Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

frédéric diefenthal

  • Avant-première : « Flics », la nouvelle série policière française, d’après une idée d’Olivier Marchal

    flics.jpg
    Ci-dessus Yach et Constantine (Frédéric Diefenthal et Yann Sundberg)

     J’inaugure aujourd’hui une nouvelle rubrique  consacrée à l’actualité télévisuelle suite à l’avant-première exceptionnelle de la série « Flics » organisée par Allociné et GMT productions au cosy et mythique Studio 28 (« La salle des chefs d’œuvres, le chef d’œuvre des salles » selon Cocteau), à Montmartre, en présence d’une très grande partie de l’équipe : Frédéric Diefenthal, Yann Sundberg, Catherine Marchal, Edouard Montoute, Gwendoline Hamon, Guy Lecluyse, Alice Vial et Annabelle Hettmann.

     Cette série a été créée par Olivier Marchal ( ancien « flic » lui-même et scénariste et réalisateur de « Gangsters », « 36 Quai des Orfèvres », « Mr73 », sa trilogie sur « la solitude, la désespérance et l’errance » comme il la qualifie) et sera diffusée sur TF1 à partir du 9 octobre. Elle comprend quatre épisodes (pour le moment, il n’est pas exclu que d’autres soient tournés par la suite) et les deux premiers épisodes intitulés « Engrenage » et « Les Flics ne dorment pas la nuit » ont été projetés lors de cette avant-première.

     Synopsis : Yach (Frédéric Diefenthal) et Constantine (Yann Sundberg) sont commandants au sein des Brigades actives du sanctuaire de la PJ parisienne sous la direction de Léa Legrand (Catherine Marchal).  Autrefois complices, un drame a fait voler leur amitié en éclats. Un fantôme est de retour et ravive les plaies à moitié refermées.    Hantés par leur passé, les deux hommes se brûlent les ailes. Jusqu'où peuvent les mener leurs blessures ?

     Le réalisateur Nicolas Cuche nous prévient d’emblée : même si cette série a été initiée par Olivier Marchal, elle n’aspire pas forcément au même réalisme que les films que ce dernier a précédemment écrits et réalisés. La tension ressentie par Nicolas Cuche et par l’équipe présente au grand complet ( à l’exception d’Olivier Marchal...) sont palpables.  La projection commence donc sans tarder. Elle débute par un flash-back et la fusillade au cours de laquelle l’un des deux flics protagonistes Yach  est blessé et au cours de laquelle sont présents deux autres protagonistes, Constantine et  Léa Legrand. C’est là que se jouent le nœud de l’intrigue, des tensions, des rancœurs, des secrets qui  (dés)unissent ces trois personnages.

     On reconnaît d’abord le style Olivier Marchal : les amitiés assassines et assassinées,  l’immersion au 36 Quai des Orfèvres, les personnages de flics à fleur de peau fatigués de l’existence et mal-voire pas- rasés, taraudés par des blessures incurables et mystérieuses qui les emprisonnent et les détruisent, la confrontation de ces êtres solitaires blessés, l’omniprésence de la musique (signée Calogero), les héroïnes hitchcockiennes, et de nouveau « la solitude, la désespérance et l’errance » chères à Olivier Marchal. Les films d’Olivier Marchal me semblaient moins didactiques, plus âpres (comment montrer un cadavre calciné à 20H50 afin que la scène choque les personnages qui la vivent tout en étant regardable par tous…vous verrez… ), dans les caractères des personnages comme dans l’image mais cette série est destinée à passer sur TF1,  en prime time de surcroît : ceci expliquant peut-être cela.

     Si cette série n’a rien  à voir avec les surannés « Julie Lescaut » et « Navarro », elle marque tout de même un pas en avant dans les fictions (je parle sur TF1, France 2 et Canal plus ayant déjà diffusé des séries françaises plus réalistes depuis un certain temps), notamment grâce à la réalisation nerveuse et efficace de Nicolas Cuche (qui a également réalisé la série « David Nolande » dans laquelle Frédéric Diefenthal interprétait également le rôle principal).

     Dommage donc que la série ait parfois cédé à un sentimentalisme mièvre qui fait perdre toute crédibilité à l’intrigue et aux personnages notamment à l’occasion d’une scène de lecture de lignes de la main et d’évocation pseudo-romantique des étoiles qui a suscité l’hilarité générale et qui détone trop avec le reste décrédibilisant par ailleurs les rapports hiérarchiques censés exister entre les personnages présents lors de cette scène. Peut-être cette scène est-elle une des raisons pour lesquelles Olivier Marchal a un temps renié cette série et ce que TF1 a fait de son idée initiale (il semble qu’il ait adouci ses propos acerbes depuis) ? Ses (anti)héros flics devaient par ailleurs être plus âgés qu’ils le sont désormais.

      Dommage aussi que les « méchants » (un Ukrainien notamment qui m’a fait penser au personnage de Jeremy Irons dans le pourtant très réussi « Appaloosa » , dans lequel ce dernier ne semble être là que pour mettre en avant les héros du film –flics et cow boys même combat ?- et non pour exister) soient aussi archétypiques mais après tout la série s’intitule « Flics » et est surtout censé se pencher sur ceux-ci et leurs fêlures, leurs rancœurs, leurs solitudes, leurs blessures aussi bien physiques que morales.

     Je m’abstiendrai néanmoins de porter un jugement catégorique et définitif n’ayant vu que deux des quatre épisodes. Je vous invite donc à  regarder cette série (qui se revendique davantage d’ailleurs comme un film en 4 épisodes) dans son intégralité et à laisser vos commentaires sur ce blog…mais à tout choisir revoyez plutôt « Gangsters » ou « 36 Quai des Orfèvres »-cliquez ici pour lire ma critique- !

      Le chef d’œuvre des salles : sans aucun doute. La salle des chefs d’œuvre : pour cette fois-ci en tout cas, à vous de juger… en tout cas l’enthousiasme avec lequel l’équipe a défendu la série suite à la projection donne envie de laisser leur chance à ces flics, quoiqu’on en dise, attachants et interprétés (et défendus) avec conviction (à ce propos je trouve dommage que le personnage dont l’alliance subtile de force et fragilité me semblait intéressante succombe à la fin du deuxième épisode, et surtout ne me dîtes pas qu’il ressuscite...ce serait pire !).

     Jeudi 9 octobre, 20H50 : épisode 1(TF1)

    Jeudi 9 octobre, 21H40 : épisode 2

    Jeudi 16 octobre, 20H50 : épisode 3

    Jeudi 16 octobre, 21H40 : épisode 4

     

     Lien: le blog de la série sur Allociné: http://flics.leblog.allocine.fr

    Dès après-demain, la rubrique « chroniques télévisuelles » de ce blog s’étoffera avec un nouvel événement… A suivre sur « In the mood for cinema » !

    Et puisque de télévision il est question, je vous rappelle que France 2 diffusera ce soir le deuxième épisode de « Sagan » . (Voir ici ma critique de la version courte et cinématographique).

    2008_0929cuche0006.JPG
    Ci-dessus, Nicolas Cuche, réalisateur de "Flics", lors de l'avant-première au Studio 28