Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

canal plus - Page 5

  • La 81ème nuit des Oscars: en direct sur Canal plus

    oscars2.jpgDès demain matin, vous pourrez retrouver l'ensemble des résultats de cette 81ème nuit des Oscars, sur "In the mood for cinema".

    En attendant, vous pourrez suivre la cérémonie à partir de minuit sur Canal plus. Elle sera présentée par les incontournables Laurent Weil et  Didier Allouch accompagnés de Kad Merad et Olivier Baroux. Canal plus a également son blog consacré aux Oscars ainsi que l'inénarrrable Didier Allouch (blog en direct d'Hollywood).

    Je vous recommande aussi l'excellent site officiel de l'Académie des Oscars.

    Cliquez ici pour (re)voir toutes les nominations aux Oscars 2009.

  • Sean Penn aux César et "Into the wild" sur Canal plus

    into.jpgAprès avoir présidé le 61ème Festival de Cannes, Sean Penn revient dans l'Hexagone pour la cérémonie des César le vendredi 27 février prochain (retransmise en direct sur Canal plus) lors de laquelle il remettra le César du meilleur film, accompagné de la présidente des César 2009, Charlotte Gainsbourg.

    A cette occasion, je vous propose de revoir son magnifique dernier film en tant que réalisateur "Into the wild" qui sera diffusé sur Canal plus, mardi 17 février à 20H45.

    Cliquez ici pour lire ma critique d' "Into the wild" de Sean Penn.

    En bonus, la bande-annonce, ci-dessous:

  • César 2009: premières informations et nouveautés

    césar23.jpgDepuis quelques semaines, nous savons que la 34ème cérémonie des César qui aura lieu cette année le 27 février, toujours au théâtre du Châtelet, sera présidée par Charlotte Gainsbourg.

    Pour "mieux refléter la richesse et la diversité du cinéma français et pour mieux valoriser les productions étrangères qui font le choix de la langue française", le Conseil d'Administration de l'Académie des Arts et Techniques du Cinéma a décidé d'effectuer deux modifications marquantes dans le règlement de ces César 2009:

    1. Les nominations pour le César du meilleur film passent de 5 films à 7 afin d'illustrer au mieux "la variété de l'offre cinématographique française".

    2. Les nominations pour le César du meilleur film étranger passent de 5 films à 7, dont 2 sont réservées aux films étrangers en langue française.

    Le 23 janvier 2009 aura lieu la conférence de presse d'annonce des nominations. Les votes des 3700 membres, commencés le 18 décembre, seront clos le 20 février.

    Du 1er au 22 février 2009 les films sélectionnés seront projetés au cinéma Le Balzac.

    Comme chaque année, la cérémonie sera diffusée, en clair, sur Canal plus.

    Les nommés dans les catégories « meilleur espoir féminin" et "meilleur espoir masculin" sont d’ores et déjà connus. La liste est néanmoins seulement indicative puisque les nommés définitifs- 10 candidats au total-, là aussi, seront connus le 23 janvier.

    A noter: "Le premier jour du reste de ta vie"  vaut 3 nominations à ses jeunes interprètes qui auraient tous mérité de figurer dans cette liste... L'an dernier, les César du meilleur espoir féminin et masculin avaient été attribués respectivement à Hasfia Herzi ("La Graine et le mulet") et Laurent Stocker ("Ensemble c'est tout").

    premier.jpg

     Sélection pour le César du Meilleur Espoir Féminin 2009 :

     - Fanny Valette, SUR TA JOUE ENNEMIE

    - Louise Bourgoin, LA FILLE DE MONACO

    - Leïla Bekhti, DES POUPEES ET DES ANGES

    - Marilou Berry, VILAINE

    - Olympe Borval, LE CHANT DES MARIEES

    - Léa Seydoux, LA BELLE PERSONNE

    - Lizzie Brocheré, LE CHANT DES MARIEES

    - Judith Chemla , VERSAILLES

    - Déborah François,LE PREMIER JOUR DU RESTE DE TA VIE

    - Juliette Lamboley,15 ANS ET DEMI

    - Adélaïde Leroux, HOME

    - Clémentine Poidatz, LA FRONTIERE DE L’AUBE

    frontière2.jpg

    - Mélanie Bernier, PASSE-PASSE

    - Salomé Stévenin, COMME UNE ETOILE DANS LA NUIT

    - Anaïs Demoustier, LES GRANDES PERSONNES

    - Nora Arnezeder, FAUBOURG 36

    faubourg 36.jpg

     Sélection pour le César du Meilleur Espoir Masculin 2009 :

     - Marc-andré Grondin, LE PREMIER JOUR DU RESTE DE TA VIE

    - Esteban Carvajal Alegria, LA BELLE PERSONNE

    - Ralph Amoussou, AIDE-TOI LE CIEL T’AIDERA

    - Emile Berling, LES HAUTS MURS

    - Laurent Capelluto, UN CONTE DE NOEL

    - Théo Frilet, NES EN 68

    - François Civil, SOIT JE MEURS, SOIT JE VAIS MIEUX

    - Arthur Dupont, NOS 18 ANS

    - Julien Baumgartner, LE PLAISIR DE CHANTER

    - Guillaume Gouix, LES HAUTS MURS

    - Nicolas Giraud, COMME UNE ETOILE DANS LA NUIT

    - Grégoire Leprince-Ringuet, LA BELLE PERSONNE

    - Adrien Jolivet, LA TRES TRES GRANDE ENTREPRISE

    la très très grande entreprise.jpg

    - Guillaume Verdier, L’ETE INDIEN

    - Pio Marmaï, LE PREMIER JOUR DU RESTE DE TA VIE

    - Yannick Renier, NES EN 68

    Liens:

    Site internet officiel de l'Académie des César

    Mon compte rendu des César 2005

    Mon compte rendu des César 2006 (après avoir assisté à la cérémonie en direct)

    Mon compte rendu des César 2007

    Mon compte rendu des César 2008

  • Avant-première à Canal plus-« Rock’NRolla » de Guy Ritchie : pour les amateurs du genre et seulement…

    canal.jpg
    rocknrolla.jpg

    Après France 2, la semaine dernière et TCM il y a quelques semaines, je poursuivais hier  mon tour des chaînes de télévision avec Canal plus  (le tournage du Cercle avait eu lieu à l’extérieur, dans un vrai cercle de jeu et non dans les locaux de Canal plus) pour l’avant-première de Rock’NRolla de Guy Ritchie dont, il faut bien l’ avouer,  je découvrais hier par la même occasion le cinéma que je connaissais néanmoins de « renommée » avec des films comme « Arnaques, crimes et botanique » ou « Snatch » ou pour le film dans lequel il mettait en scène sa volcanique et célébrissime épouse, « A la dérive » (le titre du film, pas l’épouse, je connais les esprits mal tournés de certains qui auraient pu feindre d’ignorer la virgule ) et qui fut un échec retentissant.

    burn.jpgLa projection fut précédée de quelques bandes annonces exclusives « prêtées » par Studio Canal dont deux m’ont surtout marquée et donnée envie de les découvrir : « Burn after reading » des frères Coen (Sortie en salles : le 10 décembre 2008) et « Frost/Nixon » de Ron Howard (Sortie en salles : 14 janvier 2009)...Je trouve malheureusement celle d’ « Il Divo » (sortie en salles : le 31 décembre 2008) pas à la hauteur de ce film qui m’avait enthousiasmée lors du dernier Festival de Cannes et qui y a reçu le prix du jury, et que je vous recommande... 

     Caïd londonien, Lenny (Tom Wilkinson) travaille à l'ancienne. Ce qui ne l'empêche pas de savoir qui corrompre et de pouvoir faire pression sur n'importe quel ministre, promoteur immobilier ou malfrat en vue mais comme le lui dit Archy (Mark Strong), son fidèle lieutenant, Londres est en train de changer : les mafieux des pays de l'Est (décidément très à la mode pour incarner les « méchants » en ce moment), comme les petits voyous, cherchent tous à bouleverser les règles du milieu. Désormais, c'est toute la pègre londonienne qui tente de se remplir les poches en se disputant le coup du siècle. Mais c'est Johnny Quid (Tobby Kebbell), rock star toxico qu'on croyait mort (à peu près la définition du Rock’NRolla, chaque membre de l’équipe du film en ayant une définition différente), qui a les cartes bien en main...

      Il m’a fallu un temps certain pour m’accoutumer à l’univers du cinéaste, d’abord à la voix off omniprésente, omnisciente qui nous donne l’impression que le film n’est pas encore réellement commencé (en général les films américains affectionnent ce genre de bande annonce lyrique et assourdissante au début ou en pré-générique), mais en fait il ne commence jamais réellement puisque la bande annonce dure jusqu’au dénouement. Destinée à apporter un second ou un trente-sixième degré, et parfois un ton pseudo-lyrique, elle est finalement plutôt lassante.

     Ensuite il m’a fallu m’habituer au mélange d’humour et d’action que j’apprécie à hauteur de 5%-95% (oui, c’est un savant dosage, 5% parce que de nombreux grands films de gangsters usent d’ironie avec autant de parcimonie que de talent) à  moins qu’il s’agisse des frères Coen ou de Tarantino (quel qu’il soit, le dosage est toujours talentueux et efficace) mais rarement à 50%-50% comme c’est le cas apparemment dans le cinéma de Guy Ritchie qui s’est fait une spécialité des films de gangsters choraux mêlant humour et action.

     Je ne dirai pas que c’est mauvais, simplement je pense destiné à un public bien ciblé, plutôt masculin, plutôt jeune ou à tout public qui désire mettre ses neurones au repos pendant 1H40 (que les esprits mal tournés précités n’établissent aucune corrélation, c’est formidable de nous aider à mettre nos neurones au repos, encore que...autant d'agitation désordonnée pourrait bien les perturber).

     Le mélange d’action et d’humour fait passer le suspense à la trappe et fait passer l’intrigue au dernier plan (contrairement à un film comme « Le crime est notre affaire », certes très différent qui réussit son propre savant dosage 60/40).

    Guy Ritchie a déclaré « Je voulais évoquer la volonté de la nouvelle génération de malfrats d’investir le territoire de la vieille génération et d’en traiter les conséquences par la comédie ». L’aspect sociologique m’aura échappé. Décidément, j’étais sûrement ailleurs…

      Ajoutez à cela un tableau porte bonheur et une femme fatale qui finalement disparaissent sans plus d’explications et n’auront servi que de prétexte (de McGuffin sans le talent d’Hitchcock pour nous faire oublier que c’en était un)…  pour obtenir un mélange plutôt étrange.

     Ce « Rock’n’roll » m’aura un peu laissée sur le côté de la piste, en dehors de cette danse endiablée, échevelée, déconcertante et farfelue qui m’a profondément ennuyée malgré notamment une scène de poursuite objectivement réussie qui a suscité l’hilarité –presque-générale (mais c’est bien connu ceux qui rient font plus de bruits que les autres…ah si, j’ai beaucoup ri avec l’histoire de la métaphore des cigarettes, mais je crois bien que c’était le seul moment où il ne fallait pas).

     Dans le genre, Guy Ritchie a très certainement du talent. D’autres que moi sauront sans doute mieux l’apprécier. Je vous renvoie ainsi à un blog sur lequel vous trouverez une critique positive.

     Sortie en salles : le 19 novembre 2008

     Sandra.M

  • Chroniqueuse pour "Le Cercle" sur Canal plus Cinéma: de l'ombre à la lumière...

    medium_cercle.JPGPeut-être connaissez-vous le Cercle, l’émission de Canal plus présentée par Frédéric Beigbeder, une des seules (la seule ?) émissions de cinéma à ne pas faire de la promotion mais à proposer un réel débat autour des films sortant dans la semaine écoulée ou  à venir, une émission avec un ton et un décor (elle se déroule dans un vrai cercle de jeu) à part.

    En janvier dernier, Canal plus lançait un concours de critiques de films dont l’enjeu  pour le lauréat était de devenir chroniqueur dans l’émission. Après avoir envoyé quelques critiques de films, et avoir passé un entretien, votre blogueuse -cinéphile-scénariste-festivalière insatiable se trouve donc être la lauréate.

    Préférant l’écriture, notamment et surtout de scénarii, ma passion indétrônable, mais aussi de critiques (mais seulement pour le plaisir et non à titre professionnel concernant ce second exercice) aux lumières parfois aveuglantes et redoutables des plateaux télé, j’ai d’abord songé à refuser redoutant ce miroir déformant autant (plus ?) qu’informant que représente la télévision mais courageuse, téméraire, (et inconsciente  ?) j’ai finalement accepté guidée par l’envie de transmettre ma passion immodérée pour le cinéma, par l’envie toujours irrépressible de parler de cinéma avec d’autres cinéphiles passionnés exaltés et surtout en l’espèce de « Still life », le film que j’ai choisi et dont vous pourrez lire la critique ci-dessous, un film  que je persiste à recommander vivement même si nous n’étions que deux à le défendre (je l’espère : ardemment) lors de l’émission malgré les critiques virulentes dont il a été l’objet.

     Je me suis peut-être laissée emportée par mes mots qui ont manqué de nuance faute de temps concernant le dernier film évoqué dans l’émission dont il n’était pas prévu que je parle initialement, pour le reste « rien de rien, je ne regrette rien » .

    Bienvenue à tous ceux qui découvrent ce blog grâce à l’émission. Pour en savoir plus sur ce blog, ses objectifs et mon parcours je vous invite à déambuler dans les rubriques "A propos" et "Editorial de ce blog" et dans les comptes-rendus de festivals de cinéma (de Cannes, Deauville, Cabourg, Dinard, Cognac, Paris …) et à visiter mon autre blog consacré aux 60 ans du Festival de Cannes.

    Pour les autres, qui ne connaîtraient pas l’émission, elle sera diffusée une première fois demain, vendredi 4 Mai, à 22H45 puis samedi 5 Mai à 11H25, dimanche 6 Mai à 19H55, lundi 7 Mai à 7H20 et 15H45, mardi 8 Mai à 4H25 et 22H25 etc : elle sera diffusée 10 fois dans la semaine, toujours sur Canal plus Cinéma, toujours à des heures différentes. Dernières diffusions: le jeudi 10 Mai à 7H05 et le vendredi 11 Mai, à 3H50.

    De mon côté, je vais retourner à l’ombre rassurante de mon clavier et au plaisir jubilatoire de jongler avec les mots après cette expérience, je l’avoue, enrichissante et passionnante, dans la lumière, en partie grâce à une production aussi chaleureuse que professionnelle.  La lumière des projecteurs est-elle toujours aussi trompeuse et éphémère qu’étincelante ? A suivre.

    N’hésitez pas à laisser vos commentaires concernant l’émission… et à revenir sur ce blog pour ceux qui le découvriraient à cette occasion.

    Cinématographiquement vôtre.

    Sandra.M