Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Critique- "Black swan" de Darren Aronofsky en avant-première, ce soir, au Gaumont Parnasse

    Ce soir, au Gaumont Parnasse, vous pourrez découvrir "Black swan" en avant-première.

    swan4.jpg

     Après une année cinématographique 2010 plutôt tiède , l’année cinéma 2011 (« Black swan » sortira en salles le 9 février) débutera par un vrai choc cinématographique, un tourbillon fiévreux dont vous ne ressortirez pas indemnes.

    P1030018.JPG

    Nina (Natalie Portman) est ballerine au sein du très prestigieux New York City Ballet. Elle (dé)voue sa vie à la danse et partage son existence entre la danse et sa vie avec sa mère Erica (Barbara Hershey), une ancienne danseuse. Lorsque Thomas Leroy (Vincent Cassel), le directeur artistique de la troupe, décide de remplacer la danseuse étoile Beth Mcintyre (Winona Ryder) pour leur nouveau spectacle « Le Lac des cygnes », Nina se bat pour obtenir le rôle. Le choix de Thomas s’oriente vers Nina même si une autre danseuse, Lily, l’impressionne également beaucoup, Nina aussi sur qui elle exerce à la fois répulsion et fascination.  Pour « Le Lac des cygnes », il faut  une danseuse qui puisse jouer le Cygne blanc, symbole d’innocence et de grâce, et le Cygne noir, qui symbolise la ruse et la sensualité. Nina en plus de l’incarner EST le cygne blanc mais le cygne noir va peu à peu déteindre sur elle et révéler sa face la plus sombre.

    swan2.jpg

     « Black swan » n’est pas forcément un film d’emblée aimable (ce qui, pour moi, est une grande qualité quand les synopsis des films ressemblent trop souvent à des arguments marketing) : il se confond ainsi avec son sujet, exerçant tout d’abord sur le spectateur un mélange de répulsion et de fascination, entrelaçant le noir et le blanc, la lumière (de la scène ou de la beauté du spectacle, celle du jour étant quasiment absente) et l’obscurité, le vice et l’innocence mais le talent de cinéaste d’Aronofsky, rusé comme un cygne noir, et de son interprète principale, sont tels que vous êtes peu à peu happés, le souffle suspendu comme devant un pas de danse époustouflant.

    « Black swan » à l’image de l’histoire qu’il conte (le verbe conter n’est d’ailleurs pas ici innocent puisqu’il s’agit ici d’un conte, certes funèbre) est un film gigogne, double et même multiple. Jeu de miroirs entre le ballet que Thomas met en scène et le ballet cinématographique d’Aronofsky. Entre le rôle de Nina dans le lac des cygnes et son existence personnelle. Les personnages sont ainsi à la fois doubles et duals : Nina que sa quête de perfection aliène mais aussi sa mère qui la pousse et la jalouse tout à la fois ou encore Thomas pour qui, tel un Machiavel de l’art, la fin justifie les moyens.

     Aronofsky ne nous « conte » donc pas une seule histoire mais plusieurs histoires dont le but est une quête d’un idéal de beauté et de perfection. La quête de perfection obsessionnelle pour laquelle Nina se donne corps et âme et se consume jusqu’à l’apothéose qui, là encore, se confond avec le film qui s’achève sur un final déchirant de beauté violente et vertigineuse, saisissant d’émotion.

    black1.jpg

    Par une sorte de mise en abyme, le combat (qui rappelle celui de « The Wrestler ») de Nina est aussi celui du cinéaste qui nous embarque dans cette danse obscure et majestueuse, dans son art (cinématographique) qui dévore et illumine (certes de sa noirceur) l’écran comme la danse et son rôle dévorent Nina. L’art, du cinéma ou du ballet, qui nécessite l'un et l'autre des sacrifices. Le fond et la forme s’enlacent alors pour donner cette fin enivrante d’une force poignante à l’image du combat que se livrent la maîtrise et l’abandon, l’innocence et le vice.

    Quel talent fallait-il pour se montrer à la hauteur de la musique de Tchaïkovski (qui décidément inspire ces derniers temps les plus belles scènes du cinéma après « Des hommes et des dieux ») pour nous faire oublier que nous sommes au cinéma, dans une sorte de confusion fascinante entre les deux spectacles, entre le ballet cinématographique et celui dans lequel joue Nina. Confusion encore, cette fois d’une ironie cruelle, entre l'actrice Winona Ryder et son rôle de danseuse qui a fait son temps.  Tout comme, aussi, Nina confond sa réalité et la réalité, l’art sur scène et sur l’écran se confondent et brouillent brillamment nos repères. Cinéma et danse perdent leur identité pour en former une nouvelle. Tout comme aussi la musique de Clint Mansell se mêle à celle de Tchaïkovski pour forger une nouvelle identité musicale.

    La caméra à l’épaule nous propulse dans ce voyage intérieur au plus près de Nina et nous emporte dans son tourbillon. L’art va révéler une nouvelle Nina, la faire grandir, mais surtout réveiller ses (res)sentiments et transformer la petite fille vêtue de rose et de blanc en un vrai cygne noir incarné par une Natalie Portman absolument incroyable, successivement touchante et effrayante, innocente et sensuelle, qui réalise là non seulement une véritable prouesse physique (surtout sachant qu’elle a réalisé 90% des scènes dansées !) mais surtout la prouesse d’incarner deux personnes (au moins...) en une seule et qui mérite indéniablement un Oscar.

    black4.jpg

     Un film aux multiples reflets et d’une beauté folle, au propre comme au figuré, grâce à la virtuosité de la mise en scène et de l’interprétation et d’un jeu de miroirs et mise(s) en abyme. Une expérience sensorielle, une danse funèbre et lyrique, un conte obscur redoutablement grisant et fascinant, sensuel et oppressant dont la beauté hypnotique nous fait perdre (à nous aussi) un instant le contact avec la réalité pour atteindre la grâce et le vertige.

    Plus qu’un film, une expérience à voir et à vivre impérativement (et qui en cela m’a fait penser à un film certes a priori très différent mais similaire dans ses effets : « L’Enfer » d’Henri-Georges Clouzot) et à côté duquel le « Somewhere » de Sofia Coppola qui lui a ravi le lion d’or à Venise apparaît pourtant bien fade et consensuel...

    Ci-dessous ma vidéo du débat après la projection : Darren Aronofsky y explique notamment la genèse du film.

    swan5.jpg

    swan6.jpg

    Lien permanent Imprimer Pin it! 1 commentaire
  • Programme des rendez-vous 100% ciné du Gaumont Parnasse pour février 2011

    Le partenariat entre inthemoodforcinema.com et le Gaumont Parnasse se poursuit et je m'en réjouis. Vous pouvez d'ailleurs retrouver mon compte rendu et mes vidéos de la Master class de Nathalie Baye au Gaumont Parnasse en cliquant ici. Vous pourrez par ailleurs à nouveau remporter des places pour ces différents évènements dont je vous laisse découvrir la programmation ci-dessous.

    gaumont89.jpg

    Lien permanent Imprimer Catégories : IN THE MOOD FOR NEWS (toute l'actualité ciné) Pin it! 0 commentaire
  • Programme et jury du Festival du Film Asiatique de Deauville 2011

     

    asia3.jpg

    sp.jpgComme chaque année, vous trouverez ici toutes les informations concernant le Festival du Film Asiatique de Deauville auquel j'assiste depuis ma participation à son jury de cinéphiles, en 2005, et d'ailleurs même bien avant...un festival qui s'améliore d'années en années et que vous pourrez bien sûr suivre ici comme chaque année ainsi que sur "In the mood for Deauville", mon blog entièrement consacré aux festivals du cinéma américain et du film asiatique de Deauville sur lequel vous trouverez mes reportages sur les éditions précédentes du festival, vous pourrez également trouver de bonnes adresses deauvillaises sur "In the mood for luxe".

     Cette 13ème édition ne devrait pas déroger à la règle puisque, si nous savions déjà que le festival aurait lieu du 9 au 13 mars, nous venons d'apprendre qu'Amos Gitaï présiderait le jury  et qu'un hommage serait rendu au cinéaste coréen Hong Sangsoo. En collaboration avec la Cinémathèque Française l'intégralité de son oeuvre sera d'ailleurs projetée à cette occasion (cf sa filmographie en bas de cet article).

     Enfin, je vous invite à découvrir ci-dessus le charmant visuel de cette édition 2011 sur laquelle vous pourrez également avoir tous les renseignements nécessaires en vous rendant sur le site officiel du festival.

    Pour plus d'informations, vous pouvez également vous inscrire à la page Facebook officielle du festival mais aussi sur la page Facebook d'In the mood for Deauville et sur celle d'Inthemoodforcinema.

    Par ailleurs vous pourrez suivre le festival en direct et recevoir toutes les informations en amont en suivant mon compte twitter dédié aux festivals de Deauville: http://twitter.com/moodfdeauville . Je vous tiendrai bien entendu de la suite de la programmation et des noms des autres membres du jury dès leurs annonces.

    Filmographie de Hong Sangsoo

    1996 : Le Jour où le cochon est tombé dans le puits

    1998 : Le Pouvoir de la province de Kangwon

    2000 : La Vierge mise à nu par ses prétendants

    2003 : Turning Gate

    2003 : La femme est l'avenir de l'homme

    2005 : Conte de cinéma

    2007 : Woman on the Beach

    2008 : Night and Day

    2009 : Les femmes de mes amis

    2010 : Hahaha

    Lien permanent Imprimer Catégories : Festival du Film Asiatique de Deauville 2011 Pin it! 0 commentaire
  • Palmarès du 18ème Festival International du Film Fantastique de Gérardmer (2011)

    gerardmer2011.jpg

    Le jury longs métrages de la 18è édition du Festival International du Film Fantastique de Gérardmer, présidé par Dario Argento et composé de Alexandre Aja, Maurice Barthélémy, Anne Caillon, Fred Cavayé, Nicolas Cazalé, Clovis Cornillac, Lucile Hadzihalilovic, Serge Hazanavicius et Sophie Quinton a remis les prix suivants :

    GRAND PRIX - BEST FILM

    BEDEVILLED de/by Jang Cheolsoo (Corée du sud/South Korea)

    PRIX DU JURY EX AEQUO - JURY PRIZE EX AEQUO

    NE NOUS JUGEZ PAS (Somos lo que hay) de/by Jorge Michel Grau (Mexique/Mexico)

    THE LOVED ONES de/by Sean Byrne (Australie/Australia)

    Le jury de la critique, composé de 5 journalistes, a décerné son prix à:

    PRIX DE LA CRITIQUE - CRITICS’ PRIZE

    J’AI RENCONTRE LE DIABLE (I saw the devil) de/by Kim Jeewoon (Corée du sud/South Korea)

    Le jury jeunes, composé de lycéens de la Région Lorraine, a décerné son prix à:

    PRIX DU JURY JEUNES DE LA REGION LORRAINE - STUDENTS’ PRIZE

    J’AI RENCONTRE LE DIABLE (I saw the devil) de/by Kim Jeewoon (Corée du sud/South Korea)

    PRIX DU PUBLIC - L’EST REPUBLICAIN-VOSGES MATIN - AUDIENCE AWARD

    J’AI RENCONTRE LE DIABLE (I saw the devil) de/by Kim Jeewoon (Corée du sud/South Korea)

    PRIX DU JURY SYFY - SYFY JURY PRIZE

    THE LOVED ONES de/by Sean Byrne (Australie/Australia)

    Le jury courts métrages de la 18è édition du Festival International du Film Fantastique de Gérardmer, présidé par Kim Chapiron et composé de Catherine Hosmalin, Mohamed Mazouz, Thomas Ott et Raphael Personnaz a décerné son prix à:

    GRAND PRIX DU COURT METRAGE - BEST SHORT FILM

    LE MIROIR de/by Sébastien Rossignol (France)

    PRIX DU MEILLEUR INEDIT VIDEO parrainé par Mad Movies - BEST DIRECT TO VIDEO FILM

    TRIANGLE de/by Christopher Smith (Royaume-Uni & Australie/United Kingdom & Australia)

    Lien permanent Imprimer Catégories : IN THE MOOD FOR NEWS (toute l'actualité ciné) Pin it! 0 commentaire
  • Palmarès complet du Festival Premiers Plans d'Angers 2011

    cinéma, film, festival, Angers, premiers plans, palmarès

     

    COGUNLUK (Majority) de Seren Yuce Turquie

    GRAND PRIX DU JURY

    LONG METRAGE EUROPEEN (Ex-aequo)

     

    OBRATNOE DVIZHENIE (Reverse Motion) d’Andrey Stempkovsky Russie

    GRAND PRIX DU JURY

    LONG METRAGE EUROPEEN (Ex-aequo)

     

    DIE FREMDE de Feo Aladag Allemagne

    PRIX DU PUBLIC

    LONG METRAGE EUROPEEN

     

    ROBERT MITCHUM EST MORT d’Olivier Babinet et Fred Kihn France

    GRAND PRIX DU JURY

    LONG METRAGE FRANCAIS (Ex-aequo)

     

    Bi, DUNG SO! de Phan Dang Di France - Vietnam - Allemagne

    GRAND PRIX DU JURY

    LONG METRAGE FRANCAIS (Ex-aequo)

     

    JIMMY RIVIERE de Teddy Lussi-Modeste France

    PRIX DU PUBLIC

    LONG METRAGE FRANÇAIS

     

    THE SHUTDOWN de Fyzal Boulifa Royaume-Uni

    GRAND PRIX DU JURY

    COURTS METRAGES EUROPEENS

     

    PHILIPP de Fabian Möhrke Allemagne

    PRIX DU PUBLIC

    COURTS METRAGES EUROPEENS

     

    SIEMIANY de Philip James McGoldrick Pologne - Belgique

    PRIX ARTE

    COURTS METRAGES EUROPEENS

     

    LA DAME AU CHIEN de Damien Manivel France

    GRAND PRIX DU JURY

    COURTS METRAGES FRANCAIS

     

    PARIS-SHANGHAI de Thomas Cailley France

    PRIX DU PUBLIC

    COURTS METRAGES FRANCAIS

     

    AGLAEE de Rudi Rosenberg France

    PRIX CCAS

    COURTS METRAGES FRANCAIS

     

    ON NE MOURRA PAS d’Amal Kateb France

    PRIX DES BIBLIOTHECAIRES

    COURTS METRAGES FRANÇAIS

     

    CANICHE de Noémie Marsily et Carl Roosens France

    GRAND PRIX DU JURY

    PLANS ANIMES

     

    MAK de Géraldine Zosso Suisse

    GRAND PRIX DU JURY

    FILMS D’ECOLES EUROPEENS

    Mention spéciale

     

    JESSI de Mariejosephin Schneider Allemagne

    GRAND PRIX DU JURY

    FILMS D’ECOLES EUROPEENS

     

    DEN JEDNOHO HERCE de Radim Filipec

    République Tchèque

    PRIX DU PUBLIC

    FILMS D’ECOLES EUROPEENS

     

    USAK HESABI de Yusuf Emirdar Turquie

    PRIX CINECOURTS / CINE CINEMA

    FILMS D’ECOLES EUROPEENS

     

    Elina Talvensaari et Pinja Kuusela pour MITEN MARJOJA POIMITAAN d’Elina Talvensaari Finlande

    PRIX DE LA CREATION MUSICALE COURT METRAGE FRANÇAIS ET EUROPEENS / FILMS D’ECOLE

     

    Ariane Labed dans ATTENBERG d’Athina Rachel Tsangari Grèce

    PRIX MADEMOISELLE LADUBAY

    LONG METRAGE EUROPEEN OU FRANÇAIS

     

    Emil Johnsen dans ISOLERAD de Johan Lunborg & Johan Storm Suède

    PRIX JEAN CARMET

    LONG METRAGE EUROPEEN OU FRANÇAIS

     

    Géraldine Martineau AGLAEE de Rudi Rosenberg France

    PRIX D’INTERPRETATION FEMININE

    COURTS METRAGES FRANÇAIS

     

    Rémi TAFFANEL dans LA DAME AU CHIEN de Damien Manivel France

    PRIX D’INTERPRETATION MASCULINE

    COURTS METRAGES FRANÇAIS

     

    LA TRAVERSEEde Florence Miailhe et Marie Desplechin France

    PRIX DU PUBLIC - PREMIER SCENARIO DE

    LONG METRAGE / LECTURES DE SCENARIOS

     

    ALYAH d’Elie Wajeman France

    PREMIER SCENARIO DE

    LONG METRAGE / LECTURES DE SCENARIOS

    PRIX SPECIAL PANAVISION / PANALUX

     

    LE COMMISSAIRE PERDRIX NE FAIT PAS LE VOYAGE POUR RIEN d’Erwan Le Duc - France

    PRIX DU PUBLIC A UN SCENARIO DE COURT METRAGE LECTURES DE SCENARIOS

     

    TOPPER GIBT NICHT AUF de Felix Koch Allemagne

    PRIX NVIDIA - 3D RELIEF

    Lien permanent Imprimer Catégories : IN THE MOOD FOR NEWS (toute l'actualité ciné) Pin it! 0 commentaire