Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 5

  • Hors du temps...

    2009_0905deauville2009ouvertu0016.JPG
    Rachel Mc Adams et Eric Bana (photo: inthemoodfordeauville.com )

    Hors du temps. C'est là la vertigineuse et délicieuse sensation qu'éprouvent en général les festivaliers après 10 journées d'immersion cinématographique. C'est aussi le titre français du film d'ouverture de ce 35ème Festival du Cinéma Américain de Deauville « The Time Traverler's Wife » de Robert Schwentke avec Rachel Mc Adams et Eric Bana.

     La projection a été précédée d'un concert de Julia Migenes, 5 chansons de son nouvel album « Hollywood Divas ». Cette soirée d'ouverture a été à l'image du film de Robert Schwentke : tous les éléments étaient là pour faire de cette soirée un moment magique (une voix lyrique, celle de Julia Migenes ; un 35ème anniversaire) mais malgré l'énergie incroyable que la diva a déployée l'émotion n'a fait qu'affleurer lors du dernier titre qu'elle a interprété « Goodbye Valentino », une création originale plutôt réussie. Après ce voyage dans l'Histoire du cinéma, c'est donc à un autre voyage dans le temps que nous ont invité Rachel Mc Adams et Eric Bana. (Voir photos de l'ouverture dans l'article ci-dessous).

     Synopsis : Claire aime Henry depuis toujours. Elle est convaincue qu'ils sont destinés l'un à l'autre même si elle ne sait jamais quand ils seront séparés... Henry est en effet un voyageur du temps. Il souffre d'une anomalie génétique très rare qui l'oblige à vivre selon un déroulement de temps différent : il va et vient à travers les années sans le moindre contrôle sur ce phénomène. Même si les voyages d'Henry les séparent sans prévenir, même s'ils ignorent lorsqu'ils se retrouveront, Claire tente désespérément de faire sa vie avec celui qu'elle aime par-dessus tout...

     On se demande comment un sujet en or comme celui-ci (« Hors du temps » a d'abord été le premier roman de l'artiste et écrivain Audrey Niffenegger, paru en France sous le titre « Le temps n'est rien » et devenu au fil du temps un best-seller), empreint de magie, peut donner un film qui en est autant dépourvu et qui se réduise à une accumulation de scènes sans tension dramatique, ni véritable enjeu. Les décors, la photographie, le jeu de l'acteur principal et le regard porté sur eux par le réalisateur (ou plutôt l'absence de regard) sont malheureusement assez plats et donne simplement une histoire mise en image sans qu'aucun univers n'en émerge . C'est vraiment dommage que ce film manque ainsi de souffle tant on imagine ce qu'aurait pu donner cette belle histoire dans laquelle l'amour qui unit les deux personnages principaux défie le temps. Le scénario bâclé (signé Bruce Joel Rubin, pourtant habitué au mélange de romance et surnaturel puisqu'il avait également signé le scénario de « Ghost ») esquisse les personnages secondaires sans leur donner d'épaisseur (le Dr David Kendrick,  Gomez...).

    Pour voir une belle histoire d'amour intemporelle transcendée par le regard aiguisé de son réalisateur et de ses interprètes, je vous recommande plutôt « L'étrange histoire de Benjamin Button » dont vous pouvez lire ma critique en cliquant ici.

     Conférence de presse :

    La conférence de presse donnée par les deux acteurs a été à l'image de l'impression laissée par ce film : fade... Je vous en retranscris néanmoins ici quelques réponses. Pour Eric Bana, ce qui l'intéressait c'était avant tout l'authenticité de l'histoire d'amour. S'il pouvait remonter dans le temps, il dit qu'il aimerait revenir dans les années 1950, 1955, ne voulant pas aller dans le futur car il espère qu'il y sera de toute façon et ainsi en remontant aux années 1950, il pourrait satisfaire se passion pour les voitures et être sur les circuits automobiles de cette époque. Quant à Rachel Mc Adams, elle dit avoir été touchée par « l'idée de voir des êtres chers quand ils étaient plus jeunes, quand on' n'était pas là pour les voir. » Si elle avait eu la capacité de remonter dans le temps, elle aurait donc aimé voir ses parents, ses grands-parents quand ils sont tombés amoureux. Quant à leurs projets respectifs, Eric Bana a déclaré vouloir consacrer plus de temps à son équipe de foot qui passe en finale et ne pas avoir de projet cinématographique pour le moment. Rachel Mc Adams, quant à elle,  va prendre quelques mois de vacances avant la promotion du film avant noël et notamment faire un tour en Normandie, une région qu'elle ne connaît pas... et elle rêverait de pouvoir profiter des projections du festival, déplorant de ne voir ce genre d'évènements qu'à travers leurs coulisses.

     Sortie en salles :le 25 novembre 2009

  • Déjà "in the mood for Deauville" à j-1 de l'ouverture du 35ème Festival du Cinéma Américain

    2009_0903deauville200910008.JPG

    Demain débutera le 35ème Festival du Cinéma Américain de Deauville, et ce qui sera pour moi un 16ème Festival du Cinéma Américain. Ce 35ème anniversaire s’ouvrira, à 19h30, avec  le récital de Julia Migenes (« Hollywood divas »)  et avec « The time’s traveler’s wife »  (Hors du temps) en film d’ouverture (dont vous pouvez retrouver le synopsis sur ce blog) en présence des acteurs principaux Rachel McAdams et Eric Bana. J’en profite pour vous rappeler que ces deux derniers donneront leur conférence de presse samedi, à 11h.

     

     C’est d’ores et déjà de Deauville que j’écris ces lignes, sous un ciel menaçant, éprouvant, comme toujours à la veille d’un festival, ce mélange d’impatience fébrile  et d’anxiété insondable. Un mélange d’appréhension et d’excitation comme avant les premières minutes d’un film très attendu, lorsque je redoute qu’il ne soit pas à la hauteur de mes attentes.

     

     Comment sera cette année pour moi le film de ce 35ème Festival du Cinéma Américain. Palpitant ? Déroutant ? Décevant ? Inquiétant ? Emouvant ? Inénarrable ? Envoûtant ? Anecdotique ? Inoubliable ? Sous l’ombre d’un nuage, au propre comme au figuré ?  Réponse dans 10 jours et évidemment, en attendant, vous pourrez chaque jour retrouver mes articles en direct de Deauville à la fois sur mon blog principal http://www.inthemoodforcinema.com (sur lequel, dès le 15 septembre, vous retrouverez l’actualité cinématographique, festivalière, littéraire… mais aussi de nouvelles rubriques dont je vous parlerai à ce moment-là) qui se met pour 10 jours à l’heure deauvillaise et évidemment sur http://www.inthemoodfordeauville.com, blog entièrement dédié à ce festival !

     

    Pour l’heure, retrouvez ci-dessous mes premières photos de Deauville (prises ce jour) déjà à l’heure américaine…

    2009_0903deauville200910002.JPG
    2009_0903deauville200910006.JPG
    2009_0903deauville200910009.JPG

     

     

    2009_0903deauville200910012.JPG

     

     

    2009_0903deauville200910011.JPG
    2009_0903deauville200910014.JPG
    2009_0903deauville200910017.JPG
  • Avant-première – France 2 : Critique d' « Apocalypse », un documentaire de Daniel Costelle et Isabelle Clarke

    france2a2.jpg

    acropole-couv-finale.jpgHier, France 2 projetait dans ses locaux, en avant-première et en présence de toute l'équipe du film, le premier épisode d' « Apocalypse », la série documentaire en six épisodes  sur la deuxième guerre mondiale réalisée par Daniel Costelle et Isabelle Clarke et diffusée sur France 2 les mardis 8, 15 et 22 septembre, à partir de 20H35.

    Quand un pseudo homme politique français qualifie la shoah de détail sans que plus personne ou presque ne s'en émeuve ; quand un pseudo comique donne la parole aux négationnistes ; quand des informations télévisées interviewent un ancien nazi disant ne rien regretter, ne comprenant même pas ce qu'il devrait « regretter », et vivant paisiblement à l'étranger, se pavanant avec un cynisme abjecte ; quand les partis politiques extrémistes, notamment en Autriche, connaissent des scores aussi élevés qu'incompréhensibles ; quand chaque jour les informations témoignent d'une terrifiante réminiscence et amnésie historiques, et de notre incapacité à tirer les leçons du passé, comment ne pas se dire que le devoir de mémoire est plus que jamais nécessaire, et même vital ?

     Aussi impensable que cela puisse sans doute paraître à ceux qui ont vécu cette tragédie innommable, un peu plus de  60 ans après, 60 ans après  seulement on oublie, on oublie l'indicible, on oublie l'impensable... On oublie de se souvenir. On oublie de tirer les leçons d'un passé si proche. Pour notre génération encore, des hommes, des visages, des traces vivantes, tangibles et palpables nous relient encore à cette tragédie, un lien fragile et ténu mais si précieux. Pour moi, c'est, au collège, le souvenir de déportés venus nous parler de leur calvaire, témoins poignants et dignes dont le souvenir est à jamais resté gravé dans ma mémoire, comme ce numéro inscrit sur leurs bras, marque à jamais indélébile et preuve irréfutable de la folie humaine. C'est le souvenir, aussi, de mon grand-père résistant et de toutes ces questions que je n'ai pu lui poser. Un regret brûlant qui, sans doute, n'a fait qu'accroître le mélange d'intérêt, de perplexité et de terreur que m'a toujours inspiré cette période. Et puis c'est ce vertige incontrôlable, à Colleville-sur-Mer, devant toutes ces croix blanches et la conscience brusque et violente de toutes ces jeunes vies sans visages, sans noms, brisées et sacrifiées.

    Mais qu'en sera-t-il quand ce lien si ténu aura disparu, quand ne restera plus aucun témoin, seulement des croix blanches et des tombes ? Alors... resteront les images. Souvent des images surannées, figées dans le temps, nous paraissant alors d'une époque lointaine, à jamais révolue. Le noir et blanc, l'absence de son parfois créent une distance, finalement confortable. Et c'est avant tout cela qui contribue à faire d' « Apocalypse » un document nécessaire, exceptionnel, poignant, terrifiant, passionnant. C'est d'abord cette reconstitution des couleurs (ici on ne parle plus de colorisation tant chaque couleur a fait l'objet d'une étude minutieuse) qui donne vie et contemporanéité à ces images vieilles de plus de 60 ans. Des images pour la moitié inédites. Hitler, Staline, Mussolini, Goering, Himmler... : la folie a soudain un visage en couleurs plus proche de nous et d'autant plus inquiétant, la traitrise aussi avec Darnand.

    Mais ce ne sont pas seulement eux que nous montre ce documentaire unique c'est aussi tous ces anonymes grâce aux paroles et visages desquels nous sommes immergés dans le quotidien d'alors. Avec la couleur, leurs visages, leurs paroles dîtes par Mathieu Kassovitz, la distance est abolie et l'horreur, l'atrocité de la guerre n'en sont que plus palpables, à la fois compréhensibles et inconcevables.

    Le bruit des bottes résonne, nous entoure, plus terrifiant, plus proche encore. Un bruit saisissant grâce au travail remarquable de Gilbert Courtois dont le perfectionnisme pour reconstituer chaque bruit ( de coup de fusil, d'avion etc) est aussi pour beaucoup dans cette réussite et ce réalisme. La musique de Kenji Kawai souligne judicieusement la force tragique sans l'exacerber, ce qui l'aurait alors amenuisée, décrédibilisée. Peut-être la voix de Daniel Costelle aurait-elle eu plus de poids, de résonance, de conviction que celle de Mathieu Kassovitz mais sans doute le nom et la jeunesse de ce dernier étaient-ils aussi destinés à convaincre les plus jeunes.

     « Apocalypse » multiplie d'ailleurs les prouesses et singularités. C'est aussi le premier documentaire français sur la seconde guerre mondiale vendue en Allemagne, d'ailleurs diffusé dans 150 pays (dont également le Japon et les Etats-Unis). Cela reflète un autre grand intérêt de ce documentaire : celui de montrer le caractère mondial du conflit, que l'horreur n'a pas eu de frontières. Daniel Costelle et Isabelle Clarke ont d'ailleurs eu la judicieuse idée de faire commencer leur documentaire en montrant Berlin saccagée, détruite, meurtrie, elle aussi. Puis un flash back nous fait remonter dans le temps, au temps de l'insouciance puis à la crise économique qui a fait accéder Hitler au pouvoir, en 1933. On redécouvre en images l'emprise qu'il exerçait sur son peuple, le pacte germano-soviétique, l'invasion des Sudètes, les évènements qui ont précédé le 3 septembre 1939 et la déclaration de guerre...

    Alors bien sûr nous connaissons ces évènements historiques (mais le document nous apprendra aussi des évènements moins connus et d'autant plus révélateurs) mais jusqu'alors ces visages et ces évènements ne nous avaient jamais été montrés avec autant de réalisme, correspondant souvent à des dates abstraites sur des manuels d'Histoire; et s'y ajoutent des scènes du quotidien et des « anecdotes » qui font prendre toute la mesure de cette démesure meurtrière que ce chiffre de 50 millions de morts ne parviendra jamais à nous faire envisager tant il est lui aussi monstrueusement inconcevable.

     Le froid redoutable. Les regards  vides de ces hommes qui partent à la guerre et qui, pour certains, ont déjà vécu la précédente. Les gestes brusques, le pouvoir de manipulation d'un dictateur fou, le mystère insondable d'un peuple aveuglé. Des masques à gaz qui emprisonnent des visages angéliques. Et puis ces bruits qui vous glacent le sang et que redoutent encore ceux qui ont vécu la guerre. Tout cela nous heurte, nous réveille, nous révèle finalement tout ce que nous savions sans l'envisager vraiment.

    « Apocalypse », en nous immergeant dans l'atrocité de la seconde guerre mondiale est un plaidoyer vibrant pour la paix, un appel à la vigilance et la conscience des générations actuelles et futures, un témoignage irréfutable sur l'absurdité de la guerre, un cri de désespoir et de révolte face aux oublis et réminiscences de l'Histoire, un document nécessaire pour notre génération et celles à venir, une leçon d'Histoire qui a un visage et un corps en couleurs, une voix rententissante: une âme.

    Je regarderai les 5 autres épisodes et vous encourage fortement à regarder cette série documentaire unique, nécessaire, un travail remarquable (650 heures de rush pour 6 heures de film, 30 mois de travail, 100% d'images d'archives, 50% d'images inédites, 800 plans différents par épisode...),  une pierre indispensable  dans l'édifice colossal qu'est le devoir de mémoire, aussi indispensable que le « Shoah » de Claude  Lanzmann.

    Je vous recommande également le site internet du documentaire extrêmement bien fait avec de nombreux documents inédits et le making off  très instructif.

    Merci à Hautetfort pour l'invitation...

     Je manque un peu de temps pour parler de ce documentaire autant que je le souhaiterais, départ pour Deauville oblige, mais je vous en reparlerai...bientôt...

  • Inthemoodfordeauville.com à l'honneur sur France 3

    Merci à France 3.fr pour le coup de projecteur donné à Inthemoodfordeauville.com et sa rédactrice:-) sur son site officiel et sur sa page consacrée à ce 35ème Festival du Cinéma Américain de Deauville. (remarque: le reportage diffusé date de l'an passé dans l'émission "Grand Angle" sur France 3 Normandie).

    Cliquez ici pour accéder à la page de France 3.Fr

     


    France 3 Normandie mobilise ses équipes pour vous faire vivre cette 35e édition

    ACCUEIL


    Découvrez l'envers du décor
    ... avec les vidéos des  reportages de la rédaction  de Caen


    PASSION
    Sandra, blogueuse officielle 
    La belle histoire d'une passionnée de cinéma qui suit depuis 15 ans le festival de Deauville. Rien n'échappe à cette scénariste ! Sa passion dévorante pour le cinéma  s'exprime aussi sur un blog si pro, que parfois confondu avec le site officiel ...  > visiter son blog



    PORTRAIT
    Il visionne
    plus de 1000 films par an ! 
    Rencontre avec  Bruno Barde le directeur du Festival du cinéma américain de Deauville.  Comment regarder les films, les revoir et enfin  les sélectionner...


    HOMMAGE
    Un homme et une place...    
    En marge du festival, entretien avec Claude Lelouch. A Deauville, c'est l''homme qui incarne  le cinéma. Celui qui  a été le premier à montrer les  planches sur les écrans américains, a depuis 2006  une place à son nom. 


    PORTRAIT
    Photographe de stars
    Sur le festival de Deauville, Guy Isaac est partout chez lui ! 15 ans de présence et 15 ans de complicité avec toutes les stars, "des gens commes les autres  à condition d'être cool et pas agressif."



    PALACE
    Une institution    
    C'est l'hôtel où descendent toutes les célébrités américaines invitées au festival de Deauville. Visite guidée  de cet établissement de luxe où se côtoient 40 métiers différents ! Un reportage de Nathalie Valin.