Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

tf1

  • Critique de CLOCLO de Florent-Emilio Siri à 21H sur TF1

    cloclo1.jpg

    Le biopic (film autobiographique qui, par définition, retrace l’existence de personnalités ayant existé) est devenu un genre à la mode sans doute parce que particulièrement en accord avec notre époque dans laquelle règne la quête de notoriété, laquelle apparaît, tristement, comme la réussite ultime. Aussi parce qu’il s’agit le plus souvent de destins tragiques qui permettent au spectateur de se rassurer, de mêler à l’envie et l’admiration, une sorte de pitié consolante, et de se rassurer sur la vanité universelle de l’existence, y compris pour ses idoles. Enfin parce qu’il ne faut pas nier qu’il s’agit, aussi, d’un genre très commercial puisque cela garantit déjà un nombre minimum de spectateurs, ceux qui appréciaient la personnalité disparue, a fortiori quand il s’agit de Claude François autour duquel a été développé pendant son existence, et après sa mort, un commerce basé sur sa personne et son nom (qu’il a d’ailleurs initié). La question était donc de savoir s’il s’agissait d’un projet opportuniste et commercial ou d’un un film avec un vrai regard, un univers, et de vrais partis pris artistiques. Après « La Môme », « Sagan », « J.Edgar », « La dame de fer » , « My week with Marilyn » et tant d'autres biopics, c’est donc au tour de Claude François de voir son destin passionnant et tragique devenir un film (avant, à n'en pas douter, Mickael Jackson, avec un succès planétaire garanti). Ali. Ray. Marie-Antoinette. Cloclo. Autant de prénoms comme titres de films qui suffisent à résumer la notoriété de ceux qu’ils désignent et leur potentiel empathique et commercial.

    « Cloclo » retrace donc le destin tragique de Claude François, icône de la chanson française décédée à l’âge de 39 ans qui, plus de trente ans après sa disparition, continue de fasciner (et faire vendre).

    Tout commence (et tout s’explique) par son enfance et son adolescence en Egypte auprès d’une mère aimante et d’un père irascible et exigeant  dont le travail consiste à contrôler le trafic de la Compagnie du Canal de Suez et qui en, en  1956, lors de la nationalisation du canal de Suez, doit rentrer en France avec sa famille, une humiliation dont il ne se remettra jamais. Une fois la famille, alors désargentée, arrivée en France, Claude fait ensuite ses débuts de musicien au Sporting club de Monaco, ce que désapprouve son père qui souhaite le voir devenir comptable, refusant  alors de lui parler et, jusque sur son lit de mort, il s’y obstinera. Un artiste se construit sur des failles et c’est par celle-ci, ce silence et cette incompréhension douloureux, que ce biopic explique en grande partie la complexité, l’insatisfaction permanente, le perfectionnisme de Claude François mais aussi sa rage de réussir.

    cloclo2.jpg

    Décédé en 1978, Claude François pourrait vivre en 2012 tant il semble être le parfait symbole et produit de notre époque : avide de notoriété, cultivant son image à outrance, commercialisant cette image aussi avec un sens aiguisé du marketing. C’est aussi mon premier reproche : donner l’illusion que sa réussite est apparue en un claquement de doigts comme on nous donne trop souvent aujourd’hui l’illusion que talent et notoriété sont des synonymes. Or, la réussite de Claude François était le fruit d’une obstination acharnée mais aussi d’un travail redoutable. Malgré ses 2H28, le film comprend ainsi de nombreuses ellipses, ellipses pas toujours judicieuses, comme celles précédant son premier passage à l’Olympia qui paraît presque miraculeux.

    cloclo3.jpg

    A l’image de celui de son existence et de ses chansons, le rythme du film est trépidant et même vertigineux, pour nous en mettre plein la vue comme Claude François le faisait avec ses costumes et ses mises en scène : judicieux parallèle entre le fond et la forme. La mise en scène nous emporte ainsi dans son rythme effréné, comme ces chansons sur lesquelles nous avons tous dansé un jour ou l’autre, avec quelques scènes virtuoses comme celle de l’Albert Hall ou le plan séquence magistral et poignant où Claude François écoute l’interprétation de « My way » par Sinatra (adaptation de son "Comme d'habitude") et imagine la fierté de son père s’il l’avait entendue, mêlant ainsi habilement le sentiment de solitude et de gloire, de réussite et d’échec, de lumière et d’ombre, douloureuses contradictions qui constituent cet artiste, finalement tout artiste. Ses chansons illustrent ainsi constamment son existence que semble si bien résumer l’une d’elles « le mal aimé ». C’est ce qu’a si bien illustré Michel Hazanavicius dans « The Artist », finalement le biopic de tout artiste en qui se mêlent et se confrontent orgueil et solitude, gloire et tragédie.

    Si le film n’omet pas de montrer les défauts de l’artiste, son côté autoritaire, maniaque, maladivement jaloux, ou même la mise en scène de son existence, que ce soit d’un malaise à Marseille à la dissimulation de l’existence de son second fils, le personnage, avec ses failles auxquelles chacun peut s’identifier, reste finalement sympathique ou en tout cas ne cesse jamais d’emporter l’ empathie du spectateur (la mienne, en tout cas). Dommage peut-être qu’à force de ne pas vouloir écorner l’image (ses défauts ne le rendent finalement à aucun moment vraiment antipathique, car constamment contrebalancés par ses failles sur lesquelles on revient constamment, parfois d’ailleurs un peu trop, y compris à la fin du film), le scénario ne s’éloigne jamais de la réalité contrairement à Joann Sfar qui avait eu l'excellente idée de donner à son film « Gainsbourg, vie héroïque », l'appellation de «conte », désamorçant d'avance toutes les polémiques et s'autorisant ainsi une composition libre. Une liberté dont était épris celui dont il retraçait une partie du parcours artistique et des amours souvent célèbres et tumultueux, un film en apparence désordonné et confus comme émergeant des volutes de fumée et des vapeurs d'alcool indissociables de Gainsbourg. Joann Sfar a ainsi brûlé les étapes de son film comme Gainsbourg le faisait avec sa vie, ce qui aurait pu apparaître comme une faille scénaristique devenait alors une trouvaille.

    C’est un peu ce qui fait défaut à ce «Cloclo » très maîtrisé mais à qui il manque ce supplément d’audace, de finesse peut-être aussi parfois. Là encore, nous pouvons néanmoins y voir un parallèle entre la forme et le fond qui se rejoignent, Florent-Emilio Siri ayant réalisé un film « à l’Américaine » comme l’étaient les spectacles de l’artiste, filmé  comme un combat ou un film d'action.

    Quant à Jérémie Rénier, il a eu l’intelligence d’incarner Claude François, dans toute son énergie et sa complexité, sans tomber dans un mimétisme grossier. Son rôle poignant et inoubliable dans « L’Enfant » des Dardenne nous avait déjà prouvé à quel point il était un acteur rare.

    cloclo4.jpg

    Plus que ce qu’il dit de Claude François et nous apprend sur l'artiste, ce « Cloclo » est intéressant pour  ce qu’il dit de notre époque éprise d’images, de notoriété, de vitesse grisante et qui, sans doute, se reconnaîtra dans le destin de ce « mal-aimé » finalement très moderne. Un succès assuré d’autant que la fin nous laisse sur l’image bouleversante de cette fin tragique et avec, en tête, ces musiques qui n’ont pas fini de nous accompagner. Un succès dont je ne peux m’empêcher de me réjouir malgré les réserves émises plus haut, malgré l’idée que cela prolonge ce marketing que l’acteur avait initié (et que d’autres continuent d’exploiter), ne serait-ce que parce que ce film sera encensé par ces détenteurs du politiquement correct qui, sans aucun doute,  auraient piétiné de leur condescendance et mépris Claude François et sa popularité s’il avait vécu aujourd’hui. Et puis, comme un clin d’œil ironique du destin, ce film lui fera peut-être connaître un succès Outre-Atlantique alors qu’il est décédé au paroxysme de sa gloire alors qu’il s’apprêtait à partir faire carrière aux Etats-Unis...et à revenir en Egypte, là où tout avait commencé, là où réside les racines de sa personnalité comme le film le souligne et surligne. Eternelle renaissance. L’artiste est mort. Vive l’artiste. ( A voir également dans la série des biopics l'excellent film Dalida de Lisa Azuelos)

    Lien permanent Imprimer Catégories : A VOIR A LA TELEVISION Pin it! 0 commentaire
  • Dates de la tournée The Voice Tour

    Il est rare que je vous parle de ce type d’émission ici. Il est d’ailleurs inique de ma part que de dire « genre d’émission » puisque « The Voice » est pour moi réellement une émission à part qui met en avant le talent et non la vie de ses candidats, qui montre aussi que le talent peut être inné mais qu’il se nourrit de travail, une émission dont le principe ne consiste pas à blâmer/ridiculiser/ dézinguer ses candidats mais, au contraire, qu’ils soient sélectionnés ou non, de les mettre en valeur notamment par des jurés qui ne les traitent jamais avec condescendance mais toujours avec respect.

    Je suis donc ravie de vous donner, ci-dessous, les dates de la tournée et du concert à Bercy au cours desquels vous pourrez voir les 8 meilleurs talents. Je ne manquerai pas de vous en reparler ici. Vous pouvez également suivre l’émission, chaque samedi, à 20H50, sur TF1.

    En attendant, retrouvez, ci-dessous, la bande-annonce de la tournée, les dates et les vidéos de mes favoris dont, qui sait, certains d’entre eux figureront peut-être en finale. Parmi eux de beaux moments d’émotion. Je vous laisse les découvrir.

    Mes favoris:

    A l’issue de la compétition, les 8 meilleurs talents seront sur les routes de France entre juin et juillet, avec une date évènement le 29 juin à Paris Bercy ! Si les vidéos, ci-dessus, vous émeuvent, ne tardez pas à réserver!

    Lille – Zénith
    Jeudi 30 mai 2013 – 20h30
    Réservez ici

     

    Amiens – Zénith

    Vendredi 31 mai 2013 – 20h30
    Réservez ici

    Dunkerque – Le Kursaal

    Samedi 1er juin 2013 – 20h30
    Réservez ici

    Tours – Grand Hall

    Mercredi 5 juin – 20h30
    Réservez ici

    Rouen – Zénith

    Jeudi 6 juin 2013 – 20h30
    Réservez ici

    Caen – Zénith

    Vendredi 7 juin 2013 – 20h30
    Réservez ici

    Rennes – Le Musikhall

    Samedi 8 juin 2013 – 20h30
    Réservez ici

    Brest – Le Penfeld

    Dimanche 9 juin 2013 – 18h30
    Réservez ici

    Nantes – Zénith


    Jeudi 13 juin 2013 – 20h30
    Réservez ici

    Le Mans – Antarès

    Vendredi 14 juin 2013 – 20h30
    Réservez ici

    Angers – Amphitéa
    Samedi 15 juin 2013 – 20h30
    Réservez ici

    Orléans – Zénith
    Dimanche 16 juin 2013 – 18h30
    Réservez ici

    Chambéry – Le Phare
    Mardi 18 juin 2013 – 20h30
    Réservez ici

    Lyon Halle – Halle Tony Garnier
    Mercredi 19 juin 2013 – 20h30
    Réservez ici

    Clermont Ferrand – Zénith
    Jeudi 20 juin 2013 – 20h30
    Réservez ici

    Strasbourg – Zénith
    Samedi 22 juin 2013 – 20h30
    Réservez ici

    Amnéville – Le Galaxie
    Dimanche 23 juin 2013 – 18h30
    Réservez ici

    La Rochelle Parc Expo
    Mardi 25 juin 2013 – 20h30
    Réservez ici

    Toulouse – Zénith
    Mercredi 26 juin 2013 – 20h30
    Réservez ici

    Marseille – Le Dôme
    Jeudi 27 juin 2013 – 20h30
    Réservez ici

    St Etienne – Zénith
    Vendredi 28 juin 2013 – 20h30
    Réservez ici

    Paris – Palais Omnisports de Paris Bercy
    Samedi 29 juin 2013 – 20h30
    Réservez ici

    Dijon – Zénith
    Jeudi 4 juillet à 20h30
    Réservez ici

    Limoges – Zénith
    Vendredi 5 juillet à 20h30
    Réservez ici

    Bayonne – Arènes de Bayonne
    Samedi 6 juillet à 21h00
    Réservez ici

    Nîmes – Arènes de Nîmes
    Dimanche 7 juillet à 20h00
    Réservez ici

    Retrouvez toutes les villes et les dates de la tournée « The Voice Tour 2013″

     

     

    Lien permanent Imprimer Catégories : IN THE MOOD FOR NEWS (toute l'actualité ciné) Pin it! 0 commentaire
  • « Flics », la nouvelle série policière française, d’après une idée d’Olivier Marchal, ce soir sur TF1

    flics.jpgLe 1er octobre dernier, je vous parlais de la série "Flics" vu en avant-première au Studio 28. Les deux premiers épisodes passent ce soir sur TF1.

    Cliquez ici pour accéder à mon article et à ma critique en avant-première de "Flics".

    N'hésitez pas à laisser vos commentaires sur ce blog suite à la diffusion...

    Lien permanent Imprimer Catégories : CHRONIQUES TELEVISUELLES Pin it! 7 commentaires
  • Avant-première : « Flics », la nouvelle série policière française, d’après une idée d’Olivier Marchal

    flics.jpg
    Ci-dessus Yach et Constantine (Frédéric Diefenthal et Yann Sundberg)

     J’inaugure aujourd’hui une nouvelle rubrique  consacrée à l’actualité télévisuelle suite à l’avant-première exceptionnelle de la série « Flics » organisée par Allociné et GMT productions au cosy et mythique Studio 28 (« La salle des chefs d’œuvres, le chef d’œuvre des salles » selon Cocteau), à Montmartre, en présence d’une très grande partie de l’équipe : Frédéric Diefenthal, Yann Sundberg, Catherine Marchal, Edouard Montoute, Gwendoline Hamon, Guy Lecluyse, Alice Vial et Annabelle Hettmann.

     Cette série a été créée par Olivier Marchal ( ancien « flic » lui-même et scénariste et réalisateur de « Gangsters », « 36 Quai des Orfèvres », « Mr73 », sa trilogie sur « la solitude, la désespérance et l’errance » comme il la qualifie) et sera diffusée sur TF1 à partir du 9 octobre. Elle comprend quatre épisodes (pour le moment, il n’est pas exclu que d’autres soient tournés par la suite) et les deux premiers épisodes intitulés « Engrenage » et « Les Flics ne dorment pas la nuit » ont été projetés lors de cette avant-première.

     Synopsis : Yach (Frédéric Diefenthal) et Constantine (Yann Sundberg) sont commandants au sein des Brigades actives du sanctuaire de la PJ parisienne sous la direction de Léa Legrand (Catherine Marchal).  Autrefois complices, un drame a fait voler leur amitié en éclats. Un fantôme est de retour et ravive les plaies à moitié refermées.    Hantés par leur passé, les deux hommes se brûlent les ailes. Jusqu'où peuvent les mener leurs blessures ?

     Le réalisateur Nicolas Cuche nous prévient d’emblée : même si cette série a été initiée par Olivier Marchal, elle n’aspire pas forcément au même réalisme que les films que ce dernier a précédemment écrits et réalisés. La tension ressentie par Nicolas Cuche et par l’équipe présente au grand complet ( à l’exception d’Olivier Marchal...) sont palpables.  La projection commence donc sans tarder. Elle débute par un flash-back et la fusillade au cours de laquelle l’un des deux flics protagonistes Yach  est blessé et au cours de laquelle sont présents deux autres protagonistes, Constantine et  Léa Legrand. C’est là que se jouent le nœud de l’intrigue, des tensions, des rancœurs, des secrets qui  (dés)unissent ces trois personnages.

     On reconnaît d’abord le style Olivier Marchal : les amitiés assassines et assassinées,  l’immersion au 36 Quai des Orfèvres, les personnages de flics à fleur de peau fatigués de l’existence et mal-voire pas- rasés, taraudés par des blessures incurables et mystérieuses qui les emprisonnent et les détruisent, la confrontation de ces êtres solitaires blessés, l’omniprésence de la musique (signée Calogero), les héroïnes hitchcockiennes, et de nouveau « la solitude, la désespérance et l’errance » chères à Olivier Marchal. Les films d’Olivier Marchal me semblaient moins didactiques, plus âpres (comment montrer un cadavre calciné à 20H50 afin que la scène choque les personnages qui la vivent tout en étant regardable par tous…vous verrez… ), dans les caractères des personnages comme dans l’image mais cette série est destinée à passer sur TF1,  en prime time de surcroît : ceci expliquant peut-être cela.

     Si cette série n’a rien  à voir avec les surannés « Julie Lescaut » et « Navarro », elle marque tout de même un pas en avant dans les fictions (je parle sur TF1, France 2 et Canal plus ayant déjà diffusé des séries françaises plus réalistes depuis un certain temps), notamment grâce à la réalisation nerveuse et efficace de Nicolas Cuche (qui a également réalisé la série « David Nolande » dans laquelle Frédéric Diefenthal interprétait également le rôle principal).

     Dommage donc que la série ait parfois cédé à un sentimentalisme mièvre qui fait perdre toute crédibilité à l’intrigue et aux personnages notamment à l’occasion d’une scène de lecture de lignes de la main et d’évocation pseudo-romantique des étoiles qui a suscité l’hilarité générale et qui détone trop avec le reste décrédibilisant par ailleurs les rapports hiérarchiques censés exister entre les personnages présents lors de cette scène. Peut-être cette scène est-elle une des raisons pour lesquelles Olivier Marchal a un temps renié cette série et ce que TF1 a fait de son idée initiale (il semble qu’il ait adouci ses propos acerbes depuis) ? Ses (anti)héros flics devaient par ailleurs être plus âgés qu’ils le sont désormais.

      Dommage aussi que les « méchants » (un Ukrainien notamment qui m’a fait penser au personnage de Jeremy Irons dans le pourtant très réussi « Appaloosa » , dans lequel ce dernier ne semble être là que pour mettre en avant les héros du film –flics et cow boys même combat ?- et non pour exister) soient aussi archétypiques mais après tout la série s’intitule « Flics » et est surtout censé se pencher sur ceux-ci et leurs fêlures, leurs rancœurs, leurs solitudes, leurs blessures aussi bien physiques que morales.

     Je m’abstiendrai néanmoins de porter un jugement catégorique et définitif n’ayant vu que deux des quatre épisodes. Je vous invite donc à  regarder cette série (qui se revendique davantage d’ailleurs comme un film en 4 épisodes) dans son intégralité et à laisser vos commentaires sur ce blog…mais à tout choisir revoyez plutôt « Gangsters » ou « 36 Quai des Orfèvres »-cliquez ici pour lire ma critique- !

      Le chef d’œuvre des salles : sans aucun doute. La salle des chefs d’œuvre : pour cette fois-ci en tout cas, à vous de juger… en tout cas l’enthousiasme avec lequel l’équipe a défendu la série suite à la projection donne envie de laisser leur chance à ces flics, quoiqu’on en dise, attachants et interprétés (et défendus) avec conviction (à ce propos je trouve dommage que le personnage dont l’alliance subtile de force et fragilité me semblait intéressante succombe à la fin du deuxième épisode, et surtout ne me dîtes pas qu’il ressuscite...ce serait pire !).

     Jeudi 9 octobre, 20H50 : épisode 1(TF1)

    Jeudi 9 octobre, 21H40 : épisode 2

    Jeudi 16 octobre, 20H50 : épisode 3

    Jeudi 16 octobre, 21H40 : épisode 4

     

     Lien: le blog de la série sur Allociné: http://flics.leblog.allocine.fr

    Dès après-demain, la rubrique « chroniques télévisuelles » de ce blog s’étoffera avec un nouvel événement… A suivre sur « In the mood for cinema » !

    Et puisque de télévision il est question, je vous rappelle que France 2 diffusera ce soir le deuxième épisode de « Sagan » . (Voir ici ma critique de la version courte et cinématographique).

    2008_0929cuche0006.JPG
    Ci-dessus, Nicolas Cuche, réalisateur de "Flics", lors de l'avant-première au Studio 28
    Lien permanent Imprimer Catégories : CHRONIQUES TELEVISUELLES Pin it! 4 commentaires