Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • Edito "In the mood for Cannes" n°1: ce que le Festival de Cannes représente pour moi

    affichecannes2009.jpgDernier article avant d'arriver sur la Croisette sur le chemin de laquelle je serai quand cette note sera mise en ligne!

     

    Le prochain article sera publié en direct de Cannes, ce soir...

     

    A la demande d'Allociné (pour son site "Off Cannes" dont je vous communiquerai le lien cette semaine), un article medley "in the mood for Cannes" sur ce que représente le Festival de Cannes pour moi, un article à la suite duquel vous aussi pouvez (dans les commentaires) bien entendu écrire ce que le Festival de Cannes représente pour vous.

     

    Ce que le Festival de Cannes représente pour moi (notamment...):

     

    Avant d’en fouler les célébrissimes marches, pour la première fois, il y a neuf ans déjà (j’avais alors été sélectionnée pour le prix de la jeunesse du Ministère de la Jeunesse et des Sports, avec 39 autres jeunes cinéphiles qui, eux, en revanche, n’étaient pas des marches, ce qui, vu leur nombre, aurait procuré une allure hitchcockienne à cette aventure), Cannes représentait pour moi une mythologie inaccessible,  l’image d’Epinal d’un festival idéalisé à travers le petit écran qui me renvoyait le cliché insaisissable et majestueux d’un cénacle impénétrable (aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours regardé les cérémonies d’ouverture et de clôture, et  l’annonce de la sélection cannoise, avec un vif intérêt), idéalisé comme un diamant pur et étincelant (j’ignorais alors que le diamant, en plus de briller, fasciner, peut dangereusement éblouir et surtout couper, blesser).  Cannes représentait alors pour moi cet endroit mythique où le cinéma est omniprésent, omniscient, omnipotent même. La fête du cinéma. De tous les cinémas. Des cinémas du monde entier. Le miroir grossissant et informant du monde, déroutant parfois aussi. Le reflet de ses colères, de ses blessures, de sa poésie. C’était Cannes qui brandit le poing comme Pialat. Cannes qui embrasse, complimente et encense comme Benigni. Qui émeut aussi, violemment même parfois. Cannes, tourbillon de la vie, envoûtant comme la voix de Jeanne Moreau. Tourbillon de cinéma aussi, évidemment. Cannes et ses rituels, sublimes et parfois ridicules, futiles et nécessaires, dérisoires et essentiels.

     Et désormais ? Désormais, Cannes, c’est pour moi cette bulle d’irréalité où les émotions, les frustrations, les joies réelles et cinématographiques, si disproportionnées, procurent un sentiment d’éternité fugace et déroutant. Désormais, Cannes, c’est aussi une Croisette insolemment insomniaque où se frôle, se heurte une faune inénarrable et volubile, une foule bigarrée aux déambulations unanimes. Cannes, c’est ce va-et-vient incessant de festivaliers  exaltés, harassés, excessifs, cyniques, désinvoltes, las, aveugles et sourds à tout ce qui se déroule hors les murs de la Croisette.

    Cannes, cet animal sauvage palmé, mystérieux et indomptable, qui en a perdu certains et tant à force de les éblouir, les fasciner, les aliéner. Jeu dangereux avec lequel, là plus qu’ailleurs, les personnalités peuvent prendre des reflets changeants, finalement éclairants, révélant le portrait de Dorian Gray en chacun.

     Ne vous méprenez pas: malgré la noirceur, ou plutôt la lucidité du tableau, j’y vais avec un enthousiasme inégalé, une curiosité inextinguible pour le cinéma et la vie qui s’y entremêlent, s’y défient et entrechoquent, étrangement et parfois même sublimement, l’espace d’un inestimable instant,  lequel instant sublime, à lui seul, éclipse alors le souvenir amer de la foire aux vanités que Cannes est aussi. C’est en effet parfois le culte du dérisoire qui y devient essentiel mais qui, à y regarder de plus près, le révèle aussi, si bien ou si mal, cet essentiel.

      Et puis évidemment on aurait presque tendance à l’oublier: il y a aussi le cinéma presque dissimulé derrière tous ceux qui font le leur, le cinéma si multiple, si surprenant, si audacieux, si magique encore et plus que jamais, à Cannes, plus qu’ailleurs. D’ailleurs, à Cannes, tout est plus qu’ailleurs. Les émotions. Le soleil. Les solitudes qui se grisent et s’égarent et se noient dans la multitude. Les soirées sans fin, sans faim à force d’être enchaînées pour certains. La foule si pressée et atypique du festival qui, mieux que nulle autre, sait être passionnément exaltée et aussi impitoyable avec la même incoercible exaltation.

    Cannes, c’est aussi cet endroit où on ne cesse d’être surpris, de s'acharner à ne pas le paraître,  même si d'autres sont vraiment blasés, tristement: valse troublante des apparences que Cannes exhale et exhibe, adore et abhorre. Cannes décidément si versatile et éclectique. A Cannes, nous sommes tous des enfants gâtés, capricieux qui oublions le lendemain, qui oublions que tout doit finir un jour, que la vie ne peut être une fête et un spectacle et une histoire et une nuit sans fin.

    Cannes passionnément : tour à tour haïssable et adorable donc. Effrayante et fascinante. Là où la réalité titube, où la vie virevolte. Cannes hiérarchique et arrogante où, soudain, subrepticement, magnifiquement, surgissent des instants de grâce. Cannes et ses applaudissements effrénés, ses réactions exacerbées, ses émotions démultipliées, ses regards parfois blasés, harassés,  rassasiés. Rassasiés de feindre d’être blasés. Rassasiés d’images. Rassasiés d’hypocrisie, là où, aussi, pour paraphraser Molière, elle est « un vice à la mode » et, là où aussi, elle « passe pour vertu ». Ou, comme le mien, captivé et curieux, le plus souvent.

     Cannes et sa frénésie : de fêtes, de bruit, de rumeurs, de scandales, de cinéma, surtout, malgré tout. Cannes effervescente qui s’enivre de murmures, qui se grise de lumières éphémères, qui s’en étourdit oubliant presque celles du Septième Art. Cannes magique, insaisissable. Cannes versatile. Cannes excessive. Cannes qui ne connaît pas la demi-mesure dans la majesté comme dans la brutalité, dans le rêve comme dans le cauchemar, mais c’est aussi ce qui rend ce festival irrésistible et unique.

     

    Cannes prompt à magnifier ou détruire. A déifier ou piétiner. Cannes où des rêves achoppent, où des illusions se brisent, où des projets s’esquissent, où des carrières s’envolent, où des films vous éblouissent, où des regards étincellent, où des cinéastes émergent, se révèlent au monde, nous révèlent un monde. Le leur. Le nôtre. Cannes et sa palme. D’or et de bruit et de lumières. Tonitruante, retentissante, scintillante. Cannes aux intentions pacifistes, aux débats presque belliqueux. Cannes paradoxale.  Multiple et unique. Lumineuse et violente. Inimitable.

    Cannes, aussi, surtout, le plus grand festival de cinéma au monde que j’aime passionnément, où j’ai tant de souvenirs inénarrables et inoubliables :  j’y ai ainsi découvert  des cinéastes comme Alexandre Sokourov, Nuri Bilge Ceylan, Park Chan-wook, Paolo Sorrentino, James Gray, Fatih Akin et tant d’autres ; j’y ai vécu des instants de cinéma uniques comme les projections d’ « Elephant » de Gus Van Sant, de « L’enfant » des frères Dardenne, du « Pianiste » de Roman Polanski, d’ « Entre les murs » de Laurent Cantet, dans le vertigineux Grand Théâtre Lumière ; j’y ai assisté à la si émouvante cérémonie des 60 ans du festival ; j’y ai assisté aux passionnantes leçons de cinéma de Catherine Deneuve, de Martin Scorsese et de Quentin Tarantino ; j’y ai revu le burlesque et irrésistible «  Mécano de la Général » de Buster Keaton ; j’y ai découvert des films saisissants comme « Je veux voir » de Joana Hadjithomas et Khalil Joreige ; j’y ai croisé Pedro Almodovar et ses actrices auréolées d’un prix d’interprétation lors d’un moment improbable et magique ; j’y ai vécu de formidables frissons cinéphiliques. De bonheur. D’effroi. D’émotion. De tension.

     Cannes où,  pour paraphraser Gilles Jacob dans son autobiographie, cette année plus que jamais la « vie passera comme un rêve », Cannes qui, pourtant, n’est « pas un paradis pour les âmes sensibles » : Cannes qui marie si bien les paradoxes. Cannes dont j’attends avec une impatience fébrile et grandissante cette 62ème édition avec sa myriade inégalée ( ?) de grands réalisateurs : Almodovar, Resnais, Haneke, To, Campion, Lee, Audiard, Loach et tant d’autres, mais aussi tous ceux, inconnus et non moins talentueux peut-être, que ce festival me fera découvrir!

    Alors… quand  retentira la musique de Saint-Saëns, indissociable de ce festival, réminiscence de tant de souvenirs, ceux de mon enfance à travers l’écran et ceux de mon irréelle réalité, je sais déjà qu’une irrépressible émotion s’emparera de moi, je sais que Cannes m’emportera dans son tourbillon éblouissant et terrifiant, je sais, surtout, après tout, que le cinéma, toujours, finira pas triompher.

    Sandra.M

  • "In the mood for Cannes", j-1: mon programme

    affichecannes2009.jpgJe vous rappelle qu’à partir de demain soir, vous pourrez me suivre en direct de Cannes, pour l'ouverture de cette 62ème édition, et cela jusqu’à la clôture, le 25 mai, pour ce festival qui s’annonce pour moi exceptionnel, pas seulement en raison de sa compétition dont le programme est particulièrement réjouissant.

     

     Vous pourrez ainsi me suivre sur « In the mood for Cannes » et « In the mood for cinema » mais aussi sur Twitter ( http://twitter.com/moodforcinema ) et sur le Groupe Facebook d’In the mood for Cannes, ainsi que sur le site off Cannes d’Allociné (dont je n'ai pas encore l'adresse, je vous la transmettrai dès que ce sera le cas).

     

    2008_0919loreal0004.JPG
    prix du meilleur blog Festival de Cannes 2008.jpg

    Même si mon programme, comme chaque année, se fera au jour le jour, je sais néanmoins d’ores et  déjà que  le 15, je passerai ma journée en compagnie de l’équipe L’Oréal (au Martinez notamment) et que le soir nous monterons les marches pour « Bright star » de Jane Campion. (Cette journée étant très chargée, il est fort probable que le compte rendu de cette journée sera mis en ligne le lendemain soir, au plus tard et que les 15 et 16, les articles se feront également plus rares mais ce n’est que pour publier davantage ensuite).

     

    allociné4.jpgLes 16 et 17, je serai reporter pour Allociné (sur le blog Off Cannes), mais je continuerai bien entendu à publier en parallèle sur ce blog, quotidiennement, dans la mesure du temps que me laissera la frénésie cannoise.

     

    Je peux par ailleurs d’ores et déjà vous annoncer que vous retrouverez de nombreux évènements cannois sur ce blog, aussi bien cinématographiques que festifs.

    milléniutm.jpg

     

    L’actualité autre que cannoise reviendra le 27 mai, sur « In the mood for cinema ». En attendant, vous pouvez retrouver ma critique de « Millenium » de Niels Arden Oplev, qui sort en salles demain (ainsi que les vidéos de l’avant-première sur les Champs Elysées)  en cliquant ici.

     

    tellement.jpg

    J'en profite aussi pour vous signaler que le concours pour gagner une place pour deux pour l'avant-première de "Tellement proches" au Forum des Images, en présence de l'équipe du film, le 20 mai, est prolongé jusqu'à dimanche 17 mai. Cliquez ici pour savoir comment tenter votre chance!

     

    canalplus2.jpg

     

    Rendez-vous demain soir en direct de Cannes, et n’oubliez pas de suivre la cérémonie d’ouverture sur Canal plus (en clair, à partir de 19H15).

     

    Vous constaterez que pour l’occasion mon blog « In the mood for Cannes » a changé de design ( ce sera bientôt le tour de mes deux autres blogs inthemoodforcinema.com et inthemoodfordeauville.com ), j’espère qu’il vous plaira. En tout cas merci beaucoup à l’équipe de Hautetfort pour leur précieuse aide technique.

  • Concours: Inthemoodforcinema.com vous fait gagner 1 place pour 2 pour l'avant-première de "Tellement proches" en présence de l'équipe du film

    ATTENTION: CONCOURS PROLONGE JUSQU'AU 17 MAI!!

    En partenariat avec Allociné, je vous propose aujourd'hui de gagner une place pour deux pour l'avant première du film "Tellement proches" avec Vincent Elbaz, Isabelle Carré et  François-Xavier Demaison.

    Cette projection aura lieu le mercredi 20 mai au Forum des Images à Paris à partir de 19h45 en présence d'une partie de l'équipe du film.

    Avant de participer, assurez-vous de pouvoir assister à cette projection.

    tellement.jpg
    tellement2.jpg
    tellement3.jpg

    Synopsis (je précise que je n'ai pas encore vu ce film...):

    Famille : Groupe de personnes réunies par des liens de parenté et un fort sentiment de solidarité morale et matérielle. Quand Alain a épousé Nathalie, il ne savait pas qu'il épouserait aussi sa famille. Ce samedi, comme toutes les semaines, ils sont invités à dîner chez son beau-frère, Jean-Pierre à Créteil. Mais ce soir, plus que d'habitude, Alain est à bloc, il bout comme une cocotte prête à exploser. Il en a marre, marre de se planter à chaque fois sur le chemin pour aller à Créteil, marre de se taper les petits conseils de vie de Jean-Pierre et de sa femme Catherine qui élève ses enfants comme des chevaux, marre d'attendre de dîner l'estomac vide en regardant les spectacles soporifiques de leur fille Gaëlle, marre de regarder pour la énième fois la vidéo de leur mariage, marre aussi de son autre belle-soeur Roxane, qui, affolée par son horloge biologique, a jeté son dévolu sur Bruno, jeune interne en médecine qui se demande un peu comment il a atterri à ce dîner. C'est vrai, Alain en a marre de ces dîners familiaux, mais il ne sait pas encore ce qui l'attend véritablement ce soir-là... Ni les jours qui suivent.

    Pour gagner votre place, rien de plus simple: avant le 11 mai à minuit  17 mai à minuit dîtes-moi en m'envoyant un email à inthemoodforcinema@gmail pourquoi vous voulez absolument assister à cette avant-première... La réponse la plus persuasive et/ou originale remportera la place. Le nom du gagnant sera révélé mardi. Bonne chance...

  • Pour suivre le 62ème Festival de Cannes: web, tv, radio, presse

    canalplus2.jpg

    affichecannes2009.jpgPour suivre le 62ème Festival de Cannes le mieux possible, je vous propose ci-dessous une liste (sans doute non exhaustive, mais qui sera complètée au fur et à mesure) de sites internet, de blogs, d'émissions tv et de radio, et de journaux...

    Le 62 ème Festival de Cannes sur le web

    -Vous pourrez bien évidemment suivre ce Festival sur mon blog principal "In the mood for cinema" et bien sûr sur "In the mood for Cannes", du 13 au 25 mai 2009. Vous pourrez également me suivre sur le site "Off Cannes" avec Allociné, à partir du 16 mai, (j'y reviens ci-dessous) mais aussi sur mon twitter et sur le groupe facebook d'Inthemoodforcannes.com .

    - Pendant toute la durée du Festival, vous pourrez donc  suivre cette 62ème édition sur le site "Off Cannes" (je n'ai pas encore l'adresse mais vous la communiquerai dès que ce sera le cas) le site d'Allociné regroupant les contenus non officiels sur le festival (émissions vidéos, articles, photos...). Le premier week end du festival, vous retrouverez sur ce site les articles des 7 blogueurs membres du club 300 sélectionnés et qui sont donc: In the mood for cinema, Lyricis, FilmGeek, Buzz my Geek, In bed with Kinoo, Angie Sweet's Home , Oh my bloogness!. Puisque d'Allociné, il est question, j'en profite pour vous recommander leur autre site consacré au Festival de Cannes 2009.

    -D'autres blogueurs seront également présents sur la Croisette, pour une partie ou pour la totalité du Festival: Yes we Cannes,  Cannes 2009 en live!,  Cinemaniacannes, Tadah! blog, Boulevard du cinéma, L.aime le cinéma, Une dernière séance,

    -Evidemment, je vous recommande l'excellente nouvelle version du site officiel du Festival de Cannes. Vous pourrez y suivre le quotidien du festival et avoir de nombreuses informations sur les films sélectionnés.

    Concernant toutes les informations pratiques (météo, hébergement etc), vous trouverez de nombreux liens dans la colonne de gauche d'Inthemoodforcannes.com .

    Je vous recommande enfin l'excellent blog de "L'hebdo cinéma" de Canal plus.

    Arte, France 2, France 3 et bien sûr Canal + ont leurs sites entièrement consacrés au Festival de Cannes.

    Côté journaux on line, Madame Figaro explore le Festival côté mode. Le JDD a également sa page spéciale Cannes ainsi que le Parisien.

    Les journaux de cinéma ne sont pas en reste puisque Première a créé sa page spéciale Cannes . Il sera probablement aussi question du festival sur le blog de Studio Cinélive. Il est aussi évidemment question du Festival sur le site des Cahiers du cinéma.

    Pour les amateurs de photos des montées des marches, je vous recommande le site de L'Oréal Cannes.

    Le 62ème Festival de Cannes à la télévision

    face15.jpg
    face16.jpg

    -Comme chaque année, la chaîne emblématique du septième art, Canal + sera évidemment aux premières loges avec, du lundi au vendredi, Le Grand Journal de Michel Denisot en direct, à partir de 19H05, sur la plage du Martinez. Laurent Weil, quant à lui, sera sur le tapis rouge pour recueillir les impressions des acteurs et cinéastes figurant en compétition officielle. Didier Allouch interviewera les équipes de films hors compétition et en séance spéciale. Frédéric Beigbeder analysera la sélection parallèle. Guillaume Gallienne fera des bonus spécial Cannes avec des clins d'oeil de Louise Bourgoin. Et évidemment, comme chaque année, les cérémonies d'ouverture et de clôture seront diffusées en clair sur Canal plus, respectivement les 13 (à partir de 19H15) et 24 mai (à partir de 19H30), présidées par Isabelle Huppert et avec Edouard Baer en maître de cérémonie. Au total: 20 heures de programmes (dont 15 en direct), 477 personnes mobilisées sur place.

    Quant à Daphné Roulier, elle présentera "l'hebdo cinéma" depuis Cannes (en clair), les samedis 16 et 23 mai, à 11H50. Le dimanche, à la même heure, Laurent Weil animera "Les Rencontres du cinéma" avec une interview de Penelope Cruz le 17 mai.  Enfin Canal + diffusera quelques pépites révèlées à Cannes comme "Le bannissement" de Zviaguintsev.

    -Pour vivre le Festival en direct, je vous recommande évidemment TV Festival qui sera coproduite pour la première fois par Canal + et Orange (diffusion sur le Canal 50 d'Orange  pour les mobiles et sur le canal 17 de Canal Sat). Vous pourrez y voir les conférences de presse, interviews, montées des marches...

    -D'autres émissions, en vrac:

    -"Ciné confidential" , à 20H15, sur Orange Ciné Max (indiscrétions, critiques, interviews), émission présentée par Sophie Soulignac et Stéphane Charbit

    -"Ciné Novo", sur Orange Ciné Novo, à 20H40, émission présentée par Marc Iskenderian

    -"Cinéquin", sur Paris Première, à 20H20, émission présentée par Elisabeth Quin

    -"Cannes dernière", sur Paris PRemière, émission présentée par Xavier de Moulins (5 minutes quotidiennes)

    -"Paris dernière spécial Cannes", sur Paris Première, dimanche 24 mai, à minuit, émission présentée par Xavier de Moulins

    - "Cannes 2009...by Warren", sur Filles TV, tous les jours à 16H50, émission animée par Warren (coulisses du festival commentés depuis un yacht)

    -"Metropolis", samedi, à 22H30, sur Arte

    -"Arte Culture", tous les jours, à 19H30, avec Annette Gerlach et Marie Labory, sur Arte

    Le Festival de Cannes 2009 à la radio

    VITAMINE, 1er radio musicale indépendante en PACA, leader à Cannes, du 13 au 24 mai, sur la plage de la Voile Rouge. Plus de 3 heures d'émissions quotidienne en direct à partir de 16h00. Radio également partenaire de la programmation du VIP Room.  
    Vitamine à Toulon sur 90.8 - à Hyères sur 88.3 - à St Tropez sur 89.1 - à Fréjus / St Raphael sur 93.8 - à Marseille et Aix sur 107.2 - à Cannes et Nice sur 104.8 - à Monaco sur 102.4

    Le 62ème Festival de Cannes dans la presse

    A venir...

    Livres

    Je vous recommande évidemment l'autobiographie de Gilles Jacob "La vie passera comme un rêve" dont je vous ai déjà parlé, ici.

  • Evènement - « Millénium » de Niels Arden Oplev : critique du film et vidéos de l’avant-première sur les Champs Elysées

    milléniutm.jpg

     

     

     

    Il fallait un endroit d’exception pour l’avant-première française de la très attendue adaptation du best seller de  Stieg Larsson, en présence de l’équipe du film (le producteur, le réalisateur Niels Arden Oplev et l’actrice Noomi Rapace). Ce fut donc les Champs Elysées et plus précisément l’UGC Normandie, avant-hier soir.

     

    Pour ceux qui, comme moi, n’ont pas lu le roman, voici l’intrigue en quelques mots : Michael Blomkvist (Michael Nyqvist) est journaliste économique au magazine « Millenium ». Condamné pour diffamation, il décide de prendre de la distance avec sa vie et son métier. Mais Henrik Vanger (Sven-Bertil Taube), grande figure de l’industrie suédoise, et membre d’une famille dont les membres sont tous plus monstrueux les uns que les autres, fait appel à lui afin qu’il mène l’enquête sur un meurtre non élucidé, celui d’Harriet Vanger (Ewa Fröling), nièce du grand homme, et disparue à l’âge de seize ans, une exception à la monstruosité familiale. Au cours de ses recherches, Blomkvist se rend compte que la famille Vanger semble cacher bien des haines et des secrets.

     

     L’impétueux et téméraire journaliste se rend donc sur les lieux pour poursuivre son enquête (un endroit isolé et sinistre comme il se doit, ou peut-être devrait, ces grandes étendues angoissantes ne constituant finalement pas un élément de tension et de frayeur comme elles auraient pu)  est amené à rencontrer Lisbeth Salander (Noomi Rapace) qui mène l’enquête en parallèle à partir des informations de l’ordinateur de Blomkvist. La jeune femme de vingt-quatre ans, au douloureux passé (et c’est un euphémisme), est en effet une hackeuse professionnelle. Tous deux vont bientôt être amenés à se rencontrer pour finalement mener l’enquête ensemble dans ce cadre glacial.

     

    Cette adaptation cinématographique a suscité une incroyable attente car adapter une trilogie (suédoise, ce qui ajoute à l’étrangeté du phénomène), qui s’est vendue à 10 millions d’exemplaires dans le monde et  à 2, 6 millions d’exemplaires rien qu’en France en faisant ainsi le livre le plus vendu en 2008 dans l’hexagone, ne peut évidemment être anodin. Ne manquait plus que la crise cardiaque de l’auteur à 50 ans alors qu’il venait de gravir sept étages pour se rendre chez son éditeur et y déposer la trilogie pour que la légende soit complète.  Miraculeusement les Suédois se sont emparés de l’adaptation avant que les studios hollywoodiens ne s’en mêlent et c’est à Niels Arden Oplev que fut dévolue la réalisation de l’adaptation de ce phénomène littéraire.

     

    N’ayant pas lu le roman mais en en ayant eu de nombreux échos, je ne pouvais qu’être impatiente de découvrir cette adaptation et de me plonger dans l’univers a priori si fascinant de « Millenium » au pays de Bergman (la nationalité étant bien leur seul point commun).  Il m’a d’abord fallu m’habituer : à la noirceur exacerbée par la blancheur paradoxalement inquiétante (quoique … : on ne recourt finalement que très peu à ce contraste qui aurait pu être saisissant) de ces grandes étendues cauchemardesques, à ces personnages archétypiques plus monstrueux les uns que les autres, à ce rythme trépidant et « téléfilmique » qui ferait passer le feuilleton de l’été de TF1 pour un film de Nuri Bilge Ceylan, et à ces ellipses réduisant au stricte minimum la psychologie des personnages.

     

    Tout ce qui est excessif est insignifiant dit-on, c’est probablement la raison pour laquelle je n’ai pas  éprouvé la moindre empathie tant l’univers est glauque, tant les malheurs sont excessifs, tant la perversité et le sadisme sont omniprésents.

     

    Je ne sais pas très bien comment le réalisateur parvient à maintenir notre attention pendant 2H20 (quoique ma perspicace voisine m’a dit que j’avais très souvent regardé  ma montre…) tant la quête du coupable m’a indifférée (de toute façon ils sont tous plus monstrueux les uns que les autres donc que cela soit l’un ou l’autre ne change pas grand-chose, le réalisateur n’implique d’ailleurs pas du tout les spectateurs dans cette quête qui paraît accessoire) l’intrigue étant centrée sur les relations entre le fade journaliste interprété par Michael Nyqvist (paraît-il une star dans son pays) avec ses airs de Daniel Craig mal en point ( que les admirateurs de Daniel Craig ne s’en offusquent pas, mal en point ai-je dit, bien mal en point même ) et la jeune Lisbeth dont l’allure androgyne, gothique, et surtout son regard noir, froid et déterminé dévorent l’écran, ainsi que la singularité de son personnage à la personnalité aussi âpre que l’univers qui l’entoure, sortant enfin et ainsi des archétypes auxquels sont réduits les autres personnages. Incroyable donc pour un thriller : on se fiche totalement de savoir qui est le criminel puisque le portrait psychologique des potentiels assassins n’est pas dressé, ou alors grossièrement.

     

    Paraît-il  en effet que le bestseller est à la fois un roman politique et un thriller. Malheureusement, le film n’est ni l’un ni l’autre. Le caractère antisémite des assassins ne semble être là que pour atteindre le degré maximal du sordide (pour ça c’est réussi) et de la perversité dans laquelle se complait le film, celle-ci étant  montrée frontalement. L’aspect politique qui aurait pu être intéressant est donc complètement éludé. Dommage…

     

    Probablement le roman le justifie-t-il mais au regard de ce film on a également du mal à comprendre où le titre trouve sa justification tant le journal « Millenium » est ici un arrière-plan et tant les portraits de ses membres en sont esquissés.

     

    Reste Noomi Rapace, cette jeune actrice autodidacte à laquelle le film doit beaucoup (tout ?), ce dont les distributeurs ont parfaitement conscience tant la campagne de promotion semble orchestrée autour de sa personne…

     

    Cette adaptation du best seller de Stieg Larsson ne m’a pas donnée envie de lire ce roman même s’ il l’a, après tout, peut-être trahi. Et alors donc honteusement trahi. Il m’a en effet laissé un goût âpre tant son succès semble être le reflet désolant, voire inquiétant,  d’une société avide de noirceur absolue et de perversité monstrueuse, d’autant plus dangereuse qu’elle semble ici finalement banalisée car beaucoup plus ridicule que finalement insupportable (même si son idée, elle, l’est…ô combien).

     

    millenium2.jpg
    LA BANDE-ANNONCE:

     

      

  • "Train de nuit" de Jean-Pierre Jeunet avec Audrey Tautou et Travis Davenport: la nouvelle publicité Chanel

    Ci-dessous, retrouvez "train de nuit" la nouvelle publicité Chanel mise en scène par Jean-Pierre Jeunet, une invitation mystérieuse, évanescente, sensuelle et poétique au voyage et à l'évasion avec Audrey Tautou et Travis Davenport...

    Articles connexes: Ma critique de "Coco avant Chanel" d'Anne Fontaine

    "In the mood for Chanel": un sujet à la mode et une marque très cinématographique