Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un après-midi au Salon du Livre 2010

salondulivre.jpg
salondulivre 018.JPG
elle.jpg

Rassurez-vous : l'actualité cinématographique reviendra dès demain sur inthemoodforcinema.com mais cette année, plus que jamais, le salon du livre était pour moi incontournable puisque, membre du jury littéraire des lectrices de Elle 2010 (à propos, si vous voulez accéder au questionnaire pour faire partie du jury 2011, c'est ici), j'étais invitée au "Salon vip" pour rencontrer quelques uns des auteurs en sélection, dont certains de de mes coups de coeur comme Eric Fottorino, auteur de "l'Homme qui m'aimait tout bas", Antonin Varenne auteur de "Fakirs" ou encore Gérard Garouste et Judith Perrignon pour "L'Intranquille". (Etaient également présents: Véronique Ovaldé, Camille de Villeneuve, Sarah Kaminsky, Hélène Castel, Dominique Torres et Jean-Marie Pourtaut.) Je regrette l'absence des auteurs des deux romans que j'ai préférés: David Foenkinos pour "La Délicatesse" (qui ne fait malheureusement pas partie de la sélection finale) et Rouja Lazarova, auteur de "Mausolée".

fottorino.jpg
fakirs.jpg
intranquille.jpg

Après une heure à déambuler dans les travées du salon (plutôt et étonnamment clairsemées pour ce 30ème anniversaire, où le numérique et les régions prennent de plus en plus le pas sur les maisons d'édition "classiques" avec l'absence de maisons comme Grasset, Stock, Fayard, Lattés et un stand Hachette 9 fois moins grand qu'habituellement ) , j'arrive en avance devant ledit "salon du salon" où quelques jurées arrivent à leur tour. La conversation s'engage rapidement autour de nos lectures (même si l'une des jurées, professeure de son état, semble avoir des aspirations d'éditrice revenant sans cesse sur les fautes "inadmissibles" dans les traductions) et c'est un plaisir de pouvoir échanger après ces mois de lectures et de notations solitaires, exercice d'ailleurs pour moi difficile, n'ayant vraiment pas l'âme professorale et rechignant à mettre des notes. Il n'en demeure pas moins que l'exercice de se plonger dans des lectures vers lesquelles je ne serais jamais allée sans ce jury est un exercice passionnant. Habituellement surtout lectrice de littérature classique et plus accessoirement de romans contemporains, j'ai découvert beaucoup d'auteurs contemporains, de romans bien sûr mais surtout de policiers et de documents mais aussi des thématiques communes (souvent relativement glauques) et un style très cinématographique récurrent dans le domaine policier.

 Mais revenons à notre salon. J'avoue avoir été un peu surprise de l'accueil assez impersonnel ( les 120 lectrices sont des numéros et le resteront, pourtant le magazine communique largement sur ce prix...) et du caractère très informel de ces rencontres, certes conviviales, mais aussi avec un côté "zapping" (les auteurs sont installés à des tables et les lectrices papillonnent à leur gré autour) un peu dommage quand on vient célèbrer un art qui est censé donner un peu de temps au temps.

 Je me retrouve donc ainsi d'abord à la table d'Antonin Varenne qui répond avec beaucoup de simplicité et de modestie à nos questions. Il nous parle de son parcours, de sa rencontre avec son éditrice, du regard sévère qu'il porte désormais sur "Fakirs", du livre qu'il écrit sur la guerre d'Algérie terminé le jour "anniversaire" de la mort de son père, de sa blessure à la main causée par un accident dans le salon du livre lors de l'inauguration la veille à cause d'une voiture  (!), de l'entreprise qu'il crée ne souhaitant pas forcément se consacrer toute sa vie à l'écriture , du milieu de la télévision qui ne lui plait pas... une conversation à bâtons rompues intéressante, révélant le contraste entre l'auteur et ses écrits (je n'ai pas mis en ligne la critique de "Fakirs" mais vous la trouverez prochainement). La table se dépeuple peu à peu, les lectrices rejoignant celle d'à côté où se trouve Gérard Garouste qui, lui aussi, évoque avec beaucoup d'humilité, et visiblement aussi de plaisir, son travail.

Gérard Garouste devant répondre à une interview, un groupe de lectrices change de table pour rejoindre Camille de Villeneuve située à la table voisine. Une lectrice adresse successivement sa question à deux lectrices avant de comprendre que Camille de Villeneuve (il est vrai à l'air aussi juvénile que son écriture est riche et travaillée) est une troisième jeune femme. Ensuite une amie m'appelle en direct du Salon. Je m'éclipse un instant pour la saluer (bah oui, je suis une fille polie), et finalement moi aussi intranquille et finalement heureuse de l'être décide de ne pas retourner au "salon vip" pour retrouver le calme et la jubilation de jongler avec les mots , d'inventer des personnages et des histoires dont ce salon a encore avivé la flamme... mais c'est une autre histoire et peut-être d'autres histoires (fictives) peut-être à lire bientôt sur ce blog...qui sait...

J'espère, lors de la remise du prix littéraire des lectrices de Elle en Mai, avoir davantage l'occasion d'échanger avec les autres lectrices (et de reprendre pour certaines la conversation amorcée)... que j'invite d'ailleurs à se manifester sur ce blog si elles passent par ici comme la rédactrice de "L'attrape-livres" que j'ai eu le plaisir de rencontrer à cette occasion.

salondulivre 017.JPG
salondulivre 004.JPG
salondulivre 005.JPG
salondulivre 006.JPG
Lien permanent Imprimer Catégories : PRIX LITTERAIRE DES LECTRICES DE ELLE 2010 Pin it! 8 commentaires

Commentaires

  • zut, on aurait pu se croiser, j'étais au salon du livre 2011 ! Toujours un temps d'avance !

    Y'a un homme qui t'aime tout bas ? Quel naze !
    En même temps, ça fait moins de bruit qu'un homme qui t'aime tout haut.

  • Je ne pouvais pas être parmi vous hier (pour cause d'impossibilité à me dégager de mon "boulot"). Je rageai ce rendez-vous manqué ... d'autant que la soirée de la veille à l'inauguration du Salon m'avait laissée perplexe. Je n'ai pas encore publié le billet qui reste à finaliser mais il ressemblera étrangement à ce que tu as écrit.
    C'est le même Salon après tout !
    Par contre nous avons reçu hier la grande invitation à la remise des Prix et cette fois je serai libre et heureuse de faire enfin la connaissance de celles avec qui j'échange sur la toile. Faudra qu'on organise un "before" comme les blogueuses de l'an dernier. As-tu déjà une idée sur la question ?

  • J'ai apprécié également d'échanger un peu en direct, après avoir échangé sur nos blogs respectifs... je pense venir pour la soirée de remise du prix même si un mercredi soir ce ne sera pas facile pour moi. J'ai trouvé cela sympa de croiser d'autres lectrices. Je suis en train de rédiger un compte rendu de ma journée, à lire prochainement sur mon blog ! A bientôt !

  • @Pascale: euh...Euh.
    @Marie-Claire: Quel dommage que tu n'aies pas pu venir. Il paraît qu'il y a eu un accident au Salon pour l'inauguration, c'est Antonin Varenne qui nous l'a raconté, mais apparemment personne ne s'est aperçu de rien? Je ne suis pas à mon domicile et n'ai donc pas eu l'invitation. C'est quel jour? Si c'est entre le 12 et le 25 mai, je ne pourrai pas (Festival de Cannes)... Je suis partante pour le before, en tout cas!
    @Flora: Oui, c'était sympa d'échanger en direct. J'irai lire le compte rendu avec plaisir.

  • Mercredi 26 mai 17 heures ... tu seras rentrée de Cannes bronzée (euh, blanche puisque tu seras restée dans les salles obscures)

  • J'y étais aussi ! Mon billet est là : http://blogs.elle.fr/sophielit/2010/03/29/elle-et-ses-jurees-ont-tenu-salon/

    Je suis également partant pour le before le 26 mai !
    A bientôt

  • @marie-claire: Ce sera un peu juste (je fais en plus une escale en province) mais ça devrait être jouable...En 12 jours, je devrais sortir un peu des salles obscures! En espérant qu'il ne pleuve pas tout le festival comme il y a 2 ans!
    @sophielit: je vais lire ça de ce pas... et chiche pour le before. Où? A quelle heure?

  • Je n'ai pas pu faire le déplacement au salon mais j'avais pris toutes mes dispositions pour être à Paris le... 27 mai comme annoncé de manière provisoire par ELLE. Et oui, venant de Suisse, je m'y suis prise un peu à l'avance pour l'hotêl (en plein Roland Garros, super), TGV etc. Bref, je suis vraiment déçue du changement de date. Un mercredi soir en plus... à part les parisiennes, je doute que beaucoup de jurés pourront faire le déplacement en milieu de semaine. Mais je me réjouis de lire vos compte-rendus.

Les commentaires sont fermés.