Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • Critique- «Le Concert» de Radu Mihaileanu (ce soir sur Canal+)

    Si pour moi ce soir ce sera plutôt "Garde à vue" de Claude Miller (à 20H40, sur Direct 8) ou "Mélodie en sous-sol" d'Henri Verneuil (à 20H40, sur Arte), et bien que je les connaisse par coeur, pour ceux qui se décideraient pour "Le concert" (sur Canal +, à 20H50), voici ma critique ci-dessous ainsi que mes photos et vidéos de l'avant-première exceptionnelle au Châtelet et le récit de cette soirée.

    leconcert20.jpg
    leconcert2.jpg
    leconcert6.jpg

    Le Théâtre du Châtelet était jusqu'alors pour moi associé au souvenir d'une épique soirée des César, en 2006, (cliquez ici pour en lire le récit), il sera désormais indissociable de ce moment où Tchaïkovski m'a fait frissonner d'émotion et a, en un instant où fiction et réalité se sont rejointes et où la beauté de la seconde a éclipsé celle de la première, imposé un silence respectueux et admiratif et suspendu le souffle de cette salle magistrale.

    Europacorp, pour l'avant-première du film « Le Concert » de Radu Mihaileanu  dont l'intrigue se déroule en partie au Théâtre du Châtelet, avait donc, en toute simplicité :-), réservé le Théâtre du Châtelet et convié une bonne partie du cinéma français (et évidemment toute l'équipe du film: Radu Mihaileanu, Alexei Guskov,  Mélanie Laurent, François Berléand, Ramzy, Miou Miou...) dont l'arrivée était retransmise sur écran géant, à l'intérieur de la salle mais aussi dans une cinquantaine de cinémas, dans toute la France, dont les spectateurs ont également pu suivre l'avant-première et ce qui a suivi, retransmis en intégralité. Evidemment l'émotion était décuplée par le fait de se retrouver dans l'endroit même où le film a été tourné...

    leconcert1.jpg

    C'est la toujours très professionnelle Marie Drucker (une des rares à faire sortir des sentiers battus les traditionnelles interviews de fin de JT et à écouter les réponses davantage que ses questions) qui a d'abord présenté le déroulement de la soirée avant de laisser place à la projection.

    le-concert.jpg

     C'est en Russie que débute ce concert-là, avec Andreï Filipov (Aleksei Guskov), désormais homme de ménage au Bolchoï, 30 ans après avoir été le plus grand chef d'orchestre de l'Union Soviétique et avoir dirigé ce même orchestre du Bolchoï. Mais voilà, il y a 30 ans c'était Brejnev qui était au pouvoir et Filipov avait vu son concert et sa carrière interrompus pour avoir refusé de se séparer de ses musiciens juifs. Resté tard pour faire le ménage, il tombe par hasard sur un fax adressé au directeur du Bolchoï : une invitation du Théâtre du Châtelet conviant l'orchestre du Bolchoï à venir jouer à Paris. Andreï a alors la folle idée de réunir ses anciens amis musiciens, qui (sur)vivent aujourd'hui de petits boulots et de les emmener à Paris en les faisant passer pour le Bolchoï...

    Un sujet en or ! Des thèmes (récurrents chez le cinéaste) propices à susciter l'empathie du spectateur : une révoltante injustice et une imposture pour prendre une revanche sur celle-ci. De nouveau le cinéaste explore ainsi le thème des persécutions dont les Juifs ont été victimes, cette fois donc dans la Russie de Brejnev qui rayait les différences et broyait les individualités, pervertissant les idées initialement nobles du communisme qu'elle prétendait appliquer.

    D'abord un peu déroutée par le style, à des années lumière du subtil et bouleversant « Va, vis et deviens », il me faut un peu de temps pour m'habituer à cette exubérance, à ces personnages hauts en couleur, à cette Russie grisée et grise, à ce genre, nouveau pour le réalisateur, celui de la comédie. Le personnage de Filipov plus nuancé et grave parvient pourtant à lui seul à captiver l'attention.

     La stigmatisation d'une partie de la Russie qui s'est enrichie sur les ruines du communisme (parfois avec les mêmes que ceux qui en étaient les garants) et dépense avec ostentation et  mauvais goût, croyant que l'argent peut tout corrompre et acheter, la nostalgie du communisme et d'un temps pourtant dramatique sont des pistes passionnantes que Radu Mihaileanu effleure avec humour, parfois extravagance et néanmoins justesse.

    Certains de ses personnages sont attachants et traités avec beaucoup de tendresse ... alors que d'autres le sont caricaturalement, avec un ton frôlant la condescendance vraiment dommageable, avec un résultat à l'opposé de celui envisagé réduisant certains personnages à des clichés douteux : une fois à Paris les Juifs ne pensent qu'à vendre des téléphones portables et à s'enrichir, et les Russes, grégaires, ne pensent qu'à boire...

    C'est d'autant plus dommage que lorsque Radu Mihaileanu aborde le registre dramatique, on retrouve toute la sensibilité dont il sait faire preuve notamment dans les scènes entre Mélanie Laurent et Aleksei Guskov. Cette dernière illumine l'écran et son visage lumineux contraste joliment avec la gravité de celui d'Aleksei Guskov, leur face à face oriente la fin du film vers le registre dramatique dont on se dit qu'il est dommage qu'il n'ait pas été employé dès le début. On se dit aussi que cette caricature, certes dommageable, est sans doute plus de la pudeur  maladroite que du mépris volontaire, la fameuse « politesse du désespoir ».

    La fin du film portée par l' émouvante exaltation de Mélanie Laurent, la gravité attendrissante d'Aleksei Guskov, la caméra virevoltante de Radu Mihaileanu (mais peut-être parfois trop, ne nous laissant pas  le temps de nous attarder sur un regard, un geste, une note bien suffisants pour susciter l'émotion), et la musique de Tchaïkovski nous laissent entrevoir le chef d'œuvre qu'aurait pu être ce film inégal parsemé de trop courts instants de grâces et de quelques bonnes idées humoristiques (l'irrésistible traduction du Russe en Français, le personnage de Berléand au débit impressionnant...), porté pourtant par une idée en or et un cinéaste dont nous ne doutons pas de la sensibilité et des bonnes intentions.

    Dommage que des notes dissonantes faussent cette partition si prometteuse, ce bel hymne au pouvoir rédempteur et fédérateur de la musique... et que l'intensité captivante soit uniquement celle du dénouement(certes réussi) -le concert du faux Bolchoï au Théâtre du Châtelet- pour délaisser le reste qui a certainement aussi pâti du mélange, parfois incongru, des genres. (Sortie en salles: le 4 novembre)

    leconcert3.jpg
    leconcert4.jpg
    leconcert5.jpg

    Générique. La salle applaudit. Le rideau se lève sur les 55 musiciens de l'orchestre Lamoureux. La salle est envahie par une vague de silence et d'émotion. Les notes mélodieuses,  tantôt joyeuses et bouleversantes, mélancoliques et exaltantes, romantiques et tourmentées du concert pour violon et orchestre opus 35 de Tchaïkovski s'élèvent (et nous élèvent) dans le Théâtre du Châtelet comme dans la fiction quelques secondes plus tôt. Le lieu, les autres n'existent plus. Le temps non plus. Peut-être sommes-nous à la fin du  19ème? Peut-être Tchaïkovski va-t-il apparaître sur scène comme par miracle et magie ?  Paraît-il que ce concert n'a duré que 10 minutes.  Pour moi une brève éternité. Un sublime moment d'éternité éphémère...

     Ensuite il a bien fallu revenir. Au présent. A la foule. Au monde réel. A la lumière éblouissante. Aux voix dissonantes de la réalité. Toute l'équipe du film est montée sur scène interviewée par Marie Drucker, je vous laisse découvrir ces instants en photos et vidéos : vous entendrez les acteurs principaux du film comme Mélanie Laurent et François Berléand mais aussi le réalisateur Radu Mihaileanu...

    leconcert7.jpg

    leconcert8.jpg
    leconcert9.jpg
    leconcert12.jpg
    leconcert13.jpg
    leconcert16.jpg
    leconcert15.jpg
    leconcert21.jpg
    Lien permanent Imprimer Pin it! 0 commentaire
  • Vidéos des acteurs de "Encore un baiser" de Gabriele Muccino: Stefano Accorsi, Vittoria Puccini...

    Deux jours avant la sortie en salles de "Encore un baiser" de Gabriele Muccino", je vous propose de retrouver  mes deux vidéos et quelques photos de la conférence de presse du film , à l'hôtel Royal Monceau, et en présence d'une grande partie de l'équipe, conférence de presse à laquelle j'ai eu le plaisir d'assister grâce à Cinefriends.

    c1.jpg

    c2.jpg

    c3.jpg

    c4.jpg

    c5.jpg

    c6.jpg

    c7.jpg

    encore.jpg

    Lien permanent Imprimer Pin it! 2 commentaires
  • Programme du 18ème Festival International du Film Fantastique de Gerardmer

    gerardmer2011.jpg

    Gerardmer est un des rares grands festivals de cinéma français que je ne connaisse pas encore mais j'avoue que le fantastique et l'horreur ne sont pas les genres cinématographiques auxquels je suis la plus réceptive, néanmoins vous pourrez trouver ici les informations concernant la programmation 2011 dont nous savons pour le moment uniquement:

    -que le Festival aura lieu du 26 au 30 janvier 2011

    -que la thématique en sera:  "Schizophrénie, Claustrophobie, Paranoïa … et autres petites joies de l’existence”.

    - que le Festival International du Film Fantastique de Gérardmer renouvelle les Rencontres Internationales du Fantastique pour la 2ème année consécutive. Psychologues, psychanalystes, professionnels et journalistes sont conviés à Gérardmer pour se rencontrer et débattre autour de la thématique de cette 18è édition. Les discussions prendront la forme d’une table ronde ouverte au public. Les échanges seront filmés et donneront lieu à des actes retranscrits sur papier et diffusés aux participants et à la presse.

    Le programme et le nom du Président du jury seront annoncés lors de la conférence de presse du 13 janvier.

    Lien: Site officiel du Festival

    Page Facebook du Festival

    Découvrez les autres blogs inthemood: In the mood for Cannes, In the mood for Deauville, In the mood for luxe .

    Lien permanent Imprimer Catégories : IN THE MOOD FOR NEWS (toute l'actualité ciné) Pin it! 3 commentaires
  • Joyeux noël (en extraits de films)... et n'oubliez pas Les toiles enchantées le 25!

    chaplin.jpg

    toiles4.jpg

    Une petite parenthèse de trois jours, ailleurs, sans internet qui s’annonce enchantée à l’image des toiles que je vous engage à aider ce 25 décembre (oui, je sais, ma pauvre transition sent la fin d'année mais le coeur y est....). Je vous le rappelle : une partie du prix de votre place de cinéma ira à cette belle association qui permet notamment aux enfants hospitalisés de voir à l'hôpital des films récents. Faire une bonne action le 25 décembre sera aussi simple que d'aller au cinéma, vous faire plaisir tout en faisant plaisir. (Je vous ai déjà tout expliqué, ) Les choix ne manquent pas pour aller au cinéma seul(e), en amoureux, en famille ou entre amis... Voilà quelques suggestions de films à voir dont vous pourrez lire mes critiques en cliquant sur les titres:

    "Les Emotifs anonymes" de Jean-Pierre Améris

    "Un balcon sur la mer" de Nicole Garcia

    "Harry Potter et les reliques de la mort" de David Yates

    "Another year" de Mike Leigh

    "Les trois prochains jours" de Paul Haggis

    "Mon Pote" de Marc Esposito

    "Potiche" de François Ozon

     

     A mon retour, je vous ferai mon bilan de l’année avec les (bonnes et mauvaises) surprises, les déceptions, les grands moments et grands films en mots et vidéos. Je vous parlerai aussi de l’année à venir sur inthemoodforcinema et les trois autres blogs inthemood et comme je ne voulais pas vous laisser trois jours comme ça ... je vous laisse donc avec ces vidéos de scènes mythiques qui, je l'espère, vous donneront déjà des étoiles plein les yeux (pour moi, c'est en tout cas le cas avec chacun de ces extraits) avant l'arrivée du grand barbu de Rovaniemi ( des films dont les DVD pourraient d'ailleurs être des idées cadeaux de dernière minute, cliquez sur les titres si vous en doutez encore), tout ça pour vous souhaiter un noël joyeux et lumineux.

    1. "Les lumières de la ville" de Charles Chaplin

    2. "Casablanca" de Michael Curtiz

    3. "Le Guépard" de Luchino Visconti

    4. "Sur la route de Madison" de Clint Eastwood

    5. "Les enfants du paradis" de Marcel Carné

    6. "César et Rosalie" de Claude Sautet

    7. "Playtime" de Jacques Tati

    8. "La main au collet" d'Alfred Hitchcock

    9. "Edward aux mains d'argent" de Tim Burton

    10. "La rose pourpre du Caire" de Woody Allen

    11. "La Strada" de Fellini

    12. "Zorba le grec" de Michael Cacoyannis

    La plupart de ces extraits ont été trouvés sur vodkaster.com.

    Lien permanent Imprimer Catégories : IN THE MOOD FOR NEWS (toute l'actualité ciné) Pin it! 3 commentaires