa femme et de son nouveau-né un trentenaire trouve une excuse fallacieuse pour rester chez ses parents)

    - les adolescents surdoués et non moins en crise du très conventionnel et télévisuel « Smart people » avec lesquels leur père taciturne depuis la mort de leur mère n’arrive plus à communiquer

    - le contexte douloureux et âpre d’un premier amour dans « Snow Angels »

    - l’éveil à la sexualité, le rapport au corps, le racisme dans « Towelhead » d’Alan Ball (scénariste de « American Beauty » et créateur de la série « Six feet under »), un film faussement subversif, réellement malsain sous prétexte d’éviter tout manichéisme (auquel il n’échappe pourtant pas dans le personnage de la jeune fille) et toute morale bien pensante : cela aurait pu être intéressant traité avec un peu plus de délicatesse

    - la quête insoluble du père dans « All god’s children can dance »

    - la fascination fatale pour la violence des adolescents dans un prestigieux pensionnat de la Côte Est dans « Afterschool ».

    - les péripéties de deux  sœurs (dans « Sunshine cleaning ») qui décident de créer une société de nettoyage de scènes de crime et cicatrisent ainsi leur blessure d’enfance : le suicide de leur mère. Par l’heureux producteur de « Little miss sunshine » dont sunshine et le ton décalé sont les deux seuls points communs avec ce film-ci, le premier n’arrivant scénaristiquement pas à la hauteur du second.

    Et enfin « The visitor » de Tom McCarthy qui échappe semble-t-il à cette classification, le Grand Prix de cette édition 2008, le seul film de cette compétition que j’ai manqué (mais vous pourrez retrouver ma critique dès sa sortie en salles, le 29 octobre 2008, sur www.inthemoodforcinema.com ) et qui raconte  comment un vieux professeur solitaire retrouve goût à la vie quand il découvre chez lui des squatteurs, un Syrien et une Sénégalaise victimes d’un escroc.

     Carole Bouquet, la présidente du jury de cette 34ème édition, plutôt avare d’explications sur les raisons des choix du jury, lors de la remise des prix, a simplement déclaré « Nous aurions voulu mettre d’autres films et metteurs en scène à l’honneur mais c’est le jeu ». Zoe Cassavetes, présidente du jury Cartier, quant à elle a déclaré : « la sélection nous a montrés des films très différents avec malgré tout une similarité, celle de la provocation et l’honnêteté » ajoutant « Nous avons une élection en novembre qui va nous permettre de redistribuer les cartes du rêve, de la culture et de la paix ». Zoe Cassavetes n’est pas la seule à placer tous ses espoirs en Obama puisque le réalisateur de « Ballast », en recevant son prix, a également déclaré « Notre pays est dans un état lamentable et ça me gêne beaucoup, c’est pourquoi je crois au pouvoir de l’art qui peut vraiment changer les choses. Pour cela nous avons un véritable espoir à saisir et il s’appelle Barack Obama. »

     Le rêve, l’onirisme étaient donc définitivement évincés de cette compétition 2008 même si dans certains émergeaient une (très faible) lueur d’espoir. Comme si le cinéma enserré dans une réalité sombre ne pouvait et ne devait y échapper mais au contraire la mettre en lumière : une lumière bien crue et blafarde le plus souvent.

     En allait-il autrement des Premières ? Il est vrai que cette année, pour mon plus grand plaisir, tous les genres ou presque étaient représentés : du western avec le second film en tant que réalisateur d’ Ed Harris «  Appaloosa » à la comédie romantique avec le très efficace « Coup de foudre à Rhode Island » de Peter Hedges, à la comédie d’action avec « Max la menace » de Peter Segal en passant par le thriller suffocant avec « Harcelés » de Neil La Bute, la comédie grinçante à suspense avec le très réussi « Married life », le film de guerre engagé avec « Miracle à Santa Anna » de Spike Lee, le film inclassable avec « Meurtres à l’Empire State Building » de William Karel, le film politique sous forme de « fiction documentaire » avec « Recount », le mélo improbable avec « The Yellow handkerchief » de Udayan Passad…

     Parmi ces 10 jours si intenses et forcément trop courts, je retiendrai :

    face9.jpg

    -la passion communicative et l’engagement infaillible de Spike Lee lors de son hommage mais aussi à travers son dernier film projeté en Première : le magnifique et lyrique « Miracle à Santa Anna » (voir ma critique sur http://inthemoodfordeauville.hautetfort.com )

    face25.jpg

    -l’émotion d’Ed Harris lors de son hommage ("Quand j'exprime ce qu'il y a au fond de mon coeur, je m'émeus moi-même, désolé! Je ne me sens jamais autant en vie que lorsque je joue. Je suis un homme extrêmement chanceux. Au mois de novembre, je fêterai mes vingt-cinq ans de mariage avec mon épouse, l'actrice Amy Madigan. Son amour, son soutien, son encouragement et sa passion pour la vérité m'apportent une stabilité constante, la joie et m'inspirent tous les jours.") et le plaisir de retrouver un western classique qui respecte magistralement les codes du genre avec en prime une ode à l’amitié, beaucoup d’humour et évidemment des Indiens, des paysages majestueux…, et cette envie de « laisser le temps au temps » à l’image de l’époque à laquelle se déroule le film. Dommage juste que le « méchant » incarné par Jeremy Irons ait un rôle si plat, voire inexistant. « Appaloosa » du nom d’un petit village du Mexique, à la fin du 19ème. Sortie en salles le premier octobre : je vous en reparlerai à cette occasion sur www.inthemoodforcinema.com . Me voilà presque prête à rejoindre « l’IAFT » l’Immense Amicale de vos Fans Tricolores, pour reprendre l’expression du président fondateur du festival Lionel Chouchan !

    - la magie intemporelle du cinéma avec mon coup de cœur de ce festival 2009 : « Meurtres à l’Empire State Building » de William Karel, une œuvre inclassable d’une inventivité visuelle et scénaristique incroyable, un hommage drôle, palpitant et émouvant au film noir américain et à toutes ses figures mythiques

    face5.jpg

    -la modestie, l’enthousiasme de Juliette Binoche lors de la conférence de presse de « Coup de foudre à Rhode Island » , une comédie romantique dans laquelle elle irradie et excelle (de même que Steve Carell), un genre dans lequel on aimerait les voir l’un et l’autre plus souvent (un film actuellement à l’affiche que je recommande à tous les amateurs du genre qui, s’il ne le renouvelle pas, en respecte les règles avec beaucoup de talent et utilise avec ingéniosité ceux, multiples, de ses interprètes principaux)

    -Steve Carell, encore, aussi efficace dans la comédie romantique « Coup de foudre à Rhode Island » que dans la comédie d’action : le très réussi « Max la menace » (une comédie d’action aux scènes d’action aussi impressionnantes, enfin presque, que dans un James Bond, et au scénario qui tient la route et se suit avec jubilation)

    -la palpitante épopée électorale de « Recount » (que je n’espère pas prémonitoire pour cette élection 2008…)

    18973376.jpg

    -la très réussie première œuvre d’Helen Hunt en tant que réalisatrice « Une histoire de famille » qui fait beaucoup penser à Woody Allen, mêlant humour, émotion, profondeur avec beaucoup d’habileté, brassant de nombreux thèmes avec le même intérêt, dressant des portraits de personnages exubérants, attachants, fragile, humaines et débutant par une citation juive que je vous laisse découvrir qui prend toute sa signification à la fin. Un premier film étonnamment maîtrisé, drôle et poignant.

    -le galimatias d’André Halimi lors de la remise du prix littéraire à François Forestier (si quelqu’un a la traduction, je suis preneuse…)

    face24.jpg

    -la disponibilité de Viggo Mortensen et son indissociable drapeau de l’équipe de San Lorenzo

    -le percutant, courageux et nécessaire « Johnny Mad Dog », prix Michel d’Ornano 2008 pour son réalisateur Jean-Stéphane Sauvaire, sur les enfants soldats et son utilisation intelligente du hors champ

    face12.jpg

    -Des regards aussi : ceux, bleutés et perçants, de Ed Harris et Viggo Mortensen,  ou celui, terrifiant, de Samuel L.Jackson lors d’une conférence de presse où il a particulièrement économisé son sourire si bien que le soir même le voir dans « Lakeview terrace » où il interprète un policier raciste était d’autant plus crédible et terrifiant !

    married life.jpg

    -la causticité et le cynisme réjouissant de « Married life »

    -la polémique suscitée par « The girl next door » de Gregory Wilson (que je n’ai pas vu), un film qui a tellement heurté les festivaliers que son réalisateur a dû être accompagné de 4 gardes du corps pendant toute la fin de sa présence à Deauville

    -les étourderies attendrissantes et la gentillesse de la présentatrice Gennie Godula (qui aura consolé les admirateurs de Sir Didier Allouche)

    -la richesse, la noirceur, la diversité des films en compétition

    -l’intransigeance de certains spectateurs et « journalistes » qui peut-être devraient retourner à Appaloosa au 19ème et, comme le préconise Ed Harris donner eux aussi le temps au temps , le temps aussi d’admettre que leur avis n’est que l’expression d’une subjectivité faillible (comme le mien sur ce blog) et non l’expression d’une vérité objective infaillible qui ne tolère aucune tentative d’objection

    -le regret de n’avoir pas eu le temps de profiter des Nuits Américaines ( des projections de classiques du cinéma américain 24H sur 24H)

    - de belles rencontres professionnelles et de drôles de hasards et coïncidences à la Lelouch (d’ailleurs absent cette année ?)

    -les musiques d’Abba qui n’ont cessé de résonner dans le CID lors de l’ouverture, entre les séances toute la semaine… et même dans « Max la menace » et qui résonnent encore dans ma pauvre tête endolorie de festivalière traumatisée 

    face15.jpg

    -l’absence regrettée de Canal plus (presque) compensée par le fameux et incontournable lounge Orange

    -les couleurs changeantes des Planches et des festivaliers à fleur de peau, finalement pareillement chatoyantes

    -les facéties et l'humour joyeusement décalé d’Edouard Baer à chacune de ses apparitions toujours acclamées

    -les charismatiques et francophiles présences de William Hurt et John Malkovich

     Et tant d’émotions viscérales, de souvenirs contrastés, d’images bigarrées, d’instants magiques, de rencontres ou retrouvailles passionnantes et/ou impromptues que ces quelques lignes ne sauraient retranscrire et que j’aurai tout juste assez d’une année pour digérer d’ici la 35ème édition du Festival du Cinéma Américain de Deauville que vous pourrez évidemment suivre sur « In the mood for Deauville » après avoir suivi le Festival de Cannes sur http://inthemoodforcannes.hautetfort.com , et, dès maintenant, de nombreux autres événements cinématographiques sur www.inthemoodforcinema.com . En attendant, n’hésitez pas à livrer vos commentaires sur cette édition 2008 du Festival du Cinéma Américain de Deauville…et n’oubliez surtout pas de plonger « in the mood for cinema » !

    Sur http://inthemoodfordeauville.hautetfort.com retrouvez de nombreuses photos et vidéos inédites et mes critiques de film de ce 34ème Festival du Cinéma Américain.

     PALMARES COMPLET DE CE 34ème FESTIVAL DU CINEMA AMERICAIN DE DEAUVILLE 

    2008_0914dimanche20036.JPG
    face3.jpg

     Grand prix

     « The Visitor » de Thomas McCarthy

     Prix du jury

     « Ballast » de Lance Hammer 

     Prix de la Révélation Cartier

     « Ballast » de Lance Hammer 

     Prix de la critique internationale

     « Gardens of the night » de Damian Harris

     Prix Michel d'Ornano

     Jean-Stephane Sauvaire (“Johnny Mad Dog”)

    face8.jpg

     

    face6.jpg

    face1.jpg

    face19.jpg