Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • Palmarès du FIPA de Biarritz 2011

    fipa.jpg

     

    Il y a quelques jours, je vous proposais de gagner ici des pass permanents pour le FIPA de Biarritz 2011. En voici le palmarès:

    FICTIONS:

        FIPA D'OR: "Majka asfalta" (Mère asphalte) de Dalibor Matanic (Croatie)

       FIPA D'ARGENT: "L'Infiltré" de Giacomo Battiato (France)

       MEILLEURE INTERPRÉTATION FÉMININE: Marija Skaricic dans "Majka asfalta" de

    Dalibor Matanic (Croatie)

       MEILLEURE INTERPRÉTATION MASCULINE: Mehdi Dehbi dans "L'Infiltré" de

    Giacomo Battiato (France)

       MEILLEUR SCÉNARIO: Niki Stein (Allemagne) pour "Bis nichts mehr bleibt"

       MEILLEURE MUSIQUE ORIGINALE: Jura Ferina, Pavao Miholjevic pour "Majka

    asfalta"

          SERIES ET FEUILLETONS:

     FIPA D'OR: "Borgen - Le Gouvernement" de Søren Kragh-Jacobsen (Danemark)

       FIPA D'ARGENT: "C'era una volta la citta dei matti" de Marco Turco (Italie)

       MEILLEURE INTERPRÉTATION FÉMININE: Vittoria Puccini dans "C'era una volta

    la citta dei matti"

       MEILLEURE INTERPRÉTATION MASCULINE: Richard Roxburgh pour "Rake" de Peter

    Duncan et Rachel Ward (Australie)

       MEILLEUR SCÉNARIO: Stephen Butchard pour "Five Daughters" de Philippa

    Lowthorpe (Royaume-Uni)

       MEILLEURE MUSIQUE ORIGINALE: E Halfdan pour "Borgen - Le Gouvernement" de

    Søren Kragh-Jacobsen (Danemark)

       DOCUMENTAIRES DE CREATION ET ESSAIS:

     FIPA D'OR: "Dreaming Nicaragua" de Marcelo Bukin (Etats-Unis)

       FIPA D'ARGENT: "Miehen Kuva" de Visa Koiso-Kanttila (Finlande)

       GRANDS REPORTAGES ET FAITS DE SOCIETE:

     FIPA D'OR: "Unforgotten Islands" ("Chagos ou la mémoire des îles") de

    Michel Daëron (France/Australie)

       FIPA D'ARGENT: "#unibrennt - Bildungsprotest 2.0" d'Antonin Svoboda

    (Autriche)

        MUSIQUE ET SPECTACLES:

     FIPA D'OR: "A Drummer's Dream" de John Walker (Canada)

       FIPA D'ARGENT: "Collegium Vocale Gent" de Pierre Barré et Thierry Loreau

    (Belgique)

       PRIX MICHEL MITRANI: "Ward 64" de Monica Maggioni (Italie)

    Lien permanent Imprimer Catégories : IN THE MOOD FOR NEWS (actualité cinématographique) Pin it! 0 commentaire
  • Critique- "Le petite Lieutenant" de Xavier Beauvois (à ne pas manquer, demain, sur France 2)

    lieutenant.jpg

    Alors que Xavier Beauvois fait figure de favori pour "Des hommes et des dieux" pour les Césars 2011, alors que je vous parlais la semaine dernière de la master class de Nathalie Baye (dont vous pouvez retrouver toutes mes vidéos en cliquant ici et un premier extrait en bas de cet article) qui reçut d'ailleurs le César de la meilleure actrice pour ce film en 2006, je vous le recommande vivement, demain soir, à 20H35, sur France 2.

    A l’image de ce petit lieutenant (Jalil Lespert) lorsqu’il entre à la 2ème division de police judiciaire et dont Xavier Beauvois trace le portrait, c’est avec enthousiasme que je suis entrée dans la salle de cinéma. C’est donc avec la même stupeur que lui que je me suis retrouvée plongée dans cet univers âpre, filmé sans démagogie ni complaisance. Le contraste n’en était que plus saisissant. Quelques minutes à peine après le début du film, après la parade en uniforme, impeccable, rectiligne, mécanique, institutionnelle, la réalité reprend ses droits, imparfaite, chaotique car humaine et donc faillible, aussi.

    Les failles sont d’abord celles de Caroline Vaudieu, (Nathalie Baye) qui revient dans ce service qu’elle avait abandonnée trois ans auparavant, pour cause d’alcoolisme. Peu à peu des liens vont se tisser entre cette femme qui a perdu son enfant et ce jeune homme à l’enthousiasme juvénile. Xavier Beauvois aime et connaît le cinéma et cela se voit, se montre même, un peu trop. A dessein nous l’avons compris. Son petit lieutenant et ses collègues sont en effet imprégnés par le cinéma comme nous le (dé)montrent les affiches qui décorent les murs du commissariat , une affiche différente à chaque fois ou presque : le convoyeur, Seven, Il était une fois en Amérique, les 400 coups, Podium. A croire que les policiers de la PJ ont raté leur vocation d’exploitants. Derrière le petit lieutenant, on reconnaît même une photo du Clan des Siciliens. Tout cela pour insister sur ce que le Petit Lieutenant dira lui-même, c’est à cause des films qu’il a voulu faire ce métier, pour conduire avec un gyrophare et se sentir invulnérable aussi apparemment. Seulement voilà, la réalité, c’est tout sauf du cinéma aseptisé et manichéen, c’est tout sauf cet idéal magnifié par le prisme d’un grand écran qui mythifie ceux qu’ils immortalisent. La réalité (la mortalité même) ne se divise pas en deux, non, elle se dissèque comme ce corps entre les mains du médecin légiste dont un son déchirant nous fait comprendre le terrible labeur, et nous poursuivra longtemps. Le bruit déchirant de la confrontation à la réalité.

    Réalité, réalisme : leitmotiv de ce film qui semble même emprunter à Depardon l’effroyable réalité de Faits divers. Beauvois fait même tourné un vrai SDF et s’est longuement documenté avant de réaliser son film, ce qui contribue à lui donner cet aspect documentaire. Ici les (anti) héros meurent, pleurent, faillissent. Depardon beaucoup plus que 36, quai des Orfèvres donc, dont ce film est presque le contraire, dans son recours à la musique notamment, celle-ci étant aussi omniprésente, voire omnisciente dans l’un, qu’elle est absente dans l’autre. L’alcool aussi, est aussi omniscient que l’était la musique dans le film précédemment évoquée. Peut-être trop. Pour nous faire comprendre les fêlures, les failles, encore, la réalité avec laquelle il faut composer.

    Malgré cet aspect didactique quelque peu agaçant, Le petit Lieutenant n’en reste pas moins un constat, une radiographie d’une implacable lucidité dans laquelle Nathalie Baye excelle, son regard ou l’inflexion de sa voix laissant entrevoir en une fraction de seconde les brisures de son existence derrière cette force de façade. D’ailleurs, encore une fois, c’est surtout à ces fêlures que s’est intéressé Beauvois , bien loin des films policiers initiateurs de la vocation du petit Lieutenant. Ce petit Lieutenant c’est Jalil Laspert qui n’a pas fini de nous démontrer l’infinitude des nuances de ses ressources humaines depuis le film éponyme. Bref, un film d’une poignante âpreté, parfois un peu trop didactique, un didactisme que la composition incroyable de ses interprètes principaux (N.Baye, J.Lespert mais également R.Zem) nous fait finalement occulter.

    Lien permanent Imprimer Catégories : IN THE MOOD FOR NEWS (actualité cinématographique) Pin it! 0 commentaire
  • Concours- Gagnez votre place pour la projection privée vip de "Sex friends" et des sets de voyage

    Une fois n'est pas coutume, ce concours est réservé aux lectrices du blog à qui je  propose  deux cadeaux plutôt réjouissants (grâce à Blogbang et Paramount Pictures France) dont pourront bénéficier deux d'entre vous, le 8 février 2011, à Paris (à 20H).

    Ces deux lectrices recevront chacune un pack comprenant:

    A gagner:  1 invitation pour la soirée Wi-Filles (pour en savoir plus à ce sujet rendez-vous sur le blog Wi-filles) avec la projection VIP de la comédie romantique de la Saint-Valentin 2011 (en salles le 16 février 2011)  "Sex friends" ainsi qu'un set de voyage d’une valeur de 50 euros TTC.

    Synopsis du film:  Sex Friends (Titre original : No Strings Attached) . Réalisé par Ivan Reitman - Avec Natalie Portman, Ashton Kutcher, Kevin Kline

    Entre « sex friends », il faut respecter quelques règles de base :
    Ne jamais s'attacher…. Ne jamais dîner en tête à tête.
    Partir avant le petit-déjeuner…. Et surtout, ne jamais tomber amoureux !
    Est-ce bien clair pour Emma (Natalie Portman) et Adam (Ashton Kutcher)? 

     

     


    Liens: Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site officiel du film "Sex friends" et sur sa page Facebook. 

    Concours: Vous avez jusqu'au jeudi 3 février 2011 à minuit pour participer en n'oubliant pas de laisser vos nom, prénom, email et adresse postale à inthemoodforcinema@gmail.com avec pour intitulé de l'email "Concours sex friends". Pour être l'une des deux heureuses élues, dîtes-moi:

    1. Quelle est votre comédie romantique préférée et pourquoi?

    2. Pourquoi désirez-vous découvrir celle-ci en particulier?


    © 2011 DW STUDIOS, L.L.C. Tous droits réservés.

    Lien permanent Imprimer Catégories : CONCOURS Pin it! 0 commentaire