Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • Critique de TWO LOVERS de James Gray à 20H45 sur Ciné + Emotion

    lovers4.jpg

     Direction New York, ville fétiche du cinéma de James Gray, où, après avoir tenté de se suicider,  un homme hésite entre suivre son destin et épouser la femme que ses parents ont choisie pour lui, ou se rebeller et écouter ses sentiments pour sa nouvelle voisine, belle, fragile et inconstante, dont il est tombé éperdument amoureux, un amour dévastateur et irrépressible.

    L’intérêt de « Two lovers » provient avant tout des personnages, de leurs contradictions, de leurs faiblesses. Si James Gray est avant tout associé au polar, il règne ici une atmosphère de film noir et une tension palpable liée au désir qui s’empare du personnage principal magistralement interprété par Joaquin Phoenix avec son regard mélancolique, fiévreux, enfiévré de passion, ses gestes maladroits, son corps même qui semble  crouler sous le poids de son existence, sa gaucherie adolescente.

    Ce dernier interprète le personnage attachant et vulnérable de Leonard Kraditor (à travers le regard duquel nous suivons l’histoire : il ne quitte jamais l’écran), un homme, atteint d'un trouble bipolaire (mais ce n'est pas là le sujet du film, juste là pour témoigner de sa fragilité) qui, après une traumatisante déception sentimentale, revient vivre dans sa famille et fait la rencontre de deux femmes : Michelle, sa nouvelle voisine incarnée par Gwyneth Paltrow, et Sandra, la fille d’amis de ses parents campée par l’actrice Vinessa Shaw. Entre ces deux femmes, le cœur de Leonard va balancer…

    Il éprouve ainsi un amour obsessionnel, irrationnel, passionnel pour Michelle. Ces « Two lovers » comme le titre nous l’annonce et le revendique d’emblée ausculte  la complexité du sentiment amoureux, la difficulté d’aimer et de l’être en retour, mais il ausculte aussi les fragilités de trois êtres qui s’accrochent les uns aux autres, comme des enfants égarés dans un monde d’adultes qui n’acceptent pas les écorchés vifs. Michelle et Leonard ont, parfois, « l’impression d’être morts », de vivre sans se sentir exister, de ne pas trouver « la mélodie du bonheur ».

    Par des gestes, des regards, des paroles esquissés ou éludés, James Gray  dépeint de manière subtile la maladresse touchante d’un amour vain mais surtout la cruauté cinglante de l’amour sans retour qui emprisonne ( plan de Michelle derrière des barreaux de son appartement, les appartements de Leonard et Michelle donnant sur la même cour rappelant ainsi « Fenêtre sur cour » d’Hitchcock de même que la blondeur toute hitchcockienne de Michelle), et qui exalte et détruit.

    James Gray a délibérément choisi une réalisation élégamment discrète et maîtrisée et un scénario pudique et  la magnifique photographie crépusculaire de Joaquin Baca-Asay qui procurent des accents lyriques à cette histoire qui aurait pu être banale,  mais dont il met ainsi en valeur les personnages d’une complexité, d’une richesse, d’une humanité bouleversantes.  James Gray n’a pas non plus délaissé son sujet fétiche, à savoir la famille qui symbolise la force et la fragilité de chacun des personnages (Leonard cherche à s’émanciper, Michelle est victime de la folie de son père etc).

     Un film d’une tendre cruauté, d’une amère beauté, et parfois même d'une drôlerie désenchantée,  un thriller intime d’une vertigineuse sensibilité à l’image des sentiments qui s’emparent des personnages principaux, et de l’émotion qui s’empare du spectateur. Irrépressiblement. Ajoutez à cela la bo entre jazz et opéra ( même influence du jazz et même extrait de l’opéra de Donizetti, L’elisir d’amore, « Una furtiva lagrima » que dans  le chef d’œuvre de Woody Allen « Match point » dans lequel on retrouve la même élégance dans la mise en scène et la même "opposition" entre la femme brune et la femme blonde sans oublier également la référence commune à Dostoïevski… : les ressemblances entre les deux films sont trop nombreuses pour être le fruit du hasard ), et James Gray parvient à faire d’une histoire a priori simple un très grand film d’une mélancolie d’une beauté déchirante qui nous étreint longtemps encore après le générique de fin. D’ores et déjà un classique du cinéma romantique.

  • Critique de ALL IS LOST de J.C Chandor ce 21 janvier 2016 à 20H45 sur Cine + Emotion

    all8.jpg

    lost.jpg

    C’est lors du  Festival de Cannes dans le cadre duquel il était présenté en sélection officielle mais hors compétition que j’ai eu le plaisir de découvrir « All is lost » de J.C Chandor en présence de Robert Redford qui avait également donné une conférence de presse dont je vous parle  ci-dessous et dont vous pourrez  retrouver quelques images. C’était un de mes coups de coeur de cette édition cannoise 2013, il figurait également en compétition du  Festival du Cinéma Américain de Deauville où il a reçu le prix du jury.  

    cannes145.jpg

    cannes190.jpg

    All is lost est le deuxième film du réalisateur J.C Chandor (après Margin Call et avant A most violent year, coup de cœur cinématographique de cette année dont vous pouvez retrouver ma critique en bonus, ci-dessous) avec un unique interprète, et non des moindres, Robert Redford, dont la mythique présence a cette année illuminé la Croisette. Quel contraste  entre le vacarme, la foule cannois et le silence, la solitude de All is lost.

    cannes149.jpg

    cannes150.jpg

     Lors de la conférence de presse cannoise, Robert Redford, a notamment parlé, avec autodérision et simplicité,  de son amour de la nature et de son inquiétude pour celle-ci, rappelant son engagement en faveur de l’environnement qu’il juge dans une  situation « carrément catastrophique, désastreuse ».   »A mon avis, la planète essaie de nous parler », a-t-il ajouté, évoquant « les ouragans, les tremblements de terre et les tornades », deux jours après la tornade dévastatrice de Moore, près d’Oklahoma City. Il a aussi évoqué son envie de continuer  à jouer, de la difficulté de faire des films aujourd’hui. Il a évoqué le défi que représentait ce film pour lui : « C’est un défi qui m’a beaucoup attiré en tant qu’acteur. Je voulais me donner entièrement à un réalisateur ». Il a aussi abordé l’importance du silence « Je crois dans l’intérêt du silence au cinéma. Je crois aussi dans l’intérêt du silence dans la vie car on parle car on parle parfois trop. Si on arrive à faire passer le silence dans une forme artistique, c’est intéressant ». « Ce film est en plein contraste avec la société actuelle. On voit le temps qu’il fait, un bateau et un homme. C’est tout ». « Il y a évidemment des similitudes avec Jeremiah Johnson » a-t-il également répondu.

    Dans Jeremiah Johnson de Sydney Pollack, Robert Redford fuyait ainsi les hommes et la civilisation pour les hauteurs sauvages des montagnes Rocheuses. Ici, dans All is lost, au cours d’un voyage en solitaire dans l’Océan Indien, au large de Sumatra, à son réveil, il découvre que la coque de son voilier a été heurtée et endommagée par un container flottant à la dérive. Privé de sa radio, il doit affronter seul les éléments mais malgré toute sa force, sa détermination, son intelligence, son ingéniosité, il devra bientôt regarder la mort en face. Ici, aussi, c’est finalement la civilisation (incarnée par ce container rouge au milieu de l’horizon bleutée et qui transportait d’ailleurs des chaussures, incarnation de la société de consommation mondialisée ) qui le rattrape (alors que, peut-être, il voulait la fuir, nous ne le saurons jamais…), contraint à se retrouver ainsi « seul au monde », comme dans le film éponyme de Robert Zemeckis avec Tom Hanks, même si je lui préfère, et de loin, ce film de J.C Chandor.

    Pendant 1H45, il est en effet seul. Seul face à la folle et splendide violence des éléments. Seul face à nous. Seul face à lui-même. Seul face à l’Océan Indien à perte de vue. Seul face à la force des éléments et face à ses propres faiblesses. Seul face à la nature. Cela pourrait être ennuyeux…et c’est passionnant, palpitant, terrifiant, sublime, et parfois tout cela à la fois.

    Le seul «dialogue », est en réalité un monologue en ouverture du film, une sorte de testament qui s’écoute comme le roulement poétique, doux et violent, des vagues, et qui place ce qui va suivre sous le sceau de la fatalité : « Ici, tout est perdu, sauf le corps et l’âme ».

     Progressivement il va se voir dépouillé de ce qui constitue ses souvenirs, de tout ce qui constitue une chance de survie : radio, eau… Son monde va se rétrécir. La caméra va parfois l’enfermer dans son cadre renforçant le sentiment de violence implacable du fracas des éléments. Avec lui, impuissants, nous assistons au spectacle effrayant et fascinant du déchainement de la tempête et de ses tentatives pour y survivre et résister.

    Le choix du magnétique Robert Redford dans ce rôle renforce encore la force de la situation. Avec lui c’est toute une mythologie, cinématographique, américaine, qui est malmenée, bousculée, et qui tente de résister envers et contre tout, de trouver une solution jusqu’à l’ultime seconde. Symbole d’une Amérique soumise à des vents contraires, au fracas de la nature et de la réalité, et qui tente de résister, malgré tout.

     La mise en scène et la photographie sobre, soignée, épurée, le montre (et sans le moindre artifice de mise en scène ou flashback comme dans L’Odyssée de Pi) tantôt comme une sorte de Dieu/mythe dominant la nature (plusieurs plongées où sa silhouette se détache au milieu du ciel), ou comme un élément infime au milieu de l’Océan. La musique signée Alex Ebert (du groupe Edward Sharpe and the Magnetic Zeros) apporte une force supplémentaire à ces images d’une tristesse et d’une beauté mêlées d’une puissance dévastatrice. Inexistante au début du film, elle prend de l’ampleur a fur et à mesure que la tragédie se rapproche et qu’elle devient inéluctable, sans jamais être trop grandiloquente ou omniprésente.

    Certains plans sont d’une beauté à couper le souffle, comme ces requins en contre-plongée qui semblent danser, le défier et l’accompagner ou comme cette fin qui mélange les éléments, l’eau et le feu, le rêve et la réalité ou encore cette lune braquée sur lui comme un projecteur.

     Comme l’a souligné Robert Redford, il s’agit d’un « film presque existentiel qui laisse la place à l’interprétation du spectateur » et cela fait un bien fou de « regarder quelqu’un penser » pour reprendre les termes du producteur même si cette définition pourrait donner une image statique du film qui se suit au contraire comme un thriller.

    En conférence de presse, Robert Redford avait révélé ne pas avoir vu le film et qu’il allait le découvrir le même soir lors de la projection officielle cannoise dans le Grand Théâtre Lumière. On imagine aisément son émotion, à l’issue de cette heure quarante. Face à lui-même. Face à cette fable bouleversante d’une beauté crépusculaire

     All is lost a été présenté hors compétition du 66ème Festival de Cannes. Il aurait indéniablement eu sa place en compétition et peut-être même tout en haut du palmarès.

    Critique de A MOST VIOLENT YEAR

    year

    New York. L’hiver 1981. 1981 : l’année la plus violente qu’ait connue la ville. Abel Morales (Oscar Isaac), immigré mexicain, dévoré par l’ambition est un entrepreneur qui tente de réussir dans le milieu du pétrole, à NewYork. Il veut réaliser son American dream sans renoncer à son intégrité…et ce n’est pas une mince affaire :  ses camions sont régulièrement attaqués et leurs chargements en fioul volés, un procureur obstiné et tout aussi ambitieux enquête sur lui le soupçonnant d’escroqueries et fraudes, une menace semble constamment planer sur lui et les siens, et sa femme (Jessica Chastain) veut l’aider à sa manière (elle est la fille d’un truand de Brooklyn dont elle ne renie pas totalement les méthodes). « J’ai toujours choisi le droit chemin » s’obstine pourtant à dire Abel.

    L’homme intègre, à l’ambition carnassière, face à la société corrompue et violente. La femme fatale. L’atmosphère, entre blancheur (la neige est omniprésente) et noirceur (New York est une ville gangrénée par la violence et qui semble sur le déclin). Tous les ingrédients d’un film noir. Ou d’un grand roman. Du Balzac, du Hugo ou du Maupassant peut-être. En tout cas, J.C Chandor a un talent rare pour décrire, en quelques plans, un univers, un personnage, une atmosphère et, surtout, pour instaurer une tension dès les premières secondes, avant même le générique. Abel avec son pardessus ostentatoirement chic, comme une parure de sa réussite autoproclamée. Abel qui refuse de parler espagnol et ne veut parler que la langue de ce pays dont il se rêve en symbole de réussite. Abel constamment en mouvement et isolé.

     Dès le pré-générique, tout est dit. L’homme qui fait son jogging. Abel. Acteur de son destin. Persévérant. Déterminé. Fonceur. Seul. Pendant ce temps, un autre homme au volant de son camion. Il semble insouciant, joyeux. Cela ne saurait durer. A la radio des nouvelles, sombres, de l’actualité. La violence est là, latente. La menace plane, déjà. La tension est déjà là, et le sera toujours, jusqu’à l’ultime seconde ou culminant lors de scènes, magistrales, prenantes : une course-poursuite, un homme amené à la police dans la neige, Abel qui vient défier ses concurrents dans une scène qui ressemble à du Scorsese. Et la ville de New York, tentaculaire, menaçante, périlleuse.

    Dans « All is lost » précédent film de J.C Chandor, Robert Redford, était seul. Seul face à la folle et splendide violence des éléments. Seul face à nous. Seul face à lui-même. Seul face à l’Océan Indien à perte de vue. Seul face à la force des éléments et face à ses propres faiblesses. Seul face à la nature. Cela aurait pu être ennuyeux…et c’était passionnant, palpitant, terrifiant, sublime, et parfois tout cela à la fois. Avec Redford c’était toute une mythologie, cinématographique, américaine, qui était malmenée, bousculée, et qui tentait de résister envers et contre tout, de trouver une solution jusqu’à l’ultime seconde. Symbole d’une Amérique soumise à des vents contraires, au fracas de la nature et de la réalité, et qui tentait de résister, malgré tout. Ici, de même, Abel symbolise lui aussi l’American dream, et est lui aussi seul contre tous, tentant de résister à un autre fracas de la réalité, de la corruption.

     Certains plans, dans « All is lost » étaient d’une beauté à couper le souffle : requins en contre-plongée qui semblaient danser,  défier et accompagner  Redford, fin qui mélangeait les éléments, l’eau et le feu, le rêve et la réalité ou encore  le plan de cette lune braquée sur lui comme un projecteur. Dans « A most violent year » la composition de chaque image, sans atteindre le lyrisme de « All is lost », force l’admiration et concourt à cette atmosphère mélancolique, constamment à la frontière du dérapage, du drame, flirtant avec le thriller. La neige qui coupe le souffle, procure cette sensation d’inconfort, renforce ce sentiment d’isolement, d’atmosphère sombre, glaciale, le sentiment de menace.

    Il y a du James Gray et une forte influence des grands auteurs du cinéma américain dans ce « A most violent year », mais surtout, en étant seulement à son troisième film, J.C Chandor semble construire un univers, fait preuve d’un talent rare et d’un style qui a certes digéré beaucoup d’influences mais bien à lui. Sans compter cette façon, sans grosses ficelles hollywoodiennes, sans grandiloquence, mais avec beaucoup de subtilité et d’intelligence dans l’écriture et la mise en scène,  de  nous tenir en haleine de la première à la dernière seconde avec un sujet a priori rébarbatif, de créer un film palpitant qui a « une gueule d’atmosphère », de collaborer avec des acteurs à la hauteur de son propre talent (Chastain et Isaac dévorent littéralement la pellicule et forment un couple fascinant, troublant, magnétique). Un grand film qui l’est d’autant plus qu’il avance avec modestie jusqu’à cette fin, face à New York, offerte aux ambitions et qui semble défier l’intégrité mise à mal de ceux qui sont avides de la conquérir. Brillant.  Vivement le prochain film de J.C Chandor !

    Lien permanent Imprimer Catégories : A VOIR A LA TELEVISION Pin it! 0 commentaire
  • Festival du cinéma italien « De Rome à Paris » au cinéma L’Arlequin du 28 au 31 janvier 2016

    rome2.png

    Je ne pouvais pas ne pas vous parler de ce festival qui en plus d’être consacré à un cinéma que j’affectionne tout particulièrement non seulement se déroule dans mon quartier de prédilection mais en plus dans le cinéma parisien que je préfère et où je vais le plus souvent: l’Arlequin situé rue de Rennes, en plein cœur de Saint-Germain-des-Prés.

    Paris, Saint-Germain-des-Prés, cinéma italien, Italie, L'Arlequin

    rome3.jpg

    A cette occasion, du 28 au 31 janvier, vous pourrez découvrir 11 films italiens inédits en présence de leurs réalisateurs. Des liens indéfectibles unissent ainsi le cinéma français et le cinéma italien. Combien d’acteurs français ont tourné pour des cinéastes italiens (ne serait-ce que dans les chefs d’œuvre de Visconti comme « Rocco et ses frères » ou « Le Guépard » dont je vous propose mes critiques ci-dessous pour l’occasion) ou inversement?  Luchino Visconti a d’ailleurs débuté comme assistant de Jean Renoir. Il y eut aussi Gérard Depardieu dans « 1900 » de Bertolucci, ou de Philippe Noiret dans « Cinema Paradiso » de Tornatore…

     Ainsi, en 2013 une convention bilatérale a été signée entre les deux pays et a abouti à une vingtaine de coproductions par an.  L’édition 2015 a  ainsi été exceptionnelle pour le cinéma italien : Matteo Garrone, Nanni Moretti (avec « Mia Madre« , un film pudique, profondément émouvant et un regard final qui vous hante longtemps après la projection et qui me hante et bouleverse encore, ma critique, ici) et Paolo Sorrentino (avec « Youth », ma critique ici) figuraient ainsi en compétition. Et récemment en salles, vous pouviez aussi découvrir le sublime « L’attente » de Julien Piero Messina.

    Ce renouveau galvanisant de la production italienne ainsi que de toute l’industrie audiovisuelle, qui a ainsi ramené Cinecittà au centre de la production internationale, se confirme. Désormais, le cinéma transalpin s’enrichit d’une circulation inédite entre théâtre, musique et documentaire. Le festival sera l’occasion de retrouver des auteurs confirmés comme Marco Tullio  Giordana mais aussi de nouveaux venus comme Edoardo Falcone et des documentaristes reconnus comme Gianluca et Massimiliano De Serio. La sélection 2016 ayant ainsi pour credo : exigence et diversité.

    quo-vado.jpg

    Découvrez le programme complet sur l’affiche ci-dessus avec, notamment, le film d’ouverture: « Quo Vado » de Gennaro Nunziante, véritable phénomène de société actuellement en Italie. Le film a ainsi battu tous les records en Italie, avec plus de 8 millions d’entrées, dépassant ainsi en 15 jours, le dernier volet de la saga Star Wars.  Comédie familiale réalisée par Gennaro Nunziante, le film met en scène l’humoriste Checco Zalone, qui incarne un fonctionnaire peu téméraire et corrompu, qui va voir sa vie bouleversée par une mutation.  Le réalisateur et comédien principal du film seront présents le 28 Janvier, soir de l’ouverture du festival.

    Programme détaillé:

     

    Jeudi 28 janvier

    19h30 Présentation des films par Giorgio Gosetti

    20h30 Film d’ouverture

    Vendredi 29 janvier

    14h   ARIANNA de Carlo Lavagna

    « Une villa au bord du lac de Bolsena où la famille d’Arianna revient pour la première fois depuis qu’elle avait trois ans. Arianna en a maintenant dix-neuf, mais malgré les soins attentifs de son père médecin et d’un gynécologue ami de la famille, elle n’est toujours pas pubère et cela l’inquiète. Des allusions discrètes incitent Arianna à enquêter sur son passé médical pour découvrir un lourd secret familial qui pèse sur elle. »

    16h   I RICORDI DEL FIUME / SOUVENIR D’UN FLEUVE de Gianluca e Massimiliano De Serio

    « I Ricordi del Fiume est un documentaire sur le bidonville situé sur les bords de la Stura à Turin où vivaient un millier de personnes de toutes origines. Le film nous montre le quotidien de ces habitants avant le lancement d’une vaste opération d’urbanisme pour démanteler la « platz » et reloger des familles dans des logements « normaux ». »

    18h   SE DIO VUOLE / SI DIEU VEUT de Edoardo Falcone

    « Tommaso est un chirurgien renommé et un homme de certitudes qui n’a que mépris pour son entourage. Il est marié à Carla, et ils ont deux enfants : Bianca, mariée, et Andrea, étudiant en médecine. Andrea sème la révolution dans la famille quand il annonce qu’il veut devenir prêtre. Tommaso décide de se rapprocher de père Pietro qui semble à l’origine de cette vocation, dans l’espoir d’une découverte à même de faire revenir Andrea sur son idée. »

    20h   LEA de Marco Tullio Giordana

    « Entre son frère, boss de la ‘ndrangheta, la mafia napolitaine et son mari, son bras droit, Lea n’a vécu qu’au milieu de criminels. Prête à tout pour sauver sa fille, elle commence à collaborer avec la justice. Après des années, le jour où elle disparaîtra soudainement, ce sera à Denise, sa fille de comprendre ce qui s’est passé et de dévoiler le mystère de sa disparition. »

    22h  NOI E LA GIULIA / LA LEGENDAIRE ALFA GIULIA 1300 ET AUTRES MIRACLES de Edoardo Leo

    « Trois quadras insatisfaits, fuyant la ville et leur propre vie, se trouvent réunis par un projet commun: ouvrir un gîte rural. Ils seront rejoints par un quinquagénaire empoté et complètement à l’ouest, et une jeune fille enceinte et définitivement écervelée. Leur rêve se heurte à un étrange mafieux qui vient les racketter au volant d’une vieille Giulia 1300. La révolte contre cette injustice les entraînera dans une aventure inattendue, incohérente et tragicomique. »

    Samedi 30 janvier

    14h  DOBBIAMO PARLARE / IL FAUT QU’ON SE PARLE de Sergio Rubini

    « Vanni, cinquante ans, est un écrivain à succès. Linda, trente ans, collabore dans l’ombre à ses romans. Ils vivent en couple dans un appartement-terrasse dans le centre de Rome. Leurs meilleurs amis, Costanza et Alfredo, sont mariés, riches et gèrent leur mariage come une société. Un soir, Alfredo et Costanza font irruption chez Vanni et Linda. La découverte par Costanza d’une liaison d’Alfredo va faire éclater récriminations et rancœurs inattendues dans les deux couples. Un couple survivra-t-il à cette nuit de bataille ? »

    16h  WAX : WE ARE THE X de Lorenzo Corvino

    Monte Carlo. Deux hommes et une femme sont envoyés dans la Principauté pour tourner une publicité. Leur voyage dans le sud de la France et sur la Côte d’Azur se révèle bien plus compliqué que prévu et tourne au road movie, où se succèdent événements rocambolesques, secrets bien gardés et personnages qui perdent le contrôle de leur histoire.

    18h  N-CAPACE de Eleonora Danco

    Tout a commencé par un refus, celui de ne pas vouloir souffrir pour la mort de sa mère. La protagoniste, Âme en peine, est en conflit avec son vieux père et les lieux de son enfance. Dans ce voyage entre Terracina et Rome, elle s’arrête pour parler avec les « vieux » et les adolescents.

    20h  LO CHIAMAVANO JEEG ROBOT / ON M’APPELLE JEEG ROBOT de Gabriele Mainetti

    Enzo Ceccotti, un repris de justice de la banlieue de Rome, entre accidentellement en contact avec une substance radioactive, et se découvre une force surhumaine. Ombrageux, introverti et renfermé sur lui-même, Enzo accueille son nouveau superpouvoir comme une bénédiction pour sa carrière de criminel. Tout change lorsqu’il rencontre Alessia, qui reconnaît en lui le héros du fameux dessin animé japonais Jeeg Robot d’acier.

    22h  ITALIAN GANGSTERS de Renato De Maria

    Italian Gangsters dresse un portrait inédit de la société italienne de l’après-guerre jusqu’au boom économique. Basé sur l’histoire de la pègre italienne, et des bandits qui ont impressionné et marqué l’imaginaire de l’Italie, le film révèle les liens inextricables entre crime et transformation sociale. Une histoire composée de plusieurs histoires. Des événements d’histoires individuelles et personnelles qui enrichissent et élargissent l’image du passé de l’Italie.

    Dimanche 31 janvier

    14h  LO CHIAMAVANO JEEG ROBOT / ON M’APPELLE JEEG ROBOT de Gabriele Mainetti

    16h  DOBBIAMO PARLARE / IL FAUT QU’ON SE PARLE de Sergio Rubini

    18h  LEA de Marco Tullio Giordana

    20h  N-CAPACE de Eleonora Danco

    22h  ARIANNA de Carlo Lavagna

     

    Tarif unique 4€

    Informations pratiques: http://www.lesecransdeparis.fr/ecrans-de-paris~actualites-detail/499/Festival-ROME-A-PARIS

    Critique de « Rocco et ses frères » de Luchino Visconti

    rocco3.jpg

    Avant de vous livrer ma critique de « Rocco et ses frères » ci-dessous, je vous rappelle que vous pouvez retrouver mon dossier sur « Le Guépard » en cliquant ici et ma critique de « Ludwig ou le Crépuscule des dieux » en cliquant là.

    Synopsis : Après le décès de son mari, Rosaria Parondi (Katina Paxinou), mère de cinq fils, arrive à Milan accompagnée de quatre de ses garçons : Rocco (Alain Delon) Simone, (Renato Salvatori), Ciro (Max Cartier) et Luca (Rocco Vidolazzi), le benjamin.  C’est chez les beaux-parents de son cinquième fils, Vincenzo (Spyros Fokas) qu’ils débarquent. Ce dernier est ainsi fiancé à Ginetta (Claudia Cardinale). Une dispute éclate. Les Parondi se réfugient dans un logement social. C’est là que Simone fait la connaissance de Nadia (Annie Girardot), une prostituée rejetée par sa famille. Simone, devenu boxeur, tombe amoureux de Nadia. Puis, alors qu’elle est séparée de ce dernier depuis presque deux ans, elle rencontre Rocco par hasard. Une idylle va naitre entre eux. Simone ne va pas le supporter…

    Rocco1.jpg

    Ce qui frappe d’abord, ce sont, au-delà de la diversité des styles (mêlant habilement Nouvelle Vague et néo-réalisme ici, un mouvement à l’origine duquel Visconti se trouve –« Ossessione » en 1942 est ainsi considéré comme le premier film néo-réaliste bien que les néoréalistes aient estimé avoir été trahis par ses films postérieurs qu’ils jugèrent très et trop classiques),  les thématiques communes aux différents films de Visconti. Que ce soit à la cour de Bavière avec Ludwig, ou au palais Donnafigata avec le Prince Salina, c’est toujours d’un monde qui périclite et de solitude dont il est question mais aussi de grandes familles qui se désagrègent, d’être promis à des avenirs lugubres qui, de palais dorés en  logements insalubres, sont sans lumière et sans espoir.

    Ce monde où les Parondi, famille de paysans, émigre est ici celui de l’Italie d’après-guerre, en pleine reconstruction et industrialisation, où règnent les inégalités sociales. Milan c’est ainsi la ville de Visconti et le titre a ainsi été choisi en hommage à un écrivain réaliste de l’Italie du Sud, Rocco Scotellaro.

    rocco6.jpg

    Avant d’être le portrait successif de cinq frères, « Rocco et ses frères » est donc celui de l’Italie d’après-guerre, une sombre peinture sociale avec pour cadre des logements aux formes carcérales et sans âme. Les cinq frères sont d’ailleurs chacun une illustration de cette peinture : entre ceux qui s’intègrent à la société (Vincenzo, Luca, Ciro) et ceux qu’elle étouffe et broie (Simone et Rocco). Une société injuste puisqu’elle va désagréger cette famille et puisque c’est le plus honnête et naïf qui en sera le martyr. Dans la dernière scène, Ciro fait ainsi l’éloge de Simone (pour qui Rocco se sacrifiera et qui n’en récoltera pourtant que reproches et malheurs) auprès de Luca, finalement d’une certaine manière désigné comme coupable à cause de sa « pitié dangereuse ».

    rocco2.jpg

     Nadia ; elle, porte la trace indélébile de son passé. Son rire si triste résonne sans cesse comme un vibrant cri de désespoir. Elle est une sorte de double de « Rocco », n’ayant d’autre choix que de vendre son corps, Rocco qui est sa seule raison de vivre. L’un et l’autre, martyrs, devront se sacrifier. Rocco en boxant, en martyrisant son corps. Elle en vendant son corps (et le martyrisant déjà), puis, dans une scène aussi terrible que splendide, en le laissant poignarder, les bras en croix puis enserrant son meurtrier en une ultime et fatale étreinte.

     Annie Girardot apporte toute sa candeur, sa lucidité, sa folie, son désespoir à cette Nadia, personnage à la fois fort et brisé qu’elle rend inoubliable par l’intensité et la subtilité de son jeu.

    rocco4.jpg

    Face à elle, Alain Delon illumine ce film sombre de sa beauté tragique et juvénile et montre ici toute la palette de son jeu, du jeune homme timide, fragile et naïf, aux attitudes et aux craintes d’enfant encore, à l’homme déterminé. Une palette d’autant plus impressionnante quand on sait que la même année (1960) sortait « Plein soleil » de René Clément, avec un rôle et un jeu si différents.

    La réalisation de Visconti reprend le meilleur du néoréalisme et le meilleur de la Nouvelle Vague avec une utilisation particulièrement judicieuse des ellipses, du hors-champ, des transitions, créant ainsi des parallèles et des contrastes brillants et intenses.

    Il ne faudrait pas non plus oublier la musique de Nino Rota qui résonne comme une complainte à la fois douce, cruelle et mélodieuse.

    Rocco5.jpg

    « Rocco et ses frères » : encore un chef d’œuvre de Visconti qui prend le meilleur du pessimisme et d’une paradoxale légèreté de la Nouvelle Vague, mais aussi du néoréalisme qu’il a initié et qui porte déjà les jalons de ses grandes fresques futures. Un film d’une beauté et d’une lucidité poignantes, sombres et tragiques porté par de jeunes acteurs (Delon, Girardot, Salvatori…), un compositeur et un réalisateur déjà au sommet de leur art.

     « Rocco et ses frères » a obtenu le lion d’argent à la Mostra de Venise 1960.

     

  • Critique de 45 ANS de Andrew Haigh (en salles le 27 janvier 2016)

    45.png

    Ce film figurait parmi la sélection du dernier Festival du Film Britannique de Dinard dont vous pouvez retrouver mon compte rendu complet, ici.

    did31

    7

    did4

    Kate (Charlotte Rampling) et Geoff Mercer (Tom Courtenay) incarnent un couple aimant sur le point d’organiser une grande fête pour leur 45e anniversaire de mariage. Ce matin-là, à quelques jours de la grande fête,  en ramenant le courrier, Kate est loin d’imaginer  qu’ une lettre va bouleverser la vie du couple : le corps du premier grand amour de Geoff, disparue 50 ans auparavant dans les glaces des Alpes, vient d’être retrouvé…

    La joyeuse tranquillité du couple va alors en être bouleversée et au fur et mesure des indices que Kate découvre sur cette vie passée, la jalousie s’empare d’elle et l’issue (la fête qui célèbre leur 45ème anniversaire de mariage) en devient plus incertaine.

    Au contraire de  « The Lobster » (également projeté dans le cadre du même Festival du Film Britannique de Dinard) dans lequel le couple est une obligation sociétale régie par des règles strictes, dans « 45 ans » il relève d’un choix délibéré et libre. Kate et Geoff vont se choisir (ou pas) à nouveau malgré cette nouvelle qui, non seulement, remet en cause leur présent mais aussi leurs souvenirs et leur passé commun.

    La lenteur mais aussi la beauté et la tranquillité de la nature qui les environnement renforcent la puissance silencieuse du tsunami qui les dévaste.

    Charlotte Rampling et Tom Courtenay, en un regard, un geste, un silence font passer une multitude de sentiments et rendent ce film plus palpitant qu’un thriller, ce qui leur a valu respectivement un ours d’argent de la meilleure actrice et un ours d’argent du meilleur acteur, amplement mérités.

    D’abord à l’écoute des tourments de Geoff, Kate va finalement refuser de l’écouter tant chaque détail semble creuser ce fossé qui les sépare progressivement. La fin  de ce film délicat tout en non dits est d’une beauté et d’une intensité ravageuses portée et exacerbée par deux immenses comédiens… Charlotte Rampling est nommée comme meilleure actrice pour ce film aux Oscars, une récompense qu'elle mérite sans aucun doute.

    Lien permanent Imprimer Catégories : CRITIQUES DES FILMS A L'AFFICHE EN 2016 Pin it! 1 commentaire